Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 58 avis et 20 séries (Note moyenne: 2.97)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Pierres du Mont  posté le 27/04/2010 (dernière MAJ le 20/01/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Christian Jailloux et Mako ont remporté le concours "Initiative Locale" du Credit Mutuel en 1989, et c'est ce premier tome de bandes dessinées policières sur les villes du Nord-Pas-de-Calais qui a été publié par Les éditions la Maison de l'Image, dans la collection Sallaumines, et c'est justement le lieu où se déroule presque toute l'intrigue de l'histoire, qui n'est pas fameuse. D'abord, c'est lent, et ce n'est pas intéressant. Il y a mieux comme BD policière !

Ensuite, les dessins de Mako. Les personnages se ressemblent tous et ressemblent tous à des singes ! Un autre point négatif : l'album n'a pas de couleurs, ce qui est sans doute voulu, pour entretenir l'ambiance pesante de l'histoire. Mais ça ne prend pas, mais alors pas du tout. On s'ennuie beaucoup, l'intrigue ne décolle jamais vraiment. Par contre au niveau documentation l'auteur a fait du bon travail, on retrouve plein d'endroits existants du Nord pas de Calais. On sent qu'il a pris du temps pour réaliser le cadre de son enquête, les habitants de cette région apprécieront.

Mais Les Pierres du Mont n'est pas conseillé car il passe simplement pour un guide touristique et une publicité du Nord Pas-de-Calais, son point fort devient également son point faible car les clins d'oeil et les indications historiques et touristiques prennent le pas sur l'histoire.. Sinon, c'est un simple pétard mouillé, que vous ne lirez pas à foison (je n'ai à l'heure actuelle pas envie de m'y replonger, du tout). A ne pas acheter mais lire pour faire son opinion, car c'est très spécial et le dessin peut rebuter.

Nom série  Happy!  posté le 15/04/2010 (dernière MAJ le 10/07/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
La sortie de cet album est un petit événement. Voilà pourquoi je me suis décidé à l’acheter. Cette série est une œuvre de jeunesse d’Urasawa ( « Monster », « 21st Century Boys », « 20th Century Boys », « Pluto »), et elle vaut son pesant d’or. Panini a décidé de sortir tout de suite l’édition de luxe, et je les remercie de cette décision, car cela donne un bel album de 300 pages, avec des planches en couleurs. Le papier est un peu fin mais cela ne m’a pas gêné.

Parlons de l’histoire, maintenant. Naoki Urasawa est une sorte de touche à tout, il a exploré la science fiction, l’horreur, mais c’est la première fois qu’il nous livre une telle série. En effet, c’est un manga sportif, qui parle de tennis, mais c’est aussi un drame. En effet, le frère de Miyuki Umino, l’héroïne de ce manga, a cumulé des dettes. Deux Yakusas se rendent chez Miyuki pour lui demander de rentrer dans un bordel pour gagner de l’argent facilement, afin de rembourser. Miyuki décide de devenir une tenniswoman professionnelle. Mais le parcours sera semé d’embûches.

Nous avons ici un premier tome rafraîchissant, drôle et captivant. Les deux petits frères et la petite sœur de Miyuki ajoutent une touche d’humour que l’on ne trouve qu’ici. Les situations sont un peu exagérées, mais en même temps, c’est fait exprès. Le dessin est fluide, un peu moins beau que dans « Pluto », mais les scènes d’action sont très bien rendues.

Alors, un conseil, les réfractaires aux mangas sportifs, lisez tout de même ce « Happy ! », car c’est plus qu’un manga sportif, c’est une tranche de vie en manga (en effet, il n’y a qu’un match de tennis dans ce tome !). Je ne vous dévoile pas tout de cet album, car il y a tant à découvrir, tant de situations drôles, tristes, joyeuses, que je pourrais en écrire un roman !
Bref, ce tome 1, une fois dévoré, me donne vraiment envie de connaître la suite !

Edit après achat et lecture du tome 2 (18 juin 2010):
Le tome 2 continue sur sa lancée, avec une plongée dans le milieu du tennis (sponsors, rivalités entre joueuses....) bref, du tout bon encore, et on est toujours suspendu à cette série.
La suite! viiiiiite!



Edit après l'achat et lecture des tomes 3,4,5,6 et 7:

J'ajoute une étoile. Plus on avance dans l'histoire plus on s'attache aux personnages, l'auteur maîtrise bien son récit, on est scotché de la première à la dernière page. Exemple, j'ai lu les tome 5 et 6 en une seule fois alors qu'il sont longs de plus de 300 pages!Le dessin, même s'il s'améliore dans les prochaines séries de l'auteur, est tout de même très bien maîtrisé. Par contre bémol, plus de pages couleurs à partir du tome 5.
Quel merveille! Drôle, bouleversant, captivant... de la grande comédie dramatique!
It's magic!!

(par contre, il y a des défauts sur la couv du tome 7/ le personnage de la couverture du tome 8 apparait sur le dos et la quatrième de couverture du tome 7, je me demande q'il n'y aurait pas doublon du personnage sur le dos avec le tome 8, mais ce n'est que de l'esthétique, tout ça... )

Nom série  Code: Breaker  posté le 09/02/2011 (dernière MAJ le 10/07/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici la nouvelle série de Akimine Kamijyo, après Samurai deeper kyo et kurogame no karasu. On quitte ici les samourais pour une intrigue moderne ou une jeune fille, en rentrant chez elle, voit un garçon de sa classe de seconde en train de brûler des gens dans un étrange feu bleu. Elle va essayer par tous les moyens de connaître l'origine de cet étrange feu, et apprendra bien vite que ce garçon, Rei Ogami, n'est autre qu'un "code breaker", celui qui n'existe pas, chargé de "nettoyer" le monde des criminels en liberté.

Bien entendu, il y a quelques similitudes entre Code: Breaker et Samuraï Deeper Kyo, notamment le côté mystérieux de Rei et le fait qu'il soit accompagné d'une fille (ah, la douce Yuya s'est réincarnée !). Comparez par exemple la page 64-65 de ce tome 1 avec n'importe quel tome de Samurai Deeper Kyo où l'on a un gros plan de Kyo.

On a affaire ici à un rafraichissant mélange entre action, humour, suspens, et avec une pointe de shojo (les scènes au lycée de Sakura Sakurakoji (nom de l'héroïne), par exemple). Le fait que le personnage principal soit une fille (soit dit en passant une amoureuse des sports de combat) ajoute de la fraîcheur dans ce shonen intriguant dont le premier volume laisse présager une suite jouissive. Attention ! Un personnage meurt dans ce tome 1, sa mort est assez triste. Mais son "descendant" fait surface juste après et sera un personnage récurrent !

Pour l'instant, l'action se limite en un jeu dangereux entre Sakura et Rei, avec des "consumations" de malfrats, mais nul doute que la suite saura se montrer encore plus distrayante que dans ce premier volume. Une très bonne surprise.
Oeil pour oeil, dent pour dent, mal pour mal...

Note: 3,5/5



Après lecture du second volume (avril 2011):

On plonge de plus en plus profondément dans l'intrigue, avec l'apparition de nouveaux Code: Breakers, et le fait qu'Ogami ait une quête à remplir. L'humour est toujours aussi présent, et nous n'avons que peu d'indices pour l'instant, ce qui rend l'attente du prochain volume interminable !

Après lecture Du troisième volume (juin 2011):

Nous nous intéressons ici au passé de Sakura, mais l'intrigue n'avance pas. Le tout est toujours agréable, de nouveaux Code: Breakers apparaissent, mais j'ai un peu peur pour la suite... Je baisse ma note d'un point (0,5 car la note était en fait de 3,5/5).

Nom série  Wanted!  posté le 15/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce one shot est un recueil d'histoires courtes d'Eiichiro Oda, l'auteur de la célèbre série One Piece.
Ces récits sont des "histoires de jeunesse", le dessin est donc moins maîtrisé que dans les aventures de Luffy and Co, mais il garde un charme certain.
Les scénarios sont eux très bien ficelés (mention spéciale à "Un present divin", la seconde histoire, menée tambour battant), avec toujours l'humour et le style propre à Oda.
Les thèmes abordés dans ce recueil sont très variés, une histoire dans une ambiance western, une racontant le voyage d'un bonze, un récit de pirates, une histoire se déroulant dans notre époque, et un récit mélangeant la chasse aux dragons aux "épéistes".
Les commentaires de l'auteur à chaque fin de récit ajoutent une touche critique, comme si il se retournerait et commentait ces récits du passé, avec toutes les erreurs qu'il ne commettrait pas aujourd'hui.
La dernière histoire est symoblique : il s'agit de Romance Dawn, seconde version de l'histoire de Luffy réalisée avant One Piece. (la première version de Romance Dawn se trouve dans l'art book de One Piece "Blue - Grand characters").

Paru dans les années 90 au Japon, Wanted! parvient toujours à accrocher, une quinzaine d'années après, ce qui prouve le caractère intemporel du style de l'auteur.

Nom série  Beauté  posté le 04/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Reine Beauté, série de Kerascoët (le troublant Jolies ténèbres), est un one shot publié dans Spirou du numéro 3744 du 13 janvier 2010 au 3749 du 17 février 2010. Et grâce à la manie des éditions Dupuis d'éditer en album les séries publiées 3 millions d'années plus tard, l'album ne sort que ce mois-ci, re-baptisé sobrement Beauté. Et ce qui devait être un one shot devient une série en plusieurs tomes dont le premier volume porte le nom évocateur de "désirs éxaucés".

Beauté ? Un conte macabre avec le dessin unique du duo Kerascoët, beaucoup moins choquant que Jolies ténèbres chez le même éditeur, mais toujours aussi efficace. Il raconte l'histoire de Morue, une jeune femme laide qui fait le voeu d'acquérir la beauté. Mais et si ce don la rendait encore plus malheureuse ?

Tout au long des pages, on apprécie l'univers moyenâgeux dans lequel on est propulsé, on est même surpris parfois par le déroulement des événements qui découlent du don de Morue.

Un conte sombre qui sonne juste et fait réfléchir sur la beauté, critère assez subjectif me direz-vous. Car une femme peut-elle posséder la beauté parfaite qui plairait au monde entier ?

Nom série  Les femmes en blanc présentent...  posté le 01/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Tout commence dans le journal de Spirou numéro 3641 du 23 janvier 2008, un spécial femmes en blanc, dans lequel Bercovivi a fait un canular de séries parallèles aux femmes en blanc : les dermatologues, les médecins légistes, les dentistes, les chirurgiens esthétiques, les rebouteux et les acupuncteurs.
Plus tard dans l'année, avec le retour des minis récits, il a été proposé à Bercovici de faire des minis récits femmes en blanc et il s'est servi de sa blague pour finalement faire un mini récit pour chaque métier médical proposé. Ces minis récits sont parus dans Spirou de 2008 à 2010.
Mars 2011, ces 6 minis récits sont sortis en petit album cartonné.

Passons à la critique en elle même...
Les femmes en blanc n'est en lui même pas un exemple d'humour parfait, alors si il est à ce format long sur un sujet imposé, on tombe vite sur des gags plats et des situations déjà vues. Les métiers choisis auraient pu donner des histoires drôles en histoire courte dans un album de la série mère, mais l'ensemble est dilué et étiré. De plus les planches ont été agrandies pour pouvoir faire un format d'album décent, mais l'ensemble est grossi et le style "vite fait" de Bercovici renforcé par la rapidité à laquelle les minis récits doivent être faits s'en retrouve déformé.

Bref, un énième coup marketing de Dupuis, pas des plus réussis. On comprend pourquoi quasiment aucun mini récit n'a été édité en album cartonné...

Nom série  Over Bleed  posté le 26/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A sa sortie au Japon, Over Bleed a choqué les lecteurs du Yong Gangan ("Ubel Blatt", Jusqu'à ce que la mort nous sépare, Jackals, L'Île de Hôzuki), et on comprend pourquoi! Le héros de cette histoire, Kei, et son ami Akira, décident un jour de se suicider, car des voyous du lycée ne cessent de les importuner. Kei sort vivant de cette tentative de suicide,et pas Akira.

Un an plus tard, Kei tombe sur un site, overbleed, sur lequel on peut regarder des vidéos choc et des combats de rues (la vidéo du suicide est sur ce site). Il tombe sur une vidéo d'Akira, méconnaissable, en train de s'amuser à frapper plusieurs personnes. Il veut alors tout faire pour le retrouver, quitte à rejoindre ce monde urbain effrayant où la mort est présente à chaque instant.

J'ai beaucoup apprécié la lecture du premier tome de la série. On est tout de suite plongé dans un univers sombre sans aucun support sur lequel se reposer (par exemple, les parents de Kei se fichent complètement de lui, voir la scène choquante psychologiquement avec le père sur son ordinateur). Le passage du Kei sans défénse au véritable combattant est très effrayant dans son déroulement, et même assez malsain. Le dessin est très dynamique dans un style dark seinen. Le scénario se rapproche quelque peu de Coq de combat mais la psychologie des personnages se met en place beaucoup plus rapidement, car le nombre de tomes de la série est faible (3 tomes).

Le tome 2 continue sur la lancée de la série, mais il insiste beaucoup moins sur l'aspect choquant de l'oeuvre (c'est sûrement affreux ce que je vais dire, mais il s'installe une certaine habitude). De plus, de trop nombreuses questions différentes (comment vont finir les organisateurs du site overbleed à la fin du récit ? Quel est le rôle du journaliste ?, etc.) posent un problème de taille! les auteurs réussiront-ils à tout résoudre en un seul tome ?

Malgré tout, la tension ne retombe jamais et cette chronique urbaine parvient à séduire. Un joli coup de coeur pour cette série. L'achat de cette série est mérité, imitez-moi, je l'ai fait et je n'ai pas été déçu !


Note finale: 3,5/5

Nom série  Le Cortège des cent démons  posté le 16/01/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai acheté sans grande conviction les 3 premiers tomes de cette série publiée dans le magazine japonais Asahi Sonorama, qui publie également les histoires de Junji Ito.
Mais dès le début de ma lecture, j'ai reçu une véritable claque!

On a affaire à un seinen s'inspirant des yokai (le floklore japonais), le tout construit en histoires courtes. Ritsu est un garçon très spécial qui a le pouvoir de voir les yokai et les esprits depuis sa naissance. Sa maison est occupée par énormément de monstres et esprits qu'il est le seul à pouvoir voir. La raison ? Kagyu, son grand père, était un pasionné de folklore et s'est exercé aux pratiques occultes durant toute sa vie. A sa mort, il a envoyé Aorashi, un yokai, veiller sur Ritsu.

Cette série, bien que traitant d'un sujet assez sérieux, contient son lot d'humour, grâce notamment à Ojiro et Oguro, deux oiseaux aux pouvoirs considérables, qui n'agissent malheureusement que la nuit. Tsukasa, la cousine de Ritsu, est assez attachante par son attitude perpétuellement mélancolqie.

Magie, beauté des paysages traditionnels japonais, esprits.... ce coktail donne lieu à des histoire sombres, poétiques, empreints d'un certain ésotérisme.
Chaque histoire courte apporte son lot de surprises et de phénomènes étranges. On reste scotché jusqu'à la fin. Le dessin est très joli, peut représenter parfaitement un beau jardin de cerisiers comme le plus horrible des cadavres putréfiés.
Un manga surprenant qui m'a ensorcelé. Son prix est certes assez élevé, mais il le vaut !

Par contre, je trouve scandaleux que Doki Doki ait cessé la publication au volume 6 alors que la série en est à son tome 18 au Japon. Je sais bien que les ventes étaient mauvaises mais de bien médiocres séries continuent de paraître et celle-ci est sacrifiée pour les autres...

Une seule chose à retenir : lisez cette série, et laissez battre votre coeur au rythme des yokai....

Nom série  Les Mondes de Thorgal - Kriss de Valnor  posté le 27/12/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela fait plusieurs mois que l'on nous annonce la sortie de ce premier tome d'une série "hors série" de Thorgal, développant plus chaque personnage de la saga. Et quoi de mieux que Kriss de Valnor, la diabolique, pour entamer une série?
Je suis très content que l'on s'intéresse à ce qu'il se passe "après" sa mort (tome 28 de Thorgal), car à la lecture dudit tome 28 j'étais resté sur ma faim": je voulais savoir à quelle mort Kriss aurait affaire"!

Au départ, le fait d'employer un autre dessinateur, Giulio de Vita, m'avait laissé sceptique : finalement il est très agréable, assez ressemblant avec le dessin de Rosinski dans la période pré-le sacrifice. Le lettrage respecte la série mère, malgré les couleurs un peu "vintage" .
Les scénario est lui très intéressant, on est vite pris par l'histoire, on en apprend davantage sur la jeunesse de Kriss sans dénaturer la série mère. Une large place est accordée au récit sur Sigwald le Brûlé, très riche soit dit en passant. A la toute fin de ce premier tome, on est plus que jamais pressé de connaître la fin de ce savoureux dyptique dévoilant les origines de Kriss, et, dans le tome 2, sa rencontre avec un certain Thorgal Aegirsson...
Bref, un véritable coup de coeur pour ce spin-off (à la couverture magnifique, merci à Gregorz Rosinski!) qui permet de complexifier un peu plus l'univers de la série mère.

Merci Papa Noël pour m'avoir permis d'acquérir ce très bon album !

Nom série  Kare First Love  posté le 26/12/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ne vous attendez pas à quelque chose d'original avec ce shojo. Il remplit par contre son but premier, qui est de distraire, grâce à certains points :
- le scénario fluide (même s'il tient sur un bout de papier) est agréable et je me suis surpris à avoir les yeux mouillés lors des scènes d'émotion !
- le dessin est joli, dans un style shojo pur (par contre, les textes en lettrage SMS m'ont gêné au début mais on s'habitue ensuite).
Nous avons une belle petite histoire d'une lycéenne pas très sure d'elle et d'un jeune homme populaire dans son lycée. Cliché classique de shojo mais il y a quelque chose de différent, qui me fait apprécier ce shojo et vous en conseiller l'achat (pour une fois qu'une série panini est pas chère ).
Simple et efficace, voici la devise de cette série assez courte pour un shojo, qui, même si le scénario n'est pas original, distrait. Et c'est très bien comme ça.

Nom série  L'Agent 212  posté le 17/12/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Encore une série de Cauvin, comme il en existe des millions d'autres
Mais avec celle là, on touche le fond (déjà atteint par Cupidon). Car un tome, ça va, plusieurs, bonjour les dégats !
Je m'explique : les histoires de ce policier m'ont plus agacé qu'autre chose : elle durent des plombes et au final on ne rit pas (alors pourquoi cette BD existe-t-elle ? ). Mais Arthur (l'agent 212) doit vraiment avoir des tendances masochistes pour toujours se retrouver dans des situations pareilles!
Le dessinateur, Kox, met un temps considérable pour dessiner ses planches alors qu'il a un style bambooesque quelconque et un lettrage des bulles horrifiant.
Dans les derniers tomes, on sent que Cauvin n'a plus aucune idée : plus de gags avec des histoires sur les policiers, on le voit toujours avec sa belle mère, et ces querelles insipides ont tôt fait de m'inciter à ne plus jamais lire ni même toucher à un album de l'agent 212.
Etre productif, d'accord, mais si c'est pour faire ça....
Une série d'humour pas marrante, des dessins éxécrables et quelconques et un humour plus qu'au ras des pâquerettes.
Achat : NON! Jamais!
Lecture : Ben non plus

Nom série  Nelson  posté le 07/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Nelson ? Une autre calamité stripeuse de la trempe de Garfield ! Je l'ai découvert en 2006 dans la journal de Mickey, et après avoir quitté Mickey pour Spirou j'ai remarqué que cette série passait aussi dans le mag de Dupuis! Cool! C'est ainsi que je me suis retrouvé à acheter les albums.

Je passe un plaisir non dissimulé à lire ces petites histoires vraiment drôles. Quelques unes ne le sont pas , mais bon c'est le format qui veut ça, comme on dit.
Le dessin informatique sonne très actuel et donne des personnages aux têtes incroyables !
J'ai toujours admiré les auteurs qui parviennent à créer des univers très attrayants avec le format strip. On a au final une brillante série qui fait rire, et si non occupe bien.
Une tornade orange qui est légèrement en dessous du chat de la même couleur, mais qui vaut son pesant... de bêtise !

Ajout après lecture des derniers tomes:

Les derniers gags en date sont par contre beaucoup (à partir du tome 8 environ) plus faibles qu'au début, on va même dire super nul. La lassitude s'installe. J'enlève donc deux points.

Achat conseillé pour les tomes 1 à 6, après ça devient monotone.

Nom série  Mickey & Co  posté le 07/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
les BD de Mickey, Donald et Cie sont un morceau de mon enfance, je suis donc heureux de voir qu'ils sont de retour en librairie (je vais pouvoir vendre mes MPG et mes SPG! )
Les histoires sont à la majorité des histoires de ce cher Carl, avec d'autres d'auteurs de plusieurs nationalités différentes. On a donc des histoires plaisantes, pas les meilleures mais de bons récits qui raviront les fans de Mickey et ses amis et les plus jeunes.
Le dessin fait toujours mouche et les couleurs ont été refaites. Je ne suis par contre pas d'accord avec Ro sur la mise en page des albums : au début de chaque histoire, on a bien les noms des auteurs, sur une petite page intercalée entre les récits.
Pour finir, l'idée de choisir des thèmes est plaisante car ça permet aux plus jeunes lecteurs de choisir les albums selon les thèmes, et d'avoir des histoires aux humours très différents.
Une bonne série qui prépare l'arrivée de la dynastie Donald Duck...

Note : le prix casse 3 pattes à un canard, et même 10 !
Un prix pareil, c'est du jamais vu ! :o

Nom série  Hokuto no Ken (Ken le survivant)  posté le 07/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un des mangas les plus célèbre et un des premiers à être arrivés en France. Il a certes beaucoup vieilli, et n'a donc plus autant d'intérêt qu'avant.
Les fans de baston seront comblés. Personnellement, j'ai trouvé le dessin trop chargé sur certaines pages, et les scènes de combat assez brouillonnes. Sinon, il est du style 80's mais joli et réaliste.
La violence est si présente que par moment elle en devient idiote. Heureusement le manga a quelques bonnes idées pas exploitées au maximum. Concernant les personnages, ils ne sont pas du tout attachants, ce qui baisse la note de la série.
Un petit bof donc, en dosant le pour et le contre...
Note finale: 2,5/5
Tatatatatatata!

Nom série  Un Taxi pour les îles  posté le 07/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un recueil très sympathique que j'ai trouvé en librairie pour seulement 3 euros. Ce qui est surprenant dans cet album, c'est qu'il parvient à plaire même à ceux qui ne sont pas fans d'aviation. Les histoires sont inégales, et la première, Un Taxi pour les îles, aurait très bien pu être seule sans les autres récits courts, vue sa longueur et son pouvoir attractif. Jules Védrines est un récit assez médiocre car privilégiant le côté historique il en oublie d'être captivant. Les 3 autres histoires sont sylmpathiques, je le redis, et permettent d'apprendre des choses sur l'aviation tout en passant un bon moment de lecture.
Pour finir, les fans de Buck Danny entre autres, et des albums réalisés par Bergèse, se feront une joie de compter cet album dans leur bibliothèqe, car il a un aspect "intégrale": ces récits sont inédits en album, rappelons le.

Note historique des publications:
Un taxi pours les îles: publication en feuilleton dans J2 Magazine, du numéro 30 (juillet 1973) au numéro 39 (septembre 1973).
Un drôles d'héritage: publication en feuilleton dans Formule 1, du numéro 36 (septembre 1971) à 39 (octobre 1971)
Piège dans les andes SUIVI DE le vol à voile en montagne: publication dans Fripounet numéro 33 (août 1974).
Jules Védrines, publication dans Fripounet, numéro 32 (août 1971)
(Notes de l'album).

Nom série  Garfield  posté le 02/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je soutiens l'avis de Playmobil. Cette série est drôle, et atteint le prodige de ne pas lasser après 51 albums, mais la lecture est beaucoup trop rapide.
Le dessin est clair, joli, coloré, ça colle avec l'univers comique de la série.
Garfield est un personnage extraordinaire doté d'un humour sarcastique hors normes! Et le malheureux chien Odie est la cible première de ce félin à l'orange citrouillien !
Jon, le maître de Garfield, a bien du mal à avoir de l'autorité.
A partir du volume 50, Jon et Liz entament enfin une relation sérieuse.
Au final une bonne série qui sait très bien distraire mais qui se lit rapidement.
Note globale de la série: 3/5

Nom série  C [si:]  posté le 23/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici la série C[ si: ], par Osada Yuko ("Toto", Gear Rally, "Hokuto no Ken - La légende de Raoh").

Voilà ma dernière acquisition shonen. Une courte série en deux tomes. Je m’attendais à un shonen banal, mais je me suis retrouvé face à une histoire diablement originale, entre conflits maffieux, humour, action et émotion !

Il faut un tout petit peu de temps pour que le récit décolle vraiment (quelques pages du tome 1) et une fois ce laps de temps passé on passe un excellent moment ! Je trouve original que ces enfants luttent contre un bonbon rempli de drogue qui rend les habitants accros, ou encore qu’Ebisu, l’héroïne, veuille retrouver l’appareil photo de son défunt père, sachant bien sûr que cet appareil photo ne fonctionne plus.
Dans le volume 2, nous avons de nouveaux personnages, Fukusuke, l'homme des souterrains, Nana, un agent secret, ou encore un inspecteur de police très attaché à son travail.

On alterne entre scènes joyeuses ou très tristes, et tout au long des deux volumes on va de surprise en suprise. Le méchant de cette histoire est vraiment un psychopate, et brise des têtes à mains nues !
La scène finale du tome 2, qui clôt la série, est vraiment haletante ! Mon coeur battait à tout rompre !
Bien entendu, il y a quelques petits clichés du shonen (héros voulant réaliser une action qui semble impossible, ou personnage qui doute de lui, mais ces petits détails sont noyés dans le reste du récit, surprenant de bout en bout.

Bref, un shonen qui sort des sentiers battus, comme je les aime, et qui fait passer un bon petit moment !

Nom série  Jean-Michel  posté le 26/01/2010 (dernière MAJ le 19/10/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mederiel Cortis est une édition quasi-inconnue, qui tenait siège à Billy-Montigny, dans le Nord Pas de Calais, vers la fin des années 90. Ce sont Eric Lesage et Philippe Icq qui étaient les dirigeants de cette maison d'édition. Ils ont également réalisé plusieurs albums de BD, dont celui-ci, l'avant dernier en date Jean-Michel (qui a été suivi par un ultime album de cet éditeur, Tapinage Artistique (2001))

Voilà un album que je connais par cœur tant je l’ai lu. Il a été réalisé par les mêmes auteurs qu ’ Emile Kougloff (les aventures d'. mais ici, nous n’avons pas affaire à un 44 planches mais à une série de gags hilarants, illustrant chacun une tentative de notre Jean-Mimi d’avoir enfin un travail. L’album est en noir et blanc, mais cela ne gâche pas le plaisir de lecture, même si les dessins sont un peu trop simplistes pour espérer un quelconque compliment graphique. Ils ne sont pas tremblotants du tout, ils sont en plein dans la « ligne claire », mais c’est vraiment « le minimum syndical ».

Parlons des gags en une planche qui composent ce one-shot: ils sont vraiment très drôles, je me suis souvent roulé par terre, c’est très réussi, et c’est dommage que cet album ne soit pas célèbre car il gagne à être connu! Bon, c’est dans une veine « ados-adultes », car certains gags sont un peu trop « osés », sans jamais faire dans l’excès. Cet album sonne juste, et présente à merveille les méandres du monde du travail. Jean-Michel n’a pas froid au yeux, et à croire qu’il n’a pas d’amour propre, car il s’essaye à la quasi-totalité des boulots possibles et imaginables, mais sa franche stupidité le conduit toujours au pas de la porte, avec les fesses enflées par le coup de pied. Jean-Michel ne désespère jamais, il est toujours de bonne humeur. J’aime beaucoup les gags où Jean-Michel est présentateur du JT (simple mais efficace!), ou il est sage-femme (usant de sa propre méthode pour faire accoucher une femme), homme-sandwich (à ne pas confondre avec le sandwich que l’on mange), dessinateur de BD (une sorte de planche infinie, qui revient sans cesse) , gardien de musée (un peu osé), colleur d’affiche, garde champêtre (dans le même style choquant mais drôle), prêteur sur gages (au pied de la lettre), poseur d’enseignes (la colle était périmée) …. Bref, 90% de cet album est à mourir de rire, mais les dessins un peu trop faibles en comparaison de la production actuelle, ce qui pourrait gêner certains lecteurs (mais pas moi!)
Note: j’ai trouvé l’acariâtre Mme Schtelbire excessivement drôle (il faut avouer que Jean-Michel a tué son chien avec une tondeuse, soit disant pour le raser), car elle ne cesse de s’acharner contre notre héros.
Très drôle, un peu gore par moments, cet album est un chef d’œuvre de l’humour! À acheter absolument, vous ne le regretterez pas! Ne vous laissez pas abattre par les dessins, c ‘est vraiment drôle et ça se lit sans fin!

Nom série  Le Surfer d'Argent - L'intégrale  posté le 13/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Après lecture du premier tome.

J'ai lu ce premier tome de l'intégrale sans grand enthousiasme. Le Surfer d'Argent, de son vrai nom Norrin Radd, ou plus connu par les lecteurs sous le nom de Pleurnichard des Etoiles, erre de galaxies en galaxies en ne cessant de se lamenter. Pour sauver sa planète, il se sacrifie et devient le serviteur de Galactus, mais se rebelle et est exilé parmi les hommes. Le premier épisode est plutôt une introduction, et les suivants ne sont pas fameux. Le troisième épisode est stupide car on dirait que Le Surfer d'Argent fait exprès de se faire caresser le menton par l'armée. Le pire est dans le cinquième et dernier épisode de ce premier volume, qui est comique, notamment grâce à l'apparition de Thor, qui a autant de cervelle que son marteau vengeur.

Bref, Le surfer d'argent n'est pas la série la plus célèbre de Marvel et on comprend pourquoi ! Stan Lee a bien fait de ne pas trop réaliser d'aventures de ce personnage si ennuyeux, bien qu'il soit le seul personnage de l'univers Marvel à posséder de tels dons, dons qu'il n'utilise pas.


Un bof pour cette intégrale du surfer... Achat plus que conseillé pour les fans.

Nom série  Quartier lointain  posté le 08/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Après lecture de l’intégrale:
Quartier Lointain ? Oui, osons, ce que j’ai lu est très lointain de ce que j’espérais.
Le dessin est fadasse, sans magie, terne. Le personnage principal me répugne : on dirait tout le temps qu’il va pleurer ! Résultat, j’avais déjà envie de le frapper au bout de la page 30 !
Le scénario : il faut un temps fou pour rentrer dans cette histoire où il ne se passe rien, pour être ensuite doublement déçu par ce que Taniguchi nous offre. À quoi cela a-t-il servi ? Pourquoi notre héros a-t-il revécu son adolescence pour ne rien pouvoir changer de ce qu‘il s‘est passé ? Quel est l’intérêt de nous dévoiler ainsi cette adolescence ordinaire ?
Autre point : où est l’originalité ? Des récits comme cela, on en voit tous les jours à la télévision, dans les téléfilms de l’après midi ! Et ne parlons pas du larmoyant puissance 10 qui inonde les planches !
Et la fin est décevante, j’ai été encore une fois déçu. Ça, un des meilleurs mangas existants ? Je ne suis pas d'accord. À part le fait que cette histoire se déroule au Japon, je n’ai pas une seule seconde avoir eu l’impression de lire un manga. Taniguchi, en voulant faire découvrir le manga même aux non initiés, a trop fait, et cette Bd ne ressemble donc à rien (rien dans le sens "impossible à ranger dans une boîte").
Pour conclure avec cet avis qui ne doit pas plaire aux fans, dessin banal et froid, héros détestable, du dramatique à en vomir, scénario simpliste, artificiel et inutile, et beaucoup de longueurs.
Heureusement que je n’ai pas déboursé 25 euros pour cette intégrale !
Alors, ceux qui veulent découvrir les mangas, si vous lisez cela vous n’en lirez plus jamais, et les fans de mangas, ne lisez pas cela, vous n’en lirez plus jamais non plus !
Une amie m’a dit qu’une autre série de Taniguchi, Un zoo en hiver, était de même qualité que ce quartier lointain. Donc, que l’on ne me parle plus jamais de Taniguchi.
Note : une utilité pour cette intégrale ? Parfaite pour assommer des gens…

1 2 3 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque