Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5205 avis et 1082 séries (Note moyenne: 2.81)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Banque de putes  posté le 20/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il est vrai que le titre n'est pas très subtil et c'est plutôt insultant pour les quelques 380000 personnes qui travaillent actuellement dans le secteur bancaire en France. Ces honnêtes travailleurs doivent tout de même veiller à ce qu'on ne dépense pas plus d'argent qu'on en possède pour une meilleure maîtrise des risques. Les clients ne sont pas tendres non plus. Bref, on est loin de l'hommage à la profession. J'espère que cela n'entraînera pas un mépris haineux de votre conseiller bancaire...

Ceci dit, c'est plutôt une critique du système capitaliste dans son ensemble. Il est vrai que certaines choses fonctionnent mal et menacent de s'écrouler entraînant crises et guerres. Cependant, le système communiste a également tué des millions de gens privés de liberté. On est dans l'idéologie et on fait dans l'humour acide pour faire passer quelques idées sur le monde de la finance. Comme dit, il y a également du vrai mais tout le système n'est pas à jeter.

Nom série  Retour sur Belzagor  posté le 15/07/2017 (dernière MAJ le 20/01/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai franchement bien aimé ce retour sur Belzagor qui nous entraîne aux confis de la galaxie dans un monde ayant subi une décolonisation avec un anti-héros en quête de rédemption après une lourde faute commise que l'on ignore encore.

On retrouve la dessinatrice de l'excellente série Les Epées de verre ainsi que le scénariste de la série Mille Visages ou Mandalay qui m'avait bien plu. Je perçois une certaine maturité dans le graphisme mais également dans le récit. C'est une aventure qui se rapproche beaucoup des mondes d'Aldebaran de Léo grâce aux bestiaires. Il y a également un côté assez exotique qui assure un dépaysement garantie. Les auteurs ont véritablement bien assuré dans leur domaine respectif.

Les thèmes sont connus (préjugés raciaux, décolonisation, écologie...) mais c'est traité de manière assez efficace. Par ailleurs, il y a un déroulé des faits assez dynamique qui fait que l'on ne s'ennuie pas une seule minute dans cette faune et flore assez riche.

Je serai en tout cas le premier aviseur à décerner le 4 étoiles bien mérité et évidemment, cela n'engage que moi. Oui, c'est de la très bonne science-fiction adapté d'un chef d'oeuvre encore américain. On en redemande !

Suite au second tome

Mon impression première se confirme suite à un tome qui fait la part belle à un rite assez monstrueux dans tous les sens du terme. Cette fois-ci, on va réellement découvrir les secrets de cette planète avec ces deux races d'autochtones assez étranges. La science-fiction retrouve ses lettres de noblesse avec un récit plus intelligent qu'il n'y paraît sur fond de découverte d'un nouveau monde.

Nom série  Kasane, La Voleuse de Visage  posté le 17/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n’est pas parce que l’on se moque de toi à l’école qu’il faut forcément voler le visage des autres camarades. C’est ce qu’un parent censé et normal pourrait dire à son enfant dans la vie de tous les jours.

Mais voilà que la mère défunte d’une jeune fille défigurée lui dévoile un secret de famille via un rouge à lèvre magique. Tu embrasses une fille et tu lui échanges instantanément ton visage contre le tien qui est un peu disgracieux. Il serait alors préférable de le faire avec des femmes plutôt très belles car cela peut aider si on souhaite devenir une belle actrice de théâtre ou de cinéma.

Voilà pour le pitch de ce manga peu conventionnel. Certes, il faudra avaler des couleuvres mais cela peut fonctionner par la suite. Il y a des rebondissements et une certaine densité psychologique qui peut s'avérer assez intéressante. A noter que la véritable beauté est à l'intérieur et non forcément sur un beau visage. Il faut parfois faire tomber les masques pour découvrir la véritable apparence des gens...

Nom série  Fullmetal Knights Chevalion  posté le 17/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Il y a des mangas qui ne passent vraiment pas. Celui-ci en fait manifestement partie. Le graphisme est assez particulier mais cela se veut tout de même assez soigné. Pour le scénario, c’est une véritable catastrophe. Cela use tous les poncifs et les facilités du genre.

On pourra dire que c’est réservé en priorité à un public assez jeune et qu’ils y trouveront sans doute leur compte. Certes, l'humour est omniprésent mais il n'est point subtil dans un genre totalement loufoque.

La combinaison est assez ridicule. On dirait les Daft Punk ou François Hollande avec son casque de motard pour chercher des croissants. Fort heureusement, le ridicule ne tue pas. Si c’était le cas, il ferait ici un véritable carnage. Qu’ajouter de plus ?

Nom série  La Nuit du Misothrope  posté le 17/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
La nuit du misothrope ne m’a absolument pas convaincu. Je sais ce qu’est un misanthrope mais je ne connais pas la signification de ce mot-là. Je suppose qu’il ne s’agit pas d’une erreur d’orthographe mais une figure de style assez subtile.

A vrai dire, je ne suis pas entré dans ce récit qui aurait pu être captivant s’agissant de la disparition de personnes à une date anniversaire précise dans le cadre d’un quartier de ville. Il faut dire que la narration est omniprésente et qu’elle est plutôt assez bavarde. C’est écrit en bon français avec une maîtrise absolue de notre langue. Cependant, que c’est ennuyeux à mourir !

A vrai dire, je pense sincèrement que ce n’est pas parce que je n’ai pas aimé une œuvre qu’elle est forcément sujette à caution. A mon stade, soit j’aime, soit j’aime pas mais il y a également les bds qui se laissent lire. Par contre, en l’occurrence on a envie de fermer la page dès les trois premières pages de lecture. Après, c’est une lente agonie pour s’obliger à aller jusqu’au bout. J’ai l’impression qu’il manque l’essentiel à savoir les trucs pour captiver son public comme savait par exemple le faire un réalisateur comme Hitchcock au cinéma ou encore Christophe Bec ou Van Hamme pour rester dans la bande dessinée.

Le dessin est très dénué mais il passe encore pour un style socio- intimiste. Cela ressemble d'ailleurs un peu à du Will Eisner: autant dire que j'aime bien ce graphisme. C'est juste un peu dommage pour le reste...

Nom série  Kilum - Rencontre avec les Himbas  posté le 16/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est une bd qui raconte l’expérience réelle d’un homme qui a abandonné sa vie citadine composée de réunions de bureau pour aller vivre au contact d’une des tributs les plus primitives d’Afrique à savoir les Himbas (peuple bantou établi au nord de la Namibie). Il est vrai que sa société a coulé suite à de mauvaises affaires. Il en profite également pour se séparer d’une épouse assez vénale. Bref, les conditions étaient réunies pour un nouveau départ loin de toute cette agitation du monde capitaliste. Sa quête est de retrouver les vraies valeurs proches de la nature.

Le voilà plongé alors en Namibie, un pays indépendant seulement depuis 1990 qui a été gouverné de fait par l’Afrique du Sud depuis la fin de la Première Guerre Mondiale et qui a par conséquent connu l’apartheid. Curieusement, on apprendra que la minorité était mieux respectée durant cette période pourtant difficile que de nos jours où elle est chassée de ses terres par le gouvernement car elle ne connait pas la notion de titre de propriété. Ils vivent principalement de leur bétail et habitent dans des campements disséminés dans tout le Kaokoland avec leurs troupeaux de vaches et de chèvres.

Comme dit, c’est une tribu qui vit minoritairement dans un pays : 10000 individus sur une population de 2 millions de personnes. L’ethnie majoritaire a un mode de vie à l’occidentale avec une capitale composée de gratte-ciels géants. Cela tranche singulièrement avec ce village composé de huttes où la moitié des enfants dorment nus à l’extérieur. Une sorte de peinture végétale en rouge appliquée sur le corps leur permet de vivre en harmonie avec les éléments. La Namibie est l’un des pays les plus arides et les moins peuplés du monde.

J’ai beaucoup de respect pour ces gens simples qui se regroupent pour survivre dans le dénuement le plus total. C’est difficile de penser que des gens souffrent encore de la faim surtout dans un des pays africains les plus riches de ce continent. Là encore, on observera que ces populations ne fuient pas pour aller dans un quelconque eldorado loin de leurs racines. C’est tout à fait appréciable car ils essayent de construire quelque chose avec ce qu’ils ont. Himba signifie mendiant ce qui n’est guère flatteur mais ils sont fiers de leur identité et de leur culture.

Pour moi, la lecture de cette bd a été enrichissante dans la mesure où elle nous fait découvrir une autre culture tout à fait respectable et qui possède ses propres codes. Il faut sans doute protéger cette culture, ce mode de vie et ces traditions contre les méfaits d’une modernité qui leur serait imposé. L’épisode avec les touristes montrent toutes les limites. Bref, une œuvre ethnologique qu’il faut découvrir pour peu qu’on aime ce genre de documentaire ou d’expérience d’ouverture sur le monde.

Nom série  Ces jours qui disparaissent  posté le 15/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
J’ai littéralement adoré cette lecture de ces jours qui disparaissent chez un jeune garçon abordant la vingtaine. On va le suivre au cours de toute une vie car il lui arrive un phénomène assez mystérieux. En effet, il se réveille en ayant loupé à chaque fois une journée entière qui est occupé par un autre soi totalement différent. Il est bordélique et l’autre soi est maniaque. Il est acrobate dans un cirque et l’autre va faire un métier plus conventionnel et rémunérateur dans l’informatique. Il est très famille et ami alors que l’autre est plus solitaire. Le gentil poète contre le brillant carriériste. La bataille peut commencer !

On pourrait penser qu’il y a une véritable part de fantastique mais on comprend assez vite qu’il s’agit certainement d’un phénomène de dédoublement de la personnalité qui trouve une origine psychologique à savoir la schizophrénie. Il est assez terrifiant de le vivre du point de vue de l’un des personnages qui va disparaître progressivement pour laisser place à l’autre qui est moins rêveur. C’est une véritable quête sur la perte de l’identité qui est mené de main de maître par l’auteur. Je n’avais jamais rien lu de tel.

Il y a véritablement deux parties : celle de la coexistence pacifique et une autre qui correspond à la disparition progressive et dramatique. En effet, il y a une personnalité plus ambitieuse qui va prendre le dessus sur l’autre qui se réveillera moins souvent. C’est bien écrit et bien dessiné avec des planches presque vivantes dans le mouvement. On est littéralement happé par cette intrigue de perte de contrôle qui progresse dans une véritable tragédie psychologique. On a l’impression de vivre un cauchemar du style vertige existentiel avec notre héros. C’est assez poignant par moment. Cela peut nous renvoyer à notre propre rapport au temps, à notre jeunesse, à la vie et à notre mortalité. Ce qui nous touche ne peut que nous faire réfléchir…

Inutile de préciser que cette œuvre concourt pour le grand prix d’Angoulême 2017 ce qui est amplement mérité. C’est véritablement la bd à découvrir de toute urgence pour cette rentrée car ce qui est original est plutôt rare. Voici une lecture pour une expérience unique qu’on n’est pas prêt d’oublier. L'auteur livre une véritable bd inattendue et palpitante.

Nom série  Sous le ciel de Tokyo  posté le 15/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Lorsque j’étais plus jeune et que j’ai appris l’enseignement sur les cours d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, les nazis allemands et les impérialistes nippons étaient clairement désignés comme l’ennemi. Suite à l’issue de la guerre, ils avaient totalement disparus pour laisser place à deux peuples pacifiques qui s’étaient rattrapés économiquement au point d’être parmi les nations les plus riches du globe alors qu’elles avaient été détruites par la guerre et non épargnées. J’ai toujours eu de l’admiration pour ceux qui relèvent leurs manches pour travailler et reconstruire un avenir plus serein.

Il y a encore quelques années, il n’y avait pas d’ouvrage connu qui nous montrait le point de vue de l’ennemi. C’était quelque chose de tabou ou de politiquement incorrect. Bien entendu, ce manga ne fait pas l’éloge de l’impérialisme de ces militaires ayant conduit ce pays à une guerre d’expansion. C’est plus le modeste point de vue d’un pilote de chasse et de sa délicieuse épouse qui seront mise en avant. On se situe vers la fin de l’année 1943 avec cette inversion du cours de la guerre où les Japonais ont perdu progressivement la maitrise des airs et des mers devant l’avancée technologique américaine. Comme dit, on ne réveille pas aussi impunément un géant. La traitrise de Pearl Harbor allait se payer assez chèrement. Quand on perd un combat, il faut savoir l’admettre. L’attitude jusque boutiste va aboutir à de véritables sacrifices humains à savoir les kamikazes.

A noter également l’attitude assez soumise de l’épouse de l’aviateur ce qui correspond bien à la réalité de l’époque dans cette culture qui a bien évolué depuis. L’audace de la boulette de viande en lieu et place d’un traditionnel plat qui se mange à la baguette est assez caractéristique. Cela peut faire sourire ou pas. Au-delà de cet aspect, c’est tout le vécu des civils qui nous ait conté ce récit. C’est un nouveau point de vue et donc c’est forcément intéressant pour peu qu’on aime l’Histoire objective et non celle racontée par les vainqueurs. Les bons et les mauvais sont partout et dans chaque camp. Pour les fans d’aviation, c’est extrêmement bien documenté également. Cela rappelle le dessin d’animation d’Hayao Miyazaki à savoir Le jour se lève. Une série en deux tomes seulement qu’il convient de découvrir.

Nom série  Tango (Xavier/Matz)  posté le 15/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tango est l’archétype même de série comme Lady S. ou Wayne Shelton à savoir du divertissement au détriment d’une psychologie crédible. C’est le genre de héros beau gosse solitaire qui n’a pas froid dans les yeux et qui va à l’essentiel à savoir mettre hors d’état de nuire tout adversaire sur son chemin pour la défense de la veuve et de l’orphelin. Il est clair qu’on en a assez bavé de ce type de héros mais à l’heure des super-héros qui inonde le marché, on peut concevoir avoir une part européenne dans ce concept puisque le monde en a sans doute besoin.

Tango vous fera valser, c’est certain. Il est clair qu’on aurait sans doute préféré une démonstration digne de Danse avec les Stars mais on ne fera pas avec la même partition ou chorégraphie. Ce n‘est qu’un nom de code après avoir volé des millions de dollars à un trafiquant. Question moralité : il faudra également repasser sauf si on aime les mauvais garçons qui sont d’excellents coucheurs avec le charme en plus. La jolie serveuse Agustina en sait quelque chose.

Côté graphisme, cela assure juste ce qu’il faut pour ce type d’histoire sur fond de western moderne dans la Cordillère des Andes. J’aime de toute façon ce genre de dessin assez réaliste et qui met bien en valeurs les personnages et les différents décors. La pampa ou le désert d’Atacama au Chili sont superbement bien réalisés. Le scénario est efficace avec toutes ces grosses ficelles qu’on avale sans hésiter puisque cela diverti. A-t-on envie de danser un autre tango aussi macabre ? Pas forcément mais cela peut parfois faire du bien.

Nom série  Olympus Mons  posté le 29/01/2017 (dernière MAJ le 12/01/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Olympus Mons est en ce qui me concerne la série de trop pour Christophe Bec qui reproduit exactement le schéma de Carthago et surtout de Prométhée. Mon gros reproche concerne le manque de créativité pour changer de style. Il semble tirer un peu trop sur la corde.

Il use de ses séquences situées à des époques différentes pour souligner tel ou tel mystère qui sont inspirés quand même de faits réels. A la fin, on arrive à la conclusion que nous ne sommes décidément pas seul dans cet univers et qu'il est probable que notre monde ait été visité depuis des milliers d'années par d'autres civilisations extra-terrestres. C'est passionnant comme thématique mais déjà fortement utilisé par l'auteur. Bref, il va soulever plus de questions qu'il n'apportera de réponses comme à son habitude.

Ce premier tome introductif est réellement passionnant par rapport à la grosse masse de série qui existent actuellement. Un public plus jeune peut se laisser tenter sachant que c'est certainement parti pour plus d'une dizaine de tomes. C'est d'ailleurs actuellement la vente n°1 sur le site Amazon ce qui n'est guère étonnant. Et puis, il faut dire que c'est diablement bien réalisé et très efficace.

Pour autant, la lecture du second tome confirme mon impression première. J'aurais quand même envie de rajouter que c'est trop proche de la série Prométhée dans son approche et son concept avec la diversité des lieux (Mars, la mer Baltique...) et de temps (Antiquité, époque moderne...). J'ai tout de même l'impression d'avoir droit à un remake avec ces découvertes étonnantes sur fond de civilisations extraterrestres plus avancées. Point d'avancée avec ce tome qui se situe dans la même veine que le premier à savoir une compilation des mystères et des anomalies. On aura droit également à un épisode digne du film Seul sur Mars avec un certain Matt Damon. Trop, c'est trop. Mais le public en redemande toujours. Alors, allons-y pour la suite.

Nom série  Gil St André  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 12/01/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une série très captivante au niveau de son scénario. Une belle réussite du genre. Comme quoi, on peut réussir à faire un très bon polar à la française. Je désespérais d’en lire un tant la collection « Bulle noire » m’avait déçu.

C’est encore du Kraehn dont j’avais apprécié le très controversé Bout d'homme. L’auteur a réussi à nous donner un thriller intelligent mêlant action et suspens. Les premières pages sont d’ailleurs une véritable réussite du genre. J’ai toujours eu peur que cela arrive à ma propre épouse qui disparaît sans laisser de trace. Non, je rigole !

Par ailleurs, force est de constater que le dessin est précis avec un souci de détail ahurissant. Les couleurs sont véritablement dynamiques donnant une impulsion particulière dans les scènes d’action. C’est une BD qui s’inscrit avec son temps et qui livre une analyse juste des problèmes de notre société contemporaine : réseau de prostitution, l’intégrisme religieux, le danger des sectes…

En conclusion, une excellente série qui permet de passer un agréable moment. Cependant et je me dois d'être honnête avec le lectorat, j'ai arrêté cette collection à l'achat jusqu'au tome 8. En effet, le format a totalement changé à partir du tome 9 et je ne voulais pas dépareiller ma collection. Par ailleurs, la lecture de ces derniers numéros m'est apparue comme très décevante par rapport aux débuts. La suite n'a pas été à la hauteur d'où une révision de mon jugement.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 3.5/5 – Note Globale : 3.75/5

Nom série  Arte  posté le 03/01/2016 (dernière MAJ le 12/01/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce manga à connotation historique est un réel coup de coeur. Il est plutôt rare d'en rencontrer. Par bien des aspects, cela m'a rappelé l'excellente série Cesare mais sans la rigueur. Cependant, le sujet s'intéresse particulièrement à la fabrication des tableaux dans les fameux ateliers durant la Renaissance à Florence.

Arte n'est pas seulement le nom d'une célèbre chaîne de TV intelligente dans sa programmation culturelle mais également le prénom d'une jeune aristocrate de 16 ans qui renonce à sa condition pour devenir artiste peintre. Cependant, elle devra surtout faire face à la misogynie ambiante. En effet, les hommes détestent qu'une femme vienne empiéter sur leur chasse gardée.

Au début du XVIème siècle, la plupart des filles recevaient une éducation au rabais par rapport aux garçons du même milieu. Tout ce qu'on demandait aux femmes, c'était d'être de bonnes épouses, d'avoir des enfants et de bien les élever. Arte va s'élever contre ce système mais elle paiera très cher le prix de cette liberté. Enfin, une vraie héroïne qui est déterminée et volontaire !

Ce manga va également nous permettre de nous immerger à travers le quotidien de cette ville au milieu du foisonnement de la Renaissance. On va découvrir ainsi les différentes corporations, le rôle de l'Eglise, le marché, le carnaval également et les courtisanes. La narration aidant, on sera vite submergé par ce récit.

L'auteur est un réel inconnu qui frappe fort pour sa première série richement documentée. Le dessin est une vraie merveille sur un support tout à fait adapté et très soigné. On a du mal à y croire ! C'est une vraie success story. On va suivre cette série de très près car elle nous réserve le meilleur tel que c'est parti. Il faut lire Arte si on apprécie particulièrement les mangas de qualité.

Déjà 7 tomes et le récit a pris totalement une autre tournure ce qui apporte un peu de nouveauté et de renouvellement. Arte est devenue préceptrice à Venise pour dompter une petite fille au caractère assez capricieux. Certes, on s'éloigne un peu de l'art et des tableaux. Cependant, on découvre une ville magnifique ainsi que la société des aristocrates vénitiens qui ne manque pas de charme. C'est toujours aussi beau graphiquement parlant.

Les mangas que j'achète actuellement sont assez rares. Cette série en fait pourtant partie. On pourrait également penser que cela serait réservé à un lectorat plutôt féminin mais il n'en n'est rien malgré les couvertures. Il faut aller au-delà pour percevoir la grâce et la beauté de l'histoire.

Note Dessin : 4.5/5 – Note Scénario : 4/5 – Note Globale : 4.25/5

Nom série  Lady S.  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 12/01/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est une série d’espionnage scénarisée par le talentueux Jean Van Hamme qu'on ne présente plus. Le dessin semble être dans la même veine que Largo Winch c'est à dire soigné et précis. Je n'ai pas de problème avec ce graphisme réaliste bien au contraire.

Cette BD qui traite du monde de la diplomatie est plus que correcte. La lecture est très agréable. Le talent de narrateur de Van Hamme fait beaucoup dans le succès de cette série. Le défaut provient peut-être des grosses ficelles tirées par le scénariste qui en abuse parfois. Et puis, toute cette machine commerciale autour de cette série peut en énerver plus d'un qui passeront leur chemin. Cela serait toutefois dommage de ne pas faire connaissance de la séduisante Suzan-Shania qui se révèle être un personnage attachant tout au fil des tomes qui se succèdent.

Cela reste dans la droite ligne de Largo Winch, de Wayne Shelton ou XIII. J'apprécie le cadre géopolitique de chacun des scénarios élaborés car c'est très proche de la réalité. Cette série peut s'avérer classique dans l'approche mais passionnante à la lecture. J'ai bien aimé le 6ème tome (salade portugaise) dont une première partie de l'action se déroule dans ma ville de Strasbourg. Il faut dire que les lieux ont été fidèlement représentés.

A noter que le dessinateur Aymond reprend entièrement la série à partir du 10ème tome. Van Hamme a également passé la main sur cette série. Je dois bien avouer qu'Aymond se débrouille plutôt bien. Le tome 11 se passe dans la zone américaine un peu spéciale de Guantánamo. On apprendra des choses assez intéressantes tout en collant avec l'actualité très récente comme le rapprochement de Cuba avec les USA.

A noter un 13ème tome qui possède quand même pas mal de défauts visibles. Je vais donner un exemple précis. Une phrase est employée du style: "votre rôle dans cette histoire n'est pas clair" qui est prononcée à bout de champ par des protagonistes différents vers la fin du tome. A croire que l'auteur ne s'est pas relu. On peut également ajouter des grosses ficelles également comme recevoir une balle en pleine tête et s'en sortir vivant par une pirouette du genre la balle a éraflé la boîte crânienne. A cette distance et au vu de ce que nous voyons au travers la case de l'album, on peut légitimement en douter. Bref, du gros n'importe quoi au niveau crédibilité. C'est dommage de ne pas faire plus d'efforts car la série est toujours aussi agréable à la lecture.

Au final, c'est une BD de divertissement et à prendre comme tel. Ni plus, ni moins! En tout cas, l'efficacité est toujours assurée par un virtuose du scénario.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4/5 – Note Globale : 4/5

Nom série  Lincoln  posté le 09/04/2007 (dernière MAJ le 12/01/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Lincoln" est une BD gorgée de récompenses et prix divers qui a attiré beaucoup de lecteurs à ses débuts dans les années 2000. Cela a été un franc succès en librairie et on peut dire que cela était franchement mérité. Comment expliquer cet engouement du public ? Sans doute par un regard à la fois féroce, lucide et satirique qui s'accorde à une mise en scène calme et naturaliste et paradoxalement très efficace car dégraissée des gros artifices inhérents au genre.

Cette jolie fable est parfois perçue comme un western philosophique. Au-delà d’une réflexion sur la nature humaine, les auteurs signent une histoire intrigante et atypique qui mêle religion et philosophie sur fond d’humour noir. On a enfin droit à quelque chose qui sort des sentiers battus de la bd d’humour commerciale. En tout cas, j'attends chaque sortie de nouveau tome avec impatience. C'est dire !

Le dessin et les couleurs s'allient parfaitement pour permettre une grande lisibilité de l'album. Cet anti-héros crève littéralement l’écran ou devrais-je dire les cases. Le rendre sympathique est un véritable tour de force de la part des auteurs.

Nous avons droit à une bd intense, pudique et subtile dont le scénario n'empêche pas une vraie et discrète virtuosité. Les dialogues sont véritablement percutants même si on ne hurle pas de rire devant tant de cynisme. Une Bd qui constitue un véritable brûlot divin iconoclaste en diable ...

J'ai été étonné de la direction prise par le tome 8 en pleine Première Guerre Mondiale s'éloignant un peu plus du western. C'est là encore une prise de risque de la part des auteurs qui ont pris le parti de faire évoluer leur personnage au risque de lasser le public par la multiplication des albums.

En effet, Lincoln est devenu rare de par une parution beaucoup plus espacé. Ainsi, il a fallu attendre pas moins de 4 ans pour le 9ème volume qui nous plonge dans l’Amérique puritaine des années 20 avec la prohibition de l’alcool. Cependant, c’est surtout les milieux anarchistes qui feront l’objet du thème de cet album. A noter également que l’on commence sérieusement à préférer le petit diable au bon Dieu ce qui est quand même assez révélateur.

Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4/5

Nom série  Dans la combi de Thomas Pesquet  posté le 08/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L’année dernière, Thomas Pesquet est devenu la personnalité française la plus incontournable entre le gendre idéal ou le héros interstellaire. Il faut dire qu’il a été envoyé dans l’espace pour un long séjour de 6 mois. Loin d’être une punition, c’était le rêve de sa vie qui a été accompli. Ce documentaire assez détaillé nous retrace tout son parcours en près de 208 pages de sa sélection à son voyage dans l’espace au sein de la station internationale.

J’avoue que c’est parfois un peu long et un peu inutile (sur l’art par exemple de faire ses besoins dans l’espace). Cependant, l’ensemble est assez intéressant pour peu que l’on s’intéresse à la conquête spatiale de manière assez rationnelle. On va passer ainsi de Cologne à Houston puis à Baïkonour dans le Kazakhstan avec une formation très exigeante qui aura duré pas moins de 7 ans avant son départ pour l’ISS.

Les dessins sont assez sympas pour une lecture agréable avec des textes abordables. D’ailleurs, cette bd a constitué le cadeau de Noel idéal pour la plupart des bédéphiles si on regarde les ventes. La dérision et l’humour seront les maîtres mots. Cependant et au-delà des anecdotes amusantes, on se rend compte qu’être astronaute n’est pas de tout repos et que cela exige beaucoup de sacrifices et d’efforts.

Une œuvre qui ne sera fort heureusement pas creuse sur fond de surmédiatisation ambiante de l’astronaute français devenu un héros. Viser la Lune, cela ne lui fait pas peur. Histoire et humour seront au rendez-vous pour une œuvre hilarante et bien construite. On redemande du Thomas Pesquet !

Nom série  Coffin Hill  posté le 08/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce titre est très gothique dans son aspect graphique. L’histoire est d’ailleurs menée par une héroïne aux côtés très punky aux vêtements assez provocateurs. Rien à redire sur le dessin aux traits qui en jettent entre horreur et effroi.

Pour le reste à savoir le scénario, je n’ai pas été très emballé par ce récit sur fond de sorcellerie. Cela devient assez sanglant et sordide par moment. On peut se perdre très vite avec ses incessants flash-back qui interviennent à de mauvais moments. Cela manque également et singulièrement d’originalité avec une héroïne dénuée d'empathie.

Reste la qualité indéniable du dessin mais cela ne suffit pas pour combler nos attentes légitimes.

Nom série  Given  posté le 08/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Encore un manga qui reprend tous les clichés de ce que je déteste dans le genre. A croire qu’en matière de mauvais gout, il y a toute une manière de faire qui est repris invariablement. On reconnait tous les ingrédients à savoir les fameuses japaniaiseries sur un contexte du passage de l’adolescence à l’âge adulte.

Cependant, cela va plus loin car nous avons deux garçons dont les traits sont tellement reconnaissables à ce qui existent déjà dans de nombreux titres. Cela se prend parfois au sérieux avec une bonne dose de dialogues qui s’avèrent inutiles. C’est dans le savoir-faire que cela pêche véritablement.

Le milieu est celui de la musique pop où l’on nous suivons un groupe de rock lycéen de garçons pré pubères aux réflexions assez niaises. Comme dit, il en faut pour tous les goûts donc pas de problèmes mais inutile de compter sur moi pour encenser ce titre.

Nom série  Jessica Jones  posté le 08/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
C’est une reprise dans l’univers des super-héros avec une superbe détective de l’agence Alias. Rien à voir avec la série qui a fait les beaux jours au début des années 2000 avec un réalisateur J.J. Abrams qui allait véritablement se révéler comme l’un des meilleurs de sa génération.

En l’espèce, je n’ai pas du tout aimé ni le dessin qui est très fade, ni le scénario qui semble inexistant à force de multiplier les clins d’œil aux autres super-héros de la galaxie (Dr Strange, la Justice League…). Je ne savais pas que Spiderwoman existait. Me voilà rassuré.

Ce titre n’apportera rien de neuf. Nous avons droit à une héroïne qui ne sert à rien dans des aventures qui sont pas cohérentes, ni crédibles. Je suis d’ailleurs assez surpris par la campagne promotionnelle qui entoure ce titre en le louant comme un indispensable de la culture comics d’une héroïne pas comme les autres. Il faut dire que ce comics a inspiré une nouvelle série sur Netflix.

Nom série  Huck  posté le 08/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai dit Huck en super-héros et non Hulk. Il ne faut pas confondre bien que cela soit également une montagne de muscle made in America.

Nous aurons droit au héros un peu niais qui fait ses bonnes actions suivant une liste bien définies (retrouver le chien du voisin, déplacer des souches d’arbres tenaces etc…). C’est clair qu’il ira au paradis aux côtés de son mentor un certain Superman . Il y a un côté également où il se veut assez discret mais la vérité finira par éclater médiatisation oblige. C’est là qu’il deviendra vulnérable.

Je mets tout de même un 3 étoiles car j’avoue avoir passé un bon moment de divertissement sans perdre le fil. Il s’agit d’un one-shot et non d’une série interminable. Une histoire courte mais bien construite.

Nom série  L'Ombre de l'aigle  posté le 08/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’avoue avoir eu beaucoup de mal avec ce récit au dessin assez enfantin mais au propos plus tragique car typiquement récit de guerre et notamment d’une grande bataille napoléonienne se situant en Russie en 1812. Ce récit affuble Napoléon de gros connard ce qui a le mérite d’être plutôt clair. Je ne sais si le lectorat français appréciera cette vision de ce personnage historique.

Il faut dire que les espagnols ont plutôt été maltraités par l’Empereur comme nous le verrons dans cette histoire véridique. Cela nous apprend une grosse anecdote tombé dans l’oubli mais qui est assez révélatrice.

Ainsi un bataillon de soldat asservi va tenter une manœuvre de fuite en Russie mais qui sera interprété comme un acte de bravoure car ayant inversé le cours d’une bataille perdue. C’est assez ironique quand on y pense. L’histoire a bien des secrets qui peuvent se révéler intéressant lorsqu’ils sont dévoilés.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 261 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque