Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 774 avis et 144 séries (Note moyenne: 3.16)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Nancy in Hell  posté le 27/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Amis de la Série B, bonsoir !

Nancy Sinatra chantait "My baby shot me down"... La Nancy d'El Torres s'est aussi faite buter, mais joue maintenant de la scie électrique...
Ici "bain de sang" prend tout son sens, dans sa forme la plus littérale : welcome in hell mes poulots !
Notre barbie girl sapée plus que court pour ses mensurations, rehaussée d'un mèche violette façon poney magique, n'est pas du genre à se la laisser compter et compte bien sortir de ce merdier qu'est l'enfer par tous les moyens possibles, et surtout grâce à sa tronçonneuse ! Elle trouvera un allié plutôt inattendu en la personne de Lucifer. Ange déchu perturbé, notre Lulu est quant à lui plus à la recherche du libre arbitre qu'il n'a jamais trouvé que d'une sortie proprement dite...
C'est ce duo improbable que nous allons suivre à travers le labyrinthe qu'est l'enfer, avec ses pièges et ses créatures infernales...

Tout cela nous est proposé dans un dessin très comics, où Juan José Ryp est très à l'aise. Ce délire d'enfer lui permet de laisser libre cour à son imagination, que ce soit pour les créatures ou pour les décors fantasmagoriques et cauchemardesques que nos protagonistes vont traverser. Certains des personnages secondaires sont assez intéressants même s'ils demanderaient à être plus poussés (Peut-être sera-ce le cas dans la suite prévue). Le dessin est bon, les cadrages et les découpages recherchés. Je regrette juste que nos deux personnages soient à peine assez distinguables dans les gros plans - merci la mèche poney magique pour reconnaître Nancy dans certaines scènes ! ).

Au final, un bon divertissement bien gore, riche en plaquettes et en globules rouges, où l'action et l'horreur se tirent une bourre bien menée pour une premier tome. La conclusion de celui-ci donne plutôt envie de lire la suite, histoire de savoir comment la belle et farouche Nancy va se sortir de là...

Nom série  In God We Trust  posté le 23/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
WWWWWWWWHHHHAaaaaaaaaaaaaah! !!!!! Sans doute la BD la plus drôle et la plus décoiffante que j'ai pu lire depuis une poignée d'années ! Nan mais franchement, j'en ai éclaté de rire derrière mon bureau à l'accueil de la médiathèque - je crois que c'est la première fois que ça m'arrive- !

J'avais découvert le Sieur Winshluss avec son terrifiant Pinocchio (Winshluss) qui m'avait plus qu'interpellé malgré quelques réserves graphiques. Là, pas spécialement inspiré par cette couverture peu attrayante de prime abord (ça me fait penser aux collections des années 70-80 "Tout l'univers" ou des choses du même acabit) j'ai fini par céder à la curiosité en retombant sur ledit album en librairie. Et bien m'en a pris !

Dès les premières pages on sent qu'on va attaquer du lourd et que l'auteur n'est pas là pour nous la jouer pisse froid. Ici pas de fausses promesses, Winshluss va la lui mettre profond ! Que ce soit la Genèse, l'ancien ou le nouveau Testament, jusqu'aux pratiques du catholicisme d'aujourd'hui, rien n'est épargné ! En ces temps où on y réfléchit à deux fois avant de sortir une vanne pourrie sur les religions de peur de finir éparpillé façon puzzle, Winshluss a frappé fort et renoue avec un humour irrévérencieux envers le dogme. Je savais bien qu'il manquait un plat un peu épicé au menu de mes lectures du moment ; sauf que là c'est pas du piment de lopette et qu'on voit rouge par tous les trous, un peu comme Jésus découvrant les "bienfaits" de la tequila frappée grâce aux précieux conseils de Gaby (l'archange, bien sûr).

Pour nous servir sa came Winshluss use de son trait caricatural si particulier et sait aller piocher moultes influences pour servir à bon escient son propos et ses idées. Que ce soit les fausses pages de pubs aux allures des années 60 ou une Madonne très gracieuse façon comics, il vise juste, renforce et assoit son propos par le biais de ses choix graphiques pour composer un album parfait.
S'il y a bien un domaine dans lequel je reste difficile, alors qu'il parait pourtant si simple, c'est bien l'humour. Et me faire marrer et éclater de rire, je crois que ce genre d'album se comptent sur les doigts de la main.

Alors bravo Môssieur Winshluss, longue vie et bonne continuation dans cette verve et ce trait si particulier qui font de vos albums une œuvre unique, du genre coup de pied au cul ou dans la fourmilière, dont je ne suis pas prêt de me lasser.

Nom série  Freak's Squeele - Masiko  posté le 20/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà que Fabien Maudoux remet le couvert pour sortir chez Ankama, fidèle au Label 619, un album regroupant 3 récits sur Masiko, la belle mais ô combien dangereuse mère de "Petit Panda", que certains auront sans doute découvert dans l'excellente série Freaks' Squeele.

Le plus indéniable de cette collection reste sans conteste le soin apporté à l'objet. Et celui-ci ne déroge pas à la règle. Couverture magnifique, le talent de Maudoux se prolongeant sans mauvaise surprise à l'intérieur.

Le seul reproche que l'on pourrait faire tient au fait que deux des récits sont issus de publications antérieures dans la série Doggybags du même éditeur, et que les lecteurs (comme moi ?) qui n'y auraient pas pris garde pourraient être un brin déçu.

Mais ne boudons pas notre plaisir car, le dernier récit, qui tient pratiquement plus de l'illustration puisqu'il s'agit d'un récit composé sur le corps de la belle et des tatouages qui vont nous conter des bribes de sa vie à travers le regard du père de Petit Panda, leur fille.
C'est juste magnifique. Maudoux s'amuse (ou se torture ?) à nous dessiner ce corps dans des cadrages et des angles ambitieux pour nous révéler les tatouages qui vont finir par vêtir ce corps...

Un album qui ne pourra que ravir les amoureux du personnage et du genre.

Nom série  Little Tulip  posté le 19/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un brin perplexe que je sors de la lecture de cette album...
Comment peut-on mettre en place une telle histoire, creuser loin dans la psychologie des personnages principaux, mettre en place des personnages secondaires qui harmonisent et complètent subtilement le récit... et pondre une fin aussi peu crédible ???!!! Non mais franchement ??? Je n'en dirai malheureusement pas plus pour ne pas spoiler la fin, mais là on se fout un peu de notre gueule... (Et c'est pas le côté fantastique qui pointe le bout de son nez au fil du récit qui m'a dérangé, je tiens à le préciser).

J'ai même hésité à mettre 2/5... Mais le dessin de Boucq et le reste du récit m'ont, après réflexion, fait pencher pour 3 étoiles, équivalent bancal d'un 2.5/5.

Car tout partait pourtant très bien et très fort. Le récit que Jérôme Charyn composé en aller-retour d'un New York contemporain à une Sibérie se référant à la jeunesse du personnage principal est prenant. Au fil des pages on découvre le triste destin de notre jeune héros et ce qui a fait ce qu'il est aujourd'hui. Les passages sur le goulag sont d'une cruauté sordide et d'un réalisme implacable qui nous scotchent à la narration. Et le travail graphique de Boucq est juste parfait pour mettre en image cette histoire, tant dans le trait que dans la mise en couleur.

Reste que je trouve ce travail gâché par cette fin peu crédible à mes yeux, ruinant tout le travail de montée en pression qui nous étreint au fil de l'album...
Dommage...

Nom série  Un ocean d'amour  posté le 19/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Va savoir pourquoi, moi qui adore le travail de Lupano et qui ai découvert Gregory Panaccione avec son récent et excellent Match, je n'étais pas attiré par cet album...
Comme quoi, rester sur ses préjugés, c'est vraiment pas ce qui se fait de mieux !

Car "Un océan d'amour" est vraiment un excellent album ! Par sa forme d'abord, chacun appréciera le soin apporté à l'objet et à sa présentation en premier lieu, mais surtout le nouveau tour de force qui consiste à nous servir un récit muet, palpitant, drôle et sensé à la fois. Panaccione à ce don pour faire passer les émotions, les impressions, les idées... Tout transpire et reste limpide dans ce récit sans qu'un mot ne soit nécessaire. Son trait que j'avais déjà trouvé très expressif dans le noir et blanc qu'il a utilisé pour Match est à nouveau parfaitement exploité ici, et l'aquarelle qu'il utilise pour la mise en couleur renforce encore cette impression.

Mais c'est aussi un album tout en subtilité dans le récit. Car réussir à faire passer autant de choses à travers cette relation amoureuse forte et peu banale tient d'un remarquable talent de funambule. Et Lupano s'en tire haut la main, même sans les savoureux dialogues auxquels il nous avait habitué ces derniers temps. Cela ne l'empêche pas d'aborder les thèmes sociétaux qui lui tiennent à cœur en lançant de-ci de-là quelques piques bien senties, mais toujours avec un humour latent qui nous épargne un côté moralisateur qui plomberait le tout. Et son sens de l'épique reste omniprésent pour le plus grand plaisir du lecteur !

Un album qui conjugue donc les talents de deux grands auteurs et qui mérite largement toutes louanges et les prix qu'il continue de recevoir. A lire sans modération !

Nom série  Punk Rock et mobile homes  posté le 18/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
J'ai découvert Derf Backderf, l'an dernier avec son album Mon ami Dahmer qui m'avait déjà beaucoup impressionné, tant par son originalité graphique que par son sujet.

C'est à l'occasion du dernier festival d'Angoulême que j'ai eu la chance de le rencontrer par hasard sur le stand des éditions "Ça et Là", car je ne savais pas qu'il venait. Je suis donc content de cette rencontre et d'avoir pu observer le premier auteur à faire ses dédicaces debout ! J'ai même cru qu'il était en train de plier bagages, mais non Grand amateur de musique et de rock, cet album était juste ce qu'il me fallait pour me replonger dans l'univers déjanté de l'auteur.

Et ce fut tout sauf une déception ! Si la mise en place du récit est un peu surprenante au premier abord, avec peut être certaines longueurs, une fois rentré dedans et installé, l'album nous propulse sur un rythme au tempo d'enfer ! Ajoutez à cela des personnages complètement loufoques qui vont croiser des légendes du rock indé des années 80' et vous réalisez alors que vous avez entre les mains un petit bijou qu'on a pas envie de lacher !
Le dessin de Derf Backderf est égal à celui que j'avais découvert dans Mon ami Dahmer ; tout de noir et blanc, avec un style qui pourrait s'apparenter à du Crumb, mais avec une touche toute personnelle qui se reconnaît au premier coup d’œil. En tout cas il colle parfaitement à son histoire déjantée sur le rock de ces années, tout en y instillant un regard acéré sur la société américaine de ces années.

Un album brillant et bien barré qui ne pourra que plaire aux amateurs de ces années de légende pour le rock punk, et qui devrait également toucher un public plus large et curieux.

Nom série  Egon Schiele  posté le 27/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est à Angoulême que j'ai découvert l'existence de cet album (merci mon Polo). Moi qui apprécie depuis des années l’œuvre torturée de cet artiste autrichien, je n'avais jamais vraiment pris le temps de me pencher sur sa vie. Cet album intégralement réalisé par Xavier Coste a été l'occasion de combler de belle manière cette lacune.

Ce que j'ai aimé d'emblée c'est le style de Xavier Coste qui se pose parfaitement avec le récit qu'il construit. La colorisation y est pour beaucoup et je l'ai trouvé vraiment très réussie. Elle se marie pleinement avec ce trait un peu frustre mais efficace qui nous rend l'essentiel. J'ai trouvé qu'il collait bien au personnage compliqué et torturé de Schiele et à cette période également charnière de la fin XIXe. Sans tomber dans le piège de tenter de se rapprocher de son style pictural, Xavier Coste nous en rend l'essentiel avec une patte toute personnelle.

L'histoire fulgurante de cet artiste, qui malgré sa courte existence, laissa une trace profonde dans le monde de l'art m'a vraiment permis de mieux comprendre l'artiste (si faire se peut). Coste nous livre un récit à la narration fluide et efficace, qui même sans rentrer dans les détails, nous dessine les grandes lignes de sa vie et de ses motivations.

Un album que les amateurs de l'artiste apprécieront sûrement, mais pas que. Xavier Coste a du talent à revendre et à partager, ça serait dommage de ne pas en profiter !

Nom série  Hagakure, le code du samouraï  posté le 23/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Après Les 47 Ronins, Le Livre des cinq roues et Le Sermon du Tengu sur les arts martiaux, voici venir l'adaptation d'un autre texte classique des arts martiaux en manga : "Hagakure, le code du samouraï".

C'est peut-être celui avec lequel j'aurais eu le plus de mal. L'adaptation de ce texte était-elle plus ardue... En tout cas j'ai eu pas mal de difficultés à trouver un rythme de croisière à ma lecture. J'ai trouvé l'ensemble trop décousu à mon goût ; sans doute la faute à cette succession d'exemples et d'anecdotes, qui, si elles servent le propos développé, n'arrivent pas à s'inscrire dans une fluidité narrative. Dommage pour une ouvrage sur les arts martiaux où cet "allez de soi" fait parti de l'esprit qu'on vise.

Le dessin de Chie Kutsuwada est quant à lui efficace. Ligne claire et composition de planche dynamique insufflent à cet album ce qu'il faut pour illustrer les préceptes qui ont guidé nombres de samouraïs.

C'est donc un peu mitigé que je sors de ma lecture, avec de bons côté graphiques et instructifs quant aux mœurs et valeurs des samouraïs de l'époque, mais la narration un peu poussive m'a franchement gêné dans ma lecture.

Nom série  DUM  posté le 23/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec "DUM", Fabien Grolleau nous prends par la main, tels les grands enfants que nous savons parfois rester, pour nous emmener sur les chemins du conte et du fantastique.

"DUM", c'est un conte presque aussi simple que son personnage principal, Dum, que sa famille qui dirige la ville, gère comme elle peut, surtout en l'éloignant quand c'est possible. Heureusement, Lili veille sur lui, mais surtout lui chante des chansons et lui raconte des histoires... Mais Dum n'est pas le seul à apprécier ses talents de conteuse...

Fabien Grolleau et Abdel de Bruxelles nous proposent donc de replonger dans l'héroïc-fantasy simple et poétique. Si la trame du début de cette histoire peut sembler banale, on sort des caricatures de personnages taillés dans le muscle ou dans le silicone, pour s'attacher à des personnages au départ ordinaires chez qui le destin va s'inviter pour une bonne tranche d'aventure...
Le dessin d'Abdel de Bruxelles est parfait pour coucher sur le papier l'esprit de cette série qui m'a beaucoup plu. On rentre dedans sans vraiment s'en rendre compte, comme un chemin qu'on emprunte sans vraiment y prêter attention jusqu'au moment où... Et c'est là que ça devient vraiment intéressant.

Une série que je vais suivre avec attention.

Nom série  Magic Dream Box  posté le 20/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après Vacadab de Lomig, j'ai poursuivi ma découverte de l'auteur avec cet album "Magic Dream Box".

Fidèle à son noir et blanc qu'il maîtrise très bien, Lomig nous embarque cette fois-ci dans les pantoufles d'un être un peu dérangé. Rien de bien grave... Enfin peut-être... Toujours est-il que cet homme n'aime pas ses congénères, qu'il est méfiant de tout, que cette société où tout n'est que marchandise le rend malade et qu'il consulte pour ça depuis des années un psy...
Sauf, que notre Boris Belaire en a aussi sa claque de ces rendez-vous chez ce psy et qu'il décide de mettre un terme à sa thérapie. Le psy lui donne quand même un dernier contact au cas où il souhaiterait quand même se faire aider...
C'est à partir de là que tout va basculer avec cette "Magic Dream Box"...

Si j'ai trouvé le dessin tout aussi efficace et travaillé que dans Vacadab, j'ai cette fois-ci été davantage emballé par le scénario. Sans rien dévoiler de l'intrigue, on sent que Lomig nous propose une histoire mieux construite et plus aboutie. On ne peut pas dire que l'optimisme soit ici aussi au rendez-vous, mais au moins j'ai trouvé ça plus cohérent.

Un album que je conseille pour découvrir cet auteur dont le talent s'afutte !

Nom série  Vacadab  posté le 20/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Premier constat, Lomig m'a impressionné par son dessin !

Cela semble être son premier album, mais il est déjà empreint d'une grande maturité graphique. Moi qui suis un fan du noir et blanc, j'avoue avoir été bluffé par son coup de patte, qui en plus de sa justesse trouve une veine déjà très personnelle.

"Vacadab" nous met sur le chemin d'une jeune recrue qui plus par dépit que par motivation se retrouve à vendre des aspirateurs en porte à porte. Son "mentor" a tout de la caricature abjecte du commercial prêt à tout du moment qu'il vende... Sauf qu'Etienne, lui, il a un minimum de conscience... et que forcément sa carrière est loin d'être toute tracée... comme le reste de sa vie d'ailleurs.

Lomig qui assure aussi le scénario pose un regard acerbe sur notre société peu reluisante où l'optimisme n'est pas non plus ce qui se vend le mieux. Et si son constat est juste, j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose pour sortir du fatalisme dominant de cette histoire et la faire sortir du lot. Peut-être aurait-il fallu pousser la noirceur plus loin dans ce cas que de construire cette boucle scénaristique ?

Il reste que la grande qualité graphique vaut le détour et ce malgré une petite faiblesse au niveau du scénario, en comparaison de la force de ce dessin.
Un auteur à suivre de près !

Nom série  Muffin  posté le 16/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec Epicerie Fine, les éditions Vide cocagne nous proposent toute une collection de "comics à la française". Petit format souple (16x24) de 32 pages en noir et blanc : on a le droit à du concentré !

Dans "Muffin", Fabien Grolleau assure le dessin et le scénario. Il nous convie à suivre l'histoire que tient à nous raconter Mister Muffin, personnage étrange entre l'ours et le lion habillé d'un costume noir. Et Mister Muffin nous raconte l'histoire de ce petit gâteau qui va tenir une place centrale dans une famille aux liens un peu compliqués...

A la façon d'un petit conte, on se fait embarquer par cette histoire sans trop savoir où l'auteur veut nous mener, mais c'est agréable, riche de relations véritables. Le dessin de Fabien Grolleau est très expressif, et son côté "grossier", s'il surprend de prime abord, est plutôt efficace et colle parfaitement à son récit.

Un premier tome intéressant qui attise la curiosité et dont j'attends de lire la suite avec impatience.

Nom série  Sticky Pants (ça colle et ça moule les bollocks)  posté le 16/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Sticky Pants", c'est le genre de BD vite envoyée mais qui vous colle la banane autant que les collants leur moulent les boules !

C'est con... mais qu'est-ce qu'on rit ! Bon, faut apprécier l'humour potache bien tiré vers le cul, mais qu'est-ce que vous voulez, ça fait du bien de temps en temps, même si je ne pourrais me contenter de ce genre de lecture.
En tout cas Tony Emeriau et Xavier s'en donnent à cœur joie et se défoulent sur nos héros de comics préférés pour les mettre en scène dans des strips pas piqués des hannetons ! C'est gore, ça tire (sur) tout ce qui bouge, mais c'est clair que ça vous déride, et pas que la rondelle ! :p

Alors, si vous voulez vous taper une bonne tranche de marade, je vous conseille la lecture de ces 2 petits albums format italienne !

Nom série  Ogoniok  posté le 12/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah ! Retrouver Toppi, c'est toujours un moment d'évasion...
Avec "Ogoniok", cette fois-ci, c'est du côté des contes et des grands espaces russes que nous embarque Sergio Toppi. Fidèle à ses amours pour les légendes et son goût pour l'étrange, il confronte ses personnages principaux aux croyances locales pour y camper des personnages et des situations toujours aussi impressionnants et captivants.

Ici, trois récits s'enchainent et nous font apprécier son coup de crayon et son savoir faire côté encrage. C'est toujours aussi magistral et imposant par la justesse de composition ! Toppi, reconnaissable entre mille continue de m'impressionner par son talent et son style si particulier.

Alors si "Ogoniok" n'est peut-être pas l'album que je préfère parmi les réalisations de l'auteur, sa lecture n'en reste pas moins une véritable évasion, tant à travers ces croyances, ses personnages et la Russie de la fin du XIXe, que pour les yeux.

3.5/5

Nom série  Dieter Lumpen  posté le 19/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mosquito a le chic pour me faire découvrir des auteurs de BD pleins de talents qui me sont passés sous le nez dont je redécouvre le travail souvent par hasard... Cela avait déjà été le cas avec Sergio Toppi ; cette fois c'est le duo Ruben Pellejero au dessin et Jorge Zentner à la plume.

Si l'on fait abstraction de cette couverture des plus ratée à mon goût (elle ne révèle rien de la richesse de cette série, voire donne l'effet inverse....), cette intégrale est un pur régal de lecture pour tout amateur d'Aventure. Car avec Dieter Lumpen, pas le temps d'investir dans la charentaise ! Si le sieur aime à se poser de temps en temps dans un petit coin de paradis pour reprendre son souffle ou simplement pour profiter de la vie, c'est l'Aventure qui vient lui mettre son pied au cul pour repartir de plus belle.
La Légion, c'est des vacances à côté ! Vous vouliez voir du pays ? Vous allez être servi ! Car Jorge Zentner s'amuse à trimbaler son personnage à travers tous les endroits les plus majestueux et les plus évocateurs du globe. Turquie, Tunisie, France, Etats-Unis, Caraïbes... c'est à travers les années 40 et des personnages toujours plus ou moins recommandables que Dieter se retrouve embrigadé plus ou moins malgré lui, parfois juste pour tromper l'ennui, dans des tribulations épiques où le surnaturel pointe même parfois le bout de son nez.

Ajoutez à cette odyssée sans réel but le dessin somptueux de Ruben Pellejero qui tant dans les cadrages que par sa maîtrise du noir nous propose des planches toutes plus magnifiques les unes que les autres, et vous obtenez une série dont on ne se lasse pas et qui n'appelle qu'une chose : la relecture...

Amis de l'Aventure, ne ratez pas le coche, votre guide à travers le globe vous attend !

Nom série  Hello Fucktopia. Un vrai conte de fée  posté le 19/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je commencerais par préciser que je n'ai pas lu la série qui a fait la renommée de l'auteur Maliki. Non pas que je ne connaisse pas, mais tout simplement je ne suis pas attiré par cette série dont je semble être loin du public ciblé... Chez Ankama je suis plutôt Label 619 que Lebeau Minouminou...

Bref, c'est le côté plus sombre et adulte de cet album qui a du coup attisé ma curiosité. Mais malgré des qualités indéniables, je sors pourtant assez déçu de ma lecture. Ce n'est pas mauvais, loin de là, juste banal. L'histoire plus ou moins autobiographique que Souillon nous propose (je rappelle que l'auteur est un homme) est somme toute assez convenue et ne m'a pas touché plus que ça. Oui, c'est l'âge un peu con où on fait des expériences, plein de rencontres, plein de conneries... Et ? Oui, ce témoignage est juste, mais il ne m'a pas apporté grand chose de plus que quelques souvenirs de cette période que j'ai vécue aussi.

Dommage, car j'ai vraiment accroché au travail graphique que Souillon propose, son découpage des planches et de l'album en général, façon chapitres. Y'a juste ce tic manga pour exprimer les expressions des personnages avec lequel j'ai vraiment du mal (non pas que j'aime pas le manga) et qui à mon sens ne colle pas avec l'esprit de l'album.
La colorisation est très réussie aussi et colle parfaitement aux ambiances qu'il veut donner à son récit, même si le passage sous champi est peu trop flashi à mon goût ^^

Bref, c'est plutôt réussi graphiquement, mais je me suis ennuyé ferme au cours de ma lecture... Peut-être ne suis-je pas le lecteur idéal pour ce genre d'album... Je vous laisse juger.

Nom série  Nas, poids plume  posté le 19/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nas, c'est mon coup de cœur jeunesse de cette fin d'année !
Une vrai bulle d'air frais ! C'est pep's, vivant, réaliste mais sans pathos. Bref, quelque chose qui sonne juste et de positif !

Ismael Méziane qui signe cet album en solo met le doigt de façon efficace sur les préoccupations de tout un chacun, en passant aussi bien par la case école que par celle du monde du travail. Il réussit de la plus belle des manières à aborder subtilement des thèmes comme les relations intergénérationnelles et pose surtout la question de comment trouver sa place (à l'école, dans sa famille, au travail...) sans se laisser faire, ni écraser les autres.

C'est là que la boxe (sur)prend toute sa place et s'impose pour le jeune Nas, victime de violence à l'école et dont la mère un peu trop mère poule à son goût, refuse de le laisser s'inscrire au club de boxe de son quartier. Heureusement, papi n'est pas si sénile qu'il y parait...

Le dessin simple mais très expressif d'Ismael Méziane est parfait pour cet exercice. Ses personnages sont pétillants et attachants, chacun ayant sa place et son rôle dans cette mise en scène très réussie de la vie quotidienne et de sa rude école.

Une très bonne série jeunesse à qui je promets un bel avenir si la suite est du même tenant !

Nom série  Bons baisers de la province (Les Innocents)  posté le 18/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La réédition de ces deux récits, "Les Innocents" et "On a retrouvé la voiture" proposée par Futuropolis sous le titre "Bons baisers de la province" nous permet de redécouvrir l'excellent travail de Gipi.

La première histoire nous raconte l'histoire d'un homme censé emmener son neveu de 10 ans dans un parc d'attractions. Sauf que l'homme en question semble avoir un lourd passé et qu'il ne sait vraiment pas s'y prendre avec les enfants. Le jeune garçon est curieux, son oncle plein de bonne volonté et ce drôle de binôme roule vers le sud avec une étape un peu particulière : la visite d'un ancien camarade qui a lui aussi fait de la prison et qui vient de le contacter par téléphone... Avec Gipi le passé nous attend toujours au virage...

Le second récit, plus noir, jusque dans son absence de couleurs (noir et gris viennent plomber cette histoire) nous raconte un règlement de compte quand une vieille histoire refait surface après qu'une voiture censée avoir disparu refait surface...

A travers ces deux histoires, Gipi sait rendre ses récits captivants, sans donner dans l'action ou le sensationnalisme. Il saupoudre juste le tout d'anecdotes, de détails et de scènes tragi-comiques qui confèrent à ses albums ces ambiances si particulières en abordant des thèmes qui lui sont chers. Il sait intelligemment jouer sur la couleur pour renforcer ses effets dramaturgiques et cette réédition regroupant ces deux histoires renforce ce constat : la première histoire joue d'un camaïeu de sépia alors que le seconde est traitée avec une large palette de gris.

Encore un bel album, même si j'ai préféré S. qui m'a paru plus abouti dans la construction.

3.5/5

Nom série  S.  posté le 18/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Gipi, c'est le genre d'auteur qu'on reconnait au premier coup d’œil : une aquarelle très expressive posée sur un dessin d'une rare simplicité mais qui va à l'essentiel.

Avec cet album, Gipi ne déroge pas à ses bonnes habitudes. Il aborde ici le tragique sujet de la guerre, de la mémoire et de sa transmission. C'est merveilleusement construit, entre le présent de l'auteur, sa jeunesse,celle de son père et la guerre 39-45.
Si tout semble un peu nébuleux au départ et qu'on peut avoir un peu de mal à garder ses repères, on finit par prendre ses marques et démêler l'écheveau de la grande et des petites histoires qui composent cette fresque autobiographique autour des conflits que sa famille a traversé. Et la guerre n'épargne personne. Car trop souvent tant qu'elle ne vous est pas "tombée dessus" la guerre reste quelque chose de flou qui ne vous concerne pas. Mais le jour où pour la énième fois les sirènes d'alerte retentissent et que les bombes vous tombent vraiment dessus, on bascule dans une autre réalité...

A travers l'histoire de "S.", son père, Gipi nous réveille d'une bonne torgnole qu'on ne voit pas venir pour nous rappeler que la paix n'est pas quelque chose d'éternel mais un bien précieux qu'il faut avoir entretenir. Et que de nos jours, en ces moments un peu troublés sur le plan mondial, c'est ce genre de message qui demanderait à être mis un peu plus en avant, surtout quand c'est réalisé de si bonne manière, sans tomber dans la dramatisation outrancière.

Un album fort de par ses personnages et son message.

Nom série  Mesmo Delivery  posté le 12/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Rhaaaaaaaa !!!! Que c'est bon mais que c'est courtttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt !

Rafael Grampa nous ponds le concept de la nouvelle en BD ! Sur que l'objet est beau, le contenu jouissif pour l'amateur du genre que je suis, mais on se fait couper la chique en beauté, un peu comme un faisan d'élevage fraichement lâché à 50m du cabinet de campagne de Chasse, pêche, nature et traditions... Et le choc est d'autant plus violent, que happé par le récit hallucinant que nous concocte Grampa, on se ramasse sèchement à cause d'une flopée de pages bonus qui ne nous laisse pas entrevoir une fin aussi rapide...

Mais trêve de râlerie (laissons ça à ceux qui ramassent sec dans cet album) et savourons le travail que nous propose Rafael Grampa. Graphiquement c'est tout simplement sublime ! Le dessin est racé, il a autant de gueule et d'ambition que ses personnages. Il impose son style et ses découpage de façon impressionnante pour nous coller une narration façon uppercut qui ne nous laisse pas le temps de reprendre notre souffle avant le coup de hachoir final. Ca claque et tout le monde ramasse avoir d'avoir compris de quoi il retourne...

Un petit bijou condensé façon grenade à dégoupiller d'urgence s'il vous faut votre perf' de 619 au p'tit dej', histoire de se faire un trip sans doute trop court mais d'une rare intensité.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 39 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque