Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
De mal en pis Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (26) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Commandez cette série en V.O. sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(2)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(6)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(10)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(8)
Nombre d'avis26
Note moyenne3.92 / 5
Pour l'achat88%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD De mal en pis sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par Don Lope Infos posteur le 19/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette BD a battu le record du plus long temps passé dans ma bibliothèque sans être lue: achetée fin 2004, lue fin 2015... Faut dire qu'il faut avoir du courage pour se lancer dans les 600 pages. J'ai vraiment rarement l'habitude de lire une BD sur plusieurs jours mais là, pas le choix. Car c'est loin d'être une BD muette, ah ça non ; ça fourmille de dialogues, pour la plupart assez insignifiants, il faut bien le dire. Pourtant je ne suis pas du tout allergique aux petites choses de la vie et je n'ai pas besoin d'avoir un dépaysement à la Lawrence d'Arabie à chaque BD que j'ouvre. Mais là, il y a à la fois trop (de pages) et trop peu (d'intérêt).

Alors c'est pas désagréable, faut être honnête, et je pense que j'aurais probablement plus apprécié il y a 10 ans donc je n'ai qu'à m'en prendre à moi-même en fait pour avoir attendu autant. Mais la dernière page refermée, on se dit qu'on n'a pas lu grand chose de marquant. Des petites saynètes, la vie de quelques personnes plus ou moins gentilles. Mais bon, ça va pas chercher bien loin. J'ai un peu la même impression qu'après avoir refermé Blankets - Manteau de neige ou Bone: ça se lit. Une fois. Jamais de ma vie je ne relirai cette BD. Alors que j'ai lu Top 10 volume 2 hier et j'ai déjà envie de le relire (pour pas qu'on croit que je n'aime juste pas les Comics).

Mon analyse manque un peu de fond? Oui, comme cette BD. Mais j'ai fait moins long.

Avis posté par Erik Infos posteur le 25/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’était une œuvre dont j’avais repoussé la lecture en raison de sa big density. Il faut tout de même se taper près de 600 pages en noir et blanc ponctuées de dialogues insignifiants qui débordent dans tous les sens. Il faut aimer également le genre roman graphique où l’action se limite à des échanges verbaux sur des aspects insignifiants de la vie mais qui font tout son charme. Oui, il faut aimer cela.

Je peux concevoir que ce fut une œuvre qui a apporté quelque chose au genre il y a plus de 10 ans. Depuis, il y a eu pléthore d’œuvres dans la même veine et qui ont apporté un intérêt certain. J’avoue ne pas avoir eu assez d’empathie pour cette bande d’amis qui évolue dans la cité de la grande pomme.

Seul le final laisse entrevoir que le héros n’est pas celui que l’on pensait. C’est habile et trompeur à la fois. Passé cette lecture fastidieuse, il ne reste plus grand-chose sauf un plaidoyer pour que les auteurs de comics ne cèdent pas aussi facilement les droits de leurs œuvres. Ce n’est pas mal mais on a fait mieux depuis. Cela reste un immanquable lié au flot d'excellent avis à ses débuts. Il n'est pas certain qu'il obtiendrait des notes aussi dithyrambiques de nos jours.

Avis posté par gruizzli Infos posteur le 14/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je me décide à commenter cette BD que j'ai lue maintenant voilà un moment. J'ai été empêché d'écrire immédiatement une critique, et finalement ma note aura changé, de même que l'avis que je portais sur la BD.

Ce qui m'a dérangé à ma première lecture, c'est d'abord le dessin qui semble assez peu maitrisé au début du tome, mais qui évolue ensuite vers une forme personnelle et qui reste fixe tout au long de l'album. J'ai tiqué aussi lors des relectures, mais c'est vraiment dans les cinquante premières pages qu'on le note, ensuite on passe largement outre.

Niveau forme j'ai également adoré l'alternance des narrations, avec différents points de vue et protagonistes que l'on suit, la façon de représenter des personnages dans la même période mais dans leurs univers chacun (comme les différents Noëls de chacun), tout comme les interludes avec les questions qui sont posées aux personnages, lesquels répondent. Ce sont des petits rajouts supplémentaires, mais ils rajoutent à l'ensemble du roman graphique et permettent de mieux cerner chacun des personnages.

Plus que la forme, par contre, j'ai adoré le fond de la BD, cette tranche de vie de personnages dans la vingtaine qui tentent de vivre et de se démerder dans New-York, qui vivent des histoires belles et tristes, moches et connes, des tranches de vies qui sonnent vraiment très juste, au point qu'on croirait qu'il y a une part d'autobiographie. Toutes se croisent, toutes ne se finiront pas bien, et toutes sont intéressantes.

Lors de ma première lecture, je m'étais trop arrêté à quelques personnages et j'avais passé outre certains qui me semblaient insipides. J'ai remarqué ensuite, en y repensant puis en le relisant, qu'en fait tous ont bien des côtés attachants et sympathiques, mais ma première lecture avait été trop "rapide", et j'ai du le relire pour apprécier tout ce qui en ressort. Il faut dire que le pavé à de quoi rendre indigeste, et il mérite bien quelques relectures pour tout appréhender depuis le début.

Et j'ai aussi beaucoup aimé la représentation que l'auteur faisait de ce monde, de cette jeunesse perdue dans la grosse pomme, de ces auteurs, de ces artistes, de ces gens qui essayent de s'en sortir au jour le jour, de ceux qui s'en sortent déjà. Un beau portrait qui dénonce par bien des côtés.

En bref, j'ai beaucoup apprécié ce roman graphique pur jus, mais d'autant plus à la seconde lecture et à celles ensuite que lors de ma première. Je pense que sa densité et son volume nécessitent des relectures, mais il est vraiment de très bonne facture. Je lui décerne allègrement mon coup de cœur du moment parce que je l'ai vraiment en tête en ce moment et que ça ne me déplait pas.

Avis posté par zeng Infos posteur le 29/03/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'aime bien ces bouquins où il ne se passe vraiment pas grand chose mais qui nous font vivre un pan de la vie de plusieurs personnes. "De mal en pis" est exactement dans cette veine. Un bon gros pavé qui nous plonge dans New-York, ville fascinante, et dans la vie de trentenaires à la croisée des chemins.

J'ai vraiment pris du plaisir à suivre les "aventures" amoureuses, amicales et professionnelles de ces jeunes en quête d'identité. C'est vraiment divertissant et cela m'a bien détendu dans mon lit le soir pendant 2 ou 3 jours. Non, vraiment, il ne se passe pas grand chose mais on veut connaître la suite, alors on tourne les pages inlassablement...
Que dire de plus sur l'histoire ?
Je ne saurais dire. C'est la vie. Avec ses questions existentielles, ses déboires, ses moments de joie ou de franche rigolade...

Le dessin est joli. En noir et blanc. Il colle bien à l'ambiance un peu "plate" de l’œuvre (attention plate ne veut pas dire chiante), un peu underground en effet.

Très bon roman graphique. A lire. Vraiment.

Avis posté par Gaston Infos posteur le 13/03/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après deux jours de lecture intensive, j'ai fini le premier tome (je n’ai pas lu le tome bonus) et je trouve que ce n'est pas mal du tout, quoique mon intérêt n'était pas le même durant tout l'album. Cela variait en fonction du personnage.

En gros, j'ai adoré les scènes avec Ed et Irving et il y a quelques passages avec eux que j’ai relus parce que j'aimais ces scènes. Irving est un personnage intéressant qui est attachant même s'il peut parfois agir comme un vieux con aigri. Ed est aussi intéressant car il est probablement le personnage qui évolue le plus au cours de l'album.

Les autres personnages sont un peu moins charismatiques à mes yeux quoique la relation amoureuse entre Stephen et Jane est mignonne. En revanche, le personnage principal et sa petite amie sont vraiment ennuyeux au possible et au cours de l'album on dirait qu'ils faisaient tout pour que je les déteste et j'avais vraiment envie qu'ils disparaissent de l'histoire. C'est à cause d'eux que je ne mets que trois étoiles.

Avis posté par Superjé Infos posteur le 04/02/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
4.5/5 !!! (Je n'ai pas lu le tome bonus)

Cet album est un vrai bon roman graphique, étant capable de nous amener vers différentes émotions ; de la tristesse comme le rire, de la colère à comme une certaine empathie envers les différents protagonistes, etc...
Mais en effet, cette BD ne raconte rien qui mérite d'être raconté, juste la vie quotidienne de jeunes New-Yorkais à la fin des années 90 (vie que je ne connais évidemment pas), mais Alex Robinson le fait avec tellement de talent que ces plus de 600 pages ne sont pas un obstacle, du tout.
Oui, j'ai tellement adoré ce bouquin qu'en moins d'une semaine je l'avais terminé, et le récit est tellement fluide, passionnant, inventif, avec des rebondissements et des personnages attachants que je n'ai vraiment pas vu le temps passer.

En plus de ces qualités-ci (de multiples personnages intéressants à suivre, de bonnes trouvailles au niveau de la narration et du découpage, un large panel d'émotions provoquées par l'album, la psychologie/le passé/le caractère de chaque personnages extrêmement fouillé et travaillé) cet album nous apprend plein de choses sur le système de la BD U.S., les droits d'auteurs et le fonctionnement juridique sur une série de B.D., l’apparition -plutôt mal vue- du roman graphique à la fin des années 90/début des années 2000, les conventions et les geeks, etc... Bref, l'histoire de "De mal en pis" est vraiment d'une densité extraordinaire. C'est un régal à parcourir.

Le dessin d'Alex Robinson est dans un style qui me plaît ; personnel, légèrement underground, très travaillé, avec des physiques très agréables à l’œil pour ses personnages, des décors ombragés et des expériences assez originales au niveau de la narration et du découpage des planches, cependant...

Cependant, et ce qui m'a gêné au début de ma lecture, c'est que je trouve que son dessin manque grandement de maîtrise et de perfection (du moins en début d'album). Il fait encore légèrement amateur. Bien sûr, au fur et à mesure des 600 pages, son style se perfectionne, mais je ne trouve toujours pas que le dessin fasse très professionnel, même vers les dernières pages (c'est encore légèrement approximatif ou hésitant).

Malgré ce défaut mineur (car le dessin reste agréable à regarder, je chipote), je conseille "De mal en pis" à tous les amateurs de romans graphiques (si bien sûr vous ne l'avez pas lu lorsque ce one-shot a gagné le prix du festival d'Angoulême) car celui-ci est d'une réussite rare.

Avis posté par Mac Arthur Infos posteur le 16/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai lu ce récit sans déplaisir mais sans folle passion non plus.

En fait, si la galerie de personnages est bien variée, je crois qu’elle est aussi trop « américaine » pour moi. Je ne me suis pas senti proche des différents acteurs même si, en règle générale, j’aime bien ce type de personnage de « looser ».

Mais je crois surtout que ce qui m’a gêné dans ce récit, c’est son côté bavard (et j’ai failli rajouter « inutilement » mais devant les avis enthousiastes, je dois bien admettre que ce côté bavard a plu à plus d’une personne). Il y a dans ce récit des planches couvertes de dialogues écrits de telle sorte qu’ils ne sont en définitive que des bribes de conversations… et ce procédé m’exaspère. J’ai vraiment le sentiment que l’auteur me dit : « voilà, je te mets le début du dialogue mais c’est tellement convenu et sans intérêt que je n’ai pas besoin d’en écrire la fin »… et j’en arrive à être d’accord avec lui : ces dialogues méritent-ils d’être lus ?

Ajoutez à cela les fautes dues à une traduction parfois très approximative et vous comprendrez peut-être mieux mon dépit.

Mais, pour le reste, c’est quand même bien foutu. L’humour, qui est très présent dans ce récit, a souvent fait mouche, chez moi. Certaines répliques sont jouissives et la galerie de personnages permet un large éventail de réactions face à une situation donnée.

Comme d’autres, j’ai bien aimé ces planches où divers protagonistes répondent à une question donnée.

Le dessin convient bien à ce type de récit même s’il est souvent approximatif. Rien à dire de ce côté.

Au final, je ne suis pas autant séduit que j’aurais aimé l’être. Ma cote oscille entre le « pas mal » et le « franchement bien ». Au vu du temps qu’il m’a fallu pour le finir, je vais m’en tenir à un « pas mal » mais je n’en déconseille pas l’achat car il y a tout de même des passages très jouissifs.

Avis posté par Little Miss Giggles Infos posteur le 11/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
C'est les bonnes critiques sur BDthèque et le nombre de "Culte !" qui m'ont poussée à acheter ce gros pavé de 600 pages (602 pour être précise). En plus, plusieurs des aviseurs le comparaient à la série Friends, une de mes séries cultes que je ne me lasse pas de revoir. Donc ni une, ni deux, je me plonge dans sa lecture... pour en ressortir plus que comblée !

Fondamentalement, il ne se passe pas grand chose, juste la vie quotidienne d'une bande de potes avec ses hauts et ses bas, leurs histoires de coeur, leurs problèmes au boulot,... rien de bien passionnant à première vue. Mais Alex Robinson a le chic pour nous donner envie de tourner la page et d'en savoir plus sur ses personnages. Même si je ne peux pas dire que je me sois vraiment identifiée à un d'eux, je m'y suis attachée très facilement dès les premières pages, que ce soit Sherman et son boulot à la librairie (j'ai retrouvé dans les questions de ses clients le même genre d'absurdités qu'on peut parfois me demander à la bibliothèque), Dorothy et son mal être, Ed et ses problèmes de confiance en soi,...

J'aurais pu avaler les 600 pages d'une traite mais j'ai pris mon temps pour mieux savourer. Et une fois la dernière page tournée, quelle déception qu'il n'y en ait pas plus ! (heureusement, je viens de voir qu'il y avait un tome bonus que je vais me dépêcher de commander chez mon libraire !)

Le dessin quant à lui, sans être exceptionnel, est très bon. Les personnages sont reconnaissables au premier coup d'oeil et le noir et blanc convient très bien à ce genre de roman graphique.

Le seul petit bémol (mais tout petit), comme l'a fait remarquer Michelmichel, vient des coquilles et autres fautes d'orthographe (malheureusement de plus en plus fréquentes dans certains albums, même quand ce n'est pas une traduction).

J'ai hésité entre le franchement bien et le culte, mais vu que je m'y replongerai avec plaisir, il mérite bien un culte !

Avis posté par Michelmichel Infos posteur le 11/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
4,5/5, j'ai failli mettre 5/5...

J'ai acheté ce pavé car il avait de bonnes critiques sur le site et que j'ai pu le trouver à un prix correct pas loin de chez moi.

Sa lecture m'a procuré beaucoup de plaisir, ça a été mon "rendez-vous du soir" pendant une dizaine de jours.

Avant de lire les autres critiques, je le comparais déjà un peu à du "Friends": des jeunes New-Yorkais, dont la plupart sont des colloc, à une période charnière de leur vie: plus des étudiants, mais pas tout à fait encore des adultes non plus...
C'est un beau récit de tranches de vie de la jeunesse des années 90.

J'ai bien aimé aussi les interludes entre les chapitres du style "A quoi ressembleriez vous si vous étiez du sexe opposé", "Quel serait le titre de votre biographie"...etc avec les personnages, principaux comme secondaires, qui répondent tour à tour sur une case.

Graphiquement, c'est un comics en noir et blanc. Le trait est jeune, frais, dynamique, simple, efficace...c'est beau.

Seule petite ombre au tableau, quelques erreurs dans les phylactères: coquilles, mots en double ou oubliés, et je pense que ça et là il existe quelques erreurs de traduction (je pense notamment qu'à la fin, un "I was told that..." de Sherman a été traduit à la lettre ce qui donne grosso modo, "j'ai été dit que...", bof bof, quoi)
Bon sur un bon 600 pages, ces erreurs ne sont pas omniprésentes et ne pourrissent pas la lecture.

Bref, un beau livre à découvrir, ça a été un vrai plaisir que de me replonger dans les années 90 en suivant les histoires, drôles ou pas, du quotidien de cette sympathique bande de jeunes.
(101)

Avis posté par GiZeus Infos posteur le 18/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ca faisait un moment que je lorgnais sur cette BD. Il faut dire que les multiples avis enthousiastes incitaient beaucoup à découvrir ce roman graphique conséquent.

Dommage pour moi, je semble être passé totalement à côté de l'essence même de ce bon pavé. Par honnêteté, il me faut signaler que je n'ai pas pu dépasser la page 446. En effet, arrivé là, j'hésitais entre 2 et 3 étoiles. La raison pour laquelle j'ai décidé d'arrêter ici est toute bête. En reprenant ma lecture à ce point, je me suis aperçu bien plus qu'avant que je ne m'intéressais pas tellement aux protagonistes. L'épisode qui nous relate la fracture entre son père et sa mère aurait dû me toucher, or comme il n'en était rien et qu'il m'aurait coûté de m'investir sur un personnage que j'avais suivi déjà 440 pages durant, je me suis dit que si je n'éprouvais pas de l'empathie maintenant je n'en éprouverais pas plus après.

Pourtant je ne peux opposer qu'Alex Robinson ne fait rien pour rendre ses personnages attachants, il nous relate au contraire les petits détails de la vie, ceux qui pourraient paraître insignifiants, et qui rendent tellement humains ses personnages. Mais je n'ai pas été pris dans le jeu. Et malgré l'humour disséminé de parts et d'autres, je n'ai pas adhéré plus que ça. Il faut dire que si l'on ne s'attache pas aux protagonistes la lecture est biaisée puisque l'histoire tourne uniquement autour de leur personne. Et bien que j'apprécie fortement la série Friends (un autre aviseur faisait l'analogie avec cette série) je n'ai pas retrouvé ici la même bonne ambiance.

Mais Alex Robinson ne se contente pas de nous faire vivre les aventures quotidiennes de ces gens ordinaires. Arrivé vers le milieu de la BD, il évoque le monde des comics et de son système de droits d'auteur pratiquement inexistant. Peut-être un peu trop manichéen à mon goût. Le personnage de Dorothy m'a déçu sur un point puisque j'espérais y trouver une sa*ope qui plongerait Sherman au coeur de la tourmente et donnerait un autre tour à l'histoire. Malgré cela, Dorothy possède une personnalité intéressante qui m'aurait vraiment plu dans un autre contexte.

Au fond, ce que je reproche à ce gros one-shot, c'est de s'ancrer dans le quotidien et de proposer une histoire très peu dépaysante. Les sujets abordés m'ont dans l'ensemble peu touché. Dans des circonstances plus exotiques, j'aurais certainement apprécié la galerie de personnages. Il me semble aussi possible que je manque de recul et d'expérience (n'ayant connu ni vie en colocation ni vie en couple pour le moment). Je vous conseille tout de même la lecture puisque les avis précédents sont pratiquement tous unanimes ; quant à l'achat, 30€ les 600 pages me parait extrêmement bon marché, sans le conseiller toutefois puisque je n'y ai pas trouvé mon compte.

Avis posté par Seb94 Infos posteur le 28/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Attention grosse BD ! Aussi bien par sa taille que par ses qualités.
J’appréhendais un peu de trouver le temps long avant de démarrer ma lecture de ce gros pavé de 600 pages, mais au bout d’une cinquantaine de pages, j’étais complètement immergé dans ce récit que j’ai lu avec délectation.

Rarement j’ai ressenti autant d’empathie pour des personnages en lisant une BD. Il faut dire que le format permet à l’auteur de développer à loisir la psychologie de chacun, avec un réel talent.
Le sujet principal n’a rien d’exceptionnel en lui-même, on suit le passage dans la vie active de jeunes adultes, ayant chacun leur espoir et leur doute. On se prend rapidement d’affection pour Sherman, Ed, Jane, Stephen et leurs compagnons. On retrouve une part de nous même ou de notre entourage dans chacune de leur aventure du quotidien. L’humour est omniprésent, mais peut également parfois laisser la place à des moments d’émotions qui m’ont vraiment touché. L’équilibre est parfait entre les joies et les peines, les rires et les pleurs, tout cela sonne vrai et réel. Ces personnages semblent vivants, et on final on ne serait pas si surpris que ça de les croiser un jour au détour d’une rue.

Le dessin noir et blanc peut paraître assez simple au premier abord, mais je le trouve excellent, les visages et les expressions sont parfaitement retranscris. La mise en page est en générale assez sobre, toutefois certaines planches peuvent s’avérer très audacieuses, pour mieux faire passer l’idée ou l’émotion du moment.
J’ai également beaucoup aimé ces pages apparaissant ponctuellement entre chaque petite histoire, ou l’auteur pose directement à chaque personnage une question personnelle, les réponses de ces derniers sont souvent amusantes et permettent surtout de mieux approfondir leurs caractères.

Au final, j’ai savouré chacune de ces 600 pages avec bonheur, j’ai beaucoup ri et j’ai été touché par ses personnages attachants. Je suis même un peu triste de refermer la dernière page et de devoir les quitter.
Pour ma part, il ne fait aucun doute que cet ouvrage est culte, un pur bonheur de lecture !

Avis posté par Ems Infos posteur le 23/01/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Excellentissime !!!!
Des heures de lecture mais que du bonheur.
"De mal en pis" est une merveille de roman graphique. On passe du coq à l'âne mais l'ensemble retombe toujours sur ses pattes. Les personnages sont bien croqués. On s'y attache, au pire on n'en reste pas indifférent. Il y a tant de thèmes abordés, l'humour fait régulièrement des apparitions garantissant des sourires. Tout n'est pas léger, il y a des passages plus sérieux voir dramatiques. Cette BD, c'est la vie avec ses aléas.
Alex Robinson arrive à faire ressentir énormément de sentiments dans ces 600 pages. Chacune d'entre elle est travaillée : le dessin est détaillé. Il est un modèle de noir et blanc.
Il y a du beaucoup de texte à lire, la mise en page est souvent académique mais sait se faire expérimentale dans certaines séquences.
Il faut quelques pages pour rentrer dans le récit, le reste c'est du pur plaisir. Je me suis régalé comme rarement. C'est à coup sur une BD immanquable qui a sa place dans toute bonne bibliothèque.

Concernant la BD "Bonus !", j'émettrai des réserves car elle est dispensable.
"De mal en pis" se suffit à lui même avec une fin bien faite.
Le tome 2 n'en est pas réellement un. Il s'agit d'un recueil de petites histoires avec les personnages de la BD "De mal en pis". Ces petits récits sont inégaux et n'apportent pas grand chose au récit principal. Cette BD a quand même le mérite de continuer à faire vivre les personnages 80 pages de plus. Mais son prix est trop élevé vu son intérêt réel.

Avis posté par Nawm Infos posteur le 13/11/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà encore une bd que j'ai eu du mal à lâcher.

Bien que les sujets abordés ne soient pas de grands thèmes, qu'ils sont le reflet de notre quotidien, il est très agréable de suivre ses personnages attachants dans ce contexte commun. On a largement le temps de s'attacher aux quelques figures principales, qu'il est intéressant de lâcher de temps en temps, pour s'attarder sur des caractères secondaires, d'autres personnages qui viennent ajouter à l'ambiance et apporter un petit plus à la psychologie des héros! Cela donne un grand "melting pot" comme on dit chez nous (mélange) de personnages attachants ou irritant.

Ce qui m'a le plus plu ce sont ces petites interludes ou chacun des personnages sont représentés sur une page et où l'auteur leur fait dire des choses plus personnelles. Cette idée est chouette, permet de prendre du recul par rapport à l'histoire et surtout à s'attacher un peu plus aux personnages.

Par contre, j'avais l'impression que la majeure partie de la bd était centrée sur un gars mais vers la fin, elle se décentre pour s'attarder plus sur son meilleur ami qui avait un rôle plus secondaire au début ... cela m'a perturbé!

Qu'à cela ne tienne, si vous avez quelques soirées libres devant vous, je ne peux que vous conseiller d'échanger n'importe quelle série télé contre ce très bel ouvrage.

Avis posté par Alix Infos posteur le 18/10/2005 (dernière MAJ le 27/04/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le moins qu’on puisse dire, c’est que « De mal en pis » n’innove pas au niveau contenu. Les sujets abordés vont des problèmes de couple aux disputes entre colocataires, en passant par les soucis au boulot. Bref, du quotidien pur et dur ! Alors vous voila prévenus, si le quotidien vous gonfle, et que vous êtes à la recherche de quelque chose d’un peu plus profond, évitez de vous infliger les 600 pages de cet album.

Par contre si c’est votre tasse de thé, vous allez vous régaler ! Suivre la vie des différents protagonistes est un vrai plaisir, et les passages touchants succèdent à de nombreux passages très drôles. Comme vous le dites plus bas, la recette rappelle un peu la série télévisée « Friends », que j’aime aussi beaucoup.

En conclusion, si vous êtes à la recherche d’une histoire de quotidien facile à lire et drôle, lisez « De mal en pis », vous ne serez pas déçu. C’est un peu cher par rapport à une BD « normale », mais je vous rappelle qu’elle fait quand même plus de 600 pages, ce qui représente des heures de lecture.

Avis posté par Ro Infos posteur le 10/05/2005 (dernière MAJ le 06/02/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
604 pages ! Impressionnant quand on commence cet album de voir sa taille et de réaliser qu'il va vraiment falloir du temps pour le lire car chaque planche se lit tranquillement avec ce qu'il faut de texte et de cases. Mais non seulement, il est facile de s'arrêter en fin de chaque petit chapitre et de reprendre plus tard sans crainte de perdre le charme de la BD, mais en plus arrivé à la moitié de l'album, c'était trop tard pour moi, je n'ai plus réussi à le lâcher jusqu'à la fin (je ne sais même plus l'heure qu'il était quand je l'ai terminé).

Je ne saurais pas trop comment décrire ce qui est contenu dans cette BD. Des tranches de vie à la façon de Friends ? Oui un peu puisqu'on se base sur un groupe d'amis et de relations autour d'un appartement en colocation. Mais il y a largement plus de réalisme et de profondeur dans De mal en pis. D'ailleurs pourquoi avoir choisi ce titre ? Rien ne va "de mal en pis" dans cette histoire : les personnages évoluent, changent, gagnent en maturité, souffrent, sont heureux, sont amoureux, s'engueulent, se découvrent, mais cette évolution ne va ni de mal en pis, ni de mieux en mieux : les gens changent voilà tout.
Les sujets abordés dans ces quelques mois durant lesquels nous suivions tous ses personnages sont multiples : histoires d'amours, relations amicales, monde du travail, reflexion sur la maturité et les choix de vie, intrigue dans le milieu du business du comics, et de multiples témoignages sur la vie, sur l'âme humaine, sur les gens en général.

J'ai trouvé les personnages excellents, bien différents les uns des autres tout en étant originaux et très justes. J'ai une préférence pour le personnage de Dorothy Lestrade qui souffle vraiment le chaud et le froid mais que je trouve très attachante. A l'inverse, alors que le récit semble souvent se focaliser sur Sherman, ce personnage là se révèle finalement presque le plus décevant humainement parlant, surtout quand on découvre dans l'épilogue ce qu'il deviendra plus tard. Et le vrai héros de cette BD, au final, se retrouve plutôt être Ed Velasquez qui aura sans doute gagné le plus en maturité entre le début de l'histoire et l'épilogue.

Une BD aux multiples histoires toutes simples mais touchantes et très prenantes, un long aperçu de la vie de jeunes adultes qui entrent tout juste dans le monde du travail, un récit empli d'humour et d'émotions, un livre qu'on referme avec nostalgie.

J'ai vraiment adoré ma lecture, les personnages que j'y ai suivis, les sentiments que j'y ai éprouvés et les émotions et les souvenirs qu'elle a su graver en moi.

Avis posté par Doña Hermine Infos posteur le 27/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un bon gros pavé, qui démarre avec une auto présentation de chacun des personnages succincte et insolite. Néanmoins, j’y suis régulièrement retourné, au cours de ma lecture, afin de mieux les fixer dans mon esprit.

Ces personnages, justement, sont de jeunes adultes qui se cherchent et luttent pour trouver leur place dans une société qui en laisse peu aux rêveurs comme Sherman l’écrivain en herbe, Ed qui dessine des super héros, ou Jane elle aussi dessinatrice, dans un autre registre, ou qui l’ont déjà trouvée, comme Dorothy ou Stephen.

Cette galerie de personnages évolue au fil des mois, des galères, des rencontres, et c’est avec un intérêt croissant que j’ai suivi le cours de leurs vies. Les dialogues sont vraiment plein d’humour et il m’est souvent arrivé d’éclater de rire, et plus souvent encore de sourire.

Avec “De mal en pis” Alex Robinson ne propose pas d’aventures trépidantes, de courses poursuites ou d’enquête à suspense. Non, rien de tout cela, mais seulement la vie comme elle vient (comme dirait Lewis) mais avec beaucoup de talent. Comme dans certains mangas qui prennent leur temps (à rallonge diraient certains) le quotidien nous est dépeint dans ces petits détails qui le ponctuent et lui donnent toute sa saveur. C’est ce que j’appelle une lecture “confortable”, dans laquelle on a plaisir à s’installer, c’est à la fois très dense, et très facile à lire, parce que l’auteur alterne avec maestria les passages chargés d’émotion avec des scènes plus légères ; et pour moi, 600 pages, ce fut trop court.

L’histoire est découpée en chapitres, précédés chaque fois d’une question, posée à chacun des personnages, et à laquelle je me suis amusée à essayer de répondre. C’est original et ça permet d’envisager chaque personnage sous un nouveau jour, ou de se conforter dans l’idée que l’on s’en est fait. De fait, ils sont presque tous plutôt attachants, ma préférence allant à Stephen. J’avoue par contre avoir été exaspérée par l’alcoolique et manipulatrice Dorothy.

De façon générale, j’ai bien aimé le dessin, assez sobre mais très expressif ; exactement ce qui convenait pour ce type d’histoire, essentiellement basée sur les relations entre les personnages. Les expressions des visages, en particulier, sont soignées et ne sont pas pour rien dans le fait que l’on s’attache rapidement à eux.
J’avais remarqué moi aussi cette planche reproduite à l’identique, mais je ne l’interprète pas de la même façon. Par contre moi aussi j’ai trouvé cela original et bien vu.

En revanche, j’ai nettement moins accroché aux passages concernant l’histoire des dessinateurs de comics de super héros. Cela dit, c’est instructif et j’imagine qu’il y a des fans de comics que ça a pu intéresser.

A la fois chronique sociale et sentimentale, “De mal en pis” est un album vraiment passionnant, dont les personnages vous accompagnent longtemps après l’avoir lu, et que l’on dévore goulûment !
J’ai d’ailleurs été étonnée d’apprendre qu’il s’agissait d’une première oeuvre, tant j’y ai senti de maturité à la fois dans la narration et dans le dessin. Comme quoi, parfois, quand Angoul'aime et le prime, ça le vaut bien !
Je vais suivre de près cet auteur, désormais.

Avis posté par JJJ Infos posteur le 09/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
De mal en pis, un livre dense, dense et foisonnant, loin de n'être qu'un roman graphique se contentant de narrer le quotidien d'une bande d'amis.
De mal en pis se révèle plus profond que cela. Au delà de la représentation de tranches de vie qui forment les aventures journalières que tout un chacun peut vivre, l'auteur donne sa réflexion sur des thèmes plus recherchés.
A travers le parcours d'un vieil auteur aigri et malicieux, Alex Robinson nous donne sa vision du monde dans lequel il vit, la BD. Un univers sans pitié, ou les artistes sont en proie aux exigences de requins de la finance. Bien sur personne n'a attendu Robinson pour découvrir cet aspect peu reluisant de ce qui est bel et bien une industrie du divertissement, mais la crédibilité avec laquelle il dépeint cet état des choses est remarquable.
Cette facette importante de l'histoire est habilement disséminée dans un récit mettant en scène de multiples personnages aux aspirations différentes.
Des personnages, plus ou moins liés qui se croisent et vivent selon leurs différents destins. Des gens décrits avec justesse, parfois avec extravagance, des gens qui sont souvent passionnés. Comment ne pas être touché par Sherman, un jeune homme frustré qui se sent doué mais manquant cruellement de courage et d'ambition?
Mon personnage favori dans cette aventure est Stephen, Stephen qui nous donne ses visions des choses avec détachement et beaucoup de recul mais qui nous fait ressentir énormément d'émotions. La séquence de Stephen en père noël est magnifique. Beaucoup de membres de cette communauté que forme De mal en pis sont réellement intéressants, c'est ce qui donne son ampleur à cette BD et la fait largement sortir du simple cadre de la vie quotidienne.

Le traitement d'Alex Robinson est intelligent, cette BD malgré ses nombreuses pages n'est jamais ennuyeuse, l'aspect dramatique fonctionne bien sans chuter dans la tragédie. Mais à mes yeux c'est l'humour qui est le mieux développé dans cette histoire, De mal en pis est une comédie, toute simple, pas forcément grinçante mais très touchante.
Entre les chapitres, Alex Robinson pose parfois des questions à ses personnages, représentés sur fond noir face aux lecteurs, ils y répondent chacun à leur manière. En plus d'être amusant, l'exercice ajoute une couche de profondeur supplémentaire aux diverses personnalités.

De mal en pis est une bonne BD, si parfois elle souffre de petites imperfections, elles sont assez discrètes, les dessins s'améliorent sensiblement au fil des pages, graphiquement cette oeuvre est appréciable et plus travaillée qu'elle n'y parait au premier coup d'oeil.
De mal en pis est un album à lire.

Un petit mot au sujet des quelques pages supplémentaires contenues dans l'album Bonus!
Ce gros pavé avait-il besoin de ce petit plus? Et bien oui et non.
J'ai envie de dire non, non car cela n'apporte rien à l'histoire, non car cela ne bouleverse aucun fondement, ne livre pas de secrets supplémentaires. Ce ne sont que quelques scènes de plus...
J'ai aussi envie de dire oui, oui car il est bon de retrouver des personnages attachants, car les petites aventures sont bien fendardes. Une histoire met en scène Stephen, Jane et l'un des amours de jeunesse de Stephen. Dans une autre on voit Ed, plus jeune dans une convention de fans de comics. Une des histoires tourne autour d'un délire SF... Des petites choses comme ça, des histoires légèrement fantasmées, dans lesquelles Alex Robinson se lache un peu avec ses personnages, sans nuire à son oeuvre originale.
La toute dernière histoire, Terre Plate, de vingt quatre pages réalisées en vingt quatre heures (un concept de Scott Mc Cloud: 24 heures de la bande dessinées), met en scène un nouveau personnage, Caprice... Caprice? ne serait-ce pas par hasard cette fille que l'on retrouve dans Derniers rappels, un autre album d'Alex Robinson?

JJJ

Avis posté par Quentin Infos posteur le 23/08/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Acheté à cause des critiques élogieuses, j'ai réservé la lecture de ce pavé pour mes vacances. Tout d'abord, contrairement aux avis précédents, je n'ai trouvé aucun point commun avec Blankets (si ce n'est que c'est un roman graphique volumineux). Il ne s'agit pas d'une autobiographie mais d'une chronique de vie ou d'une comédie de moeurs douce-amère, un peu dans le genre du "déclin de l'empire Américain".

J'ai eu de la peine à entrer dans l'histoire (dessins pas top, début de l'histoire chaotique). 150 pages plus loin, je commençais à prendre plaisir à la lecture. Après 600 pages, je m'étais attaché aux personnages et je regrettais presque que l'histoire finisse. L'intérêt de l'album tient à sa longueur et à la possibilité qu'a eu l'auteur de prendre le temps et la place pour dire ce qu'il voulait. Pourtant, malgré une lecture agréable, je ne peux m'empêcher de penser que les différentes histoires entrecroisées restent très superficielles et que l'auteur n'a pas exploité les énormes possibilités du sujet et du format. Je trouve par exemple que tout l'épisode sur le monde de la BD (qui prend énormément de place au sein de l'album) reste anecdotique et prend la place qui aurait pu être dévouée à l'approfondissement des personnages et de leur caractère psychologique. Cela rend l'identification aux personnages plus difficile et on suit leurs actions en spectateur, sans vraiment s'investir dans la lecture.

Malgré un format ambitieux, l'intention du livre semble rester le divertissement plutôt que l'introspection. A lire donc pour ceux qui veulent passer un bon moment et le faire durer sans trop se creuser les méninges.

Avis posté par matou Infos posteur le 10/10/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En terme d'épaisseur, De mal en pis est à la bande dessinée ce que Guerre et Paix est à la littérature : un vrai pavé. Avec le même inconvénient qu'à la longue, on a parfois un peu de mal à se passionner pour certains personnages: ici, c'est Sherman, pourtant personnage central de l'histoire, que j'ai tendance à trouver agaçant sur la durée.

Il n'empêche que « De mal en pis » est une galerie de personnages plus ou moins réalistes, mais tous intéressants par certains aspects de leur personnalité : Dorothy Lestrade, enquiquineuse notoire et colocataire insupportable au point de ne jamais rester bien longtemps dans le même appartement, Irving Flavor, vieil aigri qui s'avère pourtant parfois touchant...

Le dessin colle parfaitement avec l'ambiance du récit (du moins je le trouve tel) et les pages d'annonce des nouveaux chapitres sont absolument formidables (en tout cas, quelques-unes m'ont vraiment fait marrer).

J'en conseille l'achat, mais le prix est assez élevé, surtout pour une BD de ce genre, dont on fait généralement peu de relectures.

Avis posté par Steril Infos posteur le 18/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un solide pavé, que j'ai avalé en deux jours. Il semblerait qu'à l'instar de ce qui se passe à la télé, la bédé-réalité soit à la mode. Bien sûr, la télé qui se veut "réalité" n'a, en fait, aucun rapport avec cette dernière, et surtout, elle ne suscite pas la moindre réflexion, tandis que la bédé, quand elle s'intéresse à notre quotidien, permet de transmettre une véritable réflexion. Mais bon, c'était juste pour dire que, dans l'ensemble, "De mal en pis" appartient à mes yeux à un genre de bédé relativement neuf (et en tout cas très exploité pour l'instant) aux côtés d'autres oeuvres telles que "Approximativement", "Le combat ordinaire", les "carnets de bord" (de Lewis ou de Sfar), "l'immeuble d'en face", "les pilules bleues" et j'en oublie plein... Bref, même s'il est écrit en bas de quatrième page qu'il s'agit d'une fiction, celle-ci est présentée sous les traits de la réalité: un auteur nous parle de son quotidien. Et les personnages sonnent très vrai...

Alors bien sûr, en 600 pages, l'auteur a vraiment le temps de nous faire partager plein de choses, souvent touchantes, et même de nous faire réfléchir. Pourtant, je ne crois pas que cette bédé me laissera un souvenir impérissable. Bien sûr les personnages sont attachants, mais il manque à tout ça un je-ne-sais-quoi qui m'intéresse vraiment. Certes, je ne me suis pas vraiment ennuyé en lisant le livre, mais au fil des pages, j'avais un peu le même sentiment que face à certaines séries télévisées : ce besoin de connaître la suite de l'histoire, parce qu'on a commencé, et qu'on veut savoir ce qui arrive ensuite aux personnages, sans y être vraiment intéressé... étrange sensation. Au final, l'impression d'avoir partagé un moment le quotidien de quelques personnes... un quotidien qui, par beaucoup d'aspects, ressemble étrangement au mien...

Finalement, ne serais-je pas en train de me lasser de ce genre de bédés ?

Avis posté par deajazz Infos posteur le 11/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Sans conteste, ce pavé de 600 pages est une réussite. Primé (avec raison) à Angoulème, ce comics nous conte l'histoire de vie de différents jeunes adultes à New York. La vie n'est pas simple bien entendu pour des jeunes sortant à peine de leur étude et devant faire leur trou dans un monde professionnel de plus en plus dur. Non la vie n'est pas rose dans ce récit. Elle se veut réaliste. De ce fait, on vit à plusieurs dans un appart avec tous les problèmes liés à la cohabitation. Il y l'amour bien entendu. Sujet tellement central dans la vie de tout individu. Qui dit amour dit moments de bonheur, de remise en question et de déceptions. A cela vous ajoutez un peu d'alcool, quelques petites fêtes accompagnées de dérapages inhérents à ce genre de chose, une société peu scrupuleuse qui exploite ses travailleurs et vous obtenez une image critique et réussie de notre société occidentale. Bref, vous l'aurez compris, le réalisme est au cœur de cette Bande dessinée. Toutefois le sujet est traité avec légèreté, humour et sensibilité. On rit, on est ému mais à aucun moment le poids du livre n'affecte la lecture. En somme, un très agréable moment de lecture.

Avis posté par Hérisson Infos posteur le 25/05/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Quand j'ai eu fini cette BD - que mon mari m'avait chaudement recommandée -, je l'ai regardé sans rien dire - mon mari - et j'ai fait ça : "geste de lever le pouce en fermant le poing pour indiquer que quelque chose est excellent". Rarement je n'ai eu un avis aussi positif suite à une lecture.
Moi qui ai du mal à lire une simple Bande Dessinée en entier le soir - je m'endors avant en général -, j'ai ni plus ni moins dévoré les très nombreuses pages de "De Mal en Pis" sans plus me soucier du temps qui passait ni rien. J'avais le sourire aux lèvres en permanence, riant aux nombreuses touches d'humour, ressentant l'émotion des moments plus sensibles, mais surtout en étant totalement et complètement captivée par le récit. C'est un moment de bonheur de se plonger aussi intensément auprès de ces nombreux personnages si différents mais tellement vrais et proches de ce qu'on a pu être étant plus jeune - j'ai d'ailleurs reconnu des anciens colocataires dans les personnages du prof d'Histoire barbu et de sa copine à lunettes.
Une plongée dans la vie de personnages qu'on prend plaisir à suivre et à accompagner, un bonheur de lecture, une vraie émotion et un vrai plaisir qui fait rire, sourire, ressentir et réfléchir.

Avis posté par Gevaudan Infos posteur le 17/05/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avoir un tel pavé entre les mains, ça impressionne quand même un peu. Moi qui ai l'estomac fragile, je me suis demandé si j'allais réussir à digérer tout ça.

Et bien, je dois reconnaître que mes appréhensions étaient infondées. La lecture est facile, légère et passionnante. J'ai bien sûr fait quelques pauses, mais, vu le découpage de l'oeuvre en nombreux chapitres et le rythme plutôt constant de l'ensemble, les interruptions ne nuisent pas au plaisir de la lecture.

Les personnages sont tous attachants et criants de vérité. Leurs qualités, secrets et petits (et grands) travers se dévoilent tout au long de la BD et se savourent avec plaisir. L'intrigue - pour autant que l'on puisse parler d'intrigue - sinue le long des pages, s'attarde sur des personnages secondaires, évolue tranquillement avec la vie des protagonistes et fait, comme l'a dit Ro, beaucoup pensé à un format de sitcom américain.

Le ton de l'ensemble, même si l'humour est très présent, est quand même sérieux et frôle souvent le tragique, ce qui donne beaucoup de profondeur à cet ouvrage tellement riche (une deuxième lecture doit faire ressurgir de nombreux détails).

Le dessin est bon, mais ce qui m'a surtout frappé c'est la virtuosité de certaines mises en page. L'auteur se livre à des expérimentations fréquentes dans ce domaine et le succès est souvent au rendez vous (je pense notamment à la scène où Sherman hésite à embrasser Caprice, aux pages identiques qui se répètent mais prennent un sens complètement différents selon le contexte, etc..).

Le prix (30 euros) est élevé, mais la qualité et la quantité sont au rendez vous. Il n'y a pas à hésiter une seule seconde.

Avis posté par herve Infos posteur le 14/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Un pavé cette BD, mais est–ce encore une BD ? Très dense, la lecture m’a pris une bonne semaine pour tout apprécier, y compris les notes de bas de pages qui sont plus pour rappeler au français que nous sommes, certaines subtilités voire références de la langue anglo-saxonne.
Si le récit est long (600 pages tout de même), Alex Robinson a eu l’idée de le découper en chapitres, annoncés par un tableau des principaux personnages répondant à une question existentielle (qu’est ce vous voulez pour Noël ? par exemple).
L’histoire s’inscrit dans l’air du temps puisque l’on parle colocation (style "friends" mais en plus intelligent) de boulot, de rencontres, d’espoirs, d’échecs et de ruptures. Ruptures amoureuse (d’ailleurs le livre débute ainsi), rupture avec la société (Cf. le groupe de rockeurs-du-dessous).
Beaucoup de moments drôles (la logeuse est excellente !), d’émotion (le noël du professeur), de grâce (la scène du patinage), de doute (à travers Ed Velasquez).
Evidemment le monde du travail très présent, n’est pas épargné, en particulier celui de la BD et de l’édition, à travers Irving Flavor, dessinateur ô combien désagréable à la première approche. Tout au long de ces 600 pages, on s’attache à tous ces personnages gravitant autour de Sherman, l’étudiant-apprenti- écrivain-libraire : du dessinateur-raté à la logeuse-caporal chef, en passant par la journaliste-bordélique et l’intello-dragueur fou… bref une galerie de portraits parfaitement réussis.
Le génie de Robinson est d’avoir fait passer l’intrigue d’un personnage à un autre… sans que l’on se rende compte qu’au final, le héros n’est pas celui que l’on croit mais chut…. En outre l’épilogue est traité de façon magistrale et la nostalgie nous rattrape.
"De mal en pis", un roman graphique qui évidemment ravira les amateurs du genre mais qu’il faut absolument faire découvrir autour de vous …un régal, une claque aussi saisissante que ne l’était « Blankets » en début d’année.

Avis posté par ThePatrick Infos posteur le 24/01/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un pavé assez étonnant. Ses 600 pages racontent une histoire qui n'est finalement pas importante en terme d'événements et d'achèvements. Elles racontent surtout les interactions entre les personnages, formant en cela un véritable réseau, impressionnant et très réaliste. Les pages montrant différents personnages répondant à une question (Quel est l'endroit le plus insolite où vous avez fait crac-crac ?, Comment s'appellera votre autobiographie ?, etc.) viennent encore ajouter à leur crédibilité. Elles parsèment ces petits chapitres, qu'on a un peu de mal à lier au départ (je dois avouer avoir mis un peu de temps à entrer dans l'histoire et -- contrairement à ce que pas mal de gens semblent dire sur d'autres sites -- je n'ai pas pu lire tout d'une traite, au contraire, même).

La mise en page est très loin d'être tape à l'oeil mais témoigne d'une bonne utilisation du support, varie assez souvent et toujours en bonne adéquation avec le propos qu'elle illustre, et se fait parfois joliment originale (p. 141 ou 486 et suivantes par exemple). Idem pour le dessin : présentant une certaine homogénéité générale, il détonne (là encore agréablement) de temps en temps.

Chronique du quotidien de plusieurs êtres, De mal en pis évite complètement le manichéisme et passe en revue de nombreux personnages véritablement approfondis, des moments drôles et tristes, des petits bonheurs et des petites tragédies. Je n'irai clairement pas jusqu'à dire qu'il s'agit d'un chef d'oeuvre, mais il est certain qu'Alex Robinson est talentueux et très prometteur.

Avis posté par steamboy13 Infos posteur le 31/12/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Des jeunes new-yorkais qui après leurs études sont remplis de rancœur et de désillusions car leur avenir n'est ni rose ni tout tracé.

Sherman est un écrivain qui rêve d'être édité mais il a un job de libraire qu'il considère minable. Sa patronne surnommée "Dragon" lui mène la vie dure. Il ne cesse de ressasser qu'il ne mérite pas ça.
Ed son ami est un garçon au physique ingrat, encore puceau, fan de Starwars qui se lamente de travailler dans la quincaillerie de son père car il voudrait être dessinateur de comics de super héros.
Jane et Stephen sont les colocataires de Sherman, Stephen est prof d'histoire son métier le passionne, il est physiquement impressionnant mais c'est un coeur d'or. Jane sa petite amie est la gentille peste de l'histoire, volontier mesquine elle est attachante, elle aspire à être auteur de Bandes Dessinées.
Et puis Dorothy: Alcoolique, bordélique, explosive et menteuse qui est rédactrice dans un magazine féminin "Hype": Métro chic.
Bien sûr énormément de gens les croisent tout au long de la BD, cela crée des rapports compliqués, conflictuels ou sympathiques entre les différents personnages.
Une rencontre entre Ed et Lazor, vieux monsieur aigri mais passionnant sera le point d'orgue de cette histoire...

Je trouve que cette BD dans son traitement est très comparable au film « Short cuts » de Robert Altman, plutôt qu'une insipide resucée de Friends ou autre sitcom comme son thème pourrait le laisser supposer.
L'auteur est très habile pour faire s'enchaîner les évènements sans brusquerie ni facilité scénaristique grossière, les personnages évoluent de façon naturelle et c'est un plaisir de les accompagner en lecture. De plus ils ont tous une vraie profondeur ça les rend très humains.
En plus l'humour est présent et l'on passe souvent du rire au drame au fil des pages.
Cette oeuvre est d'une richesse colossale, impossible de tout décrire, l'auteur dit avoir mit six ans pour achever ce pavé de 600 pages!

Lisez le! Vous y penserez longtemps encore après l'avoir fermée.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque