Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
L'Âme du Kyudo Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (9) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(4)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(4)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(1)
Nombre d'avis9
Note moyenne3.67 / 5
Pour l'achat66%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD L'Âme du Kyudo sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par Gaston Infos posteur le 01/04/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai enfin lu un manga de ce mangaka qui semble être important dans l'histoire du manga. Il faut dire qu'il semble surtout faire des histoires de samourais et ce n'est pas un genre que j'affectionne beaucoup.

Le récit est pas mal quoique je n'irais pas jusqu'à dire qu'il est exceptionnel. Si c'est intéressant de mieux découvrir la société japonaise au temps des samourais avec ses seigneurs égoïstes qui peuvent tout faire aux classes inférieures et qui ont des idées de grandeurs, je ne peux pas dire que cela m'a particulièrement passionné et vers la fin je commençais à me lasser un peu. C'est aussi le genre de récit où s’enchaînent des scènes que j'aime avec d'autres que je trouve sans intérêt.

Le dessin est pas mal quoique j'ai eu de la difficulté à différencier certains personnages. J'aime bien le style un peu vieillot qui se dégage de ce style.

Avis posté par Jérem Infos posteur le 23/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ouf, je viens de venir à bout de ce gros pavé et je dois dire que malgré quelques difficultés à rentrer dans l'histoire, je suis content de cette lecture.
Hirata nous emmène dans le Japon du 17ème siècle, où les clans les plus puissants se disputent un record de tir à l'arc. La compétition dépasse largement le cadre « sportif » (désolé pour cet anachronisme) pour prendre une tournure éminemment politique. Les grandes familles mobilisent des moyens financiers et humains gigantesques pour avoir l'honneur de compter parmi leurs rangs le meilleur des archers.

Bien qu'étant une œuvre de fiction, l'album tire vers le documentaire. L'histoire est relativement simple mais l'intérêt est surtout dans la reconstitution minutieuse et très documentée du Japon de l'époque par le prisme du kyudo. Derrière la quête forcenée d'un jeune homme pour devenir le « premier sous le ciel », Hirata décortique une société féodale complexe et codifiée où le sens de l'honneur justifie toutes les dépenses, toutes les injustices et tous les sacrifices.

Graphiquement, c'est très réussi. Le trait est réaliste et beaucoup de soin est apporté à la reconstitution du Japon médiéval. Par contre, on s'y perd un peu dans la foule de personnages gravitant autour du héros. Beaucoup d'entre eux se ressemblent et cela nuit parfois à la parfaite compréhension de certaines scènes.
L'édition proposée par Delcourt est magnifique et proposent de nombreuses pages de notes très bien faites.

Monumental et passionnant, L'Âme du Kyudo est un album marquant que je conseille vivement.

Avis posté par Michelmichel Infos posteur le 23/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a du bon et du moins bon dans ce manga.

On nous offre ici une histoire intéressante, tirée de faits réels, bien racontée, fluide à lire. Je n'ai eu aucun mal à venir à bout de ce petit pavé, et je me replongeais régulièrement dans sa lecture avec délectation, tout curieux de savoir ce qui allait advenir de notre cher Kanza.

Graphiquement, c'est assez irrégulier. Autant les décors, surtout les bâtiments et les costumes, sont bien faits, autant les visages des personnages laissent parfois franchement à désirer, avec des mimiques très simplistes.

Pour le côté négatif, j'ai trouvé que ce récit était émaillé d'un faux suspense, comme s'il était absolument nécessaire qu'il arrive régulièrement des péripéties aux acteurs primaires ou secondaires. Cela se conçoit assez aisément puisque finalement le fil de l'histoire est assez simple. Donc, pour développer un nombre de pages suffisant, Hiroshi Hirata a, je trouve, un peu brodé son histoire, et, du coup, certains évènements n'apportent pas une vraie contribution à la lecture.

J'ajoute que j'ai un peu été perdu dans la nuée des maîtres d'armes, seigneurs, et autres entraîneurs, tant les consonances de leurs noms étaient proches, au même titre que leurs visages.
Enfin, il m'a paru parfois un peu risible que tous ces gens veulent se suicider (faire "seppuku") pour un oui ou pour un non...Enfin, ça doit être ma mentalité d'occidental... :p

Une bonne histoire, intéressante, qui comporte aussi quelques messages philosophiques subtilement menés. Je ne regrette pas du tout cette lecture.
J'ai hésité avec la note de 4/5.
(196)

Avis posté par Ems Infos posteur le 10/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
De Hirata, j'avais lu et adoré L'Incident de Sakai et autres récits guerriers.
Dans "L'Âme du Kyudo", il n'y a qu'un seul récit courant sur 450 pages.
Basée sur des faits réels et historiques, cette histoire est très détaillée.
Parfois trop car il y a des longueurs et des répétitions. Paradoxalement le final est expédié.
Peu au fait de la culture japonaise, j'ai quand même lu avec intérêt cette BD.
Je doute de la relire un jour car malgré le fait que l'histoire est romancée, une fois l'effet de surprise évacué, le contenu s'avère léger et dispensable.
Le dessin est exceptionnel de détails sur les décors. Les personnages sont moins réalistes mais très expressifs.
Je suis heureux d'avoir lu ce pavé mais je ne conseillerai pas l'achat mais seulement l'emprunt.

Avis posté par GiZeus Infos posteur le 12/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ca y est, j'ai enfin lu cette petite brique. Fichtre, 436 pages avalées d'une traite pour me maintenir dans l'ambiance de ce gekiga. Oui j'ai préféré me maintenir dans la lecture, malgré l'heure tardive. Car une fois qu'on est dedans, mieux vaut ne pas en sortir.

En effet, ce gekiga demande un investissement de la part du lecteur. Ce n'est pas une simple lecture banale, que l'on pose et l'on reprend quand on le souhaite. Tout du moins est-ce mon sentiment. Les quelques interruptions inopportunes m'ont demandé un léger effort pour me remettre dans l'ambiance.

Mais quelle ambiance ? Eh bien c'est simple, nous suivons la vie spartiate d'un jeune homme qui veut obtenir le titre de "Premier sous le ciel". Nous suivons pas à pas son entrainement rude et intense. Il se dégage alors du titre une saveur pierreuse, rêche, tel l'entrainement draconien auquel est soumis Kanza. Sa détermination est parfois fascinante à contempler, et c'est là que réside le talent d'Hirata : nous faire ressentir la dureté de l'entrainement, de manière adulte et virile, comme le monde dans lequel évolue le héros.

Si vous l'ignoriez encore, l'histoire de l'épreuve du Toshiya commence au début du XVIIème siècle, juste après l'établissement de l'ère d'Edo. Sans qu'aucune date ne soit réellement avancée quant à l'évolution du temps (seule l'insurrection de Shimbara permet de situer vaguement la date), j'en ai sommairement déduit que les aventures de Kenza débutent une quarantaine ou cinquantaine d'années après le commencement de l'épreuve, qui consiste à décocher le plus de flèches qui traverseront l'auvent d'un temple de 120 mètres de longueur. Cette épreuve deviendra, au fil du temps - et en temps de paix -, le symbole représentatif de la puissance de chaque clan, qui cherche par tous les moyens à obtenir et conserver le titre tant convoité de "Premier sous le ciel".

C'est précisément cet acharnement qu'Hiroshi Hirata s'attache à dénoncer (il le dit explicitement en commentaire, à la fin). En suivant le parcours de Kanza, dont la vie est exclusivement dédiée à son art, l'auteur montre sans voile la rudesse de l'existence de ces hommes, sacrifiés sur l'autel de la gloriole. Sacrifiés est en effet le bon terme. Parce qu'en cas d'échec, l'honneur du clan étant sali par l'insuccès de l'archer, ce dernier le lave de son sang. Mais gare à ne pas tomber dans la critique facile. Les codes de l'époque nous paraissent peut-être barbares vu quelques siècles plus tard, mais juger des moeurs passées est, à mon humble avis, sans valeur puisque bien des siècles et évolutions nous séparent des codes qui nous parviennent. Tout au plus peut-on essayer de les comprendre, et alors on s'aperçoit que la vie n'est pas une valeur sacrée dans ce monde viril. Seule la puissance affichée et l'honneur comptent, et la vie n'est préservée que lorsqu'elle est utile. Je pense ici aux différents clans qui ont arrêté le "jeu", estimant que la perte d'officiers de valeur ne valait pas le prix payé en cas d'échec. Ainsi, cette vision est plus nuancée que celle des deux grands fiefs qui s'opposent, les Owari et les Kii.

Malgré les qualités citées plus haut, j'ai quelques reproches à faire. Ponctuellement, quelques éléments mineurs viennent gâcher le récit. Le premier exemple qui vient à l'esprit est celui de l'homme qui professe à Kanza, en observant seulement son visage, qu'il battra le record du Toshiya. J'ai noté d'autres détails peu représentatifs de la qualité globale, et c'est pourquoi je ne m'escrimerai pas à les retrouver.

Un dernier mot sur le dessin. Lu après L'Incident de Sakai et autres récits guerriers, je m'attendais à retrouver l'empreinte grasse du trait d'Hirata. Mais non, l'auteur a visiblement décidé d'affiner son encrage, et propose un dessin toujours aussi fluide et dynamique. La colère des personnages transpire du papier, leur dédain se matérialise, et le tout forme un ensemble très réaliste. Les postures des personnages sont vraiment magnifiques, et certaines planches semblent avoir suspendu le temps dans son mouvement, notamment dans les postures assises des tireurs. Ajoutez à cela un rendu des bâtiments superbement travaillé, c'est un vrai régal que nous avons là.

Bref, j'ai vraiment apprécié cette longue incursion dans le temps. On y découvre un monde dur, cruel parfois, avec une philosophie complètement éloignée de la notre (mais qui confirme l'idée du Japon que je me faisais du temps des samuraïs). L'illustration de la vie de Kanza, est un réquisitoire contre la bêtise des puissants de ce temps, dont certains étaient les ancêtres de l'auteur, que ce dernier exècre pour leurs actes. On découvre d'ailleurs à la fin qu'il demande le pardon au nom de ses ancêtres, pour toutes les vies qu'ils sont ruinées et sacrifiées.

Avis posté par Erik Infos posteur le 29/10/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette lecture dans l'âme du Kyudo s'est révélée très enrichissante de la pratique de ce sport dans le Japon médiéval du XVème siècle. C'était d'ailleurs plus qu'un sport puisque les enjeux entre clans étaient importants. Il s'agissait de tirer le plus grand nombre de flèches en 24 heures d'un bout à l'autre d'une galerie extérieure d'un temple. Il y avait comme une espèce de fièvre à battre le record. Les samouraïs qui n'y parvenaient pas se suicidaient sur le champ, tant l'honneur était quelque chose de primordial. Il y a incontestablement beaucoup de noblesse dans ce jeu qui pouvait se révéler fatal.

J'ai adoré cette très longue lecture de 436 pages car elle retrace le chemin parcouru par un jeune paysan Kanza pour atteindre son but. Il veut d'abord venger la mort de son père mais sa quête se transformera vite par l'entrainement du tôshiya.

Le schéma n'est pourtant pas nouveau : un jeune disciple essaie de dépasser sa condition physique et sa condition sociale également en accomplissant un exploit. Il se fait aider par un maître vieux et expérimenté et commence alors un dur entraînement.

Cependant, le déroulement sera plus ardu que l'on ne pense car l'entraînement durera près de 10 ans. Il y a alors beaucoup plus de crédibilité dans l'action et dans l'effort accompli. Oui, j'aime ces valeurs que sont le travail et l'effort accompli pour parvenir à un but ultime à force de courage et de détermination. C'est quelque fois pénible en raison non seulement de la concurrence acharnée mais également des conditions climatiques dépendant de la chance. Il y a également les coups tordus, les tricheries et les tracasseries administratives.

L'art du tir à l'arc a son manga culte. Je pense qu'on pourra difficilement faire mieux. A travers cela, il y a également l'émergence de valeurs intemporelles qui peuvent encore servir aujourd'hui. Les illusions, les doutes et les échecs font partie de la vie de chacun. Cela nous permet de progresser et de finalement trouver la voie de la réussite. En cela, cette lecture s'est trouvée enrichissante. Ce ne sont pas que des mots ou des flèches ...

Avis posté par Pasukare Infos posteur le 24/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je ne vais pas re-re-raconter l'histoire, elle est très bien décrite dans tous les avis déjà donnés.

Je tenais vraiment à donner un 5/5 à ce petit morceau d'histoire du tir à l'arc traditionnel japonais. J'ai dévoré cette oeuvre presque d'un trait.
La perfection n'étant pas de ce monde, je me dois quand même d'être d'accord avec le reproche concernant les visages pas toujours bien différenciables.

Culte oui, j'insiste !!

Culte pour ce qu'il représente pour moi. En tant qu'ancien (mais toujours dans l'âme) archer, et pour avoir pratiqué (à mon humble niveau) des entrainements dans l'esprit "zen" décrit ici, ce récit me touche particulièrement et illustre et justifie en quelque sorte les heures passées à essayer de ressentir le geste de l'archer, à se placer, respirer, tenter "d'être" la flèche et la cible (pas facile !!).

Culte parce qu'avec le recul sur des années passées à chercher la performance pour un classement, une récompense, cette oeuvre force le respect et l'humilité devant la difficulté de l'épreuve et l'implication (toute japonaise) de ses participants, toujours obnubilés par l'honneur, celui de leur clan, celui de leur famille.

Culte aussi parce que le tir à l'arc c'est le kyudo et le kyudo c'est le Japon, indéniablement et cette histoire en est la parfaite illustration.

Avis posté par Spooky Infos posteur le 18/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une belle somme romanesque, cette "Âme du Kyudo".
En effet elle nous propose un voyage dans le temps et l'espace, à savoir le Japon du 17ème siècle. Enfin, juste un petit coin du Japon, à Kyôtô, et dans un seul milieu, celui des kyudokas, ces pratiquants du tir à l'arc.
Hiroshi Hirata, auteur ô combien important dans l'histoire du manga, pardon du gekiga, nous propose de replonger dans l'histoire de ce qui fut un véritable phénomène de société à l'époque : le Toshiya. Cette compétition de tir à l'arc, unique au monde probablement, permettait aux différents clans de bushis d'affirmer leur suprématie, fût-elle fondée sur une compétition finalement un peu idiote. Cette idiotie est d'ailleurs clamée haut et fort par l'un des protagonistes de l'histoire, un kyudoka poussé à bout par l'entraînement extrême. Un entraînement qui nous est conté par le menu, bien détaillé, et l'on reste ébahi devant l'ingéniosité des maîtres du kyudo...
C'est une histoire qui, à défaut d'être passionnante, est plutôt intéressante, nous permettant d'appréhender, à défaut de comprendre, l'orgueil de certaines classes de guerriers, mais aussi la manière de vivre dans les casernes à cette époque. Le dessin de Hirata, un peu daté, oscille parfois entre l'ultra-réalisme et la caricature comique, provoquant parfois des ruptures dans l'appréciation du récit. De plus je trouve que les visages des personnages manquent parfois de maîtrise. Mais indéniablement la prouesse réside en quelques vues avec des cadrages osés, des perspectives d'une justesse époustouflante, et un sens des proportions à toute épreuve.

Intéressant, graphiquement audacieux même si le style n'est pas ma tasse de thé, c'est un véritable classique du manga que nous a livré Akata.
Ma note finale : 3,5/5.

Avis posté par cac Infos posteur le 30/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Hirata fait ici un impressionnant travail de reconstitution historique. Il présente à travers la destinée de quelques personnages la difficulté d'une discipline de tir à l'arc toute particulière consistant à faire passer le plus grand nombre de flèches par-delà un préau de 120 mètres de long. Ceci doit être fait sur l'équivalent de 24 heures en tirant chaque flèche de manière instinctive à un rythme effréné. Celui qui obtient le titre de "premier sous le ciel" fait honneur à tout son clan. Chacun des fiefs engloutit une fortune colossale afin de former de jeunes kyudoka à battre le record.

Le dessin est plutôt bon avec de magnifiques perspectives sur la longueur du préau à traverser. De plus je trouve qu'ici le dessin d'Hirata est beaucoup plus fin que dans "Satsuma" dans lequel il me semblait plus gras et sale. Même si le point commun persiste avec ses autres gekiga dans la représentation assez peu différenciée de ses personnages.

L'ouvrage est imposant, de très bonne facture, et avec une foultitude d'annexes dont une interview assez longue que j'avoue n'avoir pas pris le temps de lire. Le tout est assez long, voire un peu lent, certains iront jusqu'à dire ennuyeux par moments surtout s'ils n'accrochent pas du tout au propos de l'artiste. Pour ma part je n'ai pas été écoeuré vu qu'il m'a fallu plusieurs soirées pour en venir à bout. Je ne pense pas que je prendrai du plaisir à le relire de sitôt.

On sent l'implication de l'auteur dans son travail, il s'est rendu sur les lieux de cette "compétition". On ressent bien le respect qu'il a pour ses héros d'un autre temps prêts à se sacrifier pour la gloire et l'honneur. A se faire seppuku sans broncher pour laver la honte dont ils pensent être la source en cas d'échec. On peut se demander combien d'hommes se sont donnés la mort de la sorte à cette époque tant il y a de telles scènes décrites rien que dans le présent ouvrage. Je me demande même si Hirata, tant ancré dans son personnage plutôt passéiste, ne fait pas l'apologie d'une ère à laquelle il aurait tout simplement voulu vivre, niant notre société d'aujourd'hui qui a perdu toutes ses valeurs.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque