Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Interview de Arthur de Pins Interview de Arthur de Pins (22/11/2011)
A 34 ans, et grâce à un style très personnel, Arthur de Pins s’est déjà fait un nom dans le monde de la bande dessinée. Remarqué avec ses "Péchés mignons", il a touché un large public grâce à "Zombillénium" et son étrange parc d’attractions, avant d’enchaîner avec "La Marche du crabe", dont le deuxième tome sort ce 30 novembre !

Retourner à la liste des articles Retourner à la liste des articles   Modifier
Arthur de Pins Arthur de Pins, bonjour. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ? Quelle a été votre formation ?
Je suis auteur de BD, illustrateur et réalisateur de films d'animation. C'est cette dernière discipline que j'ai étudiée aux Arts-Déco de Paris, il y a une dizaine d'années.

Pourquoi, dès le début de votre carrière, avez-vous opté pour le « tout informatique » ?
Parce que j'ai eu le coup de foudre pour la technique du dessin vectoriel, découverte avec le travail de Monsieur Z. Illustrator, le logiciel que j'utilise, est la version informatique du papier découpé. C'est une autre manière de voir le dessin, avec des formes plutôt qu'avec des traits. Je n'aime pas beaucoup le terme de "dessin par ordinateur", qui suppose qu'on rentre des équations et que la machine fait tout le boulot. Je dessine tout autant qu'un utilisateur de crayon ou de plume. La nuance est la même qu'entre un utilisateur de piano à queue et un utilisateur de synthé Wurlitzer.

Accéder à la BD Péchés mignons Etes-vous un obsédé sexuel comme votre personnage des Péchés mignons ? D'ailleurs d'où vient votre inspiration ? De votre propre vécu, de confidences (sur l’oreiller ou ailleurs), d’observations ?
Un obsédé sexuel ? Héhé ! Pas plus que n'importe qui. Je m'inspire parfois de mon vécu, mais pour les situations seulement. La chute est pratiquement toujours inventée. Par le tome 4 de Péchés mignons, sur le thème du mariage, j'ai bien sûr inclu beaucoup de clins d’œil à des évènements vécus. Comme l'enterrement de vie de garçon à Budapest. Mais inutile de chercher sur Youtube : la fin de cette histoire ne m'est jamais arrivée ;-)

Arthur, c’est l’archétype même du macho qui a perdu tous ses repères face à l’émancipation féminine, non ?
C'est un peu ça. Nous sommes dans une période de transition, entre le modèle macho et l'égalité façon scandinave. Mais les femmes elles-mêmes sont larguées. Et ça se comprend : on passe sans arrêt d'un étalon de masculinité à l'autre. De Michalak le metrosexuel, on passe à Chabal le chasseur des steppes. De Daniel Craig, le James Bond bourru, on passe à l'éternel ado filiforme façon Michael Cera. Tout est résumé dans la planche de Péchés Mignons 3 où Arthur invite Clara au resto et se demande s'il doit payer l'addition. Qu'est-ce qu'être un homme ? Personne ne le sait…

Cliquez pour voir une planche de Péchés mignons Ce ne doit pas être évident de se mettre dans la peau d’une femme ! Quel est le degré d’implication de Maïa Mazaurette ou de Camille Serceau dans cette série ?
Effectivement, en tant qu'homme, on ne peut pas tout comprendre chez une femme. C'est la raison pour laquelle j'ai fait appel à des auteurs femmes. Camille, Clélia, Nathalie (tome 2) et Maïa (tome 3 et 4) ont toutes des visions très différentes et ont pondu des scénarios que je n'aurais jamais imaginés tout seul. Dans tous les cas, je m'occupe quand même de la trame de l'album et de l'enchaînement des histoires.

On peut dire que vous avez été jusqu’au bout de votre logique avec Rebecca Rils ! A quel point êtes-vous impliqué dans ce site de vente de sextoys ?
J'ai réalisé plusieurs illustrations pour leur site. Ainsi qu'une couverture de leur Guide du Paris libertin. Tout comme ma collaboration avec La Musardine, c'est une thématique à laquelle j'ai carburé avec plaisir pendant 10 ans. Aujourd'hui, je laisse un peu ça de côté. Je préfère dessiner des zombies et des crabes.

Accéder à la BD Zombillénium Avec Zombillénium, vous avez touché un plus large public. Cette vision moderne de l’enfer de Dante, c’est votre manière à vous de surfer sur la mode des monstres, vampires et autres loups garous ?
Les vampires, zombies et loups garous ont toujours été à la mode. Est-ce que Robert Kirkman et Charlie Adlard "surfent" sur la "mode" des zombies avec Walking Dead ? Est-ce que Sfar "surfe" sur la mode des vampires avec Petit Vampire ? Non, ils ont tous eu une idée un matin et l'ont concrétisée. Peu importe ce qui est à la mode ou non. Chaque génération a eu ses monstres et, adolescent, je dessinais déjà des BD avec des squelettes et des dragons. Puis cette passion m'a quitté momentanément pendant mes études, où la BD était très mal vue par les profs et où les thématiques sociales ont remplacé le fantastique. Ce qui m'a permis de sortir un peu la tête de mon trou et de voir le monde différemment. Puis dix ans plus tard, Fred Niffle me commande la couverture du spécial Halloween de Spirou. C'est comme ça que je suis "retombé" dans les monstres, avec toutefois le désir d'y ajouter une composante sociale. Le GENRE zombies-vampires-séries B ne m'intéresse pas. En revanche, le décalage créé par l'introduction du fantastique dans le quotidien, à savoir un syndicat de Zombies, une machine à café qui distribue du sang, etc… Ҫa, ça me fait prendre mon pied !

Dans Zombillénium, on sait que le personnage de Gretchen est inspiré de quelqu'un d'authentique. D'autres personnages annexes (comme le tenancier du café, par exemple) sont-ils eux aussi inspirés de personnages réels ?
Oui, il y en a plusieurs. Gretchen a été inspirée volontairement par une amie à moi. Mais d'autres ont été inspirés involontairement. Comme Francis, par exemple : inspiré de mon père. Certains voient une ressemblance entre le tenancier du bar-PMU et Thierry Tinlot, ancien rédac'chef de Spirou et Fluide glacial. C'était involontaire ! Le prêtre du tome 2, lui, a été inspiré par un homme aperçu en boîte de nuit. Mais certains lui trouvent une ressemblance avec Fabien Vehlmann... A vrai dire, on finit par ne plus savoir qui nous inspire et pourquoi...

Cliquez pour voir une planche de Zombillénium Ce que j’ai particulièrement apprécié dans cette série, c’est que c’est le parc d’attraction le personnage principal. Les personnages mis en avant dans le premier tome se trouvent en retrait dans le deuxième. Allez-vous continuer à rebondir de personnages en personnages dans les prochains épisodes ?
J'ai effectivement voulu mettre en avant d'autres personnages dans le tome 2. Ces deux tomes sont destinés à montrer le fonctionnement du parc. Mais pour les trois prochains, il y aura le quatuor de tête Francis-Aurélien-Sirius-Gretchen sur le devant de la scène.

Les trois prochains ? Cela signifie-t-il que la série comprendra 5 tomes, ou que vous êtes assuré de faire encore trois tomes ?
Le "cycle" actuel de Zombillénium fera 5 tomes (les albums 3-4 et 5 vont se suivre). Au delà, les personnages poursuivront leur aventure, mais sous un nom différent.

Comment vous est venue l'idée de faire un ex-libris sous forme d'une manchette de La Voix du Nord pour le tome 2 ? Avez-vous reçu de l'aide sous une forme quelconque de la part de l'équipe de ce quotidien ?
Faire un supplément sous forme de journal est un petit délice auquel il est difficile de résister pour un auteur de BD. Bien d'autres l'ont fait avant moi, comme Bilal pour "la Femme Piège". Pour moi, il était impératif de "prolonger" l'histoire façon faits divers, avec une version différente de celle de la BD, car le thème de ce tome 2 porte justement sur les rapports humains-monstres. A la base, la page "Voix du Nord" était censée n'être qu'une page parmi les autres. Puis j'ai proposé à Dupuis d'en réaliser une vraie "Une" de journal, en supplément, et la rédaction de Dupuis a été géniale : Ils ont dit "oui", et négocié avec le quotidien du Nord qui a donné son accord. Je suis vraiment content que ça ait abouti. Si la "Voix du Nord" avait refusé, je n'aurais pas fait ce supplément. Avoir un titre existant renforce la crédibilité du récit. Inventer un journal fictif n'aurait eu aucun intérêt.

Accéder à la BD La Marche du crabe Avec La Marche du crabe, vous changez encore complètement d’univers. Comment vous est venue l’idée de départ ? Vous observiez les crabes sur la plage, marchant piteusement de gauche à droite et vous vous êtes dit : « et si l’un d’eux se décidait à aller de l’avant » ?
A vrai dire, je ne me souviens plus d'où m'est venue l'idée. C'était à l'époque du court-métrage, en 2003. J'ai toujours éprouvé de l'affection pour les crabes, que je trouve maladroits avec leur marche sur le côté. Mon idée était de les accabler encore plus en leur ôtant la possibilité de changer de direction. Ce qui les rend encore plus stupides... Et donc plus humains.

Où en est votre projet de long métrage de La Marche du crabe ? Pensez-vous réaliser un court ou long métrage d'animation à partir de Zombillénium ?
Le projet de long-métrage des crabes est toujours en stand-by. Etant donné que je l'avais écrit sous forme de storyboard-BD, c'est naturellement cette même BD que j'avais envoyée aux éditeurs, jusqu'à ce que Soleil me dise "oui". Finalement, que l'histoire existe sous forme de film ou de BD m'importe peu. L'essentiel est que j'ai pu la raconter.

Quant à Zombillénium. Le projet de film est à l'ordre du jour, mais c'est top-secret...

Cliquez pour voir une planche du deuxième tome de la marche du crabe Entre la bande dessinée, l’animation, internet, avez-vous des préférences ?
Comme beaucoup d'animateurs, je me suis tourné finalement vers la BD. Pourquoi ? Parce que produire un film d'animation demande un temps fou, particulièrement dès qu'il s'agit de trouver des subventions et de monter des dossiers. Cela peut prendre deux ans ! Faire une BD est beaucoup plus spontané : On se lève le matin, on dessine, on propose à un éditeur et s'il dit ok, alors c'est parti.

En revanche, l'animation me manque. Je me comble ce manque en réalisant toutes les bandes annonces de mes BD. La dernière en date : http://www.youtube.com/watch?v=_BOPnpXl9oo où je me suis amusé à reprendre le court-métrage "La révolution des Crabes" comme s'il continuait après la fin, le tout à la manière de Bref, la fameuse série diffusée sur Canal+.

Arthur de Pins, un grand merci pour le temps que vous venez de nous accorder. A très bientôt avec… Tiens, au fait, avec quoi ? C’est le deuxième tome de La Marche du crabe, votre prochaine nouveauté ?
Exactement. Ce tome 2 sort le 30 novembre prochain. Merci à vous pour l'interview ! De plus, vous êtes très documenté, je suis épaté !

Interview réalisée le 22/11/2011, par Mac Arthur, avec la participation de Little Miss Giggles, de Michelmichel et de Jetjet.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque