Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Quai d'Orsay Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (35) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(3)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(8)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(13)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(11)
Nombre d'avis35
Note moyenne3.91 / 5
Pour l'achat74%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Quai d'Orsay sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par sloane Infos posteur le 08/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis sera bref. Le dessin n'est pas ma tasse de thé mais vu l'histoire il passe tout de même bien, je m'explique: ce trait vif, rapide, par endroits comme pas fini correspond bien au propos. En effet, et j'en viens à l'histoire, celle ci nous montre la vie d'un homme pressé. Et c'est là que pour moi le bât blesse. Il m'a fatigué ce ministre, mais fatigué ! Les premières pages sont plaisantes, j'ai un peu souri, mais très vite et bien c'est toujours un peu la même chose. Je cours, je vole, je cause, au bout du compte il ne se passe pas grand chose.

En fait j'ai été déçu car je m'attendais à plus d'humour et là cela n'a pas fonctionné avec moi. Comme disait Shakespeare: "Beaucoup de bruit pour rien", du moins pas assez pour moi.

Avis posté par Jérem Infos posteur le 02/08/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je suis habituellement peu sensible aux albums de chroniques que je trouve souvent ennuyeux. Et bien la lecture de Quai d’Orsay m’a mis une sacrée claque. Ca fait bien longtemps qu’une BD ne m’avait pas autant tenu en haleine.

Il faut dire que cette série est incroyable. Le lecteur est plongé dans le quotidien du Quai d’Orsay, au plus près du ministre Alexandre Taillard de Vorms, alias Dominique de Villepin et de ses différents collaborateurs. Les personnages sont délicieusement croqués, notamment le ministre, sorte de géant hyperactif, à la fois Grand Homme visionnaire et enfant gâté de la pire espèce. Une vraie réussite !

Les dialogues et les situations sont incroyablement drôles et ne tombent jamais dans la parodie ; les auteurs réussissant le tour de force de rendre avec justesse et pédagogie la vie du ministère (avec ses crises diplomatiques incessantes), tout en mélangeant habilement fiction et réalité, le tout réalisé avec un humour féroce.

Je redécouvre à cette occasion le trait si particulier de Blain. Et on peut dire qu'il s'est surpassé : les dessins sont extrêmement dynamiques et expressifs. Ils donnent une sacrée pêche au récit. Les situations sont limpides (même pour des novices en diplomatie) et la mise en scène est parfaitement rythmée ; impossible de poser l’album avant la fin.

Quai d’Orsay est une très, très grande réussite ; une série que je n’hésite pas à qualifier de culte. Un immense bravo aux auteurs !

Avis posté par Thobias Infos posteur le 24/05/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une vraie réussite que cette bande-dessinée humoristique. C'est une plongée passionnante dans le quotidien des collaborateurs d'un ministre des affaires étrangères un peu maboul et très contradictoire mais qui a "une vision". Ce n'est jamais caricatural et toujours extrêmement instructif (les multiples phases de rédaction et re-rédaction d'un discours en incorporant les différentes remarques, totalement contradictoires des différentes personnes consultées).

Le dessin est très particulier mais il m'a bien plu. Il y a beaucoup de petites touches d'humour particulièrement efficaces (les références à Star Wars dans les rêves et fantasmes du héros en particulier). Le ministre est un personnage complexe très difficile à cerner, ce qui le rend assez fascinant.

Avis posté par Mac Arthur Infos posteur le 04/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai abandonné aux deux tiers du deuxième tome, ne trouvant définitivement aucun intérêt à cette lecture.

Il est vrai que mon précédent essai d’une œuvre de Blain s’était elle aussi soldée par un échec, mais après avoir lu l’avis de Pedrolito et en tenant compte du fait que Christophe Blain ne signait pas lui-même le scénario, je me suis dit pourquoi pas ?

Seulement, voilà : je n’ai rien trouvé pour me séduire… Le scénario repose sur la politique politicienne avec des gens qui parlent pour ne rien dire devant un parterre de collaborateurs admiratifs. Je n’ai trouvé cela ni drôle (j’ai du sourire à deux reprises sur les quelques 150 pages lues) ni touchant (tous les personnages m’énervent, sans exception) ni instructif (on se retrouve dans le bureau d’un ministre qui cherche la formule ultime pour plaire à son lectorat, pour garder son pouvoir ou, exceptionnellement pour défendre une cause qui le touche personnellement… un politicien, en somme… entouré de ses collaborateurs qui en bons chiens fidèles bavent d’admiration devant lui tout en s’entre déchirant pour être le favori et ainsi grappiller quelques parcelles d’un pseudo-pouvoir… Rien que du prévisible, en somme).

Je n’ai rien contre la politique… tant qu’elle est au service des gens. Ici, les auteurs me montrent tout ce que je déteste chez bien des politiciens (la grande majorité, en fait). Des excités nombrilistes assoiffés de pouvoir et qui parlent pour ne rien dire ? Merci mais je le savais déjà. Et comme les mêmes auteurs ne parviennent pas à me faire comprendre pourquoi leur héros charme autant ses collaborateurs, et bien, je m’emmerde (pour le dire platement). Non, mais franchement, ces petits cœurs qui apparaissent au dessus de la tête des collaborateurs quand Alexandre Taillard de Vorms sort de leur bureau comme une tornade après les avoir engueulés pour des raisons que seul lui peut comprendre... et souvent totalement abjectes, qu'est-ce que ça signifie ? Pour moi, cela équivaut à dessiner des petits cœurs au-dessus de la tête d'un femme battue après que son mari l'ai rouée de coups... Je capte pas et ne vois rien d'amusant là-dedans.

C'est sans doute là la pierre triangulaire qui m'empêche d'apprécier cette série : tant que je ne comprends pas le plaisir masochiste éprouvé par tous ces collaborateurs, cette fascination pour le pouvoir et surtout pour ce ministre qui m'horripile au plus haut point, et bien je ne peux pas apprécier cette série.

Pour la note, j’hésite entre un « bof » indulgent (pour l’originalité du thème) ou le « pas aimé » pur et simple étant donné que j’ai laissé tomber l’album eu cours de route. Peut-être que le fait que j’ai actuellement un bon paquet de lectures en retard m’a incité à rapidement passer à autre chose, je serai donc indulgent : bof…

Avis posté par Pedrolito Infos posteur le 07/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Lorsque mon œil s’est porté pour la première fois sur cette bande dessinée je n’ai pas du tout été séduit. Mon attention s’est rapidement portée vers la couverture, attiré par les couleurs vives de la couverture du premier tome, alors le seul en magasin. J’ai feuilleté ensuite quelques pages, mon regard ne s’attardant pas sur le texte (faute de temps) mais surtout sur les dessins. Je fut alors rebuté par cet aspect minimaliste des dessins, des traits dans tous les sens… bref, c’est peu dire que je n’ai pas du tout apprécié ce premier contact avec cette bande dessinée. Le genre de moment où l’on se dit « Ce livre n’est pas fait pour moi »…

… qui dit premier contact dit forcément suite. Un autre jour où j’avais plus le temps de flâner chez mon libraire préféré, je me suis attardé sur cet ouvrage, sans trop savoir pourquoi (sûrement encore une fois l’effet de cette couverture). Et là, le coup de foudre ! Balayés les premiers a priori. J’ai ouvert ce premier tome aux pages 6 et 7 et ai lu l’entretien d’embauche de Vlaminck par Taillard de Vorms. Les traits dans tous les sens se sont transformés en dynamisme. Dynamisme au service d’un texte remarquable, percutant, accrocheur.

Dès lors, je n’ai fait qu’une bouchée de Quai d’Orsay… quelle claque ce fut. Qui pourrait soupçonner qu’un ministère puisse être décrit de manière si drôle et pourtant si fine, si caricaturale mais pourtant si juste. A se demander si les crises mondiales sont vraiment gérées telles qu’elles sont décrites ici, et non pas d’un regard hautain… tout en se disant que bien entendu tout cela n’est que fiction. Les auteurs (inclus dessinateur) arrivent de manière très habile à amener le lecteur à se poser des questions de fond sur la politique internationale, tout en le divertissant. Quel coup de maître ! Qui a dit que la politique devrait forcément être traitée de manière sobre et distante ?!

Tout fonctionne à merveille dans cette BD.

Les personnages sont magnifiques.
Le personnage d’Alexandre Taillard de Vorms est le plus fascinant de tous (tous les autres étant très intéressants, c’est dire !). C’est une bête. Bête politique, charismatique, impressionnante…imposante. La présence de ce personnage en impose non seulement aux autres protagonistes de l’histoire mais aussi au lecteur. Le magnétisme de ce personnage rejaillit bien au-delà des planches, si bien que l’on attend avec impatience son retour sous nos yeux dès qu’il s’absente.
Directif et véritable ouragan dans son cabinet, il impose respect et peur auprès de ses collaborateurs en véritable maître à penser. On se plait à suivre ses frasques au fil des cases (les citations, le stabilo, les personnalisations qu’il incarne, le chiffre…tchac tchac tchac !), ses monologues sont de véritables petites pépites de bonheur, le tout remarquablement retranscrit visuellement.

Les relations, conflits entre les différents protagonistes sont succulents, il ne fait pas toujours bon d’être conseillé. Et le pauvre Vlaminck dans tout cela, jeune parmi ces vieux requins briscards, qui essaie de nager tant bien que mal dans ce fol aquarium et de s’y faire une place. On tremble en même temps que lui lorsqu’il doit rendre ses langages au ministre (même si on attend avec impatience les remarques désopilantes de ce dernier), on assiste à son évolution tout au long de la lecture et on fini par être fier de lui lorsqu’au terme d’une réflexion intense, son « père spirituel » rejaillit en lui pour la tirade du Minotaure. Je n’en dis pas trop non plus et laisse au futurs lecteurs la joie de découvrir ses péripéties diplomatiques.
On se régale des anecdotes historiques/réelles que l’on retrouve au fil de la lecture. Intéressé à la base par le thème évoqué dans cette série, j’ai trouvé l’idée de dépeindre les aventures du Quai d’Orsay tout simplement géniale, surtout quand le sujet est traité d’une telle façon. Les situations de tension sont décrites parfaitement, on imagine parfaitement le jeu des cabinets tel que décrit ici. Ces animaux politiques aux chaussures cirées et aux dialogues diablement efficaces vous emmèneront sans problème dans leur monde. Accrochez vous bien, le voyage sera mouvementé mais très très plaisant.

Pour boucler la boucle, je finirai sur les dessins. Ce trait nerveux colle à merveille à la tension diplomatique posée au fil du texte. Les couleurs sont judicieusement choisies et la mise en image géniale de manière générale (Le Minotaure, la fumée dans le bureau de Vlaminck, la sonnerie du téléphone, la guerre des étoiles, les turbulences, le footing…la liste est trop longue !). A noter les expressions des personnages des plus abouties (on compatit avec le directeur de cabinet, M. Maupas, rien qu’en regardant sa mine déconfite) Comme quoi, le premier regard (surtout rapide) n’est pas forcément source de vérité. Il ne faut jamais dire « dessinateur je ne goûterai pas à ton trait » !

Bref… j’ai adoré. Je relirai indubitablement cette bande dessinée. Le second volume fut englouti aussi rapidement que le premier (ce n’est pas faute de pages pourtant, chose au combien appréciable pour ce support), même si j’ai pris du temps entre l’achat et la lecture, de peur de finir trop vite cette série prévue en (seulement) deux tomes. Quel délicieux sentiment que de se dire que l’on apprécie tellement un livre au point d’avoir peur de le finir.

… Pourtant, ce qui devait arriver arriva, je me retrouve comme un homme politique privé de pouvoir, pour qui le monde continue de tourner sans vraiment avoir la même saveur, contraint d’avancer sachant ce qu’il a perdu. Comme un ministre des affaires étrangères sans livre à stabiloter, sans structure de pensée bien claire avant d’appeler un diplomate étranger récalcitrant.
Moi aussi je viens de vivre ma petite mort politique, je viens de finir la série Quai d’Orsay.

Chapeau bas messieurs Blain et Lanzac, entrez dans mon panthéon (enfin ma bibliothèque) où avec cette œuvre magistrale, empreinte d’humour, finesse, intelligence, d’un trait de crayon pour qui l’expression « donner vie aux mots » a été inventée, vous occuperez désormais une place centrale !

Avis posté par Potawo Infos posteur le 26/02/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un bon moment de lecture mais je reste sur ma faim. On rentre bien dans le sujet mais passé la moitié de l'ouvrage j'ai eu l'impression de tourner en rond, se sont les mêmes gags qui reviennent en boucle.
Bref j'ai lu le tome 1 et j'ai plutôt aimé mais je n'ai pas spécialement envie de lire le tome 2...

Avis posté par Noirdésir Infos posteur le 02/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon, je vais être assez bref, car mon avis va contre le courant dominant: je ne lutterai pas contre lui.

A priori, le thème (la cuisine politique, les arcanes des ministères) et le bonhomme servant de "modèle" au personnage principal (Dominique de Villepin) ne m'intéressent pas du tout.
Il aurait fallu, pour que je rentre dans cette histoire, de la folie, de la caricature acerbe et noire, alors qu'un réalisme académique m'en aurait irrémédiablement détourné.

Si l'option "biographie réaliste" est écartée, je n'ai pas franchement rigolé, et me suis pas mal ennuyé. J'ai parfois souri, mais c'est peu, pour une oeuvre qui se revendique humoristique (et qui est même un immanquable du genre sur BDthèque...).

Avis posté par Michelmichel Infos posteur le 22/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis sera très bref.
J’ai passé un bon moment avec cet album, mais sans plus. J’ai bien aimé le dessin de Christophe Blain, ce trait rapide, simple mais efficace, dynamique, et qui arrive bien à transcender les personnages.
Le concept de nous faire découvrir le vrai fonctionnement d’un ministère est intéressant, mais cet album ne m’a pas vraiment conquis pour autant. Je ne saurais trop dire pourquoi...Je pense que j’attendais un peu plus d’humour. En tout cas, pour moi, c’est un peu drôle par moments, mais sans plus.
Un « pas mal » bien mérité.

(140)

Avis posté par Blue boy Infos posteur le 05/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Cette bédé fut pour moi l’occasion de découvrir le talent de Christophe Blain, dont je trouve que le style minimaliste est utilisé ici à très bon escient. S’il a une façon bien à lui de représenter les gestes et les démarches, on sent qu’il s’est particulièrement délecté en croquant ce Taillard « de Villepin » de Vorms, avec ses grands gestes tournoyants et ses immenses mains hyper expressives, où sont contenues toute la démesure et l’impétuosité du personnage. Quant à son visage, profilé comme une fusée et surmonté d’un corps imposant qui évoque parfois une sorte de prince des ténèbres, c’est du grand art en matière de caricature : malgré un minimum de détails, on le reconnaît tout de suite le Galouzeau ! La mise en couleurs est sobre et élégante. Le format consiste en une suite de petites saynètes bénéficiant tout de même d’un certain ordre chronologique, où évolue une galerie de personnages de façon très réaliste. Et pour cause… la bédé est inspirée de l’expérience de Lanzac au Quai d’Orsay. Quant aux dialogues, ils sont truculents et inspirés, et les situations sont souvent très drôles, avec de nombreux recours métaphoriques bien sentis (Le Minotaure, Star Wars et le côté obscur…). Il faut dire que le personnage du ministre y est pour beaucoup !

En tous cas, je ne sais pas si l’intéressé se reconnaîtra, mais on ne peut pas dire que ce soit particulièrement flatteur pour lui… L’énergie démentielle qu’il dépense pour sa fonction, c’est comme si, tel un vampire tyrannique, il la prélevait directement sur ses équipes, en particulier son directeur de cabinet, Maupas, qui semble usé avant l’âge, le regard vitreux… Pour le reste, cette plongée dans les coulisses de la diplomatie sont aussi passionnante que jubilatoire, on apprend beaucoup et on a vraiment l’impression que, même si cela reste de la caricature, les situations décrites se sont vraiment produites. Une belle réussite, entre récit autobiographique et documentaire, qui confirme que la BD politique a trouvé sa place, dans le sillage de La Face karchée de Sarkozy

Avis posté par gruizzli Infos posteur le 26/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Me fiant totalement aux avis de BDthèque j'ai acheté tout les tomes de cette BD sans même savoir ce que je trouverais à l'intérieur. Et bien j'ai été ravi !

Une Bd qui dépote dans tout les sens du terme ! C'est presque impossible de ne pas rire devant ces personnes qui sont tout bonnement incroyable.

Ici, je ne saurais dire quel est le héros, mais je penche vraiment pour De Villep .. Alexandre Taillards de Vorms, ce personnage haut en couleur, mais auquel on s'attache rapidement.

En fait, cette BD c'est quelque chose d'assez dingue, vu que ce n'est pas des gags avec chute, c'est de l'humour permanent, ce qui fait qu'on se fend la gueule quasiment toute les cases.

La brochette de personnages présentée est aussi savoureuse que incroyable, tant les manières et les dialogues paraissent fou. C'est un monde de parfait malades qui nous est présenté, et on ne peut que en rire.

Une BD qui plaira à tout les fans de politique, mais aussi tout simplement ceux qui aiment rigoler avec du bon humour tout simplement. Les deux tomes sont aussi bon l'un que l'autre, et j'attends impatiemment la suite si suite il y a !

Avis posté par Erik Infos posteur le 11/02/2011 (dernière MAJ le 06/01/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
J’ai littéralement adoré cette lecture qui dépeint la vie d’un grand ministère comme celui des affaires étrangères de la grande époque où il avait une existence digne de ce nom en résistant à l’appel à la guerre lancée par les States. C’est tellement réaliste qu’on adhère immédiatement à Quai d’Orsay.

Pourtant, je n’étais pas un adepte de Blain. En l’occurrence, on ne s’attache pas trop au dessin mais on se concentre surtout sur les aventures de ce conseiller en communication. Et je dois même avouer que finalement, je trouve que ce graphisme colle parfaitement à ce genre d’histoire non dénuée d’humour. J’ai apprécié également que cela ne soit pas traité sous forme de strip.

J’ai un petit faible pour les rouages de la vie politique. C’est un sujet qui me passionne. On sent bien le vécu des situations diverses. Je trouve également que le portrait doit certainement correspondre à l’homme politique qui est visé. C’est instructif de voir les dessous qui se cachent derrière les crises et la communication qui en résulte. A la fin, on sent bien que notre conseiller naïf a prit goût à cette vie de dingue. Il va certainement en payer le prix fort au niveau de sa relation personnelle et privée. Cependant, on comprend le mécanisme qui conduit à cette perversion.

Le portrait du ministre est également nuancé et savoureux. On découvre ses travers mais également son génie : capable du pire comme du meilleur. Ce microcosme en tension continuelle montre des aspects souvent absurdes ce qui rend la lecture plutôt acide. Les dialogues avec toute cette galerie de personnages sont d’une grande réussite. Cette chronique diplomatique est réellement passionnante sur les rapports de pouvoir. C’est incontestable que cette bd va plus loin que la simple caricature.

Bref, on a là un album indispensable. Vivement la suite car c’est drôle et perspicace à la fois !

MAJ second tome

Et ce second tome confirme que la série est réellement excelllente. Nous avons droit aux coulisses de la mise en oeuvre de la guerre en Irak et de l'opposition courageuse du Quai d'Orsay de l'époque à travers son fameux ministre. Là encore, les noms ont été trafiqués mais personne ne sera dupe. Le Lousdem est ainsi accusé de fabriquer des armes de destruction massive. Les USA souhaitent avoir la bénédiction des Nations-Unis pour entrer en guerre.

La lecture de ce nouvel opus sera drôle et jubilatoire à la fois. Je pense que c'est certainement l'association d'auteurs la plus réussie du moment. Les arcanes du pouvoir fascinent. 120.000 exemplaires du 1er tome sont déjà partis à ce jour. Bref, une réussite totale ! Et puis enfin la consécration pour le second tome en remportant le grand prix à Angoulême en 2013: c'était mérité !

Note Dessin: 4/5 - Note scénario: 5/5 - Note Globale: 4.5/5




Avis posté par Superjé Infos posteur le 12/03/2011 (dernière MAJ le 31/12/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai acheté cette BD car, avec tous ces avis positifs lus dessus, je pensais qu'elle allait recevoir le grand prix (ou au moins un prix) au festival d'Angoulême. De toute manière une BD sur la politique avec Blain au dessin, ça ne pouvait être mauvais.

Et c'est vrai que ça ne l'est pas. Car (comme je le pensais), c'est assez drôle. Même si à première vue, les dialogues ont l'air austères, c'est un grand plaisir à lire, les dialogues sont fluides. Il y a des scènes vraiment excellentes où je me suis bien marré (je pense notamment à celle de "Tintin" ou des "Stabilo")... Donc le scénario n'a rien d'ennuyant, et même si j'ai trouvé l'album assez inégal dans son intensité et son humour, toutes les histoires se lisent avec un réel plaisir, de plus, même le scènes les plus invraisemblables (a priori, dans un ministère) sonnent vraies. Sans oublier, Alexandre Taillard de Vorms, qui nous rappelle particulièrement un homme politique (Dominique de Villepin)... D'ailleurs c'est assez marrant de mettre "une gestuelle" (ce qui caractérise le plus Alexandre) sur un ex-ministre, que je ne n'imaginais pas comme ça.

Au niveau du dessin, c'est du Blain, moi j'aime beaucoup son style, en plus d'être esthétique, il est très lisible et très expressif, tous ses personnages ont des têtes bien spéciales, que j'aime beaucoup. Enfin, moi c'est un style que j'apprécie énormément.

J'attends la suite, et je pense que les auteurs n'auront aucun mal à faire aussi bien. J'aimerais juste que certaines zones d'ombres nous soient révélés (comme, comment Arthur a rencontré Alexandre, car dès la première scène Alexandre à l'air de bien le connaître).

Mise à jour (décembre 2011) après lecture du tome 2 :

A la lecture de cet album, on se rend compte que le tome 1 n'était qu'un longue et bonne introduction.

Si le premier tome était tout juste rigolo, celui-là est vraiment énorme avec des passages super marrants, mais le tout sonne vraiment juste et à la lecture, on se croit vraiment dans un cabinet de ministre, la pression nous pesant aussi sur les épaules (les moments où les personnages se défoulent sont jubilatoires).
Le tome nous présente une version de l'avant guerre en Irak très intéressante.

Un album, génial, pour une série dans l'ensemble, très bonne.

Avis posté par Jetjet Infos posteur le 16/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il est fort ce Blain, très très fort….

Non seulement il a réussi à me faire apprécier des bluettes romantiques là où je m’attendais à y lire des gunfights dans son western réapproprié dans Gus, me réconcilier avec les cuisines et le goût des légumes quand je zappe toute émission culinaire avec Alain Passard mais à présent il peut se vanter de rendre le monde politique comestible !

Aidé par les précieux conseils de son scénariste qui a bien connu le milieu semble t-il, Blain va mettre en scène une histoire pas si abracadabrante que cela autour d’un jeune conseiller du ministre des affaires extérieures….

Et c’est là que tout dérape…..
Car Blain a créé un personnage : Alexandre Taillard de Vorms le ministre à savoir l’idée de génie… Taillé à la serpe, mobile, nerveux, prêt à se fondre sur sa proie tel un aigle dont il emprunte la gestuelle…

Et là qu’on soit au cœur de l’actualité politique ou non, lire Quai d’Orsay est un délice où on attend à chaque vignette l’intervention de ce ministre si particulier dont chaque attitude provoque au moins le sourire.

On ne connait pour l’instant ni les tenants ou aboutissants de cette série, j’en reconnais également les limites car malgré toutes les bonnes intentions il y a un certain coté répétitif et redondant qui se fait ressentir.
L’ensemble aurait pu être un peu plus aéré car on étouffe un peu dans cette bureaucratie avec ce discours sans cesse réécrit mais j’en recommande la lecture par plusieurs portions.

Malgré tout si l’histoire stagne un peu, sorti de tout cela, c’est génial de voir comme Blain peut s’amuser et nous amuser sur un sujet aussi peu reluisant.
Sa référence à Star Wars entre maitre et disciple est excellente et bien amenée et je ne parle même pas de l’épisode des stabylos qui est déjà culte à juste titre….

Le dessin est à l’égal de ses œuvre précédentes, on aime ou pas mais on ne peut être qu’unanimement réjoui dès que Villep… euh Taillard de Vorms entre en scène !

J’espère juste que la suite amènera de l’eau au moulin mais il y a tellement à faire et à dire que je ne m’en inquiète même pas… Blain est l’alchimiste français de la bd et a le chic pour transformer un milieu impopulaire en pépite indispensable de nos bibliothèques !

Et puis on devient vite accroc des mimiques de Alexandre Taillard de Vorms… Aucune vulgarité, pas de parti pris, que du bonheur ! Vivement la suite !

Avis posté par pacman Infos posteur le 13/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je comprends que cette bd puisse plaire à quelqu'un qui s'intéresse à la politique. Ce qui n'est pas mon cas. Partant de là, j'ai un peu de mal à adhérer à l'enthousiasme général.

Je trouve que par moments, ça traine un peu en longueur. Ce qui m'intéresse le plus, c'est cette fascination du héros pour le ministre, qui d'après moi, va le conduire à de grandes déceptions. Mais bon, on verra...

Sinon, sur le travail de Blain, c'est impeccable, comme d'habitude, tant dans le ton que dans la réalisation.

Avis posté par Spooky Infos posteur le 28/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Excellente BD !

Au-delà des ressemblances (bien sûr tout à fait fortuites... ou pas) avec un personnage existant réellement, c'est la mécanique du récit qui est tout à fait brillante. On n'arrive pas à se détacher de ces chroniques diplomatiques. Le personnage du ministre, haut en couleurs, est purement jubilatoire. Extrêmement expressif, expressément excessif, il a une gestuelle admirablement étudiée mais aussi incroyablement suggestive. Pas étonnant, comme l'explique son directeur de cabinet, que la plupart de ceux qui le croisent soient subjugués... Abel Lanzac, opérant derrière un pseudonyme, a probablement exagéré certains traits d'un ancien ministre des affaires étrangères, mais j'imagine que l'apport de Christophe Blain a permis de donner une cohérence, une unité, voire tout simplement du liant au canevas d'origine.

Au niveau des planches, c'est du grand art : les ambiances du ministère me semblent très bien rendues, même si souvent Blain s'affranchit des décors pour se concentrer sur la saynète en cours. Parce que Taillard de Vorms, c'est une représentation permanente, du théâtre grec à l'antique, avec beaucoup de lyrisme, mais aussi des jeux de scène, un spectacle unique dont chaque spectateur se souviendra toute sa vie.

Avez-vous remarqué comment le ministre est représenté ? Comme un colosse, une domination écrasante, mais pas lourde ; Taillard de Vorms oscille entre la puissance et la souplesse, et les épaules montantes dont l'affuble le dessinateur ne font que renforcer cette impression. D'ailleurs lorsqu'Arthur imite -consciemment ou non- son patron, lui aussi voit ses épaules s'élever vers le ciel, comme s'il tentait d'impressionner encore plus son ou ses interlocuteurs.

C'est éminemment drôle, foncièrement révélateur des coulisses du pouvoir (les coups de putes entre conseillers, cela ne m'étonne pas mais c'est bon de le lire), et fondamentalement une oeuvre de référence. La BD de l'année 2010 ? Difficile à dire, mais elle est dans la short list.

Avis posté par Fanfan Villeperdue Infos posteur le 26/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
(Après lecture du tome 1 : )

Je n'ai pas pas grand chose à ajouter aux critiques des autres posteurs : le dessin est très expressif et dynamique, les dialogues sont percutants et le personnage du ministre est vraiment excellent... J'attends de voir les autres tomes pour laisser les quatres étoiles, en enlever une ou ajouter la cinquième !

Avis posté par cac Infos posteur le 19/12/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette lecture est un peu retombée comme un soufflé. Ça partait très bien, très dynamique, comique et avec un coup de crayon de Blain particulièrement efficace. Et puis on ressent très bien les affres de la vie politique même si le trait est forcé et que le ministre des affaires étrangères est un personnage à lui tout seul, grandiloquent au possible. Pas besoin selon moi d'être particulièrement intéressé par la politique ou d'en suivre l'actualité car tout est fictif mais on sent bien quelques références du scénariste qui je l'apprends a travaillé dans un cabinet ministériel.

Pourtant à un moment j'ai commencé à tourner les pages sans passion, ça traîne en longueur comme sur l'épisode du discours réécrit 1000 fois et perd de sa force.

Au final, le sentiment global est mitigé sur ce premier tome malgré toutes ses qualités, il faudra voir ce que donne la suite.

Avis posté par Di Lullo Infos posteur le 03/12/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ahlala ! Quand arreterai-je de m’imiter les « tchac tchac tchac » et les « vlans » de Taillard de Vorms ? Ce personnage incarne cette bd. Sans lui, avec ses stabylos, son charisme, et son enthousiasme débridé, la bd n’aurait aucun intérêt. Presque.
Le dessin de Blain s’accorde parfaitement avec l’ambiance entourant le personnage. En général, je préfère un trait plus gras et un dessin moins caricatural, mais ici, ce trait crée le tourbillon qu’est De Vorms.
Les rêves d’Arthur sont aussi des passages mémorables de ce chef d’œuvre, surtout le dernier, qui finit la BD en finesse. J’ajouterais un point si la suite, s’il y en a une, est aussi bien.

Avis posté par JAMES RED Infos posteur le 12/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Difficile d'être original après ce concert de louanges fait par les autres posteurs. J'ai adoré également ce feuilleton moderne qui nous plonge dans les arcanes du pouvoir : une sorte de The West Wing (série d'Aaron Sorkin qui dépeignait les coulisses de la Maison Blanche) à la française.
De plus c'est drôle, les dialogues d'Abel Lanzac sont finement ciselés et particulièrement ironiques. La personnalité de Taillard de Worms (alias Dominique de Villepin) est dépeinte sans concession, mais également avec une certaine admiration pour ses qualités rhétoriques et son sens de la pirouette.
La prouesse vient aussi du dessin de Blain, admirable, remarquable, virevoltant, capable de passer d'une superbe planche en hommage à la science-fiction à une description caricaturale de Villepin tout à fait crédible. Alors, inutile d'en dire plus, jetez vous sur ce premier tome de 96 pages qui est une des plus belles découvertes de l'année.

Avis posté par Gaston Infos posteur le 19/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Une excellente bande dessinée qui parle de politique sans tomber dans la caricature ou la moralisation facile. Les situations présentes dans l'album sont à la fois instructives (on voit comment fonctionne le Ministère des Affaires Etrangères et cela sent le vécu) et marrantes. J'ai ri aux éclats plusieurs fois pendant ma lecture et cela faisait longtemps que je n'avais pas autant ri. Aucun temps mort !

La force de cet ouvrage réside dans deux choses. Tout d'abord, il y a les dialogues qui sont tout simplement savoureux. J'ai même lu certaines répliques deux ou trois fois de suite ! Ensuite il ya Alexandre Taillard de Vorms. Ce personnage est fabuleux ! Il impose le respect même lorsqu'il fait des choses totalement ridicules. Je n'aimerais pas l'avoir comme patron parce qu'il serait capable de me faire faire n'importe quoi.

Je ne suis pas un grand fan de Blain, mais ici je trouve qu'il se débrouille très bien avec les décors qui sont magnifiques. La seule chose que je n'aime pas, ce sont les longs nez de ses personnages. Je ne sais pas trop pourquoi, mais ça me dérange un peu.

Après relecture des deux tomes, je mets la note maximum. C'est vraiment la meilleur BD politique que j'ai lu jusqu'à présent, particulièrement grâce à ce fabuleux personnage qu'est Alexandre Taillard de Vorms.

Avis posté par Seb94 Infos posteur le 17/09/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
La claque !
Pourtant, à sa sortie en librairie, j’avais rapidement feuilleté ce one shot, le dessin au premier abord simplet m’avait fait reposer rapidement la BD, sans me poser d’avantage de questions.
Ce sont les avis positifs et les éloges venus d’ici et d’ailleurs, qui m’ont fait me repencher sur cet opus, grand bien m’en a pris !

Le pitch : Le monde politique vu par l’intermédiaire d’un jeune conseiller fraîchement débarqué dans les arcanes du pouvoir. Tout simplement enthousiasmant.
Cette plongée dans ce microcosme si particulier sonne tellement juste, de l’organisation de la communication à la gloire du ministre, à la résolution des problèmes diplomatiques, en passant par les longs discours et les grandes visions d’avenir, le tout en mode déphasage complet de la vraie vie.

Une brochette de personnages assez jubilatoires, avec en tête de gondole le magnifique animal politique Alexandre Taillard de Worms (Clone de Dominique de Villepin), superbement croqué.
Un humour omniprésent, qui tombe souvent juste et flirte parfois avec l’absurde, pour mon plus grand bonheur. Des références aussi jouissives qu’originales (De Star Wars à X-or) et certaines séquences qui sont assez mythiques, voir notamment le passage du stabilo, tout simplement irrésistible !

Finalement, le dessin qui m’avait laissé froid au premier abord, est également un grand atout de ce one shot, par son dynamisme et son sens du mouvement. Il faut voir le ministre ajouter le geste à la parole, il semble prendre vie, insaisissable et toujours en mouvement, traversant les bureaux tel un courant d’air.

Il y a longtemps que je n’avais pas pris un tel pied à lire une BD et je sais déjà que je la relirai avec plaisir. Culte !

Avis posté par laligneclaire Infos posteur le 12/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
A peine parue, déjà culte !

La nouvelle série de Blain est une vraie tuerie. La vie d’un conseiller aux cotés de Villepin, ministre des Affaires Etrangères, décrite avec autant de passion, de fougue et de croustillance est véritablement un chef-d’œuvre bédéscénique !

Le génie de la BD tient en la transcription de son personnage principal d’une part et au fait que le lecteur le découvre par le biais d’un autre personnage disons « normal », d’autre part. En effet, si Villepin (ou Taillard de Vorms dans le texte) avait été le seul protagoniste, livré au lecteur sans transition, il aurait été certainement impossible de s’identifier et la lecture n’en aurait été que plus laborieuse. Ici, nous le découvrons par les yeux d’un de ses conseillers fraichement embauché. Cette habile détour narratif établi, les auteurs peuvent s’atteler à construire ce personnage unique et complètement taré.
Une voix, une diction, une gestuelle, tout est reconstitué pour faire vivre ce fou rêveur en quelques coups de crayons habilement tracés. Un dessin vif, aérien, limite caricatural et l’homme marche, pense, vit. Son langage est politique, insolent, direct, opportuniste et ingénieux. Un doux mélange de beauf vulgaire et de visionnaire muselé. C’est un nouveau grand personnage de la BD, de ceux qui présentent une identité propre et que l’on reconnait en quelques phrases.

La note de « culte » se doit d’être exceptionnelle. Pourtant elle m’a semblé évidente lors de deux séquences extra : la judicieuse comparaison entre un discours politique et Tintin (qui permet à l’histoire une mise en abime délicieuse) et le passage sur le stabilo ! Des musts !

Un début vraiment très drôle et prometteur pour une série bientôt incontournable. Pour se faire, sans doute faudra-t-il que la suite change véritablement son schéma pour éviter la redite. En effet, déjà dans ce premier tome l’histoire est construite sur deux parties quasi identiques dans leurs enjeux. La rédaction d’un discours. Ce serait le défaut de ce premier tome. Bien sûr, le contexte change, les anecdotes changent, et l’humour est toujours énergique mais le moteur de la rédaction reste le même. Un filon à ne pas épuiser trop vite…

Avis posté par GiZeus Infos posteur le 06/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je vois à l'instant de rédiger cet avis que cette BD est classée en humour, ce qui m'étonne fortement puisqu'au lendemain de ma lecture je ne me souviens pas avoir ri. J'ai plus en mémoire le sentiment d'un grand ennui, notamment vers la fin où les pages défilaient de plus en plus rapidement.

Il faut croire que je n'ai pas accroché au postulat. Non pas l'amorce qui consiste à engager un collaborateur d'Alexandre Taillard de Vorms, alias implicitement Dominique de Villepin, mais plutôt le personnage de l'homme en lui-même. En sachant le modèle issu d'un homme réel, je m'imaginais la BD comme étant une tranche de la vie de l'ancien Premier Ministre, qui permettrait de mieux cerner sa personnalité. Mais non, je n'y ai pas cru une seule seconde, et je demande encore quel était le but des auteurs. Le personnage est bien trop caricatural, le plus clair du temps, pour que j'y trouve mon compte. Peut-être qu'à l'inverse de ses conseillers je n'ai pas le décodeur adéquat pour cerner l'homme, mais j'ai franchement trouvé le protagoniste caricatural. De mon point de vue, les auteurs ont surexploité quelques traits de caractère pour réduire l'homme à ces derniers, ce que je n'ai pas apprécié.

Pour tout dire, les passages soit-disant comiques m'ont consterné. Comme je l'ai dit, j'ai l'impression que les auteurs ont hésité sur la tournure de leur BD. Fallait-il faire de l'album des chroniques humoristiques, où l'on pourrait mieux saisir les motivations et idées de Taillard de Vorms / De Villepin, ou présenter le personnage comme un doux hurluberlu, qui malgré ses déclarations absconses prêchait des paroles plus profondes que la surface ne le laisse présager? Certainement un mix des deux, et je dois dire que j'ai été peu convaincu par les différentes options. Encore une fois, c'est la caricature manifeste qui m'a repoussé. Je pense au coup des stabilos qui m'a complètement laissé pantois, ou encore au discours grandiloquent sur l'Europe qui se contente de balancer des évidences que les journalistes et chroniqueurs politiques s'empressent d'acclamer chaleureusement.

Le comique de répétition n'a pas non plus fonctionné. Taillard de Vorms / De Villepin semble un agité indécrottable, un impatient chronique qui se nourrit de la fatigue de ses conseillers. Repris à d'innombrables occasions, j'ai trouvé les différents "VLAN!" fatigants. Son côté empressé mais passionné est également énervant, et je doute que le modèle soit réellement tel quel, bien que l'inspiration vienne indéniablement de ce côté. Cependant, on sent parfois un certain respect pour le modèle. A de rares occasions, les conseillers parlent de lui comme un visionnaire, d'un homme qui interprète avec justesse les signes.

Mais l'actualité n'étant pas un domaine que j'affectionne particulièrement (la flemme de rechercher des sources proches de la neutralité et qui ne nous prend pas pour des pigeons à gaver de préjugés), certaines allusions de politique étrangère m'auront certainement échappées, comme les négociations avec les pays nordiques.

Un dernier mot sur le dessin de Blain. Je n'ai pas eu de problème à m'y faire. Le trait minimaliste sert vraiment bien le propos, et j'apprécie beaucoup sa façon de dessiner les personnages, qui sont parfois d'un naturel bluffant malgré la simplicité du trait.

Bref, vous l'aurez compris, cet album m'a globalement ennuyé. Je reproche notamment une caricature trop présente, et une mauvaise délimitation des buts qui a achevé de me perdre en route. Pour cette raison j'en déconseille l'achat avant lecture.

Note finale: 2.5

Avis posté par Guillaume.M Infos posteur le 30/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Si je m’appelais Alexandre Taillard de Vorms, j’aurais enduit cet album de Stabilo...

Toi là… oui toi, jeune lecteur incrédule qui n’a pas compris cette phrase… pour la saisir, je te conseille l’achat et encore plus la lecture de ce petit bijou qu’est « Quai d’Orsay ».

Dès le premier contact en magasin, j’ai succombé au dessin de couverture. Du Christophe Blain ! Sans l’ombre d’un doute ! Avec un format similaire à celui de « Gus ». J’ai donc craqué et échangé quelques misérables euros contre une œuvre humoristique d'une qualité j’attendais depuis quelques temps déjà.

Faire de l’humour avec de la politique, beaucoup s’y sont essayés, peu ont réussi. Le tour de force de « Quai d’Orsay » réside pour moi dans son accessibilité. Accessibilité donc simplicité à outrance et néant de contenu me dites-vous… et bien non ! Blain et Lanzac sont parvenus à utiliser l’univers de la politique avec toute sa complexité sa finesse et son intérêt, tout en lui soustrayant la lourdeur, l’ennui et la monotonie.

La compréhension de l’œuvre est aisée, même pour les amateurs frileux qui « ne connaissent rien à la politique française. »

Oui, « Quai d’Orsay » est une bande dessinée intemporelle et éternelle.

Le dessin de Blain est dans son style habituel, mais plus beau, expressif et dynamique que jamais. Après on aime ou on n’aime pas mais en ce qui me concerne, j’adore !

Je pourrais parler de ce nouveau pilier du 9ème art humoristique pendant de longues et fastidieuses lignes mais je me contenterais d’ajouter une mention spéciale pour celui qui fait vivre ce bel album, j’ai nommé l’excellent, le fantasque, l’exigent, le génie Alexandre Taillard de Vorms. Je suis resté totalement captivé par ce personnage. Il bouffe littéralement « l’écran » (ici la planche).

Il est dit que le tome 2 est en cours de réalisation… et moi je serai du voyage !

Avis posté par PAco Infos posteur le 30/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et bien moi qui jusqu'ici plongeait toujours avec délectation dans les albums de Christophe Blain, j'avoue m'être un peu ennuyé dans cet album... C'est une petite déception.

Si l'objet est beau et de qualité (format, trait si particulier de Blain, facture du papier), l'histoire tourne vite en boucle et manque d'un certain entrain. Et pourtant du rythme et du dynamisme, ce n'est pas ce qui manque avec le personnage principal inspiré de Dominique de Villepin ! C'est même la seule chose qui m'a accroché à ma lecture : le rendu de l'énergie dégagée par ce personnage. Blain excelle dans cet exercice et nous dépeint avec brio la tornade vivante qu'incarne ce ministre survolté et visionnaire. On y est ! On visualise ! On le vit ! Blain est en pleine maîtrise de son art. Bravo.

Mais malgré cette excellence, le reste de l'histoire devient vite rébarbatif... Un discours à écrire... qui devient systématiquement un discours à réécrire. Seul le contexte change, et encore. Si certaines scènes sont quand même drôles, l'ensemble des scènes qui composent cet opus ne m'a pas plus accroché que cela.

Dommage, moi qui restait sur un si bon avis de Christophe Blain, sa collaboration avec Abel Lanzac, m'aura un peu refroidi. C'est donc avec circonspection que je lirai quand même le prochain tome annoncé, par curiosité, en espérant redorer à mes yeux le blason d'une série pourtant très appréciée en ce moment.

Avis posté par Tomeke Infos posteur le 22/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une BD sur la politique ? Cela a de quoi étonner, et le pari est incontestablement réussi.

Même si je ne peux pas en témoigner directement, j’ai également perçu une satire de l’univers professionnel d’un ministère. Mais quel est ce fou de Ministre Taillard de Vorms ? Ce mec est dépeint avec une habileté qui finit par le rendre insaisissable. Quel régal de découvrir tout ce petit monde qui s’agite autour de lui pour tenter de répondre à ses désirs en matière de politique étrangère ! Ses discours, ses dîners, ses voyages, ses exigences, tout est passé au crible avec un dynamisme omniprésent. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde à la lecture de cet album. Les autres personnages sont également bien travaillés ; le lecteur ressent rapidement le caractère de chacun, ses points forts et ses points faibles. Pour arriver à faire ressortir tant d’éléments en un album, je dois reconnaître que tout est intelligemment et minutieusement préparé ; du moins cela reste mon impression.

L’aspect graphique, bien que par moment très simpliste, démontre de grandes qualités : il est très expressif et nerveux. J’ai particulièrement apprécié les petits plus qui étayent l’état d’esprit de l’un ou l’autre personnage, ou les comparaisons avec Star Wars

Au final, j’ai découvert une œuvre aboutie, qui m’a régalé par son intelligence dans l’exploitation de ses personnages. Plus qu’une réussite, il s’agit selon moi d’une des meilleures productions de cette mi-année 2010. Je conseille vivement l’achat et la lecture, l’album est relativement épais pour un prix raisonnable. Vivement la suite !

Le deuxième tome de novembre 2011 demeure toujours excellent même si le charme de la surprise n'y est plus. De plus, j'ai trouvé qu'il y avait moins de références, de clins d'oeil que dans le premier tome. Néanmoins, le rythme reste ultra-rapide, les dialogues sont encore aussi savoureux et perspicaces. Je reste fan, assurément!

Avis posté par Pasukare Infos posteur le 21/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Malgré l’avertissement « à réserver à un public politico-phile » lu dans le dernier avis posté sur la série, je me suis tout de même laissée tenter et j’ai emprunté par curiosité cette BD qui semble faire globalement l’unanimité.

Je ne suis pas déçue, je suis même agréablement surprise pour tout dire. Malgré un dessin et des couleurs qui, esthétiquement parlant, sont loin de ce que j’apprécie en BD, et malgré un sujet qui a priori ne m’intéresse pas des masses, cette lecture fut vraiment agréable.

Je me contenterai de citer les quelques points forts qui selon moi ont permis de faire la différence :
- le personnage principal, cet extra-terrestre qui semble vivre à un rythme hors normes, avec un cerveau en permanente ébullition,
- la crise de nerf des deux conseillers lors de la rédaction de la 150ème version du discours,
- l’humour discret mais bien senti qui « dédramatise » et permet d’humaniser un peu le ministre,
- le personnage qui écoute Metallica (« Seek and destroooooooooooooooooooooooooooy », ahem, pardon…),
- le dessin (si, si) et cette manière très efficace de rendre compte de l’hyperactivité du ministre des affaires étrangères.
- les parallèles avec la Guerre des étoiles en général et Dark Vador en particulier,
- l’hymne au stabilo !
Je me surprends à attendre la suite pour savoir comment la crise en cours sera gérée. Franchement pas mal ! Mais ça ne donne pas du tout envie de travailler dans ce milieu…

Je n’achèterai pas, personnellement, mais je sais à qui l'offrir et j’emprunterai la suite sans hésiter !

Avis posté par Ems Infos posteur le 17/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après la lecture du premier tome.
Je m'attendais à une lecture rapide du style 15 minutes, en fait j'ai lu cette BD dense sur 2 soirées. Je l'ai trouvée très instructive avec sa part de réalité même si l'ensemble est romancé.
Il y a de l'humour mais sans plus. Les personnages sont bien développés, leurs interactions m'ont paru limitées dans ce premier tome car seuls 3 personnages sont réellement développés.
Je ne sais pas combien de tomes sont prévus, la suite risque de prendre de nouvelles tournures pour ne par risquer de tourner en rond. Il semble y avoir matière d'autant que le scénario s'appuie sur des faits réels passés et vu la conjoncture mondiale depuis des années il doit y avoir des anecdotes dans le ministère des affaires étrangères.
J'attends une confirmation pour la suite.
Le dessin par ailleurs est dynamique et précis, il colle à merveille au scénario.
Je mets en garde les potentiels futurs acheteurs sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une BD "facile".
La lecture demande des efforts et un minimum d'intérêt pour la vie politique que l'on découvre de l'intérieur.

Avis posté par roedlingen Infos posteur le 14/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans la grande famille politique il est rare de trouver des opus traitant de cet univers sans un discours caustique parfois d’un goût incertain. Il se dégage de cet opus une bonhomie sympathique.

Il se trouve que j’avais rencontré la plume de Monsieur de Villepin, ami d’études de mon épouse. Les propos qu’il tenait sur son patron n’avaient pas grand-chose à voir avec ceux tenus dans la BD du coup, j’ai eu du mal à rentrer dans le sujet. En effet, si tout est modifié de façon subtile, les situations et personnages se retrouvent tout de même facilement.

Hormis ce hiatus entre les propos du vrai porte plume et celui narré dans le récit il faut avouer que l’ensemble se tient malgré une monotonie certaine. Les situations se répètent ad libitum, ce n’est finalement pas le ministre qui nous est narré mais toute cette organisation républicaine autour du cabinet, toute cette faune gravitant dans l’univers politique sous couvert des projecteurs braqués sur les hommes d’état. Mesquinerie et confusion règnent, de même que stress et enjeux dans cet univers impitoyable. Enfin je tiens tout de même à rassurer les lecteurs, dans la vraie vie le couple de la plume de l’ex ministre allait très bien aux dernières nouvelles.

Graphiquement le trait nerveux rend de façon juste la tension perpétuelle et la nervosité extrême de chaque situation. En revanche j’avoue avoir été lassé de ces traits aigus déformants et d’une pauvreté des décors (souvent flous) alors que les univers d’état se passent au contraire dans des lieux très richement décorés (surtout aux affaires étrangères).

Une démystification de l’homme d’Etat était bienvenue, elle se fait par la mise en scène des équipes de l’ombre. J’ai énormément apprécié l’attitude de l’homme de confiance, il s’agit du seul personnage ayant une personnalité plus que sommaire. Les autres ne dégagent pas suffisamment d’épaisseur, même le ministre parait plutôt fou loufoque qu’autre chose. Au moins ne tombe-t-on pas ici dans les questions partisanes ce qui est plus qu’appréciable.

L’ensemble me parait pas mal sans plus, l’ensemble a des qualités mais je trouve les personnages trop plats pour que le récit s’enrichisse et soit crédible. Le rythme prenant tient néanmoins le lecteur en haleine avec le graphisme dynamique mais clairement insuffisant dans les ambiances.

L’achat ne me parait pas nécessaire car je doute avoir envie de relire l’opus un jour.

Avis posté par Altaïr Infos posteur le 04/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Mais quel talent ce Blain ! Comment arrive-t-il à rendre aussi dynamiques ses personnages ? A rendre intéressantes des histoires de ministères (bon, son scénariste y est sans doute aussi pour quelque chose ) ?
Autant le propos de Gus ne m'avait pas toujours charmée (je pense que c'est un titre qui parle plus aux mecs en fait), autant ce "quai d'Orsay" se révèle passionnant d'un bout à l'autre. Le propos est fin et intelligent, drôle, et réussit à parler du métier de politicien sans militantisme "pro" ou "anti".

Et, une fois de plus, je m'incline devant sa maîtrise du dessin et de la narration. Blain, c'est pour moi un peu l'anti "auteur soleil/daniel Maghen", l'artiste génial qui refuse toute poudre aux yeux et toute tentative ostentatoire d'étaler sa maîtrise incroyable du dessin, pour plier complètement son style aux contraintes de la narration et de son propos. Ne pas se mettre en avant, c'est l'histoire qui prime avant tout !

Preuve d'une grande intégrité artistique et d'un grande intelligence, à l'image de ce dernier opus...

Avis posté par Chéreau Infos posteur le 04/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un petit bijou de parodie politique, aussi bien documenté et aussi drôle qu'une série comme The West Wing.

L'allusion à Dominique de Villepin est transparente. L'ambiance paranoïaque, obséquieuse et fébrile d'un cabinet ministériel très bien rendue, avec des personnages qui restent riches malgré la caricature. Lanzac a dû vivre ce qu'il raconte de l'intérieur !

Chaque page est une histoire dans l'histoire, un sketch en une planche, nerveux et bien ficelé.

Le dessin de Blain, que j'apprécie moyennement d'habitude, est tout à fait adapté, par sa nervosité et son sens du mouvement, à ce récit à 100 à l'heure.

Bravo.

Avis posté par Ro Infos posteur le 23/05/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Très intéressé par le thème de cette BD, j'ai été littéralement captivé par son contenu.
Quelle excellente idée de mettre en scène un personnage tout droit inspiré d'un animal politique tel que Dominique de Villepin ! Cela nous permet non seulement de découvrir une personnalité hors du commun mais également le fonctionnement particulièrement complexe d'une structure telle que le Ministère des Affaires Etrangères. Est-ce donc ainsi qu'était exercée la diplomatie à la française au début des années 2000 ? Est-ce ainsi que l'Etat Français réagit à des crises telles que la guerre en Irak, des prises d'otages, le début d'une guerre civile dans un pays similaire au Rwanda ou simplement les négociations européennes avec l'Allemagne ?

Le récit est légèrement fantasmé, un peu romancé, mais il repose visiblement sur un solide socle d'informations concrètes et véridiques. C'est parfaitement crédible et bigrement intéressant.

Le personnage de Taillard de Vorms est également assez magnifique. Hyperactif, dominateur, charismatique, impressionnant, presque effrayant, il en impose dès qu'il apparait en scène.
J'ai retrouvé en sa présence une ambiance que j'ai déjà ressentie lorsque, en condition de travail, vous allez travailler avec des supérieurs hiérarchiques sur un projet complexe, avec de réels besoins de négociations et de réflexion politique, et qu'une ou plusieurs de ces personnes sont manifestement supérieurement intelligentes, du moins dans le domaine concerné. Vous avez alors l'impression d'être emporté par le courant, un peu noyé, et surchargé de boulot devant ces éternels insatisfaits qui vous font refaire le travail jusqu'à ce que finalement ils aient façonné l'ensemble du projet à leur image mentale. Vous vous sentez petit, agacé par leurs ordres directifs et parfois apparemment contradictoires, confronté à quelque chose de trop complexe pour vous et en même temps fasciné par ce ou ces personnages et la puissance de leurs idées. Vous avez l'impression qu'ils sont à côté de la plaque, qu'ils négligent les détails pourtant cruciaux au profit d'une vision d'ensemble parfois surprenante. Et ce n'est souvent qu'après coup qu'on se rend compte que, malgré tout ce qu'ils vous ont fait endurer, le pire c'est qu'ils avaient raison.

Taillard de Vorms est représenté comme un être à part, aussi admirable qu'il peut apparaitre ridicule, aussi impressionnant qu'inquiétant. Colérique et emporté, il est parfaitement représenté dans une case comme une puissante locomotive qui fonce à toute vitesse, prête à défoncer tous ceux sur son chemin qui ne vont pas aussi vite que lui. Il est tourné en dérision par son habitude de baser toute sa réflexion sur des citations de livres qu'il prône comme d'implacables arguments alors qu'il les déforment toutes pour leur faire dire ce qu'il veut. Et en même temps, il attire l'admiration de tous ses proches par sa pensée hors norme, ses discours passionnés où l'on a l'impression qu'il part en vrille alors qu'en fait il s'avère qu'il a tout compris, à sa manière, sur un plan supérieur. Vraiment un cas, une personnalité à part.

Mais Taillard de Vorms n'est pas seul. L'ensemble de son cabinet est composé de personnalités fascinantes et intéressantes. J'ai adoré découvrir ce microcosme d'intelligence mais aussi de caractère et parfois d'égoïsme. Il est d'autant plus intéressant de les voir s'agiter et peiner comme des fous pour réussir à suivre la pensée vrombissante de leur ministre.

Blain et Lanzac font en outre la part belle à l'humour. Au fil des chapitres, tandis que l'on apprend à connaître les personnalités des protagonistes, leurs réactions deviennent de plus en plus drôles alors qu'on se prend à les deviner mais qu'elles surprennent toujours autant.
Les bons mots et les dialogues ciselés sont légion dans cet album. Les clins d'oeil et les références sont également nombreuses, donnant une touche moderne à ce récit qui s'éloigne des basiques intrigues historiques et politiques d'une France désuette.
J'ai franchement ri à de nombreuses reprises au cours de cette lecture. Et malgré un dernier chapitre où la pression retombait un peu à mon goût, c'est sur la toute dernière page que j'ai le plus ri.

Intelligence, intérêt, humour, personnalité... Quand à cela s'ajoute un beau dessin qui donne parfaitement vie et caractère aux personnages, cette BD devient un vrai bijou.
A lire par tous les amateurs de politique, diplomatie, psychologie, par tous les curieux mais aussi par tous ceux qui veulent rire tout en s'instruisant.

Avis posté par John Smith Infos posteur le 12/05/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
et VLAN ! voila le dernier album de Blain.

Etant un inconditionnel de l'auteur j'avais énormément d'attente (ce qui n'est jamais très bon, et souvent facteur de grosse déception).
... Et bien malgré cela, j'ai pris une énorme claque à la lecture :o

En fait cette BD est bien plus qu'une réussite. C'est carrément un tour de force.
Je m'en explique :

Au lieu de faire une caricature drôle et superficielle (type l'enquête Corse) et d'emmener l'album droit dans le mur... Les auteurs ont pris un parti pris beaucoup plus risqué et une hauteur de vue ambitieuse.

On ne sombre jamais dans le discours partisan (la gauche... la droite... la politique). Non, on reste systématiquement dans la mécanique de la conviction et dans la personnalité (au demeurant très attachante) du personnage principal.

En fait le personnage d'Alexandre Taillard de Worms (ie Dominique de Villepin) est hyper bien vu, et il n'y avait, à y réfléchir, pas de meilleur support au dessin de Blain.
Car on est systématiquement dans l'oratoire, le panache, les attitudes, la gestuelle, la grandeur. Le personnage a cette dose de folie et de conviction qui permet de le placer au centre, et il fait un parfait chef d'orchestre.
Encore une fois avec Blain, le dessin nous le rend bien, et la narration est à tomber. Et Vlan et paf et Tchac... ca swing à mort ! Et le tempo est effréné !

Au final, on est au coeur d'une machine complexe et lancée à toute vitesse (la diplomatie), et dont le pilote (le ministre) est un personnage hors norme.

On apprend alors qu'en politique étrangère les bonnes réponses n'existent pas ! Qu'il n'y a jamais de véritable solution, qu'on est toujours coincé, et que la seule porte de sortie est de décider plutôt que de subir.

M'étant embarqué pour une caricature, j'étais en fait un peu à côté.
Cette BD reste pour moi un superbe hommage à cette folie qui fait de certains hommes des visionnaires. La question n'est pas de savoir s'ils ont raison ou tort, juste de se rendre compte que quotidiennement d'un geste ou d'un mot, ils écrivent l'histoire.
Et Christophe Blain nous la raconte hyper bien l'histoire !

En l'occurence vivement la suite ; car un tome 2 est prévu !

Avis posté par le poulpe Infos posteur le 11/05/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Premier contact avec Blain (et oui, ma culture BD est très limitée)...

Un traitement original des arcanes du cabinet ministériel des Affaires étrangères françaises sous l'ère Villepin, des dialogues plein d'ironie et de cynisme (sans verser dans le sarcasme), un chef de cabinet pour lequel tout lecteur éprouvera de l'empathie et un antiheros sans expérience prêt à se compromettre pour réussir qui facilite grandement cette projection historique !

Le politique apparait comme un animal versatile soumis aux contingences liées à ses fonctions et aux avis contradictoires de son entourage (qu'ils soient conseillers, technocrates, romanciers au philosophes !)... Ouvrage qui ne nous réconciliera pas avec ces politiques me direz-vous ? Au contraire, cette BD semble montrer (ce n'est que le premier tome) qu'en coulisse ces hommes ne manquent pas de courage pour imposer leurs vues et que ce sont les différentes contraintes mentionnées plus haut qui édulcorent leurs ambitions... Bref, une raison de plus de les rendre responsables de leurs actes comme de leurs discours !

Par contre, n'étant pas juriste de formation, je comprends mal cette volonté de modifier certains noms (personnage comme lieu), puisqu'il est aisé d'identifier les protagonistes comme les évènements...

En revanche, je ne m'attarderai pas sur le dessin qui n'est pas vraiment de mon goût et qui est faussement simpliste puisque les expressions du visage comme la gestuelle des personnages sont bien retranscrites.

Avis posté par iannick Infos posteur le 07/05/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tiens, Christophe Blain change encore de registre puisqu’après le western (« Gus ») et l’aventure maritime (« Isaac le pirate »), il nous présente une bd sur la politique en association avec Abel Lanzac au scénario ! Alors, ça donne quoi comme série ! Ma foi, c’est pas mal du tout !

Dans « Quai d’Orsay », le lecteur est invité à suivre Arthur Vlaminck. Ce jeune homme est embauché au quai d’Orsay pour servir de scribe ou plus précisément dans le langage populaire de « nègre » au ministre des affaires étrangères Alexandre Taillard de Worms. En gros, Arthur Vlaminck doit lui écrire tous ses textes oraux que le ministre devra prononcer devant les autres personnalités étrangères ! Je vous laisse imaginer un peu la galère de ce nouvel employé qui doit user de diplomatie pour rédiger un discours qui plait aussi bien à Alexandre Taillard de Worms, aux membres de l’Etat et des autres pays !

Après quelques pages, il est facile de deviner que le personnage d’Alexandre Taillard de Worms est pratiquement le sosie de Dominique de Villepin. J’ai vraiment adoré les dialogues de cette bd : il faut dire aussi que le scénariste, Abel Lanzac, fut conseiller dans un ministère et que par conséquent, il connaît bien ce milieu ! Ainsi, l’album est truffé de discours à consonance tellement philosophique (voire pratiquement dénuée de sens) de la part du ministre que je me suis demandé s’il ne se foutait pas carrément de la gueule du jeune Arthur Vlaminck ! A la longue, ce dernier qui arrive dans le ministère avec la fougue si caractéristique de la jeunesse et cette envie de bien faire va peu à peu se blaser et être déboussolé par les changements d’humeur de son supérieur !
Le résultat donne des scènes irrésistiblement cocasses, je me suis par moments plié en deux de rires devant tant de conneries dans le comportement des gens de ce milieu et les discours farfelus d’Alexandre Taillard de Worms !
L’album est décomposé en plusieurs chapitres à la pagination inégale, ma préférée est celle où le ministre fait référence à un livre philosophique pour demander à Arthur Vlaminck de rédiger un texte oral : un vrai régal d’ironie et de drôlerie !

Que dire du graphisme de Christophe Blain ? Par rapport à « Gus », il n’y a pas photo ! Je le préfère comme ça avec un trait fin et des décors qui me semblent plus fouillés ! Et puis, ce qui fait la grande force de ce dessinateur, c’est l’excellence de sa narration : impossible de décrocher du récit avant le dénouement ! Pas d’incompréhension de lecture : une vraie merveille narrative (cet auteur rivalise avec Hergé !) ! J’y ai apprécié les expressions que Christophe Blain donne à ses personnages sans que ça tombe dans les travers du dessin humoristique (ici sont bannies les expressions et les attitudes très exagérées) et le fait qu’ils soient facilement identifiables au premier coup d’œil.

Vraiment, je vous recommande chaudement la lecture de « Quai d’Orsay » : vous y passerez certainement un bon moment en compagnie du jeune Arthur Vlaminck et de son supérieur ! J’ai apprécié hautement les dialogues d’un autre monde des politiciens qui peuplent cette bd et la narration –à mon avis- quasi parfaite de Christophe Blain.
Bref, laissez tomber un peu les séries d’action, d’aventure, historiques, etc… qui envahissent les étals des libraires et laissez-vous tenter par « Quai d’Orsay », une série drôle et originale qui se passe dans le monde politique : vous risquez d’en garder un bon souvenir de lecture !

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque