Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 181 avis et 19 séries (Note moyenne: 3.22)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Alim le tanneur  posté le 30/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La couverture du premier tome n’attirait pas vraiment l’œil, et avait fait que j’étais passé à côté. A la sortie du 2ème album, je suis vraiment tombé sous le charme des dessins et je me suis donc procuré cette série où j’ai découvert un excellent scénario.

Nous sommes transportés dans un monde imaginaire un peu dans un esprit fantasy, où religion et pouvoir sont directement liés. Dans l’empire de Jesameth, la croyance est forte et ne doit souffrir d’aucune contestation. Les armées sont envoyées à la découverte des terres éloignées pour convertir les infidèles. Mais, tout ceci va basculer le jour où Alim et sa fille Bul vont découvrir dans les entrailles d’un monstre marin les habits que portaient Jesameth lorsqu’il est parti à la rencontre des dieux.
Ainsi, dans un univers riche entièrement basé sur la religion, Lupano nous conte les mésaventures de cette petite famille qui doit fuir pour ne pas être exécutée pour blasphème. Malgré l’importance du thème abordé, une certaine naïveté et légèreté s’échappaient du premier tome mais celles-ci disparaissent au fur et à mesure que l’on avance dans l’aventure. Il s’agit au final d’une critique en bien et en mal de la religion et de son utilisation politique avec quelques références non feintes à des dogmes existants (voir le 2ème tome avec un temple n’étant pas sans rappeler les temples bouddhistes). La narration quant à elle nous plonge complètement dans l’aventure avec des personnages charismatiques dont l’évolution au fil du temps est vraiment bien réalisée.
Cet excellent scénario est parfaitement servi par un graphisme d’une grande qualité qui nous montre tout le talent de Virginie Augustin. Le style utilisé se situe entre réalisme et cartoon ce qui permet de donner un peu de légèreté à l’histoire. Le dessin de Bul par exemple fait vraiment très dessin animé dans le 1er tome et représente bien sa jeunesse et donc sa grande naïveté. Pour les personnages adultes, ils alternent entre des traits arrondis ou durs selon le caractère de chacun. L’auteur réalise également de superbes décors évoluant au fil des aventures et des régions traversées : montagnes enneigées, villes orientales, temples incas, verts pâturages, déserts... Le tout est accompagné d’une mise en couleur d’une qualité que j’ai rarement vue. Assurée par Penloup sur les 2 premiers tomes puis par Virginie Augustin sur le 3ème, le résultat est très bon, très coloré et les tons utilisés correspondent parfaitement à chaque ambiance.

Cette série est donc une très grande réussite graphique mais aussi scénaristique avec le destin de nos héros qui ne nous laisse pas indifférent. Pour moi, c’est un incontournable et si le 4ème et dernier album est du même niveau, la note augmentera certainement.

Nom série  Arctica  posté le 29/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette nouvelle série de Pecqueur nous fait forcément penser à Golden City ne serait-ce que par la couverture au bleu omniprésent ou par cet univers futuriste aux bases très ressemblantes.

Ainsi, dans un futur relativement proche, la pollution a changé l’équilibre mondial. L’eau est devenue une ressource rare donc chère et ceci entraîne forcément des conflits armés. Le réchauffement climatique quant à lui aboutit à la fonte des pôles et à la dérive d’icebergs qu’il faut éliminer. C’est un travail souvent demandé à Dakota, un pilote émérite dont l’occupation habituelle est de nettoyer l’espace des épaves dangereuses. Sa fille ayant été tuée par un de ces déchets tombés sur terre, cette vocation lui est venue naturellement. Sur cette trame, l’intrigue de cette série va se centrer sur la découverte d’un caisson tombé d’un iceberg détruit par Dakota et qui semble renfermer bien des secrets.

Tout comme pour Golden City, Pecqueur a utilisé les problèmes du monde actuel et les a transposés dans le futur. Ce n’est donc peut-être pas très original mais ceci paraît pour le moins réaliste et parfaitement crédible. Par contre, les personnages présentés pour l’instant sont pour le moins caricaturaux et principalement Dakota, archétype du héros détruit par la vie et surdoué dans tout ce qu’il entreprend. Mais au final, c’est la narration qui ne m’a pas vraiment convaincu. Les ficelles utilisées pour la présentation du personnage de Dakota ou de la guerre de l’eau ne font vraiment pas naturelles. J’aurais presque préféré une préface pour explication.

Graphiquement, c’est assez inégal. J’ai beaucoup apprécié le travail effectué sur quelques architectures et quelques véhicules. Les scènes neigeuses de début d’album sont également très réussies. Par contre, sur certaines cases, les décors paraissent plus grossiers et moins travaillés, et la qualité des visages et des personnages est très variable. Le résultat d’ensemble est quand même agréable à regarder et est bien mis en valeur par la colorisation de Schelle.

Il s’agit donc d’un premier tome comme il en sort beaucoup actuellement qui est juste une introduction à cette série. Malgré les quelques défauts cités, il remplit bien son office et on passe un bon moment mais je préfère attendre la suite pour voir si l’achat peut être conseillé.

Nom série  Sharaz-De  posté le 29/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je vais commencer cet avis par dire un grand merci à ma femme qui a eu la délicieuse idée de m’offrir cet album. Je connaissais un peu le travail de Toppi et ici on atteint un très haut niveau graphique.

D’ailleurs mon avis très positif est entièrement du au dessin, car les « Contes des 1001 nuits » me laissent plutôt perplexe. L’adaptation qu’en fait l’auteur reprend une narration relativement plate et linéaire où il s’agit le plus souvent d’une voix off qui fait que la lecture empêche quelque peu d’apprécier la beauté des planches. Et puis ces contes sont effectivement beaux, durs, intelligents mais n’ont jamais été vraiment dans mes goûts.
Heureusement, Toppi est un maître pour représenter ces ambiances imaginaires. Tout d’abord, il sort complètement du carcan habituel pour la composition de ces planches. Ici, pas de découpage mais la disposition des éléments sur chaque page est complètement libre tout en gardant un sens pour orienter l’œil du lecteur. Son style ensuite, qui peut dérouter dans un premier temps, mais qui force le respect avec une utilisation plus que judicieuse des traits et des hachures, donne un résultat esthétiquement très beau. Je suis resté bouche bée devant quelques animaux absolument magnifiques : caméléons, rhinocéros, dromadaires … Enfin, à part un conte réalisé en couleur, le reste est entièrement en noir et blanc avec un équilibre parfaitement géré.

Toppi s’impose donc comme un véritable artiste qui explose les codes classiques de la BD pour notre plus grand bonheur et mériterait vraiment une plus grande reconnaissance.

Nom série  Les Insurgés d'Edaleth  posté le 04/09/2007 (dernière MAJ le 27/11/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La première fois que j'ai vu cette série, je me suis dit que le dessin ne correspondait pas à ce que j'attendais de voir dans une BD. Mais en y regardant de plus près, n'étant pas complètement réfractaire au tout informatique, j'y ai vu de superbes rendus futuristes.

En effet, le « dessin » est entièrement informatisé, de la position des personnages à la mise en couleur, on obtient donc les défauts classiques de cette technique : des poses pas toujours justes, des visages un peu figés. Ces défauts s'estompent un peu au fur et au à mesure des tomes. Par contre, les avantages sont très bien utilisés : décors, architectures, véhicules, l'ambiance futuriste est magnifique.
Le scénario est également très réussi. Entre de fortes inspirations de Dune (pour l'ambiance générale, la planète désert ...) et Star Wars (pour quelques designs, les insurgés "rebelles" ...), il sait être complexe sans en faire trop en mettant en présence de nombreux éléments : état totalitaire, religion, complots, ambition personnelle. Le monde présenté est dense et la lecture est parfois un peu compliquée, mais on s'accroche car le tout est très intéressant.

Cette série est pour moi une vraie réussite, en attendant le dernier tome pour peut-être passer la note à 5.

Mise à jour du 27/11/2007 après lecture du 3ème tome :
Je viens donc de lire le 3ème tome qui clôture cette série et je reste sur une très bonne impression. C'est vrai que la complexité du monde présenté aurait mérité un ou deux albums supplémentaires (Soleil a du estimer que les ventes n'étaient pas assez élevées pour laisser plus de place aux auteurs), mais cette fin est quand même convaincante même si un peu abrupte. En effet, certains éléments auraient mérités un peu plus d'explications et certains raccourcis ont été utilisés mais j'ai beaucoup aimé l'ensemble de cette série.

Nom série  Le malvoulant  posté le 27/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Encore une série signée Corbeyran ! Et encore une fois, il s’agit d’un récit fantastique.

Ce qui frappe d’entrée dans cette série, c’est le traitement graphique extrêmement particulier. D’un premier abord repoussant, on s’y plonge assez agréablement à la lecture. Il y a une forte utilisation des ombres pour donner une ambiance lourde, fantastique et on se rend vite compte que ceci correspond parfaitement à l’histoire. Par contre, après 2 tomes de ce traitement, je suis un peu arrivé à saturation et j’ai eu l’impression que cette omniprésence des ombres cachait un peu trop le dessin.
Au niveau du récit, c’est purement fantastique et le lieu où se déroule les évènements est bien choisit : l’île de Noirmoutier. Ce lieu un peu reculé et l’époque fin du XIXème siècle donne une atmosphère très réussie à cette série. Corbeyran complète le tableau avec des personnages comme la belle mère dure et douce à la fois, le beau père ultra violent, le jeune homme qui se découvre un don pour la télékinésie … L’esprit général de la série est donc bien fait, les évènements s’enchaînent et nous font avancer dans l’intrigue à un bon rythme.

Après la lecture des 2 premiers tomes, j’ai donc passé un bon moment de lecture, mais il manque quand même un petit quelque chose de surprenant dans le scénario pour être complètement séduit.

Nom série  La Maison aux 100 portes  posté le 27/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Isabelle Dethan s’octroie des intermèdes dans Sur les Terres d'Horus avec cette série où elle abandonne l’Egypte pour une maison bien mystérieuse, au croisement de multiples univers.

On va retrouver une jeune femme, Théo, qui hérite d’une maison dans laquelle il semble se passer des choses étranges. Elle est accompagnée d’une et d’un ami mais aussi d’une gouvernante très étrange qui s’occupe de tout dans la maison et qui semble garder de nombreux secrets sur celle-ci.
Dans un registre purement fantastique, chaque tome semble vouloir raconter une histoire différente avec les personnages vu ci-dessus en fil conducteur. Pour l’instant, les intrigues proposées ne sont pas vraiment intéressantes, et le thème de la maison qui ouvre sur différents mondes ne m’a pas vraiment convaincu. Seule la fin du 2ème tome qui reste sur un certain suspens donne un certain intérêt à vouloir lire la suite.
Le graphisme me laisse également dubitatif. Le rendu est plutôt agréable mais à y regarder de plus près le trait paraît hésitant. Ajouter à cela des décors le plus souvent vide, on obtient un résultat un peu décevant comparé à ses autres réalisations.

Je suis pour l’instant relativement déçu par cette série mais la fin du 2ème tome annonce une suite qui pourrait être un peu différente. A voir mais vraiment pas convaincu.

Nom série  Le Crépuscule des Dieux  posté le 27/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après avoir donné mon avis sur Siegfried, je profite de la sortie du 2ème tome du « Crépuscule des dieux » pour en faire de même sur cette série qui s’inspire des mêmes mythes.

A force de lire ou de regarder des œuvres tirées des légendes nordiques, je commence vraiment à mieux les aborder et à mieux les comprendre. Je pense qu’ici, il est nécessaire de connaître ces bases pour ne pas être rebuté par le début des différents albums. En effet, chacun commence avec un exposé d’une partie de la mythologie scandinave en utilisant bon nombre de noms compliqués et difficiles à assimiler. Mais une fois ce cap franchi, on peut pleinement profiter d’une adaptation vraiment réussie. On retrouve tous les éléments essentiels de ces légendes : l’anneau, les Nibelungen dont Mine, Siegmund, Siegliend, Siegfried… On pourrait être lassé de retrouver encore une fois ces mêmes acteurs, mais l’univers est tellement vaste qu’il y a une infinie d’adaptations possibles et autant dire que celle-ci est bien racontée, bien menée et qu’elle sait être captivante.
Le dessin est également pour beaucoup dans la qualité de cette série car même si je trouve les visages un peu « lisses » et manquant de caractère, les planches sont souvent très belles avec des couleurs très chaleureuses. Djief maîtrise bien son domaine et nous offre des représentations réussies des différents humanoïdes et des animaux réels ou imaginaires. Du très bon travail.

Finalement, on suit sans difficulté (malgré la complexité du sujet abordé) le déroulement des évènements et on aimerait déjà avoir la suite.

Nom série  Kookaburra Universe  posté le 27/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
« Universe » permet à différents auteurs d’apporter leur touche pour développer l’univers « Kookaburra », tout en conservant l’esprit de la série d’origine. Le résultat est d’un niveau variable selon les albums, mais l’ensemble est plutôt réussi.

Ainsi, on va pouvoir en apprendre davantage sur le secret du Sniper, sur le passé de Taman Kha, de Skullface ou encore de l’Enclume, sur la race des Dakoïds … Dans l’ensemble, l’esprit est là et chaque tome apporte un petit quelque chose. Plus particulièrement, j’ai beaucoup apprécié le 6ème tome sur les Dakoïds et j’ai moins aimé le 7ème tome qui porte sur Myra.
Au niveau des dessins, on reconnaît, dans la plupart des albums, les graphismes chers aux éditions Soleil. Dans l’ensemble, le résultat, sans être exceptionnel, est bon et on parvient à reconnaître sans problème les différents protagonistes imaginés par Crisse. Encore une fois, la palme revient au 6ème tome dessiné par les frères Péru qui parviennent à un superbe résultat et qui confirment tout leur talent.

Cette série est donc à posséder pour ceux qui ont apprécié la série mère. Pour les autres, ils peuvent passer leur chemin.

Nom série  Golden City  posté le 27/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alors que le 7ème tome vient de paraître, j’en ai profité pour relire l’ensemble du 1er cycle de cette série futuriste classique mais plutôt bien faite.

Harrison Banks est un riche président d’une société pharmaceutique basé sur « Golden City » : la ville qui se déplace sur l’eau, qui n’appartient à aucun état, qui attire les gens les plus riches de la planète et qui a été créée par sa mère. Il va se retrouver au milieu d’une machination qui a pour but de le remplacer par son clone et il va alors traverser différentes épreuves afin de retrouver sa place.
L’ensemble est plutôt bien mené, avec des péripéties qui s’enchaînent pour notre Harrison, un homme riche mais au grand cœur comme il en existe peu. On se laisse donc porter par ses aventures et par l’intrigue qui s’avère finalement assez légère mais dont les protagonistes, bien qu’un peu caricaturaux, s’avèrent attachants. Les thèmes abordés sont quant à eux plutôt classiques et souvent utilisés dans les récits de science-fiction : clonage, écologie, sécurité et le tout semble vu avec une certaine naïveté ce qui m’a un peu gêné.
Graphiquement, le trait ligne claire de Malfin est très plaisant et très bien utilisé. Les personnages sont propres même s’il change un peu de faciès d’une case à l’autre. Il se complait également à dessiner par ci par là, quelques femmes dénudées aux formes généreuses et même si l’intérêt paraît limité, c’est plutôt agréable à regarder. Le travail qu’il a effectué sur les architectures, les véhicules, les habits et les décors est de bonne qualité et donne un monde futuriste cohérent. Par contre, j’ai une petite réserve sur l’évolution des couleurs et je dois dire que le résultat sur les derniers albums me laisse dubitatif alors que j’apprécie normalement beaucoup le travail de Schelle & Rosa …

Finalement, cette série n’apporte certainement pas grand-chose au genre, mais elle est quand même bien racontée, vivante et plaisante à lire.
Pour le 7ème tome qui lance le 2ème cycle, il démarre doucement avec une grande partie qui nous éclaire sur l’origine des enfants. Ce n’est pas très vivant mais ceci donne un peu plus de profondeur à la série. La fin de l’album lance de belle manière la nouvelle intrigue même si quelques éléments semblent un peu cousus de fil blanc.

Nom série  Le Janitor  posté le 19/09/2007 (dernière MAJ le 27/11/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A sa sortie, j’avais été attiré par le sujet traité par cette BD mais le dessin ne m’avait pas fait franchir le pas. L’ayant croisée chez un bouquiniste, je me suis finalement décidé.

Dans ce premier tome, on suit d’abord une mission de Vince, homme du Vatican dont le rôle est de protéger des ecclésiastiques envoyés pour des négociations délicates. Cette première partie est plutôt bien traitée, vivante et pleine d’action, elle souffre par contre d’une narration un peu trop dense à mon goût. La suite est plus obscure, Vince se voit proposer de rejoindre l’ordre des « Janitores », dont je vous laisse découvrir le rôle, et on a une présentation rapide de sa première mission ainsi que des différents acteurs qu’il sera amené, je pense, à croiser. On n'apprend que peu de choses, d’où un sentiment un peu mitigé sur la fin de ce premier tome, mais on sent déjà un bon potentiel et que les auteurs se sont bien documentés.

Malgré ma première impression, j’ai pu apprécier le dessin de Boucq, même si je ne le trouve pas toujours à mon goût sur certains éléments : les décors manquent de détails et les vues du Vatican auraient pu donner de bien plus jolies cases, la petite fille qui apparaît à plusieurs reprises a un visage qui ne correspond vraiment pas à son âge. Par contre, le côté réaliste donne une base solide au scénario et tout se marie très bien.

Un premier tome qui présente bien le contexte et annonce une bonne suite qui pourrait faire augmenter la note.

Mise à jour après lecture du tome 2 - 27/11/2007 :
Vince va étrenner son statut de Janitor avec une mission qui va l’emmener au cœur d’un complot de grande envergure voir même de trop grande envergure. Cette intrigue est intéressante mais l’ensemble est un peu « gros » et ceci nuit à la crédibilité de l’ensemble.
Ce deuxième tome se laisse donc lire mais cette série n’a rien d’inoubliable pour l’instant. Je ne modifie donc pas ma note.

Nom série  Kookaburra K  posté le 27/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L’univers Kookaburra créé par Crisse s’enrichit d’une nouvelle trilogie, « K », pour laquelle il a fait appel à des auteurs reconnus d’outre atlantique.

L’action prend place dans un monde en perdition où les planètes sont détruites les unes après les autres par une immense vague composée d’une substance rouge et de petits êtres verts. La Terre n’échappe pas au désastre, mais le vaisseau « K » parvient à s’enfuir avec à son bord 7 enfants qui seraient l’avenir de l’univers …
Il est évident que le fort de cette série n’est pas l’originalité, mais la richesse de l’univers aurait pu apporter quelque chose. Malheureusement, elle souffre de grosses lacunes : trop de personnages jetés en pâture, de nombreux éléments incohérents, des passages déconnectés de l’intrigue (exemple avec le passé d’un commandant qui apparaît 1 ou 2 fois et qui ne joue aucun rôle dans l’histoire), les évènements s’enchaînent sans aucune explication … Au final, on obtient quelque chose de relativement vide mais en plus difficile à suivre …
Le dessin de Ramos n’arrange en rien la lisibilité de l’ensemble car les planches sont souvent surchargées. C’est dommage car j’aime beaucoup son style cartoon très vivant et dynamique. Son découpage et sa mise en page sont très poussés et très plaisants à regarder, le tout étant parfaitement accompagné de couleurs très « flashy » signées Oléa. Donc au final c’est très joli à regarder mais c’est relativement confus.

Malgré mon avis plutôt négatif, je finirai cette trilogie pour savoir si elle est vraiment « essentielle à l’univers Kookaburra » comme l’indique Mitric, qui prend la place de Crisse en tant que « responsable » de cet univers. Sinon, pour l’instant, elle n’apporte pas grand-chose même si les liens avec la série mère semblent se dessiner en fin de 2ème tome.

Nom série  A la recherche de Peter Pan  posté le 23/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il s’agit de ma première lecture d’une œuvre de Cosey, et j’en avais tellement entendu de bien que j’étais relativement déçu du 1er tome, mais finalement, ce diptyque a tenu en grande partie ses promesses.

On va suivre un écrivain qui vient de connaître un grand succès et qui cherche à s’évader quelque peu pour pouvoir préparer son prochain ouvrage. Il va donc se retrancher dans un village perdu des Alpes mais le choix de cet endroit ne s’est pas fait par hasard : son frère aîné qui est décédé depuis, y a vécu une bonne partie de sa vie. Il va donc découvrir le vrai passé de son frère mais il va rencontrer également des personnes auxquelles il va beaucoup s’attacher.
Le début de cette histoire est un peu mou, et même si Cosey nous offre un vrai voyage au cœur des Alpes, on s’ennuie un peu. Puis, l’intrigue se met peu à peu en place pour prendre un bon rythme tout au long du deuxième tome. Les personnages s’avèrent attachants, l’atmosphère est très bien rendue. Ici, ce n’est pas l’action qui prévaut mais plus une recherche sur soi-même, une sorte de quête initiatique.
Graphiquement, il a fallu que je passe au-delà de la couleur que j’ai vraiment trouvée « moche » pour pouvoir apprécier les superbes dessins de Cosey. Il dessine parfaitement toutes ces montagnes et tous ces décors enneigés. Les personnages ne sont pas en reste avec une représentation de la féminité vraiment magnifique. Il arrive également à faire passer énormément d’émotion dans des cases silencieuses bien maîtrisées.

Malgré un départ un peu long et quelques passages un peu ennuyeux, la globalité du diptyque donne la pleine mesure de ce récit.

Nom série  Le Sommeil du Monstre  posté le 20/09/2007 (dernière MAJ le 23/11/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bon finalement, ce qui devait être une trilogie s’est transformé en tétralogie mais je n’ai pas bien compris pourquoi.

Dans cette série on retrouve tout le côté « torturé » de Bilal qui mêle une histoire futuriste et la guerre en Yougoslavie pour sortir un récit noir. Après le 1er tome, je m’étais dit qu’on tenait là un chef d’œuvre car j’étais entré dedans directement, absorbé par ce qu’il nous proposait. Même si le fond du scénario était complexe, tout semblait limpide et se lisait avec plaisir. Puis au fur et à mesure des tomes, tout devient de plus en plus compliqué, j’ai eu de plus en plus de difficultés à cerner où il voulait en venir et j’ai perdu le côté agréable de la lecture. Au final, le 4ème tome apporte les réponses que l’on se posait mais on se dit qu’il y a eu beaucoup d’évènements dans les 2ème et 3ème tomes qui nous ont perdu en cours de route.

Rien à redire par contre sur le style graphique de Bilal, qui est reconnaissable parmi tous et qui a de grandes qualités. Il est parfaitement dans le ton de son récit, noir, flippant, bien dans l’ambiance et dans l’atmosphère. C’est vrai qu’au bout de 4 tomes « épais », on peut avoir une légère impression de surdose, mais c’est toujours un plaisir de les regarder de nouveau.

Dommage qu’il se soit perdu dans des méandres un peu trop alambiqués car le départ était vraiment très prometteur, il en reste quand même une œuvre d’une bonne qualité.

Nom série  Sept pirates  posté le 23/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La collection Sept de Delcourt, après s’être attaquée aux psychopathes et aux voleurs, se penche sur le cas des pirates.

Cette fois le récit n’est pas du tout innovant puisqu’il s’inspire du très célèbre, et très repris actuellement, « L’île au trésor » de Stevenson, mais il ne s’agit pas d’une adaptation pure et simple mais plutôt d’une suite. En effet, le scénariste joue sur le fait que le trésor aurait été séparé entre 2 caches, la deuxième étant révélée par une double lecture de la fameuse carte. Un notaire va donc mettre en place une équipe de 7 pirates, chacun ayant déjà eu un rapport soit avec Flint, soit avec Long John Silver, pour le compte d’un mystérieux commanditaire afin de récupérer la partie du magot resté sur l’île. Dans cet album, la mise en place de l’équipe est assez rapide mais l’aventure sur l’île ne commence qu’à une dizaine de pages de la fin. Pendant ce temps, les choses se mettent en place, on revient sur des évènements passés, des complots de dessinent … Ce n’est pas toujours très vivant mais ça se lit correctement pour arriver sur une surprise finale un peu attendue.
Le dessin est assuré par un auteur australien inconnu en France pour donner un résultat qui m’a relativement convaincu. Le style épuré est agréable à regarder avec un trait propre pour les personnages et les décors. Je regrette quand même un certain manque de lisibilité pour plusieurs raisons : des personnages qui se ressemblent trop, certaines cases sont un peu fouillis et la mise en couleurs est un peu trop sombre.

Finalement, cet album utilise de nombreuses ficelles déjà vues et revues, mais l’atmosphère de la piraterie est bien retranscrite et donne une histoire qui se laisse lire.

Nom série  Croisade  posté le 23/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand l’excellent scénariste Dufaux s’adjoint les services du non moins excellent dessinateur Xavier, on est en droit d’attendre un très bon résultat, d’autant plus que le sujet abordé est des plus intéressant : les Croisades.

Dufaux a décidé de revisiter, dans cette série annoncée en 3 tomes, la troisième croisade. Celle-ci, qui a été la plus sanglante, a vu s’affronter une alliance des troupes de Barberousse, Philippe Auguste et de Richard Cœur de Lion du côté des Chrétiens, face à Saladin qui va tout faire pour conserver Jérusalem. Mais ici, il utilise des chemins détournés en commençant par utiliser des noms inventés pour remplacer ceux des personnages historiques et il y adjoint un esprit ésotérique. Ces changements sont surprenants d’autant que la trame historique semble parfaitement suivie, mais on s’y accommode assez facilement et on suit les évènements sans problème. Il va donc faire une narration en alternant les 2 camps pour arriver à une bataille très attendue, qui donne lieu à une présentation sur une double page dépliante du plus bel effet, mais j’ai trouvé que le combat était un peu trop vite expédié.
Pour pallier à ces quelques défauts, on pourra profiter du superbe dessin de Xavier que l’on avait déjà pu apprécier lorsqu’il avait pris la suite de Varanda sur la série Paradis Perdu. On ne peut qu’apprécier son travail : la beauté des visages, la qualité de la mise en page, la profondeur de l’encrage. Le tout est parfaitement mis en valeur par la colorisation traditionnelle de Chagnaud.

Voila un début un peu déroutant où on essaye de distinguer les éléments historiques des éléments inventés par Dufaux. Il n’en reste pas moins que la lecture est agréable d’autant plus que le dessin est vraiment très réussi.

Nom série  Koblenz  posté le 21/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je viens de relire les 4 tomes qui composent cette série, et je dois bien avouer que le dessin de Robin me plait toujours autant.

On retrouve ici son style franc et direct avec des visages anguleux mais qui dégagent quand même une certaine douceur. Il parvient parfaitement à retranscrire les différentes atmosphères de chacun des albums qu’il s’agisse de l’Allemagne industriel, de Carthage ou encore d’un japon entre tradition et modernité. Il allie tout cela avec un découpage souvent original et parfaitement maîtrisé. J’aurai juste une petite déception sur le changement de technique de colorisation sur les 2 derniers tomes qui donne un résultat un peu trop « artificiel ».
Au niveau de l’histoire, Robin nous emmène cette fois suivre les enquêtes de Koblenz et de son « assistante » Clara. Il va être confronté à des forces obscures mais il se doit absolument de réussir ces missions qui lui sont rémunérées en « années de vie » sans lesquelles son cœur « mécanique » se serait déjà arrêté. On est donc transporté dans une ambiance entre rêve et réalité où on va suivre ces deux personnages sur lesquels on en apprend un peu plus à chaque tome. Chaque histoire est distincte et nous transporte dans des lieux et des cultures différentes mais qui sont vraiment très bien décrites. Au niveau des différentes intrigues, seul le deuxième tome m’a un peu déçu car je l’ai trouvé un peu brouillon, mais les autres sont de bonne facture et bien racontés. Au final, j’ai un petit regret : en effet, le 4ème tome amène une intrigue supplémentaire sur le personnage de Koblenz qui n’est pas résolue, et même si chaque album a une fin, on aimerait avoir la suite, mais celle-ci n’est apparemment pas prévue …

Je conseille donc cette série qui nous emmène dans des atmosphères bien travaillées et nous fait voyager le temps de 4 albums. Certes, tout n’est pas parfait, mais c’est quand même une très bonne lecture.

Nom série  Finkel  posté le 20/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’avais emprunté le début de cette série à la bibliothèque, et ayant bien accroché, je me la suis procurée il y a maintenant un certain temps. Je viens juste de relire l’ensemble des 7 tomes sortis à ce jour, et on tombe vers une grosse déception.

Le départ et la base de cette histoire sont vraiment intéressants et bien pensés : on se retrouve sur un monde où vivent différents peuples et différentes races avec chacun leur passé propre et leur culture. L’intrigue est entièrement basée sur les enfants rêves, des enfants qui naissent avec une maladie qui est un début de mutation vers l’état originel, celui de poisson. Ces enfants n’ont pas encore assez mutés pour vivre complètement dans l’eau mais ne peuvent pas non plus vivre à l’air libre sans l’aide de coraux bien particuliers que seuls les moines Siges savent préparés. Tous les peuples sont touchés par cette terrible maladie et la Feder compagnie régis de manière équitable le commerce des coraux mais ceci ne semble pas convenir à tout le monde. De plus, l’existence d’un enfant ayant atteint la mutation complète lui permettant de vivre tel un poisson dans l’eau va changer la donne.
Il s’en suit un scénario haletant, bien mené, alternant trahisons, plans secrets, influences, magies, guerres. Le rythme est plus que correct sur les premiers tomes et on suit les aventures des différents personnages, bien qu’un peu classiques, avec plaisir. Malheureusement, l’ensemble devient un peu redondant à partir du 4ème album et l’intrigue a un peu de mal à se renouveler, certains éléments semblant même avoir été ajoutés artificiellement pour prolonger l’histoire. C’est un peu dommage donc sur les tomes 4 et 5, mais ils restent encore intéressants avec des révélations qui auraient dues, à mon sens, signer la fin de la série. Au lieu de cela, les auteurs laisse les choses en suspend et ne termine en rien l’histoire et s’attaque alors à une suite des plus décevante. Les tomes 6 et 7 ne renouvellent pas l’intrigue mais plus que cela, elle devient ennuyeuse, prévisible et sans intérêt. Pour couronner le tout, la suite ne verra certainement jamais le jour …
Pour le dessin, Gine a un trait bien particulier, expressif et propre, qui m’est assez plaisant. Par contre la mise en couleur assez terne et la ressemblance de certains personnages rendent l’ensemble pas toujours très lisible. C’est un défaut qui se corrige sur les derniers tomes, mais les couleurs deviennent cette fois trop éclatantes (jamais content …).

Cette série aurait donc, je pense, méritée une fin au bout de 5 tomes ce qui aurait été suffisant pour donner une intrigue intéressante et finie. Au lieu de cela, elle se poursuit de manière décevante et ne se terminera sans doute jamais car apparemment elle pourrait être abandonnée … C’est vraiment dommage !

Nom série  Petit Miracle  posté le 19/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En commençant la lecture de ce diptyque, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. J’avais seulement vu au feuilletage qu’il s’agissait d’un jeune garçon qui avait la tête détachée de son corps, mais à quoi peut donc aboutir une telle idée.

L’histoire commence donc avec la décapitation du Chevalier de La Barre pour offense à la religion (ne pas s’être découvert devant le passage d’une procession et avoir détruit un crucifix …), mais la religieuse qui s’occupe de ce corps sans tête va avoir une véritable surprise, et elle mourra 9 mois plus tard en mettant au monde Denis : un bébé dont la tête est détachée de son corps.
Sur la période qui entoure la révolution française, Mangin nous sert un scénario vraiment inventif avec une idée originale qui paraissait compliquée à utiliser. Elle parvient à lier ce fait plutôt comique à des éléments historiques plus graves : les superstitions, la chasse aux démons, la « Terreur », la « Guillotine » … Elle va nous montrer comment l’envie de vengeance de l’enfant va le conduire à devenir un véritable monstre et va le pousser à jouer un rôle terrible de la Révolution Française.
Le dessin de Griffo est soigné, relativement beau et sert bien l’histoire. J’ai quand même un petit regret sur les décors qui sont un peu vides et sur la mise en couleur qui est plutôt classique et qui aurait mérité un traitement particulier pour donner une ambiance plus lourde et plus triste. On regrette un peu la qualité des couleurs de « Monsieur noir » qui en plus de servir le scénario l’améliorait. Ce n’est pas le cas ici.

Il s’agit donc au final d’une belle surprise, originale, dont la lecture ne laisse pas indifférent.

Nom série  Les Arcanes d'Alya  posté le 19/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
D’habitude, je suis plutôt enchanté par les albums de cette collection, à part quelques exceptions, et malheureusement celui-ci en fait partie tant au niveau du dessin que du scénario.

Le postulat me paraissait pourtant cohérent et intéressant. Entièrement basée sur la légende de la cité d’Avalon, tout ici est une question d’équilibre car toutes les fées sont jumelles et elles auront des rôles complémentaires : soit maintenir la citée en lévitation, soit être formée pour la guerre.
Malheureusement, la citée est détruite, et on va suivre Brynn qui va tout faire pour retrouver sa sœur, Aileen, dont l’âme a été emprisonnée par Alya, déesse dont Brynn est devenue la disciple.
Malgré, cette base intéressante, il y a plusieurs éléments désagréables. Tout d’abord l’enchaînement des évènements est vraiment désordonné avec des alternances entre le passé et le présent assez confus. Ensuite, la narration est vraiment laborieuse, lourde et certains passages sont relativement ridicules.
Enfin, le dessin ne relève en rien le niveau. On pourra apprécier quelques planches bien travaillées et vraiment réussies, mais la plupart du temps le résultat n’est pas vraiment beau. En effet, le trait est particulièrement épais et gâche en partie la finesse du monde décrit. Ceci est vrai aussi bien pour les visages qui apparaissent alors grossiers que pour les décors qui deviennent fouillis et très peu lisibles.

Il s’agit donc d’une déception et ce 1er tome ne convainc pas malgré une base qui aurait pu être intéressante. Peut-être que les défauts décrits plus haut seront corrigés par la suite ?

Nom série  Au-delà des nuages  posté le 16/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Régis Hautière commence à avoir une bibliographie assez longue dans la collection Cockpit de l’éditeur Paquet, et la qualité de ses réalisations monte au fur et à mesure de ses nouveaux albums. « Au-delà des nuages » ne fait pas exception à la règle.

Cette histoire commence à l’époque de l’entre deux guerres avec 2 personnages : Allan, aviateur américain au service des studios d’Hollywood, et Pierre, pilote dans l’aéropostale. Le premier en plein tournage va sauver le second dont l’avion s’est écrasé en pleine montagne. Il va s’en suivre une amitié rythmée par le respect et la rivalité. Le scénariste y ajoute un personnage féminin, Marie et petite amie de Pierre, dont le rêve de devenir actrice va pouvoir aboutir grâce à Allan … Le premier tome commence sur un très bon rythme pour nous présenter les différents éléments sur fonds de courses aériennes. La suite devient un peu plus classique avec une intrigue amoureuse un peu trop prévisible mais l’intérêt est relancé par un rebondissement en fin d’album. Le second nous emmène en pleine Guerre Mondiale, avec des combats aériens épiques, et ne souffre d’aucune baisse de régime jusqu’à un dénouement, certes un peu attendu, mais qui fonctionne parfaitement. L’ensemble est tout à fait cohérent et très bien raconté.
Au dessin on retrouve le talentueux Romain Hugault, auteur du très bon « Le Dernier Envol », qui nous sert encore une fois un superbe dessin. Au rang de ces grandes qualités : la mise en couleur, le détail des décors, le dessin des différents avions et la mise en scène des différentes courses et batailles. Il y a quand même 2 petits points qui me gênent : je trouve parfois les visages un peu fades, et sur quelques cases les avions semblent suspendus en l’air et on n’a pas l’impression de vitesse.

Malgré une petite crainte en cours de lecture du tome 1, de tomber dans une sorte de roman à l’eau de rose, ce 2ème tome tient toute ses promesses et clôture de très belle manière ce diptyque.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque