Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1120 avis et 393 séries (Note moyenne: 3.05)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  L'Eté Diabolik  posté le 01/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je n'ai pas lu l'album issu de la précédente collaboration entre ces 2 auteurs, et c'est donc avec cet été diabolik que je découvre leur univers. Le style graphique est déstabilisant de prime abord mais je m'y suis très vite fait. C'est très original et plutôt plaisant, c'est surtout très lisible et le coté patchwork psychédélique de couleurs colle super bien à l'époque de l'histoire. Bonne surprise du coté du visuel donc.

Deuxième bonne surprise, j'ai immédiatement accroché à l'histoire. La touche polar - espionnage m'a tout de suite parlé. C'est bien amené, car presque inattendu en fait. On vient de finir un match de tennis entre ados et on se retrouve avec deux espions et une course poursuite en voiture. Ça lance super bien l'histoire, on a envie de connaître le fin mot de tout ça. Que se cache t-il derrière les silences du père ? Qui est vraiment le second homme, monsieur De Noé ? J'aime cette ambiance énigmatique qui règne autour de ces questions et le climat de suspicion qui s'instaure est bien efficace.

A coté de ça, le quotidien de notre jeune héros vient alimenter le reste du récit et donner un peu de profondeur au personnage et à l'histoire. On passe de la relation d'Antoine avec la petite américaine, qui est rigolote à suivre (on se demande à quel moment il va se la faire), à son amitié naissante avec Erik, qui ne semble pas très profonde et pas très sincère. Tout ça aide à situer le contexte du récit, l'état d'esprit des uns et des autres, mais ça nous éloigne parfois un peu de la partie espionnage pure. Avec le recul je dirais que c'est sans doute une bonne chose car chaque péripétie liée à notre histoire d'espion se fait languir, et cette mise en situation est importante. Mais au moment de la lecture, j'étais surtout pressé de savoir ce qui allait arriver, et pas pressé de savoir si les deux ados allait encore se promener, aller à la plage ou fumer une clope l'après midi.

La fin du premier chapitre arrive brutalement et m'a surpris. J'avais presque l'impression d'être coupé dans mon élan. Le deuxième chapitre, plus court, apporte les réponses nécessaires, et elles sont plutôt satisfaisantes, mais je crois que la fin abrupte de la première partie m'a un peu frustré. Tout ça pour dire qu'en refermant le livre je ne savais pas encore si j'avais trouvé cette histoire pas mal, ou franchement bien. En tout cas, ça m'a plu et le souvenir qu'il m'en reste quelques temps après me donne très envie de relire l'été diabolik.

Nom série  Sept Nains  posté le 01/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album figure clairement parmi les réussites de la très inégale collection Sept. L'idée est bonne, le scénario est sympa, et le dessin est pas mal. Lupano nous offre une re visite très maline du conte de Blanche Neige. La première bonne idée c'est d'avoir éviter de perdre du temps à nous présenter les personnages. A priori on les connaît globalement, de toute façon il ne sont jamais nommés et si on reconnaît facilement qu'untel est prof, ou tel autre est simplet, rien ne dit que sont les 7 mêmes nains, et de toute façon c'est totalement anecdotique.

On est rapidement dans le vif du sujet, les événements s'enchaînent à un bon rythme et nous emmène dans une direction assez inattendue qui s'éloigne de l'originale de manière amusante et surprenante pour ensuite la croiser avec des clins d'oeil bien vus, qui rappellent les marqueurs principaux ; le miroir, la sorcière, la pomme... Ce récit est également teinté d'humour, et sans être drolissime ça fonctionne plutôt bien.

Cette version réinterprétée est donc pleines de bonnes idées, et les mésaventures des nains sont bien plaisantes à lire. Au final, on passe un bon moment et cet album fait parti de ceux de cette collection que je relirais avec plaisir.

Nom série  Tungstène  posté le 01/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Parlons du positif : la couverture est réussie, elle attire l'oeil et donne bien envie de lire cet album.
Parlons du négatif : le reste.

Cette BD à reçu le prix du meilleur polar à Angoulème, c'est peu de dire que je ne comprends pas ce qui a motivé ce choix tellement j'ai lu des polars mieux que ça. Je ne sais même pas par où commencer pour lister tout ce qui ne va pas ici. Le début n'est pas accrocheur, la suite non plus remarque, mais généralement c'est toujours bien de rendre une histoire prenante dès les premières pages.

Ici on a des palabres entre 2 personnages, qui du haut de leur colline, regardent 2 pécheurs en infraction un peu plus bas. C'est longuet et là ou on attend un événement, des rebondissements, une confrontation avec les hors-la-loi, ou au pire juste un minimum d'action, il ne se passe rien. Juste une dispute entre 2 personnes qui n'ont pas le même point de vue. C'est vraiment pas intéressant et ça dure un nombre bien trop élevé de pages.
Plus tard un flic viendra se joindre à eux, et là il va enfin y avoir de l'action. Mais honnêtement quand ça arrive après 100 pages c'est trop tard. Et pire, même la scène d'action arrive à être molle tant l'intervention du bonhomme est étalée sur des pages et des pages. Pour moi cette narration bien trop lente est rébarbative.

Ensuite, ou en même temps, on sait plus, le récit bascule sur 2 jeunes femmes dans un bus qui discutent de leur quotidien et de leurs problèmes personnels. Qui ? Pourquoi ? Quel rapport ? En tout cas là aussi c'est pas palpitant. Bien sur tout ça doit rejoindre l'autre histoire un peu plus tard mais c'est tellement décousu et monotone qu'on a même pas envie de savoir ce qui va réunir tout ça.

J'ai lâché l'affaire avant la fin et j'ai arrêté de me faire du mal au bout de 120 pages. C'est décevant, y'a pas d'intrigue de fond, pas de suspense, rien qui suscite la curiosité et l'envie d'avancer dans cette lecture. Bref il manque tout ce qui constitue à mes yeux un bon polar, mais c'est ce livre qui a reçu le prix de l'année ?

Nom série  L’Homme qui ne disait jamais Non  posté le 01/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'amnésie est un sujet qui a été maintes fois abordé que ce soit en film, en livre ou en BD. A force, on pourrait croire que ce n'est pas tellement original, et c'est sans doute un peu vrai. Mais globalement je suis plutôt agréablement surpris quand je lis ce genre d'histoire car les auteurs arrivent souvent à trouver un angle d'approche intéressant ou un élément original qui secoue un peu les certitudes et empêchent de tomber trop dans le déjà vu.

Et c'est le cas ici. C'est l'histoire d'un homme qui se réveille dans un avion sans aucun souvenir, même sa propre identité lui ait totalement inconnue. Il va faire équipe avec une hôtesse de l'air pour remettre de l'ordre dans le puzzle de sa vie. Ainsi ils remontent ensemble une sorte de jeu de pistes où chaque indice éclaire le personnage (et le lecteur du coup) sur des éléments de sa propre vie. Evidemment il ne va pas simplement rentrer chez lui et retrouver sa femme en train de l'attendre. Il va bien sur y avoir quelques surprises pour mettre du piment dans tout ça. Et ça fonctionne bien, c'est bien mené et la fin à tiroir est plutôt bien vue.

A coté de ça l'hôtesse de l'air et son petit coté madame je sais tout, ascendant pot de colle spécialiste en trouble de la mémoire, m'a légèrement énervé. Si c'est voulu c'est réussi :-)
Au final un moment de lecture sympathique, mais qui ne restera pas dans ma mémoire outre mesure.

Nom série  L'Homme qui tua Lucky Luke  posté le 01/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Enfant je tapais volontiers dans la collection de mon père pour lire une aventure du cow-boy plus rapide que son ombre, mais ça fait trèèèèès longtemps que je n'ai pas ouvert un album de Lucky Luke. Du coup c'est avec un très bon a priori et une certaine envie que j'ai attaqué celui-ci.

Et j'ai apprécié plein de choses dans cette lecture. J'ai aimé tous les petits clins d'oeil qui rappellent agréablement l'ambiance des albums originaux. Ca va du traditionnel saloon au shérif véreux en passant évidement par la petite ville isolée, les indiens, la diligence, les chasseurs d'or... bref tous les éléments qui constituent l'ADN des aventures de Lucky Luke et qui sont intelligemment repris ici. On a l'impression de connaître les lieux et les protagonistes et ça met à l'aise dès le début de l'album. L'intrigue est elle aussi pas mal, il y a des rebondissements qui rythment le récit, même si certains sont trop prévisibles. Ca reste très sympa et ça en fait un bon album de Lucky Luke.

Finalement ce qui me retient de mettre 4 étoiles c'est qu'aussi agréable que fut cette lecture, et qu'aussi bien fichu soit il, cet album donne l'impression au final d'être une 75e aventure du cow-boy solitaire. Il manque un petit twist qui en ferait un hommage à part, qu'on relit plusieurs fois en se disant waow. C'est bien, mais si occasionnellement dans 10 ans j'ai envie de relire un Lucky Luke je ne vois pas trop pourquoi relire celui là plus qu'un autre.

3,5/5

Nom série  Androïdes  posté le 03/07/2016 (dernière MAJ le 31/10/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nouvelle série d’anticipation, Androïdes réunit 4 duos d’auteurs pour 4 histoires indépendantes. Les artistes ont eu la liberté de choisir lieu, époque et personnages, le point commun est évidemment la présence d’androïdes au centre de l’intrigue.

Tome 1

Le premier opus se passe en 2500 et quelques, et j’ai immédiatement accroché à cet univers futuriste. Le background est très crédible, les humains sont devenus stériles, ils ne peuvent plus se reproduire, mais par contre ils ont trouvé une pilule qui, avec une prise régulière, leur assure la vie éternelle. Niveau technologie, ils sont évidement très avancés et de nombreux robots les assistent dans leur quotidien. C’est dans ce contexte qu’on suit Liv, une flic qui mène une enquête sur un meurtre.

Bref ça part bien, le contexte est réussi, crédible, et cette enquête est prenante juste ce qu’il faut pour se laisser porter par l’intrigue. En plus le dessin est au diapason, le style est tout à fait adapté à ce récit d’anticipation. Tout ça est saupoudré d’une petite dose d’action et de quelques personnages secondaires qui prendront de plus en plus d’importance.

Et enfin je salue les révélations finales, entre vérité cachée et mensonges à grande échelle, l’idée qu’a eue le scénariste et qui justifie tout ça est simplement remarquable. J’adore être surpris de la sorte.

Un premier tome impeccable, j’espère que les suivants seront du même niveau ! Leur parution rapprochée permettra vite de le savoir.

Tome 2

Le second tome nous emmène à bord d'un gigantesque vaisseau d'exploration spatiale. Celui-ci est très loin de la terre lorsque une pluie d'astéroïdes le transforme en passoire. A son bord 2 survivants, un androïde nounou et un enfant. L'androïde décide de le ramener coute que coute sur terre, mais lorsqu'il y arrive celle-ci ne ressemble absolument plus à la planète qu'ils avaient quitté. Ils se retrouvent dans un décor post apocalyptique et les quelques humains survivants semblent être retournés à un état assez primitif.

Visuellement c'est une nouvelle fois très agréable. Que ce soit le vaisseau, les vues de l'espace, les décors de la terre où la nature a repris ses droits, le dessin est très soigné et lisible. Il nous plonge très bien dans l'ambiance.

Le tome 1 m'avait enthousiasmé par son originalité et les surprises réservées par le scénario, hélas c'est beaucoup moins le cas ici. C'est plus classique, un peu trop pour tout dire. On trouve tout ce qu'on s'attend à rencontrer dans un récit de survival. L'hostilité du milieu naturel et les réactions des habitants de cette Terre sont prévisibles. Le déroulement de l'intrigue est également assez linéaire. Un peu plus de péripéties inattendues auraient été bienvenues.

Ca reste quand même pas mal, mais un cran en dessous du premier tome.


Tome 3

Je suis un peu déçu par le 3e tome pour plusieurs raisons. Niveau SF, Sylvain Cordurié avait développé un sacré univers avec Acriboréa, et sans doute à cause de ça, j'attendais mieux de sa contribution à la série Androïdes.

Coté dessin, c'est sympa, surtout les décors. C'est plus compliqué pour les personnages qui sont tous habillés avec la même tenue...
Coté scénario, l'intrigue ne m'a pas emballé plus que ça. On a un récit post apocalyptique où des humains se réveillent avec des pouvoirs qui leurs permettent de lutter contre des entités extra terrestres venues foutre le bordel sur la terre. C'est trop classique, trop cliché dans le déroulement. Le héros qui débarquent avec ses pouvoirs plus développés que les autres : il est l'élu qui arrive pour les sauver et qui va faire basculer ce combat à priori inégal. Bien sur il n'en ai pas convaincu et il est désagréable avec les autres. D'ailleurs, le vocabulaire trop familier, limite argotique parfois, n'est pas non plus un argument qui aide à entrer dans l'intrigue.

Il manque quelque chose pour que cette histoire soit originale et passionnante.... Et pourtant l'idée originale était là !
En effet la déception globale vient aussi de la fin.... qui est géniale ! L'idée de l'origine des maux de la Terre, le pourquoi de ces entités extra terrestres, ce qu'ils ont apportés sur notre planète et la révélation sur les vrais Androïdes de l'histoire : que c'est bien vu !

Du coup, au final c'est un album frustrant : un récit quelconque pendant la majeure partie et une superbe fin qui hélas ne représente que 10% de la lecture. Dommage !

Nom série  Otto, l'homme réécrit  posté le 24/10/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un nouvel album de Marc-Antoine Mathieu c'est toujours un évènement. Cet auteur est tellement à part, ses créations tellement originales, et il est capable d'exploiter le médium de la bande dessinée de manière totalement géniale.

Il faudrait un peu plus se méfier de l'autocollant "recommandé par philosophie magazine" apposé sur l'album. Il est ici question de Otto un artiste reconnu qui hérite d'une malle contenant l'intégralité des 7 premieres années de sa vie sur différents supports numériques, photos, audios, vidéos, journaux... Il va se replonger dans ses jeunes années dont il n'avait plus aucun souvenir. Cette plongée aux origines de lui-même sera l'occasion d'une introspection sur l'origine de sa personnalité.

Et c'est ainsi que MAM nous emmène dans un album rempli de questions existentielles alambiquées. Le tout est plus proche de la disserte de philo sur le sujet pourquoi sommes nous nous même que d'une aventure kafkaïenne de Julius. Il y a peu de dialogue, tout est quasiment en voie off. C'est celle ci devient vite pesante. Le dessin est évidemment dans le même style que d'habitude, mais les occasions de nous surprendre seront rares : quelques cases avec des jeux de perspectives inventives, 2 miroirs l'un en face de l'autre reproduisant la même image à l'infini, et deux ou trois autres trop rares idées originales. On ne peut pas créer une anti case à tous les coups.

Au final, je n'ai pas du tout été emballé par l'expérience proposée par l'auteur. La lecture est assez poussive, je ne me retrouve pas du tout dans le sujet, dans les questions existentielles, ni dans les éléments de réponse qu'il apporte. D'un point de vue expérimental je n'ai pas trouvé cet album original, et pour moi son scénario n'est pas passionnant. Surprenant oui, mais pas dans le bon sens finalement.

Nom série  Sept Cannibales  posté le 24/10/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans la famille "Sept", je voudrais les cannibales. Ce volume nous raconte l'histoire de 7 amis fortunés et puissants, qui ont un gout pour les soirées orgiaques hors du commun. Ainsi chaque année, l'un deux organise une fête mémorable qu'il tente de rendre encore plus grandiose et plus dingue que les précédentes. Et une fois qu'ils se sont déchainés toute la nuit à coup d'alcool et de cocaine le titre ne laisse aucun suspens sur la façon dont se termine le banquet.

Le récit ne perd pas de temps à présenter les personnages et rentre vite dans le vif du sujet. La construction du scénario propose de fréquents flash-back qui montrent l'évolution des fêtes annuelles et comment l'intensité de celles ci monte crescendo. C'est pas mal amené, on en montre suffisamment pour que ce soit dérangeant, mais sans en montrer trop non plus.
Bien qu'il soit nécessaire, on aimerait quand même que cet historique avance plus vite vers la fête de cette année, qui est sensé constituer le plat de résistance de cette histoire. Et en fin de compte, comme tout ne va pas se passer comme prévu, c'est assez bien vu d'avoir fait monter la mayonnaise de cette façon.

Le thème va forcément déranger certaines personnes, mais on passe finalement un plutôt bon moment avec ces 7 cannibales.

Nom série  Alex + Ada  posté le 16/10/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les robots ont ils une conscience ? une âme ? C'est une question maintes fois explorée par les oeuvres mettant en scène des intelligences artificielles humanoïdes (ou non d'ailleurs). Ce comics apporte sa pierre à l'édifice de manière plutôt intéressante.

Dans une époque future non datée, Alex reçoit en cadeau une androïde ultra sophistiquée qui ressemble à s'y méprendre à une humaine. La condition de celle-ci va beaucoup l'interroger. Que ressent-elle ? Que veut-elle vraiment ? A t-elle un libre arbitre. Ce sont les question auxquelles il va essayer de répondre. La construction du récit est intéressante. L'histoire se met en place petit à petit, on découvre progressivement le niveau technologique de cette époque. Il y a des idées sympas d'ailleurs.

Ainsi, quand Alex reçoit Ada, et avant qu'il se pose des questions, le background est déjà bien planté et on apprend à découvrir Ada avec lui. Du coup quand arrive le moment des questionnements, on est au même niveau de connaissances que lui. Et c'est plutôt efficace pour s'immerger dans cette histoire.

Aux crayons on retrouve Jonathan Luna, et ceux qui ont lu ses albums précédents ne seront pas dépaysés. On retrouve le même visuel informatique qu'on a découvert dans Girls. Ca tient la route pour ce genre d'histoire même si c'est un peu froid quand même.

En conclusion ce premier tome est intéressant dans sa façon d'aborder un sujet pas très novateur. Espérons quelques surprises dans la suite qui pourraient faire grimper la note d'ensemble de la série.

Nom série  Infinity 8  posté le 12/10/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Infinity 8 est un petit événement qui débarque chez Rue de Sèvres. Une série de SF ambitieuse qui comportera 8 tomes à sortie rapprochée et qui est pilotée par un casting des plus aguicheurs (Trondheim, Vatine, Zep, Bertail rien que pour débuter). Les 2 premiers tomes sortent sous forme de plusieurs livrets souples de 36 pages chacun. C'est une très bonne idée car ils sont franchement réussis ces livrets. Le clin d'oeil aux séries Z et autres comics sont sympa, et les petits bonus genre fausse pub et auto promo dans les dernières pages sont bien fun. J'aurais bien lu toute la série comme ça.

Coté scénario on a un space opéra avec un énorme vaisseau qui transporte des individus de 257 races différentes (oui les humains sont loin d'être les seuls êtres vivants de l'univers). Ce vaisseau se retrouve bloqué et le commandant décide d'envoyer des agents explorer les alentours pour comprendre la situation et débloquer le convoi. La petite astuce sympa c'est qu'au bout de 8 heures le commandant à le pouvoir de revenir en arrière et d'offrir un reboot de l'histoire. En gros il rappelle son agent et en envoi un autre en ayant connaissance de ce qui a été découvert précédemment. Avec un Trondheim aux commandes on est en droit d'espérer quelques situations bien cocasses basées sur ce mécanisme.

Si l'introduction est sympa et accrocheuse, la suite du récit m'a un peu laissé sur ma faim. Par exemple, le 2e épisode se résume à un cache cache gravitationnel entre l'agent Yoko Keren et un vilain extra terrestre. Et en 36 pages l'histoire principale n'a pas bougée ! Le ton est évidemment léger et prétexte à la déconne. Ca marche plus ou moins, si certains dialogues sont amusants d'autres tombent un peu à plat. La fin du premier tome (ou 3e livret) offre l'occasion d'un premier saut temporel et avec la suite débute donc la première variante de l'histoire. On part sur complètement autre chose avec l'introduction de nazis nostalgiques, amateurs de déco et de petits gâteaux.

J'ai l'impression qu'il faut s'attendre à pas mal d'idées farfelues dans le scénario. De ce coté là, c'est plutôt plaisant. Par contre la trame principale n'est pas encore assez développée, mais je fais confiance à Lewis pour que les conséquences des différents reboot boostent tout ça dans les prochains tomes.

Nom série  Trashed  posté le 06/10/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais beaucoup aimé ma lecture de Mon ami Dahmer et c'est avec curiosité que je me suis plongé dans Trashed. Pas tout à fait autobiographique, mais un peu quand même, ce récit s'inspire de ce qu'a vécu l'auteur lorsque il a effectué le job d'éboueur quand il avait une vingtaine d'années.

Il raconte tout un tas d'anecdotes liées à cette activité, et autant dire que je n'aurais pas pu en imaginer la moitié ou le quart avant de lire ce livre. Il leur arrive un tas de choses qu'on ne soupçonne pas. C'est romancé et plutôt bien raconté. Certains passages m'ont vraiment fait éclater de rire, d'autres m'ont scotché. On apprend des trucs très intéressants sur l'écologie et le recyclage des déchets. Notre monde va mal mes amis.

A coté de ça, il y a quand même plus de 200 pages sur le quotidien de jeunes qui ramassent les poubelles et qui se retrouvent confrontés à des problèmes récurrents : animaux morts, objets trop encombrants ou jus de poubelle qui coule. Du coup lorsqu'on s'écarte des anecdotes les plus marquantes il y a quand même quelques petites longueurs.

Un album intéressant que je suis content d'avoir lu.

Nom série  Bonne Continuation  posté le 25/09/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album contient 56 planches, à raison d'un dessin humoristique par page. C'est le même format que les albums de Serre ou de Mordillo par exemple.

Ici l'humour est plutôt adulte, avec des gags assez grinçants. On croisera des girafes décapitées ou des trapézistes sans bras. C'est assez cynique et plutôt drôle dans l'ensemble. Je dirais que c'est d'autant plus drôle que le dessin est léger. On dirait presque un livre d'illustration pour enfant. Ce décalage entre l'image est le propos est une force qui contribue bien à faire sourire le lecteur.

Au final c'est plutôt tout bon, mais il y a deux petits bémols tout de même : tous les gags ne sont pas aussi drôles et malheureusement un tel album est beaucoup trop vite lu.

Nom série  Bad Blood  posté le 25/09/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bad Blood est un récit moderne sur le thème des vampires. L'idée originale de cette histoire c'est qu'au delà des traditionnels crucifix et bottes d'ail, un sang impur se révèle être une arme imparable pour lutter contre les vampires.

C'est ainsi que Trick un ado atteint de leucémie et son amie toxico vont se retrouver au centre du combat. Tout ça est amené progressivement et de manière plutôt efficace. Le récit est contemporain, Trick est un étudiant comme un autre, si on excepte sa maladie. Rien ne le prédestinait à être le fer de lance de ce combat. Tout commence quand il se fait mordre par un vampire. Et contre toute attente celui qui s'y est essayé ne va pas se remettre de son petit déjeuner. C'est cet évènement qui lance le récit.

Une fois cette base posée, on a droit a des investigations des protagonistes qui cherchent à comprendre ce qui se passe et a démêler le vrai du faux. C'est plus ou moins efficace et cette tournée des clubs underground de la ville, à la recherche de tout ce qui touche au vampirisme, est plus ou moins prenante. Si on a envie de connaitre le fin mot de l'histoire, il y a quelques longueurs malvenues dans la deuxième partie.

Au final si l'idée de départ était sympa, la progression de l'intrigue est un peu plus quelconque. Du coup on obtient pas forcement un album dont la lecture restera marquante, sauf peut être pour les grands fans de ce genre de récit ?

Nom série  Les Enquêtes du Commissaire Crassoulet  posté le 19/09/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Olivier Le Bellec, le scénariste est également policier, ce qui était un atout non négligeable pour écrire sa première série, 22 parue également chez Delcourt. Ce polar respirait le vécu, le passé de l'auteur étant une source prolifique d'anecdotes pour alimenter son récit.
Il renouvelle l'expérience de la BD avec une autre série policière, dans un genre nettement moins réaliste cette fois, puisque si il est toujours question de police, finit l'aspect réaliste et place à l'humour léger et bon enfant du commissaire Crassoulet.

Fainéant et maladroit, il fera son maximum pour en faire le minimum et ses aventures sont ponctuées de déconvenues plus ou moins amusantes selon les situations. On est dans le format un gag par page. Niveau humour c'est léger et gentillet. J'avoue que cela ne m'a pas vraiment touché, exceptés quelques sourires par ci par là, la plupart des gags m'ont laissés indifférent.

Le dessin est en accord avec le style de ce tête série. Assez minimaliste il est plutôt réussi dans son genre et s'associe bien à cet humour gentillet. Peut être que ça parlera beaucoup plus aux enfants ou aux ados qui rigoleront de bons coeurs aux mésaventures de Crassoulet mais avec mes yeux d'adultes j'ai eu du mal à trouver ça très drôle.

Nom série  Pile ou face  posté le 15/09/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pile ou face raconte les aventures de 2 jumeaux, Cléo et Alex en Amériques dans les années 1860. Orphelins, ils font partie d'un gang qu'ils choisissent de trahir en échange d'un billet de train qui doit les conduire en Nouvelles Orléans vers une vie meilleure.

Le chemin sera particulièrement chargé en imprévus et en rebondissements. Avec ce livre on à un vrai récit d'aventures qui rappelle les romans de notre jeunesse, ceux qu'on lisait lorsqu'on avait l'age des héros et qu'on vivait leurs aventures par procuration. Il y a de ça ici. Il sera question de retrouver un père disparu, de chasse aux trésors, de traversées en bateaux, de pirates.... Les chapitres s'enchaînent agréablement, l'intrigue est intéressante et bien rythmée par les péripéties.

De prime abord on est en présence d'un récit plutôt orienté jeunesse, les ados s'identifieront facilement aux héros et se projetterons aisément dans leurs aventures. Cela dit c'est tout à fait plaisant avec un regard d'adulte et au final c'est pas mal du tout !

Nom série  Au fil de l'eau (Diaz Canalès)  posté le 11/09/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Si il n'est pas rare de voir des dessinateurs se lancer dans l'écriture de scénarios, l'inverse est beaucoup moins vraie. Juan Diaz Canales qu'on connaissait pour ses talents de scénariste, sur Blacksad notamment, devient un auteur complet avec cet album. Et en plus d'avoir du talent avec son stylo, il est également très doué avec crayons et pinceaux ! Lorsqu'on ouvre l'album pour le feuilleter la première impression est assez frappante, c'est même assez spectaculaire de se dire qu'avec une telle maîtrise du dessin, il s'est contenté uniquement de scénariser des albums pour le moment.

Au fil de l'eau est un récit tout en noir et blanc, le trait est très expressif ce qui permet de plutôt bien sentir l'ambiance qu'il souhaite instaurer. L'histoire est celle d'un petit vieux qui avec ses potes commet des petits larcins pour arrondir les fins de mois difficile. Si ça amuse plus qu'autre chose son petit fils, qui est flic, l'atmosphère va légèrement se tendre lorsqu'un des amis sera retrouvé mort dans des conditions plutôt mystérieuses.

A la frontière entre le polar et le roman graphique, cette chronique sociale montre les conditions pas évidentes dans lesquelles vivent les retraités espagnols, sur fond de crise économique. Il y a des choses intéressantes qui tournent autour de cette partie là du récit. Des réflexions sur ces vies pas faciles, ou sur sur le temps qui passe et la vie qui est dernière ces octogénaires. Ces aspects là du récit font penser à un pur roman graphique, sans toutefois arriver à être vraiment émouvant ou bouleversant. A coté de ça la partie polar plus traditionnel, sur les meurtres des octogénaires, n'est pas assez surprenante non plus. Il n'y a pas spécialement de tension, on devine aisément la fin même si ce n'est pas désagréable du tout.

Le récit oscille entre ces 2 aspects et au final on dirait qu'il n'a pas totalement choisi son camp. Les deux sont sympas, mais on referme l'album avec le sentiment que l'un est l'autre aurait pu être un peu plus poussé. On passe un bon moment, mais pas sur que cette histoire marque durablement les esprits.

Nom série  Seraphin Cantarel  posté le 28/08/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette nouvelle série est une adaptation de romans "patrimoniaux" signés Jean-Pierre Alaux. Chaque tome représente une histoire complète (un roman). Je n'avais jamais entendu parler de ces romans mais je me suis rapidement laissé porter par l'enquête menée par Séraphin Cantarel. Ce personnage est plutôt original. Conservateur de son état, il emmène le lecteur avec lui dans ses aventures qui ont pour cadre des monuments français. Il est assez loin des détectives qu'on rencontre dans les histoires policières, au contraire. Avec son air franchouillard et son gout pour les vielles pierres, il a au début un petit coté Louis la brocante, sans la camionnette, mais il gagne en sympathie et en crédibilité tout au long de l'histoire.

Ce concept de polar historique est assez efficace pour plusieurs raisons. D'abord l'enquête en elle même est plutôt prenante. Simple mais prenante. Ensuite la petite touche documentaire qui met en scène un lieu historique est suffisamment vite expédiée pour se limiter à un petit historique du phare. Elle s'arrête avant de franchir la frontière avec le rébarbatif et du coup c'est pas désagréable.

Plus on avance dans la lecture plus la sauce prend et cette enquête avec ses différents suspects potentiels se montre de plus en plus agréable à suivre. Au final on se retrouve avec une histoire vraiment pas mal du tout. Je lirais les tomes suivants avec plaisir.

Nom série  Un homme de joie  posté le 26/04/2015 (dernière MAJ le 20/07/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il y a comme ça des albums qui vous prennent et qui ne vous lâchent plus sans qu'on puisse vraiment l'expliquer. Un homme de joie est un peu de cette catégorie parce qu'en fin de compte l'histoire n'est pas spécialement originale, mais la narration, le dessin et l'ambiance font qu'on ne repose ce premier tome qu'une fois les 56 planches avalées.

L'histoire est celle de Sacha, un immigré ukrainien qui débarque aux USA dans les années 30 avec 50 dollars en poche. Avec lui on se balade dans New-York, et on avance au gré de ses rencontres. On découvre les chantiers de construction d'immenses grattes ciels, ce qui, au passage, nous offre des perspectives et des vues plongeantes magnifiques sur la ville.
Son quotidien est secoué par un mafieux avec qui il va arpenter la ville entre prostitution et prohibition. Cette rencontre met en avant une tout autre facette de la vie New-Yorkaise. Moins lumineuse mais tout aussi prenante. Car si ce sujet n'a pas l'air novateur, c'est tout sauf un problème tant l'ambiance nous berce.

Au final on se laisse agréablement happer par ce récit.

Tome 2

Le tome 2 est toujours bien plaisant, même si j'ai l'impression que certains détails qui faisaient le charme du tome 1 ne se retrouvent pas dans ce second volet.

Tout d'abord il n'y a plus vraiment la découverte de la ville vue de haut. Dans le même ordre d'idée il n'y a plus le coté rêveur de ce jeune immigré qui parcourt New York à la recherche d'une vie meilleure. Cet espoir est remplacé par un coté polar plus marqué. On prend de plein fouet les impacts des rencontres avec les gens peu recommandables qu'il fait dans le tome 1. Ca fonctionne pas mal en fin de compte, même si ça m'a surpris.

J'aime les polars donc au final j'ai apprécié ce diptyque, même si je ne m'attendais pas forcément à ce que l'histoire prenne un tel virage "polar noir".

Nom série  Holly Ann  posté le 11/01/2015 (dernière MAJ le 20/07/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Direction la Nouvelle-Orléans et son bayou pour suivre une enquête tintée de mythes vaudous. On suit les investigations de Holly Ann, une jeune femme aux nombreux atouts. Car outre son charme, ce sont surtout ses qualités de déductions qui seront mises en avant ici. Elle mène une enquête, parallèle à celle de la police, pour essayer d’élucider une double disparition, celle du fils d’un riche blanc et celle d’un jeune noir.

Immédiatement on rentre dans cette histoire. Le dessin est plaisant, l’ambiance est bien rendue et on sent la chaleur et la moiteur de cette région. Ces disparitions sont intrigantes et les investigations pour les résoudre sont prenantes. L’intrigue est très efficace car elle nous emmène sur plusieurs pistes et les déductions de notre héroïne font avancer le récit petit à petit. Autre atout intéressant, l’intrigue jongle avec le fantasmagorique en utilisant habilement une petite dose de rituels vaudous, ce qui aurait pu lui faire perdre sa crédibilité. Mais non, l’histoire a le bon gout de ne pas basculer dans le fantastique, elle reste du bon côté de la frontière. Choix judicieux car au final on a une vraie bonne histoire qui se tient du début à la fin.

Une fois l’enquête bouclée, la toute fin est ouverte juste ce qu’il faut pour donner envie de s’intéresser aux tomes suivants, qui devraient également se composer d’une histoire indépendante par tome. Du tout bon.

Tome 2

Le tome 2 reprend la même recette et l'exploite avec autant de réussite. Le personnage de Holly Ann prend un peu d'épaisseur. On sent encore un peu plus que dans le tome 1 qu'il y a quelque chose de pas net qu'on nous cache à son sujet. C'est intéressant pour la suite.
Pour ce qui est de l'enquête à proprement parler, elle se déroule grosso modo de la même manière. Notre héroïne va mener ses investigations au nez et à la barbe de la police locale qui ne se montrera pas à son avantage. Tout le contraire de Holly Ann qui fera jouer son réseau de connaissances et qui une fois encore fera preuve d'un esprit de déduction implacable pour résoudre l'affaire.

Le mécanisme fonctionne parfaitement, l'intrigue est bien ficelée, le dessin est bon... que demander de plus ?

Nom série  Les Beaux Étés  posté le 14/07/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien l'idée de cette série : chaque tome raconte les vacances d'un été différent de la même famille. Les années étant différentes et plus ou moins éloignées, on voit la famille évoluer, s'agrandir et on retrouve aussi des ingrédients communs. Sorte de fil rouge / running gag, le départ se fait toujours en retard, on les voit dans la même 4L pleine à craquer, chantant les mêmes chansons sur les mêmes routes. Ca fonctionne et ça apporte une touche amusante à la série.

J'aime bien la façon dont Zidrou raconte ces vacances, ça fait vieux films de famille et même si je ne suis pas parti dans ces lieux, et si je n'ai pas grandi à cette époque, il y a un coté sympa qui rappelle mes propres vacances en famille et qui fait remonter quelques souvenirs d'enfance agréable. Les personnages et l'époque sont d'ailleurs très bien choisis.

J'aime bien le visuel de cette série. Tout a été fait pour que ça respire la bonne humeur. Les visages des personnages sont joviaux, les couleurs chatoyantes nous plongent en été. L'ambiance est très réussie et tout ça respire la bonne humeur et contribue à l'aspect sympa de la série.

Malgré tous ces bons points, il me manque un petit quelque chose pour en faire une série franchement bien. Ca reste assez léger en terme d'humour qui est plus gentillet que vraiment drôle. Pareil pour le fond, ce n'est pas encore suffisamment développé et même si cette famille est sympa et que leur aventures estivales sont divertissantes, il n'y a pas (pas encore ?) le petit quelque chose qui rend tout ça passionnant ou émouvant ou autre sentiment en -ant et qui me ferait vraiment vibrer.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 56 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque