Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Interview de Richard D. Nolane Interview de Richard D. Nolane (03/06/2013)
Passionné de paranormal, le touche-à-tout Richard D. Nolane est aussi très productif dans la BD…

Retourner à la liste des articles Retourner à la liste des articles   Modifier
Richard D. Nolane au Festival International du Roman Noir de Frontignan Bonjour Richard, pourquoi avoir pris un pseudo en tant qu’auteur ?
Bonjour. En mai 1973, quand j’ai publié mon premier article dans Horizons du Fantastique, une revue semi-pro puisqu’elle ne payait pas ses auteurs mais était distribuée en kiosques, c’était un peu la mode de prendre des pseudos à consonance plus ou moins anglo-saxonne… J’allais avoir 18 ans et je me suis laissé prendre. Cela dit, « Richard D. Nolane » est un pseudo qui sonne bien, donc… Mais aujourd’hui, je prendrais mon vrai nom, Olivier Raynaud, c’est certain.

Accéder à la BD Lüger et paix (Lame fatale) Tu débutes en BD avec Lüger et paix, en 1987, une histoire étrange où Nazis et saxophoniste semblent se jouer des pièges du temps… Comment as-tu développé ce scénario inattendu ?
Jean-Claude Claeys, que j’avais connu quelques années plus tôt, avait du mal à organiser son nouvel album pour les Humanoïdes Associés. Comme il savait qu’on s’intéressait à beaucoup de choses en commun, comme le Polar Noir, les histoires de méchants Nazis, etc., il m’a demandé si ça m’intéresserait d’être son co-scénariste pour cet album. Mais c’est moi qui en ai trouvé le titre de « Lüger et Paix »…

Pourquoi avoir collaboré avec Jean-Claude Claeys, qui est plus un illustrateur qu’un dessinateur de BD ?
A vrai dire, je n’ai jamais été un spécialiste de la BD car mon univers d’origine c’est le livre et la question ne m’a pas effleuré l’esprit à l’époque. Pour moi, Jean-Claude était un talentueux dessinateur que j’avais en plus la chance de connaître et j’ai pris ça pour une véritable chance de faire avec lui un scénario de BD.

Le diptyque a été réédité en intégrale chez Soleil, avec du contenu disons sensuel… Ce contenu était-il inédit depuis les années 80 ?
Il était prévu un 3ème tome mais qui ne s’est jamais fait aux Humanos et une partie des pages déjà réalisées a été rajoutée pour cette édition. De plus, le T2 y a été « remonté » quelque peu pour rendre sa lecture plus aisée car on se perdait un peu dans les flashbacks…

Accéder à la BD Harry Dickson (Soleil) Tu t’empares ensuite du personnage d’Harry Dickson, lui-même recréé par Jean Ray dans les années 1920-30. Qu’est-ce qui t’attirait chez ce personnage ?
Jean Ray n’a jamais créé Harry Dickson ! C’est une légende entretenue par ses ayant-droits. Légende que j’ai dégonflée lorsqu’ils ont essayé de nous poursuivre en justice. Jean Ray n’a fait que traduire puis écrire lui-même dans les années 20 et 30 ce qui n’était au début qu’une réédition de Sherlock Holmes pirates allemands interdits par Conan Doyle au début du siècle. Le nom de Harry Dickson a été inventé en 1913 pour un film serial français tiré, comme par hasard, déjà de ces fascicules pirates…

Amateur de Sherlock Holmes et de détectives de l’occulte, je ne pouvais qu’être intéressé par un personnage comme Harry Dickson…

Tu y insuffles beaucoup de fantastique, alors qu’il aurait pu se cantonner au policier classique… De même avec le second degré, que ne voient pas forcément les lecteurs ?
C’était le deal de départ avec Mourad Boudjellal, alors tout petit éditeur à Toulon et que m’avait présenté mon pote Christophe Arleston : j’écris des aventures inédites dans l’ambiance des fascicules et je fais franchement du « détective de l’occulte » en évitant un truc qui me saoule plus qu’un peu, le fantastique « expliqué ». Quant au second degré, ça ne gêne pas pour la lecture quand on ne le voit pas et ça amuse ceux qui le voient… Donc, tout le monde est content.

Cliquer pour voir une planche de Harry Dickson tome 1 Pourtant les romans originaux avaient été adaptés par Verhaeghe et Zanon chez Dargaud quelques années plus tôt. Il n’y a pas eu de problèmes de droits ?
Leur éditeur et eux se sont fait avoir car les ayant-droits leur avaient garanti l’exclusivité d’un personnage qui était en fait dans le domaine public… Les ayant-droits nous ont attaqués après la parution du premier tome mais le dossier que j’ai fait passer à l’avocat de Soleil (dont j’attends toujours vingt ans après les remerciements…) a fait qu’ils ont renoncé à aller au procès. Quelque part, tous ceux qui écrivent des HD aujourd’hui sans être ennuyés, c’est un poil grâce à moi.

Le dernier tome date de septembre 2009. C’est fini ou avez-vous juste fait une pause avec Olivier Roman pour le diptyque d'Alchimie ?
Depuis janvier 2013, et grâce à Jean Wacquet notre directeur littéraire chez Soleil, les 13 HD ressortent à raison d’un tome par mois et avec de magnifiques couvertures vintage dans le style des fascicules originaux. Alchimie était, oui, une pause car Jean Wacquet qui a géré cette mini-série rattachée après coup à la belle collection « 1800 » de Jean-Luc Istin, voulait la faire avec Olivier Roman. Mais entretemps, Olivier avait signé pour une adaptation de Pierre Bordage et maintenant, il faut attendre qu’il l’ait finie pour envisager un T14…

Accéder à la BD Les Tigres volants Qu’est-ce qui t’a amené à t’intéresser à l’histoire des Tigres volants, et d’en écrire l’histoire en BD ?
Je m’intéresse depuis très longtemps à l’aviation, notamment à ce genre d’escadrilles « exotiques ». Un jour, Mourad Boudjellal m’a dit que si j’avais une idée pour bosser avec Félix Molinari, je pouvais lui en parler. Connaissant le background de Félix dans les petits formats de guerre avec les Tigres Volants, je n’ai pas hésité un instant. La série aurait dû reprendre et nous avions signé pour un T6 lorsqu’un AVC a fauché Félix en janvier 2011… Mais les 5 tomes existants viennent d’être tous réédités par Soleil. Une très bonne chose.

Certains reprochent à cette série son côté un peu « aride », s’attachant à raconter l’histoire vraie, sans en rajouter pour pimenter un peu le récit…
Ceux qui disent ça ne connaissent pas l’histoire de Tigres Volants. En fait, oui, le T1 suit cette histoire de près car il avait pour but de mettre les bases en place. Mais ensuite, les quatre autres albums racontent des histoires totalement inventées par moi. Seuls les avions collent à la réalité d’époque. D’ailleurs, la nouvelle édition 2013 comporte un petit dossier de deux pages dans chaque tome sur les avions mis en scène dans l’album.

Une anecdote concernant cette collaboration avec le regretté Félix Molinari ?
Félix était un homme d’un autre temps, qui avait commencé à dessiner en 1947 et qui était passablement réfractaire aux techniques modernes. Ainsi, quand on avait signé fin 2010 pour le T6 et que je lui avais demandé de me donner une adresse email, il m’avait avoué n’avoir même pas encore acheté un fax… Et quand on avait commencé à bosser ensemble au début des années 1990, il m’avait expliqué que pour lui, le scénariste devait même dessiner les contours des cases dans les planches. Ce que j’ai fait pour les 5 tomes…

Accéder à la BD Siècle de sang Tu attaques en 1994 une série avec le débutant Pascal Croci, Siècle de sang. Hélas, celle-ci s’arrête dès avant le deuxième tome…
La faute à l’éditeur qui n’a tiré que 3000 ex. pour une mise en place en… décembre, le mois le plus suicidaire si on n’est pas une grosse « machine », réalisée par un diffuseur dont il se séparait en… janvier ! Bref, personne n’a vu cet album ! En plus, la couverture n’était pas adéquate et le style particulier, que j’aime beaucoup, de Pascal n’a pas accroché à l’époque. Aujourd’hui, l’album jouit d’une certaine réputation dans les milieux gothiques et parmi les nombreux fans de Pascal Croci.

As-tu récupéré les scenarii déjà prévus pour les injecter par ailleurs, par exemple dans Millénaire ?
Non car je n’avais pas de scénarii d’avance. Mais c’est évident, Siècle de Sang a servi de brouillon à Millénaire… Ainsi qu’un roman qui était resté sur le sable dans les années 1990 et qui a servi de base à un de mes 43 Blade pour Gérard de Villiers, Le Souffle de la Goule.

Le scénario de Millénaire est très riche, et me semble fort documenté… Tu aurais des scoops qui pourraient faire trembler l’Eglise ?
Disons que la vision que j’y expose des fondements des Religions du Livre m’aurait valu le bûcher sous l’Inquisition… Aujourd’hui, je ne risque plus qu’une fatwa d’un crétin islamiste autoproclamé imam ou l’ire de Christine Boutin et ses amis intégristes catholiques…

Accéder à la BD Millénaire C’est ta série la plus ambitieuse quelque part, non ?
Oui car elle veut construire tout un univers médiéval un peu décalé autour d’un complot ayant ses racines dans les temps bibliques. C’est vraiment dommage que des circonstances indépendantes de notre volonté aient fait que cette série ait dû subir une interruption de plusieurs années. J’espère que ça n’arrivera pas à Wunderwaffen qui est en train de créer une uchronie elle aussi.

Comment le choix de François Miville-Deschênes s’est-il opéré ?
Un coup de chance et qui n’a rien à voir avec le fait que François et moi habitions le Québec tous les deux. Et à 1000 km l’un de l’autre… Les Humanos m’avaient acheté mon découpage des 54 planches du T1 et François de son côté leur avait envoyé un gros dossier, ainsi qu’à d’autres éditeurs. Les Humanos ont été les plus rapides, voilà tout…

Le tome 5, qui date de plus de trois ans, clôture le premier cycle, rassemblé en intégrale depuis. Y aura-t-il une suite ? Ou les difficultés des Humanos rendent-elles l’opération difficile ?
Les difficultés des Humanos semblent être derrière eux. Il y a une deuxième saison sur le feu. J’ai déjà écrit le découpage entier du T6 et les Humanos me demandent de réfléchir au T7. Cet arrêt momentané mais un peu long a provoqué un problème supplémentaire, à savoir qu’il faut faire maintenant des histoires plus indépendantes pour « capturer » un nouveau lectorat qui ne connaît pas la première saison. Bref pour ne pas rebuter les nouveaux venus en leur faisant sentir que s’ils ne connaissent pas les 5 premiers tomes, ils auront du mal à lire le 6ème… Cela se tient parfaitement d’un point de vue commercial mais je trouve que la série risque d’y perdre en ampleur et en intensité. Sauf si les Humanos orchestrent une vraie campagne de remise en vente des T1 à T5 avec la mise en vente du T6, histoire que TOUT soit disponible en même temps sans avoir à commander au libraire, ce qui est un tue-instinct-d’achat de première pour la plupart des lecteurs…

Accéder à la BD Russell Chase Russell Chase est pour toi l'occasion d'aborder l'une de tes passions, la cryptozoologie. Là encore la série me semble terminée... Tu avais encore des animaux fantasmagoriques à nous présenter ?
Russell Chase était une belle idée mais qui n’a pas accroché. Et les lecteurs du T3, le premier qui avait une vraie belle couverture, n’auront jamais la suite et fin de l’histoire avec le poulpe colossal alors que j’avais fait l’intégralité du découpage du T4… En plus, le dessinateur, Pasquale del Vecchio, n’aurait pas voulu poursuivre après ce T4 car les « grosses bébêtes » ce n’était pas son truc, a-t-il dit, et qu’il préférait dessiner des thrillers…

Accéder à la BD Centurion Pour le Centurion, les lecteurs ont eu l'impression d'une intrigue trop serrée dans le premier tome... Si c'était à refaire, construirais-tu ton scénario d'une autre façon ?
Oui. J’éviterais ce saut de presque vingt ans entre les première et seconde parties de l’album. Bien sûr, il m’aurait fallu alors placer plus tôt la fin du T1, ce qui n’était pas évident. En fait, Centurion T1 aurait dû avoir 54 planches comme les Millénaire pour que ça fonctionne… Et puis on s’est aperçu trop tard qu’il y avait un problème avec le dessin et avec la couleur. Bref, on a tous un morceau de la responsabilité de cet échec.

En l’année 2009 on te voit partout chez Soleil : la collection Cherche futurs, la collection 1800, mais aussi Corpus Hermeticum... Comment s'opère le "recrutement" des auteurs pour ces univers ?
Soit on te dit « Tiens, toi qui aime ce genre d’histoires, tu ne pourrais pas nous proposer un scénario ? », ce qui s’est passé pour Corpus Hermeticum et 1800, soit c’est toi qui dis, « Et si on adaptait cette série de romans ? », comme c’est arrivé pour Cherche-Futurs. En tout cas, j’ai été très content de faire le one-shot fantastique Titanic car j’ai toujours été fasciné par cette histoire et que ça m’a permis de faire la connaissance de Patrick A. Dumas.

Parlons un peu de Dumarest, l'aventurier des étoiles, cette série d'EC Tubb. Cette adaptation a-t-elle été compliquée ?
Non. Je connais tellement bien l’univers de Dumarest pour avoir fait publier les 33 romans en France et avoir traduit les 20 derniers que j’ai su tout de suite comment et où réduire et adapter.

Vas-tu adapter l'ensemble de la série de romans ? Où en est la suite ?
Il n’y aura pas de suite en dépit des bonnes critiques pour ce T1, exceptées quelques réserves par-ci par-là sur le dessin, de son excellente distribution, etc. Par un de ces mystères de l’édition, c’est avec Siècle de Sang mon pire crash en BD…

Accéder à la BD Alchimie La collection 1800 semble t'aller à ravir, elle te permet de traiter nombre de sujets qui te sont chers dans un cadre victorien au sens très large... Prépares-tu d'autres récits de ce type ?
Je me suis régalé en « 1800 » avec Alchimie et 20 000 Siècles sous les mers mais pas d’autres projets prévus là-bas. La collection s’est recentrée sur le « victorien anglais » et a manifestement été verrouillée autour d’une équipe de scénaristes. En plus, honnêtement, je n’aurais plus le temps en ce moment avec ce que j’ai en cours et, par-dessus, les délais super serrés pour sortir deux albums de Wunderwaffen par an.

Michel Suro, qui excelle dans les ambiances médiévales, est à son tour pris dans tes filets pour Démon. Va-t-on en savoir plus sur la disparition de l'Atlantide dans le second tome ?
T2 en cours d’élaboration. J’avais prévu 3 tomes mais il va falloir que je resserre l’histoire pour qu’elle se termine en deux, les ventes du T1 ayant été moyennes. Mais au moins, les lecteurs du T1 ne resteront pas plantés avec un T1 sans suite suivant une ancienne habitude très reprochée à Soleil et qui semble avoir maintenant un peu disparu depuis le rachat par Delcourt. Oui, il y aura quelques révélations sur l’Atlantide…

Tu participes également à une nouvelle "franchise" estampillée Soleil, Contes & Légendes des Régions de France, en scénarisant de courts récits pour le tome consacré à la Provence, ta région de naissance. Un retour aux sources, toi qui es parti vivre au Québec ?
La Provence n’est pas ma région de naissance mais j’y ai vécu plus de 25 ans avant de partir à Montréal. Cela crée des liens… Quand Jean Wacquet m’a proposé l’album, ce qui m’a intéressé c’est de faire des récits courts, des « nouvelles » en BD, quoi. Je me suis servi des légendes provençales pour faire de véritables histoires fantastiques jouant sur le thème « ce qu’on ne vous a jamais dit sur la légende » en question… Et je me suis régalé à faire ça. En fait, il faut voir cet album comme un recueil fantastique pur. J’espère que la série continuera et que je pourrai remettre le couvert pour une autre région…

Accéder à la BD Wunderwaffen Wunderwaffen est une uchronie plus proche dans le temps que toutes tes séries précédentes... L'Histoire tient finalement à peu de choses, et si le Débarquement avait finalement échoué, ton récit fait partie des "suites" possibles... Mais que nous réserves-tu pour les prochains tomes ?
Wunderwaffen ne restera pas qu’une « simple » série d’aviation sur les armes secrètes allemandes, comme c’est d’ailleurs évident dès la lecture du premier album sitôt l’introduction du personnage de Jacques Bergier. Elle va flirter de plus en plus aussi avec deux de mes thèmes favoris dans le genre, « l’occulte nazi » et les mythologies plus ou moins bizarres tournant autour de la « super-science » nazie. Mais les wunderwaffen volantes auront toujours la part belle. Bref on devrait faire quelque chose qui tranche sur la concurrence en BD aviation. Oui, la lecture du Matin des Magiciens de Pauwels et, justement, Bergier dans ma jeunesse a laissé des traces…

Combien de tomes sont-ils prévus ?
Le T3 sort début juillet et le T4 est programmé pour novembre… Il y aura aussi un coffret spécial pour ces 4 albums qui forment la Première Saison pour Noël. Le T5 sera un spin-off racontant pourquoi et comment le débarquement a raté le 6 juin 1944 et introduisant des éléments essentiels pour la suite de la série. Il y a de fortes chances pour qu’il sorte en juin 2014, pour le 70e anniversaire du Jour J… Wunderwaffen a bien pris auprès du public, ce qui a fait que nous avons été invités Maza et moi à Angoulême cette année par Soleil à l’occasion de la sortie du T2 une semaine auparavant…

Cliquer pour voir une planche de Wunderwaffen tome 1 Tu te définis sur ton profil facebook comme un détective de l'occulte... Y'a-t-il des sujets que tu aimerais explorer ? Quels sont tes projets ?
Plein de sujets, et des plus variés, m’intéressent ! Rien que pour ce qui tourne autour des Nazis et l’occulte, je pourrais sortir instantanément au moins deux sujets de séries BD ou d’histoires écrites, et complètement différentes de ce que j’ai déjà fait… Pour les projets, j’ai deux choses signées chez Soleil et sur lesquelles on a commencé à travailler. Une uchronie « aviation et dirigeables » un peu déjantée sur la Guerre de 14 et une histoire d’espionnage avec des agents soviétiques autour d’un train célèbre dans les années 1930.

Où en est Gothic Vidocq ?
En tant que BD, Gothic Vidocq est, pour l’instant, abandonnée. En fait, cela va devenir sans doute une série de nouvelles écrites à laquelle je vais bientôt m’atteler, des éditeurs étant intéressés par la chose. Mais Vidocq en BD n’est peut-être pas mort pour autant. J’adore ce personnage et je suis du genre à ne jamais lâcher prise et à être patient…

Ton CV est quand même impressionnant, puisqu'on te dit "romancier, scénariste de BD, nouvelliste, traducteur, essayiste, éditeur, journaliste, chroniqueur, directeur de collections, anthologiste, rédacteur en chef de revues, critique et même agent littéraire..." Je crois que tu as presque fait le tour, non ?
On peut dire que je connais l’édition sous presque toutes ses coutures, en effet, y compris du côté éditeur. Cela sert souvent. Pour ne pas se faire avoir par certains éditeurs mais aussi pour améliorer les relations avec d’autres qui apprécient d’avoir affaire à quelqu’un de réactif. Et c’est toujours bien de comprendre le fonctionnement pas toujours clair vu de l’extérieur d’un système dans lequel on travaille…

Richard, merci.
C’est moi.

Interview réalisée le 03/06/2013, par Spooky.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque