Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Interview de Emmanuel Proust Interview de Emmanuel Proust (26/04/2009)
Son catalogue, très indépendant, le place à part dans le monde de l’édition de bandes dessinées contemporaines. Exigeant, passionné, pionnier aussi, ainsi est Emmanuel Proust.

Retourner à la liste des articles Retourner à la liste des articles   Modifier
Emmanuel Proust Bonjour Emmanuel, pouvez-vous nous raconter comment vous en êtes venu à l’édition de bandes dessinées ?
Il y a plusieurs raisons, liées d’abord à mon enfance baignée par la lecture des bandes dessinées et qui a viré à l’adolescence à la rédaction d’un fanzine uniquement consacré au 9ème Art !

Cela m’a permis de rencontrer de nombreux auteurs. Puis pendant une dizaine d’années, j’ai exercé la profession de journaliste pour divers supports de la presse magazine. Métier qui me permettait d’exercer en parallèle d’autres activités comme la préparation d’un doctorat en géopolitique et quelques petits boulots dans l’édition, sans jamais perdre de vue mon objectif initial : devenir un jour éditeur de bande dessinée ! Mais avec une idée précise dès le départ : demander à des écrivains et à des cinéastes d’écrire pour de jeunes dessinateurs. Ce qui est évident aujourd’hui ne l’était pas à l’époque. J’étais allé trouver Actes Sud avec cette démarche éditoriale, mais ils n’étaient pas prêts. C’est pourquoi j’ai répondu présent à l’appel des éditions du Masque qui ont été séduites par cette démarche. Cela correspondait à leur envie de renouveler leur ligne éditoriale. J’ai pu alors faire mes premiers pas de directeur de collection dans la bande dessinée accompagné des écrivains majeurs du policier français : Didier Daeninckx, Jean-Bernard Pouy, Maud Tabachnik, Andréa H. Japp. Tous ont réalisé leurs premiers scénarii de BD… C’était fin 1999. J’ai également travaillé pour Hors collection.

Le cumul de ces deux expériences m’a rendu assez fort pour créer ma propre maison d’édition. Surtout, je voulais m’affranchir des décisions pyramidales des grands groupes qui sont toujours hésitants sur la bande dessinée. On l’a vu dernièrement avec le département des éditions Robert Laffont à peine créé, déjà vendu.

Logo Emmanuel Proust Il est assez rare, parmi les éditeurs récents, de donner leurs noms à leurs maisons d’édition. Pourquoi ce choix ?
Rare ? « Proust » pourrait être un pseudo, un gag, aussi ?... Plus sérieusement : pourquoi se cacher derrière un prête-nom ou un nom abstrait ? Si je prends le risque de publier, j’en assume pleinement la responsabilité. La vraie raison est que je trouvais amusant d’appeler « proust » une maison de bande dessinée. La connotation littéraire du nom plaît beaucoup à l’étranger et m’oblige aussi à ne pas lâcher les pistes littéraires initiées... Disons que ça fait office de garde-fou !

Comment avez-vous choisi votre logo ?
Ça remonte à loin… en 2002. Je m’en souviens plus très bien. Mais je sais que j’avais donné comme consigne au directeur artistique de créer le logo avec les initiales. Je voulais qu’il soit identifiable très facilement. Le logo a tellement bien fonctionné que tout le monde appelle maintenant la maison d’édition « EP ».

Quelle structure avez-vous derrière vous pour vous supporter financièrement et qui vous permet une telle affluence de publication ?
Affluence de publication ? Je publie une trentaine de titres… par an ! C’est rien comparé aux majors du secteur qui en sortent en moyenne entre 30 à 60 par mois ! Qui surproduit ? Il faut relativiser. D’ailleurs peu importe le nombre que ça soit une major ou un indé - qui n’a forcément pas les mêmes moyens - l’important étant de publier des albums auxquels on croit, et dans mon cas, je l’espère des albums qui ont une certaine originalité dans leur propos comme dans leur graphisme et présentation. À mon avis, c’est un enjeu plus qualitatif que quantitatif.

Accéder à la BD Agatha Christie Comment êtes-vous passés du groupe La Martinière à MK2 ?
Le groupe La Martinière, qui était actionnaire majoritaire, m’a demandé de trouver un repreneur à la maison d’édition. Après avoir consulté plusieurs majors, j’ai proposé une autre alternative à Hervé de la Martinière, la reprise totale de la maison par son éditeur-fondateur, ce qu’il a accepté en grande intelligence.

Après c’est le parcours classique que connaissent tous les entrepreneurs. Il a fallu monter un dossier auprès des banques, préparer un business plan ; passer les examens des commissions, etc. Deux mois d’été, nuit et jour, avec mon entourage le plus proche, à faire du tableur excel toute la sainte journée, à vous rendre dingue ! Heureusement, c’était juste avant la crise boursière… Comme je pense que la maison n’aurait pas tenu longtemps seule face aux majors du secteur, j’ai demandé au jeune et dynamique PDG de MK2 de m’accompagner dans cette aventure en devenant actionnaire pour ce nouveau départ à hauteur de 49 %. Surtout Mk2 est un choix intellectuel, je me reconnais depuis des années dans leur production et je suis très admiratif de leur développement. Car rester indépendant à l’heure actuelle en distribution et en production dans le cinéma est une réussite exceptionnelle.

Avez-vous une ou plusieurs séries phares qui vous assurent un bon retour sur investissement ?
Le bon retour sur investissement, je ne connais pas. Disons que j’ai des titres qui permettent d’en lancer d’autres et qui entretiennent l’espoir d’un avenir meilleur. Par exemple : la série Agatha Christie nous permet de nous développer à l’international. La série Sir Arthur Benton permet au scénariste Tarek de lancer d’autres séries. Voilà le principe.

Grossièrement parlant, les Éditions Emmanuel Proust sont-elles bénéficiaires financièrement ?
Après le rachat de la maison d’édition et de nombreux investissements, l’embauche par exemple de plusieurs salariés, il est normal pour une première année de ne pas être bénéficiaire. L’objectif est d’arriver à l’équilibre fin 2009 malgré une année très difficile pour tous, et en 2010 d’en récolter enfin les fruits. Somme toute logique pour une maison d’édition publiant en grande majorité des jeunes auteurs pas encore assez connus du grand public et des albums dont les coûts de fabrication sont très élevés, car vous l’avez remarqué - je l’espère- on soigne la fabrication, l’objet livre.

Accéder à la BD Agatha Christie Vous qui avez repris les adaptations des romans de Christie, pouvez-vous nous éclairer sur les buts poursuivis ? Y avait-il selon vous une perspective "pédagogique" et/ou didactique préexistante ou n'est-ce, en quelque sorte, qu'une occasion pour vous de vous faire plaisir ?
Comme je vous l’ai expliqué, j’ai commencé « le métier » aux éditions du Masque qui est l’éditeur historique en France de la reine du crime anglaise. Pour la petite histoire, le souvenir que j’avais de Christie était le roman obligatoire à lire en classe de cinquième... Rien de transcendant donc !... Par politesse, et parce que Christie faisait partie de la culture maison je me suis mis à lire des Hercule Poirot, et j’ai été agréablement surpris par ces intrigues – certaines très perverses et surtout très intéressantes à mettre en image. Comme je connaissais bien le scénariste et biographe François Rivière, je lui en ai parlé, et il a tout de suite été partant pour adapter les romans. Il n’y avait pas au départ de plan établi, ni de marketing, juste une lecture et une rencontre qui font que les projets peuvent naître. Du coup, j’étais très loin d’imaginer à l’époque que ça allait marcher à ce point là en France et à l’international. La preuve : ce projet de collection BD des adaptations Christie malgré mon insistance n’a pas vu le jour au Masque !… Je l’ai démarré trois ans plus tard, en même temps que la création de la maison d’édition en 2002. D’ailleurs, j’avais été très critiqué à l’époque pour ce choix par le microcosme BD.

Accéder à la BD Agatha Christie Y’aura-t-il d’autres albums dans cette série ?
Oui, car Christie permet de lancer de nouveaux dessinateurs mais j’ai également de plus en plus de demande d’auteurs confirmés qui veulent s’essayer à cet univers So British.

En avril, va sortir "Cartes sur table" adapté et dessiné par le belge Frank Leclercq qui signe un retour remarqué. En mai, paraîtra un autre Hercule Poirot, "Témoin Muet", dessiné par Marek, un jeune dessinateur nantais qui s’est, je trouve, très bien approprié cet univers avec sa ligne claire. À noter : ces deux nouveaux albums ont remarquablement été mis en couleur par Baloo.

À la rentrée de septembre sortira sans doute l’un des titres les plus connus de la reine du crime : "Les cinq petits cochons". Titre très convoité par de nombreux dessinateurs, j’ai choisi finalement de le confier à un scénariste et à un dessinateur débutants. Vous verrez, leur premier album fera date pour les amoureux de la bande dessinée comme du roman policier. "La Maison du péril" sera le prochain titre à paraître dans cette collection, avec le dessin plus réaliste de Thierry Jollet sur une adaptation de Didier Quella-Guyot, le scénariste de la trilogie Pyramides et du one shot sport Le Marathon de Safia.

Pourquoi ce parti-pris d'un dessinateur différent pour chaque adaptation ?
Les romans de Christie se passent à plusieurs époques, années 30, années 40, années 50, années 60. Un dessinateur ne sera pas forcément à l’aise sur toutes ces années. Et puis c’est très intéressant que chaque dessinateur s’empare du détective Poirot et le réinterprète avec son style. La télévision et le cinéma ont fait de même. Le grand public se souvient de Peter Ustinov dans Mort sur le nil, et de David Suchet pour la série télé, et ça ne pose pas de problèmes, les deux ont leur propre charisme.

Accéder à la BD Les 3 petits cochons Votre catalogue compte d'autres adaptations littéraires (notamment des contes), est-ce une ligne éditoriale voulue ou un hasard lié aux projets proposés et aux rencontres ?
Les deux. J’ai toujours voulu éditer des BD pour la jeunesse. Le conte, manière universelle de raconter une histoire, s’imposait. Donc je cherchais des idées qui allaient dans ce sens lorsque Tarek et Morinière sont venus me présenter leur projet de contes détournés. C’était exactement ce que je voulais publier ! Si je me rappelle bien de la chronologie, on a commencé par Les 3 petits cochons… les loups salam et shalom ne mangent pas de porc… vous voyez l’état d’esprit. La collection ep’jeunesse était lancée, avec comme direction majeure, ne pas niveler par le bas, mais ne pas hésiter à aborder des thèmes de société comme le racisme, l’éducation, la religion, les différences sociales vus à travers le prisme d’histoires amusantes, ni chiantes ni pédagogiques. Des histoires qui peuvent autant se lire au premier degré (les enfants) et au second degré (les parents), comme nous l’a appris dans ce domaine notre maître à tous, René Goscinny.

Y a-t-il d'autres projets d'adaptations en cours ?
La Véritable histoire du Chat botté vient de paraître, c’est l’adaptation en BD du film de Pascal Herold, et là actuellement je réfléchis à de nouveaux titres, sans précipitation car je tiens à maintenir la qualité et la philosophie de cette collection. Le prochain titre à paraître sera une réédition d’un conte introuvable de Tarek et du dessinateur Boris Guilloteau paru à l’origine chez Soleil Kids : Le Petit Bûcheron.

Accéder à la BD Sir Arthur Benton Concernant Sir Arthur Benton, le second cycle est-il (hélas) le dernier ?
Là je n’en sais rien. Je dirais que les affaires d’espionnage ne manquent pas pendant la guerre froide. Le sujet pourrait être traité à l’infini. Mais il faut également savoir s’arrêter à temps. Ne pas faire l’épisode de trop qui gâcherait l’ensemble.

Il y a une véritable cohérence pour le premier cycle « seconde guerre mondiale » comme pour le second « guerre froide ». Si le scénariste Tarek a envie de continuer et s'il arrive à imaginer des thématiques aussi fortes pour créer un troisième cycle, cela va de soi que l’on continuera, sinon on aura aussi le courage de passer à autre chose.

Pourquoi ce brusque changement de format entre le cycle 1 de Sir Arthur Benton et le nouveau volume inaugurant le cycle 2 ?
C’est une évolution technique, il est plus simple d’imprimer au format 23 x 31 qu’à 22 x 31. Les auteurs préfèrent également avoir un plus grand format par exemple pour dessiner la couverture et franchement les albums sont plus beaux à ce format, ne trouvez-vous pas ?...

La collection Atmosphères Sport nous a proposé quelques récits intéressants. Quels vont être les prochains albums dans cette collection ?
Cette collection n’a pas vocation à enchaîner titres sur titres. Actuellement, je recherche des sujets aussi originaux que celui de 199 combats. Plusieurs sports sont prévus, on ressortira quatre nouveaux titres en 2010. C’est au stade (sans jeux de mots vaseux…) de projet uniquement. Je préfère bien cadrer les sujets avant de les lancer. Les deux prochains sports qui auront leur fiction documentaire dont je suis sûr pour l’instant sont le rugby et le tennis.

Accéder à la BD Réminiscences En ce qui concerne la collection petits meurtres, qui vous a permis de vous lancer, il n’y a plus eu d’album depuis presque cinq ans. Plus de policier chez EP ?
Plus de petits meurtres mais si vous regardez bien le catalogue, de nombreux titres policiers sont sortis depuis. La collection Christie, on vient d’en parler. Je vous invite à découvrir l’intégrale Rouletabille. Dernièrement, "Roberto Succo" par Ilaria Trondoli revient sur le parcours de ce tueur en série qui est devenu une affaire d’Etat en Italie. Emmanuel Reuzé prépare pour la rentrée un album qui devrait être remarqué : l’adaptation du roman de Didier Daeninckx sur la nouvelle Calédonie, Cannibale. Sans oublier au catalogue, les adaptations des écrivains américains James Ellroy, Tony Hillerman, George Chesbro, Paco Iganacio Taibo II, concept honteusement repris depuis par les éditions Rivages & Casterman…

Sans oublier un polar contemporain Une balle dans la tête qui se déroule en Irlande écrit par Eric Corbeyran himself et dessiné par Jef (à paraître le 4 juin prochain).

Pas d’adaptations relatives au cinéma en vue ?
La BD Sans Pitié a été achetée par le cinéma, le scénario est en cours d’écriture. Actuellement, je suis en négociations avec plusieurs producteurs qui souhaitent acheter les droits de divers albums. Sinon avec Mk2 on souhaite lancer beaucoup de choses, mais on en est encore au stade des négociations.

Accéder à la BD Gitans D’une manière générale, avez-vous une ligne éditoriale particulière, ou marchez-vous beaucoup aux coups de cœur ?
Je pourrais vous répondre que mes coups de cœur sont cette ligne éditoriale… mais je trouve quand même qu’il y a une ligne évidente même si on fait à la fois des BD pour la jeunesse et pour les adultes. Regardez bien l’ensemble, il y a un fil conducteur. D’abord le catalogue est organisé en collections bien identifiées. Par exemple « Atmosphères » pour des albums sans pagination ni format standardisés qui laisse la part belle aux expériences et à une BD d’auteur très exigeante. Je ne peux pas citer tous les titres, juste le plus emblématique, Auschwitz, devenu un grand classique. Il permet de lancer un auteur comme Krist Mirror avec Gitans ou "Tsiganes", deux reportages en BD, sous forme de fiction mais qui ont une portée historique, sociale et politique.

Et je dirais que c’est notre particularité, dans chacune des BD de ce catalogue, il y a un mixte assumé. Celui de s’adresser au public de la BD par le biais d’une fiction tout en proposant autre chose, un cheminement pour aller plus loin afin de s’interroger sur notre vie et sur notre histoire. C’est pourquoi certains albums sont accompagnés de dossiers écrits par des spécialistes ou très documentés. Ils expliquent la démarche de l’auteur ou reviennent en profondeur sur le thème traité. Je trouve ça important de soigner ainsi son lecteur en lui montrant nos pistes de réflexion, nos doutes et nos engagements sur une création. Si la bande dessinée peut être un pur moment de plaisir, je n’ai pas envie qu’elle soit une distraction idiote qui nivelle par le bas, il y en a assez je crois !... Je cherche toujours des auteurs qui sont « habités » par un thème ou un monde graphique. Voilà pour la politique éditoriale.

Et pour être complet, je dirais qu’elle trouve plus d’écho à l’international qu’en France. Avec leur regard extérieur les éditeurs du monde entier comprennent très bien ce catalogue et y adhèrent facilement. En France, parce que l’on ne peut pas nous ranger dans une case, on me pose souvent cette question de la politique éditoriale. Mais avec le temps, je remarque que l’on est de mieux en mieux perçu, comme une maison d’édition qui propose des œuvres soignées, et qui prend des risques, aussi avec un souci éthique pour les scénarii et très qualitatif pour le dessin (même s'il ne peut pas s’appliquer à tous les titres, en tout cas on essaie).

Accéder à la BD The Fountain Vous vous êtes intéressé aux comics, notamment à Kent Williams en ayant sorti des titres comme Blood, Tell me, Dark... et récemment The Fountain. Comptez-vous continuer à éditer des titres de cet auteur ? Voire même, pourquoi pas, à vous intéresser à d'autres auteurs de comics ?
Plutôt qu’aux comics, je m’intéresse à la BD d’auteur d’une manière générale. C’est pourquoi je publie le magnifique travail pictural et photographique de John J. Muth sur "M le maudit" (en librairie le 18 juin prochain), inspiré d’un grand classique du cinéma de Fritz Lang.

Quant à Kent Williams je dois bientôt le voir pour son prochain projet. D’ailleurs John J. Muth, est un ami de Kent, et tous deux sont connus aux USA pour leur roman graphique à l’inspiration très « européenne ». Dans un futur proche je peux vous révéler que je vais demander à d’autres auteurs américains dans la même veine de Williams et Muth de rejoindre le catalogue, dont un qui sera une grosse surprise...

Y’aura-t-il une suite à ces séries : Les Couzes et La Tombelle, L'Anneau des Nibelungen, Baraka, Bravado, Chinguetti, Les Equilibres meurtriers, La Légende de Cassidy, Simon Radius, Tête de Negre, Une enquête des détectives Harley et Davidson, Vaudou Dou Wap, Voyage sous les eaux ?
Voyage sous les eaux est un one shot. Son dessinateur Serge Micheli prépare un album sur sa région d’origine, la Corse, parution prévue en 2010. Pour la série Cassidy, le dessinateur Asaf Hanuka ne s’est pas entendu avec Roger Martin, son scénariste, ça va être difficile de la terminer. Bravado va être refait sous une autre forme, je pense que le dessin de Mako est plus adapté au roman graphique. Baraka était terminée en deux tomes, Will Maury son dessinateur souhaite aujourd’hui dessiner dans un style humoristique. La Tombelle, "Chinguetti", "Vaudou" sont arrêtés pour différentes raisons, souvent parce que je n’étais pas content de la relation auteur-éditeur. Simon Radius, Tête de Negre ne sont pas arrêtés. Leurs suites et conclusions seront publiées en 2010.

La série "Mr Deeds" a-t-elle été purement et simplement abandonnée ?
J’ai fait une proposition à son auteur pour la continuer, j’attends sa réponse.

Accéder à la BD Le Tsar Fou Comment expliquez-vous que de nombreuses séries soient abandonnées alors que le concept de la collection trilogie devait éviter à la base ce genre de dérive, car sur une série qui ne marche pas, les frais sont assez vite arrêtés ?
Je ne vous suis pas du tout. De très nombreuses séries sont terminées en trilogies : Pyramides, Ulysse, Raspoutine, Le Tsar Fou, Sir Arthur Benton, Chito Grant, Gabrielle B., Sans Pitié, "Ubu", etc. Donc dans leur grande majorité, les séries commencées sont terminées ou en cours sauf exception. Ce n’est pas forcément lié au résultat des ventes, mais c’est vrai quand un premier tome ne trouve pas son public, le libraire ensuite ne fera pas la mise en place nécessaire pour que le second album ait toutes ses chances. Que faire alors dans le contexte actuel ? Il est plus sage de repousser la date de sortie à des jours meilleurs pour redonner leur chance à de jeunes auteurs. Et ce laps de temps permet aussi de réfléchir à ce que l’on a foiré : diffusion ? couverture ? format ? etc. Quand il y a échec, je veux qu’à l’avenir le staff de la maison écoute réellement le diffuseur, les libraires et les auteurs. En écoutant tout le monde, on arrivera à trouver des solutions.

A une époque, il était question que Pome Bernos réalise une suite à ses Chroniques d'un pigeon parisien. Qu’en est-il ?
Pome est un auteur très sensible. Le succès du Pigeon lui est tombé dessus alors qu’elle n’y était pas préparée. Elle a eu besoin de faire un break pour rester spontanée. Donc après une longue pause, elle m’a promis de se remettre à sa planche à dessin.

Je voudrais savoir quand sont prévus les sorties du tome 3 de Tengiz et du tome 2 de "Lawrence d'Arabie". Y’aura-t-il un tome 3 de Galathéa ?
Le tome 2 de "Lawrence" est sorti en février 2009 ; pour Galathéa, sa dessinatrice prépare une nouvelle série chez Dupuis et prévoit de travailler en parallèle à la conclusion prévue pour 2010, quant à Tengiz tome 3, à l’heure où je vous réponds, Aurélien Morinière est à la planche 21, pour une sortie prévue fin octobre 2009.

Accéder à la BD Pyramides Verra-t-on Sophie Balland sur une nouvelle série après Pyramides ?
Non. Sophie qui a un vrai talent de dessinatrice réaliste a changé de vie et ne souhaite plus faire de la bande dessinée. J’ai essayé de l’en dissuader mais rien à faire, à mon plus grand désespoir. C’est un choix de vie à respecter. Peut être fera-t-on une intégrale de sa série avec tous ses croquis préparatoires inédits.

Quelles sont les prochaines sorties ?
Pour ne citer que les titres qui n'ont pas déjà été évoqués, dans la collection « ep'jeunesse » sortira le 7 mai le deuxième opus des "Poussins de l'espace" réalisé par Tarek & Batist et "Trois (petites) histoires de monstres", un collectif où vous pourrez admirer les planches extraordinaires de Ivan Gomez Montero, un dessinateur qui vient de l'animation ! En mai, je voudrais attirer votre attention sur la nouvelle série de Pascal Bertho avec le dessinateur Chandre : "Saint-Kilda". Ce récit incroyable est celui d'une société oubliée du monde jusqu'au jour où un étudiant épris de darwinisme débarque sur l'archipel de Saint-Kilda. Il découvre que le pasteur de la communauté maintient la population dans l'ignorance du monde extérieur...

Sans oublier "Ontophage", une BD que l'on attendait depuis très longtemps car son dessinateur avait pris un peu de retard mais ça valait le coup d'attendre. Car je pense que Marc Piskic après deux Christie très remarqués, Le Crime du Golfe et Le Train bleu, montre tout son talent de conteur et de dessinateur avec cette histoire fantastique très noire qui débute au Père-Lachaise.

Couverture de Ontophage, de Marc Piskic Avez-vous l’intention de sortir des projets plus orientés dans la fantasy ?
Non. Je trouve qu’il y a déjà assez de titres comme ça en fantasy chez les autres éditeurs et à titre personnel je ne suis pas du tout « client ».

Au bout de dix ans et plus de 120 albums, quel bilan tirez-vous de votre activité ?
Pour être précis, je ne suis réellement éditeur que depuis 2002. En 1999, je n’étais en rien décisionnaire… Et avec les titres du Masque, de Hors Collection, et ceux de « EP », cela fait plus de 200 titres au cumul. Mais ce n’est pas le nombre qui est important, c’est les choix. Il y a eu des erreurs comme des réussites. Si vous me demandez un bilan, je dirais que dès le départ j’ai lancé des pistes éditoriales qui aujourd’hui ont cours dans de nombreuses maisons : les adaptations littéraires, les scénarii d’écrivains comme de réalisateurs de cinéma, les livres objets avec des pelliculages mats et des vernis sélectifs. Si j’ai été beaucoup décrié au départ par ces choix qui bousculaient les habitudes, en revanche aujourd’hui ça m’encourage à continuer et à écouter mes intuitions.

J’ai aussi beaucoup de chance d’avoir une équipe qui est passionnée par la bande dessinée et pas là juste parce que c’est « mode ». Je remarque aussi que certains dessinateurs qui ont signé leur premier album ici commencent à se faire un nom : David Etien, Will Maury, Otéro... Et des auteurs comme Perger, Tarek, Chandre, Croci, Mirror, Pomés, Lilao, Pennelle, Brachet, pour ne citer qu’eux, progressent d’albums en albums et sont promis à un bel avenir autant en France qu’à l’international.

Couverture de Saint-Kilda, de Pascal Bertho Enfin j’insisterais sur ce que je pense être la spécificité de cette maison : en ne publiant pas de manga, on a fait l’autre choix, celui très risqué de privilégier les créations originales afin de constituer un catalogue avec l’ambition de le vendre aux éditeurs étrangers. Ce qui jusqu’à présent nous a plutôt bien réussi, même si je pense que la concurrence va devenir de plus en plus féroce dans les années qui viennent pour la vente de droits à l’étranger.

Vos ambitions pour les 10 prochaines années ?
Toujours trouver des projets qui donnent envie de continuer de faire de la bande dessinée avec passion. Vu notre association avec Mk2, l’idéal serait aussi que des films adaptés du catalogue voient le jour. Ça sera la plus belle récompense pour les auteurs.

Emmanuel, merci.

Interview réalisée le 26/04/2009, par Spooky, avec la participation de beni, clem, herve, JJJ, Miranda, pigou, Tomeke et Ro.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque