Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 53 avis et 0 série (Note moyenne: 2.53)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Antarès  posté le 03/10/2007 (dernière MAJ le 11/08/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
TOME 1 :

Pour le moment, je suis un peu dubitatif.

La principale raison de mon doute est la présence de Kim. Ce personnage, dont la présence dans le premier cycle Aldébaran était entièrement justifiée, et équilibrée par d'autres personnages, avait déjà plus ou moins ridiculisé le second cycle Bételgeuse, surtout vers la fin.

Ici, c'est encore pire.

Le choix de Kim pour mener l'expédition n'est justifié par aucune qualification. Bon ça c'était déjà un peu dans Bételgeuse, c'est vrai. Mais là elle se découvre enceinte et elle reste chef de l'expédition quand même. Sur Bételgeuse, elle se barre pendant un an sans dire où elle est et elle reste chef de l'expédition quand même... Enfin bref ça part dans le n'importe quoi.

Le coup de la grossesse surprise retardée de deux ans, ce n'est pas ridicule, nan nan. L'aspect de l'enfant nan plus. Ca fait pas nanard série Z du tout.

Mais surtout, cette montée en puissance exponentielle de Kim contraste avec sa nouvelle vie d'étudiante sur terre, qui la montre encore moins, beaucoup moins intéressante que ses débuts sur Aldebaran. C'est vraiment la fille d'à côté, qui va rire des garçons avec sa coloc, mais qui ne peut pas sortir parce que demain il y a partiel. Et un fou rire sur les petites culottes, un. On n'a vraiment pas l'impression qu'elle est chiante à crever.

En plus, les scènes à New York et Paris sont ratées, en ce sens que l'ajout d'une pollution atmosphérique cache mal que ce ne sont que les Paris et New-York actuelles, sans effort authentique de science-fiction.

L'"invention" du téléphone de poignet est une erreur impressionnante.

Et puis revoilà l'extrême droite. Encore. Ce coup-ci ce n'est pas un militaire facho c'est un curé.

Maintenant, est-ce que le monde d'Antarès est à nouveau la création d'un écosystème superbe ? Au premier tome je peux juste dire que c'est un écosystème dangereux, mais moins spectaculaire qu'Aldébaran ou Bételgeuse. Les animaux sont toujours aussi bien trouvés, mais les sites non. Il y a aussi un problème de logique dans le fait que les explorateurs se protègent si peu, dans ce monde qu'ils ne connaissent pas. A la limite on peut dire qu'ils cherchent les problèmes, franchement.

Bon je fais quand même confiance à Leo pour nous sortir quelque chose de bien sur la planète. Mais comme je sais que Kim va y débarquer et dire à tout le monde ce qui est "vraiment trop injuste" ou "vraiment trop mignon" ou 'vraiment trop angoissant", ça me gâche un peu le plaisir de la découverte.

MISE A JOUR TOME 2 :

J'ai trouvé ce tome 2 très intéressant et décevant à la fois.

Du point de vue du dessin, il y a une nouvelle faune et flore telle que Léo sait les faire. Génial. Mais alors, pourquoi avec un tel génie graphique n'a-t-il pas appris à dessiner des bouches, depuis le temps qu'il dessine ? Le temps a passé depuis Aldebaran, ce qui était tolérable à l'époque parait inacceptable maintenant.

Du point de vue de l'histoire, là je n'ai pas vraiment accroché. La raison en est que ce tome 2 est surchargé de situations déjà vues dans les cycles précédents. C'est le troisième cycle avec le même danger d'extrême droite, les mêmes affaires sentimentales, le même isolement sur une planète lointaine, le même mystère de la mantrisse, ça commence à faire un peu trop quand-même.

MISE A JOUR TOME 3 :

Bon, les ados, les militaires, les coucheries, les seins à l'air, les pleurs, je sais plus quoi dire quoi... pfff franchement Léo... En plus on a le voyeurisme avec des photos envoyées par portables maintenant... pfff....

Nom série  Maus  posté le 17/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mouais mouais mouais. Le rappel d'un évènement historique majeur n'excuse pas tout.

D'abord il y a l'erreur fondamentale d'avoir dessiné les allemands en chats et les juifs en souris. La métaphore animalière est ici particulièrement mal trouvée. C'est même un gros contre-sens. Ben oui, si on réfléchit un peu, si on a un peu de culture en biologie, on ne peut tout de même pas reprocher à un prédateur d'attaquer des herbivores...

Vous comprenez, quand on dit que "l'homme est un loup pour l'homme", on signifie bien que c'est un homme, que sa nature devrait faire de lui un homme pour l'homme, donc que c'est aberrant qu'il soit un loup pour l'homme. Par contre, si vous dites que "le chat est un chat pour les souris", ben on peut penser que le chat a raison. Le génocide des juifs par les allemands serait ainsi assimilé par l'image à un phénomène naturel ? Ben non, moi je dis non, je ne vais pas dans cette voie là.

Le nazisme est un phénomène humain, trop humain, et les juifs n'avaient pas vocation à être mangés par des carnassiers. Le rapport prédateur/proie dans la nature est amoral, on ne peut pas le condamner; la guerre est immorale, on doit la condamner.

A la limite, on pourrait imaginer que l'auteur ne s'est pas élevé à cette cohérence scientifique, parce qu'il a privilégié une approche genre dessin animé pour enfant, genre le petit Titi qui échappe au Grosminet. Oui mais bon, il n'y a rien qui indique un ton enfantin et naïf dans cette BD. Non non il a bien voulu faire du réalisme historique.

Et aussi, le choix de dessiner les polonais en porcs, j'ai trouvé ça très moyen. Vu ce qu'ils ont subi pendant la guerre, c'est pas très sympa. Et puis, cette référence à peine voilée à la différence alimentaire entre juifs et polonais, franchement c'était un peu bas.

Il y a une chose qui m'a plu au début, c'est le parti pris de montrer la guerre par le petit bout de la lorgnette, par la vie quotidienne de gens qui subissent les évènements. C'est une approche que je préfère de loin à celle des héros qui changent le cours de l'histoire.

Mais au bout d'un moment, pour moi les personnages sont passés de touchants à ennuyeux. Il faut bien l'avouer, l'auteur ne nous les décrit pas vraiment comme sympathiques, ils sont pleins de défauts, assez médiocres et surtout très mesquins, on n'a pas envie de s'attacher à eux. Le père et ses pilules, le père qui cache un manteau, c'était pas drôle, c'était pas une trouvaille, c'était pas intéressant.

Enfin, il y a l'absence de visages différenciés. Ca ne gêne pas à mon avis la lecture, parce que le contexte est assez bien fait, et permet toujours de savoir qui est qui. Par contre, la similitude des apparences résume l'humanité à des catégories ethniques très distinctes, irrémédiablement séparées. Là aussi c'est un peu décevant.

Je recommande cependant de lire cette BD pour la multitude d'anecdotes réalistes, qui aide à comprendre l'histoire. Je ne recommande pas de l'acheter, car un livre qui présente les polonais occupés en porcs mérite peut-être d'être sagement replacé sur les rayons d'une bibliothèque publique.

Nom série  Twenty  posté le 11/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alors moi j'aime bien le dessin de Von Gotha, mais les fouets, les pinces, les nanas qui ont rien demandé aux 4 mecs qui leur passent dessus, c'est vraiment pas mon truc.

Mais là : bonne surprise ! On reste dans le hard quand même, mais là tout le monde est content d'être là, et personne ne torture joyeusement (bon une fois quand même...)

Aprés niveau scénar, on est loin de quelques chose d'intéressant, on peut même éviter de lire et se contenter de regarder, c'est bien suffisant !

Par contre y a quand meme quelques dialogues... cocasses : "Vive sainte Emmanuelle"... (je vous rassure, ils ne parlent pas de Soeur Emmanuelle mais plutot de celle dans son fauteuil en osier !!!)

Nom série  Chroniques de la lune noire  posté le 08/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Très difficile de noter une BD comme celle-ci.
Au début c'est génial, on retrouve tous un peu de nous dans nos anciennes parties de jeu de rôle avec un humour pas toujours très fin mais loin d'être rédibitoire.

Mais voilà, une BD qui marche faut la faire durer pour rapporter des sous sous!! Et soudain, au milieu de la série, c'est le drame, l'histoire se met a ralentir à tel point qu'on s'ennuie ferme !

Le pire étant le dernier album qui n'apporte rien a la série, ni à l'histoire en elle même, mais je ne vais pas spoiler la fin je vous rassure.

J'ai eu la faiblesse de suivre la série jusqu'au bout malgré les déceptions régulières mais en espérant un regain d'interet, par pitié ne faites pas comme moi, empruntez la si vraiment vous voulez vous y mettre !

Nom série  La Quête de l'Oiseau du Temps  posté le 04/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Bon alors là je ne suis plus objectif du tout !
C'est quand même la série originale qui m'a vraiment fait aimer la BD et passer à autre chose qu'Astérix et Tintin (attention je ne renie rien !).
La "pré-série" (ça se dit ?) qui sort en ce moment est vraiment fidèle aux éléments déjà mis en place à l'époque, et le dessin, bien que les dessinateurs changent à chaque nouvel album, garde une continuité bienvenue.
En un mot, un MUST !

Nom série  Agapê  posté le 04/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moi je le trouve très chouette!
Alors c'est vrai que l'album est réservé aux amateurs du genre, aux amateurs de BD de Q !
Un scenar, même léger, aurait certainement été apprécié, peut être pour un tome 2 ?
Par contre qu'est ce que c'est chiant de tourner son bouquin dans tous les sens !

Nom série  Le Chat du Rabbin  posté le 01/05/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'invention du chat qui parle est comme on dit une trouvaille, c'est-à-dire une idée bonne mais qui ne suffit pas à faire une oeuvre.

Quelques approches de la culture hébraïque, mais vraiment superficielles, presque oisives, presqu'une imposture. Un dessin négligé, à la limite du supportable par moments.

Le livre vaut surtout comme témoignage d'une vie sépharade, de Là-bas, et qui n'existe plus. Il est empreint de nostalgie, et c'est ça qui compte.

Nom série  Adèle Blanc-Sec  posté le 01/05/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah la la, encore une série de bd française qui commence superbement, et au bout de quelques tomes ne tient plus la route.

Il y a en fait deux oeuvres là-dedans :

DU TOME 1 AU TOME 4

- Une exploitation très jubilatoire du fonds fantastico-policier le plus kitsch, avec un second degré toujours présent et parfois magistral.

- Enfin une héroïne intégrée dans son époque, et pas une fille du 21ème siècle plaquée comme un alien sur fonds historique.

- Une tension esthétique exceptionnelle entre les bouilles BD des personnages et l'immersion réaliste dans le Paris de l'époque.

Cette partie-là est un chef-d'oeuvre. Je recommande de l'acheter.

DU TOME 5 AU TOME 8

- Les intrigues deviennent pauvres, téléphonées, tirées en longueur, inintéressantes.

- On perçoit une volonté comique mais on ne trouve plus l'humour, le second degré. L'auteur semble plus ricaner que s'amuser. Ce qui rend le tout assez sinistre et même laid.

- Le personnage principal, Adèle, s'enlaidit, s'habille moins bien, s'exprime moins bien, perd son mystère. Le charme est rompu. Elle subit les évènements plus qu'elle n'y participe, reste étrangère aux histoires, souvent même elle déclare qu'elle veut en sortir, qu'elle s'ennuie, qu'elle veut rentrer chez elle, etc. Donc forcément le lecteur s'ennuie aussi à la regarder.

- Apparition de personnages secondaires que j'ai trouvé inintéressants. Surtout par rapport aux truculents personnages secondaires de la première partie. On perçoit que Tardi jubile à les montrer, mais la jubilation n'est pas transmise, et Tardi s'amuse tout seul en quelque sorte.

Mais surtout, dans cette seconde partie la fiction et l'atmosphère BD passent au second-plan, pour laisser la place à une logorrhée anarcho-truc-muche particulièrement indigeste. Je prends un moment pour analyser cette politisation, car Tardi y accumule ce que je considère comme des facilités et des tares franchouillardes :

- Un ton laïcard tendance vulgaire, que l'on imagine plus chez un franc-maçon pilier de bistrot que chez un franc-maçon écrivain des lumières. Plus un ricanement stérile qu'une véritable analyse de société.

- Une apologie du pacifisme de l'époque. Quand on sait le rôle stratégique que ce pacifisme français joua par la suite...

- Une culture de la subversion, mais pourvu qu'elle appartienne aux siècles passés, et ne s'attaque pas aux tyrannies actuelles. Une rébellion facile pour bobos qui vont voter tantôt extrême-gauche, tantôt centriste, tantôt écolo, pourvu que rien n'entrave leur individualisme mondialisé, et que l'on puisse qualifier de "facho" tout ce qui fait la cohésion sociale. Voir à ce propos la page 43 du tome 06, le passage sur le drapeau, exceptionnellement inutile et facile.

Bref, dans cette seconde partie Tardi oublie ses lecteurs pour gagner ses galons dans un certain milieu, le même milieu qui produit les films français que personne ne regarde. Je ne sais pas s'il y a gagné quelque chose.

Ca m'a fait de la peine d'être si déçu, alors que ça commençait si bien.

Nom série  Lanfeust Des Etoiles  posté le 17/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'écris cette critique tout en ne sachant toujours pas vraiment si j'ai aimé cette série ou pas...

Ce que j'ai aimé, tout d'abord c'est la richesse des personnages, des lieux, des actions... un vrai space opera, inventif.

J'ai aussi aimé le dessin, vif, gardant sa tenue au fil des épisodes.

Par contre, les fameux jeux de mots d'Arleston sur les noms propres... autant j'avais trouvé ça fendard dans Lanfeust De Troy, autant je trouve que dans "Lanfeust des Etoiles" ça casse totalement l'ambiance. Pour vous expliquer le principe, vous avez par exemple une phrase bien placée du genre "Nous devons d'urgence déjouer ce coup du Prince", bon, très bien, c'est dans l'action, c'est nerveux, et ça donne "Nous devons d'urgence déjouer ce coup du Prince Delhuu". Ben moi je trouve que ça tombe à plat, et que ça gêne même le récit.

Et des jeux de mots comme ça, fréquents dans tous les épisodes, ça m'a un peu donné la nausée. De manière générale, l'oeuvre est baignée dans une sorte d'humour caractéristique d'Arleston : est-ce de la beauferie ? Est-ce du second degré ? Disons que c'est de l'humour relâché...

Au fond, Arleston a de la chance d'avoir Tarquin. Parce que sinon c'est un peu glauque, quand même.

Et puis, il y a aussi une sorte de nappage que je qualifierais d'imbécilité glacée, propre aux éditions Soleil. D'abord des filles aux grosses lèvres, au caractère très volontaire, mais dont on se demande toujours un peu ce qu'elles viennent faire là, comment elles sont arrivées là... Parce que à part leurs grosses lèvres et leur caractère volontaire... Et puis une ambiance générale d'ados illettrés, inutiles. Ca devient plus agaçant avec l'arrivée du fils de Lanfeust.

Le Troll Hébus, c'est très bien au début, il est l'élément perturbateur qui déclenche l'action et le comique, mais au fur et à mesure qu'il se transforme en Zorro-Apollon-Capitaine Flam, on commence à regretter qu'il ne s'efface pas un peu. Trop propre, trop beau Hébus. Trop Brice de Nice à la fin.

Et puis le grand méchant, nettement le personnage le moins intéressant de la série, le monstre générique à la Soleil. Une longue queue, des griffes, des dents pointues, agreuh agreuh.

Bref, une oeuvre riche, variée, attrayante par certains côtés, repoussante par d'autres. Le reflet d'un certain public français ? Je ne sais pas...

Nom série  Pin-up  posté le 17/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je mets 5/5 tout d'abord parce qu'il s'agit d'une série qui tient la route, au fil des épisodes. Intrigue, dessin, personnages, il y a une garantie de qualité.

Je pense d'ailleurs qu'il faudrait créer une catégorie spéciale "Séries qui tiennent la route" sur ce site, tant cela devient rare. Il y a à l'inverse quantité de premiers épisodes auxquels j'aimerais attribuer une bonne note, tout en mettant une très mauvaise note à la série : Finkel, Capricorne... Mais dans l'ensemble, une série qui tient la route, c'est quand même appréciable, niveau professionnalisme, niveau respect du client... on n'en ressort pas avec une impression de honte d'être amateur de BD. Moi ça me rassure au moins.

Une autre chose que j'ai appréciée dans cette série, c'est que les personnages sont toujours crédibles. Pas trop gentils, pas trop méchants, des vraies gens à la bonne échelle.

Au niveau de l'histoire, pas de grands rebondissements spectaculaires, ça touche même parfois le genre Tranche de vie. Mais justement ce n'est pas l'action qu'il faut y chercher. Le grand intérêt, c'est la reconstitution de l'atmosphère des années 40-50. Et à ce niveau il y a un travail de recherche et de précision très très appréciable : costumes, technologies, objets quotidiens, coiffures, niveaux sociaux... c'est particulièrement réussi.

Le tout se conjugue, pour le plaisir du lecteur normalement constitué, dans un jeu fréquent entre le trait de la BD moderne et les silhouettes de ces années-là.

Ah, et enfin, des couvertures qui ont quelque chose à voir avec le contenu à l'intérieur. Ca aussi, c'est assez rare pour le signaler.

De la qualité, donc, de la qualité...

Nom série  Trolls De Troy  posté le 20/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai bien ri aux premiers épisodes. J'ai trouvé que les épisodes asiatiques étaient du pur fo... de gu... pour rallonger facilement la sauce commerciale. Mais l'épisode 11 est spécial.

Avis sur le tome 11 "Trollympiades"

Le ressort comique de la série consiste en une inversion des gentils et des méchants. Les trolls sont les gentils, agressés par les méchants humains, et les humains sont justement punis à la fin.

C'est assez bien fait, c'est un mélange du genre "le plus modeste au début gagne contre le prince à la fin" qu'on voit dans nombre de films, et "le gentil a des manières de grosse brute" qu'on voit souvent également.

Mais là, pour le tome 11, l'équilibre réussi dans les premiers tomes est cassé. En effet, les épisodes de meurtres et de tortures d'humains se succèdent, pour finir par une grande fête de massacre de toute une ville.

C'est-à-dire que là, les trolls ne font pas du mal à des méchants qui les ont agressés, mais à des innocents tout le temps. Les scènes de tortures sont explicites, prolongées, et pas réduites à une sorte de blague comme dans d'autres tomes.

Quand c'était Waha une frêle jeune fille agissant comme un Troll, il y avait là un ressort comique aussi. Mais une foule de vrais trolls contre quelques paysans isolés... ça ressemble plus à une occupation. Avec le massacre orgiaque de la fin c'est encore plus marqué.

Bref, ce tome 11 nous rappelle que les trolls sont quand-même de véritables méchants, et du coup on perd un peu le sourire, on se demande si les autorités n'ont pas quand-même raison de vouloir les contrôler, et du coup quand les humains sont massacrés à la fin c'est quand-même une histoire qui finit mal. Même avec des grosses blagues.

Il y a parfois un fond de révolte ou de sauvagerie qui émerge dans les oeuvres d'Arleston...

Nom série  Le Troisième Testament  posté le 11/11/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Que d'avis élogieux, à parcourir les 115 avis précédant le mien ! Je vais malheureusement faire partie de la minorité de "dénigreurs". J'espère expliquer convenablement pourquoi.

Cette série me semble souffrir de quelques défauts rédhibitoires :

1) Voir le Sean Connery du Nom de la rose dans un personnage, c'était déjà pas terrible, mais dans plusieurs...

2) La fille, trop anachronique. Alors qu'il y a un effort de roman historique par ailleurs, la fille est systématiquement contemporaine, incompatible, radicalement incompatible avec une héroïne de l'époque. On ne serait pas surpris de la voir envoyer un SMS par son téléphone portable à tout moment.

3) Un sens des lieux un peu hasardeux. Des lieux certes spectaculaires, mais je vous laisse découvrir dans chaque tome les passages où l'on se demande "Comment sont-ils passés par ici?" ou "Pourquoi ne sont-ils pas poursuivis par là ?", ou même "Woua mais qu'est-ce qu'on fait dans un endroit pareil ?". Et dans chaque tome, je vous dis...

4) Une clé de voûte de l'intrigue qui tient mal l'équilibre. Un secret est donné par Dieu, et il ne faut pas le connaître. Mais ce secret c'est la connaissance. C'est donc la connaissance qu'il ne faut pas connaître. Et c'est pour ça qu'elle est donnée dans une boîte que tout le monde recherche...

5) Un méli-mélo d'une grande confusion. T'avais pas assez avec la quête du document caché ? Tiens, voilà une louche de templiers en plus ! Et paf, tiens une louche d'inquisition! Et vlan, une louche de message crypté ! Allez, tu vas pas faire le difficile, tiens prends le frère du Christ en plus! Et voilà le descendant des apôtres pour faire la paire! Et allez le souterrain sous le temple de Jérusalem ! Et encore le trésor de Byzance ! Et hop les manuscrits de Qumran! Et les services secrets du Vatican !

Et avec tout ça essaie de ne pas vomir, y'a du dessert après !

Bref, une histoire de catholic-fantasy pour enfants, un peu outrée, un peu simplette, peu satisfaisante pour un adulte je crois.

Alors dans tout ça, pourquoi est-ce que je ne mets pas la note la plus basse? Eh bien parce qu'il y a les dessins. D'une qualité professionnelle, les dessins sont particulièrement réussis. Surtout les paysages, les architectures et les cadrages. Bref, ce qui est grand.

Donc, paradoxalement, j'en recommande quand-même l'achat, pour admirer les dessins, au second degré.

PS : Ne vous fiez pas aux couvertures. Leur ridicule achevé, en particulier la couverture du tome 2, n'est pas représentatif du dessin à l'intérieur.

Nom série  Les Imposteurs  posté le 31/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis décontenancé par le dessin.

D'un côté, je le trouve en-dessous de tout. Regardez les planchers par exemple. Ou "le" plancher devrais-je dire, puisque c'est le même partout.

D'un autre côté, au premier coup d'oeil on saisit le niveau social des personnages. Je n'avais jamais vu ça, c'est exceptionnel, et c'est justement le sujet du récit.

Quand aux nuques rectilignes, elles ont fini par m'écoeurer, puis me fasciner, puis m'écoeurer à nouveau...

Manifestement, un choix esthétique appréciable, mais avec des conséquences aussi. Je recommande d'acheter parce que c'est un style d'exception... et de risques.

Nom série  La Rose et la Croix  posté le 27/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai beaucoup apprécié le contexte, ce XVIIème - XVIIIème siècle, qui me semble beaucoup plus intéressant pour un récit d'ésotérisme que le Moyen-âge dont on fait si grand cas. J'ai aussi aimé les vues sur l'Allemagne de cette époque, préindustrielle, divisée en principautés...

C'est parce que ce contexte est très rare en BD et très prometteur pour la fiction que je recommande d'acheter, ce qui est néanmoins je l'admets paradoxal avec ce qui va suivre.

Mon principal reproche est que les personnages principaux sont vraiment trop schématiques. Ce sont même des allégories, on peut dire. D'ailleurs, vous le remarquerez peut-être, seuls les personnages secondaires ont un comportement humain et plausiblement romanesque (le camarade, le guide, la maquerelle...).

Ensuite, il y a un usage abusif de la magie. Comme dans certaines oeuvres d'Andreas, tout peut se transformer en tout à tout moment, tout peut acquérir force ou faiblesse, mourir puis guérir puis remourir, communiquer à distance puis être empêché de communiquer à distance, puis communiquer quand même.... Bref, il n'y a plus de structure de récit.

Il y a comme un choc entre une vraie aventure et une sorte de jeu vidéo ou tout magicien peut apparaître et faire Shazam à tout moment, je n'ai pas trop apprécié.

Et puis, les méchants sont les seuls à échapper à toute détermination socioéconomique. Je veux dire par là que les autres ont un métier, un emploi du temps... Mais justement, c'est le pouvoir politique et économique des comploteurs qu'il serait intéressant de montrer. Là ils semblent vivre sans revenus, sans besoins, sans limites. Juste un exemple, apparemment le super méchant qui a des responsabilités politiques super importantes dans une province éloignée peut quand même passer des années à surveiller toutes les sorties d'un gamin au bord de la rivière.

Va comprendre, Charles...

Nom série  Le Chant des Stryges  posté le 10/06/2006 (dernière MAJ le 27/12/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Une série intéressante, avec une mystique originale. L'héroïne guerrière pourrait être mieux dessinée. Le dessin des couvertures est ridicule par rapport à ce qui est à l'intérieur.

Malheureusement, dans les derniers tomes apparaît un grimoire... On pouvait vraiment pas se passer du grimoire secret et comme de juste écrit par un moine médiéval... Bon, je vais lire les prochains épisodes pour voir si ça tombe en quenouille ou pas.


MISE A JOUR APRES LECTURE DU TOME 10:

Effectivement, ça tombe en quenouille. Je m'explique en commentant quelques extraits de ce tome:

[SPOILER]

Page 1: "Nous sommes en France en 1269"

Et hop, pendant quelques pages on n'est plus dans l'univers de la série. Grimoire médiéval, sorcière, moines, diablotins.... Je déteste vraiment ce recours au grimoire, à l'énigme du vieux grimoire...

Page 4: "Où en sommes-nous, professeur?"

Ouais bon je répondrai pas "Qu'elle crève à la fin", mais ça commence à faire un peu longuet cette histoire de fiancée malade. On la traîne depuis le premier tome si je me souviens bien. En plus c'est suivi d'une longue discussion qui remet sur le tapis son état de santé, avec bien sûr de nouveaux éléments qui justifie la prolongation dudit état de santé.... Arf....

Page 8: "Le livre de plomb"

Quoi? Y'a encore un vieux grimoire en plus du premier vieux grimoire. Et pourquoi pas avec une énigme à déchiffrer en plus? Oups!

Page 14: "C'est toi qui voit"

Waouh la richesse et l'originalité de la tension sentimentale....

Page 23: "Vous continuez à jouer au chat et à la souris"

Ben ouais, pourquoi est-ce que tout le monde demande quelque chose d'urgent et de capital à Debrah tout en lui cachant des infos pour qu'elle ne puisse pas accomplir immédiatement ce qu'on lui demande? Pour allonger la sauce?

Page 25: "Les stryges sont des créatures puissantes... J'imagine qu'ils sont capables de broyer n'importe qui"

Ben ouais, c'est ce qu'on imagine aussi. Voir mon analyse plus bas.

Page 42: "Il connaît toute ma vie par coeur! Il maîtrise chacun de mes gestes et déplacements!"

Cette phrase de Debrah prononcée au moment où elle essaye de pénétrer par effraction chez le type dont elle parle et qu'elle doit tuer, ma foi ne manque pas de sel... On se demande si les auteurs se moquent de leur oeuvre....

Page 42: "Je ne sais même pas par quel miracle je suis encore en vie"

Même chose. Ceci dit c'était pas la peine d'en remettre une couche non plus...

Page 42: "Un sens caché, tellement caché qu'il est impossible à trouver"

Ouaip. Personne il lui explique rien à Debrah. Elle est hyper venere.

[/SPOILER]

Bref, une histoire qui ne tient debout que parce que les stryges sont dotés d'une faiblesse étrange dans leur puissance infinie, et parce que tout le monde fait marcher Debrah longuement, tout en lui demandant de faire quelque chose d'hyper-sérieux tout-de-suite.

En plus quelques défauts qui rabaissent le niveau. Là ce n'est pas du spoiler parce que je vous laisse découvrir les pages:

- Une imitation de Michelangelo qui tombe comme un cheveu sur la soupe

- Un diable qui ricane dans l'ombre (les diables sont soumis par convention collective à leur 5mn quotidiennes de ricanement dans l'ombre)

- Le déguisement de Weltman, à la limite du rigolo en fais-moi-peur

- Une scène de combat mal chorégraphiée en deux fois sur la même page

- Une héroïne qui prend bien longtemps pour s'apercevoir que le type sur lequel elle vient de tomber depuis l'étage est HS

- Un héros qui au lieu d'être tué est enfermé juste assez longtemps pour qu'il puisse se défaire de ses liens (les héros sont soumis par convention collective à leur 5mn quotidiennes d'enfermement/libération juste à temps)

- Le héros et l'héroïne qui chacun son tour commettent des actes de violence contre des "civils" qui les feraient passer pour des méchants dans d'autres séries

Mais en fait c'est bien pire, parce que le concept de stryges, qui faisait toute la puissance poétique de la série, a perdu sa fraîcheur. D'êtres extraordinaires et fascinants, ils sont devenus tout et n'importe quoi, un peu Dieu lui-même, un peu gibier traqué par des savants, contrôlant les esprits en général mais ne contrôlant pas un des protagonistes, complètement illimités, complètement limités... invulnérables et vulnérables, intelligents comme des anges et fuyants comme des bêtes, maîtrisant totalement l'Histoire mais craignant pour leur avenir.... et puis surtout très très absents!

C'est là qu'on voit que la série à un vice de construction à sa base: les stryges sont trop puissants. Ce n'est plus qu'ils ont des super-pouvoirs, mais plutôt que ce sont des dieux qui "maîtrisent l'histoire humaine". Il n'y a RIEN à faire contre de tels êtres, qui sont omniscients et omnipotents. Il n'y a PAS de possibilité que quelqu'un comme Weltman leur résiste, et même il n'auraient JAMAIS eu besoin d'un piètre alchimiste du 13ème siècle! Et il n'auraient bien sûr JAMAIS eu besoin d'alliés humains pour les aider...

Pourquoi est-ce qu'ils laisseraient exister un bouquin qui explique comment les détruire? Pourquoi leurs alliés humains doivent-ils se débrouiller sans eux pour leur sauver la vie? Pourquoi est-ce qu'ils n'utilisent pas les gouvernements qu'ils contrôlent pour gêner Weltman? Pourquoi, omnipotents comme ils sont, ne guériraient-ils pas le défaut qui les rend vulnérables?

Songez que s'ils maîtrisent vraiment l'Histoire, alors ils maîtrisent les faits et gestes de ceux qui sont en train de comploter contre eux. Tout est dit, non?

Bon ben moi je descends ma note de 3 à 2 alors. Je regarderai la suite pour connaître le secret des mains de Debrah.

MISE A JOUR APRES LECTURE DU TOME 11:

Ouh la la... Une certaine détérioration graphique, surtout au niveau des visages, souvent méconnaissables, souvent juste esquissés, quelque fois difformes. Une insistance sur le visage binaire du méchant en guise de cliché Comics qui m'a porté à la nausée. Un bâtiment moderne supposé construit en 1754. Des dialogues assommants. Des énigmes qui finissent en peau de lapin ou en enfantillages. Et au final on se demande toujours qu'est-ce qu'il fait là, Nivek. D'ailleurs qu'est-ce qu'ils font là, tous? C'est quoi l'histoire, au juste? Y'a plus de stryges?

Allez, je rabaisse encore la note. Je conseille toujours les premiers tomes.

Nom série  La Compagnie des Glaces  posté le 30/11/2007 (dernière MAJ le 09/12/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je soupire car il n'est pas aisé de qualifier un travail visiblement intense de très mauvais. En fait l'adaptation du roman d'origine à la BD n'a pas réussi, et ma foi c'est excusable.

Le premier défaut qui m'a sauté aux yeux, c'est qu'on se demande tout le temps si on n'a pas raté plusieurs pages. Sans cesse de nouveaux éléments arrivent, qui étaient bien cohérents dans le roman, mais qui sont si surprenants dans la BD qu'on a l'impression d'être projeté un tome plus loin.

La BD ne se suffit donc pas à elle-même. Elle en devient quasiment incompréhensible, une sorte de collage incohérent de vignettes sélectionnées dans le roman. Probablement les scénaristes n'ont pas eu le droit de rechercher leur propre inspiration, leur propre fil conducteur, et ont du accumuler à chaque page les preuves qu'ils ne s'écartaient pas de l'original, et n'en omettaient rien. Alors qu'il aurait fallu évidemment les laisser créer une histoire légèrement retravaillée, mais adaptée au format BD.

Quant au dessin, on y perçoit des mains de professionnels certes, mais surtout on y devine un rythme de travail effréné, le nez dans le guidon, qui n'a pas laissé le temps de bien faire. Il fallait livrer, c'était charrette, et ça se voit.

Au total, un fiasco, certes, mais étant donné les délais de commande et le travail collectif, on peut difficilement estimer que les auteurs sont responsables de quoi que ce soit, et d'ailleurs je pense que le véritable auteur c'est la personne qui a coordonné les efforts dans la maison d'édition. Et cette personne là n'a pas laissé la qualité émerger.

Nom série  Planètes  posté le 09/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une histoire de presque rien qui se passe dans presque rien. Des tranches de vie quotidienne de personnages unidimensionnels, animés de sentiments extrêmement pauvres et très clichés.

Un décor de station spatiale minable, mais ce n'est qu'un début car l'histoire démarre vite quand... euh ben non en fait, y'a que la station spatiale minable.

Reste un dessin remarquablement net pour un manga, mais... pas encore au niveau d'une bonne bd européenne.

J'ai pas pu continuer, désolé. Il me fallait une histoire et un dessin agréable pour continuer.

Nom série  666  posté le 09/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Poy poy poy, misère de misère...

Déjà, des auteurs qui font les bourrins tout en sachant qu'ils font les bourrins, c'est plus vraiment des bourrins.

Ce n'est pas vraiment un récit "satanique", en fait l'histoire on s'en fout un peu, et que les légions de démons passent par ceci ou cela ça m'est resté complètement indifférent. Non, le "diable" ici est dans les détails, c'est-à-dire dans les nombreux gags qui agrémentent les côtés des cases, et qu'il faut prendre le temps d'apprécier sans se soucier trop du déroulement de l'histoire principale.

Et là, je dois dire que je me suis bien amusé, je me suis poilé, j'ai éclaté de rire à chaque page. Au-delà du bien et du mal, y'a même plus de respect, ma pauv'dame.

Je ne conseille pas d'acheter, parce que je pense que c'est une oeuvre à emprunter une fois pour se marrer, pas à conserver.

Dans le dernier tome, les auteurs ne savent plus trop quoi raconter, ça se voit, mais bon cela arrive aux meilleures séries. Mais même dans ce dernier tome certains gags sont irrésistibles.

Nom série  Eva aux Mains Bleues  posté le 08/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis vraiment bien embarrassé, tant je trouve cette oeuvre excellente et médiocre à la fois.

Pour le positif, il y a le dessin et le rythme, le décor, les personnages, qui contribuent admirablement à créer une ambiance de vacances d'enfants, et je trouve que de ce point de vue là Eva aux mains bleues est proche du chef d'oeuvre.

C'est un genre que beaucoup n'apprécient pas, car il manque d'action, mais moi j'aime bien, je trouve que ça vaut largement une aventure des neuneus dans l'espace de chez Soleil. Enfin un univers où les émotions humaines sont autorisées, où l'on ne ressent pas cette chape de plomb d'autocensure de l'intelligence qui règne chez un certain public garçons.

Maintenant, il y a quand même deux choses qui me gênent.

Premièrement, il y a cette tentative d'apporter quand même une intrigue avec cette histoire de mains bleues. J'ai trouvé que son dénouement casse complètement le rythme à la fin du livre, précipite la fin en fait. J'ai aussi trouvé que la solution rabaisse le personnage à un âge mental de 3/4 ans. Je veux bien que ce soit le début de la puberté pour Eva, m'enfin il me semble que tous les enfants qui ont pratiqué (je ne dévoile pas quoi) ont déjà les mains bleues bien avant.

Ensuite, et plus important, plus inquiétant, ce n'est pas un roman d'ouverture sur le monde, mais de "fermeture sur le monde". Tout ce qui devrait être découverte est classé au musée des petites horreurs domestiques. Il y a un malaise car on ne sait pas si Eva est un train de devenir une adulte d'un charme supérieur, ou un personnage entièrement fermé et méfiant, un peu un mélange de sa mère et de la tati, si vous voyez.

Bref, j'ai ressenti un doute pendant toute la lecture. Je ne savais pas si j'étais entré dans un univers poétique réussi, ou si je me faisais arnaquer par des personnages d'une médiocrité inouïe. L'oeuvre resplendit de l'émerveillement de l'enfance, mais frôle constamment le récit d'horreur, et l'horreur réside précisément, non dans la transformation en monstre du personnage principal, mais dans son repli décevant face au monde, dans l'horreur qu'elle se construit gratuitement. C'est dommage à cet âge.

Nom série  Capricorne  posté le 16/06/2007 (dernière MAJ le 04/11/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Dans les premiers tomes, je pensais avoir trouvé la bande dessinée suprême : du dessin gothique avec de la ligne claire, de l'ésotérique avec du scepticisme, de l'architecture à la Shuitten et du mouvement à la Hergé, de la technologie à la "Blake & Mortimer", de l'errance à la Philémon, des échos lointains de Superman, Batman, des ombres de Captain Sky and the World of Tomorrow, des mystères archéologiques, etc etc etc.... bref, une véritable leçon de bd.

Puis, au fil des tomes... ben ça devient un peu n'importe quoi. Deux raisons à cela :

1) Des monstres inconsistants, où tout est dans tout et réciproquement, qui changent de propriétés toutes les deux pages, bref qui ne retiennent pas l'attention et ne peuvent pas construire un récit.

2) Cette histoire de coup d'état fascistoïde, que j'ai trouvé beaucoup, mais alors beaucoup moins intéressant que le policier précédent, voire carrément bourré de clichés très très pesants. Et un dénouement qui ne m'a pas convaincu, mais alors pas du tout.

Ah ouais, les fascistes y sont méchants hein, et pi y donnent des coups dans des stalags hein. Et pi les gens qui font de la politique y sont aveuglés par des idées. Ah ben dis donc j'avais jamais entendu ça moi. Le mec qui a écrit ça c'est un nouveau Lao Tseu. C'est profond quand t'y penses. Et pis ça fout pas du tout la honte par rapport à l'inspiration des épisodes précédents...

Deux symptômes de cette dégradation :

1) Le récit de l'intervention de Rork, sans queue ni tête

2) L'apparition de la barbe de Capricorne, alors que tout son visuel dépendait de sa maigreur anguleuse. Il devient une sorte de mi Haddock mi GI-Joe, c'est vraiment dommage.

Reste une qualité de l'imagination technique qui persiste dans toute la série, apportant cet élément que j'adore, le STEAMPUNK !!! formaté pour les années trente, ici.

Un grand auteur, un maître même je dois dire, visiblement gêné par une quelconque contrainte extérieure.

NOTE SPECIALE TOME 10

Ouh la la.... un très gros effort pour créer un huis-clos rural angoissant... qui, du fait de l'absence totale de surprise et de l'accumulation des clichés du genre, devient d'un chiant, mais d'un chiant....... Et c'est long ! C'est long !!!.........

Chute totale de la série. Plus rien à voir avec le vrai Capricorne des débuts. Bon, étant donné cet échec net et total du tome 10 je révise ma note à la baisse, et ne conseille plus l'achat.

Je conseille d'acheter uniquement les tomes 01 à 05, qui me paraissent culte.

NOTE SPECIALE TOME 11

Même pas pu continuer au-delà de la page 12. Trop de grandiloquence philosophique, trop de huis-clos, trop de dépression. Abus du découpage horizontal.

Disparition confirmée de l'ambiance d'aventure et des décors grandioses des débuts. Voilà Capricorne devenu spécialiste des huis-clos ruraux. C'est une retraite anticipée.

NOTE TOMES 12 ET 13

J'ai essayé de parcourir les tomes 12 et 13. Je ne peux pas donner un avis positif ou négatif. Andreas est parti loin, très loin, dans des domaines expérimentaux où je ne l'ai pas suivi.

1 2 3 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque