Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 694 avis et 188 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  A Silent voice  posté le 23/01/2015 (dernière MAJ le 30/01/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Franchement pas mal (3,5/5) arrondi à Franchement bien.

A Silent Voice raconte le calvaire d'une jeune élève handicapée pour qui une scolarité normale est tout simplement impossible du fait de la cruautés de certains de ses "camarades" de classe : tout est prétexte à la rabaisser, à l'humilier et invariablement elle est obligée de changer d'école, en espérant que dans la prochaine cela ira mieux.

Dans les premiers tomes, qui se passent à l'époque des brimades, le un récit ne fait pas dans la dentelle ni dans la demi-mesure, il reflète sans doute le triste quotidien de certains élèves différents au Japon et dénonce un phénomène connu sous le nom de "Ijime". Si la série réussit à aller plus loin que cet étalage de brimades, elle aura gagné son pari (et son point de plus).

A partir du tome 2, et c'est là que la série est tout à fait originale, le récit se déroule quelques années plus tard quand l'ex-tortionnaire tente de se racheter et qu'il découvre l'amitié et la complexité des rapports humains. Et ce n'est pas si simple ! Entre les contradictions de chacun, les non-dits et les amours inavoués, les uns se rapprochent, les autres s'éloignent et quand on croit que tout est arrangé, l'impensable arrive.

Le prochain tome (le 7ème) sera le dernier, j'espère une fin à la hauteur du récit.

Une jolie série.

Nom série  Barakamon  posté le 06/12/2012 (dernière MAJ le 25/01/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série porte rudement bien son nom ! "Barakamon" est une expression du sud du Japon qui signifie "avoir la pêche" et on peut dire que les personnages de cette histoire ont une bonne humeur communicative et ce n'est pas désagréable du tout pour le lecteur.

L'histoire est celle d'un jeune, beau et talentueux calligraphe de 23 ans, un peu imbu de sa personne qui, un jour, envoie assez violemment balader un conservateur de musée qui venait de critiquer son art. On l'envoie alors "se ressourcer" au fin fond d'une petite île du sud de l'archipel japonais, dans un coin paumé et bien loin de ses habitudes de citadin. Le calligraphe espère au moins pouvoir travailler tranquille mais va vite se rendre compte que ce n'est pas comme ça que cela fonctionne et que l’ingérence dans la vie privée d'autrui est monnaie courante sur l'île : ça commence par une petite gamine de 7 ans (qui fait furieusement penser à Yotsuba de la série Yotsuba&) qui ne le lâche pas d'une semelle dès son arrivée et ça continue avec le maire, la femme du maire, leur fils, des collégiennes, un instituteur et tous les autres gamins du village... Viennent ensuite se greffer des amis d'enfance et un jeune calligraphe qui va faire concurrence à notre héros.

Cette série est constituée de chapitres qui racontent chacun une tranche de vie de notre citadin confronté à la vie à la campagne et à ses habitants. C'est drôle mais aussi instructif car on apprend des choses sur les traditions japonaises locales (comme le lancer de boulettes de riz pour l'inauguration d'un nouveau bâtiment) et appétissant (la gastronomie locale est mise à l'honneur, et on nous donne même des recettes de cuisine ! ).

Graphiquement, pas de surprise : c'est du manga "classique" mais bien réalisé dans son genre. il n'y a pas de quoi se pâmer devant le dessin, mais il fait très bien son office. J'aime beaucoup aussi le choix qui a été fait de conserver les titres de chapitre en VO (écrits phonétiquement à l'occidentale) avec leur traduction dessous.

Notre maître calligraphe finit par prendre goût à la vie au grand air et en redemande, ça tombe bien, moi aussi !

Le T8 démarre un peu lentement, mais on se retrouve assez vite au coeur d'un enterrement ce qui donne une ambiance toute particulière à l'histoire, on en apprend un peu sur les traditions locales et la petite bande de gamins et de jeunes qui gravitent autour de Maître Handa vivent ces moments à leur manière, toujours agréable à suivre.

Le T9 tourne autour d'une compétition inter-villages, Maître Handa y participe un peu contraint et forcé. C'est très amusant et toujours aussi agréable à suivre. Notre maître calligraphe s'intègre décidément de plus en plus dans ce petit village.

Les tomes 10 et 11 voient débarquer (et repartir) sur l'île les parents du jeune maître ! Entre un père vénéré et vénérable et une mère poule hyper émotive, le séjour ne sera pas de tout repos, pour personne ! Surtout qu'ils veulent (ou pas) marier leur fils avec un mariage arrangé qui ne fait pas vraiment l'unanimité sur l’île...

Une série à suivre, qui donne le sourire et qui ne perd pas le rythme même après 11 tomes !
Franchement pas mal du tout, arrondi à 4/5 pour la bonne humeur communicative.

Nom série  Kasane, La Voleuse de Visage  posté le 25/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Kasane est une jeune fille moquée par ses camarades de classe à cause de la laideur de son visage. Elle a récemment perdu sa mère, une immense actrice réputée notamment pour sa beauté hors du commun (un comble). Sur son lit de mort, cette dernière a donné à sa fille un bâton de rouge à lèvre magique censé lui permettre à l'avenir de prendre possession de tout objet convoité en l'embrassant avec les lèvres ainsi maquillées.
Kasane (la voleuse de visage comme l'indique le titre de la série) va finir par utiliser cet objet pour prendre, provisoirement, l'apparence d'autres jeunes filles et vivre sa passion pour le théâtre sans avoir à subir les railleries incessantes qui faisaient son quotidien jusque là.

Le premier tome est pas mal, Kasane se retrouve assez rapidement confrontée à de cruels dilemmes : voler ou pas le visage d'une jeune fille qui n'était pas méchante avec elle mais qui, au contraire, semblait vouloir être son amie, se poser des question sur les raisons de la notoriété de sa mère et de qui elle était avant cette époque dorée, affirmer ses talents de comédienne cachée derrière un masque, etc, etc.

Le dessin est correct sans être extraordinaire, il est un bon support pour l'histoire.

Je reste circonspecte sur le nombre de tomes que va compter la série au final, 7 déjà parus, ça ressemble bien à une série à rallonge "bon filon" : je vois mal ce qui peut faire tenir le récit aussi longtemps.

Quoi qu'il en soit, je reconnais ne pas être la cible officielle de cette série, et j'imagine bien que chez les "plus" jeune elle fasse un carton (en tout cas c'est ce que laisse croire la publication de l'éditeur).

Nom série  Underwater - le village immergé  posté le 18/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'attendais avec impatience la sortie de cette nouvelle série de Yuki Urushibara, dont j'ai déjà lu et très apprécié la série Mushishi.

Pour rendre hommage au style incomparable de l'auteur, Ki-oon a eu la très bonne idée d'éditer cette série (qui comportera deux tomes) dans sa prestigieuse édition "Latitudes" et c'est une excellente initiative : rien que la couverture et les premières pages en couleur sont une invitation irrépressible à plonger sous l'eau et à suivre Chinami dans son voyage extraordinaire.

Chinami, notre héroïne donc, est une collégienne qui, lors d'un entrainement d'athlétisme en pleine canicule, perd connaissance et se réveille sur les berges d'une rivière inconnue. Il s'avèrera au fil des pages que cette rivière coule à proximité du village natal de ses parents, village immergé depuis des années suite à la construction d'un barrage.

Entre mystère, traditions, légendes, souvenirs et voyage dans les souvenirs de plusieurs générations de villageois, on découvre l'histoire de ce village et de certains de ses habitants.

J'adore le style graphique de l'auteur, il se dégage quelque chose de zen et de reposant de ces pages, il y a de la poésie et du mystère, je suis fan. A lire et posséder sans hésitation.

Nom série  Last Hero Inuyashiki  posté le 05/09/2015 (dernière MAJ le 02/12/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Last Hero Iuyashiki met en scène un super héros d'un genre particulier : il n'est ni jeune, ni beau, ni musclé !

En fait ce "vieux" (58 ans) bonhomme est un simple père de famille, qui vit au jour le jour une relation houleuse avec sa femme (bien plus jeune que lui) et ses deux enfants adolescents (qui, honteux de son grand âge, le désignent comme leur grand-père devant les copains). Quoi qu'il fasse, c'est ringard ou malvenu, même quand il achète enfin une maison pour sa famille, seules les critiques pleuvent. Et pour couronner le tout, on lui annonce qu'il est atteint d'une maladie incurable et qu'il lui reste peu de temps à vivre...

Face à l'indifférence de ses proches, il s'isole et fait alors une rencontre très particulière qui va changer le cours de sa vie et faire de lui un super héros très particulier. Sauf qu'au même moment un individu beaucoup moins recommandable fait la même rencontre et l'on va se rendre compte au tome 2 que nos deux protagonistes n'en font pas du tout le même usage...

Graphiquement très réussie, cette nouvelle série chez Ki-oon traite d'un sujet pour le moins original et met en scène une génération qui n'a pas souvent les honneurs du premier rôle.

Sympathique, et à suivre (4 tomes en cours en VO)

Nom série  L'Oiseau Bleu  posté le 11/11/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nouvel opus de qualité dans la collection "Latitudes" de chez Ki-oon !

L'auteur (Takashi Murakami), déjà connu pour Le Chien Gardien d'étoiles (que je n'ai pas lu), nous offre ici un récit constitué d'une série d'histoires courtes toutes reliées entre elles dans le temps et dans l'histoire d'une famille marquée par le drame de la perte d'un être cher.

Personnellement ce n'est pas le premier récit qui m'a le plus marquée, même si ce qu'il raconte est particulièrement horrible (la perte d'une enfant dans un accident de la route et le coma puis l'état végétatif de son conjoint également victime de l'accident). J'ai commencé à être touchée par la poésie et la force du récit dans les dernière pages de cette première partie (quand le mari quitte son état de coma et "laisse partir" son enfant - et donc comprend ce qu'il se passe) et dans toutes les autres histoires qui nous sont contées dans ce recueil : l'histoire du grand père lorsqu'il était jeune, la vie de la jeune maman qui tente de s'occuper de son mari, la vie des grands parents, etc...

L'oiseau Bleu est un récit qui prend de l'ampleur et de l'épaisseur au fil des pages, une histoire dont les fils se croisent et se recroisent chapitre après chapitre et qui sait toucher le lecteur tout en subtilité, bref : une petite perle à lire absolument.

Nom série  Ad Astra  posté le 09/07/2014 (dernière MAJ le 11/11/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ad Astra, c'est la nouvelle série historique de chez Ki-oon après Cesare (série sur laquelle je ne taris pas d'éloges). Il est question ici de nous raconter l'histoire d'Hannibal, du conflit entre Carthage et Rome et de l'épopée qui mena Hannibal et ses troupes et ses éléphants à travers les Alpes pour affronter l'armée romaine menée par le légendaire tacticien Scipion.

Encore une fois, Ki-oon nous offre une série on ne peut plus instructive, plus facile d'accès je trouve que Cesare car moins dense mais tout aussi intéressante pour qui veut épaissir un peu la fine couche de sa culture. Il faut dire que c'est toujours plus agréable à aborder sous la forme d'un manga que derrière son pupitre d'écolier...
Scipion commence à sortir de l'ombre au cours du T4, Hannibal doit faire machine arrière mais c'est pour mieux revenir à la charge grâce à ses talents de tacticien au tome 5 lors de la tristement célèbre bataille de Cannes, aujourd'hui encore considérée comme un chef d’œuvre tactique.
Le T5 est plutôt sanglant dans son ensemble, les hommes d'Hannibal remportent la victoire mais ne se contentent pas de la victoire, ils prennent leur dû dans les villages voisins : un épisode dont je me serais bien passée, personnellement, mais qui met en avant un nouvel ennemi juré pour le carthaginois.
Au tome 7 Hannibal subit son premier revers face à Scipion et Marcellus... et commence à subir les fortes tête au sein de son propre camp...

Comme Cesare, Ad Astra est recommandé par "Historia", on peut donc supposer que l'auteur ne prend pas trop de libertés avec la réalité historique.

Une série à posséder sans aucun doute.

Avis et note à affiner par la suite, pas mal du tout pour les quatre premiers tomes parus à ce jour.

Nom série  Secret  posté le 12/07/2015 (dernière MAJ le 04/11/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Judge et Doubt, Yoshiki Tonogai nous revient donc avec un nouveau thriller à têtes de lapins : "Secret".

Un car scolaire a eu un accident de la route, faisant des dizaines de victime parmi les élèves d'une classe de 1ère. Alors que les quelques rescapés sont suivis psychologiquement par un spécialiste, celui-ci, lors de leur dernière séance, accuse, sans les désigner, 3 d'entre eux d'être des meurtriers. Il leur donne alors 1 semaine pour se dénoncer, avant qu'il le fasse lui-même. Commencent alors à surgir doutes, soupçons et secrets inavouables au sein du petit groupe. Le tome 2 lève le voile sur quelques-uns des décès mais noircit un peu plus la personnalité d'un des élèves... Suite et fin au prochain tome !

3 tomes sont prévus pour cette série, qui promet donc de ne pas trainer en longueur et de garder toute son intensité jusqu'à sa conclusion. C'est un bon point.

Les fans du genre et de l'auteur seront donc servis, les autres y verront peut-être une n-ième variation sur un même thème, manquant sans doute un peu d'originalité.

Pas mal, mais pas révolutionnaire. Une bonne petite série pour l'été (et l'hiver) !

Nom série  Bride Stories  posté le 09/03/2012 (dernière MAJ le 02/11/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai commencé cette série en lisant d'un trait les 3 tomes déjà parus de cette série à l'époque et je fus tout bonnement épatée par la qualité du dessin de Kaoru Mori.

Il y a dans ces pages un souci du détail incroyable, notamment au niveau des costumes (et en particulier de celui d'Amir, l'héroïne de l'histoire) ou encore de l'architecture des bâtiments et du bois sculpté en particulier. A côté de certaines productions dont le vide graphique est assez vertigineux, on tient ici un véritable travail d'orfèvre. Il y a quelques temps on avait mis sur le forum le lien vers des vidéos montrant la dessinatrice à l'œuvre, ça vaut vraiment le coup d'oeil (http://blog.kurokawa.fr/2009/10/14/kaoru-mori-vous-donne-un-cours-de-dessin/).

Je me suis laissée dire que Kaoru Mori était tellement perfectionniste qu'elle était parfois obligée de se chronométrer pour ne pas passer plus de 15 minutes par vignette afin de tenir les délais de livraison de ses planches...

L'histoire quant à elle est tout à la fois sympathique et instructive. Elle tourne au départ autour de deux personnages mariés pour unir les clans de leurs familles respectives et nous apprend pas mal de choses sur les mœurs des populations d'Asie Centrale à l'époque (cela va des traditions sur le mariage au nomadisme, en passant par les conflits avec la Russie ou encore la gastronomie - fort appétissante d'ailleurs - ou les techniques de construction ou d'élevage). On sent que Kaoru Mori s'est véritablement passionnée pour cette région et cette époque et qu'elle s'est beaucoup documentée pour écrire son histoire.

Le T4 continue sur la lancée des 3 premiers, la qualité graphique est toujours au rendez-vous, l'apprentissage des traditions locales aussi, avec en plus une histoire très drôle et pleine de peps autour de ces jumelles intenables qui cherchent par tous les moyens à trouver leurs futurs maris.

Le T5 termine le cycle commencé avec les jumelles à marier pour revenir vers les personnages du début de la série, que j'ai retrouvés avec plaisir. Graphiquement c'est toujours au top et l'auteur marie avec talent humour et contenu instructif. J'aime beaucoup aussi les quelques planches à la fin où elle se met en scène elle-même pour nous raconter sa vie d'artiste, c'est plutôt amusant !

Le T6 emmène le lecteur sur le champ de bataille, visiblement parce que l'auteure voulait dessiner des chevaux, plein de chevaux (comme elle le dit elle même en fin de volume)... j'avoue que j'ai trouvé l'intrigue moins intéressante, sans doute parce qu'elle se prête moins au cocktail histoire/humour que j'appréciais dans les tomes précédents. Rien de grave cependant.

J'ai moins été emballée par le T7 qui, pour instructif qu'il est encore une fois, est également plus voyeur. Personnellement, j'y ai vu beaucoup plus de femmes dénudées que nécessaire à mon goût.

Une série pleine de qualités donc, malgré quelques orientations qui m'intéressent moins parfois, tant au niveau graphique que scénaristique. J'attends la suite avec impatience.

Nom série  Kamakura Diary  posté le 28/04/2013 (dernière MAJ le 28/10/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Akimi Yoshida a eu le prix d'excellence au Japan Media Arts Festival, a été nommée au Ozamu Tezuka Prize et a eu la 3ème place au Manga Taisho Award avec le premier tome de cette série. Kana le mentionne d'ailleurs par un sticker collé sur la couverture du tome 1 et j'avoue que ça a pas mal joué, en plus de style graphique, de l'histoire et de l'esthétique de la couverture, pour me convaincre d'entamer cette nouvelle série qui est ma foi fort sympathique.

Tout commence avec l'annonce de la mort de leur père à trois sœurs qui n'ont pas vu ce dernier depuis quinze ans, lorsque ce dernier a quitté sa femme pour une autre avec qui il a eu une fille. Les deux plus jeunes se rendent aux funérailles et font alors la connaissance de leur demi sœur (Suzu, une jeune fille de 14 ans) qui va décider de tout quitter pour venir rejoindre ses trois sœurs à Kamakura.

L'auteur va donc nous raconter la vie de ces jeunes filles, comment elle vont faire connaissance et apprendre à vivre ensemble, comment chacune vit à sa façon la disparition du père, comment la plus jeune s'intègre à sa nouvelle vie. Le 3ème et dernier chapitre du tome 1 d'ailleurs est presqu'entièrement consacré à l'intégration de la Suzu dans sa nouvelle école.

Graphiquement c'est assez réussi, c'est propre et sans fioriture, dans un style réaliste avec quelques rares déformations (souvent dues à des excès de boisson...).

Sans raconter de choses extraordinaires ni non plus follement passionnantes, cette série a réussi à m'accrocher par sa fraîcheur, sa spontanéité, son humour et ses petites anecdotes historiques ou culinaires. J'aime bien me plonger de cette manière dans la vie quotidienne nippone. Je lirai donc avec plaisir la suite des aventures de cette famille recomposée.

J'ajoute qu'une adaptation au cinéma par Hirokazu Kore-eda ("Notre petite soeur") sort en France le 28/10/2015.

Nom série  Unlucky Young Men  posté le 09/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ki-oon frappe de plus en plus fort avec la qualité d'édition de ses sorties exceptionnelles : après la collection Latitudes (grand format), voici le Latitude hard-cover : du grand format avec couverture cartonnée !

Unlucky Young Men c'est le titre d'un scénario de film que tente d'écrire un des protagonistes de l'histoire, "T", accessoirement barman et humoriste raté (et accessoirement, d'après ce que j'ai compris Takeshi Kitano dans sa jeunesse - faut le savoir). Ce dernier fait la connaissance de "N" - Norio Nagayama (vrai voleur et tueur en série de l'époque aussi) qui tente de démarrer une nouvelle vie à Tokyo et qu'il souhaite embarquer dans son projet cinématographique mais gravitent autour d'eux des personnages plus ou moins recommandables souhaitant profiter d'eux pour soutenir leur lutte terroriste. Se greffent là dessus quelques petites histoires secondaires qui enrichissent le récit tout en mettant en lumière certains épisodes plus ou moins reluisants de la vie de certains.

L'histoire se passe à Tokyo en 1968, année agitée au Japon avec ses émeutes étudiantes. Elle met en regard les émotions des personnages avec des poèmes du (célèbre) Takuboku Ishikawa. Le parallèle est pour moi plus marquant en deuxième lecture (que je suis en train de faire). Elle est très bien illustrée par les dessins de Kamui Fujiwara. Comme tous les mangas "historiques" elle instruit mais du coup, les clins d’œil qu'elle fait aux célébrités de l'époque en ne donnant que l'initiale de leur prénom ne sautent pas forcément aux yeux des incultes et provoquent plutôt la confusion (je me demande bien pourquoi les vrais noms ne sont pas cités, comme certaines villes ou universités parfois dans d'autres mangas).

Une seconde lecture s'avère pour moi nécessaire pour apprécier pleinement ce tome 1.

Comme Spooky je lirai la suite et fin par curiosité et pour ma culture personnelle.

Nom série  The Arms Peddler  posté le 03/02/2012 (dernière MAJ le 18/09/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah bah voilà un dessin qu'il est soigné et réussi ! Après un feuilletage rapide, cela m'a fait penser au style précis de Makoto Yukimura dans Vinland Saga, en y regardant de plus près le trait est moins "net" mais tout aussi détaillé et maîtrisé.

Les paysages désolés de ce monde post-apocalyptique, les personnages humains ou non (j'adore le personnage du Garon, géant mi homme mi fauve du tome 1) sont très réussis. Le récit est bien construit, clair et facile à suivre : une marchande d'armes mystérieuse et solitaire recueille un petit garçon dont toute la famille a été massacrée, ce dernier se retrouve alors obligé de la seconder aveuglément jusqu'au paiement complet de la dette induite par ce sauvetage. Les voilà donc associés dans de périlleuses missions dans un monde sans pitié.

A l'issue de ce premier tome on nous a présenté les personnages et planté le décor de manière efficace, on sait où l'on est et où l'on veut tenter d'aller. Sona, le petit garçon orphelin recueilli par la mystérieuse marchande d'armes sans scrupule, est sympathique et attachant. La palette de personnages est très riche : mercenaires, guerriers, enfants, princesses prisonnières, zombies, sorciers, villageois, esclaves, marchands d'esclaves, soldats, vampire, morts-vivants et autres créatures imaginaires : il y a de quoi faire.

Le risque encore et toujours avec les mangas est que la série s'éternise et finisse par s'essouffler. En effet, au rythme auquel le petit garçon amasse ses pièces d'or ou d'argent pour tenter de rembourser sa dette et de retrouver sa liberté, il va en falloir des tomes avant qu'il arrive à son but...

J'attends la suite avec un grand intérêt. Franchement pas mal du tout comme premier tome.

Après lecture des 4 premiers tomes : je craignais que le récit s'essouffle tome après tome, en fait ma crainte maintenant est qu'il parte dans tous les sens au fil des modes du moment... Je m'explique : au tome 3, nos héros, en tentant d'échapper à des chasseurs de tête, se retrouvent dans un forêt magique qui va s'avérer être un repère de vampires. Personnellement, ça m'a plus donné l'impression d'un changement de thème dicté par je ne sais quel sondage d'opinion fait auprès des lecteur du magazine dans lequel la série a été pré-publiée que d'une réelle construction de scénario prévue comme ça au départ... (mais j'ai peut-être zappé des choses dans le T1 aussi).

Je reste confiante malgré tout car on en sait maintenant un peu plus sur Garami et son objectif, on verra bien ce que cela donnera par la suite.

Le dernier chapitre du T4 est un "bonus" (une petite histoire indépendante), sauf qu'on ne l'apprend que si on lit les commentaires de l'auteur, en toute fin de volume... j'ai quand même eu un peu l'impression de passer du coq à l'âne (ce qui confortait mes craintes du moment) : une séparation plus claire entre la fin de l'histoire principale et cet extra n'aurait pas été du luxe...

Le tome 5 est assez plutôt bon et redonne un souffle à l'aventure, l'histoire progresse, une partie de la mission de Garami est menée à bien mais l'auteur trouve l'imagination nécessaire pour relancer le lecteur sur autre chose, tout aussi intéressant. Le dessin est toujours d'aussi bonne qualité.

Le 6ème tome reste sur la lancée du précédent, avec une rencontre entre Sona et le meurtrier de ses parents, ainsi qu'avec une jeune fille mystérieuse au père qui l'est encore bien plus. On sent bien que c'est une série qui pourrait être sans fin (la série en est aussi à 6 tomes en VO), mais pour l'instant, je suis toujours l'intrigue avec intérêt.

Deux ans et demi d'attente entre le tome 6 et le tome 7, autant dire que j'avais un peu perdu le fil quand je me suis lancé ce dernier... du coup j'avoue que j'ai un peu décroché, voire pas accroché en fait, à force de me demander si les trucs dont je ne me rappelais pas étaient dûs à ma mémoire défaillante ou juste au fait qu'ils venaient de faire leur apparition dans l'histoire. Par ailleurs ce tome fait beaucoup dans la boucherie charcuterie et ne donne aucune visibilité sur une potentielle fin prochaine... personnellement je crois que je vais m'arrêter là.

Nom série  Cesare  posté le 21/03/2013 (dernière MAJ le 15/09/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quand j’ai vu les premières annonces de la sortie prochaine de cette nouvelle série historique, j’avoue que j’étais un tout petit peu sceptique : de l’histoire européenne avec des personnages stylés manga (impression donnée par les couvertures des deux premiers tomes), j’avais quelques a priori et un peu peur du décalage… Au final on est à des kilomètres de ce que je craignais, « Cesare » est une série sérieuse, documentée et au style graphique sobre et élégant. Elle est d’ailleurs recommandée par Historia comme l’indique un petit sticker collé sur la couverture du tome 1.

A début de la série, Cesare Borgia a 16 ans et étudie à Pise, il est calme et posé, supérieurement intelligent, admiré, il est déjà un personnage très important de la haute société de l’époque, il est destiné à devenir cardinal et œuvre pour permettre à son père de devenir le prochain pape. Il côtoie des élèves de divers milieux, dont certains issus de familles elles aussi influentes, alliée ou ennemies (les Medicis, les Della Rovere) et des personnages historiques comme Christophe Colomb ou encore Léonard de Vinci. Comme tout personnage influent, il est aussi menacé par des ennemis qui conspirent contre sa famille. Tout ceci mis ensemble donne une série riche en références historiques, instructive, passionnante et magnifiquement illustrée (malgré quelques cases un peu pauvres en arrières plans à mon goût).

Personnellement, le seul « contact » que j’avais eu jusqu’à présent avec Cesare Borgia était par l’intermédiaire de la série TV diffusée sur la chaîne cryptée il y a quelques mois. Le personnage de la série est un jeune homme nerveux, frustré, tendu, revanchard, en quête de reconnaissance paternelle, donc très loin du portrait qui nous est brossé ici. Difficile de savoir lequel des deux est le plus proche de la réalité et j'aimerais croire que la vérité est ici…

La jeune Lucrezia fait son apparition au tome 4, encore une fois je trouve des points communs et des divergences avec la série télé évoquée plus haut, notamment au niveau de la personnalité de la demoiselle mais aussi en ce qui concerne la chronologie de certaines unions. A l'occasion il faudrait que je creuse tout ça...

Le tome 5 se consacre essentiellement à une joute "spectacle" entre les diverses "familles" de l'université où étudient Cesare et Angelo, exacerbant les rivalités et donnant aux ennemis jurés l'occasion de s'en prendre à l'autre ouvertement et sans retenue. L'armée du Nord s'oppose à l'armée du Sud, qui en sortira vainqueur ? Encore un tome très intéressant sur les us et coutumes de l'époque.

Le T6 fait la lumière sur les auteurs de certaines malveillances perpétrées précédemment, fait un petit plongeon sympathique dans le passé de Cesare et nous montre encore l'énormité du poids qui pèse sur les épaules de ce jeune homme exceptionnel.

Le T7 nous plonge dans l'histoire des papes et de l'équilibre entre le pouvoir religieux et le pouvoir de l'empereur à travers les époques, c'est très instructif. Cesare rentre de plus en plus dans son rôle d'homme d'église.

Les T8 et 9 sont encore bien instructifs. Ils tournent autour de la conjuration des Pazzi contre les Medicis à Florence et montrent encore à quel point l'histoire de l'Italie a été marquée par ce découpage en provinces et familles influentes, alliées à la curie ou au pays voisin. On apprend vraiment plein de choses dans cette série. Si seulement je pouvais en retenir un peu !

Le T10 marque un tournant dans la vie de 3 des personnages les plus importants de la série : Cesare, Giovanni et Angelo. Ce tome est un peu plus orienté "psychologie des personnages" que "culture" et ça ne fait pas de mal car le risque avec une série historique comme Cesare c'est d'être trop scolaire et passer à côté de l'émotion.

Le T11 voit la mort de Lorenzo de Medicis alors que son fils cadet Giovanni vient de partir à Rome et que son ainé Piero n'a pas les mêmes idées que lui sur l'alliance avec d'autres villes italiennes (ni, visiblement, le même talent pour régner), la fin d'une époque en quelque sorte !

« Cesare » est sans nul doute une excellente série que je suis avec le plus grand intérêt. Après 11 tomes lus je ne me lasse pas !

Nom série  Le Temple du passé  posté le 29/05/2014 (dernière MAJ le 05/09/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les Univers de Stefan Wul, collection entamée il y a quelques mois maintenant par Ankama, est constante sur un point : la qualité de l'édition. Au point que sans les avis éclairés de mes camarades ici présents, je serais presque prête à l'acheter les yeux fermés, rien que pour la beauté des objets...

Les avis négatifs sur Rayons pour Sidar auraient pu refroidir mes ardeurs et me faire attendre l'avis d'autres lecteurs compulsifs sur ce premier tome du "Temple du passé" mais la tentation dans le rayon des nouveautés a été la plus forte, j'adore l'esthétique de cette collection !

Finalement la lecture de ce premier tome m'a tout à fait ravie !

Encore une fois je ne connais pas l'oeuvre originale donc je ne peux pas juger de la fidélité de l'adaptation (je me demande entre autres si dans le roman la norme en matière de couple n'était pas inversée par rapport à ce qui est présenté ici, comme est inversé le genre des personnages dans l'adaptation de Piège sur Zarkass).
En dehors de quelques facilités d'exécution (mutation génétique par exemple) et raccourcis ou transitions réalisées à la hache, le récit tient bien la route, nous plonge dans un profond mystère et d'énormes incertitudes qui donnent une furieuse envie de connaitre la suite.
Graphiquement je n'irai pas jusqu'à dire que je suis en admiration devant chaque planche (je trouve la colorisation un peu terne, mais c'est sans doute ce qui convient le mieux à l'histoire) mais c'est plutôt réussi dans l'ensemble et le ventre de la bête est assez effrayant.

Le T2 qui conclut la série a les mêmes défauts et les mêmes qualités que le premier : très beau graphismes, facilités scientifiques, transitions abruptes. La boucle finale me plait beaucoup.

La collection "Les univers de Stefan Wul" est un très beau projet que je continue à soutenir activement.

Nom série  Darker than Black  posté le 22/02/2015 (dernière MAJ le 05/09/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La série de mangas "Darker than Black" en cours de publication chez Ki-oon est une des adaptation d'un anime (du même nom) diffusé en 2007 (puis en 2009) au Japon et diffusée en DVD en France en 2013. Personnellement je ne la connaissais pas, j'ai donc découvert cet univers en lisant ce premier tome. L'auteur de la série est le même que celui de Dimension W également en cours de publication chez le même éditeur.

Le concept de base est intéressant : une porte maléfique est apparue au centre de Tokyo il y a quelques années et depuis, certains humains ont muté et se sont transformés en "contractants": êtres dotés de pouvoirs surnaturels qu'ils utilisent généralement à mauvais escient.

Le premier tome débute sur une scène de crime, nous présente la femme lieutenant de police responsable de la section qui gère ces cas, un groupe de scientifiques louches travaillant sur le phénomène, des jeunes filles qui rêvent de devenir des contractantes et un certain nombre de ces mutants qui semblent ne pas tous être sur la même longueur d'ondes.

Je suppose que les afficionados de l'anime seront pleinement satisfaits avec cette adaptation en manga, personnellement ça ne me parle pas plus que ça, même si j'apprécie, en tant que novice sur le sujet, de ne pas avoir été noyée sous une avalanche de notions et de personnages nouveaux. La série est donc abordable également pour qui ne connait pas l'anime. Le tome 2 m'a cependant un peu plus accrochée que le premier, sans doute du fait de ma meilleure connaissance du contexte, j'espère que la suite continuera sur cette lancée.

A noter que Panini Comics a déjà édité une autre adaptation manga de l'anime. C'est une série terminée en 2 tomes, publiée en 2010.

L'édition en cours se terminera en 4 tomes (le 3ème étant sorti à l'été 2015).

Nom série  Yiya  posté le 18/12/2011 (dernière MAJ le 24/08/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'hésite entre 3/5 et 4/5 pour ce premier tome qui s'avère très prometteur.

Pour commencer le dessin est vraiment très sympathique, entre les décors froids et enneigés ou ces sous-sols incroyables et mystérieux, c'est très dynamique et dépaysant ; personnellement j'adore tout ce qui touche de près ou de loin aux mondes parallèles. Le trait est très assuré et précis, les couleurs pétillantes, j'aime beaucoup.

Le scénario réserve surprises et rebondissements dès le premier tome et donne furieusement envie de connaître la suite.

Enfin les propos et le caractère de la jeune Yiya donnent du peps à la lecture et un côté très attachant à ce personnage.

Je dirais qu'on tient là une série graphiquement très agréable et qui sort de l'ordinaire. J'attends la suite avec impatience. Comme c'est bientôt Noël je n'attends pas la suite pour mettre d'ores et déjà la note de 4/5, en espérant ne pas être déçue...

Suite et fin de l'histoire avec le tome 2 que j'ai cru ne jamais voir sortir en librairie !! Mieux vaut tard que jamais me direz-vous... Au final, je dirais "petite série sympa en deux tomes, un peu confuse dans le T2 mais qui a le mérite de faire voyager le lecteur dans toutes les dimensions !".

Je reste sur 3,5 arrondi 4/5 pour le dessin, les idées et pour encourager les séries de qualité qui ne laissent finalement pas leurs lecteurs orphelins (même si l'attente a été longue...).

Nom série  Les Maîtres Inquisiteurs  posté le 12/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après les Nains et les Elfes, voici les "Maîtres inquisiteurs" : une nouvelle série-univers chez Soleil. 6 tomes sont prévus, 2 sont déjà sortis.

J'ai beaucoup aimé le T1, consacré à Obeyron et à sa vengeance contre ceux qui tentèrent de se débarrasser de lui en l'envoyant en mission au cœur d'une foret peuplée de dangers (et de dragons). Sauf que je n'avais pas capté dès le départ qu'il s'agissait d'une série à tomes indépendants et que donc je m'attendais à lire la suite dans le T2... Du coup il m'a fallu quelques pages pour arrêter de chercher du lien avec le premier opus et prendre cette histoire pour ce qu'elle est : un tout ! Pour le coup, c'est de ma faute, rien à reprocher aux auteurs, sinon le fait de multiplier à l'infini un concept qui finit donc par perdre son originalité et qui commence à sentir la pompe à fric.

Malgré tout, je ne peux nier la masse de boulot, tant au niveau des histoires (quelle imagination fertile !) et du dessin et de la mise en couleur : c'est un sacré boulot qui ravit l’œil du lecteur. C'est juste que moi, personnellement, j'ai besoin de lire autre chose.

Objectivement une bonne série, pensée, travaillée et bornée dans le temps. Mais pas ce que je recherche aujourd'hui.

Nom série  Les Blondes  posté le 27/04/2014 (dernière MAJ le 12/07/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon... comment dire... ça ne vole vraiment pas haut hein. Pourtant les blagues de blondes, pas en BD, ça peut être assez drôle parfois.

Sur un tome je pense que je suis à 2, maximum 3 histoires que je trouve bien trouvées mais franchement le reste ne casse vraiment pas des briques ! Entre ce qui n'est pas drôle et ce qui est téléphoné, il ne reste pas grand chose de surprenant et de bien senti.

En revanche, je pense que cette série doit trouver son public chez les plus jeunes : ma fille âgée de 13 ans prend plus de plaisir que moi à la lecture des aventures de ces blondinettes sans cervelle (même si elle ne voit pas toujours ce qui est censé être drôle, ce en quoi je ne peux pas la blâmer, moi-même ayant parfois un peu de mal ! ) et est toujours ravie quand un nouveau tome arrive à la maison .

Me concernant, c'est franchement dispensable.

Nom série  Grippy  posté le 12/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les fans de la série Les P'tits diables connaissent Grippy, le chat gros et paresseux de la famille, friand de cookies et de canapé (le digne hériter de Garfield, les lasagnes en moins). Tour à tour victime, bourreau et complice de l'un ou l'autre des membres de la famille, on ignorait qu'il pouvait avoir une vie à lui, dans le quartier. Ce spin off lève donc le mystère sur ce point essentiel !

Bon, personnellement, je préfère la série-mère mais ce spin-off a un fort potentiel de sympathie et mérite qu'on s'y arrête un peu. Mon fils en revanche (11 ans) est fan ! L'investissement peut donc se justifier pour les enfants, qui liront et reliront sans se lasser les aventures de l'inséparable compagnon du Microbe et de l'Alien.

Pas mal quoi !

Nom série  Murder Incarnation  posté le 28/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Murder Incarnation est une nouvelle série en deux tomes mettant en scène une mystérieuse jeune fille (et ses deux soeurs) qui apparaît lorsque vous venez de perdre un être cher et qui vous propose un marché pour faire revenir à la vie ce dernier. Le marché ? Tuer 3 personnes (dont les corps et indices seront nettoyés pour vous) dans un délai de 24h.

Construite comme "Ikigami, préavis de mort" (deux mini histoires par tome) et s'inspirant, je trouve, de Death Note et son carnet de gens à tuer, cette petite série (deux tomes seulement) ne surprendra pas le lecteur mais pourrait plaire au public adolescent à la fois par son sujet et par son budget raisonnable.

Un point original tout de même : le comportement du ressuscité après son retour...

Graphiquement, le trait n'est pas banal, mais peut laisser croire à un manque de maîtrise. Il a tout de même l'avantage de sortir du moule.

Pas mal, pas ruineux, mais sans surprise et pas spécialement innovant.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 35 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque