Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Jolies ténèbres Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (32) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(3)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(6)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(9)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(8)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(6)
Nombre d'avis32
Note moyenne3.25 / 5
Pour l'achat65%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Jolies tenebres sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par fab11 Infos posteur le 08/03/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Et bien voilà une Bd particulière et je peux même dire étrange sans être loin de la vérité.
Ce conte morbide et glauque , n'ayons pas peur des mots , m'a laissé un goût amer dans la bouche à la fin de ma lecture. Certains ont vu dans ce "conte" un récit étonnant, d'une beauté rare, moi je n'y vois qu'un moyen de choquer le lecteur et de l'embrouiller .
J'ai eu l'impression de visionner un film de David Lynch, car à la fin de ma lecture j'aurais pu dire, pour paraître aussi branché que certains: oh c'est génial, j'ai rien compris(il faut dire qu' à part les récits de zombies et les histoires intellectuelles comme celles de Conan le barbare je ne comprends pas tout. Je veux juste dire qu'il n'était pas dans mon intention de blesser quelqu'un).
Effectivement c'est exactement l'effet que m'a fait ce one shot , sauf que je n'ai pas trouvé ça génial, seulement original et dérangeant.

Si il y a bien une chose qui me dérange dans une BD, c'est d'interpréter l'histoire de celle-ci.
J'aurais préféré comme beaucoup d'autres lecteurs avoir des réponses et non pas se les imaginer. Déjà qui sont ces petits personnages qui se font dessouder les uns après les autres? On peut avoir un grand nombre d'hypothèses sur leur nature d'ailleurs je ne vais pas donner la mienne de peur d'être ridicule. J'aurais également aimé en savoir plus sur la mort de cette fillette, sur l'identité du ''monsieur'' à la cabane.

En ce qui concerne le dessin il est souvent grossier et enfantin et parfois superbe et détaillé , par contre j'ai trouvé ce contraste trés intéressant et original.
Je ne vais pas m'éterniser car tout a été quasiment dit sur cette bd hors norme.
Je ne dis pas que je n'ai pas aimé ma lecture mais elle ne m'a rien apporté donc je ne compte pas relire cette oeuvre morbide (c'est un adjectif qui revient souvent n'est-ce pas ?).
Si vous voulez vous y plonger je vous conseille de la louer a la bibliothèque car l'achat est dispensable.

Avis posté par Jetjet Infos posteur le 27/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Jolies Ténèbres, c’est avant tout l’association de deux mots contradictoires mais qui sonnent bien mais aussi une couverture qui attise la curiosité par sa beauté et le mystère qu’elle dégage mais surtout une des œuvres les plus controversées publiées par un éditeur de réputation familiale, Dupuis.

Une réputation racoleuse n’étant pas forcément gage de qualité, il est très difficile de se faire une idée du contenu en feuilletant uniquement le bouquin. En effet, ce qui peut à priori déranger de prime abord est le parti pris de ces dessins enfantins aquarelle, presque brouillons et à priori inoffensifs.

Une dizaine de pages tout au plus va pourtant permettre de dessiner la ligne narrative et ne plus s’en écarter. On peut appeler cela du génie ou de l’escroquerie de la part de Fabien Vehlmann, pour ma part je lui attribuerais plus facilement un talent insolent qui abuse effrontément de facilités pour taquiner le lecteur et vais m’en expliquer….

Le tout commence comme un conte de fées entre la jolie supposée princesse Aurore et son beau promis lors d’un gouter des plus raffinés lorsque le décor s’effondre et qu’Aurore doit s’échapper de justesse du corps d’une petite fille gisant dans la nature pour des raisons qui ne seront jamais dévoilées.

D’autres personnages tout aussi jeunes et insouciants et soumis à la même épreuve se retrouvent donc avec Aurore en pleine nature et deviennent soucieux de se protéger et de se nourrir snobant royalement le petit corps dont ils semblent être issus… Jolies Ténèbres débute sur des bases intrigantes qui ne seront développés qu’avec l’imaginaire et la sensibilité de chacun, le reste ne sera qu’une succession de scènes volontairement grotesques et choquantes sans fil conducteur…

Car dès lors on va assister à un massacre par la nature ou entre eux de tous ces personnages insouciants sans réelle logique apparente, les scènes se succédant les unes aux autres, de la méchanceté de Plim et de la narcissique Zélie à la fragile Timothée et aux candides triplées… La petite Aurore va devoir réagir pour survivre et se recréer l’environnement rassurant qu’elle a perdu au prix de son innocence….

Loin de m’émouvoir pour ces personnages ou métaphores, je n’en ai pas moins ressenti certains "haut-le-cœur" tant la situation me paraissait décalée entre la méchanceté et surtout l’insouciance et indifférence les caractérisant. Les Kerascoet ont usé de divers artifices afin de faire vivre les 4 saisons de la forêt au rythme du corps de la fillette pourrissant bien moins vite que les âmes tordues de ces funestes lutins.

Le style associé à priori enfantin revêt une toute autre dimension à la lumière des actes barbares conscients ou inconscients et le découpage brut allant d’une situation vers une autre sont habilement choisis car ils permettent de rendre la lecture pesante et dérangeante, le lecteur perdant assez rapidement ses repères et se laissant happer dans une spirale infernale, subissant plus les évènements passivement que les appréciant…

L’apport d’éléments extérieurs comme la peur d’un insecte, la présence muette d’un ermite contribuent à multiplier les pistes que les auteurs laisseront à tort ou à raison sans réponse réellement précise… On se retrouve dans une ambiance à la David Lynch où il est de bon ton de ne pas donner d’explications ce qui me parait en soi d’un snobisme prétentieux et Vehlmann applique ici le même principe en laissant les lecteurs face à leurs réflexions et sensibilités.

Méthode abusive mais payante vu comme cette œuvre a su faire parler d’elle… En soi ça ne me dérange pas car Aurore conclut quand même le récit par son « initiation ».
On peut y voir une mise en garde morbide de la perte de l’innocence ou le fractionnement de l’âme qui meurt petit à petit à moins qu’il ne s’agisse d’un avertissement cruel sur l’indifférence et la violence de nos chères têtes blondes mais quoi qu’il en soit les auteurs ont réussi leur pari car leur œuvre donne envie d’être relue et appréciée pour ce qu’elle est ou n’est pas, difficile de trancher…

On peut tout à fait louer qu’elle ne plaise pas à tout le monde mais elle n’est peut être pas là pour cela… Si message il y a dans tous les cas il est effrayant car nous démontre que la nature humaine n’offre pas de pardon ou de rémission pour nos péchés ! Amen !

Le Dormeur du Val d’Arthur Rimbaud auquel cette œuvre me fait écho peut dormir tranquille, Jolies Ténèbres n’a pas la prétention d’être aussi poétiquement délicieux que son illustre ainé mais développe d’autres thématiques sur des origines similaires et en constitue quand même un reflet en bande dessinée dont le dénouement importe peu….

Avis posté par totoro Infos posteur le 19/04/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Une petite merveille d'humour noir, dont les ressorts reposent principalement sur la gratuité : gratuité d'un macabre poussé à l'extrême et du choix d'un graphisme enfantin et coloré ; gratuité des situations (qui sont ces personnages vivant dans le cadavre d'une petite fille dont le corps pourrit lentement tout au long de l'album ? qui est cette petite fille ? on ne le saura jamais, et, franchement, c'est tant mieux) ; gratuité du découpage narratif, syncopé, jouant sur les accélérations et les ellipses avec brio.
Au final, on ressort de cette lecture un peu secoué, comme devant l'intrusion violente du thème de la mort, - une mort amorale et caustique, - dans un univers enfantin ; j'ai enfin soigneusement caché le livre pour que, surtout, mes enfants ne tombent pas dessus...

Avis posté par cac Infos posteur le 29/12/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Très bel objet avec liseuse et très jolie couverture. Voici un album au contenu bien étrange. Empli de contrastes, à commencer par son titre : Jolies ténèbres. Comment les ténèbres, l'enfer et donc la mort pourraient être qualifié de "jolies" ?

Dès le départ on découvre le corps d'une fillette allongée dans une forêt et des petits êtres qui s'installent autour d'elle. A nouveau un fort contraste sur le dessin entre ces petits êtres d'une part représentés de façon assez simpliste et la beauté du dessin d'autre part sur certains passages de "la réalité" comme une très belle page où l'on voit la fillette "endormie" dans le sous-bois.

J'avoue que la première fois que je l'ai lu, il y a environ un an, je n'ai pas vraiment aimé. Mais finalement une relecture m'a fait apprécier ce petit conte trash pas pour enfant sans chercher à se poser de question : comment la fillette est arrivée là ? qui est cet homme dans la cabane ? Et j'en apprécie aussi l'humour décalé mâtiné d'une certaine violence nonchalante.

A noter au cinéma, j'ai ressenti le même genre d'ambiance "poétique trash" avec le film Tideland de Terry Gilliam.

Avis posté par Superjé Infos posteur le 12/12/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Wouaaaah !!!... Une BD qui nous retourne.

De la couverture à la toute dernière page, cette BD est déjà en soit un très belle objet...Un album solide et une des plus belle couverture que j'ai jamais vu, sobre, intrigante, attirante mystique... Mais on ouvrant la BD, je ne connaissais toujours pas son thème.

Ce qui m'a d'abord frappé (en crescendo dans l'album quand même), c'est le dessin, le contraste entre ces petits personnages mignons, plein de belles couleurs, digne des meilleurs livres illustrés, rempli d'une gaieté pastel, et ces décors, les animaux et les humains représentés (vivants ou non) qui sont d'une grande qualité et force graphique, d'un réalisme rare, avec des couleurs (je dirais de l'aquarelle) incroyablement belles... Il y a une grande recherche...les cases sont loin d'être brouillonnes. Je connaissais que peu le travail des Kerascoët (à vrai dire je ne leur savais pas une telle maîtrise pour dépeindre les animaux et la nature avec tant de réalisme) qui est un peu dans la veine des auteurs du style Lucie Durbiano ou autres, mais grâce à cet album, ils font désormais parties de mes dessinateurs préférés : "Jolies Ténèbres" ? Assurément dans mon top 5 des plus belles BDs que j'ai pu lire...

Et ce scénario... C'est sûrement le plus morbide que j'ai pu lire en BD... Tout commence lorsque une ribambelle de petits personnages sortent du cadavre encore chaud d'une petit fille qui vient de décéder.... Je me plais à imaginer que ces personnages sont la partie invisible de cette fille... L'âme ou l'esprit, le caractère, ses émotions, ses états-d'âmes, ses sentiments, sa mémoire... Tout ce qui est stocké dans notre cerveau. C'est assez trash comme introduction (du moins moi je n'ai jamais vu ça). Et l'on va suivre toute cette marmaille qui va organiser une petite communauté en essayant de survivre (ce qu'ils n'y arrivent pas) avec leur insouciance. Et c'est là que l'horreur s'installe...En crescendo bien sûr !
On est que très rarement confronté à la mort, tout d'abord, on y fait allusion ("-Non, les champignons on a dit qu'on arrêtait ! Il y en a qui sont VE-NE-NEUX. - Ah oui, c'est vrai... Pauvres Joséphine, Margot et Agathe, je les aimais bien.") Au début, je trouvais ça assez drôle (le décalage entre le dessin mignon et les thèmes abordés, y était je pense, pour beaucoup), mais plus j'avançais dans la BD, plus j'avais des espèces de hauts-le-cœur... Combien de fois me suis-je écrié "C'est vraiment dégueulasse ?"

Contrairement à pas mal d'autres posteurs, je me suis pas posé trop de questions : "Pourquoi est-elle morte ? Qui est cet homme ? Son meurtrier ? Son père ? A-t-il un rapport avec elle ?"
Non, je me suis juste laisser bercer par les sentiments (généralement de dégout) que m'a inspiré la BD. J'en est arrivé à détester certains personnages ( Plim, Zélie... En général j'avais du mal à associer un caractère aux personnages vu qu'ils étaient tous des monstres : d'ignorance, d'orgueil, de gourmandise etc...).
J'ai juste trouvé le final légèrement plus léger que le reste de l'album, qui était très dense.

Bref, une excellente BD, morbide à fond (voir l'état d'avancement de la décomposition est assez dégoutant), avec un scénario assez bien construit, drôle et écœurant à la fois (on offre toute notre compassion à la pauvre Aurore), avec un dessin vraiment, magnifique... Je vous la conseille... A vos risques et périls !

Avis posté par Pasukare Infos posteur le 20/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Intriguée par cette histoire à sa sortie, je ne m’étais jamais décidée à la lire pour me faire ma propre idée. J’ai eu l’opportunité de l’emprunter dernièrement, c’était l’occasion ou jamais et ma lecture m’a un peu fait l’effet d’un… pétard mouillé… Je cherche encore la supercherie ou les pages cachées que d’autres ont semble-t-il lues et pas moi parce que franchement, je suis plus que circonspecte ! Et ce n’est pas la question « Mais qui donc sont tous ces petits personnages bien cruels et inconscients qui fourmillent autour du cadavre d’Aurore ? » pour laquelle il m’est le plus difficile de trouver une réponse mais bien, comme d’autres avant moi : « Oui, bon, et alors ? » …

Je n’ai vu dans cette BD qu’une succession de clichés illustrant la spontanéité, le manque d’attachement, la faculté à passer à autre chose et la cruauté dont peuvent parfois faire preuve des enfants, et par extension, les personnages qui peuplent leurs pensées. Une succession sans fils conducteur, un peu comme si les auteurs voulaient absolument toutes nous les illustrer de manière débridée, au mépris de la cohérence et de la structure du récit.
Je ne suis ni dégoûtée, ni écoeurée par les scènes glauques du récit, je ne suis pas choquée par le comportement des personnages, je ne comprends simplement pas la finalité de cette histoire.

Qui est l’homme de la cabane ? Qu’est-il arrivé à cette petite fille ? Comment fonctionnait son imaginaire quand elle le maîtrisait encore ? Et après, il se passe quoi (en fait je m’en fiche hein, c’est juste pour dire) ? Autant de questions qui resteront sans réponse et le reste de l’histoire ne me satisfait pas suffisamment pour que je puisse me contenter de ça.

Mauvaise pioche et c'est dommage car la couverture était superbe !

Avis posté par Calimeranne Infos posteur le 17/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
A l’époque où cet album est sorti, il a suscité de nombreuses critiques, qu’elles soient élogieuses ou pas. Je m’attendais donc à adorer ou à détester. Après ma lecture, ce n’est finalement ni l’un ni l’autre.
D’une part, je n’ai pas bien compris ce qu’étaient sensées représenter toutes ces créatures sortant du cadavre de la petite fille. J’ai lu les interprétations données par les lecteurs, et aucune ne m’a réellement convaincue. D’autre part, on assiste à un enchaînement d’évènements sans queue ni tête, aucun fil conducteur ne paraît relier les différentes scènes. J’ai l’impression qu’il n’y a aucune histoire, à moins qu’une seconde lecture – peu probable en ce qui me concerne - permette de voir une certaine logique dans cette accumulation de scènes morbides, et nous donne également la clef pour savoir qui est cet homme qui vit dans la forêt. Parce que là, au niveau de compréhension auquel je suis arrivée, il n’y a aucun intérêt à l’histoire.
Je n’ai pas réussi à rentrer dans l’album parce que je ne savais pas à quel degré prendre tout cela. Est-ce sensé être drôle ? L’apparence de certains personnages pourraient faire penser que oui, et parfois certaines situations sont complètement décalées, mais en fait non, on n’a pas du tout envie de rire. L’auteur voulait-il déranger le lecteur ? Il aurait alors peut-être fallu aller plus loin ; certes, la vue de certains détails m’a dérangée, mais ce n’est finalement pas l’impression principale que je garde de ma lecture. Voulait-il faire naître une émotion ? Bon ben là en ce qui me concerne c’est complètement raté…

En fin de compte, j’ai refermé l’album en me disant « ah ? et alors ? », il a manqué une cohérence à l’ensemble et un petit quelque chose que je ne saurais définir pour que j’aime cette bande dessinée. Parce qu’au niveau graphique j’ai totalement adhéré, les couleurs sont très agréables, et le côté simpliste des dessins des petites créatures apporte un beau contraste avec les scènes réalistes, qui, elles, sont très réussies.

Étant déçue par cette lecture malgré le graphisme qui m’a séduite, je n’en conseille évidemment pas l’achat, mais la lecture qui, il est vrai, ne laisse pas totalement indifférent.

Avis posté par Thaugor Infos posteur le 31/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je n'avais pas vu la grande polémique qu'avait suscitée cet album depuis sa sortie, mais je me souvenais uniquement des bons avis qui étaient parus au début. Donc lorsque je l'ai enfin vu à ma médiathèque, j'étais assez confiant en l'empruntant.

Je comprends les réactions de certaines personnes face à ce scénario original et vraiment décalé. Personnellement, j'ai beaucoup aimé et je n'ai pas trop cherché à y voir des messages (en tout cas, consciemment), mais j'ai apprécié le côté enfantin (que nous avons tous eu) de tous ces petits personnages qui prennent la vie au premier degré et comme elle vient sans se soucier du futur et du passé ou des conséquences de leurs actes, un côté naïf en fait. J'y ai trouvé chaque facette de la représentation d'une même personnalité (la jalousie, la peur, la timidité, la cruauté) chapeautées par le personnage principal Aurore, qui résulte de tous les autres. On y trouve aussi plein de morceaux de contes ou de rêves d'enfants qui se matérialisent dans cette histoire (prince, princesse, mariage) mais tous tournés à la dérision.

Moi, le côté morbide, fataliste et cruel ne m'a absolument pas choqué, au contraire, ça m'a beaucoup plu et parfois fait sourire, mais ça, ce sont les goûts de chacun. De même, j'y ai reconnu dans l'organisation d'une communauté face à l'imprévu, un réalisme et un regard très intéressant : le développement des personnalités, les bandes qui se forment avec les leaders et ceux qui suivent les autres. On y voit aussi la cohabitation entre humains et animaux (qu'on peut étendre entre colonisateurs et indigènes) très ressemblant.

Maintenant, le dessin. Il reste magnifique et ressemble aux images qui illustrent certains contes, ce qui renforce le côté enfantin, bref il est parfaitement associé à l'histoire racontée.

En résumé, que ce soit le dessin, la colorisation ou le scénario, ce conte m'a conquis par son regard naïf et enfantin qui permet de parler de choses plus ou moins tabou assez simplement même si parfois cela nous renvoi une image très cruelle de notre propre humanité, et je pense que c'est aussi pour ça que cet album fait tant parlé de lui (en bien ou en mal).

Avis posté par Steftheone Infos posteur le 14/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
"Jolies Ténèbres" constitue pour moi une grosse et belle déception. En effet, là où Tim Burton excelle au cinéma, les auteurs ici n'arrivent qu'à empiler des scénettes plus morbides et glauques les unes que les autres sans un réel fil conducteur.
L'histoire semblait pourtant bien débuter avec cette fillette morte dont on croyait en apprendre un peu plus au fil des pages mais que nenni ! On en vient à se demander si les auteurs avaient réellement imaginé une trame de base au scénario...

Alors effectivement, l'auteur détourne quelques contes comme Peau d'âne qui se transforme en peau de rat, ou le symbole du prince transformé en crapaud qui ici se transforme en prince gobé par le crapaud ! Au départ ça dérange puis, au fil des pages, ça irrite, quand les scénettes plus horribles les unes que les autres s'enchainent : ailes d'un oiseau découpées, un rat aux yeux écorchés puis dévoré vivant par d'autres animaux, et j'en passe....

Là où beaucoup y cherchent une pseudo-philosophie ou morale, j'ai eu beau me torturer l'esprit mais, désolé, moi je n'y ai rien vu.

Côté dessin, passée la magnifique couverture, les personnages très enfantins ne m'ont pas emballé outre-mesure et exceptées quelques grandes planches très jolies, le reste est plutôt moyen.

SCENARIO (Originalité, Histoire, personnages) : 2/10
GRAPHISME (Dessin, colorisation) : 4/10
NOTE GLOBALE : 6/20

Avis posté par GiZeus Infos posteur le 01/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après la claque des Cinq Conteurs de Bagdad, je m'attendais à autre chose. J'ai donc été un peu déçu du contenu de ce one-shot.

Pourtant ça commençait bien. Une couverture époustouflante qui faisait directement son entrée à la première place des plus belles couvertures qu'il m'ait été donné de contempler. Le dessin surprend lui aussi. A contre-courant de l'histoire qui sera développée, il se présente sous une apparence enfantine avec son graphisme tout en douceur, mielleux jusque dans les teintes et les quelques superbes planches qui occupent une page à elles seules. Mais ce n'est que pour mieux nous tromper. Car l'histoire est un conte, oui, mais un conte macabre, loin des contes de fées que l'on a tous vu dans notre enfance, loin d'un Cendrillon ou d'un Blanche-Neige. Vehlmann nous entraine dans un micro-monde dominé par l'insouciance, la naïveté, et où la cruauté fait loi. Bref, c'est le monde de l'enfance.

On suit donc tout ce petit monde sorti de l'imaginaire d'une petite fille décédée mystérieusement, jusqu'à ce qu'ils passent de vie à trépas. [SPOILER] Certains passages sont réellement durs (quand Aurore arrache les yeux du rongeur), d'autres comme la mort du prince me laissent totalement de marbre et n'éveillent aucune étincelle d'émotion en moi [FIN SPOILER].

Là où je cale, c'est sur le sens de cette fable. Je m'en tiens pour l'instant à une interprétation de premier sens, tout comme Alix. Je n'ai pas, même après une relecture, d'autre interprétation, ou alors une ébauche, car apparemment, chacun y voit ce qu'il veut ou peut. C'est donc, à mon avis, une BD à lire à différentes périodes pour tenter d'y voir les différents niveaux. C'est pour cela que j'en conseille l'achat (et aussi si vous souhaitez avoir une couverture qui en jette )

Avis posté par Mac Arthur Infos posteur le 16/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mwouais, bof …

Jolies ténèbres est une œuvre qui a créé la polémique sur ce site. Je m’attendais donc à trouver une œuvre que soit j’aurais détesté, soit j’aurais adoré.

Au final, je me suis ennuyé …

L’histoire met en scène des « esprits » enfantins aux comportements extrêmes. Cela se voudrait très sombre, l’artiste cherchant à enfanter chez le lecteur un sentiment de malaise, d’insanité, un sentiment encore accentué par le style graphique très naïf (et, donc, en décalage avec le propos), que Kerascoët emploie majoritairement.

En fait, et c’est le grave problème, je n’ai ressenti aucunes émotions. Ni dégoût, ni jubilation, les gesticulations de ces petits personnages m’emmerdent (voilà, c’est dit). Tous ces personnages manquent tellement de maturité tout en affichant une telle autosuffisance que je ne parviens pas à m’y attacher. Cette absence d’empathie est, à mon avis, la cause principale de mon rejet de l’œuvre.

De plus, à la longue, le style choisi par Kerascoët finit par me lasser, et je suis heureux lorsque, au détour d’une page, l’artiste opte pour un style plus réaliste. Pourtant, au début, je trouvais cela joli et intéressant … mais, à la longue … pffffff …

Reste la très belle couverture (car, là ! Il faut reconnaître que c’est la grande classe !)

Avis posté par Sejy Infos posteur le 29/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un récit aux prémisses un peu mièvres : de charmants petits personnages, une dinette en simulacre du monde des grands, une amourette enfantine… Mais très vite, un processus morbide s’enclenche, une sauvagerie irréfléchie s’invite, les saynètes épouvantables se succèdent et la fable se révèle en une pantomime macabre qui va suivre son cours jusqu’à la curée…

Provocation maline ou gratuite ? Démarche talentueuse et audacieuse ? Ou tout simplement mauvais goût ? Que peut légitimer ce déversement de sadisme poussé parfois jusqu’à son paroxysme ? Y a-t-il un message, une morale ? Difficile de saisir les desseins réels des auteurs.

Album refermé, je demeure sur une sensation étrange, mais très agréable. Un mélange d’agacement et de jubilation, quand j’appréhende qu’à chaque nouvelle lecture tout restera à comprendre. Cet étalage de violence, de férocité insouciante ne m’a jamais vrillé les tripes. Plus dérouté que dérangé. L’oeuvre m’apparaît comme un champ d’exploration intellectuellement vivifiant, une curiosité à arpenter l’esprit ouvert, et, j’ose, un divertissement (à l’humour noir astucieusement grimé) qui se dévoilera différemment selon les sensibilités de chacun.

Un frisson me parcourt tout de même l’échine quand je perçois le plaisir ressenti à jouer les voyeurs. Mais un voyeurisme excusable, inconscient, à la fois assourdi et exhorté par la fascination visuelle, par l’esthétisme envoûtant d’un trait riche, doux et empreint de naïveté. Cette emphase graphique féérique, orchestrée par une narration savamment désintéressée, instaure un contraste extrêmement puissant et essentiel avec le propos. Le conte se drape d’une poésie froide, d’un détachement subtil qui, loin du désir d’absoudre les trop nombreuses (et injustifiées ?) effusions d’horreurs du scénario, inciterait plutôt à chercher le véritable discours ailleurs.

Transcription désenchantée du monde enfantin, de cette spontanéité insoucieuse avec tous ses excès et sa cruauté sous-jacente ?

Tableau acerbe des facettes d’une nature humaine qui puise ses germes dans l’enfance pour éclore plus sombre et outrageusement maquillée sous les traits d’une société terriblement adulte ?

Inexorable entrée dans une vie d’adulte. À partir de l’instant où Aurore embrasse son prince, son enfance commence à s’enfuir, le cadavre et « ses lutins » ne sont que les symboles de traits de caractère qui s’exacerbent et d’une innocence qui s’envole ?

Les perspectives prolifèrent. Chacun, imprégné de son vécu et de son imaginaire, pourra se risquer à ses propres interprétations. C’est là, la principale richesse d’une œuvre déconcertante, originale et de grande qualité.

Et, quoi qu’il en soit, relectures obligatoires !!!

Avis posté par Erik Infos posteur le 28/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est un conte bien morbide que voilà... Il faut vraiment aimer. Le graphisme est enfantin alors que l'histoire est glauque. Ce mélange de style entre candeur et cruauté pourra rebuter plus d'un lecteur. Les enfants ne doivent pas lire ce conte sous peine de faire d'affreux cauchemars. Il devrait y avoir un avertissement...

Après un début de lecture plutôt difficile, je me suis accroché à l'histoire de cette petite Aurore qui tente d'organiser la survie autour d'un cadavre humain qui lui ressemble. Il y a plein de questions qu'on se pose sur ce corps humain en décomposition qui va demeurer jusqu'à la fin un élément du décor. On n'aura pas de réponses sur le pourquoi. C'est bien dommage car l'idée en soi était plutôt originale.

Lé détachement par rapport aux scènes cruelles m'a littéralement rebuté. Cette absence de justification peut interpeller à juste titre. Une oeuvre bien singulière mais à l'esprit un peu tordu.

Avis posté par ArzaK Infos posteur le 10/06/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un chouette album, original, surprenant, déroutant par moments (ceux qui mettent en scène la méchanceté de l'enfant). Le dessin est plaisant, la manière dont on passe d'un personnage à l'autre est bien gérée. Mais il manque, à mon sens, un peu de fond à cet album pour en faire une oeuvre incontournable. J'ai un peu l'impression que l'album repose sur une seule grande idée maitresse, dévoilée dès le début.

Un OVNI à lire et à découvrir, ce qui en fait déjà une oeuvre recommandable.

Avis posté par Blue Boy Infos posteur le 09/06/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce qui m’a attiré au premier abord, c’est la couverture, que je trouve somptueuse. L’ouvrage est également très soigné et les planches agréablement coloriées, ce qui fournit au moins un argument en faveur de l’achat.

Ce qui frappe ici dès les premières pages, c’est le contraste entre le graphisme enfantin des personnages et la radicalité du propos. D’emblée, le malaise s’installe à la vue du cadavre de la fillette et de toutes ces petites créatures orphelines qui semblent en sortir, sans se poser la question sur leur situation. Tels des naufragés débarqués dans un monde inconnu et trop grand pour elles, elles vont pourtant s’adapter avec une facilité incroyable, mais toujours dans l’improvisation et hors de toute rationalité. Toutes ont une personnalité différente mais agissent avec l’innocence de l’enfance, capables de commettre en toute insouciance les actes les plus cruels, inconscientes de leur portée.

Spectateur de cette micro-société en formation qui produira ses lois et ses chefs, notre œil d’adulte est souvent interloqué, fasciné... Un peu comme si l’on observait une immense cour d’école sans surveillant, sans pouvoir d’intervention aucun, l’histoire se déroulant au rythme incohérent des humeurs de ces lutins diaboliques, avec souvent des épisodes monstrueux.

Et du coup, on ne sait plus ce qui nous met le plus mal à l’aise dans ce conte étrange : le cadavre en décomposition de la fillette ou le comportement brutal des enfants livrés à eux-mêmes qui pourraient presque être humains, abstraction faite de leur taille ?

C’est peut-être à cet effet que les auteurs nous rappellent, avec quelques références bien placées (Peau d’âne notamment) que les contes pour enfants comportent plus ou moins leur part d’immoralité et de cruauté.

Cette histoire absolument pas banale se lit très vite, presque trop vite. J’aurais apprécié un récit plus long, plus élaboré, et du coup, je suis resté un peu sur ma faim. Peut-être faut-il considérer cela non pas comme une œuvre « sérieuse », juste comme une comptine légère et morbide distillant sa petite musique lancinante qui ne s’oublie pas si vite... OVNI graphique sulfureux, ces « Jolies Ténèbres » charment autant qu’elles révulsent, mais en tous cas ne laisseront personne indifférent. En tout état de cause, nul ne pourra nier l’originalité et l’audace à partir d’une base narrative aussi risquée...

Avis posté par Gaston Infos posteur le 31/05/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Désolé, mais je n'ai pas accroché à l'album. Le dessin est mignon et je l'aime beaucoup, mais le scénario n'est pas très palpitant. Il ne se passe jamais rien de vraiment intéressant. On fait juste voir la vie quotidienne des créatures sorties de la tête de la fillette morte. Au fait, ils sont où les moments dégueulasses qui ont fait couler beaucoup d'encre sur le forum ? Ces créatures font bien des trucs méchants, mais je ne vois pas en quoi c'est choquant.

Enfin, si je ne trouve pas cela choquant, c'est sans doute parce que je ne me suis pas attaché à ces créatures. Je m'en fichais complètement de ce qui pouvait leur arriver. Ils auraient pu avoir la mort la plus injuste qu'on puisse avoir, je m'en ficherais quand même !

Note : 2.5/5

Avis posté par Steril Infos posteur le 09/05/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Attiré par les bon avis sur cette bédé et sa longue présence dans le "top nouveautés" de bdthèque, ainsi que par la superbe illustration de la jaquette de l'album, je dois bien avouer que j'ai été très déçu par la lecture de Jolies ténèbres.

L'idée de départ : des personnages enfantins quittant le cadavre d'une fillette, sans doute issus de son imaginaire, ou symbolisant son moi intérieur (son "âme"?), est pourtant intéressante et prometteuse. Mais passé l'originalité du postulat initial de la bédé, il n'y a plus grand chose à se mettre sous la dent. On assiste à une série de petites scènes souvent cruelles ou horribles, sans être vraiment touchantes ni intéressantes. Bref, passé les dix premières pages, cette lecture n'a plus éveillé chez moi que de l'ennui, et ce jusqu'à la fin.

Avis posté par Guillaume.M Infos posteur le 19/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je regardais cet album dans ma bibliothèque redoutant sa lecture mais... Voilà ! C’est fait ! Après tous les débats, que j’ai suivis de loin, à propos de Jolies Ténèbres, j’ai enfin lu ledit album. C’est la toute première fois, depuis que j’avise sur Bdtheque, qu’un autre avis représente exactement ce que je pense d’une bande dessinée... c’est incroyable Alix !!! Sérieusement, je pourrais faire du copier coller tant mon avis sur Jolies Ténèbres est similaire.

Etant jumeau d’avis avec Alix, je vais essayer de présenter mon ressenti à la lecture avec d’autres mots.

Jolies Ténèbres m’a déçu pour deux raisons :

Premièrement, je n’ai pas compris le buzz autour de la violence « insupportable » de cette bande dessinée. Une petite fille morte gît sur le sol d’une forêt. De son corps sortent des enfants, venant droit de son imaginaire, ainsi que (selon moi) son âme. Les enfants vont s’installer autour du cadavre et tenter de survivre sans grand succès. Les prédateurs de la forêt, les accidents et les bambins eux-mêmes, par leurs actes primaires et instinctifs, déciment la petite communauté. Bien que sombre et cruel, l’histoire ne m’a ni ému, ni choqué. Peut être le dessin tout enfantin a-t-il enlevé l’horreur du récit ?
Dans la même catégorie, vous pouvez lire le livre "Sa majesté des mouches". Cette histoire là va, à mon avis, plus loin.

Deuxièmement, le récit ne m'a pas vraiment accroché. Ce que j’avais lu à propos de Jolies Ténèbres promettait un récit bouleversant, interpellant, voir choquant. Je n’ai été ni bouleversé, ni choqué... Le postulat de départ est excellent mais selon moi, le scénario reste très linéaire et uniforme tout au long de l’album jusqu’à la fin. Il n’y pas vraiment de rebondissement.

Ces deux points mis à part, cet album reste plaisant à lire. Le dessin rend l’accès facile et diminue grandement l’impact du récit (de façon positive), atténuant les scènes cruelles. Il est très coloré et joliment crayonné.
Les zones d’ombre laissées dans le récit laissent une grande part à l’imagination. Chacun peut combler les lacunes à sa guise. C’est d’ailleurs pour moi le point fort de l’album.

L’histoire est bonne mais sans révolutionner le monde de la bande dessinée. « Juste » une bonne lecture donc. Le problème est que j’attendais beaucoup plus de Jolies Ténèbres.

Au final, ce one shot est une bonne déception.

Avis posté par Alix Infos posteur le 18/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tant de bruit autour d’une BD, ça attise forcément l’intérêt… J’étais impatient de mettre la main sur cet album… et je suis un peu déçu… pour deux raisons.

D’abord parce que je ne vois pas pourquoi il y a eu autant de discussions enflammées sur le forum. Le sujet et son traitement sont certes un peu lugubres, mais je n’ai pas trop cherché plus loin que l’interprétation que je me fais de l’histoire : une petite fille meurt, et les personnages issus de son imagination s’échappent de son cerveau, et tentent tant bien que mal de survivre autour du cadavre… mais comme ils n’ont aucune valeur morale (étant les fruits de l’imagination d’une petite fille), ça tourne vite au désastre. Alors oui, ça fait réfléchir sur la cruauté et l’égoïsme des enfants, mais bon, il n’y a rien de choquant à tout ça. Quand on est môme, nos valeurs morales sont très limitées, et la tolérance et le respect des autres sont des principes bien abstraits. Il n’y a pas de honte à avoir, on en a tous fait des choses un peu honteuses quand on avait 5 ans

Ma déception est aussi due au fait que l’histoire ne m’a pas marqué plus que ça. J’ai eu beaucoup de plaisir à la lire, et je me suis amusé et horrifié des différentes fins tragiques des protagonistes. Mais contrairement à d’autres posteurs, je n’ai pas vraiment été touché ou bouleversé. Juste intrigué et amusé. De plus je n’ai pas non plus saisi le lien entre la petite fille et l’homme (mais existe-t-il vraiment un lien ?)

Une lecture intéressante, une histoire originale et ouverte, ce qui laisse libre court à l’interprétation personnelle. A découvrir.

Avis posté par pierig Infos posteur le 09/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette bd sujette à controverse ne pouvait que m’inciter à me pencher sur sa lecture.

Le décalage entre la bonhomie des dessins enfantins et les propos nettement plus noirs a de quoi en effet interpeller. Sans revenir de manière exhaustive sur les hypothèses émises par certains pour y trouver une explication du pourquoi du comment, je n’ai pas été rebuté par le comportement cruel, voire criminel, de ces jeunes enfants. Il ne faut pas oublier qu’à leur âge, ils n’ont pas encore la notion de ce qu’est la mort. Ces jeux cruels sont donc dictés par l’instinct, ce même instinct qui est prépondérant dans le comportement de l’enfant durant ses premières années. Bref, je trouve le récit cohérent même si il est poussé à l’extrême. Les portes restent ouvertes quant à son interprétation. Je suis assez d’accord avec l’interprétation de Ro et Spooky à ce sujet (voir leurs spoilers). Côté dessins, c’est très coloré et naïf, bien enfantin en somme. A noter que les dessins plus réalistes sont superbes et tranchent bien avec le microcosme d’Aurore . . .

Une bd qui dérange, qui amène à se questionner et qui nécessite plusieurs lectures, c’est pas si fréquent. La lire en vaut la peine, l’acheter aussi . . .

Avis posté par Altaïr Infos posteur le 23/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'arrive pas à savoir si j'ai aimé "Jolies ténèbres" ou non ; si c'est, comme beaucoup le pensent ici, une BD géniale et profonde ou, comme le pense Miranda, une BD nidoreuse, cruelle et gratuite.
La réponse se situe probablement entre les deux.

C'est évidemment une BD qui met mal à l'aise, et tout particulièrement quand on a comme moi une petite fille qui se prénomme comme l'"héroïne" de cette histoire et qui a sensiblement le même âge.
Mais je n'ai rien contre les histoires qui mettent mal à l'aise, tant que ce n'est pas gratuit ou réactionnaire comme dans Imbéciles heureux !. Il faut que le malaise provoqué chez le lecteur soit porteur de sens, ce qui était le cas dans Sa majesté des mouches, auquel cette BD fait immédiatement penser.

Mais "Jolies ténèbres" est-il porteur de sens ? Je n'arrive pas à le savoir.
On est immédiatement tenté de voir dans cette sordide histoire une métaphore, oui, mais laquelle ?

*SPOILERS*
J'ai eu l'impression au début que le sujet de cette BD était la mort, petit à petit, de l'âme de la petite fille. On voit en effet ses pulsions primaires (orgueil, peur, gourmandise, égoïsme, cruauté infantile, indépendance, etc.), son "ça" nous dirait Freud, mourir les uns après les autres, de manière assez choquante. On pourrait interpréter alors tous ces épisodes horribles comme une métaphore de la perte posthume de l'humanité de la petite fille, de la décomposition de son âme concomitante à la décomposition de sa chair.

Mais dans cette interprétation, je ne vois pas quelle place donner au personnage d'"Aurore" ? Pour moi elle symbolise évidemment la partie consciente de la petite fille (son "moi"). Mais quelle interprétation donner à son parcours, et surtout à cette fin déconcertante ? Il me semble qu'il aurait été logique qu'elle meure aussi, en tout dernier. A moins qu'on soit dans une interprétation plus métaphysique ? (la partie de l'âme qui survit à la mort physique ou un truc du genre ?)
*FIN SPOILERS

Honnêtement, je n'arrive pas à me convaincre moi-même. J'ai l'impression qu'il s'agit d'un exercice gratuit et assez vain et que j'essaie de trouver du sens là où il n'y en a sans doute pas.
Cela dit, il a le mérite de susciter des interrogations chez le lecteur, ce qui prouve que ce n'est malgré tout pas une BD totalement inintéressante. Et je suis prête à réviser ma note si quelqu'un arrive à me sortir une explication réellement convaincante.

Avis posté par herve Infos posteur le 22/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Voici une bande dessinée que j'ai lue et relue trois fois depuis son achat, et sur laquelle j'ai du mal à m'exprimer tant le sujet est fort.

C'est en effet une véritable claque, une bombe évidement à ne pas mettre entre toutes les mains.

L'objet éditorial en lui-même est superbe : une belle jaquette représentant une scène champêtre voire bucolique : une petite fille dort dans l'herbe !
Que nenni, Fabien Velhmann et Marie Pommepuy nous ont concocté un conte macabre, cruel, parfois gore, sordide et..., bon j'arrête là les adjectifs tant on sort dégouté de cette histoire, même complètement retourné tant le décalage est fort entre le dessin (presque de l'illustration de livre d'enfant) et la cruauté du récit.

Le scénario n'explique pas tout, et c'est d'ailleurs une volonté des auteurs. Qu'est-il arrivé à cette fillette, qui est l'homme habitant la forêt (son père, son assassin, un quidam ?), qui sont ces étranges créatures sorties du corps d'Aurore (pour ma part, je pense qu'il s'agit de la production de son cerveau, de ces histoires que se racontent les petites filles... mais cela n'engage que moi) ? Mais c'est au lecteur d'imaginer le passé et la suite de cette aventure.

Un récit qui, au fil des saisons et de la décomposition du corps (tiens cela me fait songer au poème de Baudelaire intitulé Une charogne, lisez-le, vous verrez) nous met mal à l'aise, voire nous répugne mais bon sang que c'est réussi !

Une excellente bande dessinée,
L'évènement de ce trimestre.

Avis posté par Spooky Infos posteur le 20/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Connaissez-vous Sa majesté des mouches ?
Il s’agit d’un roman écrit par l’Anglais William Golding en 1954. Un avion transportant des enfants issus de la haute société anglaise se crashe près d’une île déserte. Tous les adultes périssent, et les enfants tentent de s’organiser. Mais très vite ils retournent à un état sauvage, sans retour. Considéré comme une œuvre pour enfants, la violence de l’histoire est pourtant manifeste, et il s’agit d’un classique de la littérature traitant en fait de la fragilité de la civilisation.

C’est un peu à cette œuvre (que je vous recommande) que m’a fait penser « Jolies ténèbres ». On se retrouve dans une microsociété privée d’adultes, et du coup les enfants se retrouvent dans des schémas primaires, jusqu’à sombrer dans la barbarie la plus extrême. Dans une telle société les personnes ayant des troubles psychologiques ne sont plus aidées, et deviennent soit des parias, soit des dominants. Fabien Vehlmann aime bien ce genre de situation, puisqu’il l’exploite également dans sa bonne série Seuls, sur un traitement nettement différent toutefois. Ici il a développé une idée originale de Marie Pommepuy et l’a poussée assez loin (peut-être pas jusqu’au paroxysme, mais assez loin quand même). Le regard porté sur Aurore et ses compagnons est celui d’un sociologue, on pourrait même parler d’entomologie eu égard à la taille des protagonistes. Ici le décalage est renforcé par le dessin des Kerascoët, un côté assez enfantin face à la violence inhérente et suggérée (parfois montrée) du propos. Il ne faut surtout pas croire que parce que le scénariste a écrit cette histoire, il est un sociopathe à tendances meurtrières, ce serait lui faire un mauvais procès… Non, il est juste parti d’une situation donnée et a tenté d’explorer un grand nombre de saynètes découlant de cette situation. Bien qu’il ne soit pas réellement découpé en petits chapitres, c’est ainsi que se présente ce one-shot.
Au-delà du dégoût, de la répulsion que nous évoquent ces scènes, il convient en effet de prendre du recul. Bien sûr, cela peut réveiller des échos dans notre enfance. Certains d'entre nous ont peut-être eu la tentation d'arracher des pattes à des mouches, de manger des fourmis... Cela prouve une chose : ces situations, d’apparence grotesque, ne sont pas impossibles. L’Homme naît-il naturellement bon ? Oui, nous a enseigné Jean-Jacques Rousseau dans nos cours de philo au lycée. Au regard de ces œuvres, mais aussi de beaucoup de choses se passant dans le monde, on est réellement près d’affirmer exactement le contraire. Car l’Homme, laissé à lui-même, pourrait redevenir un animal, guidé par son instinct, sa rancœur ou son ambition.
Le décalage est aussi présent dans le titre. « Jolies » relève du champ sémantique joyeux, appréciatif, alors que « ténèbres » laisse penser qu’il y a des choses sombres, inavouables dans l’album. Le titre est bien choisi, puisqu’après l’entame étrange, les tentatives « gentilles » d’Aurore pour instaurer une microsociété basée sur l’entraide et la bienveillance tombent toutes à plat, face aux caractères et aux ambitions de ses compagnons.
Voilà pour une première analyse à tiroirs.

[SPOILERS]
Du côté de l’histoire proprement dite, il y a plusieurs questionnements qui viennent à l’esprit pendant ou après la lecture. Comment la petite fille est-elle morte ? Pourquoi personne ne la trouve pendant le long moment où se déroule le récit ? L’homme qui se balade à proximité et vit dans une maison proche est-il lié à cette petite fille ? Est-il son assassin, son père ? Remarquons que dans une case, son lit comporte deux oreillers, un grand et un petit.
Qui sont tous ces enfants ? On ne le saura jamais vraiment, mais la façon dont ils apparaissent à Aurore laisse à penser qu’ils sont tous, elle comprise, des morceaux de l’âme d’Aurore, la petite fille morte. Celle qui se fait appeler ainsi ne serait peut-être que la fraction « raisonnée » de son esprit, les autres une partie des penchants naturels de l’âme humaine, suivant la théorie que j’ai développée sans talent au-dessus. Ces différentes facettes disparaissent les unes après les autres, à mesure que l’âme humaine s’échappe (meurt ?) du corps sans vie d’Aurore. Je n’ai pas d’interprétation pour la scène finale, Aurore restant seule face à l’homme sans nom. La dernière réplique trouve peut-être son écho dans la relation (pas claire) entre la petite fille morte et l’homme. C’est une interprétation possible, mais il y en a certainement d’autres. Le talent du scénariste est aussi de laisser la porte ouverte à l’interprétation, de montrer qu’il n’y a pas forcément une seule explication possible, mais autant qu’il y a de lecteurs. C’est une orientation qu’a prise Régis Loisel dans Peter Pan, une orientation qui n’a pas fini de faire jaser ; c’est le propre, selon moi, des œuvres de valeur. Autre point commun entre les deux œuvres, le regard de l’héroïne. Je n’oublierai jamais celui de Clochette, affiché en couverture du tome 6 de Peter Pan, un regard que recèle beaucoup de noirceur. Ce regard, Aurore l’affiche aussi dans la dernière partie de Jolies ténèbres, lorsqu’elle devient une exécutrice au sang froid. Ça donne des frissons.
[FIN SPOILERS]

Au final, il faut vraiment, à mon humble avis, se détacher des contingences civilisationnelles pour vraiment apprécier Jolies ténèbres. Elle mérite d'ailleurs au moins deux lectures successives, et probablement une troisième une fois ces deux premières digérées. Si l’on ne s’attache qu’aux actes, c’est une œuvre gore, à la limite du soutenable, on a envie de venir chercher ces enfants pour les ramener dans un cadre structuré. Car ces enfants sont condamnés à brève échéance, tous.

Pour toutes ces raisons, "Jolies ténèbres" est une œuvre forte, qui ne laissera de toute façon pas indifférent, et c’est dans la polémique qu’elle soulève qu’elle révèle sa véritable profondeur. Et son véritable intérêt. Bien sûr, ce n’est pas une bande dessinée à mettre entre toutes les mains.

Avis posté par PAco Infos posteur le 18/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"La vérité sort de la bouche des enfants" dit-on... une vérité bien cruelle ici, et c'est peu dire, qui sort du cadavre de cette fillette !
Si la couverture (sublime !) résume parfaitement le contraste permanent que va nous proposer "Jolies Ténèbres", la dureté et la cruauté des personnages ne se révèleront que progressivement pour nous pousser très loin psychologiquement.
Et c'est là la force de cette BD, à mon sens, qui sous ses côtés bon-enfant, et son trait "album jeunesse", nous narre la cruauté simple et implacable dont nos têtes blondes sont parfois capable. Cette ribambelle de prince, princesses, ballerines et autres créatures issues de l'imaginaire enfantin disparaît progressivement de l'histoire de façon plus ou moins dramatique et impromptue, comme un collier de perles qu'on égrainerait au dessus d'une bouche d'égout, les regrets en moins... Car ce qui est le plus dérangeant, c'est justement, cette manière si propre aux enfants de passer à autre chose, sans s'arrêter sur le drame qui vient de se produire... d'autant plus qu'on en est responsable et/ou l'instigateur ! ça vous laisse comme un léger frisson dans le dos...

Graphiquement, j'avoue que j'ai eu beaucoup de mal avec le style de Kerascoët avant de comprendre vraiment de quoi il en retournait. Une fois passé le prologue et cette pleine page (saisissante !) juste avant la page de titre, tout se tient et se justifie. Le contraste affiché entre le fond et la forme nous tient suspendu et moitié hagard jusqu'au bout de cet opus. Les couleurs sont magnifiques, contrastées à souhait, d'une chaleur ou glaciales suivant les ambiances voulues : bravo ! il n'est qu'à voir le travail de la couverture pour en prendre pleinement la mesure !

Attention donc à ne pas laisser cette BD entre toutes les mains, car elle en dérangera plus d'un ! Mais si vous avez l'estomac bien accroché et/ou plutôt l'esprit serein attaquez vous sans plus tarder à cette BD qui ne pourra pas vous laisser de marbre (avec ou sans épitaphe...)

Avis posté par iannick Infos posteur le 15/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour moi, « Jolies ténèbres » est l’archétype de la bd pour laquelle il ne faut pas se fier au « mignon petit dessin » ! Je pense notamment aux parents qui achètent des albums à leurs progénitures sans savoir de ce que ça raconte et qui ne jugent que par le graphisme…

N’allez pas croire que « Jolies ténèbres » présentent des scènes d’une rare violence et crues où l’hémoglobine coule à gogo ! En fait, à chaque séquence dramatique, la fin est suggérée et vite oubliée par les protagonistes… et c’est ça qui est vraiment terrible dans cette bd, la plupart des personnages sont indifférents au sort des autres personnages même quand ces derniers étaient parmi leurs meilleurs amis !

Mais cette bd raconte quoi au fait ? Le récit débute par la mort d’une jeune femme en pleine forêt. De son décès, diverses (très) petites créatures issues de l’imaginaire vont jaillir de son corps et vont « apprendre » à survivre dans leur nouvel environnement hostile (les insectes sont énormes)… et surtout vont vite comprendre qu’il faut se protéger des autres…

Ce n’est donc pas un conte pour enfants que nous présentent Fabien Vehlmann, Marie Pommepuy et Kerascoët mais bien un conte sur les enfants ! Et encore, ce sont les mauvais penchants de nos progénitures que les auteurs se sont « amusés » à énumérer : égoïsme, indifférence, inconscience, soucis de se montrer supérieur aux autres… à croire que les enfants sont directement issus de l’imagination du diable ! Le pire dans tout ça, c’est que j’ai eu l’impression que les scénaristes se sont inspirés de mon enfance pour narrer certaines scènes de la bd !

A propos de la narration justement, je l’ai trouvée très efficace car au fur à mesure que le lecteur s’approchera de la fin, les séquences seront de plus en plus dures. Justement, le dénouement venant d’une jeune fille très mignonne au début du récit vous fera frémir !
Pour moi, il est clair que Fabien Vehlmann montre en co-scénarisant cette bd qu’il a beaucoup de métier dans ce milieu surtout en tant que narrateur ; toutefois, ceci a un revers : le récit m’est apparu trop bien construit comme si cette gestion de l’horreur était voulue dès le départ… bref, ça manque de naturel !

J’ai beaucoup aimé le dessin de Kerascoët dans cette bd car il est fouillé, expressif et surtout il a parfaitement adapté son style au scénario. Ainsi, tous les personnages issus de l’imaginaire ont des tronches simples pour que le lecteur ait l’impression de relire un conte pour enfants ; ceux issus du monde palpable sont représentés en style réaliste…ça peut dérouter les lecteurs au début mais une fois le livre refermé, j’ai trouvé ce choix graphique très cohérent par rapport à l’histoire. Bref, c’est du bon boulot !

Finalement, « Jolies ténèbres » est une bd qui ne devrait pas vous laisser indifférent car c’est une conte funèbre à déconseiller aux plus jeunes même si le traitement graphique semble destiné à ce public. Même si l’album ne représente pas de scènes violentes, celles-ci sont tellement suggérés et compréhensibles qu’elles risquent de vous marquer pour longtemps. Cependant, le gros reproche que je fais pour cette bd est sa narration parfaite où les scènes sont de plus en plus dures au fil de la lecture, tellement parfaite même qu’il y manque un chouya de naturel et que j’ai eu l’impression que les auteurs en faisaient trop.

Note finale : 3,5/5

Avis posté par roedlingen Infos posteur le 11/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La couverture était tentante, de même que certains commentaires lus çà et là. J’étais donc curieux de découvrir cet album.

Dès les premières pages le thème séduit : un dessin assez naïf et angélique vient accompagner un thème macabre. Tous ces petits personnages qui s’échappent d’un cadavre, et vont évoluer dans ce monde fournissent une base intéressante et hors des sentiers battus pour un scénario original.

Hélas tout cela s’essouffle très vite, je dirai même très très vite. A la 7ème planche l’histoire est pliée et va ronronner doucement et lentement jusqu’à la fin. La promesse imaginative de départ devient très vite manichéenne et aurait mérité scénario moins simpliste. Le dessin même qui au début paraissait charmant devient énervant. Certes on est dans un mélange réalité / conte, mais les prises de vues toujours similaires sont redondantes et épuisent vite l’imagination et ne dynamisent pas un scenario faible.

Côté notation je ne mettrai donc pas 1 puisque les sept premières planches sont pleines de promesses, et l’idée originale, mais vraiment ce n’est pas pour les petits qui ne comprendraient pas ce mélange glauque / naïf mais ce n’est pas pour les grands non plus tant le scénario est pauvre et simpliste, le dessin naïf inutilement. On pourrait croire que c’est poétique, mais même pas tant la mise en scène est d’une banalité endormante.

Petite remarque au passage, le seul personnage humain vivant passant à proximité du cadavre doit certainement celui qui en est à l'origine, on peut en déduire une illustration du syndrome de Stockholm à la fin puisque la survivante va côtoyer le bourreau de sa créatrice... (attention interprétation psychologique pour une histoire qui à mon sens n'est qu'une illustration de comportements névrotiques)

Cette Bd donne donc un gout très amer au final, je dirai que c’est un beau gâchis. D’une idée de départ intéressante, on fait une soupe plate à la fois au niveau du dessin et du scénario. Evidemment, on peut se réjouir que soit ici présentée la méchanceté naïve de certains personnages représentant des jeux d’enfants, mais tout ceci ne fait pas une histoire.

Avis posté par Ems Infos posteur le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quel contraste entre la forme et le fond sur cette BD !!!
Le dessin semble s'adresser aux plus jeunes et pourtant le propos traite des sujets bien plus adultes. La force des auteurs en la matière est de nous faire réfléchir car les actes des protagonistes ne sont pas anodins.
L'ensemble fonctionne en osmose, ce conte funeste se lit facilement d'une traite sans que l'histoire ne devienne opaque.
Malgré le contenu, je n'ai pas eu de mal à digérer ce one-shot. Il y a une sorte de morale en arrière plan qui ferait le listing des accidents domestiques qui pourraient nuire à nos enfants.
Rien ne semble lancer au hasard, plusieurs lectures permettront peut être de voir apparaitre d'autres sujets ou notions.
Le bilan est excellent, mais il vaut mieux savoir où l'on met les pieds avant d'entamer cette BD qui n'est en aucun cas destinée aux âmes sensibles.

Avis posté par JJJ Infos posteur le 09/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Depuis que j'ai eu vent de l'existence de Jolies Ténèbres, depuis que j'ai vu la beauté de cette couverture, mon envie de lire cette BD au titre si joli était très forte.
Je l'ai lue, avec fébrilité je l'ai enfin lue.

Dire que cette histoire commence par un charmant goûter...

Cette BD est aussi touchante que déroutante. Jolies Ténèbres emprunte des voies inhabituelles pour nous conter ces "gamineries" tantôt cruelles, tantôt insouciantes, parfois tendres... Parfois féérique, parfois horrible, cette histoire capture le lecteur des le début pour ne plus jamais le lâcher. Lecture intrigante, Jolies Ténèbres ne donne jamais de réponses, ne justifie jamais les actes de ses personnages. Comme si elle était un enfant malicieux, cette BD s'affranchit de codes et de règles narratives trop classiques et s'apprécie tout simplement.
Qu'il est bon de se laisser porter, de ne pas avoir d'explications, d'imaginer, de rêver, de constater avec horreur qu'une histoire d'enfant effraie autant des yeux d'adultes.
Qu'il est bon de voir ces êtres primesautiers évoluer au milieu de créatures fantastiques que sont les animaux de nos forêts. Ces petits êtres qui vivent et s’amusent, étrangers à ces notions que sont le « bien » et le « mal » que l’on apprend en devenant un grand. Qu'ils soient bons ou mauvais, ils reflètent tous une petite part de l'enfant que chacun a été un jour.

Quant aux illustrations de (des) Kerascoët, elles sont très belles. Les planches sont emplies d'une flore et d'une faune enchanteresses, les cases fourmillent de détails. Beaucoup de soin a également été porté aux personnages, les « enfants » sont représentés avec de doux traits, comme si on était dans un monde rêvé. D’ailleurs le contraste avec un personnage qu’ils rencontrent à un moment donné n’en est que plus saisissant, ce dernier est dépeint de façon bien plus réaliste, comme si les enfants le voyaient autrement.
J’ai adoré les dessins.

Acceptez de prendre le risque, de lire un livre différent, vous ne serez pas déçus.

Qu'elles sont jolies ces ténèbres...

JJJ

Avis posté par Rody Sansei Infos posteur le 09/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Tout d'abord, ce qui frappe c'est la beauté de la couverture : jaquette souple et couverture cartonnée sont toutes deux magnifiques. Puis on feuillette, et on est subjugué par les dessins et la mise en couleurs, quelque part entre livres pour enfants et tableaux de peintures. C'est saisissant et réellement beau (enfin, à mes yeux, bien sûr). Certains pourront trouver certaines cases un peu brouillonnes, mais j'avoue trouver le rendu particulièrement réussi.

Concernant l'histoire, elle est à réserver aux adultes, à ceux qui apprécient les contes cruels, un peu gores par moment, foncièrement noirs. Bref, tout ce qui tranche avec le paragraphe juste au dessus............
On commence avec le cadavre d'une petite fille (on ne sait pas ce qui lui est arrivé), qui semble perdu en forêt. En sortent tout un tas de petits êtres, symbolisant la mémoire, les pensées, les rêves, les aspirations d'une petite fille de 7/8 ans. Ils prennent donc vie et vont vivre leurs propres aventures, souvent très cruelles, sans bien distinguer Bien et Mal, comme le ferait un petit enfant qui apprend la Vie, mais en bien pire en fait.

Au gré de 96 pages, le lecteur suit donc ces vies souvent éphémères, toujours insouciantes, parfois vengeresses. C'est du bon "sharklage" en règles sous un air d'historiettes toutes mimi... et tout va bien évidemment crescendo jusqu'à la fin... logique.

Une lecture que je recommande chaudement, mais à mettre bien en haut des étagères, hors de portée des têtes blondes.

Avis posté par Miranda Infos posteur le 06/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Un cadavre de petite fille gît dans une forêt inconnue, évidemment il est logique de penser qu'elle a été assassinée. De son nez s'échappent des enfants pas plus grand que des insectes, ils ont entre 9 mois ! et 16 ans (environs).

Je suis allée faire un tour sur le site de l'éditeur ne sachant pas quoi penser de cette bd, espérant trouver quelques explications qui auraient pu attiser mon indulgence, il y est dit : "De ci, de là, une minuscule communauté surgit, comme échappée de contes de fées : Aurore, mais aussi l'Orgueilleuse, la Régressive, l'Aventurière, le Prince m'as-tu vu…" Alors donc les auteurs ont voulu faire le conte le plus noir de tous les temps, à mon avis ils sont tout simplement passées à côté et sont tombés juste dans une surenchère psychopathe. De macabre et cruel on se retrouve tout simplement dans la folie furieuse.

Le récit est totalement gratuit. Tout le long de celui-ci le cadavre continue à pourrir, on le voit à plusieurs stades de décomposition, jusqu'à ce qu'il ne soit plus qu'un squelette, où l'une des fillettes a décidé de vivre, pourquoi ? Certains mômes se font trucider par les animaux de la forêt, d'autres s'entretuent, sans parler de ceux qui prennent plaisir à torturer des animaux et à manger de la viande crue comme des sauvages… on nage en plein délire psychotique.

Ce genre de récit est réussi lorsqu'il est traité avec humour, - façon Winshluss par exemple - mais là il n'y en a pas du tout, le ton est sérieux… c'est totalement hallucinant. C'est en tout cas une bd qui ravira les psy en tout genre, car elle mérite une analyse approfondie de ce côté-là. Je me demande encore ce qui a bien pu se passer dans la tête des auteurs.

Les seules choses que j'ai appréciées sont les couleurs chaudes, très belles - sinon je rejoins les autres avis, le dessin n'est pas très abouti - et la toute fin, avec la seule gamine censée de l'histoire qui n'agit pas à cause d'une quelconque pathologie mentale.

Avis posté par Tomeke Infos posteur le 06/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà une lecture qui sort de l’ordinaire… Je ne vois pas comment le dire autrement : j’étais sur mon cul ! Sans que je n’y vois un album aussi génial que Pinocchio (Les Requins Marteaux), cet opus mérite incontestablement que l’on s’y arrête.

Les contrastes de l’album constituent la force majeure du récit. Les auteurs se jouent des lecteurs, en nous balançant adroitement dans un univers de conte enfantin sombre et cruel. L’effet de surprise est réel, je ne m’attendais pas à ce que le récit prenne cette tournure… Le pari est réussi. Et même si je sais à présent à quoi m’en tenir, je pense que je relirai bientôt l’album pour en saisir les détails.

Et pourtant, je dois dire qu’il manque un petit quelque chose à ce one-shot ; peut-être une meilleure transition entre les personnages et leurs aventures. J’aurais également apprécié en apprendre un peu plus sur la petite fille en question, ou sur l’homme de la forêt, vivant dans sa cabane. Cependant, il aurait été difficile de répondre à mon attente, le risque étant de dépasser les limites de la cruauté et d’en faire « trop pendant trop longtemps », ce qui aurait blasé toute la subtilité de l’album.

Au niveau de l’aspect graphique, comme Ro, je trouve certaines planches peu abouties. Même si certaines cases « pleine page » sont remarquables, il manque une petite touche de détail par moment.

En conclusion, j’estime cet album remarquable, de par sa singularité étonnante. L’ensemble est touchant de cruauté et d’imagination, et je ne peux dès lors que conseiller cette découverte…

Avis posté par Ro Infos posteur le 02/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Imaginez une petite fille morte, son corps d'écolière oublié et gisant au coeur d'une forêt. Imaginez alors que tous les petits personnages qui peuplaient son esprit et son imaginaire s'en échappent, fées, ballerines, poupées et autres princesses. Tout ce petit monde, insouciant et désemparé, va alors tenter de vivre autour, voire à l'intérieur, du cadavre bientôt en décomposition. Un petit peuple de conte de fées côtoyant la mort et la pourriture, voilà qui entame le récit sur une note bien morbide et étonnante.
Mais ce n'est là que le début d'une fable largement plus cruelle.

Sa Majesté des mouches est enfoncé. Jolies ténèbres fait exploser la douceur et l'insouciance des rêves d'enfant, de petites filles, pour afficher la dureté de la réalité et plus encore la cruauté des personnages enfantins.
Car bien rapidement, la vie de cette communauté de petits personnages va se transformer en véritable jeu de massacre. La naïveté va être la première cause des disparitions, dans cet univers naturel où les dangers et les prédateurs rôdent un peu partout. Mais ce seront surtout les comportements de chacun d'entre eux qui vont entrainer les pires atrocités. Egoïsme, inconscience, orgueil, méchanceté, fainéantise, régression, peur, manque d'assurance...

Sous des aspects enfantins, ce récit est incroyablement dur. Les morts sont plus cruelles et horribles les unes que les autres, d'autant plus marquantes qu'elle se masquent sous des allures d'amusement d'enfants, de recherche de nourriture ou de découvertes insouciantes et souriantes de la nature environnante. Certains petits personnages, aux traits de princesses ou de gentils garçons, se révèlent de véritables monstres. C'en est parfois à vous retourner le coeur. Le pire étant l'indifférence souriante de ceux qui voient mourir leurs comparses dans d'atroces situations sans réagir.

Le graphisme joue précisément la carte du contraste entre un style simplifié, assez enfantin, servi par de très jolies couleurs, comparé à l'horreur de ce qu'il raconte. Je regrette cependant le manque de détail du trait des Kerascoët sur la majorité des pages. Seuls les décors et certains animaux sont joliment ouvragés et peints. Les Kerascoët prouvent pourtant dans une double page de cet album qu'ils sont capables d'un style nettement plus soigné et réaliste.

La narration est parfaitement orchestrée. Elle se déroule avec une fausse insouciance enfantine. Le récit est dense et l'album très conséquent. Les auteurs ont su savamment doser la progression dans l'horreur, par touches de plus en plus saisissantes pour les lecteurs. Cela frise l'accumulation sans jamais l'atteindre pour de bon. Et tandis que les émotions se font de plus en plus noires, la fin vient donner le coup de grâce vengeur attendu depuis de nombreuses pages.

Voilà une oeuvre vraiment très forte. Elle est puissante par son contraste entre horreur et imaginaire enfantin. Elle est belle et très dérangeante à la fois. Une lecture marquante, suffisamment saisissante pour pouvoir créer soit un rejet soit un envoûtement total. Un vrai coup au ventre en ce qui me concerne, et un album possiblement culte.
Vive recommandation de ma part mais sachez que vous risquez de ne pas en sortir indemne.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque