Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
L'Héritage du Colonel Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (8) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(1)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(2)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(5)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(0)
Nombre d'avis8
Note moyenne3.50 / 5
Pour l'achat75%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD L'Heritage du Colonel sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par Gaston Infos posteur le 16/07/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Encore un très bon scénario signé Trillo !

Les auteurs montrent les monstruosités de la dictature argentine de 1976-1983 et aussi les séquelles (vu que cela se passe après la dictature) à travers le personnage d'un petit fonctionnaire qui se prive pour acheter une poupée.

Au début, je me demandais où les auteurs voulaient en venir, mais au fur et à mesure ils montrent la folie d'Elviro et les événements passés qui expliquent son état psychologie et pourquoi ce qui se passe dans le présent va le faire sombrer peu à peu dans la folie. Le scénario est totalement maîtrisé et prenant. Je l'ai trouvé prenant du début jusqu'à la fin et les auteurs dénoncent les horreurs de la dictature de manière originale. Le dessin est mignon alors que plusieurs scènes sont très glauques. C'est un très bon décalage je trouve et cela va assez bien avec la personnalité d'Elviro qui semble être normal, mais qui cache un coté malsain.

Avis posté par Sloane Infos posteur le 30/11/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une fois dépassé le cap du dessin qui possède un côté très enfantin, il faut en venir à l'essentiel, au fond de cette histoire de folie sur fond de dictature militaire. Fortement traumatisé par l'éducation de son père, "heureux tortionnaire ", qui ramène du travail à la maison, notre brave Elvio Guastavino en gardera des séquelles psychiques tout au long de sa vie d'adulte.

On se doute donc qu'à cet âge le brave Elvio a développé une psychose carabinée et le seul moyen qui dans un premier temps lui permet de survivre est de reporter un amour qui lui a manqué sur une poupée de porcelaine qui lui donne l'occasion de sublimer la petitesse de sa vie. Plus le temps passe, plus les gardes fous tombent et la folie se révèle.

Au delà de ce personnage c'est bien la description clinique d'une dictature, une allégorie qui nous est proposée et la force des auteurs est de nous montrer à travers ce récit glauque, noir, malsain, tous les méfaits, et le mot est faible, qu'un tel système politique organise.

Une lecture salutaire et presque obligatoire qui décrit un moment assez récent de l'histoire de l'Amérique du Sud. Sachons nous rappeler par qui était téléguidée cette dictature et d'autres aussi peu reluisantes par l'entremise de la sinistre opération Condor.

Avis posté par Noirdésir Infos posteur le 21/03/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mes précédentes lectures d’albums de Trillo avaient abouti à des impressions très mitigées. Aussi disparates que ses productions : j’avais plutôt aimé Histoires sans paroles, et moins accroché à La Grande Arnaque.

L’Héritage du Colonel ne ressemble à aucun des deux ! Mais, après un petit temps d’adaptation – au récit et au dessin, j’avoue avoir apprécié cet album.

Le dessin m’a surpris au début. A mi chemin entre un dessin pour enfants et les comics, il y a un petit décalage avec le propos. Au début tout au moins. Car rapidement, je les trouve en symbiose, même si alors ils entretiennent un certain malaise.

En effet, cet album est dérangeant. Construit autour de la souffrance, des frustrations, des cauchemars post traumatiques du personnage principal, mais aussi de la société argentine, il traite des effets de la dictature de Videla comme le ferait une analyse mêlant psys et historiens.

La lecture de l’introduction est d’ailleurs recommandée pour bien comprendre l’album. Le livre et le documentaire de Robin auxquels il est fait référence sont à lire/voir aussi. Pour la torture dans les dictatures sud-américaines, mais aussi pour le rôle qu’y ont joué certains spécialistes français de la chose après leurs expérimentations algériennes (expérience qui a fortement intéressé certains "humanistes" de Guantanamo…).

Elvio, le personnage principal, est traumatisé par ce qu’il a vécu, même si c’est de manière différente des victimes survivantes des tortures de son père. Le transfert qu’il effectue sur les poupées et la torture qu’il inflige involontairement et symboliquement à sa mère, qu’il affame, sont assez dures à suivre – et dans tous les sens du terme !
Les poupées, d’ailleurs, et les sévices qu’elles subissent, ainsi que la manière de les représenter, parfois, m’ont fait songer à Blanquet. Une même ambiance dérangeante les rapproche aussi.

Au final, c’est vraiment un album original, dont je recommande vraiment la lecture. Mais pas forcément dans un moment de déprime…

Avis posté par Blue boy Infos posteur le 10/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
D’un coup de crayon plaisant qui évoque vaguement le style des comics américains mais dans des teintes autrement plus vénéneuses, l’auteur nous assène l’histoire terrifiante et malsaine d’un Monsieur tout le monde obnubilé par les fantômes de son passé, notamment celui de son père, colonel sous la dictature argentine, et qui avait tenté de son vivant de lui enseigner la torture… Ici, il n’est plus question de psychologie mais bien de folie glaciale et macabre, une folie qui contamine le récit et parvient à déstabiliser le lecteur. Comment concevoir l’inconcevable ? C’est bien de ça dont il est question, car même en sachant que l’histoire est tirée d’un témoignage, l’esprit se cabre devant une telle atrocité, même si le trait caricatural permet de prendre de la distance et d’en atténuer l’horreur…

Je ne peux pas dire si j’ai vraiment aimé, même si je reconnais la difficulté de l’exercice. Je me suis demandé si en fait ces personnages aux faces comico-grimaçantes, qui pourraient presque sortir de Mickey magazine, ne m’ont pas mis encore plus mal à l’aise que si elles avaient été plus réalistes… C’est en tout cas une expérience âpre et peu commune, et qui interroge sur les limites de l’être humain en matière de barbarie et la manière dont il peut s'auto-justifier… A lire quoi qu’il en soit, tout au moins si vous pensez avoir les nerfs suffisamment bien accrochés…

Avis posté par Ems Infos posteur le 02/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quelle force !!!!
J'ai eu du mal à comprendre où je mettais les pieds mais au fur et à mesure de la lecture, le récit s'est dévoilé et m'a entrainé dans un tourbillon de folie.
Le personnage principal, Elvio Guastavino, est complexe. Sa vie actuelle est gangrénée par les actes de son père, ancien général lors de la dictature militaire en Argentine. Ce dernier l'a entrainé dans ses délires et sa violence sans se rendre compte de la corruption que cela a entrainé sur l'intégrité psychique de son fils.
Le récit s'avère bien plus adulte et dramatique que le dessin voudrait nous le faire croire. Le décalage entre la forme et le fond renforce ce dernier.
La folie assumée du père est devenue une folie refoulée et névrosée chez le fils.
Les rares autres personnages ne sont pas à la fête dans cet espèce de huis clos violent dans tous les sens du terme.
Les auteurs arrivent par ces personnages à résumer les abus d'un système révolu mais encore proche dans le temps. Il ne s'agit pas d'une rédemption ni d'un jugement mais juste d'un rappel au souvenir d'un passé noir qui aura marqué physiquement une franche de la population argentine sans oublier de marquer psychologiquement l'autre partie.
Il faut être près à lire ce genre de récit sans compromis car il ne se laisse pas digérer facilement.

Avis posté par Erik Infos posteur le 01/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une bd très forte pour dénoncer la torture qui s'est pratiquée en Argentine durant la dictature militaire. Il y eu des milliers de disparitions et ce pays n'en n'est toujours pas ressorti indemne malgré la démocratie. L'héritage du colonel, c'est ces années noires qui restent dans tous les esprits. L'auteur s'est volontairement axé sur "l'après" ce qui constitue en soi une très bonne démarche.

On est embarqué dans un récit très glauque où un homme va jusqu'à sacrifier sa pauvre mère en la laissant mourir de faim pour satisfaire ses perversions avec une poupée. Il est question de bourreau et de victime. Il est également question de vengeance dans une "douce" atmosphère de réalisme cruel.

La noirceur extrême n'a jamais fait recette avec moi. C'est comme ça dans mon caractère. Je trouve cette oeuvre quand même bien utile pour expliquer aux générations futures tout ce qu'a été cette dictature qui niait l'humanité. Il faut s'accrocher et ne pas être dégouté. Perturbant, c'est certain.

Avis posté par Miranda Infos posteur le 09/05/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne sais pas où Trillo est allé chercher ce scénario, mais il est inintéressant au possible. Un homme amoureux d'une poupée qu'il ne peut acheter, il va alors économiser et se priver de tout pour l'obtenir. Tout cela sur fond de maltraitance psychologique de l'époque où il était enfant grâce à une mère castratrice, et les difficultés qui s'ensuivent pour assumer sa vie d'adulte. Ah oui j'ai son bourreau de père, encore un dingue, c'est dire si cette bd m'a marquée. L'histoire d'un pauvre type, traitée sans humour ni dialogues mordants, comme on est habitué avec Trillo. C'est surtout mignon au niveau du graphisme.

Avec Trillo j'ai remarqué que ses séries sont fonction de ses dessinateurs. Par exemple j'ai trouvé presque toutes celles dessinées par Mandrafina, Bernet ou Risso excellentes, alors que celles de Breccia, Altuna ou Varela ne m'ont pas plu. Le dessinateur doit donc mettre son grain de sable - voire même un bon tas de sable - et c'est ce qui fait toute la différence entre une bonne série de ce scénariste et d'autres nettement en dessous. D'ailleurs ça se sent tout de suite au niveau des dialogues qui sont très différents en fonction des dits dessinateurs.

Avis posté par JAMES RED Infos posteur le 08/11/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Attention, ce livre c’est de la dynamite !!! Ne vous fiez pas au dessin qui semble tout droit sorti d’un album au trait cartoonesque et pourrait nous laisser penser qu’on va avoir affaire à une histoire bien gentillette.

Ce n’est pas le cas du tout. Carlos Trillo, scénariste, entre autre de Spaghettis brothers, se penche sur la dictature militaire en Argentine qui sévit de 1976 à 1983, du moins, plus précisément, sur l’après dictature.

Son personnage principal Elvio est un austère fonctionnaire qui vit seul avec sa maman. Mais voilà, Elvio est aussi le fils du colonel Guastavino, un des pires criminels de la junte qui torturait avec violence tous les opposants. Sa femme et son fils ont même été les témoins voire les complices d’actes particulièrement sadiques et cruels commis au sein même de leur appartement.

Cela semble avoir quelque peu perturbé Elvio qui, dès qu’il a fini le travail, se rend chez un antiquaire, où il parle à une poupée dont il est tombé éperdument amoureux !!! Cette poupée lui rappelle celle que son père utilisait pour expérimenter de nouveaux sévices !!!

Cette histoire décrit la longue déchéance d’Elvio qui sombre peu à peu dans la folie, mélangeant le passé et le présent, revoyant son père torturer de jeunes militantes communistes ou s’acharnant sur des poupées. Mais, les démons du passé reviennent hanter Elvio en la personne d’une ancienne victime de son père.

Cet ouvrage met en lumière l’inhumanité et sa transmission et ne se contente nullement de suggérer la torture. Varela, avec un graphisme qui semble destiner aux enfants dessine des scènes horribles et insoutenables. On voit Elvio devenir de plus en plus inquiétant et sombrer dans une folie dangereuse et perverse…

Ce livre est vraiment dur, mais c’est une vraie œuvre engagée et qui pose une question fondamentale : qu’est-ce qui sépare l’être humain du bourreau ?

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque