Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3755 avis et 565 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Poverello  posté le 27/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Poverello est la deuxième bande dessinée de Robin après Le fils de Rembrandt paru en 2010 aux Editions Sarbacane. Au niveau du dessin, on mesure tout le chemin parcouru. Il y a incontestablement un réel progrès avec 3 ans de travail pour cette oeuvre un peu novatrice. Je suis véritablement tombé sous le charme.

C'est surtout au niveau de la mise en scène qu'il y a une certaine virtuosité. La vie d'un acteur gâté est chamboulé lorsqu'il accepte d'incarner le rôle de Poverello à savoir Saint-François d'Assise dont s'inspire actuellement notre bon pape. Cette oeuvre va jouer sur les deux tableaux et s'en tirer avec merveille. Point de bondieuserie car je n'aurais pas supporté.

Attention car il s'agit d'un pavé de 600 pages mais qui se lit avec un certain bonheur grâce à une fluidité des scènes: 3 à 4 cases par page. Le texte n'est guère envahissant. C'est en tout cas une manière astucieuse d'aborder la vie de l'un des saints les plus célèbres.

En conclusion, c'est une belle découverte d'un auteur encore inconnu du grand public sauf pour les fans de Bayard Presse. Cependant, la tonalité ne sera guère enfantine avec quelques dessins de nus. Par ailleurs, on va passer de la superficialité, de l'argent facile, de l'égocentrisme, des aventures d'un soir à quelque chose d'autre, de plus humain, de plus beau, de plus sincère. Un livre qui rend étonnamment proche la quête de sens d’un saint très moderne.

Nom série  Le fils de Rembrandt  posté le 27/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici la première bd de Robin qui est directeur artistique dans l'un des magazines jeunesse de Bayard presse ("j'aime lire"). Il frappe fort car c'est un pavé de 300 pages. Le dessin est encore imprécis, voir un peu brouillon par moment. Cependant, il y a un certain dynamisme du trait. On voit qu'il y a du talent même si ce n'est pas encore le top.

On va suivre la vie de Titus de 4 à 26 ans. C'était le fils de Rembrandt qui vivait dans une époque où les épidémies ne faisait pas de quartier. A travers lui, on découvre également son illustre père sous une autre facette. Les difficultés sentimentales, pécuniaire et administrative vont s'accumuler jusqu'au malheur. Tout est abordé sans tabou.

C'est une bd qui a du rythme et de la légèreté malgré tout.

Nom série  Soliman le Magnifique  posté le 26/05/2015 (dernière MAJ le 27/05/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Magnifique ! Il n'y a pas d'autres mots pour qualifier l'impitoyable Soliman ! Bon, il a fait assassiner ses propres enfants en les décapitant par peur de perdre le trône de cet empire qu'il a si difficilement bâti. Il a quand même prit soin d'épargner le plus bête de ses fils, un ivrogne notoire.

C'était un grand conquérant qui se faisait respecter en mettant les villes à feu et à sang. Il savait également faire des alliances notamment avec le Shah d'Iran ou avec les Habsbourg. Quelque fois, il ne respectait pas les traités de paix en envahissant l'Occident pour prendre Vienne par exemple. Magnifique, je vous dis ! N'a t'il pas construit un magnifique mausolée pour la femme qu'il aimait et qu'il a perdu ?

Les dessins sont parfois également magnifiques. On pourra admirer la mosquée de Süleymaniye dans toute sa splendeur. Fort heureusement, l'architecte a échappé au châtiment divin.

Sa puissance et ses richesses au point que les princes européens le surnommaient le Magnifique. Ses ennemis reconnaissaient l’ordre et la justice qu’il faisait régner dans ses états grâce à l’instauration du kanun, un code civil, qui lui valut le surnom de Législateur en Orient. Il faut dire que son empire s'étirait de la Hongrie à l'Irak, de la mer rouge à Tunis, de la mer Noire à la Méditerranée. Il était incontournable.

Bref, cette bd est utile pour faire connaissance avec ce sultan de l'Empire Ottoman.

Nom série  Balles perdues (Walter Hill)  posté le 25/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une histoire qui se passe durant la prohibition dans les milieux mafieux de Chicago enttre les flics véreux et l'attrait pour le pognon. Certes, on va faire un petit tour du côté de l'Arizona sur la route de Los Angeles. Roy est une fine gâchette. C'est clair qu'il y a toujours des balles qui se perdent et cela peut faire mal. La tonalité sera assez sombre.

Je n'ai pas aimé les trognes des personnages notamment de celui que l'on suit dans sa quête de l'amour impossible. Le graphisme fait très photocop. Je n'ai pas trop aimé malgré un trait réaliste. La couleur sépia permet de donner une certaine atmosphère.

En ce qui concerne le scénario, il est assez simple à comprendre ce qui est plutôt une qualité pour un polar (c'est souvent très compliqué et on se perd un peu). La narration se révèle être une réussite. L'approche se révèle assez cinématographique. C'est correct, voir pas mal mais pas assez pour entrer dans les annales du polar noir.

Nom série  Le Meilleur Job du Monde  posté le 23/03/2014 (dernière MAJ le 25/05/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un auteur que j'aime bien et qui réussit toujours à trouver des scénarios surprenants. En l'occurrence, il se base sur une publicité organisé par l'office du tourisme australien pour un concours auquel ont participé plus de 330 000 candidats de 196 pays. les heureux gagnant devaient découvrir pendant leur séjour vacance-travail une nature emblématique pour une expérience de rêve.

En 2013, c'était d'ailleurs une française qui a décroché le meilleur job du monde pour garder la grande barrière de corail. bref, l'auteur s'ancre véritablement dans les réalités d'aujourd'hui. Cela fait du bien pour ceux qui aime la modernité ou ceux qui en ont marre des vieilleries poussiéreuses qui donnent de l'asthme.

Bien entendu, les critiques fusent comme celle concernant la télé-réalité où les jeunes espèrent gagner la célébrité sans rien foutre ou la mériter. Tout semble aller dans le meilleur des mondes pour notre jeune héros en proie à un traumatisme du passé venu le hanter. Des choses mystérieuses se passent sur cette île totalement isolé du reste du monde.

Le suspense est d'ailleurs à son comble à la fin du premier tome et il ira en grandissant dans le second même si le final sera un peu décevant car nous n'aurons pas toutes les réponses. On flirte un peu avec le fantastique dans une atmosphère mi-horrifique. On va sortir des schémas classiques et cela étonne forcément.

C'est diablement mise en scène avec un dessin réaliste à la hauteur. Je suis en tout cas preneur de ce thriller se basant sur une réalité. Le meilleur job du monde, vraiment ?

Nom série  Mâle occidental contemporain  posté le 25/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai bien aimé cette bd sur les rapports homme/femme. Il y a une certaine originalité dans l'approche qui fait que tous les clichés tombent un à un à travers les déboires de notre dragueur looser. Certes, le sujet reste celui de définir une identité masculine.

On a l'impression que la réponse se situe pour les auteurs dans le fait d'adhérer totalement à la cause féministe. C'est traité avec suffisamment d'humour pour ne pas tomber dans des travers. Il est très difficile de nos jours de draguer une femme sous peine de subir les foudres d'une certaine censure morale.

On ne sera pas obligé de suivre la voie emprunté mais on peut s'amuser en lisant cette bd dans cette quête obsessionnelle de notre héros le mâle occidental contemporain vivant en milieu très urbain. Bref, c'est drôle et caustique.

Nom série  Lap ! - Un roman d'apprentissage  posté le 23/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'était la dernière oeuvre d'Aurélia Aurita que je n'avais pas encore lu. C'est chose faite. On s'aperçoit de tout le chemin parcouru depuis Angora. Elle arrive encore à nous surprendre en abordant un sujet totalement différent de ce qu'elle a déjà produit. C'est également une oeuvre plus mâture, comme une sorte de documentaire dans un établissement scolaire autogéré.

Ce lycée se situe à Paris. Ce n'est pas un lycée comme les autres. Il n'y a que des professeurs et des élèves: pas de directeur ou de membre du personnel. Par ailleurs, il y a une libre fréquentation des cours en échange de faire un peu des tâches ménagères. J'ignorais que cela pouvait exister. bref, c'est une expérience unique comme un peu ces villes utopiques crées autrefois par des philanthropes.

Comme à chaque fois, c'est beau, drôle et parfois émouvant. j'aime beaucoup l'approche faite par l'auteure qui est tombé amoureux de ce lieu et qui pourtant n'était au départ qu'une simple observatrice. Elle nous fait partager une expérience singulière et touchante. C'est un vrai roman d'apprentissage.

Nom série  Buzz-moi  posté le 23/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
En 2006, une auteure presque inconnue d'origine asiatique sort Fraise et Chocolat, une bd érotique. Il s'en suit un énorme buzz. Il s'agit d'une bd où une femme ose parler de sexe sans aucune gène. Même les plus gros machos seront choqués et feront preuve d'une certaine pudibonderie mal placée. Quelle hypocrisie misogyne ! Je l'ai lu et j'ai trouvé que cet ouvrage était une voix originale dans la bande dessinée contemporaine, intelligente, drôle, toujours surprenante, à mille lieux d'une bande dessinée à papa ou convenue que je déteste. Cela inverse les polarités traditionnelles !

L'auteure a voulu raconter les coulisses de son succès ou plutôt qu'est-ce que cela fait d'être au centre d'un buzz. Certes, cela a permit aux ventes de décoller véritablement mais il y a eu également d'autres déboires. Pour certains, Aurélia Aurita est une petite bourgeoise sans talent, étalant ses petits problèmes sans gravité pour continuer à être une petite bourgeoise. Pour d'autres, c'est un véritable phénomène qui apporte un certain vent de fraîcheur à la bande dessinée. En ce qui me concerne, j'ai été totalement conquis car elle est réellement douée et elle s'assume. Certes, elle est au centre d'une diffusion d’un contre-discours au féminin sur la libération sexuelle.

Pourtant, elle le rappelle Fraise et Chocolat était une histoire pour dire je t'aime à son célèbre compagnon. Bref, elle restitue les choses dans une sorte de droit de réponse. En même temps, on apprend bien des choses sur la manipulation des médias, sur le comportement de certaines stars du petit écran, et même sur Mazarine Pingeot ou Alain Souchon ! Les anecdotes sont assez sympathiques. Au fond, c'est une véritable critique du sexisme par de nombreux exemples comme quand une journaliste s'oppose à la féminisation des noms de métier lors d'une interview avec Chenda.

Je ne me suis pas ennuyé à cette lecture qui est totalement sincère (à savoir la culture du tout-dire). Pour terminer une petite blague : Buzz-me et Buzz-moi sont sur un bateau. Buzz-me tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste?...

Nom série  Histoires du quartier  posté le 22/05/2015 (dernière MAJ le 23/05/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Palma de Majorque, dans les années 1980. Chaque recoin du quartier où vit Gabi a une histoire à raconter. Adolescent, il traîne avec ses copains dans les rues de son petit monde en essayant de comprendre ce qui s'y passe et se forge une expérience de vie inoubliable.

Entre la drogue, les prostituées et les menus larcins, Gabi se réfugie dans la littérature, le dessin... et découvre que les différences sociales représentent parfois des frontières infranchissables.

Je mets 4 étoiles alors que c'est seulement la première bande dessinée de l'auteur Gabi Beltran. C'est son histoire personnelle dans les quartiers de Palma de Majorque qui nous est contée et cela ne sera pas triste ! J'ai beaucoup aimé ces tranches d'histoires qui le mettent en scène alors qu'il n'a que 14-15 ans c'est à dire l'adolescence. Il signe ici un récit d'une sensibilité rare tout en nuances.

Ces enfants de ce quartier sont des adultes précoces car leurs mères sont des prostituées et les pères sont violents et alcooliques. Chaque chapitre est une tranche de vie indépendante qui met l'accent sur un aspect. Bref, c'est le portrait d'une certaine jeunesse loin des quartiers riches. Forcément, il y a de la délinquance. Cependant, avant de juger, il faut lire cette oeuvre pour se faire une idée et avoir alors une certaine compréhension.

Nom série  Je ne verrai pas Okinawa  posté le 23/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne verrai pas Okinawa : faut-il en faire tout un drame ? L'idée est assez singulière. Notre auteure est coincée dans un aéroport japonais pour une question de durée de son visa touristique. C'est une critique féroce de la bureaucratie japonaise qui accepte les immigrants au compte-goutte. A l'inverse, nous voyons déferler une horde de touristes japonais notamment dans notre pays. Les rapports du Japon avec les étrangers demeurent assez ambigus.

Maintenant, notre auteure semble comparer ce qu'elle a vécu avec le 1984 de George Orwell. C'est là qu'elle exagère car il y a des Etats autrement plus difficiles d'accès que le Japon sur la planète. Que dirait-elle de vendre Fraise et Chocolat en Arabie Saoudite ou de se promener avec à l'aéroport de Riyad ? Bref, c'est simplement une anecdote personnelle montée en épingle !

Au niveau du dessin, il y a de réels progrès depuis que j'avais avisé le sensuel et troublant Angora qui fut remarqué en son temps par la critique. J'avoue bien aimer la rondeur de son trait ainsi que la tête du personnage de Chenda. On arrive à ressentir toutes les expressions du personnage. Il y a de l'humour, de la tolérance et de la légèreté.

Pour les lecteurs les plus chastes qui ont été outrés par ses deux volumes de Fraise et Chocolat, il n'y aura pas ici la moindre scène de sexe traité avec crudité mais non sans candeur. Est-ce un plus ? Incroyable tout de même qu'une même personne puisse produire deux oeuvres si différentes.

Nom série  La Dernière Chevauchée  posté le 22/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Non seulement, je n'ai pas aimé le dessin mais également le scénario. Le graphisme est vieillot et indigeste digne de la bd à grand-papa. Les dialogues se veulent jubilatoires mais ne font pas mouche. C'est comme un tir de pistolet mouillé.

Certes, c'est un western sanglant où l'hémoglobine coule à flot mais il manque l'essentiel: un scénario passionnant qui nous tiendrait en haleine. C'est un peu comme ces films bourrés d'effet spéciaux où il manque une intrigue et un peu d'intelligence.

C'est très loin de mon western culte préféré à savoir Bouncer qui exploite au mieux la violence. Pour une certaine ambiance, je laisse 2 étoiles mais bon, je suis très généreux.

Nom série  La Cicatrice  posté le 22/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'auteur introduit un processus assez intéressant. Nous avons un homme qui est bien ancré dans la vie avec une jolie femme et un boulot de cadre. Certes, ses parents sont divorcés et il faut se taper ses beaux-parents mais concrètement tout va bien. Or, cette mécanique bien huilée va totalement déraper à cause d'une cicatrice ou plutôt l'absence de souvenir. D'autres diront que c'est la pression du travail ou de la famille.

Je le dis tout net : je n'ai pas aimé la fin car on ne saura sans doute jamais. Ou du moins, nous devinons la métaphore du basculement vers une certaine forme de maladie psychiatrique. Je laisse toujours une place importante au besoin de comprendre. L'irrationnel me fait peur comme à Denis, le personnage principal de cette BD intimiste dont le thème est la crise identitaire dans un monde où l'on écoute plus les autres.

Nom série  500 idées pour glander au boulot  posté le 21/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
La valeur travail occupe une place importante dans ma vie. Ce genre d'ouvrage ne va pas forcément dans le sens de mes valeurs. Cela encourage même une certaine forme de paresse. Il est vrai que je déteste par-dessus tout la fainéantise.

Le contexte étant posé, je vais analyser cette oeuvre humoristique qui ne fait pas rire du tout. C'est un peu le genre de bd qu'il faut avoir dans les toilettes. Oui, c'est sa place privilégiée. Il faut trouver les bons gags sachant que l'ensemble reste très léger. Les répétitions seront de mise pour un humour en-dessous de la ceinture.

Nom série  Anna Mercury  posté le 21/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Anna Mercury est une femme sexy dans sa combinaison noire et moulante. Je l'ai dit. Vais-je tomber sous le coup d'une loi contre le harcèlement sexuel ou subir une pétition de la ligue des féministes en colère ? Probablement un jour dans le futur. Notre héroïne voyage dans des dimensions parallèles. Cela tombe bien car nous pourrions imaginer un monde sans macho.

Bon, être sexy, c'est sans doute bien mais ce n'est guère suffisant en ce qui me concerne. Oui, encore faut 'il être intelligente. Je dirais que ce n'est pas vraiment la faute de l'héroïne qui se démène comme une folle dans cet univers futuriste mais celle de l'auteur qui nous pond quelque chose de classique. On croirait retrouver l'héroïne d'Alias ou une sorte de Lara Croft et autre Veuve noire.

Il y aura du rythme. Cependant, la fin sera sans aucune saveur ou plutot elle nous laisse un goût amer. D'ailleurs, on arrive pas à saisir les enjeux de cette intrigue. Cela ne sera guère passionnant. Un comble avec une poitrine pareille !

Nom série  L'Homme Médecine  posté le 21/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Encore une fois, je constate que Serpieri est un excellent dessinateur. Il n'y a rien à redire sur la qualité de son trait. Bref, que du bonheur ! C'est du Serpieri dans ce qu'il dessine le mieux: le western.

L'intrigue de ces 4 récits n'est pas bien élaborée ou subtile mais la magie opère toujours surtout avec l'homme médecine. J'ai également bien aimé la troisième nouvelle laissant une porte ouverte au fantastique et à la science-fiction.

Un gros point noir: une lecture trop rapide. Il faut sans doute s'attarder sur les beaux dessins en noir et blanc. Cependant, ne vous y trompez pas: vous ne verrez pas la belle indienne aux contours généreux figurant sur la couverture. ce n'est pas Druuna !

Nom série  C'est l'homme qui dit qu'y est !  posté le 21/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Si j'étais une mauvaise langue, je dirais que cette BD est complètement nulle.
Cependant, je suis bien élevé (enfin, je crois). Je dirais alors que ce n'est pas ma tasse de thé. Néanmoins, je mentirais en disant cela car le western est réellement un genre que j'apprécie.
Je pourrais alors dire que c'est un western absurde et déjanté pour ne pas trop cracher dans le pot à la sortie d'un saloon. Ou encore du grand n'importe quoi mais avec beaucoup de panache !
Certes mais encore ? Un délire régressif qui s'empare des codes du western.
L'audace ne paie pas toujours.
Bref, c'est un désastre à éviter.

Nom série  Notre histoire  posté le 21/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Notre histoire est celle de la famille d’un célèbre joueur de football à savoir Lilian Thuram. Je n’aime pas trop le football et son star system. Je n’aime pas les rémunérations faramineuses de ces nouveaux gladiateurs des temps modernes. Je n’ai pas aimé le coup de tête de Zidane lors de la finale de la coupe du monde en 2006, ni l’attitude déplorable de l’équipe de France en Afrique du Sud en 2010. Pour autant, s’il y a un sportif que j’aime bien pour l’exemplarité de son comportement, c’est bien Lilian Thuram.

Visiblement, et je ne le savais pas, cet ancien footballeur est très engagé car il prend publiquement des positions sur l’égalité, l’immigration et le racisme. Il avait notamment indiqué qu’avant de parler d’insécurité, il faut parler de justice sociale ce qui me semble une analyse correcte de la situation. Cela ne plaît pas à certaines personnes qui considèrent qu’il est temps de passer à autre chose que de discuter sans cesse de l’esclavage pratiqué par la France dans les Antilles.

En outre, Lilian Thuram soutient la lutte contre l’homophobie, tant au niveau institutionnel que dans le sport. Il soutient le mariage gay, comparant les opposants à celui-ci aux racistes s'opposant à l'égalité entre les Noirs et les Blancs.

J’ai beaucoup aimé cette bd qui traite de l’installation en France de la mère de Lilian avec ses cinq enfants dans les années 80 où elle a quitté la Guadeloupe pour devenir une femme de ménage. Dans ce premier tome, Lilian a moins de 10 ans. Il découvre les réalités de la Métropole où il subit les blagues racistes. C’est traité avec honnêteté.

Par ailleurs, dans une seconde partie, on va revenir sur l’histoire de la Guadeloupe et notamment d’un épisode sanglant. En 1794, l’esclavage est aboli. Cependant, Napoléon souhaite la rétablir uniquement sur les îles en 1801. Il envoie l’armée qui procèdera à une énorme répression. C’est un épisode que j’avais jamais entendu parler car sans doute, on ne voulait pas écorner l’image de cet illustre personnage. J’ai désormais une autre vision. L’esclavage va perdurer jusqu’en 1848. Je pense qu’il n’y a rien de pire que de sortir de l’esclavage, de vivre libre pendant 8 ans puis d’y retourner. Je comprends mieux désormais la souffrance de ce peuple. Pour la forme, je dirai que cette partie historique s’insère assez mal par rapport au reste. C’est trop artificiel comme montage. Mais bon.

Cette BD est incontournable pour approfondir les notions de discrimination avec les enfants. Pour finir, voilà ce qu’il déclare et avec lequel je suis en parfait accord : « Je crois que l'Histoire n'appartient pas à une couleur de peau, et heureusement ! Il n'y a pas de communauté noire, de communauté blanche, il n'y a pas d'Histoire noire, pas d'Histoire blanche. Il y a l'Histoire des hommes et des femmes. Il est temps de le comprendre... ».

Nom série  Elle s'appelait Tomoji  posté le 20/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Elle s'appelait Tomoji. Elle n'avait pas 3 ans quand elle perdit son père. Elle n'avait pas 9 ans quand sa mère l'abandonna avec sa petite soeur qui mourut quelques temps plus tard. C'est sa grand-mère qui l'éleva au milieu de la campagne.

Pour une fois, Jiro Taniguchi nous brosse le portrait d'une femme courageuse qui n'hésite pas à se retrousser les manches pour travailler et affronter les difficultés de la vie. Son bonheur va arriver quand on lui impose un mariage avec un homme qu'elle va aimer.

La trame est très classique. C'est un récit très simple voire banal qui s'écoule au fil des années. Il manque vraisemblablement une certaine épaisseur au personnage dont la psychologie n'est qu'effleurée. La chronologie semble tout vampiriser. On est loin des sommets atteint par Quartier lointain ou Le Journal de mon père.

Cependant, on retrouve toujours cette même douceur de vivre qui fait la marque des mangas de Taniguchi. Les planches sont toujours de haute qualité. Il manque juste un peu de piquant. C'est trop vertueux dans une vision totalement bien-pensante. On sait que la réalité est fort différente.

Nom série  Mascarade  posté le 20/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On est toujours frappé par le dessin de Florence Magnin. Ses traits incarnent la douceur. C’est véritablement magnifique pour les yeux. Le danger viendrait sans doute d’une certaine infantilisation du graphisme. Pour autant et je dirais, pour une fois, nous avons un récit plus mâture que les précédentes œuvres. La beauté côtoie également des dessins effrayants, voire démoniaques. L’auteure ne nous avait pas habitués à cela et c’est ce qui surprend d’un premier abord.

J’ai entendu dernièrement une théorie assez intéressante pour expliquer pourquoi des adultes avaient refusé de grandir dans leur tête et restaient de grands enfants (le fameux syndrome Peter Pan). Bref, ils sont émotionnellement immatures. Oui, c’est comme une espèce de protection face à un monde de plus en plus dur et stressant. Or, cette œuvre me rappelle cela surtout avec la thématique des masques.

Cette ambivalence semble assez bien fonctionner mais cela ne me convainc pas réellement. Bref, au niveau graphique, je donne la note maximale. Cependant, au niveau du scénario, il n’y a pas cette inventivité qu’on attend pour faire la différence. Les contes et les légendes populaires pour nous raconter, le temps d’un été, le séjour enchanté d’une fillette de 11 ans où la réalité se mêle au fantastique et vice versa. J’ai vu mieux comme parcours initiatique. Le classicisme restera de mise.

Nom série  Les Royaumes du Nord  posté le 17/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au début, je n'ai pas du tout adhéré. On entre tout de suite dans l'action et on ne comprend pas tout avec cette fille cachée et son furet qui parle. Cependant, au fur et à mesure de ma lecture, je me suis rendu compte d'un univers plutôt riche et cohérent malgré le manque d'épaisseur des personnages.

C'est tiré d'une adaptation que je ne connais pas. Visiblement, c'est une oeuvre attendue par beaucoup de fans. Il me semble qu'un film est sorti au cinéma en 2007 et cela a été un vrai flop à cause d'une gamine insupportable et d'un effet Narnia dévastateur.

Une inspiration steampunk, un zest de fantasy et nous voilà parti pour une grande aventure familiale. Le final donne envie de voir la suite.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 188 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque