Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4200 avis et 729 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  La flamme et l'orage  posté le 05/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’avais bien aimé Le Réveil du Zelphire par le même auteur qui vient de débuter sa seconde série. Je retrouve toutes les qualités de la précédente série avec une certaine amélioration non seulement au niveau du trait graphique mais également au niveau scénaristique. C'est impeccable sur la mise en forme et en scène !

En effet, on entre tout de suite dans ce récit pour ne plus le quitter. Les enjeux sont clairement posés dès le début : est-ce que l’orage parviendra à bout de la flamme qui brûle et qui consomme d’innocentes âmes avec la complicité du roi et du clergé local ? Il y a certes une multiplication des personnages mais ils sont facilement identifiables.

Je regretterais juste quelques ficelles un peu grosses comme le roi qui a tué son père pour lui succéder. Mais bon, il n’y a pas mort d’homme ! Ou plutôt, si !

Cela reste une lecture qui s’adresse aux jeunes et aux adolescents. Il y a également un manque de maturité. C’est très bien pour eux mais il est vrai que personnellement, j’apprécie des récits plus adultes.

Nom série  L'Alsace à tout prix  posté le 05/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cela faisait un certain temps que je n’avais pas lu une bd régionale. De surcroît, cela parle de ma belle région qui a tant souffert pendant les trois dernières guerres sur le sol français. En 1870, l’Alsace devient allemande suite à la défaite. En 1918, elle redevient française. Puis en 1940, elle redevient nazie pour terminer française à la Libération. Imaginez la vie des habitants sur toutes ces générations dont certains enfants sont morts pour l’Allemagne et d’autres pour la France.

Il y a toujours eu une espèce d’ambivalence avec des alsaciens qui se considéraient comme français et d’autres comme allemands mais surtout des français de l’intérieur qui y voyait une province allemande. Quand j’étais enfant et que j’allais en vacances au bord de la Méditerranée, les locaux ne voyaient pas l’Alsace comme faisant partie de la France. C’est vrai que c’était assez vexant car je devais justifier de la situation exacte comme un citoyen de seconde zone…

Bref, le peuple alsacien a beaucoup souffert. Cette bd traite de la Première Guerre Mondiale sur le terrain alsacien. Ainsi, on apprend qu’au tout d »but de la guerre en Aout 1914, la ville de Mulhouse fut prise par les soldats français avant qu’ils ne l’abandonnent afin de se replier sur les hauteurs. Une toute petite partie de l’Alsace a été gagné mais avec beaucoup de terrain cédé en Lorraine.

J’ai appris des choses assez instructives car il n’y avait jamais eu de bd expliquant que l’Alsace a également été un champ de bataille où des milliers d’hommes ont perdu la vie pour reconquérir cette belle région. Finalement, le sort de l’Alsace s’est joué lors du traité d’armistice. Les positions allemandes étaient assez imprenables.

L’Alsace à tout prix reste classique dans le déroulement mais assez intéressant pour les férus d’histoires. Un cahier historique de 16 pages complète cet ouvrage en apportant le regard original d’historiens renommés comme Jean-Noël Grandhomme, Florian Hensel, Thérèse Puppinck. Un bon travail réalisé par les auteurs.

Nom série  Star of the stars  posté le 05/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’ai pas été convaincu par ce récit d’humour un peu déjanté. Et pourtant quand on voit la signature, on se doit d’avoir une certaine référence. Mais bon, je suis sorti de cette lecture avec un sentiment fort mitigé. Le déjanté ne me plaît pas même si c’est pour délivrer un message métaphysique sur la condition humaine.

Je pense que des extraterrestres ont sans douter d’autres choses faire que de venir enlever des danseuses d’une prestigieuse école avant d’anéantir en miette notre planète. Du coup, on arrive à mieux comprendre le titre : Stars of the stars comme un écho de Danse avec les stars.

Sinon, la suite de ce délire avec ces personnages trop poussifs se fera sans moi. Les puristes iront certainement revoir Dirty Dancing.

Nom série  Les Démons d'Alexia  posté le 05/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les démons d’Alexia sont une très bonne série basée sur les phénomènes mystérieux dont certains peuvent trouver des explications rationnelles. J’ai beaucoup apprécié le modernisme de la mise en scène et sans doute moins des dialogues parfois un peu vulgaires.

L’héroïne, à savoir la charmante Alexia, ne sort pas totalement indemne de chaque aventure. Elle a également des points faibles qui la rendent terriblement humaine et c’est ce qu’on aime. La dernière histoire concernant des furets carnivores de chair humaine est particulièrement éloquente à ce sujet. Il faut dire que j’ai beaucoup apprécié ce tome 7 avec ces séquences d’horreur en milieu clos.

Les dessins sont assez bien réalisés avec ce qu’il faut de couleur. La lecture a été en tous les cas très agréable. On ne s’ennuie jamais car le récit tient en haleine. Bref, c’est très bien mené.

C’est une série de qualité qui arrive encore à se maintenir avec la multiplication des tomes. Comme dit, il y a des séries qui se bonifient avec le temps. Les démons d’Alexia font partie de cette catégorie.

Nom série  Comment faire fortune en juin 40  posté le 04/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comment faire fortune en Juin 1940 ? Réponse : en profitant de la guerre et de la défaite du pays pour s’emparer d’une partie de l’or de la Banque de France. Oui, on va glorifier les charognes qui ne se battent pas pour défendre un pays menacé mais pour faire main-basse sur les richesses de la collectivité. On aime cela, regarder d’un bon œil les protagonistes d’un casse. Cette tolérance est finalement assez française.

Fort heureusement, les auteurs ont veillé à garder la sympathie pour certains personnages. Ainsi, on peut massacrer froidement son patron et sauver une belle juive de l’avancée nazie comme si on savait dès 1940 ce qui allait arriver. Je ne vais pas revenir sur toutes les invraisemblances historiques mais bon. Il est vrai que nous verrons la débâcle sous un autre angle.

Le scénario est là encore assez classique. On est plongé dans l’aventure avec un maximum de personnes qui veulent prendre cet or. Le pompon sera peut-être le commissaire de police associé aux nazis. Un vrai méchant, celui-là ! Nury et Dorison font dans le classique en reprenant des éléments déjà exploités dans leurs œuvres respectives. C’était manifeste pour Nury avec sa série "Il était une fois en France".

De la bd divertissante pour le plus grand nombre. Moi, il m’en faut plus ou autrement. D ’ailleurs, je vais rester véritablement sur ma faim. C’est le fin du fin !

Nom série  Eternum  posté le 04/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai toujours défendu les œuvres de Bec face à l’adversité. Aujourd’hui, je ne le ferai pas sur cette bd. Mais que s’est-il passé ? J’adore pourtant les mystères ainsi que l’atmosphère de la série de films Aliens. Je suis d’ailleurs en train de faire découvrir la fameuse anthologie à mon plus jeune fils.

En fait, ce scénario ne m’a absolument pas convaincu. La recette ne fait plus de miracles ? C’est bien beau de balancer des petites scènes chocs mais au final, c’est le vide intersidéral. J’ai compris qu’il y a un sarcophage où se cache une belle femme dotée de super-pouvoirs à la sauce 5ème élément de Luc Besson et que tout ce qui est à proximité sombre dans le chaos à la manière d’Abyss de James Cameron. Même la fin de ce premier tome est d’une platitude à toute épreuve. Bref, il n’y aura pas de surprise.

Il est sans doute temps pour l’auteur de se surpasser au lieu de faire dans les recettes déjà éprouvées. Voilà, c’est dit sans détour hypocrite.

Nom série  Les Gouttes de Dieu  posté le 15/05/2008 (dernière MAJ le 03/02/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Incroyable ce manga japonais, qui s'empare de l'œnologie comme thème principal pour nous faire découvrir les saveurs des plus prestigieux vins du monde qui sont français : Bordeaux et Bourgogne en tête. Il y a un véritable travail de recherche de la part des deux auteurs, Tadashi Agi et Shu Okimoto, puisqu'on nous livre également dans le glossaire de précieux renseignements sur les appellations des vins et sur les meilleures récoltes. Il paraît que grâce à ce manga qui connait un véritable succès en Asie, les Sud-Coréens se bousculeraient dans les bars à vins !

Cependant, ce manga va plus loin qu'un cours sur la production vinicole ainsi que les millésimes en nous proposant une histoire de rivalité familiale assez passionnante. Le héros commence son parcours en étant dégoûté par le vin car son père l'a initié d'une façon peu orthodoxe depuis son plus jeune âge, ce qui a fini par le rebuter. Néanmoins, à la mort de son père, il est obligé de gagner un concours de dégustation pour conserver son héritage. Bref, un véritable défi pour celui qui éprouve une aversion pour le vin !

On va donc suivre la progression de ce jeune homme dans le milieu vinicole qui devra faire ses preuves pour devenir à son tour un expert en œnologie. Au travers de cet affrontement, le scénario conduit le lecteur dans une découverte de l’univers du vin, son langage, ses particularités, ses traditions. On s'intéresse également au parcours des différents personnages au cours de leur existence. Sous des apparences parfois anodines et rigolotes, cette bd recèle d'une très grande profondeur d'âme.

A l'efficacité du scénario s'ajoute un dessin réaliste et soigné comme il se doit. On tombe vite sous le charme. C'est vrai que les auteurs ont réussi à nous faire partager leur passion. Sitôt le premier tome lu, on n'a qu'une envie : déboucher une bouteille d'un grand cru, le servir dans une carafe à décanter et l'apprécier. "Les Gouttes de Dieu" sont à consommer sans modération !

Les tomes se succèdent et le plaisir est toujours présent grâce à sa remarquable construction notamment dans l'évolution psychologique des personnages. C'est une série qu'on n'a pas envie de ranger dans sa cave ! Et puis, grosse surprise : cette série a été nominée pour la catégorie "essentiel" au festival d'Angoulême 2009. Cela traduit un signal fort alors qu'on connaît l'aversion du festival pour la norme manga.

La série dépasse d'ailleurs en France les 400.000 exemplaires vendus. Elle fait des nouveaux adeptes chaque mois grâce à une certaine renommée. Le milieu de l'œnologie l'a reconnue comme un des meilleurs ouvrages qui n'a rien à envier avec des livres purement techniques. Il y a quelque chose de magique avec un pareil titre qui va au delà d'un public traditionnel de connaisseurs. Il est vrai que je possède moi-même l'intégralité des tomes. Je suis quand même content que cela va s'arrêter avec le tome 44. Je n'aime pas trop les mangas longs. Mais bon, j'ai fais une exception afin de découvrir le monde fascinant des vins.

Note Dessin: 4.25/5 - Note Scénario: 4.25/5 - Note Globale: 4.25/5

Nom série  Karl's Secrets  posté le 03/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai eu l’occasion de lire une œuvre de cette auteure assez singulière. C’était Tout va pour le mieux. Visiblement, elle s’est fait connaître grâce à un blog assez caustique « le meilleur des mondes possibles » alors qu’elle était sans emploi. Encore un titre très positif et qui donne dans la bonne humeur. Cependant, cela cache bien entendu des histoires pas toujours très reluisantes.

En effet, l’humour est souvent utilisé pour dédramatiser. Il faut savoir également que Tiffany Cooper est une ancienne directrice de ventes passée par de grandes maisons. Elle avait un faible pour Karl Lagerfeld et surtout son chat la célèbre Choupette qu’elle représentait de façon humoristique sur son blog. Elle nous fait alors découvrir l’homme mais de façon assez pudique sur un mode du monde selon Karl.

Dans l’esprit collectif, Karl Lagerfeld est un drôle de zozo caché derrière de profondes lunettes noires. Il faut partie du paysage du monde de la mode, de la jetset et de l’audiovisuel où il est très souvent invité sur les plateaux. Cette bd nous permet de découvrir ce qui se cache derrière ce personnage que l’on a surnommé tendrement le Kaiser.

Il faut bien dire que l’on va en apprendre des choses car on entre littéralement dans son intimité. On pourra être parfois assez surpris mais c’est traité de manière très humoristique sur un ton très léger propre à notre auteure. Je vais citer un exemple parmi tant d’autres sans dévoiler autant tous les secrets de notre homme en noir et blanc. La maman du célèbre couturier ne lui a appris le décès de son père que 3 semaines après. Cette mère a d’ailleurs eu une grosse influence sur Karl dès son plus jeune âge.

C’est une personnalité bobo également assez détestée du petit peuple qui souffre à mille lieux des strass et des paillettes du monde de la mode dans le genre, la mode c’est Auchan. En effet, c’est son chat qui va hériter de son immense fortune bâtie sur le développement de la marque Chanel à travers le monde. Brave Choupette ! En ce qui me concerne, je pense sincèrement qu’il le mérite car c’est un créateur de talent qui a également beaucoup travaillé et qui a véritablement marqué le monde de la mode.

J’ai toujours aimé sa conception de l’argent lorsqu’il disait qu’il n’y a rien de pire qu’un riche qui vît comme un pauvre selon ses célèbres répliques cultes. Il est adepte du lâcher prise et de la dépense. Un riche doit dépenser pour faire tourner l’économie. C’est assez keynésien comme pensée.

Il n’y avait pas de bd sur Karl Lagerfeld. C’est chose faite et de manière assez sympathique. La lecture a été assez fun dans un style d’écriture que j’aime assez bien. Mais bon, le portrait est assez complaisant et sans réelles surprises. Je donne une idée aux auteurs de manière générale : il n’y a pas encore eu de bd sur Geneviève de Fontenay. Allez, au travail !

Nom série  Julio Popper, le dernier roi de Terre de Feu  posté le 01/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nous avons la biographie d’un authentique aventurier qui est mort assez jeune (à 35 ans). Il a réussi à construire un petit royaume à la pointe sud de l’Argentine en exploitant également de l’or. Visiblement, c’était quelqu’un qui a parcouru le monde entier avant de s’installer en Argentine pour mener à bien une expédition en Patagonie.

A sa décharge, il a massacré des indiens qui vivaient à l’état sauvage pour s’approprier leur terre. Le portrait qui est dressé de lui est celui d’un homme tout à fait convenable avec une vision de l’aventurier et du découvreur de terres nouvelles. Visiblement, il ne lâchait rien jusqu’à poursuivre ses voleurs contre vents et marées. J’avoue ne pas partager le même enthousiasme autour de cette personnalité.

Je ne connaissais pas son histoire et donc cette lecture m’a apporté quelque chose d’intéressant. C’est un explorateur non connu et qui pourtant avait fondé un territoire où il avait fait battre sa propre monnaie et des timbres à son effigie. Oui, un petit dictateur en herbe mais j'ai rien dit !

Nom série  Cher pays de notre enfance  posté le 01/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il faudra une bonne journée et une bonne dose de concentration pour venir à bout de ce pavé. Pourtant, le nombre de pages n’est pas aussi impressionnant que cela. Ce sont les dialogues qui occupent totalement l’espace. On suivra le reportage mené par les deux auteurs. Il y a de nombreux témoignages à lire.

Il faut tout d’abord être intéressé par le sujet à savoir ce qui se cache sous la Vème République du Général de Gaulle. La couverture nous donne un peu le ton avec un président qui est taché de sang. Oui, nous apprenons que la 5ème république traîne également de gros boulets qui peuvent apparaître comme dérisoires si on les compare avec les nombreuses dictatures qu’il y a dans le monde. Pour autant, ce n’est pas une raison pour ne pas étudier les faits avec du recul. De là, peut-on réellement dire que la France a connu des années de plomb ? Il semblerait au vu de ce documentaire qui indique que cela a été soigneusement occulté.

J’avoue avoir entendu parler du SAC mais je ne savais pas ce qui se cachait derrière cette association loi de 1901. J’avoue également que j’ignorais que dans ma ville de Strasbourg avait été commis l’un des plus gros hold-up de l’argent public afin de financer le parti gaulliste au pouvoir. Oui, on regarde plutôt ma ville comme la capitale européenne ou la capitale de Noel. Je pense qu’il est bon de rappeler certains faits loin de toute caricature. La bd va s’intéresser notamment au meurtre du juge Renaud et au soi-disant suicide du ministre du travail de Giscard à savoir Robert Boulin.

Par ailleurs, cette bd vient de gagner le prix du public lors du festival d’Angoulême 2016. Les lecteurs ont apprécié dans leur ensemble cette œuvre richement documentée. Une lecture certes éprouvante mais salutaire pour bien comprendre les évolutions de notre République.

Nom série  Traquemage  posté le 01/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà tout à fait le genre de lecture fraiche et appétissante que j’apprécie tout comme le fromage de chèvres. Il y a de l’humour vrai où l’on rigole sans faire exprès ou par convenance. C’est un plaisir que de suivre les aventures de ce gardien de troupeau qui a décidé de dire non à la magie en devenant le Traquemage. J’ai bien aimé la chèvre rescapée ainsi que la bonne fée un peu pompette. Il y a comme un style assez irrévérencieux que j’aime. C’est loufoque et bon enfant, certes mais c’est excellent !

Lupano est plus que jamais au sommet de son art. Il conjugue le talent dans tous les styles de bd ce qui est assez remarquable. Il nous le prouve encore une fois. Il est inventif car il crée un style assez original avec cette rural-fantasy qui bouscule tous les codes des genres. Le pire, c’est que cela fonctionne correctement !

Je vais suivre les aventures de Pistolin le berger dans sa guerre contre les mages. C’est une des plus grandes réussites de l’année écoulée que j’avais réellement envie de découvrir. Les avis sont dithyrambiques et c’est bien mérité.

Nom série  Syndrome 1866  posté le 01/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne me suis pas douté qu’il s’agissait d’une adaptation du roman russe Crime et Châtiment de Dostoïevski, paru en 1866. Je me suis laissé totalement embarqué par cette histoire qui m’a paru fort intéressante sur la problématique des crimes légitimes.

Cela résonne sans doute avec l’affaire du moment où notre Président a accordé une grâce partielle à une femme qui avait tué son mari après avoir subi une vie de souffrance et d’humiliation. Oui, on se pose la question du crime légitime. Tous les meurtres ne sont pas condamnables. Je pourrais prendre comme exemple celui de Ben Laden.

On va suivre le parcours chaotique d’un jeune étudiant qui s’est totalement renfermé sur lui-même alors qu’il avait les capacités de faire de brillantes études. On va vivre le personnage jusque dans ses réflexions torturées. On est clairement dans un récit purement psychologique.

Le point faible de cette série se situe au niveau du graphisme qui ne casse pas des briques. Les traits manquent de détails et sont assez grossiers.

C’est un manga fort intrigant à l’ambiance plutôt noire. J’aime les seinen qui sont adultes et mâtures avec un scénario riche et des personnages profonds. Le dénouement sera agréable mais sans surprise. Les dix tomes tiennent la route avec des hauts et des bas. Attention, toutefois aux plus jeunes car on se retrouve réellement dans la tête d’un tueur. Cela pourrait donner des idées !

Nom série  Les Naufragés du Métropolitain  posté le 01/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai beaucoup aimé le début puis par la suite, les choses vont se gâter. Les auteurs par souci d’authenticité ont décidé de rester dans l’ambiance de l’époque avec le langage des rues un peu spécial. Il faut décrypter ce qui se dit dans ce Paris canaille. Il n’y a pas de traduction proposée. Bref, le lecteur doit absolument maîtriser les expressions d’époque fin XIXème – début XXème. Cela ne sera pas chose aisée.

Par ailleurs, et je continue dans le rayon des critiques, les auteurs font l’impasse sur des choses qui nous auraient sans doute intéressé (comment est morte la mère de l’héroïne, à quelle date ? etc…) mais développent d’autres qui sont peu entraînantes. Au final, on va plutôt s’ennuyer avec un scénario qui peine véritablement à convaincre. Ce n’est pas la première fois qu’on a une série sur les grandes inondations qui ont touché Paris en 1910 lors de la crue de la Seine.

Je reproche un peu à cette œuvre de nous faire passer cet épisode douloureux pour les Parisiens comme un cliché romantique avec les gondoles vénitiennes. Par ailleurs, il n’y a personne dans les rues. Il faut savoir qu’en 1910, il y avait 2,8 millions d’habitants dans Paris intra-muros contre 2,2 millions de nos jours.

A noter qu’il n’y a plus eu de crue majeure de la Seine depuis 105 ans. Paris est-elle réellement à l’abri ?

Nom série  Les Variations d'Orsay  posté le 01/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai toujours peur avec ce genre de BD qui fait dans l’expérimentation. On passe d’un auteur à l’autre avec un fil narratif qui semble se balader. On commence par une gardienne de musée qui nous embarque dans un rêve éveillé. C’est comme une déambulation poétique. Il va falloir s’accrocher !

J’aime beaucoup le musée d’Orsay que j’ai eu la chance de visiter alors que je ne connais même pas le Louvre. Il faut dire que les impressionnistes comme Monet figurent parmi mes préférés. J’ai toujours eu un faible pour cette impression du soleil levant que nous allons retrouver dans la présente œuvre.

On rencontrera également d’autres artistes comme Edgar Degas dans une construction plutôt inventive et intelligente. Ce n’est pas une BD à posséder à moins d’être fan. Cependant, la lecture fut un divertissant voyage culturel. C’est un bel hommage qui est rendu pour ces peintres du XIXème siècle.

Nom série  Natacha  posté le 01/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne suis pas le public visé par ce genre de BD à grand papa. C’est plutôt pour réparer un oubli que je poste cet avis. En effet, durant ma jeunesse, j’ai lu les aventures de la belle hôtesse de l’air notamment dans le journal de Spirou. Pour autant, je suis tombé sur le dernier titre (l’épervier bleu) ce qui m’a permis de me remémorer. Il faut dire que les héroïnes étaient peu présentes dans une BD majoritairement très machiste. Natacha apportait incontestablement un autre regard dans le genre célibataire endurcie. Il fallait qu’elle soit belle et sexy comme pour devenir l’archétype même du fantasme masculin.

Et puis, j’aimais bien le fait que sa profession était réellement le cadre de ses aventures. Par comparaison, nous savons que Tintin était reporter mais je ne me souviens pas l’avoir vu dans un journal avec son rédacteur en chef.

Je dois quand même avouer que les dernières aventures de Natacha sont un peu laborieuses car confuses dans le scénario. Cela reste malheureusement assez naïf et donc dans la mouvance de ce que produisait les années 70 et 80. Pour autant, si on se replace dans le contexte de l’époque, il y avait de bonnes idées. Charme, exotisme et humour seront au rendez-vous.

A noter que pour l’épervier bleu, Natacha apparaît pour la première fois nue mais couverte d’un drap ou bien cachée par les ombres. C’est bien la première fois en 40 ans ! Que de progrès réalisés ! Vite, passons à Druuna !

Nom série  Ma vie est un best seller  posté le 30/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai beaucoup aimé cette oeuvre librement inspiré de l'expérience de Corinne Maier, auteur d'un best-seller intitulé "Bonjour Paresse" (500.000 exemplaires vendus dans le monde). Cela avait défrayé la chronique il y a une dizaine d'années. Elle travaillait à EDF et avait critiqué son entreprise dans un livre. Au-delà de cet aspect, c'est une réfutation par l'ironie individualiste de tous les thèmes de la mobilité, de la culture d'entreprise, de l'engagement dans le travail comme un épanouissement.

En ce qui me concerne, tout ces thèmes sont toujours d'actualité. Le déclassement social existe toujours. Et il est vrai que plus on monte en grade dans une grande entreprise, moins on en fait sur un certain plan d'activité. Voilà un exemple de citation assez cynique du livre afin de vous faire une idée : "Si vous n'avez rien à gagner en travaillant, vous n'avez pas grand-chose à perdre en ne fichant rien. Choisissez les postes les plus inutiles : conseil, expertise, recherche, études. Et ne sortez jamais dans le couloir sans un dossier sous le bras".

Sinon, pour le dessin, j'ai toujours aimé le style graphique d'Aurélia Aurita (Fraise et Chocolat et Buzz-moi) qui est d'ailleurs toujours aussi critiqué. La rencontre de ces deux auteurs féminins allait un peu de soi car elles ont été toutes les deux au centre d'une attention médiatique avrec un tourbillon suscité par le succès. Cependant, derrière l'industrie du best-seller, il y en a qui s'en mettent plein les poches et ce ne sont pas forcément les auteurs ayant provoqué pourtant le succès.

Bref, une bonne description du monde de l'entreprise au-delà de toute caricature.

Nom série  L'Encyclopédie des débuts de la Terre  posté le 29/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Encore une fois, j'ai l'impression d'être à côté. J'aurais tellement eu envie d'accorder une note plus élevée car objectivement, cette oeuvre recèle de qualité à commencer par un graphisme un peu envoûtant et onirique. Mais bon, les contes arctiques ne me réussissent pas.

Je n'arrive pas à trouver mon bonheur dans ce genre. Pour autant, il y a des contes qui m'ont beaucoup plu en raison d'une narration et d'une construction différente et plus mâture.

Là, nous suivons un jeune garçon à la recherche d'un bout de son âme après avoir été divisé en trois par un chaman qui s'est trompé dans la formule. il faudra s'accrocher car le voyage sera très long. Il a été fort ennuyeux en ce qui me concerne.

Pur résumer, je pourrais dire que c'est un mixage de tous les contes de l'humanité des vikings au grecs en passant par les paraboles bibliques. Comme dit, j'ai frisé l'indigestion.

Nom série  Hobo Mom  posté le 29/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un récit qui a été réalisé des deux côtes de l'Atlantique avec une parution d'abord en Italie. La ligne présente est très claire et épurée. Les dialogues seront également très rares.

C'est un récit de vie qui se situe vraisemblablement dans les années 30 au moment de la grande Dépression. Nous avons une femme un peu manquée qui a décidé de reprendre la route pour retrouver sa fille. Elle sera pardonnée pour ce qu'elle a fait à savoir la fuite des responsabilités. Mais bon, cela se terminera d'une manière qui nous laisse un peu pantois.

Quand on veut la liberté absolue, on ne fait pas d'enfant. Cela serait un petit peu la morale à retenir de ce récit qui fait dans la sobriété la plus absolue.

Nom série  Les Nombrils  posté le 17/10/2008 (dernière MAJ le 27/01/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les histoires de ces trois filles là (Jenny, Vicky et Karine) sont assez plaisantes à lire. Il y a véritablement une fraîcheur de modernité que j'apprécie notamment dans les dialogues. Cela pourra néanmoins paraître un peu puérile pour des garçons qui liront cette série qui semble d'abord destinée aux filles préadolescentes.

La réflexion qu'impose cette bd sous des abords comiques est plutôt celle-ci: le monde actuel est souvent superficiel... Accessoirement, il faut se méfier de ses meilleures amies. Les gags sont présentés sur une seule planche. Cependant, il y a derrière une véritable histoire qui évolue au fil des pages.

Les auteurs québécois d'origine (respectivement mari et femme) nous livrent une vision cynique de l'adolescence dans ce qu'elle a de plus égoïste et parfois cruel. Par ailleurs, le tome 7 paru en 2015 s'est vendu à plus de 170.000 exemplaires. En d'autres termes, c'est la 9ème bd la plus vendue en France cette année-là. Inutile de préciser le succès rencontré par cette série qui a trouvé son public.

Nom série  Dent d'ours  posté le 27/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai beaucoup aimé cette série injustement notée et qui pourtant mérite le détour. Une histoire avec trois points de vue différents selon le trio de personnage. Amour, Amitié et Aviation vont se conjuguer pour notre plus grand plaisir. Oui, nous avons la note triple A.

Tome 1 : Max

Trois amis d’enfance réunis autour d’une passion commune l’aviation mais la Seconde Guerre Mondiale se profile à l’horizon. Ils vont être séparés dans des camps adverses. Nous suivons surtout le parcours de Max qui est d’origine juive polonaise et obligé de fuir aux Etats-Unis afin d’échapper aux persécutions par les nazies. Cependant, il va être arrêté car soupçonné d’espionnage par l’armée américaine. Bref, tout ne sera pas rose et aussi clair que cela.

De nombreux flash-back mais qui sont faciles à suivre. On entre tout de suite dans l’ambiance. Il est question d’amitié bouleversée par la guerre. Yann réussit encore à nous surprendre avec cette belle fresque historique. Certes, c’est classique dans la trame et dans le dessin mais c’est diablement efficace. Il arrive toujours à apporter quelque chose qui retient l’attention des lecteurs. Bref, il possède le talent d’avoir la maîtrise dans un univers certes connu sur la montée du nazisme.

Un bon premier tome qui laisse augurer une aventure prometteuse.

Tome 2 : Hanna

J’ai bien aimé ce second tome. L’histoire prend un peu plus de temps pour se mettre en place mais c’est pour notre plus grand plaisir. Il est vrai que les choses sérieuses commencent. Les personnages ne nous laisseront pas insensibles. Certes, le trio amoureux n’est pas une chose nouvelle. Cependant, on succombe quand même. Les scènes d’action sont assez spectaculaires.

Pour la partie historique, on découvre à quel point les allemands avaient conçus des avions en avance sur leur temps à la fin de la Seconde Guerre Mondiale qui était perdu perdue pour eux. Mais il est vrai que l’aéronautique sert de prétexte à une aventure humaine beaucoup plus grande et complexe qu’il n’y parait. Bon à savoir : Hanna Reitsch a réellement existé. Les personnages sont réellement attachants.

Du côté du dessin, j’observe une assez bonne homogénéité. Oui, c’est classique mais il n’en demeure pas moins avec beaucoup de charme. J’ai même trouvé du dynamisme dans les scènes de combat aérien.

Un second tome très efficace.

Tome 3 : Werner

Il fallait réussir le tome de conclusion et c’est chose faite. Le scénariste évitera le piège de la précipitation. L’aventure est toujours aussi passionnante et cela le restera jusqu’au bout. Le scénariste a su garder un rythme constant dans la narration.

Une bonne utilisation des couleurs avec un rouge dominant. Les scènes de survol dans un Berlin en ruine sont assez éloquentes. On notera également un travail de recherche technique assez poussé. Que dire également de cette finesse des traits et du cadrage assez moderne ? Que du bien en tous les cas.

Une conclusion réussie avec un retournement inattendue mais qui laisse également place à une grande ouverture. On attend le prochain vol avec impatience sans doute dans un second cycle.


On observe une déclinaison assez intéressante de couleur au fil des couvertures. La première est de couleur clair à savoir bleu turquoise. La seconde s’assombrit avec l’utilisation du gris-marron.
La dernière est rouge sang. J’ai lu ces trois tomes dans un impeccable coffret réalisé par la maison d’édition. C’est irréprochable sur la forme. Sur le fond, on passe un excellent moment de lecture. Bref, c’est du solide !

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque