Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3948 avis et 612 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Edwin (Le Voyage aux Origines)  posté le 01/09/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Edwin est une bd qui est née à partir de la réussite d’un concours (le prix Raymond Legrand de la jeune création en 2013). Cela permet à de jeunes auteurs forts prometteurs de se faire connaître. Il est vrai que le projet était plutôt intéressant que de partir sur la recherche des origines de l’homme à l’époque victorienne d’un certain Darwin.

Cependant, ce voyage vers l’Afrique, berceau de l’humanité, va nous conduire dans un autre monde fantasmagorique et onirique. C’est une réelle surprise quant à la direction prise qui ne sera pas celle que l’on imaginait au départ. Il est clair qu’il fallait de l’audace et que cela surprend. Cependant, cela vient un peu comme un cheveu sur la soupe alors que rien n’y préparait.

On sent également l’influence de Léo et son bestiaire imaginaire des mondes d’Aldébaran. L’album est cependant assez atypique avec son propre style. Bref, on a affaire à une bd peu commune avec une fin assez surprenante.

Nom série  Lost Atlantide  posté le 01/09/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Après la débâcle d’ Atlantide Experiment, les auteurs ont décidé de remettre le couvert. Il en fallait de la volonté ; le lecteur est prévenu qu’il peut suivre indépendamment cette historie de l’œuvre mère. Cependant, on se rend très vite compte des implications et des croisements de certains personnages clés.

Là encore, au bout de 4 pages, on se rend compte qu’on s’est fourvoyé dans quelque chose d’indéfinissable qui nous dépasse mais pas dans le bon sens du terme. Les aller-retour dans le passé sont fastidieux ce qui rend la lecture très éprouvante. Bref, j’ai décroché assez rapidement d’autant que l’imprécision du dessin est assez manifeste.

Nom série  Atlantide Experiment  posté le 01/09/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Le thème de la perception extrasensorielle lié à une époque de Grèce antique m’attirait incontestablement tout comme la couverture. Je suis un peu gogo sur les bords. On est attiré puis on se rend compte que c’est par quelque chose de véritablement hideux sur le fond et la forme.

Le scénario se veut appliqué mais l’intrigue onirique ne tient guère en haleine. Oui, c’est une histoire à dormir debout. On se lasse déjà au bout de 4 pages. On se dit que cela va s’améliorer par la suite, que ce n’est qu’un mauvais passage. Mais non ! La débacle est totale. C’est franchement mauvais. C’est incompréhensible et les dessins sont horribles. La totale quoi !

Nom série  Front  posté le 01/09/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Front est le genre de BD assez militante mais sans aller jusqu’au fond des choses. C’est plutôt l’évocation d’une tranche de vie d’un groupe de collègues travaillant pour La Poste entre le courrier et l’agence bancaire. Cela commence d’ailleurs par une critique assez acerbe de ceux qui votent le Front (d’où le titre). Par contre, on ne dira rien sur ce qui a conduit ces gens à glisser dans l’urne le bulletin de vote d’un tel parti. Tout juste, on apprendra que l’un d’eux est un travailleur d’origine portugaise. C’est un peu comme si on tirait un boulet rouge mais sans avoir de munition.

Pour le reste, ce titre se concentre surtout sur les relations de travail. On apprendra que ce n’est pas la joie de vivre à la Poste sauf quand il y a une nouvelle qui joue la factrice ce qui aiguise tous les appétits. Franchement pathétique en ce qui me concerne. C’est plutôt une BD pour la France des fainéants. Il n’y a rien de véritablement passionnant car rien n’est construit. On regrettera cette absence de consistance et de direction. C’est une œuvre morose qui s’oublie assez rapidement.

Attention, ne pas la classer dans un thème politique malgré le titre car il n’y a rien. Par contre, c’est un constat plutôt amer sur le monde du travail entre l’hypocrisie et l’aliénation. Bref, cela ne donne pas envie de s’engager professionnellement. Une BD un peu démoralisante.

Nom série  Mlle Oishi  posté le 30/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une chronique douce-amère qui m'a plutôt touché. Une gentille jeune fille enjouée et sympathique tombe amoureuse d'un vrai looser. Il est fraîchement divorcé et lui dit qu'il va s'occuper d'elle, qu'elle n'a plus besoin de travailler. Il tombe alors au chômage. Elle découvre petit à petit qu'il a des dettes, beaucoup de dettes...

Il emprunte beaucoup d'argent à son père. Elle laisse faire croyant qu'il va changer mais la situation ne fait que s'empirer. Il achète une voiture avec l'argent prêté par le père de notre jeune fille. Par ailleurs, il passe tout son temps avec ses enfants du précédent mariage. Beaucoup de femmes se reconnaîtront dans cette situation où l'homme abuse car il est beau (surtout beau parleur).

J'aurais envie de dire à cette Mlle Oishi de prendre ses distances. Mieux vaut être seul que mal accompagné. Où sont les hommes ? On se le demande. Les relations amoureuses sont au centre de ce manga mais cela va plus loin car cela aborde également les difficultés du couple dans la vie quotidienne où il faut payer le loyer, les courses, les factures. J'ai bien aimé cet aspect là même si ce n'est pas très romantique.

Bref, je découvre un jôsei (à savoir un manga pour femmes) un peu original. Je n'ai pas trop l'habitude avec ce genre mais comme je suis très ouvert, j'essaye.

Nom série  Entretiens de Confucius  posté le 30/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai bien aimé ce manga de philosophie qui nous fait découvrir la pensée de Confucius. Ce n'est point religieux mais plutôt universel. On s'aperçoit que 2500 ans après, ce guide est toujours d'actualité malgré un monde qui bouge et pas que dans le bon sens. Les scènes d'introduction liées aux attentats du World Trade Center sont là pour nous le rappeler.

L'angle d'approche est celui d'une classe avec des élèves. Survient un professeur remplaçant déguisé en vache qui va faire la morale à ses élèves. Elle va avoir une grande influence sur la vie de certains de ses élèves. L'une ne vient plus en cours après un drame familial, l'autre est un peu dissipé, le dernier est le fils du directeur-adjoint qui semble régira sa vie. Je regrette juste cette approche d'humour un peu absurde que de transformer un professeur en vache. Ils apprécieront !

La mise en scène peut apparaître comme assez artificielle mais le but est de nous montrer des exemples précis de l'application des préceptes de Confucius. Le résultat est plutôt réussi même si c'est au prix d'avaler de nombreux clichés. Ces citations appellent véritablement à la réflexion. On regrettera juste une certaine forme de redondance.

J'ai été assez impressionné par le fait que ces maximes malgré leur ancienneté restent d'une modernité impressionnante. Confucius est un maître à penser et sa pensée ne peut avoir qu'un effet bénéfique sur l'homme du XXIème siècle. A lire sans modération par conséquent d'autant que c'est assez rare de retrouver cela en manga.

Nom série  Tokyo, fin d'un monde  posté le 30/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une histoire assez prenante. On peut dévorer les trois tomes d'un coup avec une intrigue rudement bien menée. Le thème est celui d'un homme venu du futur pour nous prévenir de l'imminence d'une grande catastrophe qui touchera Tokyo.

Le format est tout petit et cela ne paye pas de mine. Cependant, le graphisme est plutôt pas mal avec les traits des personnages plutôt bien retranscrit pour leur émotion. La qualité du dessin est au rendez-vous.

Néanmoins, le sens de la compréhension à toutes les questions qu'on se posait dans le premier volume va prendre un sacré coup dans le second. On va se trouver être noyé sous les flashbacks. Le lecteur va être un peu perdu d'autant que chaque action modifie le futur.

Bref, après un premier tome tonitruant, on sera un peu déçu par la suite. Cependant, on pourra constater que le dernier tome est beaucoup plus compréhensible comme si l'auteur avait eu conscience de ses erreurs.

Nom série  Gangsta  posté le 30/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas trop aimé ce seinen qui met en scène deux tueurs à gages aux personnalités opposées. Nick est taciturne et discret et par ailleurs, il est sourd. Warwick est plutôt quelqu'un d'extraverti. A noter qu'il a un oeil en moins ce qui lui donne un petit côté Albator. Leur chemin croise celle d'une femme qui va tout bouleverser dans leur vie de quartier.

C'est plutôt bien dessinée avec des personnages assez reconnaissables pour une fois. L'humour est présent en grand quantité. Cependant, il y a également tous les excès inhérent au genre manga. Cela peut énerver à la longue. Les informations sont données au compte-goutte. On ne sait pas par exemple qui sont les fameux indexés dont il est question.

Il est vrai que les histoires de mercenaires dans un milieu crapuleux ne m'intéresse guère. Ce seinen possède tout de même certaines qualités intrinsèques qui pourront plaire.

Nom série  Après l'orage  posté le 29/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le yaoi semble être un genre en pleine expansion actuellement. Il n'y a qu'à juger par la parution des nombreux titres que l'on peut trouver dans les différentes enseignes et maintenant dans les médiathèques. Le genre peut être totalement différent: du hard au plus soft.

En l'occurrence, il n'y aura pratiquement aucune scène sexuelle. Non, l'auteur va plutôt se concentrer sur la relation assez complexe d'un gay sur un hétéro. La narration semble être le point fort de ce one-shot avec un scénario parfaitement maîtrisé qui fera la part belle à tout le contexte professionnelle de notre principal protagoniste.

Ce manga paraît assez sérieux avec des personnages assez réalistes qui sont ancrés dans la réalité ce qui diffère de la plupart des autres mangas que j'ai pu lire. Il est cependant dommage qu'on a l'impression de trouver les mêmes personnages d'un manga à l'autre. On se croirait parfois dans Les Gouttes de Dieu. Est-ce qu'il n'y a pas de variation dans le manga pour la représentation d'un héros ?

On appréciera également la présence des femmes dans ce yaoi. Ce qui est traité, c'est surtout les moeurs amoureuses et cela n'a pas de frontière.

Nom série  Un bol plein de bonheur  posté le 29/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un bol plein de bonheur apporte un témoignage émouvant du rôle que doit jouer normalement une maman. C'est vrai que c'est assez moralisateur mais il n'y a aucun mal à faire apprendre le respect à son enfant ainsi que de bonnes valeurs. Il est vrai que l'amoralité et l'anticonformisme sont plutôt à la mode ces temps-ci. Ce manga semble être à contre-courant et c'est pour mon plus grand plaisir.

La volonté de cette femme qui a décidé d'élever seule son enfant devant un mari incompétent et alcoolique mérite qu'on s'y attarde. La vie est parfois très difficile dans les milieux populaires. Cet exemple est à suivre car il montre qu'on peut réussir à force de volonté. J'aime croire à cette idée qu'on se forge son propre destin et qu'il ne faut pas céder à la facilité. C'est une question de responsabilité et non d'assistance.

Ce seinen est une oeuvre assez touchante. C'est vrai qu'on pleure toutes les deux pages. Mais alors, qu'est-ce que cela fait si c'est pour la bonne cause ? Le pathos peut également nous ouvrir les yeux et surtout le coeur. Oui, c'est ce qui manque dans ce monde de brut. Bref, une lecture indispensable.

Nom série  Ares  posté le 29/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ares est un titre qui plaira vraisemblablement aux plus jeunes fans du genre manwha d'action. Cela se laisse lire mais l'envie n'y est pas en ce qui me concerne. Ce n'est pas très original comme fresque épique et le graphisme est plutôt assez fade. Ce titre ne se démarque pas du lot mise à part qu'il est coréen. Suis-je en train de faire une trop grosse ingurgitation de mangas au point de rupture ? A vrai dire, nul ne le sait.

Le royaume de Chronos est un monde imaginaire situé dans une sorte de période médiévale. Les guerres entre royaumes sont dévastatrices. Il faut alors recruter un plus grand nombre de soldats. Pourquoi pas des enfants d'autant que le repas est gratuit ? Oui, c'est le genre d'argument qui mène nos deux héros à se battre au péril de leur vie. J'ai une autre suggestion: faire un régime.

Nom série  Evil Heart  posté le 28/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai eu du mal au début avec ce manga à cause de la personnalité turbulente du petit Uméo. Cependant, petit à petit , on arrive à comprendre ce que cache cette violence. Certes, on évitera pas tous les poncifs du genre avec par exemple l'étranger européen qui apprend les arts martiaux en prônant la non-violence. L'aikido a d'ailleurs le vent en poupe dans notre pays.

Bref, c'est le genre de manga qu'il ne faut pas lâcher au début mais laisser une chance de prendre. Il a des qualités mais également des défauts inhérent au genre. Autre chose qui m'a un peu marqué: c'est le troisième manga d'affilée que je lis où des enfants sont obligés de vivre tout seul sans leurs parents pour diverses raisons qui se justifient ou pas. Cela serait impensable en France. Est-ce que cela se pratique vraiment au Japon ? Bon, en tout cas le procédé nous permet de suivre les aventures de ce petit garçon et de sa soeur qui n'ont réellement pas eu de chance dans leur vie.

Nom série  Summer Wars  posté le 27/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Summer War est un avatar de War games. Un jeune lycéen doué en math doit lutter contre une intelligence artificielle qui prend les commandes des ordinateurs du Japon pour provoquer des catastrophes à répétition. On suit également les aventures sentimentales de ce Kenji (à ne surtout pas confondre avec le chanteur à succès ayant gagné la saison 3 de The Voice).

C'est un divertissement un peu sucré mais assez bien dessiné et on se laisse prendre au jeu. Le thème sera celui du piratage informatique. Des combats, de l'humour, une romance : tout y est dans ce manga pour nous faire passer un agréable moment de lecture. Cependant, cela reste trop léger à mon goût. Cela plaira aux plus jeunes sans révolutionner le genre.

Nom série  Darwin's Game  posté le 27/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’aime bien le synopsis qui nous dit que ce titre est un jeu de bataille implacable qui oscille entre Gantz et Battle Royale. Cela s’appelle faire diversion ou tourner autour du pot. Cela ne trompera pas les connaisseurs : c’est une copie ou variante de King's Game avec l’utilisation du même procédé : le portable téléphonique. On s’étonnera après que je n’en possède point. Pas de portable, pas de jeu mortel de type fight club.

Maintenant, après lecture, je dois dire que j’ai bien aimé malgré l’absence d’originalité. C’est assez efficace avec un graphisme moderne impeccable. On est vite pris par ce jeu de terreur avec ce scénario haletant. Il y a une quasi-absence de temps mort. Nous avons là une bonne trame avec des rebondissements percutants.

J’ai l’impression que c’est même une version un peu améliorée de King's Game. On avait reproché à ce dernier titre l’absence des adultes et de la police devant l’amoncellement de ces tueries. Or, en l’occurrence, la police est bien présente mais un peu inefficace à vrai dire. Les erreurs de King’s Game ont été corrigées pour donner plus de crédibilité à ce récit horrifique.

Ne nous y trompons pas : les morts sont réellement horribles. On s’étonne que les meurtriers tuent des journalistes en direct pour tout balancer sur le net car ils filment depuis leur téléphone portable. C’est un genre de lecture que je n’aimerais pas que mon ado lise. L’influence peut être assez néfaste. J’ai été dégouté par cet excès de violence et de corps trucidés voire découpés. On est sans doute allé trop loin dans ce domaine. Oui, cela ne fera pas dans la dentelle !

Depuis que la terre existe, 99% des espèces ayant existé à l’origine ont disparu. Bientôt, cela sera le tour de l’homme.

Nom série  Rock  posté le 26/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
De désolation en consternation
De crucifixion en abnégation
De flagellation en dévastation
D’affliction en démoralisation

Décadence et abâtardissement
Déchéance et abaissement
Fustigation et pénitence
Consommation et pestilence

Voici ce que m’inspire ce manga calamiteux
Du mal dessiné, du minable, de l’affreux
Du sous Paris Hilton, il faut le faire !
Reléguer à des œuvres moins populaires

Chronique sociale d’une certaine Rock épousant de suite un certain Astro
Dont la sœur Spica va la transformer en une sorte de mannequin bobo
Astro trompe Rock qui s’en va
Et qui retourne le cœur de Spica.

Rarement, on aura vu pareille débilité
Qui confère à une certaine médiocrité
Un manque de subtilité flagrant
Qui conduit à un ennui navrant.

Nom série  The door to the closed mind  posté le 25/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Malgré un titre en anglais, c'est bien un manga en français. Il est vrai que cela fait plus chic dans la langue de Shakespeare. Pour le reste, nous avons un yaoi qui ne casse pas réellement des briques.

En réalité, nous avons plusieurs petites histoires tournées autour de romances homosexuelles. Bon, nous sommes assez loin du niveau du Secret de Brokeback Mountain ! La littérature gay peut également produire des hauts et des bas.

Le thème exploité semble celui de la soumission. A vrai dire, là encore, j'ai nettement préféré 50 nuances de Grey dont je suis fan. En l'occurrence, les intrigues ne sont guère divertissantes. Le charme n'opère point même si le graphisme est plutôt correcte avec des personnages assez bien dessinés.

Nom série  Silver Diamond  posté le 25/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Silver Diamond est un manga shōnen-ai de Sugiura Shiho. Il a été prépublié entre 2003 et 2012 dans le magazine Ichiraci1 et a été compilé en un total de 27 tomes par l'éditeur Tosuisha. Le dernier tome paraîtra en novembre 2015. A noter qu'il ne s'agit pas d'un yaoi malgré des couvertures assez trompeuses.

En gros, nous avons un étudiant de 17 ans qui est en réalité un sanome. Qu'est qu'un samone ? C'est une personne qui peut faire pousser les plantes rien qu'en les effleurant. Oui, tout cela est très végétal. C'est sans compter sur les ayames qui sont des créatures qui se nourrissent d'êtres humains. Le suspense sera à son comble: non je rigole !

Ce shojo m'a paru assez insipide à la lecture malgré la mise en scène d'un autre univers alternatif à notre réalité. Au niveau du dessin, les traits des personnages sont assez fins. Les cases de dialogues sont plutôt surchargées. L'outrance est encore de mise. A noter que l'intrigue n'avance pas. On abandonnera vite cette lecture stérile qui n'apporte pas grand chose. Néanmoins, j'admets qu'il y a pire comme manga.

Nom série  L'Expédition  posté le 03/11/2012 (dernière MAJ le 25/08/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'expédition met en scène des légionnaires romains installés en Egypte qui décident de traverser le grand désert pour découvrir de nouvelles civilisations inconnues pouvant leur apporter des richesses. Rome avait en effet une grande soif d'or. L'idée est assez intéressante dans son principe. J'ai lu récemment une étude sérieuse qui indiquait qu'une légion de soldats romains s'étaient perdus jusqu'aux confins de la Chine. Il est dès lors possible qu'une autre ait pu rejoindre les territoires de l'Afrique Centrale. Cela demeure qu'une théorie jusqu'à preuve du contraire.

Il est dommage que le dessin soit si noirci qu'on ne distingue à peine les détails avec une mise en couleur assez terne pour couronner le tout. Par ailleurs, certains passages comme l'engagement des dix mercenaires m'ont paru interminables. Quand le récit commence à devenir intéressant après une bonne introduction, c'est déjà la fin. on se rend compte qu'il ne s'est pas passé grand chose. Je serai quand même très curieux de voir la suite car cela s'inscrit dans le cadre de ces aventures exotiques assez prenantes.

Le second tome nous entraîne dans cette Afrique mystérieuse où le danger guette. Beaucoup y perdront la vie parmi les légionnaires romains. Cet épisode est également marqué par le thème des dissensions internes. Je regrette également que des visages sont aussi ressemblants ce qui entraine un peu de confusion. C'est un plaisir que de découvrir une civilisation noire riche et puissante qui a pourtant été en marge de l'Histoire. Bref, une aventure de bonne facture.

Nom série  Femme fatale  posté le 24/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Entre le titre et la réalité, il y a un monde. Je croyais m’aventurer dans l’un de ces thrillers sulfureux jouant sur le thème de la femme fatale. Je me retrouve sur un manga pour pré-adolescents pubères bourré d’onomatopées et de dialogues stériles. D'ailleurs, il y a une surcharge des cases et des dialogues assez épouvantables. Plaisir de lecture : nul.

L’auteur revisite la trame du trio amoureux sur fond universitaire. L’originalité viendrait du fait que le personnage féminin n’a pas la grâce d’une vraie femme. Oui, elle ne dit pas ce qu’elle pense ce qui la rendrait assez fatale. N’importe quel gars la zapperait aussitôt. C’est réellement une lecture prise de tête comme on en voit rarement.

La série est prévue en 3 tomes au Japon. Cela sera sans moi pour la suite et même sous la contrainte. La médiocrité ne m'attire pas.

Nom série  Pékin, années folles  posté le 24/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Drôle de titre : Pékin, les années folles. Oui, on peut dire que Paris a connu des années 20 assez folles après les massacres de la Première Guerre Mondiale où les gens ne pensaient plus qu’à s’amuser. Peut-on en dire autant de la Chine des années 20 ? Les férus d’histoire savent que les années 20 dans ce pays furent marquées par des troubles et par la guerre. Cependant, ce manga va zapper tout le contexte historique pour ne s’intéresser qu’à l’opéra de Pékin et ses acteurs devant également interpréter des rôles féminins. A noter que les femmes n’avaient pas le droit d’être comédienne. On se dit alors que les années folles, cela doit être lié à cette ambivalence douteuse.

Le dessin de Sumeragi est assez austère. Le propos également. On entre dans une société où c’est le grand-père qui décide de toute la destinée familiale. Ainsi, les mariages sont arrangés et les métiers sont paramétrés par le vieux patriarche. Pour gagner sa liberté, il faut fuir le vieux et ainsi accomplir son destin. C’est le cas d’un jeune homme qui souhaitait être acteur à l’opéra de Pékin. Il faut savoir que cet établissement né à la fin du XVIII ème siècle est considéré comme un trésor en Chine.

Je disais que l’opéra de Pékin est un art exclusivement masculin. En effet, un empereur avait banni toutes les artistes féminines de Pékin en 1772. Cependant, ces dernières réapparaissent sur scène au cours des années 1870 mais secrètement. On devine dès lors l’inspiration d’une œuvre comme Mulan. D’ailleurs, on ne reconnait pas les personnages féminins ou masculins dans cette œuvre ce qui complexifie la compréhension.

Au final, je n’ai pas plus aimé que cela. Le sort des personnages m’importait peu. Cependant, on apprend des choses sur le fonctionnement de ce mythique opéra qui constitue l’un des points de culture de la Chine.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 198 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque