Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 298 avis et 62 séries (Note moyenne: 3.21)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Smoke City  posté le 07/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un sursaut d'énergie pour exhumer ce diptyque faramineux !

J'hésite à vous raconter la situation de départ, cela vous paraîtra si peu original ...
Le scénario est pourtant très bien ficelé, même s'il utilise les ressorts du polar en se sortant d'impossibilités logiques par un recours au fantastique, qui permet de retomber parfaitement sur ses pattes, mais aussi d'amener les images vers une grande beauté surnaturelle. Beaucoup de rebondissements et d'arroseurs arrosés, en tout cas...

L'image est d'une sensualité troublante, et réaliste à la fois. Une esthétique assez années 30, dans une ville imaginaire peuplée de gratte-ciels élégants, baignant dans une lumière de films noirs pluvieux, réchauffée par du rouge et du doré. Les visages ont tous un sex-appeal particulier, sans donner dans le déjà vu. Une sorte de séduction intime : des hard-boiled, des misfits, des garçonnes, des blacks et des ninjas qui vous fixent de leur regard perdu ou manipulateur, transparents ou sombres, tout neufs ou vieillissants.

Bref j'en redemande, et je note le nom de ces 3 enchanteurs qui réussissent à créer une parenthèse, attirante et inquiétante à la fois...

Nom série  Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu  posté le 07/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour les amateurs de Depardieu : inévitable. Pour les autres : sûrement un peu lassant...

Après le De Funes, je m'attaque à un autre monument du cinéma de mon enfance à la télé. Moins professionnel, moins roi du ridicule, ce serait plutôt le roi de l'emportement, du mouvement qui se continue plus loin que nécessaire, plus loin qu'on pouvait l'imaginer. La puissance plutôt que l'accomplissement.

La force de la nature, pas forcément réfléchie, mal assumée, démesurée. Ce témoignage, mi effrayé, mi affectueux, donne une image vraisemblable de Depardieu aujourd'hui. Il revient assez peu sur les tournages du passé, cela n'intéresse pas Gérard. Des moments de sa vie personnelle, des anecdotes indépendantes du cinéma sont évoquées.

Le dessin de Mathieu Sapin, est simple et efficace, il n'est pas très fort pour les nanas.
Le scénario est un peu répétitif, on est soûlé de toute cette logorrhée du gros Gérard, plein de contradictions, d'emportements, accueilli partout comme un dieu, ronronnant dans ses obsessions, parfois attentif aux détails, mais passant à coté de pans entiers de la réalité, quand elle est emmerdante.

On a l'impression de grossir soi-même à chacun de ses repas ...

Nom série  Les Funérailles de Luce  posté le 07/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un peu trop court mais très précis et juste et beau...

Le dessin noir et blanc un peu trash, sans demi-mesure de gris, ni traits fins, se confronte à un scénario très nuancé : par moment quotidien, par moment symbolique. La mort, la vieillesse, l'enfance y sont convoquées dans un univers villageois un peu suranné.

Comme dit Hervé c'est un album qui laisse des traces profondes, comme une sorte de non-dit qui restera à l'intérieur de nous quelles que soient les couches de vie qui recouvreront le moment de notre lecture...

Le titre n'est peut-être pas le bon, ce ne sont pas les funérailles DE Luce, mais celles qu'elle a vu. Et que les autres ne voient pas. Le grand-père, son voisin, le fils du voisin, et la voisine (personne n'a parlé de cette voisine, je pense que c'est une des choses qui est aussi marquante dans cet album : des vieux qui font l'amour, et la mort qui vient, juste après). Et puis le couple improbable qui représente la mort : étrange, mais pas malveillant, simplement muet.

Bonne lecture, ça vaut le coup !

Nom série  Le Guide Mondial des Records  posté le 07/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bonne idée mais un peu ratiboisée dans la mise en œuvre.

Le jeune Français moyen en uniforme d'huissier du guide mondial des records, qui va de choux colossaux en chronométrage de mémé en plongée, c'est vrai que c'est assez drôle et déprimant à la fois.

Mais cela ne fait pas un scénario, donc, l'idée est d'imaginer un fou furieux qui cherche à obtenir un record macabre, par exemple, le nombre d'assassinats de différentes façons par le même auteur. Le problème est de constituer un parcours pour découvrir le coupable qui nous tienne en haleine, et là ce n'est pas très réussi, c'est un peu court, quoi. Le milieu du héros/huissier est bien décrit, le personnage aussi, mais c'est l'intrigue qui pêche.

Le dessin classique et efficace, (dans le trait comme dans la couleur) ne peut pas tout faire. Manque de temps peut-être?

Nom série  Le Dessein  posté le 07/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Attirée par cette couverture élégante et ce titre énigmatique, je prends le livre à la bibliothèque : une main tatouée qui écrit sur le blanc plastifié, les tatouages qui semblent se dissoudre sur la page... Les couleurs pastel du centre de la tache qui se dégradent et disparaissent dans l'air.

Mais je me trouve assez décontenancée en refermant l'album. L'histoire sautant de l'autofiction au merveilleux, du jeu télévisé (ou plutôt web concours en direct) au roman d'apprentissage, donne un peu l'impression de l'improvisation. De bonnes choses dans les différents essais formels, mais pas associées de manière convaincante.

Pour le dessin, c'est prometteur : trait ultra simplifié relevé par des ombres en gris violâtre uniforme, pour le temps présent, et des couleurs plutôt vives et alertes quand on décolle de la réalité.

Bref sympathique pour le dessin, mais trop tôt paru pour le scénario, et un peu plat pour les dialogues (et donc pour l'épaisseur des personnages).

Nom série  Louis de Funès, une vie de folie et de grandeur  posté le 06/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis étonnée moi-même de la tendresse que j'éprouve pour de Funès, à la lecture de cet album.
Sa pugnacité vers le succès, son exigence intarissable pour faire rire les plus austères inspirent le respect et la sympathie.

Chacun ne peut s'empêcher de se remémorer les films vus dans l'enfance, puis revus plus tard avec ses propres enfants, le côté à la fois suranné et toujours parfaitement efficace. La mise en jeu totale de sa personne physique, la course consciente et quasi cinétique vers un ridicule abyssal, ressemble au courage.

Ce livre est un hommage réussi, mais qui ne peut décemment pas arriver à la cheville du maître, en terme d'énergie, de violence physique faite à soi même pour obtenir le rire. Les visages sont très réussis, les couleurs gaies, les dialogues sans doute très fidèles à la réalité, le déroulement peut-être un peu accéléré, sur la fin, ne peut pas nous faire comprendre ce mystère de la nature...

Certes le parcours paternel, très atypique, le courage de sa mère, peuvent donner des pistes d'explication, mais au fond cela reste un point d'interrogation.

En tout cas bravo à Alexis Chabert pour ses dessins qui font très bien revivre cette force de la nature, observatrice, surexcitée, laide et drôle...

Nom série  Cour royale  posté le 06/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tout simplement drôle !

Le scénario est bien goupillé, l'époque du roi soleil bien traduite, dans sa démesure, son ridicule, son obséquiosité. Mais les deux principales qualités résident dans la langue utilisée et l'habileté du dessin.

Truculence des dialogues épicée par une langue du XVIIème siècle quelque peu imaginaire (comme la langue d'Agrippine imaginée par Claire Brétecher aujourd'hui, ou plus proche (aussi par le trait): celle du landais volant de Dumontheuil). Les noms des personnages rappellent l'humour d'Arleston dans ses trolls, c'est-à-dire pas bégueule, un peu gras mais ça glisse d'autant mieux !

Le contraste ménagé par le dessin entre les deux jeunes premiers (la belle et le grand costaud, pas très volubile) d'un coté et le reste de la cour de l'autre : ramassis de rondouillards emperruqués, et de damoiselles poudrées aux visages cadavériques, rappelle la caricature à la Uderzo, (dans le grand fossé par exemple) mais avec un souci plus juste des couleurs, et même des valeurs (ombres et lumières). Les excentricités de la cour sont mises en valeur dans un décors, certes simplifié, mais dans lequel on ressent très bien la richesse forcenée (cf les carrosses)

L'humour, la caricature mais aussi une certaine fidélité historique donnent à cet album un caractère franchement sympathique ; j'en conseille chaleureusement la lecture.
Un petit exemple de la langue du roi expliquant son souhait qu'on lui invente une chaise à porteur percée : "En cas de forte intempérie des entrailles, il doit être grisant de les soulager en pleine locomotion !"

Nom série  Harry est fou  posté le 01/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Rafraichissante BD pour enfant, mais qui fait aussi passer un petit moment sympathique aux adultes qui accompagneront un enfant vers la BD.

Une histoire d'animal de compagnie surdoué qui parlera à tous les enfants qui ont un animal, rêvent d'en avoir un, ou aux adultes qui ont été dans une de ces deux catégories.

C'est effectivement (comme le dit mac Arthur) une histoire sans morale, plutôt un fantasme, qui prend, le temps d'une lecture, la place d'une réalité plus quelconque (personne ne fera tes devoirs à ta place, et tes parents n'adopteront pas un animal qui les aide dans leurs mots croisés ou améliore leurs recettes de gâteau.) Pourtant cette parenthèse improbable, dans un univers urbain et routinier, voire conservateur, me fait aussi penser aux moments dans Kid Paddle ou Kid imagine à partir d'une phrase anodine de son père tout une situation aventureuse et quand il rouvre les yeux, c'est bien toujours son ridicule papounet, maigrichon et gnangnan, qui passe le ballai.

Évidemment, le trait hasardeux et malin de Rabaté, plaira plus au parents bobos que kid Paddle dont le mauvais goût commercial reste rebutant surtout si on n'a jamais ouvert un album..

Nom série  Quand vous pensiez que j'étais mort (mon quotidien dans le coma)  posté le 01/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Déroutant et instructif.

Ce brave trentenaire qui se retrouve dans le coma le jour des deux ans de sa fille... on finit par le trépaner en dernier recours, il reste des mois dans le coma et revient à lui complètement surexcité, incapable de communiquer tranquillement avec sa compagne ou le reste de sa famille, épuisé, dans le souvenir de son voyage intérieur, il n'arrive tout simplement pas à revenir sur terre.

C'est un psychanalyste qui lui fait entrevoir le sens que pourrait avoir cette crise de douleur en lien avec le jour de ses deux ans à lui...

Ce scénario autobiographique qui est aussi une enquête sur le sens de sa vie, pour reprendre contact avec l'homme qu'il était avant, et passer à l'étape suivante. Cet album est très touchant parce qu'il aborde par cette situation très atypique, des mécanismes familiaux qui le sont beaucoup moins. Les rapports mère/fils, ce que l'on doit dire à un enfant, ce qu'on peut lui dire, comment le dire, comment relativiser la douleur sans la nier...

Bref ce livre est un outil pour travailler sur soi. Une des phrases les plus justes de l'album c'est le psychanalyste qui éclate de rire quand on lui dit qu'on va se reposer en famille. "si on va en famille, c'est pour travailler !"

Pour le dessin c'est un noir et blanc assez brouillon (mais comment représenter la douleur ?) Il peut aussi se lancer dans des croquis très précis pour s'approprier certains visages (celui du chirurgien, ou du psychanalyste) ou donner à voir une image de ses rêves de coma.

Bref ce n'est pas une BD pour se reposer ! ça secoue, accrochez-vous aux branches !

Nom série  Jolly Jumper ne répond plus  posté le 01/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Où voulez-vous en venir, au bout du compte ?

Un Luky Luke en anti-héros pas très intelligent et amoureux de son cheval, qui ne lui parle plus. Ce n'est pas vraiment drôle... Un dessin un peu mou, un scénario qui a sa logique.

Mais au fond, cet exercice de style était-il indispensable?

Nom série  Une mystérieuse mélodie ou comment Mickey rencontra Minnie  posté le 01/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Gentille historiette pour enfant.

Le traitement du dessin est hyper fidèle à l'esprit du premier Mickey, avec des à plat tramés, des couleurs jaunissantes et peu d'expressivité dans les visages, tous les personnages traditionnels sont présents (Pluto, Dingo ,etc...)

Un scénario à l'eau de rose qui abandonne un peu le comique de situation, pour l’énigme sentimentale. Rien de hot, rien de haletant, mais une petite mécanique qui retombe sur ses pieds, sans rupture de rythme ni humour.

Je n'ai pas de sympathie particulière pour l'univers des premiers Walt Disney, préférant de loin son rival Tex Avery... Mais cette reprise me parait honnête. Légèrement moins gnangnan que l'original.

Nom série  Mao Zedong  posté le 28/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Assommant.

Un dessin très classique, aux couleurs monotones, assez évocateur du réalisme soviétique.
Une narration historique entrecoupée de retours au présent où l'on voit la vieille dame (épouse de l'ancien premier ministre de Mao) triste et amère qui raconte l'ascension de Mao et celle de son mari, à une cour de jeunes Chinois attentifs.

Tout est très froid, factuel et vu au travers du prisme de cette vieille dame désabusée. Même les histoires d'amour apparaissent comme les chapitres d'un compte rendu de conseil d'administration.
C'est simplifié pour les besoins du format, et du coup aucune épaisseur des personnages ne peut se dégager, et la mise en scène est réduite au minimum, chaque épisode étant réduit à une demi-page. Les dialogues sont stéréotypés.

Une BD de commande, qu'il aurait fallu resserrer sur un événement pour la rendre intéressante.

Nom série  Transmetropolitan  posté le 21/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Trop.

Cet anti-héros, étonnamment chaste et vénal qui ne recule devant aucune bizarrerie violente, vit dans un monde urbain où des machines vous fabriquent tout ce qui vous est nécessaire, où les politiques font des campagnes électorales kitchs, les stagiaires se débinent, les patrons vous en demandent trop... Bref un autre monde, qui ressemble assez à l'Amérique, mais en + tout.

Le personnage est extrêmement séduisant au départ
- par son ironie qui ne laisse rien debout, mais à la longue, cela devient répétitif, voire convenu.
- par son apparence foutraque, d'abord chevelu dans son antre exilée du départ, puis au crâne luisant dans sa vie citadine de chasseur de scoop : le torse volontiers découvert il arbore ses tatouages géométriques, ses lunettes asymétriques et son sourire froid.

Les mises en pages dynamiques (raccourcis en contreplongée ou plongée d'ailleurs), les décors vertigineux et sur-occupés, les couleurs qui ressemblent à un tas d'ordures (je veux dire toutes les couleurs de la palette jetées dans des surfaces très délimitées, indifféremment grandes ou petites), tout cela contribue à une fatigue entêtante qui n'aboutit à rien. Chaque épisode recommence l'hécatombe.

Comme Alix, le jeu m'a lassé à la longue : au troisième tome, j'ai dit basta.
En revanche lisez-en un tome : c'est le genre rentre-dedans, mais avec une certaine grâce...

Nom série  Collaboration horizontale  posté le 15/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le tire-larme parfait

On dirait du Zidrou mais avec un peu plus d'effort sur la complexité du scénario. Un dessin proche de Roger ou de Jordi Lefevre, dans des couleurs assez tristes. Un petit coup de cœur pour la première et le dernière de couve qui sont vraiment belles, composées aux petits oignons.

La grand-mère qui se confie, l'époque tragique et finalement la "collaboration horizontale", ce titre qui semble presque graveleux, comique, découvre en fait l'histoire terrible d'une tondue à la libération, racontée par elle-même.
Les larmes coulent à flots vous dis-je, donc on peut dire que c'est réussi.

Mais il manque un petit quelque chose, l'étonnement, l'aventure, l’ambiguïté. Cela reste sur le mode univoque de ce que l'on sait déjà. Le grand amour impossible qui n'explique rien et justifie tout. On ne comprend pas du tout comment il nait, ce n'est pas lui qui nous touche, c'est le destin tragique et la peur rétrospective d'avoir échappé à ce traquenard de l'histoire.

Nom série  Le Retour  posté le 15/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pas accroché. Lu jusqu'au bout, mais où voulait-il en venir?

J'ai été séduite par le dessin, un peu ciblé adolescent (ne riez pas !) assez proche de la caricature, avec des couleurs peu variées mais plutôt douce à l’œil.

Mais pour le scénario:
Cet artiste contemporain, mégalomane et bienpensant qui retourne au pays et retrouve sa belle île bétonnée... Que fait-il ? la même chose que les promoteurs, il achète tout et fait des merdes en béton qu'il légitime par son point de vue artistique.

Bref, quel est le message ? 1. l'art contemporain est dans l'impasse ? 2. On ne peut rien faire contre l'argent ? 3. En voulant se rebeller contre son papa, on finit par faire des conneries ?

Je ne vois pas en quoi ces trois propositions son intéressantes et nous aident à vivre... Tout ça pour ça.

Nom série  Joséphine Baker  posté le 15/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Comme d'habitude : chapeau l'artiste, pour Catel (et son co-équipier !)

N'hésitez pas à les lire tous, ce sont des sommes d'information et en général d'énergie en pages, qui donnent la pêche et éblouissent par leur malice puissante :

Kiki de Montparnasse, Olympe de Gouges, Benoîte Groult et Joséphine Baker, 4 femmes époustouflantes décortiquées avec sympathie et précision. Un cadre un peu toujours le même, mais très efficace, où les lieux de la vie forment des chapitres du livre et des étapes du parcours.
Ces albums resteront comme une encyclopédie des femmes bien plus vivante et édifiante que toutes celles écrites jusque-là.

On pourra reprocher ce caractère systématique, voire monotone :toujours des femmes, les scénarios chronologiques, les cours chapitres très nombreux, le trait vif et épais, dans un noir et blanc sans variations, les destins féminins héroïques avec souvent une sorte de glissade finale où la lumière des grandes heures finit par décroître. Mais il faut bien comprendre que ce n'est pas une simple BD, c'est un travail documentaire indispensable qui n'a jamais été fait, qui ne tait pas les moments difficiles à défendre et considère le personnage avec empathie.

Bravo !

Nom série  Hypnos  posté le 15/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Aventure sombre et ouverte.

Les circonstances vont pousser Camille à faire ce qu'elle ne trouve pas convenable, mais qui va être indispensable à la survie de sa famille. C'est le ressort du scénario qui acquière une certaine originalité dans le métier du mari, sa fin honteuse en cette période d'après guerre (1919), et l'usage qu'elle pourra en faire. Cette période est rarement évoquée d'ailleurs et c'est la seconde originalité de l'affaire en décrivant les mouvements anarchistes qui couvent, les assauts de la tuberculose...

Une troisième étrangeté, c'est l'apparence de Camille, qui n'est pas la femme fatale que laisse imaginer la couverture. Non, elle a des postures convenues et séductrices si c'est nécessaire, mais elle peut aussi être repoussante par certains aspects. Cela peut sembler de la maladresse, mais je pense que c'est plutôt une manière de la rendre plus proche de la réalité, et plus touchante que désirable.

Le gros pif du commissaire est dans la même veine, un repoussoir pour une histoire d'amour éventuelle... Mais justement qui sait?

Nom série  La Religion  posté le 15/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Belle aventure qui commence.

Un premier tome qui laisse présager un scénario où les faits historiques, psychologiques et peut-être sentimentaux, s'entremêlent gracieusement.

L'histoire d'un adolescent enlevé par l'ennemi barbaresque qui se retrouve à combattre contre son peuple mais finit par se ranger des voitures, et passer du mercenariat aux trafics en tous genres, tirant profit de sa connaissance des deux langues et cultures. Évidemment, ces compétences peuvent aussi intéresser les militaires en mauvaise posture. Et ce destin au début tragique laisse un mystère familial derrière lui, qu'est devenu sa famille d'origine ? Ce héros trouble et habile a l’ambiguïté nécessaire pour nous mener de séduction en dégoût vers une aventure à rebondissements.

Le dessin est vif, dans le genre réaliste mais avec une mise en lumière qui donne mouvement et profondeur aux caractères. Des couleurs chaude assez classiques.

Bref : à conseiller même si ce tome n'est presque qu'une mise en bouche, pour un repas au fumet appétissant...

Nom série  Chronosquad  posté le 29/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Enchantée comme les autres lecteurs !
Les voyages spacio-temporels, on a déjà vu ça, mais les spécificités de cette série ont beaucoup de piquant.

- un dessin qui associe des personnages aux visages très réalistes, précis et expressifs dans leurs rides et leurs variations de teint à d'autre beaucoup plus simplifiés sans que cela paraisse en décalage. Je m'aperçois que c'est un peu pareil dans la vraie vie, les gueules burinées côtoient les visages plus conformes aux stéréotypes (un Emmanuel Macron peut se trouver dans la même pièce qu'un Jean Lasalle) Pour assembler le tout, un jus d'aquarelle très coloré et lumineux baigne les pages d'une bonne humeur revigorante.

- un scénario très habilement déployé, où chaque rebondissement de l'histoire laisse imaginer tout un pan du monde qui était resté caché jusque là. Ces ouvertures grand-angle qui ouvrent tout d'un coup vers l'inconnu sont tout à fait émoustillantes, elles nous laissent dans une attente émerveillée. Rien donc des histoires fermées où tout retombe sur ses pieds à la fin de l'album et les héros retrouvent leur confort de personnages fictifs (de Valérian aux brigades du temps en passant par Harding was here). Ici à la fin de chaque album, c'est l'incertitude.

- des dialogues qui renforcent le caractère de proximité que les visages savent déjà installer. De l'humour dans une langue actuelle qui nous met en prise directe avec l'histoire pourtant assez difficile à avaler (un tourisme temporelle que les autorités ont du mal à encadrer, tant du point de vue de la sécurité que de la légalité).

Bref c'est drôle, proche et dépaysant à la fois.

Nom série  Escobar - El Patron  posté le 14/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Répétitif et ennuyeux.

Les deux dernières années du célèbre trafiquant, tout puissant et traqué en même temps, beauf riche, lâche devant sa femme, manipulateur et intelligent face à ses ennemis... le super-héros réaliste.
Mais la traque est longue, les ressorts cyniques toujours les mêmes, le dessin a un coté figé et pâlichon qui contraste avec les faits racontés. Mais c'est le scénario et les dialogues qui ne sont pas à la hauteur de l'ingéniosité du personnage.

J'ai dû faire un effort pour aller jusqu'au bout.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 15 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque