Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Interview de Sébastien Gnaedig Interview de Sébastien Gnaedig (23/10/2009)
Après avoir laissé une marque indélébile chez les Humanoïdes associés et Dupuis, Sébastien Gnaedig fait aujourd’hui, en tant qu’éditeur, le bonheur des Editions Futuropolis.

Retourner à la liste des articles Retourner à la liste des articles   Modifier
Sébastien Gnaedig Après avoir été responsable de fabrication aux Humanoïdes Associés en 1990, puis chez Delcourt tu reviens aux Humanos en 1996 en tant que directeur de collection. Tu deviens alors l'éditeur d'Enki Bilal, de Dupuy et Berberian, Nicolas de Crécy, Dodo et Ben Radis, Dorison, Bec, Lauffray, Cecil… Quels souvenirs gardes-tu de cette époque ?
De très bons souvenirs ! J’ai eu la chance de commencer ma « carrière » à la fabrication à une période où les Humanoïdes Associés se développaient tous azimuts. Il y avait une belle effervescence. J’ai eu l’occasion de m’occuper des rééditions de l’ensemble des livres d’Enki Bilal, d’emmener pour la première fois à l’imprimerie Jean Giraud pour son Blueberry, Arizona love ; c’était l’arrivée de Dupuy et Berberian avec Monsieur Jean… J’ai un souvenir d’un après midi mémorable à regarder l’ensemble des originaux de Foligatto de Nicolas de Crécy… j’ai aussi eu l’occasion de côtoyer un grand monsieur malheureusement disparu, Guy Vidal, qui m’a donné de bons conseils que je suis encore aujourd’hui.

Lorsque j’arrive chez Delcourt, l’équipe est réduite, et le programme très « light » comparé à aujourd’hui ! Une trentaine de nouveautés par une génération d’auteurs qui est la mienne : Brunschwig, Hirn, Turf, Mazan, Lebeault, Thierry Robin, David Chauvel… Nous pouvions donner notre avis sur les projets (même si Guy Delcourt était seul décisionnaire !). Là aussi, la maison évoluait, se développait dans l’échange et la proximité avec les auteurs.

Accéder à la BD Le Chant des Pavots Puis Fabrice Giger, le patron des Humanos, me propose de revenir en tant qu’éditeur. C’est une opportunité que l’on ne peut pas refuser surtout lorsque les auteurs que l’on doit accompagner s’appellent Bilal, Dupuy et Berberian, Nicolas de Crécy etc. Pendant ma période chez Delcourt, les Humanos avaient connu un revers sérieux suite à un bras-de-fer avec leur distributeur. Les conditions n’étaient pas évidentes mais la relance s’est faite petit à petit. L’équipe qui s’est constituée à cette époque était plutôt soudée et voulait en découdre et je garde de cette période d’excellents moments : le lancement du Sommeil du Monstre d’Enki Bilal, le prix du meilleur album pour le tome 4 de Monsieur Jean de Dupuy et Berberian, la reprise du XXe ciel.com de Bernar Yslaire, le lancement de la collection Tohu Bohu etc., etc. !!

La collection Tohu Bohu est l’une de tes créations notables de cette période.
Oui bien entendu. La découverte de Wazem, Mardon ou Levallois. J’étais fier quand, lors de mon départ, Dupuy et Berberian se sont proposés pour continuer la collection en tant qu’éditeurs !

En 2000 tu es Directeur général de la maison Humanos. Pourquoi être parti ?
Fabrice Giger m’avait confié de plus en plus de responsabilités alors qu’il se tournait de plus en plus vers l’audiovisuel et l’internet aux États Unis. De gros projets s’annonçaient au point qu’il avait décidé de s’installer là-bas. Or, l’économie des Humanos, qui se redressait, restait fragile et peu compatible, à mon sens, avec les lourds investissements qui se profilaient là-bas. Fabrice Giger a toujours eu besoin de se lancer dans de nouveaux défis, parfois en oubliant en peu, encore une fois selon moi, d’étayer la base. J’ai eu le sentiment que je ne pourrais plus remplir efficacement ma mission.

Accéder à la BD Salvatore A ton arrivée chez Dupuis tu t’occupes d’Aire Libre et Repérages, puis tu crées les collections Empreinte(s) et Expresso… D’où te vient cette énergie, ce discernement pour développer ces projets ?
Quand Dupuis me propose de reprendre ces collections, il y a alors une volonté dans la maison de se développer dans le domaine « ado-adulte » pour devenir un éditeur « généraliste ». Il y a donc déjà une demande claire d’ouvrir de nouvelles collections. Empreinte(s) vient directement du constat que dans ce domaine de nombreux auteurs ne se lancent pas dans des séries mais bien des cycles d’histoires en 4-5 tomes. Des auteurs comme Franck Giroud, pourtant proche des éditions Dupuis, ne leur avait pas proposé Le Décalogue… Il y avait là un manque, entre les récits complets (ou en deux volumes) d’Aire libre et la série dans Repérages.

Expresso est peut-être une collection plus proche du ton que j’avais voulu développer dans Tohu Bohu. Une collection d’individualités, d’univers originaux, avec une mise en avant du style graphique et un ton plutôt humoristique. Quelques auteurs avec qui j’avais eu l’opportunité de travailler et avec qui je souhaitais continuer, sont venus avec des projets qui ne pouvaient rentrer dans ces collections existantes. Monsieur Jean, de Dupuy et Berberian, Salvatore de Nicolas de Crécy, Incognito de Grégory Mardon…

Aujourd’hui ces collections en petit format semblent vouées à disparaître…
Si vous parlez des collections comme Tohu Bohu, je ne pense pas, le petit format me semble en plein essor aujourd’hui…

Accéder à la BD Une épaisse couche de sentiments Tu commences ta carrière d’auteur de BD dans les années 1999. Tu dessines pour des petits éditeurs (le Cycliste, Rackham…) avec Philippe Thirault comme scénariste. D’où vient cette complicité ?
Philippe Thirault écrit ce que j’aurais aimé écrire. J’aime ses histoires, le ton avec lesquelles il les raconte, et je m’amuse comme un petit fou à les dessiner. Sans ce moteur, je crois que je n’aurai pas le courage de dessiner des albums de bande dessinée !

En 2006 vous sortez ensemble Une épaisse couche de sentiments, chez Dupuis, dans la collection Expresso… Pourquoi ne pas l’avoir fait chez Futuropolis, dont tu es l’un des artisans du renouveau depuis 2004 ?
Claude Gendrot m’avait dit , à la parution de Vider la corbeille qu’il aurait aimé éditer ce livre ! Nous lui avons donc présenté naturellement la suite…

Comment s’est fait ce « relaunch » de Futuro, d’ailleurs ? Pourquoi avoir repris le nom d’une ancienne maison ?
Les Éditions Gallimard, propriétaires de cette maison d’édition depuis 1987, souhaitaient la relancer depuis quelques années, après le départ de son fondateur, Étienne Robial. Il y avait d’ailleurs eu une tentative, avortée, en 2000, qui avait donné lieu à quelques ouvrages (La Débauche de Tardi et Pennac, La Boîte noire de Ferrandez et Benacquista). En 2004, Mourad Boudjellal, patron des Éditions Soleil et connaisseur de cette maison d’édition par son frère Farid, auteur important de ce premier Futuropolis, propose de relancer la maison en s’associant avec Antoine Gallimard, avec une vraie ambition de développement. Le projet m’est alors proposé.

Accéder à la BD Jeronimus Aujourd’hui la maison d’édition est devenue un symbole, son nom est synonyme d’exigence narrative et d’originalité graphique. Comment vous partagez-vous les projets (plus de 700 par an) avec Alain David et Claude Gendrot, les autres éditeurs ?
Je pense que Futuropolis était un symbole fort à l’époque de Robial et Florence Cestac sa co-fondatrice ! J’essaie, même si l’époque, la ligne éditoriale et les moyens sont différents, qu’il y ait un esprit… Pour les projets, je fais le premier tri de ce que l’on reçoit par la poste ou par le site. Ensuite je peux répartir les projets intéressants selon les affinités de chacun.

Quelles sont les limites éditoriales actuelles tant sur le dessin que les scénarii ?
Futuropolis est une maison d’édition de bande dessinée adulte, avec des ouvrages qui sont plus des récits ouverts sur le monde, des récits avec un propos que des récits de genre ou d’aventure. C’est la raison pour laquelle je refuse beaucoup de projets parce qu’ils s’éloignent de cette ligne.

Futuropolis se fait remarquer également par des auteurs « maison », qui ne travaillent plus qu’avec votre maison d’édition. Selon toi, à quoi est dû cet état de fait ?
Une relation de fidelité je pense avec certains auteurs que j’ai eu (mais cette remarque vaut pour Alain David et Claude Gendrot) l’occasion de travailler dans une maison ou une autre et qui ont envie que cela continue ! Beaucoup d’auteurs de Futuropolis sont des auteurs que je connais depuis parfois 20 ans !

Accéder à la BD Par les chemins noirs Est-ce qu’on aurait tort si on disait que Futuro s’est spécialisé dans le roman graphique, c’est-à-dire un genre d’histoire, souvent de dimension intimiste, qui raconte le quotidien, les problèmes de tous les jours, sur des thèmes comme l’amour, le travail, l’amitié, la maladie, la famille ?
Non… mais pas seulement ! Il y a par exemple des récits historiques, aussi différents que Jeronimus de Dabitch et Pendanx, Mattéo de Gibrat, ou Par les chemins noirs de David B.… Ce qui compte c’est la cohérence d’une histoire, le propos qu’il véhicule, le ton en adéquation avec le style graphique de l’auteur. À ce stade j’aime tout autant un dessin très épuré en noir et blanc qu’un dessin plus réaliste en couleur s’il sert l’histoire. Il ne faut pas s’enfermer dans chapelles mais rester à l’écoute des surprises qui peuvent toujours arriver là où on ne les attend pas !

Est-ce que les contrats sont faits album par album ?
Cela dépend en général si le projet est prévu en un seul tome ou plusieurs…

Il semble y avoir une synergie Futuropolis / Gallimard en ce qui concerne les auteurs. Gallimard est d’ailleurs propriétaire à 50% de Futuropolis. Est-ce que l’on risque de voir les auteurs Futuropolis faire des excursions chez Soleil, l’autre actionnaire ?
Si leurs envies s’y prêtent, pourquoi pas ?

Pourquoi ne faire que des éditions cartonnées ? (superbes au demeurant)
Parce que vouloir faire des romans graphiques, même d’une centaine de pages, ne rivalisera jamais, en broché, avec des romans de plusieurs centaines de pages. L’envie était aussi de faire de nos livres des objets qui puissent durer, de leur donner un cachet différent des standards… et cela nous a plutôt réussi si j’en juge par la prolifération des albums cartonnés à dos rond sur papier crème…

Couverture du Ciel au-dessus du Louvre de Bernar Yslaire et Jean-Claude Carrière Y aura-t-il des rééditions de titres « historiques » de Futuropolis ?
Il y en a eu quelques-uns, principalement les titres de Jacques Tardi.

Des sorties « évènements » à nous annoncer ?
La sortie imminente du "Ciel au-dessus du Louvre" de Bernar Yslaire et l’écrivain Jean-Claude Carrière dans la collection que nous réalisons avec le Musée du Louvre qui devrait vous surprendre !

Sébastien, merci.

Interview réalisée le 23/10/2009, par Spooky, avec la participation de Pollux29.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque