Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1977 avis et 562 séries (Note moyenne: 3.06)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Inner City Blues  posté le 07/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Chic, je suis “tombé” sur l’intégrale.
J’ai ainsi pu suivre –à mon aise- le style narratif de cette série ; à savoir trois opus qui racontent la même histoire, mais chacune d’entre-elles vécue par un personnage différent.

Bon, je l’écris franchement : j’ai eu du mal à m’y faire car le style graphique m’a heurté tant les yeux que l’esprit. J’ai alors pensé au « Sergent Laterreur » dessiné par Touïs dans le milieu des années 70, dont j’avais détesté le graphisme… avant de l’apprécier.
Même chose ici.
A croire que le dessin de Brüno est par moments « mathématique » de par ses rondeurs et ses traits. Et ce style crée une véritable ambiance générale assez plaisante, tant dans la mise en page que par la colorisation.

Je ne vais pas dire que je suis devenu fan après avoir refermé l’épais tome, mais je n’ai pas été mécontent du temps passé avec les avatars de Willie et Arnold.

Nom série  Trompe la mort  posté le 07/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Que voilà une chouette histoire bien amenée…

J’ai lu une « histoire simple »… c’est pas souvent ; une histoire poétique et étrange à la fois.
Un papy au caractère acerbe, sa petite fille, un clairon…. et les souvenirs.
Faut parfois pas beaucoup de choses pour vous concocter quelque chose de particulier. C’est le cas ici.
Ce qui m’a plu, de suite, c’est le dessin… indéfinissable. J’ai eu l’impression d’une sorte de mosaïque faite de collage de papiers colorés et découpés (vous me suivez ?…) d’un vraiment bel effet. Et ce style, ce ton graphique, s’adapte vraiment bien au narratif.
Joli. Vraiment.

Joli comme l’histoire qui nous parle de la guerre et de ses absurdités, la guerre où –tous comptes faits- personne ne sait dire qui a vraiment gagné… ou perdu.
J’ai lu et vu quelque chose de bien. De temps en temps, il y a une BD qui me touche.
C’est le cas ici.
A mettre entre toutes les mains.

Nom série  Berlin, la Cité des Pierres  posté le 07/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pfou !… pas facile. Est-ce encore de la BD ?..

Ca m’a raconté quoi, en gros ?… Le Berlin de 1929, une période trouble annonciatrice d’un avenir qui s’annonce très sombre. Cet opus m’a été difficile d’accès car il m’a plus semblé être un roman, « illustré » -certes- mais quand même un roman.

Je dois reconnaître, pour le peu que je connaisse de cette période (ce qui doit être le cas de pas mal d’entre-nous, non ?…) que c’est fichtrement documenté et que ce qui y est décrit est quand même très réaliste.

Faut aimer. Ca n’a pas été mon cas.
Qui plus est, le dessin est heureusement sauvé par le travail en noir/blanc ; ce qui donne plus d’impact encore.
J’ai lu ça il y a quelques mois. Je pense qu’il me faudrait une nouvelle lecture de ce « Berlin » qui, l’air de rien, est quand même angoissant par plusieurs abords.
Mais je n’en ai pas envie…

Nom série  Point de Rupture  posté le 07/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et encore un monde post-apocalyptique, un !..
Oui mais voilà : celui-ci bénéficie d’une remarquable mise en images par le traitement du noir/blanc. Là, je dois dire qu’on est dans le « tout bon »… du moins pour moi.

Mais à part ça ?… C’est l’histoire d’une traque, orchestrée par deux chasseurs.
Mais ce qui pourrait être banal est ici englobé dans un scénario riche et complexe. Cette sorte de course-poursuite arrive à garder le lecteur attentif car l’orchestration qui en est faite, tant aux points de vue scénario que dessin, est vraiment en symbiose avec le climat violent général qui règne au long des tomes.

J’ai parfois eu du mal à décrypter certaines parties du textuel (faut de bons yeux !) mais ai apprécié, dans sa généralité, cette série « à part » des classiques de ce genre, ou dits tels.
Pas mal du tout... et même plus.

Nom série  Le Jeu de Pourpre  posté le 07/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L' intégrale m’a été prêtée.
Boum !… une brique de près de 200 pages ! Pas mécontent de l’avoir lue –à mon aise- car je ne me souvenais plus de la série.

Et j’ai lu quoi ?… d’abord une bonne histoire, un bon scénario qui m’a offert un récit oscillant entre rêve, réalité et mythe.
Il faut dire que de très nombreuses choses qui ont été écrites et/ou dessinées sur l’Himalaya ont quasi toujours contenu une sorte de part de magie…. Ce qui n’est pas fait pour me déplaire.
Et j’ai apprécié ce « jeu » de castes et des hommes qui les composent, cette recherche de l’égalité dans ce monde –quand même- à part.

Le dessin ?… une belle mise en image pour un graphisme qui, s’il fait daté, en est justement plus attachant. Le découpage des planches attire l’œil, offre une mise en page d’un bien bel effet ; même si les couleurs semblent un peu « passées ».
Mais je n’ai pas boudé mon plaisir et ai apprécié cette (longue) histoire attachante, bien écrite et aussi bellement mise en image par l’art de Makyo.
Bien fait.

Nom série  Meteors  posté le 05/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pas mal… pas mal…
J’ai eu affaire à une grande geste qui met en scène une sorte de quête terrienne et la grande aventure spatiale.

J’avoue que j’appréhendais, surtout au niveau du graphisme, car le « style manga » n’est pas trop ma tasse de thé. Ben, je n’ai pas été déçu, que du contraire, car le dessin –dans sa généralité- offre un bon mélange de diverses influences.
Qui plus est, l’ensemble bénéficie d’une jolie colorisation digitale où de nombreuses déclinaisons de tons forment sporadiquement de jolis tableaux.

L’histoire générale ?.. c’est surtout quelque chose d’original, hors des sentiers régulièrement rabattus dans ce type de scénario.
Ce « meteors », c’est un peu un mélange de tout ; mais un bon mélange plaisant à suivre.
Au total : que voilà une série dynamique, innovante souvent, sans temps morts, attirante pour les yeux du lecteur.

« Meteors » ?… une série dont se dit : « je la relirai un jour »… et ce n’est vraiment pas tous les jours que je me dis cela pour une BD.
Vraiment pas mal.

Nom série  Le Roi invisible  posté le 05/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mwouais… maintenant je sais diverses choses d’Oscar Aleman.

Orphelin, il s’est retrouvé SDF à 10 ans mais parviendra à se faire un nom grâce à sa passion : la guitare. Ce gars pouvait tout jouer, n’importe quel style musical.
Trente ans avant Jimi Hendrix, il jouait avec sa guitare dans le dos.
A son époque, il a joui d’une très grande notoriété ; mais il connut plus la gloire que l’argent.

Ben voilà… A part ça ?… euh… à vrai dire pas grand chose.
Un curieux graphisme au trait baroque mais expressif MAIS AUSSI une colorisation style faux lavis envers laquelle j’ai émis une grimace. Fort peu pour moi.

Voilà : je sais à peu près raconter la vie de ce virtuose noir argentin. Mais à qui vais-je la raconter ?…

Nom série  Pour Sanpei  posté le 05/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une chanson de ce bon vieux Adamo dit : « Petit bonheur, deviendra grand… »
Mais ce livre, mes bons zamis, est, lui, rempli de petitS bonheurS.

Je suis entré dans ce livre comme une lame dans une motte de beurre : sans difficulté. Et j’ai assisté à la vie de cette petite famille, avec des hauts… et quelques bas.
J’ai eu affaire à un grand-père bougon, qui, doucement, par étapes, va devenir presque un tendre papy et s’accorder aux différences de sa descendance.

Curieux, cette famille m’a fait penser à la série « Cédric » : un grand-père râleur et asocial (mais au cœur tendre), au papa travailleur, à la mère femme au foyer et, enfin, le petit dernier… ici une petite dernière.
Je m’attendais à une longue histoire : ben non, c’est le fil de la vie quotidienne qui s’est déroulé devant moi, par petits morceaux ; un fil auquel on peut s’accrocher pour avoir nos petits bonheurs au jour le jour. Et il ne faut pas souvent grand chose.

Légèrement déçu par le dessin, quand même, parfois peu abouti. Mais cela ne m’empêche pas d’avoir reçu une leçon de bonheur, parfois teinté de mélancolie et saupoudré d’humour.
J’ai lu quelque chose qui « détend » ; sans monstres, ni massacres ou super-héros.
J’ai lu quelque chose de simple, une sorte de leçon des gens et des choses. Une lecture « qui fait du bien »…

Nom série  Vietnamerica  posté le 05/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette petite « brique » (284 pages) m’a été prêtée.
J’en suis sorti un peu fatigué, non tant par le postulat que par le graphisme…. un peu déroutant.

« Vietnamerica » retrace ici une partie de l’histoire avec un grand « H ».
Si l’auteur a appris pas mal de choses, j’en ai fait autant avec lui ; passant de l’occupation par les Japonais à celle, ensuite, des Français... pour terminer avec celle des américains et de leur « sale guerre », leur « bourbier vietnamien ».

Seulement voilà : où j’ai été dérouté, c’est la façon de mettre cette histoire « en musique ». Bien que je rends compte que l’auteur a fait de son mieux pour « montrer » son ressenti, il le fait ici dans un style hésitant, un graphisme non construit où tant les cases que les traits s’entremêlent. Dur de « lecture visuelle ».

Peut-être le noir/blanc aurait-il donné une autre vision, plus « profonde » ?.. ben non, GD Tran a tenu à coloriser son œuvre –car c’en est une- par des tons qui heurtent souvent, des faux lavis, des petites touches sensées apporter du relief.
Mais yeux se sont vite fatigués… et mon attention également.

J’en ai retenu quoi ?… un roman graphique avec des faiblesses… faiblesses qui sont aussi une force, quoi qu’on en dise ; pour une oeuvre particulière et réalisée avec le cœur.
Mais, bon, ce n’est pas ma tasse de thé… et je m’en excuse.

Nom série  Ted et Narcisse  posté le 05/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite série oubliée si pas inconnue de beaucoup. C’était quand même sympathique…

Ted et Narcisse font leur apparition dans l ‘hebdo « Spirou » n° 1602 du 26 Décembre 1968. Leur créateur/dessinateur s’appelle Gérard Lemaire qui signe Gélem puis Glem.
Curieuse, leur parution : c’est d’abord une histoire à suivre, quelques mini-récits, puis deux histoires complètes de quelques pages pour se terminer par une nouvelle histoire à suivre. Nos souris y terminent leur carrière en 1970.

Les histoires peuvent s’apparenter à celles de Sibylline ou de Chlorophylle mais, bon, Glem n’est pas Raymond Macherot.
N’empêche, il a un sacré coup de patte et a ainsi crée une chouette galerie animalière. Il remettra –plus tard- le couvert avec « Les Voraces »…. une série d’une autre dimension.

Ted et Narcisse ?… un goût étrange de bis repetita d’autres séries. Sympathique, sans plus (mais c’est mon avis…)

Nom série  Clandestine  posté le 04/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une gamine qui est née –disons- par accident…
Elle va grandir, dans une sorte de clandestinité, en s’imaginant des mondes, en s’échappant dans ses rêveries…
Mais va surgir un jour quelque chose qu’elle ne connaissait pas : la peur.
Et ce sentiment inconnu va transformer sa vie. Elle va se poser des questions, s’en remplir la tête. Alors elle va chercher, réfléchir, essayer de comprendre ce qu’est la vie… et la mort.

C’est ce que j’ai ressenti à la lecture de cet opus qui, comme l’on dit ou l’écrit souvent : « sent le vécu ». Curieux ressenti, d’ailleurs, d’une sorte de vérité : pas grand chose ne relie cette petite à la vie.
J’ai lu un récit vrai, bien mis en images par Marc-Renier qui, d’un trait « simple », souvent épuré, fait bien ressortir l’innocence de cette petite fille .

L’usage du noir/blanc magnifie, à sa façon, cette sorte de vide dans lequel vit la gamine.
On referme le livre avec le sentiment d’avoir lu et vu « quelque chose d’autre », quelque chose auquel on a inconsciemment participé, quelque chose que l’on a exploré aussi… comme certains souvenirs enfouis aussi chez nous…
Bien fait.

Nom série  Les Nuits Assassines  posté le 04/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un « p’tit bouquin » qui, l’air de rien, recèle de vraiment bonnes choses !
C’est d’abord une rencontre que j’ai appréciée : celle d’un romancier français et d’un dessinateur coréen ; comme un pont entre l’Europe et l’Asie, et inversement. Et ce pont là : c’est du solide !
J’ai lu un curieux thriller, globalement inspiré, qui aurait quand même pu avoir une intrigue plus « serrée » pour pouvoir le corser plus qu’il n’est.
J’ai apprécié un graphisme mature, à l’impression des traits de dessin « renforcés » qui donnent ainsi plus de poids à l’image. Découpage des planches par contre un peu trop sobre –mais c’est mon avis- .
Jolies couleurs, par contre, qui offrent des atmosphères et captent l’œil du lecteur.

En cause des auteurs, j’ai constaté que, malgré les barrières de cultures différentes, « quand on veut, on peut ! ».. C’est ce qui a été fait ici.

Et bien fait…

Nom série  Journaliste  posté le 04/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Zorro est arrivé-é-é…
J’ai lu l’histoire d’un plumitif qui se sert de son art pour régler ses comptes à la « saloperie » qui, d’après lui, est en train de pourrir la société nippone.
Pas facile, quand même, d’essayer de montrer ce que peut être la réalité des choses ainsi que de montrer au grand jour la vérité ; surtout que Mineo est quelqu’un de quand même naïf.

C’est en fait via Mineo que l’auteur donne envie de croire en cette histoire, de montrer aux gens une sorte d’idéal (son idéal ?..) de la société.
Bien aimé le dessin. Un trait dynamique, bien servi dans un bon découpage des planches, rend le récit quand même nerveux ; même si l’ensemble est quand même d’une facture assez classique.
Mais je n’ai pas boudé mon plaisir à la lecture de cette sorte de « chronique sociale » des médias modernes.
Pas mal.

Nom série  Le Tour d'écrou d'Henry James  posté le 04/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Vous savez quoi ?… je ne sais pas trop ce que j’ai lu !…
« Le Tour d’écrou » (de Henry James), et d’après mes recherches, est « un énorme chef-d’œuvre de la littérature fantastique britannique » .
Si tel est le cas, cette littérature est vraiment tombée bien bas OU la transposition ici donnée en BD ne vaut vraiment pas tripette. J’opte plutôt vers la seconde solution.

Les premières pages sont « longues à lire » et rebutent déjà un tantinet.
Mais, ensuite, c’est toujours un manque de rythme entre le dessin et le textuel qui rend le tout lassant.
Pas de plaisir donc, surtout que le dessin est parfois peu abouti en cause des personnages, de leur mise en place, du découpage ( ?) des planches.

Voilà une BD qui m’a « dérangé » car je ne sais pas où Duphot a voulu m’emmener, moi, malheureux lecteur.
Mais savait-il lui-même où il se dirigeait ?..
L’ensemble, ici, est comme une sauce aux nombreux ingrédients. Mais elle n’a pas pris… J’émets un « boaf » ; et encore, je suis dans un bon jour.

Nom série  Blanco (Le Chien Blanco)  posté le 04/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Houlà… méchant, le toutou !… mais il n’y peut rien, le pauvre ; on ne lui a pas demandé son avis pour –génétiquement modifié- devenir une véritable machine de guerre, un arsenal de puissance, un Rambo à pattes !..
« Blanco » est aussi une belle leçon de vie, de liberté face à des médecins ( ?), des « expérimentateurs »… euh… qui n’osent jamais tenter telle ou telle expérience sur eux-mêmes !… Y sont pas cons !…
Alors, ils se font bouffer, attaquer, croquer ?… Tant mieux !.. Fallait pas commencer !..

A part ça, j’ai lu et vu quelque chose qui renferme pas mal d’atouts : une action bien rythmée, une dynamique dans le style, une belle mise en page avec des découpages comme dans les story-boards de cinéma.
Une série « mordante ». Pas mal.

Nom série  Taxi Molloy  posté le 01/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
M’embête, cette BD... m’embête…
Elle a des qualités… mais aussi des défauts !..

J’ai eu affaire à Molloy, un jeune chauffeur de taxi auquel il « manque une case » ; quelqu’un à l’esprit rêveur… et… euh… fortement attiré par les femmes.
J’ai lu l’histoire d’un gars qui est dans son monde, avec ses propres codes ; un monde où il ne laisse entrer personne et d’où moi, lecteur, je me sens un peu exclus.

Alors j’ai laissé Molloy avec sa vie et me suis intéressé à New York où il travaille.
Et là j’ai découvert la ville, sa ville, sa vision… et cette vision m’a plu.
Graphiquement, ça en jette quand même ! Le style, le trait sont accrocheurs et chaque planche apporte un vrai plaisir visuel. Il faut dire que les couleurs apportent une sorte d’aura aux cases.

Je me suis donc laissé mener dans une histoire décalée, subtile aussi… mais où il ne se passe pas grand chose. Je ne sais où Dimberton a voulu emmener le lecteur ; et je ne le sais toujours pas.
C’est peut-être ça qui fait quand même la force de cette BD. Les choses de la vie…

Nom série  New-York Mi Amor  posté le 01/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mmpff... J’ai un problème (mais en est-ce un ?...) : je ne suis pas fan de Tardi. Pourquoi ?… J’en sais rien.. c’est comme ça !.
Lorsque cet opus m’a été prêté, j’ ai grimacé intérieurement.. « Bon, allez mon vieux, fais un effort… » ai-je pensé.

Je me suis donc « attaqué » à ce tome qui reprend quatre récits parus voici une trentaine d’années. Je dois quand même reconnaître que le « style Tardi » est vraiment reconnaissable et qu’il sait y faire.
Ici, il m’a emmené à New-York, « son » New-York. Et à sa façon d’en « parler » il profite pour brosser un beau portrait graphique –il me semble- de « Big Apple ».
Et à part çà ?.. ben, je n’ai pas été transporté par les histoires. Œuvres de commande(s) ?… possible. Mais, bon, Tardi est actuellement apprécié d’une certaine frange du lectorat d’où –boum- on sort un bel album pour mettre en belle place dans une Bdthèque.
Pas pour moi.

Je précise que je n’ai pas été déçu par ce tome, mais je n’en ai vraiment retiré aucune réelle satisfaction… comme un hot-dog sans moutarde…

Nom série  Blanche (Delcourt)  posté le 01/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une jolie série, bellement exécutée ; tant au point de vue narratif que graphique.

Elle m’a « parlé » de deux personnes :
L’une –Blanche- est daltonienne et ne voit pas le monde « normalement ». Pour elle, dans un certain sens, le monde n’a pas de couleurs.
L’autre –Toumaï- est serviteur et –aussi- esclave. Et lui voudrait d’un monde sans couleurs.

Tout devrait les opposer dans ce siècle dit « des lumières » car existait pour l’une comme pour l’autre le rapport « maîtresse-esclave ». J’ai lu une sorte de confrontation entre deux personnalités ; lesquelles vont doucement se rapprocher.
Histoire attachante –parfois un peu trop simple, linéaire- elle est néanmoins bien construite et, qui plus est, bénéficie d’un graphisme qui la « porte ».

Joli le dessin : une ligne, un trait mature mis au service d’une jolie découpe dans la mise en page. Ce découpage, ce placement des « cases » rehausse l’intérêt de la lecture.
La colorisation est toute en finesse et « joue » bien des ombres portées.
J’ai aussi retenu la très belle couverture laquelle me reflète l’attente… ou l’espoir.

Bien fait.

Nom série  Pitche  posté le 01/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C’est pas récent, c’est vrai… c’est même très vieux ! Une sorte de série antédiluvienne qui faisait rire Noé sur son arche !
C’est à partir de 1930 que ses aventures sont publiées dans « Le Bon point amusant ». ( !). On le retrouve un an plus tard dans « Benjamin » puis dans « Pierrot » en 1932 (j’en ai !!…).

Pitche est un petit bonhomme dans le style de Charlot sauf qu’il n’est pas un vagabond.
Toujours bien habillé (souvent en queue-de-pie, cravate, chapeau melon ou haut de forme) il vit –ou plutôt « subit »- des petites mésaventures humoristiques « de tous les jours ». Quand même imbu de sa personne, Pitche se démène souvent pour rien.

Ces historiettes, chacune mise en scène en une page, sont d’un humour enfantin.
Il ne faut surtout pas se creuser ses méninges pour les comprendre. Quoique, parfois, je me suis mis à penser « c’est sensé faire rire ?…). Il faut dire que son créateur, Stonkus, était un Lituanien établi en France et l’humour des pays de l’Est est quand même différent de ce qu’on a l’habitude de voir et/ou lire.
N’empêche, Pitche a eu beaucoup de succès. Les lecteurs préfèrent toujours voir quelqu’un de bien habillé recevoir une tarte à la crème dans la figure qu’un pauvre hère.

Il eut même les honneurs de 7 albums cartonnés, format à l’italienne, dont 6 édités chez Hachette de 1932 à 1937.
Ce que j’en retiens ?…à vrai dire pas grand chose ; juste le plaisir de posséder 3 albums et de dire à mon petit-fils : « Tu vois ?.. c’est ce que ton arrière-arrière-grand père lisait… ».
Et ça ne l’interpelle pas plus que ça… bof…

Nom série  Jérôme Bluff  posté le 01/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai surtout apprécié Martial, l’auteur, à la lecture de sa série « La famille Bottafoin » ; une chronique paysanne de la France profonde.
Mais ici… bof… « œuvre » de délassement ?.. je ne sais… car il y a un goût de déjà lu/déjà vu.

Le dessin, net, bien lisible, est mis en valeur par un noir/blanc qui fait bien ressortir les personnages des situations –surtout Jérôme- dans lesquelles ils se retrouvent emmêlés. Mais pour le reste… ces historiettes ne me tirent même plus une grimace de plaisir.

Jérôme ?.. ce sont de petits récits complets. Il fait ses débuts dans l’hebdo Pilote n° 122 du 22 Février 1962 (gloups !… déjà 50 ans !… ben mes amis !…) et tire sa révérence dans le n° 195 du 18 Juillet 1963.

Il aura vécu 7 histoires (tiens !… 5 seulement sont éditées dans cet album GRAND FORMAT !!..). Il n’aura pas laissé un souvenir impérissable. C’est peut-être mieux comme ça…

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 99 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque