Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Alcoolique Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (4) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Commandez cette série en V.O. sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(4)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(0)
Nombre d'avis4
Note moyenne4.00 / 5
Pour l'achat100%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Alcoolique sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par Spooky Infos posteur le 24/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très très bon album...

Jonathan Ames s'y livre sans retenue, ou presque, et cette sincérité est particulièrement touchante dans sa simplicité. Car Ames ne nous cache rien, ou presque, entre ses frasques sexuelles, sa perception du 11 septembre, son rapport à son travail d'écrivain, et bien sûr son alcoolisme.

Son alcoolisme, présenté comme une fuite par rapport à tous ses ennuis, personnels ou plus globaux. Ames parvient à nous faire suivre sa descente en enfer sans heurt, on a du mal à décrocher de la lecture, alors qu'en temps normal je dois vous avouer que ce genre de récit me gonfle assez rapidement.

Haspier a un trait sûr, assez sobre, qui semble bien coller à l'esprit désenchanté de cette autobiographie.

Un bien bel album, touchant.

Avis posté par Mac Arthur Infos posteur le 25/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Excellent album que celui-ci, si du moins vous n’avez rien contre les récits nombrilistes plongés dans l’autodérision.

Jonathan Ames se livre en effet avec beaucoup d’humour à l’exercice de l’autobiographie flagellatrice. Son rapport conflictuel avec l’alcool est bien sûr au centre du sujet et sert de moteur à l’évolution de son récit et de son parcours. Et ce livre prend ainsi au fil des pages la forme d’une psychanalyse illustrée, dans laquelle le personnage principal parvient à se distancier de lui-même pour nous livrer un portrait tendre et sensible d’un être fragile, rongé par le doute et la mésestime de soi, en quête d’une renaissance salvatrice et d’une autodestruction permanente.

Ce livre n’aurait pas eu le même impact sans le dessin de Dean Haspiel. Le trait limpide et épuré de l’artiste apporte en effet une dimension caricaturale et légère au récit, accentuant de la sorte l’autodérision voulue par Jonathan Ames.

Un très bel album et une bonne manière de découvrir le créateur de la série télévisée ‘Bored to Death’ tant son propre parcours décrit ici propose bien des points communs avec celui du personnage principal de la série (un romancier juif alcoolique, ne crachant pas sur la drogue à l’occasion ayant pour meilleur ami un dessinateur de comics…)

Avis posté par Erik Infos posteur le 15/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Peut-on savoir à l’avance qu’une œuvre ne va pas nous plaire à cause de son genre ? Je dirai que non à moins d’être un voyant ou de très mauvaise foi. Il faut dire que j’aime réellement tous les genres que cela soit dans le domaine de la bd européenne ou pas, du manga ou encore du comics. Il faut toujours se laisser surprendre dans la vie car c’est ce qui fait son charme.

Et là, je dois bien avouer que cette lecture m’a agréablement surpris. Si je m’étais limité au titre de cet ouvrage, je crois que j’aurais pris mes deux jambes à mon cou. Je n’aime pas trop ce qui est lié à l’alcoolisme et ses effets dévastateurs sur les vies des gens. Et pourtant, je suis entré tout de suite dans cette lecture complètement happé par une narration envoutante qui ne m’a plus lâché. C’est un processus assez bizarre en ce qui me concerne car je suis très vite gavé par les mots stériles. Mais là, rien de tel car c’est impeccable et rythmé. Depuis Le Sculpteur, un comics ne m’avait plus autant pris aux tripes. C’est une réussite totale sans complaisance, ni pathos.

On suit le parcours d’un jeune de 16 ans qui se cherche jusqu’à l’aube de ses 40 ans. C’est tout une tranche de vie qui aurait pu arriver à n’importe qui. D’ailleurs, on pourra retrouver des similitudes. Il y a tout d’abord ce meilleur ami qu’il perd petit à petit. Comment survivre à une telle trahison alors qu’il s’est construit avec lui ? Il fait partie de ces gens qui n’aime pas les groupes et qui préfère concentrer sur une amitié exclusive avec le prix à payer quand cela va mal. Et puis, il y a toutes ces femmes qui donnent le tournis au fil de son ivresse qui s’accentue. Bon point pour le héros qui va épargner ses parents et sa grande-tante de son état comme s’il vivait une seconde vie.

Mon regret concerne la fin car on aimerait tant savoir sur ce que le sort lui réserve. Cependant, on le devine aisément à la vue de la dernière image. Le démon de la boisson n’est jamais loin et il nous rattrape comme pour succomber à une maladie lente et sournoise. Tout cela est bien triste mais c'est bien le sort de la plupart des hommes dans un monde qui ne fait pas de cadeau. S’il n’y avait que la trahison de l’ami ou de la femme aimée ! S’il n’y avait que les accidents et la mort de proches que l’on perd définitivement sans pouvoir dire qu’on les aime ! Mais il y a encore les attentats meurtriers comme ceux du 11 septembre qui seront largement évoqués. On vit dans un monde ou prendre l’avion ou le métro ou même aller dans un concert peut s’avérer mortel. Comment ne pas sombrer dans le réconfort de la boisson ? Je suis arrivé à comprendre notre héros qui est dépassé par les événements mais qui essaye de se battre pour se maintenir. Qu’est-ce que j’ai aimé sa sincérité ! Bref, j’ai été touché en plein cœur.

Alcoolique a réussi à m’enivrer sans prendre un bon verre de whisky. La lecture de ce comics est comme une addiction. Je sais que dans mon cas, c’est incurable et que cela ne peut plus se soigner. Alors, il faut profiter de tous les moments présents pour explorer également les faiblesses de l’âme humaine et partir à la recherche de soi-même. C’est bien la lutte qui fait ce que nous sommes. Les auteurs ont tout compris et ont signé ici une œuvre très forte et même mémorable. Un véritable coup de cœur !

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4.5/5 – Note Globale : 4.25/5

Avis posté par KanKr Infos posteur le 20/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La passion du goulot !

L'écrivain et l'alcool... Une longue histoire d'amour ! Mais la bouteille est une mélancolique amante, à la fois déesse inspiratrice et harpie de solitude et de désenchantement. Une lente déchéance que Jonathan Ames et Dean Haspiel nous racontent dans Alcoolique.
Adolescent, Jonathan A. a succombé aux charmes de la chopine qui lui est, depuis, restée fidèle. Une bien triste compagne ! Si cette romance le désinhibe et lui offre une meilleure estime de lui, elle se termine toujours par des gueules de bois et des matins abhorrés ! Le voilà définitivement pris au piège de cette dépendance dont il ne supporte pas les effets.
Le récit débute à la suite d'une de ses dernières débauches éthyliques. Jonathan émerge dans une voiture en compagnie d'une petite vieille, dont les attentes charnelles sont pour le moins explicites, et d'un mal de crâne pas plus séduisant. Cette scène nocturne est d'autant plus insolite qu'il n'a aucun souvenir de la manière dont il s'est retrouvé là. Il ne patientera pas pour en avoir la réponse et, lorsque la police frappera aux carreaux du véhicule, fuira les lieux sans se retourner. Enterré dans le sable, à l'abri d'un ponton, le temps que les choses se tassent, il tentera de recoller le puzzle en replaçant une à une les pièces manquantes. Ainsi commence sa mésaventure, celle d'un enivrement quotidien par besoin, mais aussi dans le but de s’éclipser de sa propre existence.
Ses pérégrinations éthyliques l'ont mené sur une pente qu'il est plus facile de descendre que de remonter. L'ivresse du week-end, en compagnie de Sal, son ami d'enfance, est devenue un rituel plus fréquent qui le traîne vers des errements crépusculaires. L’accoutumance est bel et bien là et les cures de désintoxication ne peuvent rien y changer. Sans se plaindre de son sort, se contentant de constater sa progressive dégénérescence, il enchaîne, impuissant, les étapes de la vie une par une : des relations amicales et amoureuses complexes, des tragédies familiales, des black-out... L'alcool soigne ses traumatismes enfouis, tout en lui laissant de nouveaux stigmates !
Malgré le côté dramatique du sujet, les auteurs nous proposent un délectable moment de lecture. Intelligemment bien écrit, on ne sombre pas dans l’apitoiement ou la tristesse. Le protagoniste principal, au rythme de son auto-analyse, nous livre un bilan réaliste de son existence sans chercher à l'enjoliver. Il ne se cache jamais derrière des excuses et nous conte les faits avec un regard d'une grande lucidité. Une confession tendre, intime, drôle et parfois pathétique, qui se termine sans aucune morale, sinon celle qu'il n'y aura aucune échappatoire !
Côté dessin, Dean Haspiel nous offre un magnifique roman graphique, en noir et blanc, d'une paradoxale sobriété pour un ouvrage errant pourtant dans les méandres de l'addiction. Le travail des décors et de la mise en scène place le lecteur dans une position de spectateur observant les différentes étapes de cette chute vertigineuse. Aussi rythmé que l'intrigue, le trait assuré du dessinateur retranscrit à merveille les difficiles lendemains de cuite de Jonathan.
Quant à la mise en page, les éditions Monsieur Toussaint Louverture ont réalisé un très beau livre avec une couverture mi-carton embossé, mi-toile imprimée. Un dédoublement rappelant, encore une fois, la double vie de l'antihéros de cette histoire.
À consommer avec immodération !


KanKr

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque