Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Monkey Bizness Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (14) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(1)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(4)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(5)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(4)
Nombre d'avis14
Note moyenne3.79 / 5
Pour l'achat85%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Monkey Bizness sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par Jetjet Infos posteur le 07/03/2011 (dernière MAJ le 30/01/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Le label 619 est souvent synonyme de qualité à mes yeux. Cette collection menée par Run, le créateur de Mutafukaz promet souvent des œuvres décalées et originales comme ce fut le cas avec "Rocakbilly Zombie Superstar" et surtout Freaks' Squeele sans oublier la série culte de Run.

Aussi quand Ankama laisse carte blanche aux créateurs des Lascars et que les avis positifs fusent comme des suppositoires ici même forcément ça titille ma curiosité alors que la référence des auteurs, à savoir la série télé Les Lascars me laisse de glace.

Et j’ai bien fait car ce Monkey Bizness sortant de nulle part pour atterrir sur ma bibliothèque y a tout à fait sa place tant le coté décalé, trash et second degré sont devenus des évidences à mes yeux !

Mais ça parle de quoi ? En fait imaginez un monde dévasté par la fameuse bombe nucléaire inversant les roles dans l’évolution de Darwin ! Les quelques êtres humains survivants sont revenus à l’état primitif et vivent comme des betes sauvages dans la nature alors que les animaux ont vu leur intelligence se développer et ont investi les lieux civilisés.

Ce postulat complètement foutraque peint juste le décor dont l’intérêt est ailleurs étant donné que tous les anciens habitants des zoos sont devenus aussi stupides que leurs modèles humains !!!

On va s’intéresser dans tout ça à un babouin alcoolique et un gorille aimant le cigare, hommes de main à leur compte et glandeurs reconnus vivant de menus larcins.. Ils vivent en parfaite harmonie avec eux-mêmes et n’ont aucun tabou : meurtres, magouille tout y passe dans un délicieux fumet trash sur des petites histoires courtes prêtant à rire et à sourire.

Il y a aussi cet astronaute humain qui atterrit sur terre pensant être sur une autre planète et dont les origines nous seront révélées dans un flash back hilarant ! Et l’histoire de la prison où nos deux macaques se jouent des différentes communautés dans une explosion de machoires….

Le hic c’est le dessin. A peine maîtrisé et à la main levée dans un style animalier lorgnant davantage sur les blogs que la ligne claire ou comics. Il sied finalement bien aux propos qu’il met en œuvre mais est difficile à déchiffrer au début. La colorisation est par contre magnifique avec de beaux effets bichromiques… Ce qui est incroyable c'est que dès le tome 2, le découpage est encore plus maitrisé et dynamique. On y gagne en fluidité pour se retrouver avec un film d'animation entre les mains !


Par contre et outre le dessin, la vulgarité et la violence des propos ne plairont clairement pas à tout le monde. Certaines situations vont parfois assez loin dans le scabreux mais à condition de prendre tout ceci au 3ème degré on risque davantage de passer un excellent moment de divertissement que d’en sorti horrifié ou choqué ! Après tout ce n’est pas Preacher

Une excellente friandise qui prouve à elle toute seule la bonne santé d’une certaine bd indépendante qui a compris et digéré les erreurs des œuvres style Echo des Savanes en y injectant une bonne dose de créativité et de sang neuf…

Tout à tour Buddy Movie, farce Trash plutôt osée, défouloir façon Tarantinesque, voyage dans le temps subtil et culotté, Eldiablo et Pozla viennent de créer sans le vouloir ce qui se fait de mieux en Franco-Belge.

Définitivement indispensable !

Avis posté par Michelmichel Infos posteur le 21/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
(3.5/5)

J'ai du mal à me positionner sur cette série...Je ne me suis pas ennuyé, mais j'ai été un peu déçu quand même.

Ma première surprise vient de la construction du récit. Je ne pensais pas que l'histoire serait divisée en plusieurs saynètes. Bon, passé cette surprise, la lecture se fit sans mal.

C'est l'une des rares séries pour laquelle le dessin m'a vraiment gêné, alors que d'ordinaire je ne suis vraiment pas exigeant en la matière. Très simpliste, parfois trop, la lisibilité des cases est parfois compromise, tant il peut être confus.

J'ai bien aimé suivre les histoires de nos deux compères, et de l'astronaute en perdition, c'est assez drôle, décalé, mais pas de quoi se fendre la poire non plus.

Encore une fois, j'ai du mal à me prononcer...C'est mieux que pas mal, mais j'ai quand même un peu de mal à lâcher un 4*...D'un autre côté, c'est vrai que c'est divertissant.
J'attends donc la suite pour affirmer mon sentiment sur cette série déjantée.
(282)

Avis posté par PAco Infos posteur le 20/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Mawahahahaha ! Quelle tranche de rigolade mes aminches ! Voilà longtemps que je n'étais pas tombé sur une série aussi hystérique, débridée et déjantée, qui ne sait pas faire dans la demi mesure !

Pour un duo de choc, ça, certains vont en prendre plein la gueule et y laisser quelques molaires ! Car nos deux compères, qui m'ont également fait penser au duo Travolta/Jackson de Tarantino dans "Pulp Fiction", n'ont pas pour habitude de s'emmerder avec des préliminaires ou ce qui pourrait approcher de la diplomatie. Quand faut cogner, ça cogne, quand faut baiser ça baise, et ensuite on devise autour d'une bonne boutanche au pied du mobil home qui leur tient lieu de QG. Elle est po belle la vie ?!

El Diablo nous offre en effet un univers complètement barré qui sied à merveille à la collection Label 619 de chez Ankama. L'humanité a fini par se tirer une bombe dans le pied et a quasi disparu de la surface du globe ? Qu'à cela ne tienne ! Le règne animal prend la relève et remet le couvert, pour le pire et... c'est tout ! On change juste une équipe qui perd !
Dans le tome 1, on découvre donc que l'espèce humaine survit quant à elle comme elle peut, reléguée près du point 0 de l'explosion qui ravagea la planète... C'était compter sans son "sauveur", un loser d'astronaute qui (re)débarque sur Terre comme sur une planète étrangère... la prise de conscience est rude, mais il n'est pas au bout de ses déconvenues, comme nous le révèle le second tome.
Un second tome qui creuse d'ailleurs un peu plus du côté de la psychologie des personnages (huhuuhu, j'en entends qui ricanent...) et qui nous plonge dans le passé de plusieurs de ses acteurs principaux. Cela donne d'ailleurs lieu à de surprenantes digressions graphiques, que j'ai ma foi beaucoup apprécié.

Car ce qui fait aussi la spécificité de cette série, c'est son graphisme. Rude, tranché, brouillon au premier contact, Pozla nous en met aussi plein la gueule ! (Rien que les 2 couv' donnent le ton !) J'avoue que j'ai vraiment été surpris par son style et que j'ai du m'accrocher lors de ma première immersion dans son univers graphique. Mais passé le premier chapitre ou épisode, j'ai dévoré le reste et me suis envoyé ma dose de délire survitaminé en enchainant les 2 tomes.

Alors, amis du grand n'importe quoi qui tient plus que la route, ne passez pas à côté de cet OVNI dantesque, "Monkey Bizness" est là pour vous réveiller et vous en coller une bonne derrière le cigare !
Un must de l'humour décalé.

Avis posté par Ned C. Infos posteur le 21/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je m’attendais à un peu mieux de ce duo atypique que forment Jack, le mandrill alcoolique sanguinaire et Hammerfist, le gorille intello au verbiage facile et à la patate lourde de conséquences. Je m’attendais à mieux mais cette série est loin d’être inintéressante, de par ses graphismes assez originaux, pleins de vitalité et par ses histoires à l’humour bien bourrin.

Dans cet univers post-apocalyptique, les animaux ont pris le pouvoir et les quelques humains survivants sont cantonnés dans la forêt, à la périphérie de la ville, près du cratère radioactif où à eu lieu l’explosion du missile atomique. Cocasse de voir les humains traités par les animaux exactement de la même façon que nous traitons ceux-ci. L’histoire expliquant la genèse de ce monde tordu est celle qui m’a le plus intéressé et la mieux foutue de l’album à mon sens.

Je me laisserais tout de même tenter par la suite, car la base est bonne et ce « sympathique » duo pourrait bien m’accrocher plus que cela.

Avis posté par Le Grand A Infos posteur le 21/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les yeux fermés je mets 4 étoiles pour cette série « coup de cœur ». Coup de cœur parce que bizarrement elle n’est pas trop connue bien que figurant dans le best of 2010 du site, mais nul doute qu’elle va finir par percer.

Monkey Bizness, c’est de l’humour « hard » et satirique par les auteurs de la mini série tv Les Lascars, mais là on n’est pas dans un type d’humour racaille banlieusard mais un style beaucoup plus trash et porno. Pour ceux qui ont aimé le film Pulp Fiction de Tarantino, le duo de singes Hammer-Jack Mandrill fait énormément penser à l’autre Travolta-Samuel Jackson pour le côté barbouzes sans morale quand il s’agit du boulot, et qui sont de vrais concierges pipelettes pendant les moments de détente où on parle de tout et de rien mais toujours avec une philosophie de bistro. D’ailleurs, dans cette jungle urbaine où tout le monde a un langage « tarantinesque » (j’entends par là, à base de « putain », « enfoiré » et autre), le gorille Hammer n’a pas son pareil pour manier la langue de Racine et en cela il a un côté décalé et hilarant. Aussi, le fait qu’il distribue les mandales à tour de bras m’a rappelé Sœur Marie-Thérèse et du coup, ça renforce ma sympathie pour cette série.

Autre point positif, la BD fait une bonne centaine de pages ce qui est assez rare quand en plus le dessin et les couleurs sont de qualité.

J’apprécie de plus en plus la section Label 619 des éditons Ankama, ça me rappelle les meilleures années de Fluide Glacial. La relève est assurée.

Avis posté par SaV Infos posteur le 24/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Jouant sur le même thème que celui de la planète de singes, le duo d'auteurs El Diablo et Pozla, plus connu pour leur travail sur la série animée "les lascars", dérivent avec Monkey Bizness vers un univers complètement déjanté, farfelu, crasseux et sans foi ni loi. Déjanté, car à travers les 8 récits que constitue cet album, El diablo nous propulse dans un monde qui incarne la stupidité, la décadence où le règne animal ne fait guère mieux que l'homme. Sans foi ni loi, car les héros, Jack Mandrill le babouin et Hammerfist le gorille se permettent tous les outrages envers la pègre, le maire et les différentes faunes de Los Animales. A ce cinglant délire s'ajoutent des situations cocasses, surprenantes avec des guest stars, drôles, sarcastiques, le tout dans un rythme de lecture effréné et pourvu de dialogues efficaces et savoureux.

Loin de la ligne claire, Pozla assure un dessin de qualité dans un style de trait très lâché qui convient parfaitement à l'univers déjanté et scénarisé d'El Diablo. Décor chaotique, ambiance déglinguée, personnages charismatiques et bestiaire insolite sont bien maîtrisés. Excellent album !

Avis posté par Gaston Infos posteur le 06/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un peu déçu par cette série. Je m'attendais à quelque chose d'aussi bien fait que du Winshluss, mais je me suis retrouvé avec des histoires courtes très inégales. J'ai bien aimé certains moments, mention spéciale pour le passage en prison qui m'a bien fait rire, mais d'autres m'ont profondément ennuyé. Même chose pour l'humour. Il y a des gags qui sont très drôles et j'ai trouvé les autres lourds et pas amusant.

Je n'ai pas non plus accroché aux deux 'héros' bien que leur cynisme et leur immoralité sont très bien exploités. Je ne les déteste pas, mais ils m'indiffèrent totalement.

Avis posté par jurin Infos posteur le 25/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L’histoire de ces deux singes violents et dénués de toute moralité est originale, ça part un peu dans tous les sens, pas vraiment de fil conducteur dans le récit. C’est assez trash comme dit précédemment.
Pour le dessin, en adéquation avec le genre, on est parfois à la limite de la lisibilité, si bien que la lecture perd de sa fluidité, personnellement ce fut parfois pénible.
Trois étoiles pour un récit plein d’humour au dessin un peu moche par endroits.

Avis posté par Tomeke Infos posteur le 25/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’en attendais sans doute encore plus, même si au final, j’ai passé un bon moment de lecture. Sans être plié en deux tout l’album, j’ai quand même franchement bien rit à quelques reprises.

C’est trash, un humour que j’apprécie, qui mêle vices, alcool et violence… Alors c’est clair que philosophiquement, cela est assez pauvre ; d’un autre côté, j’ai vite compris que les auteurs voulaient nous offrir un délire complètement barré ! De ce côté-là, c’est plutôt réussi, même si j’ai déjà vu mieux.

L’aspect graphique tient bien la mesure de cet univers déjanté. Unique reproche : un aspect surchargé dans certaines scènes qui rendait ma compréhension ardue.

Bref, si le second degré trash vous branche, cet album devrait sans trop de difficultés vous ravir. Si vous cherchez au contraire un album plus classique, avec une bonne cohérence scénaristique, bien terre-à-terre, vous risquez d’avoir une solide indigestion…

Avis posté par roedlingen Infos posteur le 21/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Vraiment après la lecture de cet opus, je me rends compte que je suis une espèce d’abruti fini. Une de celles que l’évolution ne manquera pas de supprimer pour permettre une meilleure adaptation à l’environnement en perpétuelle évolution.

Car l’arriéré que je suis demande au récit d’avoir une cohérence globale. Attention ! Pas forcément une histoire crédible, non, simplement un récit construit formant un univers avec ses codes que le lecteur prendra plaisir à découvrir pour en apprécier l’ensemble permettant un voyage dans l’humour, l’aventure, la psychologie, l’Histoire, la philosophie ou je ne sais quelle autre domaine permettant un dépaysement instructif.

Or que lis-je ici ? Un chaos complet, totalement destructeur au Dieu scénariste faisant ce que bon lui semble sans aucune préoccupation pour le lecteur de sa création. Evidemment qu’il n’y a aucun respect dans le récit, ce n'est pas le problème. Dans un monde post apocalyptique où règne le plus fort, il ne faudrait pas demander un discours moral que justement le scénariste semble abhorrer. J’aurais bien aimé m’intéresser aux trépidantes aventures de nos deux singes anarcho-violents, mais, voilà, à force de lire n’importe quoi je sature. Parce qu’en plus l’univers narré est hyper créatif, complètement loufoque et carrément délirant. Oui mais lorsque que systématiquement la réaction encouragée et jugée bonne est celle de la violence gratuite au détriment de tout sentiment de quelconque facture, on tombe dans la satyre gratuite, défoulement ultime d’un scénariste donnant vie à des fantasmes dominants.
Si encore ce défoulement gratuit faisait l’objet de finesse ou d’humour noir comme le faisaient si bien les Franquin ou même winshluss dans Welcome to the Death Club. Nous aurions devant nous une œuvre cohérente, mais non : pour illustrer cette haine farouche pleine de relents acides on nous sert tout un tas de clichés tous aussi éculés et ridicules les uns que les autres. N’allons pas chercher loin : les caïds par races dans un univers carcéral, le fait d’unir tous les caïds pour les exterminer d’un coup, le mac dans un bar à substances étranges, le reptile aux poses de cinéma, le discours moralisateur sur le nucléaire, le discours moralisateur sur la manipulation des pouvoirs politiques, le savant fou aux espèces transgéniques améliorées, le discrédit sur toute réflexion intérieure forcément sectaire et castratrice… N’en jetez plus. Ajoutons à cela deux uniques issues à toute situation : la violence sexuelle ou la violence amenant la mort, seules satisfactions possibles envisageable dans ce merveilleux univers présentes à toutes les pages de l’album.

Mais, tiens, maintenant que j’y pense, ça me rappelle quelque chose toute cette violence gratuite nauséabonde magnifiée devant toute attitude mêlant un peu de sentiment… Mais oui Mutafukaz. A croire qu'il s'agit d'une ligne éditoriale de la maison d'édition...

Question dessin, il faut signaler une admirable mise en couleur rendant parfaitement l’environnement stupide et violent dans lequel nos aventuriers circulent. Certes, le dessin ne présente pas une technique de courbe parfaite, il ne fait pas de place aux profondeurs de champs, aux décors ou aux perspectives, il n’appréhende pas le mouvement comme faisant partie de l’aventure… Et pourtant il colle parfaitement à l’univers du scénario. Arriver à faire passer un message avec si peu d’apparente technique signifie qu’il faut une sacrée maîtrise que l’on ne peut que louer même si l’on déteste.

Au final j’ai ressenti de nouveau dans cet opus tout ce que j’avais détesté dans Mutafukaz. La violence gratuite comme ressort narratif pour ridiculiser tout sentiment me parait franchement malsain. D'autant qu'elle ne porte que sur du sexe et du cerveau qui élate. Me voilà donc espèce en voie de disparition, je ne doute pas qu’une bande de macaques camés vienne me dégommer la cervelle tandis que je philosophe sur cet opus tant tout cela me parait être l’apologie de la barbarie sur la civilisation.

Avis posté par Ems Infos posteur le 16/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Difficile de noter autrement, je me suis éclaté avec les aventures délirantes des 2 singes héros de cette BD. Le ton est délibérément débridé, l'humour va très très loin, mais il ne me semble jamais avoir dépassé les limites.
Ce one shot est composé d'une petite dizaine de récits pouvant se lire indépendamment. Seuls les 2 derniers étaient un cran au dessous (mais bons tout de même). Les autres sont tous cultes, ils garantissent chacun des éclats de rire impossibles à retenir.
Le dessin n'est pas exceptionnel mais il convient bien au scénario. Il n'est pas toujours facile à déchiffrer mais son dynamisme est communicatif. La colorisation manque de contraste, les couleurs sont parfois ton sur ton et ne facilitent pas toujours la lecture. Mais il ne faut pas bouder son plaisir, le dessin est agréable et de qualité.
Une fois la BD fermée, je me suis dit qu'elle était culte et qu'il ne faudrait pas répondre aux sirènes du commerce, car ce serait dommage de casser cet excellent travail par une suite de moindre qualité. Cette BD se suffit à elle même, elle est tellement bonne que l'on en voudrait plus mais il me semble que le tour du sujet est fait et que l'on irait alors vers du déjà vu.
En tout cas : CULTE !!!!

Avis posté par RR15 Infos posteur le 09/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Absolument génial !!
Eldiablo est décidemment trop fort ! L'humour est beaucoup plus grinçant que dans "les Lascars" (série que j'adore) et on se régale à suivre les aventures de Jack et Hammerfist, deux macaques totalement immoraux mais tellement attachements.
Après Mutafukaz et Freaks' Squeele, Ankama nous offre là une nouvelle dose de délire !!! Des barres de rire vous dis-je !!!

Avis posté par Azeran Infos posteur le 04/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Monkey bizness est un livre plutôt sombre, avec toujours ce petit côté "Tarantino" que l'on retrouve dans certaines oeuvres du Label 619 tel que Mutafukaz. L'univers est des plus agréables et une suite ne serait vraiment pas de refus. Le design des personnages est des plus réussis, agréable, et reflète bien la personnalité des personnages (qui en passant est très forte). Les animaux sont mis à la place des hommes, dans une ville du nom de Los Animales, et sont confrontés à des situations identiques à ceux-ci. La narration est vraiment excellente, et le bouquin se lit (et relit) vraiment très facilement. Plusieurs pauses sont habilement marquées, pour permettre au lecteur de reprendre son souffle.
Le bouquin est de très grande qualité, mais on a l'habitude avec Ankama Édition, si bien qu'un prix plus cher ne m'aurait pas forcément étonné. Je ne peux que vous suggérer de vous laisser tenter par cette petite perle.
J'ai instant hésité à mettre 5/5, peut-être s'il y a une suite je monterais ma note. Mon coup de cœur du moment.

Avis posté par Miranda Infos posteur le 02/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Chouette découverte, les personnages animaliers m’ont tout de suite fait tilt, ça m’avait l’air de sentir bon l’humour décalé et c’est bien le cas. Eldiablo passe à la moulinette nos comportements humains plus proches de l’instinct animal que de la raison, des personnalités en prennent plein la tronche et c’est tant mieux, tant pis pour eux. Sublimement bien écrit et fatalement impoli, on a droit à un remake dans le genre gangsters enragés qu’il vaut mieux ne pas contrarier. A Los Animales ville de tous les vices, c’est la loi du plus fort et les flics n’ont qu’à bien se tenir. Les sans poil bipèdes existent et oui les auteurs ne nous ont pas oubliés, les pauvres humains que nous sommes sont parqués dans la forêt avoisinante, en une réserve de bêtes de combats. Les jeux de mots foisonnent et sont excellents, tous les travers - ou presque - de notre société y passent, c'est juste jouissif.

Concernant le graphisme, à première vue il paraît un peu brouillon et il l’est par moments, il faut faire un petit effort pour décrypter certaines cases, cela dit au fil des pages le dessin devient de plus en plus clair. J’aime beaucoup le style de Pozla mais un tout petit poil de lisibilité en plus et ce serait génial. Les couleurs sont vraiment sympas et pas criardes, avec un passage en noir et blanc qui expose le passé d’un des personnages. Le papier mat est le bienvenu et n’aveugle pas sous les reflets de la lampe.

Je pense que c’est un one shot, rien ne dit qu’il y aura une suite, mais franchement elle est la bienvenue.

Un petit plus inestimable : son prix on ne peut plus raisonnable pour 104 planches !

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque