Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 662 avis et 167 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Erased  posté le 30/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce qui m'a attirée en premier dans cette série, c'est sa couverture brumeuse, annonciatrice de mystère. Et du mystère il y en a, au début pour commencer avec ces "rediffusions" des quelques minutes du passé proche du héros, de manière à ce que ce dernier puisse influer sur le cours d'événements récents et déjouer ainsi les plans funestes du destin.

Au milieu de ce premier tome j'ai commencé à me demander si l'auteur avait un fil conducteur ou si on n'allait avoir qu'une succession de retours arrières. Et puis arrive la mère du héros, qui étrangement se retrouve sur le devant de la scène et la quitte brutalement. Mais le mystère le plus grand, c'est celui qui intervient à la toute fin du premier tome et là, j'approuve et j'aime. Ca me rappelle une des oeuvres de Taniguchi mais je ne dirai pas laquelle sinon ce serait trop en dire.

Une série étrange dont le premier tome donne furieusement envie de lire la suite.

A suivre, donc !

Nom série  Green Blood  posté le 05/07/2013 (dernière MAJ le 30/07/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Green Blood est la 3ème série que je lis (ou tente de lire) de cet auteur après Hideout et Rainbow et graphiquement c'est toujours très réussi (et cette fois, il semble que l'auteur fasse un peu moins de fixette sur les oreilles de ses protagonistes, peut-être à cause des chapeaux...).

Encore une fois je m'étais mal renseignée avant d'entamer cette série que je croyais être du genre Dark Fantasy, au bout de quelques pages, ne voyant ni décor (post) apocalyptique ni magie, je me suis rendue à l'évidence, on était dans un western ! Pourtant, mis à part la magie, on n'est finalement pas si loin du genre, avec ce héros déprimé et l'ambiance glauque et violente de ce quartier de Manhattan en cette fin de XIXième siècle.

Le premier tome de la série nous présente une fratrie que tout oppose, en apparence et en réalité : un jeune frère honnête et toujours prêt à aider son prochain, qui se tue à la tâche pour gagner un maigre salaire et son aîné en apparence bon-à-rien (du moins aux yeux de son petit frère) mais en réalité tueur à gage pour un des gangs du quartier.

Le tome 2 est plein de surprises et finalement, le héros n'est peut-être pas celui qu'on croyait... malgré l'arrivée en fin de tome d'un personnage clé, j'avoue que je reste perplexe sur la tournure du récit...

Le tome 3 offre une nouvelle quête aux héros et au lecteur, au moins la série a le mérite d'être variée d'un tome à l'autre.

L'histoire est pour le moins violente et sanglante et le fils du chef de gang (qui aurait pu officier dans Rainbow du côté des gardiens...) est un beau spécimen de pourri.
Je n'avais pas vraiment trouvé de but à atteindre dans cette histoire après 2 tomes, le T3 est plus clair sur ce point et c'est tant mieux.

Les tomes 4 et 5 concluent la série de manière pour le moins sanglante. Avec une fin un peu précipitée et bancale à mes yeux, comme si l'histoire avait été abrégée articifiellement.

Je retiendrai surtout de cette série l'expressivité du dessin. Pour le reste, rien de transcendant mais ça se laisse lire.

Nom série  Zombies Néchronologies  posté le 22/07/2014 (dernière MAJ le 23/07/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Fan de de la série mère (et notamment du dessin de Sophian Cholet) je ne pouvais pas passer à côté de cette nouvelle série parallèle.

Mon sentiment à la fin de ce tome est relativement mitigé, mon premier regret étant pour le changement de dessinateur. Je trouve tout de même limite de faire dessiner la couverture par un autre dessinateur que celui qui se charge des planches, cela arrive souvent, mais il y a clairement tromperie sur la marchandise ici étant donné que la couverture est quand même un peu la vitrine de l'ouvrage...

Le second regret et plus gênant pour moi est pour l'utilisation de référence à des noms d'hommes politiques réels (et pour le moins récents) mais méconnaissables sur les planches (même en sachant qui est qui, on reconnait vaguement une allure ou une carrure mais sans plus : est-ce un choix ?) ... En tous les cas je trouve le grand écart entre réel et irréel bancal.
Dommage, pour moi il aurait suffit que les dirigeants soient fictifs pour que le récit tienne vraiment la route, ici dès qu'on évoque Sarko ou Hollande, la fiction devient réalité et perd tout son charme.

En dehors de ces deux points négatifs, c'est une assez bonne histoire qui se laisse lire et qui complète assez bien la série ''Zombies'' sans toutefois être indispensable.

PS : j'oubliais : le changement de narrateur à la fin, ça ne le fait pas non plus... touuuut petit 3/5...

Nom série  Elfes  posté le 03/03/2013 (dernière MAJ le 09/07/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L'idée de Soleil de se mettre à la série concept : 5 tomes, 5 histoires autour d'un même thème, 5 duos de scénariste/dessinateur pour boucler le projet en 12 mois me plaît, en premier lieu grâce à ce thème des elfes mais également d'un point de vue esthétique. 5 beaux objets sont prévus, avec des couvertures très travaillées, un univers bien défini et à chaque fois des histoires complètes qui, je l'espère, s'entre mêleront un peu quand même.

Le petit livret fourni avec ce tome 1 est très bien fait et est une bonne publicité pour la série, on y parle du projet dans son ensemble, des peuples rencontrés et de leur histoire et on a même une carte de la région. Je trouve que c'est quelque chose qui met tout de suite le lecteur en confiance sur la solidité du projet, voilà une série sur laquelle on peut investir sans crainte de la voir s'arrêter prématurément a priori.

Concernant la première histoire à proprement parler, j'ai été charmée par la finesse du dessin et les couleurs (même si la qualité est assez hétérogène sur ce point). Depuis ma rencontre avec Noumaïos et Thémis de la série Ulysse 31 et les Vinéens de Yoko Tsuno j'ai toujours été sensible aux héros à la peau bleue et ici encore je leur trouve encore un charme indéfinissable.
L'histoire elle même est assez basique, bien que menant en parallèle deux fils qui finissent par se rejoindre, mais tout de même assez développée pour donner au lecteur une histoire complète en un tome plutôt bien menée.


Après lecture du tome 2 "L'honneur des Elfes sylvains" je reste sur cette première impression globalement bonne. Graphiquement on reste dans la même veine que le tome 1, il y a de très jolies couleurs et de magnifiques scènes dans la forêt. L'histoire est simple mais agréable à suivre, comme pour le premier volume de la série, on a une vraie histoire qui tient en un tome, ça ne permet de pas de faire quelque chose de très dense mais il y a suffisamment de matière pour faire quelque chose de correct.


La troisième histoire nous conduit cette fois au pays des elfes blancs, bien plus au Nord, sur les traces d'un dragon, blanc lui aussi, en compagnie d'un elfe aux origines mystérieuses et d'un humain qui lui est lié depuis sa naissance. Encore une fois je suis contente de ma lecture : graphiquement c'est toujours aussi réussi et le scénario bien ficelé et plus noir que les précédents sur la fin offre au lecteur une petite cinquantaine de pages à la hauteur des ambitions de cette série selon moi.


Le quatrième et avant-dernier tome de la série nous raconte de quelle manière les semi-elfes, jadis exclus et maltraités, se sont regroupés et ont cherché à bâtir une civilisation pacifique sur une terre nouvelle. Ici encore la série tient super bien la route : très très joli dessin (j'ai un gros faible pour se légendaire semi-elfe forgeur d'épée) malgré quelques tous petits défauts anatomiques parfois et un scénario tout à fait correct et bien construit.


Le cinquième et dernier tome de cette première série sur le thème des Elfes est encore à la hauteur de ce que j'espérais. L'histoire est celle du destin d'un elfe bleu destiné à devenir un elfe noir, c'est à dire un elfe tueur (il s'avère que les elfes noirs ne naissent pas noir mais viennent de toutes les autres familles d'elfes quand c'est leur destin et qu'ils terminent le "formation"). Le récit est complet, bien construit et bien équilibré. Le dessin de Ma-Yi est très chouette, expressif et très coloré avec certains angles de vue assez vertigineux.


En conclusion, je dirais que cette nouvelle série concept de chez Soleil m'a plus que convaincue. A priori cela doit bien fonctionner car les Elfes ne vont pas s'arrêter là et Soleil annonce une nouvelle série concept du même genre, mais sur un thème tournant autour de héros de la Grèce Antique (Oracle), un bon filon semble-t-il !

3,5 arrondi à 4 pour la qualité graphique et le concept.

La série a tellement bien marché qu'un second cycle commence, avec un 6ème tome consacré aux Elfes bleus. Un tome 6 dans la lignée de ses prédécesseurs, une histoire complète en un tome, assez bavarde mais il faut ce qu'il faut si l'on veut construire un récit qui se tient en un tome. Pas plus transcendant que ça, mais agréable à lire.

Nom série  Ad Astra  posté le 09/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ad Astra, c'est la nouvelle série historique de chez Ki-oon après Cesare (série sur laquelle je ne taris pas d'éloges). Il est question ici de nous raconter l'histoire d'Hannibal, du conflit entre Carthage et Rome et de l'épopée qui mena Hannibal et ses troupes et ses éléphants à travers les Alpes pour affronter l'armée romaine menée par le légendaire tacticien Scipion.

Encore une fois, Ki-oon nous offre une série on ne peut plus instructive, plus facile d'accès je trouve que Cesare car moins dense mais tout aussi intéressante pour qui veut épaissir un peu la fine couche de sa culture. Il faut dire que c'est toujours plus agréable à aborder sous la forme d'un manga que derrière son pupitre d'écolier...

Comme Cesare, Ad Astra est recommandé par "Historia", on peut donc supposer que l'auteur ne prend pas trop de libertés avec la réalité historique.

Une série à posséder sans aucun doute.

Avis et note à affiner par la suite, franchement pas mal du tout pour les deux premiers tomes parus à ce jour.

Nom série  Dimension W  posté le 20/02/2014 (dernière MAJ le 09/07/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai trouvé cette entrée en matière tout à fait sympathique. Dans un futur proche où l'énergie électrique est enfin devenue inépuisable (pour tous) grâce à une quatrième dimension (la dimension W) et des piles spéciales appelées "coils", la fraude n'a pas pour autant disparu et notre héros a pour mission de retrouver les méchants contrebandiers qui utilisent des piles illégales, c'est un récupérateur.

Ce premier tome est assez dense, il y a pas mal de choses à lire et l'univers SF est bien pensé. Les personnages principaux sont entrés en scène : un récupérateur de coils illégaux qui ne jure que par les énergies du passé, une androïde très perfectionnée et "fille" de celui qui inventa l'énergie du futur, des organisations diverses qui tentent de mettre la main sur ce qui pourrait mettre en danger le nouvel équilibre énergétique du monde. J'aime beaucoup la relation houleuse entre Kyoma (le récupérateur) et Mira (l'androïde) : le premier considérant la seconde comme un tas de ferraille qui elle se prend pour un véritable être humain...

Ki-oon nous offre une édition soignée avec de très jolies planches en couleur et c'est très agréable, je suis toujours déçue quand je vois des planches qui manifestement étaient en couleur dans l'édition originale et qui ne nous sont offerte qu'en noir et blanc dans l'édition française.

Le T2 continue sur la lancée du premier, sans les planches en couleur, dommage. Graphiquement c'est assez agréable, il y a assez peu de trame, je n'avais pas remarqué ça au premier tome. L'histoire poursuit son chemin et nous en apprend un peu plus sur les usages de ce monde. Je n'ai pas bien saisi le sens des dernières planches censées nous donner envie de lire la suite, il faudra donc attendre le prochain pour comprendre de quoi il s'agit !

Le T3 est assez dense et offre au lecteur une intrigue avec pas mal de bonnes idées mais j'ai malheureusement assez de mal à rester accrochée à ma lecture. Le concept qui sert de base au récit est bon, mais la manière de raconter l'histoire, malgré ses nombreux points d'intérêt, n'arrive pas à me scotcher au bouquin, résultat je le lis par petites touches et j'arrive assez laborieusement à la fin.

Une histoire à tenter, mais pas forcément à acheter dans un premier temps.

Nom série  La Main droite de Lucifer  posté le 22/06/2013 (dernière MAJ le 09/07/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne sais pas pourquoi, mais je m'attendais à quelque chose de "fantastique", avec du mystère autour d'un tatouage magique... J'ai sans doute mal lu le résumé !

"La Main droite de Lucifer" est une histoire tout ce qu'il y a de plus réaliste : un jeune médecin qui faisait partie d'une ONG en Afrique a rompu son serment d'Hippocrate en tuant pour sauver sa peau. Traumatisé par cet acte et de retour au Japon avec un tatouage à la main "pour ne pas oublier", il n'est plus que l'ombre de lui-même jusqu'au jour où il fait la connaissance du Dr Minamoto et de sa clinique pour démunis et yakusas.

Le premier tome nous raconte la rencontre entre les deux hommes et les hésitations du héros à rejoindre l'équipe médicale (si on peut parler d'équipe) alors même qu'il ne se considère plus lui-même comme un médecin digne de ce nom. Il nous plonge aussi dans le monde de la mafia et de la délinquance et des urgences médicales à gérer à l'abri des regards des autorités.

Le second tome continue sur la lancée du premier, personnellement je ne vois pas trop où cela nous mène. Il est certain que l'histoire va tourner autour des traumatismes du docteur tatoué, j'imagine qu'au bout du compte il sera réconcilié avec lui-même et qu'il va tomber amoureux de l'assistante qui par la même occasion va retrouver la mémoire, mais j'avoue que je ne suis pas bien passionnée par tout ça...

Le troisième tome m'a plus intéressée que le précédent, je confesse un petit regain d'intérêt. Ca reste tout de même sur le schéma classique de "je termine le cycle amorcé au tome précédent et j'en entame un autre sans le terminer pour inciter à lire la suite", notre médecin tatoué reprend goût à la médecine, cela ne fait aucun doute et un nouveau personnage féminin entre en scène. La série est prévue en 6 tomes, ce n'est pas excessif, je vais lui laisser sa chance !

Le quatrième tome est sans surprise, le cycle sur la mère et sa fille se termine et un nouveau est entamé avec la recherche d'un anesthésiste. Rien de bien prenant cependant.

Le cinquième et avant dernier tome de la série bouleverse un peu mes a priori de départ, finalement cette histoire n'est peut-être pas cousu de fil si blanc que ça J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce volume, on en apprend un peu plus sur le passé du docteur Lucifer ce qui donne un peu de profondeur au récit qui en manquait quelque peu jusque là.

La conclusion que nous offre le 6ème et dernier tome est un peu rocambolesque à mon avis. Le fil ténu qui m'avait de nouveau accrochée au tome précédent n'a pas tenu mais l'ensemble se laisse tout de même lire avec plaisir.

Graphiquement j'aime assez, le dessinateur a du talent et n'est pas avare de détails.

Une série à suivre, ou pas (tous les tomes ne se valent pas)... mon coeur balance, mais au final j'en conseille plus l'emprunt que l'achat.

Nom série  Lucy Loyd's nigthmare  posté le 11/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Merci Jetjet de m'avoir fortement suggéré cette BD, elle vaut vraiment le détour !

Je l'ai commandée d'occasion sur un site marchand dont je tairai le nom et en la feuilletant rapidement jusqu'à la fin pour voir si son état général correspondait à ce qui était annoncé, j'ai failli m'insurger contre le vendeur qui la prétendait "comme neuve"... ah ah ah, c'est en arrivant aux dernières pages du bouquin que j'ai compris (j'vous dis pas quoi, faut l'acheter pour savoir).

Cette suite de nouvelles humoristico-horrifiques est une habile construction autour d'un bouquin qui ne réussit pas du tout à ceux qui le lisent... Les histoires s’enchevêtrent, se croisent et se justifient mutuellement dans les moindres détails et jusqu'à la dernière page, c'est un vrai plaisir de découvrir page après page tous ces liens.

Graphiquement c'est plus que correct et une fois de plus la preuve que l'on peut faire du comics qui ne fait pas mal aux yeux (mais pas à la hauteur de Gabriel Rodriguez dans le fameux Locke & Key).

A acheter les yeux fermés et à lire et relire pour être sûr de n'avoir rien loupé !

Nom série  Cesare  posté le 21/03/2013 (dernière MAJ le 11/06/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quand j’ai vu les premières annonces de la sortie prochaine de cette nouvelle série historique, j’avoue que j’étais un tout petit peu sceptique : de l’histoire européenne avec des personnages stylés manga (impression donnée par les couvertures des deux premiers tomes), j’avais quelques a priori et un peu peur du décalage… Au final on est à des kilomètres de ce que je craignais, « Cesare » est une série sérieuse, documentée et au style graphique sobre et élégant. Elle est d’ailleurs recommandée par Historia comme l’indique un petit sticker collé sur la couverture du tome 1.

A début de la série, Cesare Borgia a 16 ans et étudie à Pise, il est calme et posé, supérieurement intelligent, admiré, il est déjà un personnage très important de la haute société de l’époque, il est destiné à devenir cardinal et œuvre pour permettre à son père de devenir le prochain pape. Il côtoie des élèves de divers milieux, dont certains issus de familles elles aussi influentes, alliée ou ennemies (les Medicis, les Della Rovere) et des personnages historiques comme Christophe Colomb ou encore Léonard de Vinci. Comme tout personnage influent, il est aussi menacé par des ennemis qui conspirent contre sa famille. Tout ceci mis ensemble donne une série riche en références historiques, instructive, passionnante et magnifiquement illustrée (malgré quelques cases un peu pauvres en arrières plans à mon goût).

Personnellement, le seul « contact » que j’avais eu jusqu’à présent avec Cesare Borgia était par l’intermédiaire de la série TV diffusée sur la chaîne cryptée il y a quelques mois. Le personnage de la série est un jeune homme nerveux, frustré, tendu, revanchard, en quête de reconnaissance paternelle, donc très loin du portrait qui nous est brossé ici. Difficile de savoir lequel des deux est le plus proche de la réalité et j'aimerais croire que la vérité est ici…

La jeune Lucrezia fait son apparition au tome 4, encore une fois je trouve des points communs et des divergences avec la série télé évoquée plus haut, notamment au niveau de la personnalité de la demoiselle mais aussi en ce qui concerne la chronologie de certaines unions. A l'occasion il faudrait que je creuse tout ça...

Le tome 5 se consacre essentiellement à une joute "spectacle" entre les diverses "familles" de l'université où étudient Cesare et Angelo, exacerbant les rivalités et donnant aux ennemis jurés l'occasion de s'en prendre à l'autre ouvertement et sans retenue. L'armée du Nord s'oppose à l'armée du Sud, qui en sortira vainqueur ? Encore un tome très intéressant sur les us et coutumes de l'époque.

Le T6 fait la lumière sur les auteurs de certaines malveillances perpétrées précédemment, fait un petit plongeon sympathique dans le passé de Cesare et nous montre encore l'énormité du poids qui pèse sur les épaules de ce jeune homme exceptionnel.

Le T7 nous plonge dans l'histoire des papes et de l'équilibre entre le pouvoir religieux et le pouvoir de l'empereur à travers les époques, c'est très instructif. Cesare rentre de plus en plus dans son rôle d'homme d'église.

Les T8 et 9 sont encore bien instructifs. Ils tournent autour de la conjuration des Pazzi contre les Medicis à Florence et montrent encore à quel point l'histoire de l'Italie a été marquée par ce découpage en provinces et familles influentes, alliées à la curie ou au pays voisin. On apprend vraiment plein de choses dans cette série. Si seulement je pouvais en retenir un peu !

« Cesare » est sans nul doute une très bonne série que je suivrai avec le plus grand intérêt. Après 9 tomes lus mon enthousiasme ne faiblit pas.

Nom série  Rash!!  posté le 22/02/2014 (dernière MAJ le 01/06/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ki-oon continue ses rééditions des séries de Tsukasa Hojo avec Rash!!, l'histoire d'une femme médecin - miss catastrophe et hantise de ceux qui croisent son chemin.

Pas de surprise ici, on est dans la pure veine des Cat's eye, City Hunter et F.Compo que ce soit graphiquement ou du point de vue de l'humour et du dynamisme. Le personnage principal ici est une jeune fille tout juste sortie de l'école de médecine (je n'ai pas saisi si elle était diplômée ou pas) pour prendre la suite de sa grand-mère (médecin également) à la prison du coin... Sur le même principe que City Hunter, chaque chapitre est une petite histoire à lui tout seul avec un fil conducteur qui court tout le long du tome. Les méchants n'ont qu'à bien se tenir, et les amis d'enfance (accessoirement policier dans le même patelin) aussi.

Une série tout à fait sympathique et qui a la bonne idée de ne compter que deux tome (bien remplis) car, personnellement, je sature assez vite en ce qui concerne cet humour-là

Nom série  Le Temple du passé  posté le 29/05/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les Univers de Stefan Wul, collection entamée il y a quelques mois maintenant par Ankama, est constante sur un point : la qualité de l'édition. Au point que sans les avis éclairés de mes camarades ici présents, je serais presque prête à l'acheter les yeux fermés, rien que pour la beauté des objets...

Les avis négatifs sur Rayons pour Sidar auraient pu refroidir mes ardeurs et me faire attendre l'avis d'autres lecteurs compulsifs sur ce premier tome du "Temple du passé" mais la tentation dans le rayon des nouveautés a été la plus forte, j'adore l'esthétique de cette collection !

Finalement la lecture de ce premier tome m'a tout à fait ravie !

Encore une fois je ne connais pas l'oeuvre originale donc je ne peux pas juger de la fidélité de l'adaptation (je me demande entre autres si dans le roman la norme en matière de couple n'était pas inversée par rapport à ce qui est présenté ici, comme est inversé le genre des personnages dans l'adaptation de Piège sur Zarkass).
En dehors de quelques facilités d'exécution (mutation génétique par exemple) et raccourcis ou transitions réalisées à la hache, le récit tient bien la route, nous plonge dans un profond mystère et d'énormes incertitudes qui donnent une furieuse envie de connaitre la suite.
Graphiquement je n'irai pas jusqu'à dire que je suis en admiration devant chaque planche (je trouve la colorisation un peu terne, mais c'est sans doute ce qui convient le mieux à l'histoire) mais c'est plutôt réussi dans l'ensemble et le ventre de la bête est assez effrayant.

Quelque chose me turlupine cependant avec cette collection : six séries sont aujourd'hui entamées, certaines de la première heure avec un tome édité seulement... Quand aura-t-on la suite ou la conclusion des premières éditions comme Oms en série ou Niourk (qui me tiennent particulièrement à coeur) ou La Peur Géante ?

Malgré quelques faux pas, la collection "Les univers de Stefan Wul" reste un très beau projet que je continue à soutenir activement (mais pas à 100% ! ).

Nom série  20th Century Boys  posté le 29/05/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai pas d'avis tranché sur l'oeuvre de Naoki Urasawa, j'ai adoré la première série de lui que j'ai lue (Monster) mais depuis je n'ai pas réussi à retrouver le même intérêt.
Je n'ai pas du tout aimé Pluto et ce "20th century boys" qui est censé être le must du genre me laisse tout juste satisfaite.
Je crois que le problème c'est que l'auteur ne me surprend pas dans sa manière de construire ses récits : c'est long, tentaculaire (d'autres diront que c'est riche sans doute), on nous sert l'histoire par tous petits bouts qui s'enchaînent sans transition avec des tas de nouveaux petits bouts qui viennent se greffer au fil des tomes dont on ne voit pas la fin; Tout ça (me) laissant quelque part l'impression que l'auteur rallonge artificiellement une série qui se vend...

Concernant cette série proprement dite, j'ai bien aimé cette dimension multi générationnelle. Le groupe de la bande "à" Kenji reste attachant ainsi que sa nièce Kanna. Le trombinoscope de chaque début d'album est fort utile ainsi que les petits résumés, c'est une riche idée dont d'autres devraient d'inspirer. Je reste moins convaincue par tout ce qui se rapporte aux extraterrestres, brigade de protection de la terre, robot, "ami", cela m'est apparu artificiel et bancal (c'est le même genre de gêne qui m'a fait détester Pluto).
Graphiquement c'est toujours très réussi, rien à dire.

Au final et après 22 tomes, je ne regrette pas ma lecture parce que voilà quoi, c'est un truc à lire pour se faire son avis personnel, mais elle ne me laissera pas un souvenir impérissable. Quant au conseil d'achat : c'est un investissement que je conseille pas du tout ! Toutes les bonnes bibliothèques l'ont certainement en rayon, c'est largement suffisant selon moi.

Nom série  Evil Eater  posté le 09/05/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Evil Eater nous raconte l'histoire de sorciers des temps modernes : les sorceristes. Ces derniers explorent le subconscient de personnes ressuscitées pour le débarrasser de ses "bugs" avant que ces dernières ne retrouvent leur vie sociale d'avant. Comment ressuscitent-elles ? Grâce à de la magie et à une loi dite "de compensation" qui permet, lorsqu'un meurtrier condamné à mort passe l'arme à gauche, de ramener à la vie la première de ses victimes.

J'ai commencé la lecture de ce premier tome avec quelques a priori mais en fin de compte, j'ai trouvé quelques idées et illustrations du subconscient pas mal trouvées. De là à dire que j'adore cette série il y un pas que je franchirai pas mais la lecture fut loin d'être désagréable.

La série est prévue en 3 tomes, ce qui est également un bon point. Ce premier tome enchaine des chapitres racontant comment nos deux sorceristes prennent en charge ces ressuscités pour les remettre en "état de marche" avant de les relâcher dans la nature. J'espère que l'histoire du jeune surdoué dont le subconscient refuse de revenir à la vie servira de fil rouge dans cette histoire puisqu'il est question de révélations fracassantes sur ces retours à la vie.

Pas si mal que ça, en conclusion. Je lirai sans doute la suite si j'en ai l'occasion.

Nom série  La Main d'Horus  posté le 04/05/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L'éditeur annonce une série alliant les qualités d'Urgences et de Dr House, deux séries médicales que j'ai pu suivre, au moins en partie, et que j'ai appréciées. Malheureusement ici on est assez loin du compte ou plus exactement, le mariage ne fonctionne pas pour moi après la lecture du premier tome de la série car il manque un des deux mariés et une histoire pour les accompagner.

"Urgences" est là, clairement : des patients très mal en point débarquent aux urgences, tout va très vite, il y a des internes, des culots de O neg des défibrillateurs et des piqures d'adrénaline. En revanche je n'ai pas trouvé du tout de "Dr House" dans le héros de la série. Jamais il ne discute avec son équipe pour tenter de trouver la cause d'une maladie mystérieuse, il travaille pour ainsi dire seul, dans l'urgence même s'il prend parfois l'un ou l'autre de ses internes sous son aile pour redonner un bout de confiance perdue (ce qui est loin de caractériser le Dr House soi dit en passant).

Ce premier tome pèche également par l'absence d'une trame de fond, d'un fil rouge qui pourrait donner envie de lire la suite pour continuer à le suivre. Dans ce premier tome on enchaîne des actions chirurgicales plus périlleuses les unes que les autres, et puis c'est tout... un peu maigre pour capter mon attention...

Dommage, c'était alléchant !

Nom série  Locke & Key  posté le 15/02/2011 (dernière MAJ le 29/04/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
La lecture du cinquième et avant dernier opus de la série a été un vrai déclic en ce qui me concerne.

J'avais il est vrai été enchantée par le premier tome lors de sa sortie, mais le rythme de sortie des suivants, ma mémoire défaillante et l'arrivée laborieuse du quatrième tome avaient eu un peu raison de ma compréhension du récit et de tous les fils tissés au fil des pages des précédents volumes. Heureusement, ce cinquième tome qui nous plonge dans le passé offre un réel éclairage sur toutes les clés du récit qui avaient été semées ici et là. Rendell (père) Locke et sa bande de potes, la transformation de Dodge, la dissimulation des clés, et même plus loin encore, au point de départ de tout ça : tout prend son sens et tout se remet enfin dans l'ordre ici.

C'est donc avec un réel plaisir que j'ai tout repris du début et, contrairement à ma première lecture, tout resitué dans son contexte et sa réalité. Et c'est vraiment maintenant que je prends la vraie mesure des énormes qualités de cette série.

Graphiquement c'est du tout bon également et cette deuxième lecture m'a permis de voir tout un tas de choses qui m'avaient échappé au départ (petits détails en rapport avec des aspects du récit pas encore développés à ce stade de l'histoire ou simples touches d'humour des auteurs).

Cette seconde lecture m'a vraiment ouvert les yeux à la fois sur le scénario et sur le dessin.

Franchement culte, le T6 qui conclut la série est grandiose (avec un joli clin d'oeil à papa King en passant), vivement la prochaine production Hill/Rodriguez !

Nom série  Barakamon  posté le 06/12/2012 (dernière MAJ le 27/04/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série porte rudement bien son nom ! "Barakamon" est une expression du sud du Japon qui signifie "avoir la pêche" et on peut dire que les personnages de cette histoire ont une bonne humeur communicative et ce n'est pas désagréable du tout pour le lecteur.

L'histoire est celle d'un jeune, beau et talentueux calligraphe de 23 ans, un peu imbu de sa personne qui, un jour, envoie assez violemment balader un conservateur de musée qui venait de critiquer son art. On l'envoie alors "se ressourcer" au fin fond d'une petite île du sud de l'archipel japonais, dans un coin paumé et bien loin de ses habitudes de citadin. Le calligraphe espère au moins pouvoir travailler tranquille mais va vite se rendre compte que ce n'est pas comme ça que cela fonctionne et que l’ingérence dans la vie privée d'autrui est monnaie courante sur l'île : ça commence par une petite gamine de 7 ans (qui fait furieusement penser à Yotsuba de la série Yotsuba&) qui ne le lâche pas d'une semelle dès son arrivée et ça continue avec le maire, la femme du maire, leur fils, des collégiennes, un instituteur et tous les autres gamins du village... Viennent ensuite se greffer des amis d'enfance et un jeune calligraphe qui va faire concurrence à notre héros.

Cette série est constituée de chapitres qui racontent chacun une tranche de vie de notre citadin confronté à la vie à la campagne et à ses habitants. C'est drôle mais aussi instructif car on apprend des choses sur les traditions japonaises locales (comme le lancer de boulettes de riz pour l'inauguration d'un nouveau bâtiment) et appétissant (la gastronomie locale est mise à l'honneur, et on nous donne même des recettes de cuisine ! ).

Graphiquement, pas de surprise : c'est du manga "classique" mais bien réalisé dans son genre. il n'y a pas de quoi se pâmer devant le dessin, mais il fait très bien son office. J'aime beaucoup aussi le choix qui a été fait de conserver les titres de chapitre en VO (écrits phonétiquement à l'occidentale) avec leur traduction dessous.

Notre maître calligraphe finit par prendre goût à la vie au grand air et en redemande, ça tombe bien, moi aussi !

Le T8 démarre un peu lentement, mais on se retrouve assez vite au coeur d'un enterrement ce qui donne une ambiance toute particulière à l'histoire, on en apprend un peu sur les traditions locales et la petite bande de gamins et de jeunes qui gravitent autour de maître Handa vivent ces moments à leur manière, toujours agréable à suivre.

Une série à suivre, qui donne le sourire et qui ne perd pas le rythme même après 8 tomes !
Franchement pas mal du tout, arrondi à 4/5 pour la bonne humeur communicative.

Nom série  Les Blondes  posté le 27/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon... comment dire... ça ne vole vraiment pas haut hein. Pourtant les blagues de blondes, pas en BD, ça peut être assez drôle parfois.
Sur un tome je pense que je suis à 2, maximum 3 histoires que je trouve bien trouvées mais franchement le reste ne casse vraiment pas des briques ! Entre ce qui n'est pas drôle et ce qui est téléphoné, il ne reste pas grand chose de surprenant et de bien senti.
En revanche, je pense que cette série doit trouver son public chez les plus jeunes, ma fille âgée de 12 ans prend plus de plaisir que moi à la lecture des aventures de ces blondinettes sans cervelle.
Me concernant, c'est franchement dispensable.

Nom série  Hannibal Meriadec et les Larmes d'Odin  posté le 02/11/2009 (dernière MAJ le 27/04/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Hannibal Meriadec, c'est LE pirate capitaine de la série Le Sang du Dragon. Dans ce spin off, on garde le même scénariste et la même coloriste mais on change de dessinateur, cependant, le style de Stéphane Crety reste assez fidèle à celui de Guy Michel dans la série mère, que ce soit au niveau de la construction des planches ou du dessin lui-même, je n'ai pas été dépaysée. On reconnaît sans peine les personnages qui appartiennent aux deux séries à savoir : Meriadec, Mr Thorn, Mr Puck ou encore Maclaw.

L'histoire quant à elle démarre plutôt bien, toujours dans la veine piraterie fantastique, et toujours jonglant entre présent et passé ce qui met le lecteur au courant du contexte de belle manière. Je pense que pour vraiment tout saisir de ce premier tome, il faut avoir lu la série Le Sang du Dragon, notamment en ce qui concerne la fiancée du pirate, dont la nature doit sembler bien mystérieuse au lecteur qui n'aurait pas connaissance de ladite série. Moi en tous les cas, cela m'a permis de tisser quelques fils supplémentaire dans l'histoire d'Hannibal Meriadec ou encore de comprendre des mystères ou des évocations de l'autre série.

Ce premier tome me plait bien, je retrouve avec plaisir des personnages que je connais déjà et auxquels je me suis attachée dans la série mère, et j'attends impatiemment la suite de leurs aventures mêlant flibusterie et magie. Franchement pas mal, en espérant que la suite viendra et continuera dans la même voie. 3/5 pour commencer, avec l'espoir de faire grimper la note plus tard.

Après lecture des 4 premiers tomes de la série, je reste sur cette impression de franchement pas mal du tout. Je dirais même que ce spin-off me convainc plus que la série mère qui part dans des délires assez ahurissants... Graphiquement, il y a (notamment) deux fresques magnifiques dans ce tome, ouaouh... respect.

A suivre donc !

Nom série  Les P'tits diables  posté le 03/11/2012 (dernière MAJ le 12/04/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai découvert cette série par l'intermédiaire de ma fille qui s'est fait offrir certains tomes à divers anniversaires et autres fêtes. J'aime beaucoup ! Ma fille (11 ans) et mon fils (9 ans) aussi d'ailleurs, et pour plusieurs raisons.

La première raison est la mise en image d'une rivalité soeur-frère qui se traduit par tout un tas de coups vaches, de punitions provoquées et d'interrogations diverses sur l'étrangeté et l'utilité de l'autre : c'est drôle et ça amuse tout autant la maman que je suis que mes enfants (qui ne vont pas encore aussi loin pour se faire des crasses, heureusement...).

La deuxième raison c'est que ces deux ennemis-jurés sont parfois bien obligés de reconnaître qu'ils tiennent l'un à l'autre (ou au moins que l'autre a une certaine utilité dans l'adversité) et cela donne lieu à des histoires tout aussi marrantes dans lesquelles ils manipulent les adultes et leurs parents en particulier.

Toutes les combinaisons sont possibles : les enfants contre les adultes, les filles contre les garçons, la sœur contre le frère, les enfants contre le chat. Les auteurs font preuve de beaucoup d'imagination même après 15 tomes. Graphiquement, c'est très coloré et dynamique.

A la maison on se lit ça à 3, moi dans le rôle des parents, ma fille dans celui de "l'Alien" et mon fils dans celui de "Microbe" et ça nous fait bien marrer (j'espère juste que ça ne leur donnera pas trop de mauvaises idées...)

Le best-of spécial fête des mère sorti en 2013 était toujours aussi tordant ! Mon préféré : la séance de préparation du goûter au millimètre pour être sûr d'éviter les injustices génératrices de conflits... C'est tellement bien vu tout ça... ça sent le vécu !

La série continue avec La pire des pires soeurs et Frère adoré chéri de mon coeur, ça reste dans la même veine, rien ne sort vraiment du lot, ça tourne toujours un peu autour des mêmes gags (sauf peut-être les séances de gym du père et du chat) mais c'est toujours un réel plaisir de lire ça en famille.

Nom série  Tamami the observer  posté le 10/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Franchement, quand on vous annonce un seinen mêlant une histoire de lutte des classes sur fond de théorie quantique du chat de Schrödinger, on s'attend à un récit fantastique de haut niveau saupoudré de références scientifiques sérieuses donnant toute sa crédibilité à une grande histoire futuro-fantastico-révolutionnaire.

Alors quand dès le premier chapitre on vous a déjà servi du caca mou et de la petite culotte d'étudiante, ça casse tout de suite le mythe... Me concernant, rien dans la suite de ce premier tome n'a pu rattraper ce dérapage initial même si tout n'est pas à jeter évidemment.

Je me suis visiblement fourvoyée sur cette série, à moins que l'annonce faite autour de sa sortie soit légèrement en décalage avec la réalité. Ou alors c'est que je suis déjà trop vieille pour les seinens, en plus à mon âge avancé j'ai parfois du mal à lire certains annotations écrites en tout petit et supposées exprimer certaines pensées des personnages... Existe-t-il une catégorie de mangas pour les quadras presbytes ?

Erreur de casting me concernant, mais nul doute que certains y trouveront leur compte.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 34 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque