Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 916 avis et 194 séries (Note moyenne: 3.18)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Jojo's bizarre adventure - JoJolion  posté le 11/01/2017 (dernière MAJ le 16/01/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est avec ce nouvel opus de l'auteur Hirohiko Araki dans cet univers si particulier que je découvre cette saga aux multiples facettes. Et le moins qu'on puisse dire c'est que cela m'a vraiment donné envie de découvrir le reste de cette fresque si singulière.

On se retrouve plongé d'emblée dans cette ville de Morio où d'étrange excroissances appelées "murs aux yeux" sont sorties de terre obligeant la ville à s'adapter à cette nouvelle topologie. Ce tome s'ouvre sur la découverte d'un garçon évanoui qui semble prisonnier de la terre. La jeune et pimpante Yasuho Hirose va s'évertuer à le sortir de cette mauvaise passe. Sauf qu'une fois cet étrange personnage sorti d'affaire, le mystère ne fait que s'installer. Celui-ci ne se rappelle quasi de rien, ni surtout de son identité. Commence alors une quête à travers cette ville pour retrouver son identité qui va plonger nos protagonistes dans un piège des plus mortel...

Outre l'intrigue des plus surprenante et ces personnages intrigants, le dessin de Hiroki Araki nous entraine dans un univers très singuliers, à la limite du dérangeant par moment. On retrouve là tout le goût que la culture japonaise peut porter pour ce qui peut déranger et flirter avec le malsain. Mais tout cela se digère ici très bien tant le coup de crayon de l'artiste donne à tout cela une cohérence et une esthétique originale. Ajoutez à cela des découpages et des cadrages très cinématographiques, qui donnent à la narration le coup de fouet nécessaire, et vous avalez votre lecture sans vraiment vous en rendre compte !

C'est donc avec curiosité que j'irais jeter un œil aux autres volets de cette saga si singulière, et j'attends la suite avec impatience !

*** lecture du Tome 2 ***

Ce deuxième tome reste complètement dans la lignée du premier. Cependant, la découverte de l'univers concocté n'est plus à faire, et il est ainsi plus simple de replonger dans cette ville si étrange.
On reprend donc la quête d'identité de notre cher Josuke. Après avoir échappé au piège mortel qu'on lui avait tendu, le voilà accueilli dans une famille, le temps de retrouver qui il est... Sauf que dans cette ville, les personnages sont tous plus psychopathes les uns que les autres, et qu'entre la fille, les fils et le père, on ne sait qui est le plus dangereux derrière leurs airs très cool ! D'autant que certains possèdent des pouvoirs redoutables !

Ce deuxième tome assoie donc cette étrange histoire en nous confortant dans cette ambiance particulière. Le dessin garde sa facture singulière et confine à l'ensemble ce qui en fait sa qualité et son originalité. Vivement la suite !

Nom série  Orgueil & préjugés  posté le 11/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon ba voilà voilà… je ne sais pas si se confronter à l’œuvre de Jane Austen par le biais de ce manga était la meilleure idée que j’ai eu pour découvrir cette auteure, classique parmi les classiques, mais c’est fait !

Et pour tout dire, n’ayant pas lu le texte original, cette adaptation a au moins eu le mérite de me faire rire ! Pas sûr que ce soit l’effet escompté, mais j’en retiens au moins ça !
Car ce doux mélange entre Maupassant et les feux de l’amour, ces deux références n’étant évidemment pas ma tasse de thé, ma lecture a oscillée entre ennui et fou rire… La grandiloquence de certaines scènes marquées par les réflexions en voix off et le dessin sauce manga ont, au lieu de donner du poids et de la consistance à ces moments importants, virés au vaudeville cartlandien !

Pourtant on sent que les auteurs y ont mis du cœur et qu’ils sont des adeptes de l’œuvre de l’auteure. Malgré un dessin plutôt soigné, c’est cette intrigue qui a à mon sens soit trop vieillit, soit été dénaturé dans cette adaptation, ou alors c’est moi qui ne suis vraiment pas fait pour cette littérature… voire un peu des trois.

En tout cas, j’ai fait l’effort de terminer ce one shot, mais je ne pense pas me relancer dans la lecture d’autres adaptation de Jane Austen s’il s’en fait d’autre, celle-ci m’aura suffit.

A réserver aux inconditionnels de l'auteure ou aux lecteurs sensibles aux romans à l'eau de rose...

Nom série  Dans la forêt sombre et mystérieuse  posté le 06/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Plutôt fan du travail de Winshluss, c'est avec une grande curiosité que j'attendais de lire cet album cette fois-ci orienté jeunesse...

Curieux... et intrigué devrais-je dire. Car ce qui fait à mon sens la marque de fabrique de Winshluss, c'est bien cet humour noir et trash que j'avais découvert avec son adaptation de Pinocchio (Winshluss) et ensuite avec l'hilarant et décapant In God We Trust. Le premier marquait déjà l'intérêt de l'auteur pour le conte, et du coup ce nouvel album jeunesse ne semble pas si illogique que ça au final.

Alors oui, l'univers de Winshluss est bien là, avec ce jeune Angelo qui, oublié par ses parents sur la route en allant rendre une dernière visite à sa grand-mère mourante. Son trait si particulier, sa mise en couleur, sa narration si explosive, et l'humour toujours mordant, même si album jeunesse oblige, on reste dans le "politiquement correct". L'imagination de Winshluss et son sens de la narration font le reste ; on se laisse prendre dans cet univers farfelu où animaux, monstres et autres bizarreries se tirent la bourre pour notre plus grand plaisir.

Si ce n'est pas l'album de cet auteur que je préfère, ça n'en reste pas moins un excellent album, qui pourra par exemple permettre aux plus jeunes de découvrir une facette de l'humour qu'ils ne connaissent pas forcément

A lire !

Nom série  The Time Before  posté le 03/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avec "The Time before", Cyril Bonin nous propose de revisiter un classique du genre : pouvoir maitriser le temps. Ici, non point de voyage à travers les grandes périodes de l'histoire, mais juste de quoi accommoder son quotidien pour parfaire son existence. On a tous à un moment donné regretté un choix ou un événement ; ici notre photographe va savamment utilisé le talisman qu'il aura reçu pour corriger ses erreurs et ainsi réussir sa vie.

Ça parait tout couillon raconté comme ça, mais loin d'un sensationnalisme qui aurait certainement voué ce one shot aux oubliettes, le talent de Cyril Bonin (ici au scénario et au dessin) réussit à nous faire passer un très bon moment de lecture grâce à un savant dosage du fantastique et une narration efficace. De plus, son trait colle parfaitement à l'ambiance et sa colorisation des plus réussie finit de donner à l'ensemble la cohérence nécessaire pour la réussite de cet album.

Un très bon moment de lecture, très agréable à l’œil en prime, ce qui ne gâche rien ! A découvrir !

Nom série  Les Trois Fantômes de Tesla  posté le 02/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un album qui lance une série sur les chapeaux de roue ! Plutôt fan de SF, amateur de streampunk au tournant, me voilà servi !

Car cette uchronie concoctée par Richard Marazano et mise en image par Guilhem est une franche réussite ! En tout cas je suis pressé de découvrir la suite !
L'objet fait déjà preuve d'une attention toute particulière avec une couverture des plus réussie, rehaussée de vernis sélectif sur les éclairs dorés qui l'agrémentent. Guilhem dont je ne connaissais que le travail à travers la série fantasy jeunesse Zarla nous sort ici le grand jeu avec un coup de crayon volontairement suranné que met magnifiquement en valeur la mise en couleur de Richard Marazano.
Tout cela concours parfaitement à imposer cette ambiance anxiogène liée à cette période si particulière de notre histoire. Le sombre New York de la milieu du XXe siècle et les personnages scientifiques de l'époque revus et corrigés pour le bien de notre récit finissent de compléter les ingrédients idéaux d'un tome introductif maîtrisés. J'ai dévoré ce premier volume !

Reste maintenant à attendre patiemment les deux prochains tomes annoncés qui concluront cette histoire...

Nom série  Albert Einstein - Théorie de la relativité  posté le 02/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est pour moi l'adaptation manga de cette collection "Classiques" la plus intéressante.

Car le collectif d'auteurs qui ont travaillé sur celle-ci ont eu l'ingénieuse idée de nous resituer la force que représente cette théorie de la relativité en nous proposant une vision historique des principales grandes découvertes scientifiques de l'histoire de l'humanité. Pour ce faire, c'est en utilisant un spectacle de magicien que la narration va se faire et permettre à tous les grands scientifiques de notre histoire de venir témoigner de leur travaux et de leur difficultés, jusqu'à arriver à Albert Einstein et son fameux E=MC2.

Seul gros défaut de cet album à mes yeux, un dessin bien en dessous des deux autres albums : les visages sont vraiment minimalistes et ce n'est rien à côté des décors, c'est pour dire... Dommage, car l'effort de scénarisation de cette adaptation était bien trouvée et permet de remettre en perspective les avancées majeures scientifiques de notre civilisation et de saisir les bases d'une théorie bien trop complexe pour le littéraire que je suis.

A lire donc, pour les curieux de la science, mais en faisant abstraction d'un dessin très médiocre.

Nom série  Friedrich Nietzsche - Ainsi parlait Zarathoustra  posté le 02/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Rousseau et son Contrat Social, voici un autre classique, et pas le plus simple, des textes que l'on étudie en philo.

Malgré avoir lu le texte il y a très longtemps, je n'en garde qu'un souvenir ténu à savoir essentiellement l'écriture complexe de Nietzsche. L'intérêt de cette adaptation me semble donc pertinente pour permettre à tous de comprendre l'importance de ce texte au milieu du XIXe siècle et même encore aujourd'hui, quand on voit le retour en force que font les religions sur le devant de la scène.

Et ma foi, pour en avoir oublié la grande majorité de son contenu, cette version m'a permis de me remémorer les grandes lignes de ce texte. Reste qu'une adaptation, surtout de ce genre de texte est forcément une simplification de l'original et que l'intérêt de réflexion qu'impose ce genre d'écrits en prend un sérieux coup...

Pour ce qui concerne le dessin, je l'ai trouvé plus soigné que dans l'adaptation du Contrat Social, mais malgré cela ça ne casse vraiment pas des briques, on reste dans le style manga le plus conventionnel qui soit.

Nom série  Jean-Jacques Rousseau - Du contrat social  posté le 30/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Difficile de se faire un avis sur une telle adaptation...

Si l'idée de base me semble plutôt intéressante (vouloir faire passer un texte fondateur du siècle des Lumières françaises en l'adaptant en manga), je ne suis pas sûr qu'au final le résultat soit si percutant que cela.

Tout d'abord, à moins de reprendre le texte de base pour comparer (et là j'avais pas vraiment envie non plus), on sent que l'adaptation est assez expéditive. Si les grandes lignes restent, j'ai ressenti le message de ce contrat social de manière assez simpliste et manichéenne. La subtilité du texte originel semble manquer.

Ajoutez à cela un dessin basique complémenté d'allégories un peu grandiloquentes par moment, et ça donne au final quelque chose d'assez fade malgré de bonnes intentions. Alors oui, l'essence de ce Contrat Social survit à cette adaptation mais je n'ai pas été vraiment convaincu qu'une version manga soit la meilleure chose qui puisse rendre grâce à ce texte.

Nom série  Sons of Anarchy  posté le 03/11/2014 (dernière MAJ le 30/12/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sans avoir été un adepte de cette série TV, j'avoue avoir pris plaisir à mater quelques épisodes quand j'avais la chance de tomber dessus, plus par hasard qu'autre chose, vu le temps ridicule que je peux passer devant un écran de TV.

Je ne débarquais donc pas en terre inconnue en attaquant cette lecture. Une première mention d'excellence pour la couverture très réussie de cette série qui donne dans le sobre et efficace : fond noir avec juste le logo des Sons of Anarchy en vernis sélectif. Ça claque !

Passé cette couverture, on tombe rapidement dans un dessin comics assez conventionnel mais très efficace et une colorisation un peu trop saturée dans les oranges et les bleus à mon goût. Pas de soucis pour les connaisseurs de la série, tous les personnages sont biens présents et reconnaissables ! Damian Couçeiro a un bon coup de crayon, et il sait mettre en valeur les scènes d'action qui s'enchaînent forcément dans cette série.
Quant à l'histoire, les Sons vont devoir trouver un équilibre précaire entre vieilles paroles données et alliances actuelles... Ajoutez à cela des états d'âme d'un Tig qui ne se remet pas de la mort de sa fille et vous avez tous les ingrédients pour une trame explosive...

Je sors donc de ce premier opus plutôt convaincu. J'ai juste eu un peu de mal à me réhabituer à cette mise en couleur plutôt flashy dont j'avais perdu l'habitude, ayant un peu délaissé le comics depuis quelques années. Mais j'attends la suite avec curiosité pour me faire une opinion définitive sur une série qui démarre sur les chapeaux de roues !

*** Après lecture du 3e tome ***

Un nouveau club de motards, le Slaughter, débarque en ville avec la furieuse conviction de mettre main basse sur l'énorme potentiel que représente le réseau de distribution des Sons. Forcément, ça ne va pas se passer sans casse...
Les emmerdes et les trahisons pleuvent comme vache qui pisse et les Sons of Anarchy vont ramer sévère pour se sortir du bourbier dans lequel ils se retrouvent, surtout que leur club n'est plus guère vaillant...
Le dessin de Damian Couchero est toujours aussi efficace et dynamique, ce qui colle parfaitement à la trame de cette série, surtout pour les nombreuses scènes d'action qui s'enchainent au fil de l'album.

Notons le fait appréciable que chaque album puisse se lire comme un épisode à part entière.
MA note monte doucement à 3.5/5

Nom série  The Legend of Zelda - Ocarina of time  posté le 30/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est sans avoir jamais vraiment joué à ce mythique jeu vidéo que je me suis lancé dans la lecture de cette intégrale qui vient de paraître chez Soleil.

Notons l'effort éditorial qui nous propose un très bel objet. Edition cartonnée de qualité avec jaquette, marque page tissu, une kyrielle de croquis inédit jalonnant les différents chapitres et à la fin un petit récit inédit en prime : on sent que la maison d'édition s'est donné du mal pour présenter un objet attrayant.

Malgré cela, je suis resté assez en retrait de ce récit assez manichéen et somme toute classique pour le genre. Ce genre de quête initiatique fantasy reste monnaie courante et le fait que l'histoire soit tirée du jeu vidéo ne permet pas de sortir d'une trame convenue, qui perd en plus sans doute toutes les subtilités que devait apporter le jeu.

Alors, oui, ça se lit bien et l'histoire plaira sans doute aux jeunes pré-ados découvrant le genre, mais pour le lecture féru de fantasy que je suis tout cela manque cruellement de surprise.

Nom série  L'Or des Fous  posté le 29/09/2012 (dernière MAJ le 21/12/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Passé la très bonne surprise d'une couverture que je trouve très réussie, j'avoue avoir été plutôt déçu par le premier tome de cette série.

J'ai tout d'abord eu un peu de mal avec la narration, pour bien comprendre le déroulement des événements. Ça commence très vite, et en 6 planches, après une embuscade qui verra notre protagoniste gravement blessé se faire évacuer sur un navire (j'ai déjà du revenir en arrière pour comprendre qui, quoi et comment on se retrouvait sur un bateau) il revient sur le parcours de sa vie.
Bon, pourquoi pas. Sauf que déjà, on ne nous parle que de Francisco. Oui, vous voyez bien ! Ba si Francisco ! 'Cisco pour les potos ! Non ? ... Ba moi non plus. Et vu que j'ai la fâcheuse habitude de ne jamais lire les résumés des bouquins que je lis, il a fallu que j'attaque cette critique en jetant un œil à la fiche qui présentait cette BD pour comprendre de qui il retournait... Francisco Pissarro. Ahhhh je comprend mieux... Du coup, ça change quand même pas mal l'angle d'attaque de ma lecture ! Mais quelle idée aussi de faire une BD sur quelqu'un sans jamais citer son nom ! Si si, je vous assure ! J'ai repris le BD et épluché toutes les bulles et nulle part il n'apparaît !
Bref, passé cet aspect "négligeable" et quand même emmerdant du scénario, mis à part quelques scènes (notamment la tempête ou l'attaque du village Inca) j'ai trouvé ça un brin ennuyeux et figé. On arrive à la fin avec le cliffhanger que tout le monde attendait sans avoir vraiment eu le temps ni de s'attacher aux personnages, ni de prendre la mesure des intrigues qu'on nous promet... Pas vraiment folichon quoi...

Du côté du dessin, j'ai trouvé ça assez inégal. Autant, j'ai trouvé tout le début en Espagne assez figé et rigide, autant à partir du moment où l'action démarre vraiment avec cette tempête en mer (2 planches muettes magnifiques !) puis une fois au Pérou, le trait se lache. La végétation et les Incas donnent un autre souffle au trait de Olivares. C'est beaucoup plus vivant et on rentre plus dans l'histoire.
Je suis aussi assez déçu par la colorisation de l'album : c'est vraiment très inégal et irrégulier, comme pour le dessin. Et mis à part les scènes plus sombres de la tempête ou de la jungle, j'ai trouvé le reste soit trop fade et terne ou au contraire trop contrasté avec des oranges saturés dès que se pointe de moindre bout de téton de la femme de Pissarro, Illona... On a compris qu'elle avait le feu au cul...

Bref, je reste assez sceptique sur ce début de série, qui malgré quelques très bonnes choses, se vautre quand même dans pas mal d'autres. Je lirai sûrement la suite si j'en ai l'occasion, car j'aime assez ce genre de BD où l'aventure domine, mais va falloir mettre les bouchées doubles pour parvenir à quelque chose de beaucoup plus régulier et de palpitant.

*** Après lecture du tome 2 ***

C'est sceptique que j'avais refermé le premier tome de cette série, et la lecture de ce deuxième opus ne fait malheureusement que conforter mon sentiment initial.

On prend les mêmes qualités et (malheureusement) les mêmes défauts, et on relance ! Une couverture réussie et attrayante, un dessin agréable et réussi malgré quelques inégalités dans les planches, une narration en dents de scie et des personnages antipathiques sans réel charisme qu'on n'arrive même pas à ne pas aimer tant ils m'ont laissé indifférent... La construction de l'album en copié/collé du premier est aussi assez énervante... Aller/retour dans le temps des personnages (sans réels marqueurs chronologiques pour nous aider à nous repérer), passage à l'action, et cliffhanger de fin d'album pour nous faire patienter jusqu'au tome suivant...

"L'or des fous" rate la remise en selle sur laquelle je comptais pour raccrocher à cette course, mais le piètre cavalier que je suis commence à avoir le cuir du cul un peu irrité par une histoire qui peine vraiment à s'étoffer et prendre corps.

*** Après lecture du tome 3 ***

Ce dernier tome n'aura pas réussi à remonter la pente d'une série dont la narration toujours bancale m'aura tout juste permis de retracer la vie de ce personnage qui aura marqué l'histoire à cause de la saignée qu'il aura laissé au Pérou.
Sorti de là, les raccourcis scénaristiques nous mènent tranquillement à la fin d'un récit qui n'aura pas su me passionner outre mesure. Le personnage est assez détestable et les intrigues qui tournent autour manquent cruellement de suspens et sont expédiées aussi vite que les affaires courantes du dit sieur.

A réserver aux passionnés d'histoire, et encore je ne suis pas sûr que ceux-ci y trouvent grand plaisir

Nom série  Burning Fields  posté le 16/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un album qui sort un peu de l'ordinaire du Label 619 que j'affectionne particulièrement chez Ankama. Il s'agit d'un comics initialement publié outre Atlantique chez Boom ! Studios. Ça commence comme un thriller façon Homeland pour virer "en douceur" vers le fantastique...

Quand je dis en douceur, vous aurez compris que c'est un doux euphémisme, car l'enquête que va devoir mener notre chère Dana dans un Irak en plein trouble où chaque faction cherche à tirer la couverture à lui, que ce soit la population locale, la police ou encore les milices privées chargées de protéger le précieux pétrole, ne sera pas de tout repos. Surtout que derrière les apparences d'une simple enquête sur une série de meurtres, le Mal va s'inviter au bal...
C'est plutôt bien construit, il faut tout de même bien suivre pour ne pas se perdre dans les personnages, et le rythme et le suspense distillés nous accrochent page après page.

J'ai beaucoup apprécié le trait de Colin Lorimer, qui donne toute sa crédibilité à ce récit fantastique ancré dans une réalité de conflit actuel. Ce contraste rend d'autant plus saisissantes les scènes assez sanglantes, qu'il s'agisse des meurtres perpétrés ou des créatures que vont croiser nos protagonistes.

Au final un thriller fantastique assez surprenant de par le cadre choisi pour poser ce récit qui m'aura bien accroché et dont je recommande la lecture.

Nom série  Birthright  posté le 11/02/2016 (dernière MAJ le 16/12/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une nouvelle bonne surprise chez Delcourt du côté Comics !
Avec cette nouvelle série "Birthright" et son premier tome "Le retour", Joshua Williamson au scénario et Andrei Bressan au dessin ont su titiller ma curiosité.

Côté rythme, on a pas vraiment le temps de souffler. D'emblée, le jeune Mikey disparait alors qu'il est train de jouer avec son père dans un parc... Cette disparition va faire éclater le reste de la famille, jusqu'à ce que, un an plus tard, celui-ci réapparaisse, mais sous les traits d'un adulte taillé comme un Conan, avec les attributs guerriers qui vont avec...
Commence alors un va et vient entre le récit de sa disparition dans un monde où sorciers, dragons et autres créatures maléfiques pullulent, et le présent. Car notre "nouveau" Mikey n'est pas spécialement rentré pour se la couler douce auprès de sa famille retrouvée, mais semble plutôt avoir des objectifs bien précis et plus en accord avec son nouveau costume. Mais forcément, se la jouer à la Conan de nos jours, ça passe pas inaperçu...

Si l'histoire concoctée par Joshua Williamson n'est pas des plus novatrice (le coup de la porte vers un autre monde fantastique n'est pas nouveau), c'est le retour du personnage devenu adulte en l'espace d'un an qui est intéressante. Car il permet à l'auteur de développer une narration en ping pong en passant d'un monde à l'autre, avec un temps dans le présent, et un autre nous racontant ce qui est advenu du jeune Mikey quand il a franchi cette "porte".

Le dessin d'Andrei Bressan porte parfaitement ce récit avec des créatures impressionnantes dans cet autre monde, et un semi réalisme réussi quand l'action se passe de nos jours. Si les cadrages ne sont pas des plus originaux, le découpage est quant à lui très efficace, avec de magnifiques pleines pages par moment qui renforcent l'intensité de certaines scènes.
Par contre, si dans son ensemble la colorisation est assez réussi, je ne suis pas fan des effets oranges ou bleutés pétants qu'on retrouve trop souvent à mon goût dans les comics.

Au final, un premier tome d'introduction qui démarre sur les chapeaux de roue et qui m'a donné envie de lire la suite, qui ne saurait d'ailleurs tarder. A suivre donc !

(3.5/5 en attendant de voir comment évolue la suite)

**** Tome 2 ****

Avec ce tome 2, on suit nos deux frères devenus fugitifs. Et Lore l'esprit maléfique qui cohabite en Mickey ne simplifie pas les choses... Car en dehors des autorités locales, d'autres créatures également sortie de ce monde mystérieux se sont mises en chasse pour faire échouer ses plans.
Dans ce nouvel opus l'histoire avance et les enjeux aussi. Brennan, le frère de Mickey se retrouve de plus en plus impliqué dans une aventure dont les enjeux le dépassent.

Mais il reste encore beaucoup de points d'ombre dans cette aventure... J'espère que la suite apportera son lot de réponses sur ceux-ci.
Le dessin d'Andrei Bressan reste très bon et efficace, par contre je suis moins fan de la mise en couleur d'Adriano Lucas, dès qu'il s'agit de traiter les lumières (feu, magie, coups de feu, etc.) ; on retombe dans ces bleus et oranges flashis dont je ne suis pas vraiment fan. Dommage car le reste est plutôt de très bonne facture.

Je reste donc sur une note de 3.5/5 en attendant la suite


**** Tome 3 ****

Et c'est reparti ! Cet 3e opus va quant à lui essentiellement se passer dans notre univers, mais on va découvrir que certains personnages ne sont pas ce qu'ils semblent être... Ce sont ces mêmes personnes que Mickey veut retrouver pour mener à bien sa mission.

L'intrigue avance bien et le rythme reste soutenu de bout en bout, avec cette série on n'a pas vraiment le temps de bailler et les révélations vont bon train !
Le dessin d'Andrei Bressan reste toujours aussi appréciable et ses découpages suivent parfaitement le dynamisme de la narration.

Alors, on ne boude pas son plaisir, et les amateurs de fantastique et d'aventure seront servis.
Voilà un troisième tome qui attise ma curiosité et dont j'attends la suite impatiemment.

Nom série  Harmony  posté le 16/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mathieu Reynès se la joue en solo avec cette nouvelle série fantastique, et ma fois cela lui réussit plutôt très bien. J'avais déjà apprécié son talent dans La Mémoire de l'eau et La Peur Géante où il se contentait du dessin, et c'est encore dans un registre différent qu'il s'illustre cette fois-ci au dessin et au scénario.

"Harmony" nous propulse dans la vie d'une jeune ados paumée qui se réveille sans aucun souvenirs. Enlevée ? Séquestrée ? Malade ? C'est petit à petit que les écheveaux de ce mystère vont se démêler... tout en complexifiant le scénario au fil des deux albums parus à ce jour.
C'est franchement prenant, la tension narrative est des plus efficace et j'ai dévoré ces deux tomes ! Le dessin dynamique et semi-réaliste de Mathieu Reynès fait merveille et ses découpages bien sentis donnent au récit toute la vigueur nécessaire à ce genre d'histoire.

Alors, en attendant de voir comment tout cela se finira, je ne peux pour l'instant que vous conseiller la lecture de cette série qui a démarré sur les chapeaux de roue !

Nom série  Ninn  posté le 16/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Encore une bonne surprise en jeunesse avec cette série que je ne découvre que maintenant Sorti en septembre 2015, le tome 1 pose les bases d'un récit d'aventure urbain contemporain où le fantastique s'invite tranquillement mais sûrement pour nous entrainer dans les sombres recoins du métro parisien grâce à la curiosité de notre jeune héroïne Ninn.

Jean-Michel Darlot a en effet très bien construit son récit, qui, s'il n'a rien de révolutionnaire en soi, fonctionne très bien grâce à un personnage principal très attachant, des mystères plein de surprises, et ce métro parisien qui devient presque un personnage en soi.

Ajoutez à ce la le dessin très réussi de Johan Pilet qui donne vraiment vie à cette jeune Ninn trépidante, dans un Paris actuel très bien rendu et tout cela prend corps de façon naturelle pour nous offrir un moment de lecture tout en fraicheur, en dynamisme et plein d'aventure pour notre plus grand plaisir !

Une série que je recommande chaudement et dont j’attends impatiemment la suite !

Nom série  James Bond  posté le 14/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et revoilà James ! Je ne vous ferait pas l'affront de faire les présentations, ici nous sommes dans une adaptation des plus classiques du personnages de Ian Flemming.

Notre beau gosse au flegme et à l'humour tout britannique se retrouve en mission à Berlin pour tenter de démanteler un réseau de trafic de drogue plus que suspect et qui dépasserait se simple délit... Et effectivement, ce qui se cache derrière est de toute ampleur...

J'ai apprécié de retrouver dans ce James Bond un personnage plus sombre et violent que ce que le cinéma avait pu nous donner à voir. Warren Ellis nous sert un James Bond où l'efficacité prime, quels que soient les moyens nécessaire pour mener à bien sa mission. N'attendez pas non plus d'extravagances, l'histoire est dans la lignée classique du personnage traditionnel et j'ai même regretté le manque certain d'un petit grain de folie qui aurait pu relever le tout.

Côté dessin, Jason Masters joue aussi dans l'efficacité. Son James Bond est plutôt fidèle à l'image qu'on se fait du personnage. Son découpage est efficace et tient bien le rythme du récit. Dommage par contre que ses décors soient un peu "vides" et la colorisation de Guy Major trop en aplat à mon goût ne fait que renforcer ce sentiment.

Au final, les inconditionnels du personnage devraient s'y retrouver et passer un bon moment de lecture en faisant abstraction des quelques défauts soulignés.

Nom série  Shangri-La  posté le 14/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ahhh ba voilà ! Ça fait plaisir de tomber sur un aussi bon album de SF pour finir l'année en beauté !

J'avais découvert Mathieu Bablet par le biais de la série "Doggy bags" également éditée chez Ankama, et j'avais déjà fort apprécié son travail ainsi que son coup de crayon si particulier. Certains lui reprocherons ses personnages un peu taillés à coup de serpe, mais moi j'aime bien ce côté singulier qui donne de la personnalité à son dessin. Surtout qu'ici, ses personnages évoluent dans des décors magnifiques qui donnent toute l'ampleur nécessaire à son récit.

Car oui, Mathieu Bablet nous sort ici le grand jeu pour un récit de science fiction qui ne ferait pas rougir les plus grand du genre. Et malgré quelques menus défauts qu'on pourra qualifier de jeunesse, cet album est une vrai réussite ! Oui, certains aspects de son scénarios peuvent sembler un peu trop appuyés par moment (je pense ici au côté société de (sur)consommation surtout), mais le reste est tellement bien construit qu'on oublie rapidement ces quelques aspérités.
J'ai pour ma part dévoré cet album et avalé ces 220 pages d'une traite ! Avec maintenant une seule envie, replonger dedans pour en apprécier les subtilités. Un album qui m'a par ailleurs rappeler un roman de Alain Damasio, "La zone du dehors", pour sa très bonne réflexion sur la révolte, la rébellion et jusqu'où l'engagement contestataire peut conduire, avec les manipulations politiques et les récupérations possibles.

Shangri-La constitue pour tout cela un des meilleur album SF qu'il m'est été donné de lire cette année. Un album à lire pour tout amateur du genre qui se respecte !

Nom série  Le Cheval qui ne voulait plus être une oeuvre d'art  posté le 12/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Olivier Supiot inaugure ici une nouvelle collection chez Delcourt qui s'associe au Louvre pour donner à l'art une image un peu moins poussiéreuse que se font certains des musées.

Je trouve l'initiative des plus louable et l'album d'Olivier Supiot original dans son traitement. J'avais déjà pu apprécier son savoir faire dans des albums jeunesse mais surtout dans le très bon album Le Dérisoire sorti dans la merveilleuse collection "Carrément bd" chez Glénat.
On retrouve ici l'originalité de son trait et de ses couleurs qui pour moi collent parfaitement pour traiter un tel sujet. Nous allons suivre les fers de cette tête de cheval blanc peint par Géricault qui en a marre d'être une "simple" œuvre d'art et se met en quête de sortir de ce musée. Le voilà donc parti à l'aventure, cherchant par tous les moyens une issue, traversant les pièces, croisant d'autres œuvres, devisant avec elles sur le sens de tout cela et de leur état.
C'est donc dans un véritable petit conte philosophique que nous convie Olivier Supiot, nous questionnant sur le rôle de l'art et la place de ces œuvres en jouant avec cette quête de liberté que ce cheval introduit dans ce sanctuaire.

Alors oui, c'est beau, c'est intéressant et malin, mais il m'aura manqué un tout petit quelque chose pour atteindre une note supérieure. J'ai eu un peu de mal à ressentir une plus grande empathie que ça pour ce cheval et malgré la qualité du travail d'Olivier Supiot je suis resté un peu en retrait, simple spectateur, sans être vraiment touché
par le résultat final. Dommage, mais l'art c'est parfois ça, on n'arrive pas à mettre le doigt sur ce qui fait qu'une oeuvre ne vous touche pas plus que cela.

Nom série  Le Maître des tapis  posté le 12/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un album parfait pour coller avec la féérie ambiante de noël !

En effet, le dessin d'Alexis Nesme rend à merveille cette ambiance entre neige et dorures, nous racontant les aventures fantastiques d'un marchand de tapis. Il prend pour décor un petit village russe tirant de façon surprenante vers les contes des 1001 nuits, mais de façon très réussie.

On pourra regretter que cet album magnifique, tant par l'objet lui même (très joli grand format !) que par les dessins et les couleurs, soit un peu simple dans le scénario et assez vite lu, mais il n'en constitue pas moins un très joli conte de noël qui ravira certainement les enfants. Petit bonus de l'album, un joli pop-up à construire qui ne pourra que contenter davantage nos têtes blondes !

Alors, en ces périodes de fête, ne boudons pas notre plaisir en se calant confortablement dans un coin de cheminée pour agrémenter nos fêtes de fin d'année en partageant cette lecture !

Nom série  OSS 117  posté le 08/12/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et hop là ! Encore une adaptation d'un "classique" de la littérature... Ok, ok, mais j'ai mis des guillemets, hein ! Par "Classique", on est loin du Zola ou du Hugo, mais plutôt dans le classique de gare. Car OSS 117, avec ses plus de 250 romans et ses 75 millions d'exemplaires vendus dans le monde, ce n'est pas rien non plus !
Notre héros, Hubert Bonisseur de La Bath, avait déjà repris des couleurs avec les adaptations au cinéma par Michel Hazanavicius (avec Jean Dujardin dans le rôle phare). Pour ma part j'avais bien aimé ce côté décalé à la limite du parodique.

Ici, on se retrouve au final un peu dans un ente deux. Ce n'est pas une adaptation fidèle, mais pas non plus une parodie. On est plus proche du scénario Jamesbondesque avec action, rebondissements, trahison, jolies femmes qui tombent forcément dans les bras de notre héros, tout ça sans les gadgets le tout avec quelques petites saillies humoristiques. Les amateurs du genre espionnage devraient s'y retrouver sans trop de problèmes.

Pour ce qui est du dessin, j'ai préféré le trait d'Andrea Cuneo dans le second volet que celui de Rinaldo Pino (ainsi que la mise en couleur). On se retrouve avec un dessin réaliste assez académique (voire un peu figé dans certaines séquences - j'ai trouvé un peu ratées dans le 2nd tome les scènes de baignades par exemple -) mais qui sied bien à cet univers et au genre. Mention spéciale aux très belles couvertures très vintage et 70' qui m'ont un peu fait penser à l'illustrateur Rober McGinnis.

Alors si vous avez envie de passer un petit moment de détente et que vous aimez le genre espionnage, cette série fera parfaitement l'affaire !

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 46 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque