Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 4677 avis et 892 séries (Note moyenne: 2.82)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Cairo blues  posté le 04/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'auteur nous emmène dans une exploration de la ville du Caire peu avant la révolution du printemps arabe. On découvre surtout la beauté des bâtiments, mais également la misère sociale et à l'opposé la corruption des élites financières et du pouvoir politique incarné par le dictateur Hosni Moubarak.

On découvre également l'emprise de la religion et des règles particulièrement conservatrices et j'avoue allègrement que cela m'a fait peur. Attention par exemple pour un touriste de ne pas se tromper de wagon réservé à l'autre sexe.

Il est vrai qu'on passe d'un sujet à l'autre sans véritable cohérence. C'est comme une ballade qui nous transporte au gré de la brise qui souffle aux abords du Nil majestueux. La place Tahrir n'aura plus aucun secret pour vous lecteur. Bref, une chronique sociale assez attachante de cette société en pleine révolution ou évolution. On regrettera une fin un peu abrupte qui ne laisse pas la place à une belle conclusion.

Nom série  La Présidente  posté le 04/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La Présidente est une oeuvre de politique fiction comme je les affectionne. Elle part du postulat que c'est Marine Le Pen qui va gagner les élections présidentielles de 2017 en France. Ainsi, l'auteur pense qu'elle réussira à franchir le fameux plafond de verre dont les médias ont tant parlé.

Le constat actuel est pourtant que son parti dispose que d'assez peu d'élus sur l'ensemble du territoire, que les scores aux différentes élections ont considérablement varié avec un maximum de 24,86% aux élections européennes, voir 28% au premier tour des régionales avec une nette déficience sur les réserves de voix. Il est vrai qu'un tiers des français sont plutôt favorables à ses idées. Il suffit juste que je regarde autour de moi: il y a ma hiérarchie professionnelle composée de hauts cadres et non des piliers de comptoir, ainsi que la plupart de mes collègues ainsi que des connaissances proches auxquelles je n'aurais jamais pensé et enfin certains membres de ma propre famille. Bref, ils sont déjà bien implantés dans la société avec des idées telles qu'on est chez nous, la préférence nationale, l'arrêt de l'assistanat etc...

Pourtant, j'ai un peu de mal à y croire. le scénario se base sur un affrontement entre Marine et Hollande. Or, ce dernier vient de se retirer de la course il y a quelques jours de cela. Par ailleurs, un autre ancien président de la République, de droite cette fois-ci, n'a pas passé le cap des primaires de son parti dont il était pourtant également le chef de file. Bref, plusieurs des hypothèses de l'auteur ne se sont pas vérifiés pour réunir les conditions à l'élection de Marine le Pen. Pour autant, il n'avait pas vu l'émergence de Juppé alors qu'en 2015 il était le grand favori des sondages. Il voyait Fillon à la présidentielle mais avec des candidatures dissidentes à droite et au centre (Bayrou). De plus, il voyait l'élection d'Hillary Clinton aux Etats-Unis sans prévoir la vague du populiste Donald Trump. On ne peut pas dire qu'il avait tout faux ou parfois, cela a dépassé ses prévisions.

J'avoue que moi-même, je ne pensais pas qu'il y aurait un Brexit ou une élection américaine qui porterait un milliardaire mégalomane à la tête de la première puissance mondiale. Le constat que je me fais est sans appel: tout est désormais possible. Si cela n'a pas lieu en 2017, alors cela pourrait se produire en 2022. Bref, c'est une lente marche inexorable vers une fausse nouveauté pour des jeunes qui n'ont jamais connu les années noires.

Je me suis demandé ce que penserait le tiers des français qui lirait cette bd très engagée dans un combat contre l'extrême-droite. Ils ne vont pas aimer, c'est certain et ils diront que c'est une caricature haineuse et mensongère. Mais après tout, c'est bien l'échec de la droite et de la gauche qui vont conduire à ce résultat déplorable.

Je pousse le raisonnement plus loin: à quoi sert de lire cette bd si on est déjà convaincu que cela serait un mal pour le pays ? Est-ce une énième alerte salutaire et lucide ? J'avoue quand même avoir été assez surpris par la fin du premier tome. C'est une thèse qui a été jusqu'ici peu exploitée et qui est très intéressante. Je ne la dévoilerais pas pour ne pas spolier et vous donner l'envie de la découvrir. Cela fait peur, c'est tout ce que je peux dire.

C'est une projection dans l'avenir qui est cohérente, intéressante également et bien imaginé. C'est assez riche et documenté. J'ai bien aimé la lettre de Fati à l'attention de la mamie bienveillante Antoinette qui fut jadis une résistante. Je comprends fort bien ces français de coeur ayant un nom d'origine étrangère et qui se verront peut-être chassé du seul pays qu'ils ont connu. Est-ce que l'on tombe pour autant dans le catastrophisme ? Seul l'avenir nous le dira. Cependant, on ne pourra pas dire qu'on nous avait pas prévenu. Il y a d'ores et déjà trop de signes nauséabonds.

Nom série  Sublimes créatures  posté le 03/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce roman graphique est une adaptation du roman Beautiful Creatures, publié en France sous le titre 16 Lunes (paru chez Hachette Jeunesse dans la collection Black Moon). Cette saga fantastique de Kami Garcia et Margaret Stohl a atteint plus de 350 000 exemplaires vendus en France. Cela retrace les aventures d’Ethan et Lena dans une petite ville du sud des Etats-Unis.

L'adaptation cinématographique n'avait pas du tout convaincu le public. Ce manga ne parvient pas non plus à nous accrocher convenablement. C'est bien entendu réservé à un public ado et à la limite de jeunes adultes. C'est une gentille aventure de sorciers dans un genre ressemblant étrangement à Twilight qui décidément fait des émules. Cela s'enlise surtout dans des clichés. Tout est tellement surfait et très prévisible.

En résumé, les fans ado pourront trouver un intérêt dans une adaptation de style manga.

Nom série  Riche, pourquoi pas toi ?  posté le 03/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai tout d'abord bien aimé cette démarche émanant d'un couple de sociologues sur les riches. Ils sont les auteurs d'une quinzaine de bouquins sur ce sujet passionnant. Il est vrai que je me suis toujours demandé pourquoi il y avait des gens riches et des gens pauvres sur notre planète et de tout temps.

Accessoirement, d'autres questions : les riches sont-ils réellement utiles car ils font vivre économiquement la société et donc il ne faut pas les faire fuir à l'étranger ? Les pauvres le sont-ils parce qu'ils sont paresseux et peu entreprenants ? Bref, quand on naît du bon côté, cela peut présenter de sacrés avantages pour la suite de l'existence au-delà de toute méritocratie.

Je trouve que les auteurs posent des questions en articulant des chapitres: à partit de combien on est riche ? Qui sont les ultra-riches ? etc... Cependant, ils ne répondent pas vraiment à ces question. Ils tentent de nous donner des exemples avec une mise en scène plutôt humoristique. A vrai dire, ils nous exposent leur travaux avec une certaine finesse et un dessin qui s'ajustent parfaitement.

Si on n'a pas toutes les réponses, ce n'est pas bien grave car cela va pousser à avoir certaines réflexions sur le sujet et sans doute changer notre regard sur ce milieu aisé comme par exemple sur la solidarité, l'organisation et la mobilisation. Après tout, ils ont une sacré influence sur la société et sur le destin politique d'un pays malgré le fait qu'ils soient en minorité. Découvrir le monde des riches et leurs codes, c'est bien l'objet de cette oeuvre.

Nom série  Explicite, Carnet de tournage  posté le 03/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette chronique part d'une assez bonne idée mais je la trouve assez mal exploitée. Il est vrai qu'il y a des clins d'oeil à l'industrie du hard rien qu'avec les prénoms des acteurs pour les connaisseurs. Par contre, je ne suis pas sûr qu'il y a du scénario polar ou comédie à 70% dans ce genre de film. Il y a eu une évolution qui n'a pas été très positive. Bref, cela manque de crédibilité sur la réalité de cette industrie. Il faudrait demander à Rocco ce qu'il en pense.

Pour le reste, j'ai trouvé les dialogues sans saveur. C'est vrai que cela demeure assez gentillet malgré le sujet plutôt hot. Les scènes de nus seront assez rares. Certes, il y a de la légèreté et un côté soft assumé. Mais bon, on tourne autour du pot. Ce n'est pas assez explicite. Il y a erreur sur le titre.

Pour le reste, on n'apprendra pas grand chose malgré un flot de bavardage incessant entre deux prises. Il est vrai que le meilleur moment de cette bd reste la scène finale. Mais bon, ce n'est pas assez pour remplir le quota en divertissement.

Récemment, j'ai lu La Fabrique pornographique qui m'avait beaucoup plus émerveillé. Ce titre pourtant audacieux ne parvient pas à tenir ses promesses. C'est du flanc.

Nom série  Les Ruines écarlates  posté le 03/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Voilà un one-shot qui fait très shojo sur le thème des vampires et de l'amour. Oui, on a appris avec Twilight que les deux ne sont plus incompatibles. Il suffit d'être tolérant et d'offrir son sang à condition qu'il ne soit pas impur.

Le graphisme est totalement brouillon avec d'affreux traits noircis. On ne sera pas touché par la beauté des images bien au contraire. Par ailleurs, le scénario est plus que décevant : voilà pour résumer en deux mots.

Pour un récit qui se veut romantique et mélancolique, l'auteur ne parvient pas à faire ressortir l'émotion de ses personnages. La mise en scène est bien trop académique et sans véritable cohérence. Toutes ces erreurs font que les ruines écarlates ne sont pas très réussies et qu'on pourra allègrement passer son chemin. Mon avis vous permet le cas échéant de gagner du temps.

Nom série  Seuls  posté le 17/04/2008 (dernière MAJ le 02/12/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le lecteur est tout de suite plongé au coeur d'un mystère: comment les habitants d'une ville peuvent-ils disparaître au cours d'une nuit en ne laissant comme survivants que quelques enfants qui vont tenter de survivre? Je me suis cru dans un épisode de la série TV "Lost" tant les similitudes sont grandes. Il y a tout d'abord ces animaux sauvages qui déambulent dans les rues. Et puis, c'est la même façon de distiller goutte à goutte le mystère sans donner la moindre explication mais tout en multipliant les hypothèses (sont-ils morts? ou bien dans une dimension parallèle?...).

On retrouve également la même multiplication des personnages qui avaient chacun leur vie et surtout leur caractère différent (la débrouillarde bricoleuse, le colérique, la bonne élève coincée, l'orphelin solitaire, le trouillard...) et qui vont se retrouver mêler à cette aventure étrange. On espère simplement que le scénariste ne va pas s'éterniser au risque de perdre son public comme dans la série Lost...

Le second opus m'a fait penser au film de Wes Craven "Scream". Bref, on tremble à l'idée de la menace que représente ce maître des couteaux alors que l'ambiance n'est déjà pas rassurante dans une ville déserte. En effet, j'ai été séduit par une atmosphère urbaine déserte pesante où l'angoisse est palpable à chaque instant. C'est déjà pas mal... A bien y réfléchir, c'est même franchement bien par rapport à la production actuelle. Il faut juste savoir le reconnaître !

Les tomes se sont succédés jusqu'au 5ème qui nous révèle une partie du mystère et qui ouvre une autre porte vers un second cycle. On peut observer une parfaite maîtrise du scénario notamment en ce qui concerne sa cohérence. Le dessin est précis et l'histoire parfaitement narrée.

A partir du 10ème tome et en même temps du 10ème anniversaire de cette série, on a un troisième cycle qui commence. Les personnages ont évolué. Les bons et les méchants ne sont pas ceux qu'on croit. On va les suivre un peu séparément pour de nouvelles aventures toujours aussi mystérieuses dans un univers toujours aussi angoissant.

La série a beaucoup gagné en notoriété parmi les jeunes dont les miens qui sont fans. Certains parents se sont tout de même inquiétés en voyant du sang sur les couvertures car cela n'inspirait guère confiance. En réalité, c'est quand même assez léger et ce n'est qu'un effet de style. On ne meurt pas vraiment dans cet univers assez étrange. Il ne faut pas se fier aux apparences. Cela rappelle un peu les "X Files" mais version junior. Rares sont quand même les séries qui s'adressent à un public jeune et plus adulte. Il y a une véritable dualité qui me plaît bien. Je conseille vivement l'acquisition.

Note Dessin : 3.75/5 – Note Scénario : 4.25/5 – Note Globale : 4/5

Nom série  Solo (Delcourt)  posté le 30/07/2015 (dernière MAJ le 29/11/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quelque fois, il faut passer par des échecs pour mieux renaître. C’est ce qui est arrivé à notre auteur qui avait réalisé la Guilde dans les années 2006-2008 qui avait été abandonnée par l’éditeur faute de succès. En 2014, voici Solo dont le titre est déjà occupé par moins de 4 séries dont le fameux Solo (Dargaud) que j’avais moi-même avisé. Là encore, il aurait fallu sans doute trouver un autre titre pour ne pas appeler à la confusion chez les lecteurs. On me répondra que c’est un pur hasard et qu’on ne savait pas pour les séries déjà existantes. Cela n’empêche pas de faire des recherches auparavant afin d’éviter des erreurs de marketing. Mais bon, on ne va pas leur apprendre leur métier !

Je lis toujours dans la préface les remerciements que font généralement les auteurs à des gens qui comptent pour eux. On n’oublie pas de remercier ceux qui ont collaboré à la réalisation de la bd, au patron de la maison d’édition si on est un bon fayot et aux lecteurs acheteurs. C’est la première fois que je vois une bd réalisée pour un animal de compagnie à savoir une chienne dont on verra la photo. Ce qui m’a ému, c’est le fait qu’elle soit disparue depuis plusieurs années et que le souvenir demeure. Je vis actuellement pour la première fois de ma vie une véritable passion pour un chien que j’ai acquis il y a un an et que j’aime profondément. Je suis arrivé à comprendre parfaitement l’auteur. Il y a des animaux qu’on préfère nettement aux êtres humains. Oui, j’ai approuvé ce genre de démarche et cela m’a même touché.

Après, il est question d’animaux mutants dans un monde qui a été ravagé par les armes nucléaires et chimiques. Il est dommage que le héros soit un rat. Mais bon, je m’en contenterai. Après tout, Ratatouille est mon dessin animé préféré. On va vite s’attacher à ce personnage qui est obligé de quitter sa famille pour survivre. Là encore, je trouve que le choix de partir n’est pas judicieux. Dans un tel monde, il faut se regrouper pour pouvoir lutter contre les hordes sauvages. C’est la division qui peut entraîner la mort.

Le dessin est plutôt agréable car il fourmille de détails et installe un véritable univers. Il y a également une dynamique de cases assez impressionnante au départ avec ce combat acharné. J’avais peur d’une narration pesante mais il n’en n’est rien. Les mots pour une fois ne sont pas dénués de sens. On sent une véritable montée en puissance avec une histoire assez prenante. C’est une série zoomorphique qui a beaucoup de potentiel. On espère qu’il y aura une suite de même acabit. Bref, comme je le disais au départ, c’est un auteur à découvrir.

Je ne suis pas de ceux qui vont laisser un 4 étoiles et qui ne poursuivront pas la lecture pour voir si la note tient toujours. Quand une œuvre mérite mon attention, j’y retourne volontiers. En effet, il y a seulement une œuvre sur 5 qui obtient une bonne note. La proportion est tout de même assez basse dans la masse de production actuelle qui n’est pas forcément synonyme de qualité. Du coup, l’effort peut être allègrement réalisé.

Quand j’aime, cela me déçoit assez rarement par la suite. Certes, cela peut arriver mais cela ne sera pas le cas pour ce second tome de Solo qui arrive à nous propulser dans un stade supérieur. J’ai rarement vu une narration aussi maîtrisé et un dessin à tomber par terre. Ce rat éprouve des sentiments d’amour qu’on peut humainement comprendre. Et puis, pour une fois, on a réellement peur pour notre héros des menaces qui rodent dans ce monde hostile. Il y a de réelles questions de société qui sont posées comme l’extermination d’une race pour en sauver une autre.

Oui, la qualité est toujours là et l’excellent niveau est bien au rendez-vous. Solo est un rat à la Mad Max qu’on n’oubliera pas aussitôt !

Nom série  L'Oeil de la nuit  posté le 29/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le rapport qu’on peut avoir en lisant une œuvre est unique. Elle peut nous plaire ou nous déplaire. En l’occurrence, celle-ci se rangera plutôt dans la deuxième catégorie. Le dessin est beaucoup trop succinct et pas assez précis. Là encore, il y a une couverture alléchante qui ne reflète pas la qualité graphique des albums.

Certes, il y a comme une impression de surréalisme qui est sans doute voulue à cause de l’époque à savoir la fin du XIXème siècle. C’est le Paris des années folles. Mais en même temps, on se situe dans une espèce d’uchronie bizarre où l’affaire Dreyfus a déjà eu lieu et où le gouvernement Clémenceau est au pouvoir une dizaines d’années avant.

Je n’ai pas trouvé de crédibilité satisfaisante à ce feuilleton digne des séries B. Je n’ai pas pris de plaisir à cette lecture totalement décousue. C’est ainsi. Pas de quartier pour ma note.

Nom série  La Dynastie Donald Duck  posté le 28/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mes premières lectures en matière de bd lorsque j’étais un enfant se sont reportées sur Mickey, Donald et Picsou. J’étais un lecteur assidu du Journal de Mickey et de Picsou magazine grâce à ma grand-mère qui collectionnait chaque numéro. Quelle joie de retrouver une intégrale de Carl Barks, le meilleur auteur et illustrateur des comics Disney avec Don Rosa bien entendu. La dynastie Donald Duck est une très bonne initiative des éditions Glénat qui exploite le catalogue. C’est un retour en arrière et il y a forcément de la nostalgie.

Donald, le canard colérique, n’était certes pas mon personnage préféré. Cependant, il a toujours un très bon fond : râleur mais sensible. Je suivais assidument ses aventures en compagnie de ses neveux Riri, Fifi et Loulou. Déjà 21 tomes qui reviennent en arrière après avoir fait un bond en avant. Le tome 1 commence avec l’année 1950 et le tome 21 revient sur les années 46 et 47. Je regrette juste ce manque de cohérence dans la chronologie. Ce n’est pas le top pour une collection.

A noter que la mise en couleur a été refaite ce qui redonne un peu de souffle à cette œuvre déjà fort ancienne. Il y a également une explication du contexte en introduction de chaque volume qui apporte des informations intéressantes. Je regrette juste également que l’édition ne soit pas plus luxueuse avec un format assez petit ainsi qu’un prix tout de même assez onéreux. Quelques ratages également du côté de l’impression mais c’est noyé dans la masse et à peine perceptible sauf pour un méticuleux.

Pour le reste, le vœu le plus cher de tous les fans de Carl Barks est enfin réalisé. Bref, c’est réservé à une certaine clientèle. Cela ferait en tout cas un beau cadeau de Noel que la collection entière.

Nom série  The Autumnlands  posté le 28/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cela faisait quelques mois que je voulais découvrir cette œuvre car la couverture attire incontestablement. Si seulement le dessin avait été à la hauteur de cette couverture, on aurait l’un des plus beaux comics qui soit. Ce n’est malheureusement pas le cas. C’est une bd animalière qui a certes quelques atouts dans la représentation anthropomorphique. Cependant, les défauts sont visibles à commencer par une couleur dégoulinante qui fait perdre la beauté aux images.

En ce qui concerne le scénario, on se rapproche de l’univers fantasy de Warcraft. Il n’y a rien de vraiment original à part sans doute le fait que le champion soit un homme au demeurant bien foutu. Il manque la grâce, la beauté et la subtilité, c’est certain. Mais bon, ce n’est pas aussi mal que cela. Il y a dans le traitement quelque chose de différent qui semble tenir la route. De griffes et de crocs nous donne envie d’aller plus loin dans la découverte de ce monde magique très automnale.

Nom série  Winterworld  posté le 28/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Beaucoup de choses peuvent faire en sorte que nous n’aimons pas une bd. On peut commencer par un dessin en noir et blanc tout à fait austère et qui fait vieille œuvre d’un siècle passé. On n’arrive pas à percevoir le froid, l’hiver et la glace dans cet univers hostile en l’absence de couleur. A noter que notre héros gros bourru solitaire s’appelle Scully comme l’agent féminin dans X-Files. Certainement un clin d’œil.

Par ailleurs, le scénario m’a très vite ennuyé avec une succession de clichés et de situations attendues. Il n’y a pas de tension, pas d’objectif, pas de suspense. C’est plat et cela manque de lisibilité. On s’ennuie ferme. On n’a plus envie de continuer la lecture de cet ersatz de Mad Max. On se force pour des questions d’honnêteté intellectuelle. Mais bon, il ne faut pas s’étonner de la note franchement méritée. C’est sans appel.

Je tiens tout de même à préciser que je ne connaissais pas l’auteur et que je ne juge pas sa notoriété mais l’œuvre en question. Bon, après quelques recherches pas toujours très faciles (Chuck=Charles), je m’aperçois que c’est l’auteur du désastreux Bilbo le Hobbit qui a fait tant couler d’encre. Delcourt a raclé les fonds de tiroir des années 80 et 90. J’aurais envie de dire que l’hiver arrive et que nous vivons dans un wonderful world !

Nom série  Pour Sanpei  posté le 27/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un manga plein de bons sentiments qui conte la chronique d'un vieil homme assez actif qui a emménagé dans la famille de son fils. Il ne s'ennuiera pas car il va participer pleinement à la vie de cette famille en essayant tant bien que mal de leur faciliter la vie pour ne pas être une charge inutile.

J'ai pensé à ce sexagénaire en me disant que bientôt grâce à nos bien-aimés aînés, on devra plutôt être septuagénaire afin de vivre une retraite heureuse. Oui, je me demande comment on va vivre en travaillant toujours plus jusqu'à notre dernier souffle. Alors oui, cela fait un peu de bien de voir comment ils vivent leur retraite heureuse en me disant qu'ils ont bien de la chance. On a connu la crise. On connaîtra également la retraite à 70 ans sous prétexte qu'on vivra plus longtemps. Je demande à voir dans quelles conditions.

Pour revenir à ce manga, c'est frais mais parfois un peu triste et nostalgique. Le graphisme est d'une très grande simplicité comme le récit d'ailleurs. La vieillesse est bien sûr le thème central mais c'est surtout le regard que l'on porte sur celle-ci.

Nom série  La Forêt des renards pendus  posté le 27/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Les récits qui se passent en Finlande sont plutôt rares donc c'est plutôt dépaysant. C'est toujours une curiosité de découvrir une oeuvre finnoise. Pour autant, cet exil nordique m'a paru trop longue et trop fantaisiste.

Certes, il s'agit d'un petit malfrat qui cache son or dans une forêt où il tend des pièges pour éviter tout être approchant. C'est sans compter tout un comité partant d'un major à la vieille femme en passant par deux pin-up. Non, il n'y aura pas moyen d'être un peu tranquille au milieu de la toundra.

C'est plutôt bien dessinée en bichromie mais comme dit, trop longuet et finalement un brin ennuyeux et absurde.

Nom série  Ei8ht  posté le 27/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un comics de science-fiction dont la thématique est le voyage dans le temps tout à fait intéressant par son approche. La mélasse est ainsi une nouvelle dimension hostile perdue dans le temps et l'espace où échouent les naufragés des expéditions temporelles.

Il est cependant dommage que le scénario empreinte parfois des raccourcis ainsi que des situations de déjà vu. je pense aux méchants et notamment au second qui dézingue facilement le premier alors qu'il avait 20 ans pour le faire dans le passé.

Passé ces figures de style pour le moins peu originaux et un scénario rudimentaire, cela se tient plutôt bien. Il y a même une logique assez implacable qu'on retrouvera vite. La démonstration est sérieuse et donne envie de continuer l'aventure. Le manque de profondeur devra toutefois être comblé.

Nom série  L'Inversion de la Courbe des Sentiments  posté le 27/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L'inversion de la courbe des sentiments représente une bd résolument plus moderne que celle des vieux Hergé et des tenants de la ligne claire. Une bd très mâture qui m'hésite pas à montrer le monde tel qu'il est dans ses multiples facettes. Les scènes dévoileront tout jusqu'au plus intime perversion. Il est justement l'antipode du one-shot sympathique ou du divertissement facile. C'est un peu comme un film de Woody Allen qu'il s'agit d'explorer pour découvrir ce qui se cache derrière la vie de tous les jours.

Le scénariste a une parfaite maîtrise du récit en se faisant entrecroiser 13 personnages qui ont des liens entre eux dans un Paris de nos jours avec par exemple la cigarette électronique en guise de mode. C'est pétillant, presque exaltant avec des dialogues qui feront mouche. Le dessin est certes épuré mais il est beau car il fait ressortir tous les détails du décors en soignant également les personnages facilement reconnaissables. Rien à redire sur le fond et la forme; soulignons juste l'immense talent de Jean-Philippe Reynaud, l'auteur de ma série culte Le Désespoir du Singe.

En conclusion, l'inversion de la courbe des sentiments ne laissera pas de marbre. Il s'agira également de l'inverser comme le chômage afin de se représenter ou bien de tricher sur les chiffres comme on peut tricher avec les sentiments. C'est dans la nature humaine.

Nom série  Sept Héros  posté le 27/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un récit qui se passe un peu en vase clos par rapport à l'extérieur. Du coup, on attend tout au long de ce récit une action spectaculaire qui n'arrive pas. A la fin, nos héros super-retraités auront sauvé le monde mais pas de la manière dont on s'attendait. C'est toujours le même procédé qui est utilisé à savoir celui du vilain super-méchant. Bref, une intrigue où l'on peut vitre s'ennuyer comme dans une maison de retraite à moins de jouer au scrabble.

Maintenant, c'est une production made in France qui n'aurait rien à envier au comics des super-héros américain. Le dessin est fort bien réussi. Il y a du dynamisme dans le cadrage. Certes, la psychologie de chaque personnage tend un peu à se développer mais pas assez dans un one-shot d'une soixantaine de pages. C'est presque un peu long à se mettre en place. On a l'impression d'un cahier de charge a été rempli. Bref, on reste un peu sur sa faim.

Nom série  Dans la forêt sombre et mystérieuse  posté le 26/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un joli conte moral qui plaira aux enfants qui veulent sauver leur grand-mère. A noter que méchant ogre est en réalité un banquier. Je suppose qu'il y a une double lecture. Il est clair qu'on souhaite élever nos enfants dans la méfiance absolue du financier. Cela sera très pratique par la suite dans la vie quotidienne en cas de demande de prêt par exemple. Mais bon, je dis cela et je dis rien.

Sur la forme, c'est très agréable avec beaucoup de couleurs vives. On ne s'ennuie pas à la lecture avec la traversée de cette forêt pas si sombre que cela. Mais comme dit, c'est un très très enfantin et édulcoré. Autant Pinocchio m'avait plu pour son côté un peu trash, autant là c'est très gentillet. Les contes de l'enfance sont un peu revisité à la sauce Winschluss. C'est simple et le message sera tout à fait lisible. Pour moi, c'est trop lisse et l'auteur m'avait habitué à mieux. Mais c'est déjà pas mal.

Nom série  Grand Est  posté le 26/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une lecture quand même un peu déprimante sur le passé, le présent et le devenir du Grand Est, une région où je vis. Certes, il y a de fortes disparités entre la situation en Alsace et celle en Lorraine. Cependant, le point commun est que ces deux anciennes régions ont beaucoup souffert de par son passé avec les guerres et les occupations allemandes.

Je ne partage pas toutes les réflexions de l'auteur mais certaines sont très intéressantes comme l'utilisation abusive de l'affaire Grégory ou l'expérience d'Amnéville. Là encore, il s'agit de dénoncer un capitalisme de plus en plus sauvage qui laisse beaucoup trop de monde au bord de la route. Il y a comme un mouvement inexorable vers quelque chose de grave qui va nous échapper. L'auteur ne va pas au bout de sa logique mais on sait bien ce qu'il veut dire. Le système financier s'écroulera un jour mais le capitalisme renaîtra toujours de ses cendres. Nous voilà rassuré ou presque !

Cette ballade sous forme d'un road-movie initiatique au coeur de la Lorraine a été plutôt longue à digérer. Il y a comme un parfum de désenchantement et de nostalgie d'une époque révolue. Cela peut faire peur pour la suite mais cela a le mérite de poser des galons et de pousser à la réflexion sur les liens entre l'économique et le politique. L'objectif est la transmission de père en fils sur un mode "merci pour le monde que vous nous avez légué !".

Nom série  Confessions d'un enragé  posté le 24/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il n’y a rien de plus traitre et que de dangereux qu’un horrible chat. Un garçon de 4 ans va en faire l’amère expérience après une attaque sauvage dans les rues d’une ville marocaine. Il va aller à l’hôpital, puis suivre un traitement qui le conduira hors de ce pays d’Afrique pour rejoindre la métropole. Il va même devoir se séparer de son pauvre chien pour une histoire de voisin ne supportant pas les dérangements. On peut comprendre les confessions d’un enragé.

Il n’est pas question seulement d’une révolte chez un jeune qui découvre la vie et ses multiples facettes. Cela sera surtout en rapport avec la rage, cette terrible maladie virale qui fait encore entre 40000 et 70000 morts à travers le monde chaque année notamment en Afrique et en Asie. Il est dommage que ma ville natale alsacienne soit si mal orthographiée : cela m’a fait mal au cœur surtout que pour une fois une œuvre en parlait pour un fait historique survenu en l’an de grâce 1220.

C’est effrayant de savoir que lorsque les premiers symptômes apparaissent, la mort est une quasi-certitude. C’est pourquoi il est toujours recommandé d’aller subir un traitement antirabique lorsqu’il y a morsure avec un animal (chat, chien, renard, loup ou chauve-souris…). Oui, on en apprendra un peu plus sur cette maladie qu’on croyait disparu et qui peut malheureusement toujours faire des ravages surtout quand on se déplace à l’étranger. Il y aura une partie assez ennuyeuse avec beaucoup de termes médicaux compliqués qui tranche avec le reste. A croire que cela a été recopié sur un manuel de médecine. Une simplification en d’autres termes aurait été souhaitable.

Maintenant, il y a surtout le parcours initiatique et fantastique d’un petit garçon qui va garder cela en lui durant des années. Le chat viendra le hanter alimentant une aversion pour ce type d’animal. Cela explosera forcément à un moment ou l’autre et l’on ressent cette tension permanente. La fin n’est pas du tout crédible mais on passera l’éponge. Il y a tout d’abord un atout graphique assez considérable dans un style semi-réaliste avec une superbe mise en couleurs. Et puis, le récit est assez prenant par moment avec des surprises intéressantes. Bref, cela perturbe pour le pire et le meilleur.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 234 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque