Encheres BD 728x90
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 855 avis et 166 séries (Note moyenne: 3.18)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Rua Viva !  posté le 27/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
Bon ok, ok, j'suis plutôt du genre fan du dessin de Julien Loïs... et plutôt fan du boulot de scénariste d'ElDiablo aussi. Alors forcément, me servir sur un plateau un album haut en couleur et bien déjanté comme je les aime regroupant ces deux auteurs, forcément je fonce !!!

Avec "Noticias", premier tome de la série "Rua Viva !", nos deux compères nous plongent dans les méandres et grouillantes rues d'une favela, avec sa faune et ses codes... Personnages forts en gueule, victimes des gangs (ou de la police qui ne vaut guère mieux), habitant fraichement arrivé, chaque chapitre qui découpe cet album nous raconte l'histoire d'un des habitant de Là-en-haut.

Graphiquement, c'est juste magnifique ! J'adore le trait de Julien Loïs et ses personnages zoomorphes si expressifs. C'est clairement inspiré de ce que proposait Jano, mais avec un gros dépoussiérage. La recherche et le soin apporté au graphisme et au style de chaque histoire sont impressionnants ! Chaque case regorge de menus détails qui donnent cette ambiance si particulière et cette impression de vie grouillante qui sert à merveille ces récits sur cette favela.

Les histoires proposées par Eldiablo sont elles aussi au petits oignons et collent parfaitement avec le style de Julien Loïs. Là aussi, on sent que Kebra et Keubla de Jano ont fait des émules. On retrouve donc ce format d'histoires courtes mais percutantes, teintées d'un humour noir et décalé que j'adore !

Alors, si vous aimez Jano foncez, vous ne serez pas déçu. Si vous ne connaissez pas Jano, foncez aussi ! Et si vous connaissez le travail de Julien Loïs et de Eldiablo, foncez aussi !!! Bref, vous voyez ce qu'il vous reste à faire !

Nom série  La Maison  posté le 27/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je n'avais jusqu'ici rien lu du travail de Paco Roca. C'est donc une totale découverte, et ma fois une très agréable.

Déjà, j'ai une affection particulière pour les albums au format à l'italienne. Cela donne presque toujours lieu à des mises en pages et des narrations originales. La couverture au tons chauds pose tout de suite une ambiance et la première pierre de cette construction d'émotions et de sentiments qui vont transpirer de cet album.
Car à travers cette bâtisse, c'est l'histoire simple mais pourtant universelle de la vie d'un homme, de la maison qu'il a construit et des souvenirs de famille qui vont ressurgir. N'attendez pas d'action ; ici tout passe par le ressenti. Cette fratrie composée de deux frères et une sœur qui vont se retrouver un an après le décès de leur père va faire ressurgir tout un tas de souvenirs, oscillant entre joies et nostalgie. C'est subtil, les personnages sont criant de réalisme et on est très vite pleinement immergé dans cette histoire de famille pourtant des plus banale, mais qui nous renvoie à notre propre existence de façon percutante. Ça sent le vécu, le vivant, la vie avec ses tracas et ses petites et grandes tragédies.

Le dessin de Paco Roca, tout en ligne claire très épurée n'en est pas moins des plus expressif et appuie pleinement les intentions et les sentiments qu'il veut nous faire partager. Surtout que sa mise en couleur, très douce mais tout en contraste, va également appuyer cette volonté. Paco Roca s'amuse également du format à l'italienne quitte à parfois un peu brouiller les pistes narratives classiques dans sa mise en page, mais sans jamais nous perdre.

Bref, vous l'aurez compris, avec "La Maison", vous avez entre les mains un petit écrin de nostalgie, mais qui ne donne pas non plus dans le larmoyant, simplement dans le vivant et ce qui fait une vie.

Nom série  Trashed  posté le 24/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Toujours dans la même verve et trempé de son style graphique inimitable, Derf Backderf remet le couvert en abordant cette fois-ci le sujet des déchets... De prime abord, on se dit que cela va être beaucoup moins mystérieux que Mon ami Dahmer, moins rock'n roll et déjanté que Punk Rock et mobile homes, et c'est là qu'on se trompe.

Derf Backderf a le chic pour nous embarquer dans ses histoires improbables, toujours avec cet humour un peu potache et décalé des grands ados/jeunes adultes qui caractérise ses personnages principaux. Là, c'est en nous relatant son expérience d'éboueur qu'il réussit à nous donner un visu assez affligeant (mais en même temps peu surprenant) de ce que notre société produit, consomme et finit par (tenter de) se débarrasser. D'une anecdote liée au temps qu'il subissent, au contenu toujours plus farfelu ou dégoutant de ce qu'ils doivent évacuer, Derf Backderf tire cyniquement le portrait d'une société qui se moque de ce qu'elle laisse derrière elle et des conséquences de son mode de vie.
Heureusement, derrière ce message déprimant, non pas nouveau, mais traité de façon décalée, on s'amuse des situations et des personnages truculents qu'il fait apparaitre au fil du récit.

Encore un très bon cru, fidèle au talent de son auteur, dont je ne peux que recommander la lecture.

Nom série  Fight Club 2  posté le 23/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ahhhh !!!! Fan du roman de Palahniuk et du film tiré de celui-ci, voilà un album que j'attendais au tournant, tant j'étais impatient de retrouver ce cher Tyler et le chaos taillé sur mesure pour tout GPS qui guide notre barjot de service. Surtout que là, c'est Chuck Palahniuk lui même (l'auteur du roman) qui reprends du service, avec le non moins très bon Cameron Stewart au dessin, dont j'admire aussi le talent (je vous renvoie vers son EXCELLENT Sin Titulo sorti chez Ankama).

Nous voilà donc 10 ans plus tard, Sebastian est sous traitement pour tenir Tyler bien rangé au fond de sa boîte crânienne. Il est marié à Marla, dont ils ont eu un fils, Junior, et sont petibougeoisement installés dans un petit pavillon de banlieue à tenter de vivre la vie de tout un chacun. Sauf que forcément ça ne va pas durer bien longtemps ! Marla va finir par substituer les médocs de Sebastian par du vulgaire sucre et ainsi rouvrir la boite de Pandor... Et le moins qu'on puisse dire c'est que ça va pas trainer à partir en live !

Et c'est là tout le paradoxe de cet album. C'est que ce chaos, inspirateur et feu primitif de Tyler Durden va petit à petit déborder sur le récit. Ça part un peu dans tous les sens, chaque personnage jouant sa partie. De Marla, qui aidée d'une armée de malades de la progéria, part mener son enquête pour retrouver leur fils disparu, à Sebastian qui lui aussi va mener ses recherches en reprenant les traces du fight club, et un Tyler qui poursuit son objectif de remise à plat du monde, on en prend plein la tête !
Surtout que graphiquement, Cameron Stewart, s'amuse lui aussi ! Les pages de cet album sont parsemées de médoc ou encore de pétales de fleur qui viennent en surrimpréssion des cases, masquant aléatoirement dessin et dialogues, dans un effet plutôt réussi et qui colle très bien avec cet univers.

Sauf que ce chaos ambiant finit par se manger un peu la queue et perdre un fil conducteur qui finit par se faire trop mince. Chuck Palahniuk, à force de jouer avec la narration et en finissant par se faire intervenir lui même, ainsi que les lecteurs dans le récit pour essayer de redonner corps et cohérence à cette histoire, en fait un peu trop à mon goût. Ok, le chaos est le chaos... Mais jusqu'où peut aller cette expérience sans perdre le lecteur ? Je ne suis pas sûr que cette façon de faire soit du gout de tout le monde. Même moi, fan de la première heure, j'ai du m'accrocher pour aller au bout de cette histoire.

Alors, attention. A vouloir trop en faire, les auteurs manquent de peu de perdre leur lecteur. Une lecture qui demande de la persévérance, un gout pour l'expérience et le bordel. Amis cartésiens, je ne pense pas que cet album soit fait pour vous !

(3.5/5)

Nom série  Sept mages  posté le 23/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plutôt amateur du travail de Serge Lehman (son très bon L'Esprit du 11 janvier avec Gess en est le dernier exemple), même si j'ai parfois un peu de mal à le suivre dans certaines de ses publications, j'étais curieux de le voir s'atteler à cet exercice un peu formaté de la collection "Sept" qui réserve du bon et du moins bon.

C'est Emmanuel Roudier qui se colle au dessin, dans un style semi réaliste très bien posé et efficace. J'ai également bien aimé le traitement qu'il accorde aux créatures fantastiques, que ce soit les goules de l'armée du nécromant qui veut envahit le royaume de Cocaigne, ou les différents mages qui vont œuvrer de concert pour tenter de sauver le royaume.

Mais sorti de cela, je n'ai pas réussi à rentrer vraiment dans cette histoire ou tout du moins à me faire happer. Car si la narration est bonne et si l'histoire se tient, rien de bien transcendant ni de vraiment bien original dans tout ça. Et si le fait de convoquer différents mages apparentés à des croyances ou références différentes est intéressante (chrétien, romain, grec, cartésien et paganisme), j'ai déjà trouvé que leur ralliement à cette cause se faisait un peu trop facilement, tout comme la fin du récit, mais là je ne peux rien dire.

On a donc un album qui tient la route, avec un bon traitement graphique, mais qui pêche par son manque d'originalité sorti de quelques idées qui relève légèrement le tout.

(2.5/5)

Nom série  Big Man Plans  posté le 21/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
Ahhhhhhhh !!! La voilà la BD complètement déjantée que j'attendais depuis quelques temps !!! Eric Powell est de retour, et il ne fait pas semblant avec cet album !

La couverture nous mets d'emblée au parfum : et y'a pas tromperie sur la marchandise ! Ça va saigner ! Car notre Big Man (un nain un peu véner' au passé douloureux) a comme une grosse envie de se soulager et de crier VENGEANCEEEEEE !!! Et comme tout artisan amoureux du travail bien fait (Môôôssieur est bricoleur...), on appréciera le soin qu'il porte à l'ouvrage et son abnégation.
Comme une grenade restée trop longtemps goupillée, ce récit nous pète à la gueule, tant par son histoire que par son dessin. Ici, pas de chichi, on ne joue pas avec la dentelle. Une dent est une dent ; une pince est une pince... Une promesse est une promesse...

Heureusement, ce récit ne se contente pas de se la jouer Boucherie Sanzot. L'histoire est tout d'abord sacrément bien construite, alternant les flashbacks et les petites révélations qui nous font avancer et comprendre les motivations de notre nain. La psychologie des personnages est solide et bien amenée, sans lourdeur, et l’alchimie de ce petit cocktail Molotov n’attendait qu’une étincelle pour inaugurer ce joli feu d’artifice.

Le dessin n’est pas en reste. Il soutient de façon percutante et sinistrement réaliste le parcours de notre demi-portion de service, sans être avare sur les détails. Eric Powell se fait ici plaisir en mettant en scène l’histoire qu’il co signe avec Tim Wiesch, et ma fois, le sieur est partageur, car on en prend nous aussi plein la gueule !

Une TRÈS bonne BD uppercut, comme je les aime, et dont je recommande plus que chaudement la lecture pour les amateurs du genre !

Nom série  Tyler Cross  posté le 04/10/2013 (dernière MAJ le 21/05/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est avec la revue numérique "Pr Cyclope" que j'ai découvert "Tyler Cross" en feuilleton.

Ma première surprise avec cette version papier fut donc de découvrir qu'il s'agissait d'une version colorisée ! Car la version numérique était proposée en noir et blanc, ce qui collait à merveille à cette histoire. Petite appréhension donc... mais vite dissipée. La mise en couleur assurée par Laurence Croix est efficace et donne chaleur et intensité au coup de patte minimaliste et contrasté de Brüno. (Bon après, j'aime tellement le noir et blanc... )

Et du côté du scénario, c'est Fabien Nury qui s'y colle. Cool, ça ! Moi qui suis ses différentes productions avec attention et plaisir, c'est tout content que je retrouve l'association de ces deux auteurs qui ont su me conquérir en douceur. J'avais déjà beaucoup aimé Atar Gull ou le destin d'un esclave modèle et retrouver ce duo aux commandes d'un polar bien trempé, ça fait plutôt plaisir.
Surtout qu'avec "Tyler Cross" on n'est pas déçu. Les codes du genre ont bien été assimilés et nous sont restitués à merveille ! Ça sent le Tarentino, les frères Cohen et tout le tiroir caisse classique des bons polars et autres thriller US.
Une histoire au cordeau, bien sombre, avec des personnages tous plus retors les uns que les autres et prêts à tout pour mettre la main sur le grisbi qui sert de point de départ à cette histoire... Tous les ingrédients sont là et mitonnés avec soin pour nous proposer un album que vous ne lacherez pas avant d'en être arrivé à son terme.

Du très bon polar à ne pas rater pour les inconditionnels du genre et à découvrir de tout urgence pour les autres.

*** 2e tome ***

Fabien Nury et Bruno remettent le couvert pour un deuxième tome tout aussi percutant que le premier !
On retrouve cette fois notre Tyler Cross qu'on croyait plus ou moins rangé directement dans une de ces prisons paumées dans le trou du cul des États-Unis, où la loi se résume au bon vouloir de celui qui la dirige.
Comme dans le précédent opus, la brochette de personnages qui nous est proposée est des plus truculentes, tout en gardant ce côté classique en allant compter fleurette avec les codes établis du genre. C'est dur, impitoyable, violent et noir, comme tout bon polar qui se respecte.
Une nouvelle fois, la qualité du scénario alliée au dessin toujours aussi efficace et stylé de Bruno enfoncent les derniers clous d'une bière fraichement sortie de l'atelier d'un croquemort qui connait son boulot !

Une série à lire pour tout amateur de polar !

Nom série  Undertaker  posté le 17/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un peu passé à la trappe depuis quelques années, le genre western ressort tranquillement des cartons ces derniers mois, avec quelques bonnes surprises, dont fait partie ce "Undertaker". Un peu blasé par le lancement marketing de la série qui à coup de superlatifs à n'en plus finir avait eu raison de ma curiosité, j'ai fini par me laisser tenter avec la sortie du 2e tome.

Et il faut bien le dire, c'est plutôt bien campé. Même moi qui ne suis pas spécialement un aficionados du western, j'ai passé un bon moment de lecture. Et c'est surtout la qualité du dessin de Ralph Meyer qui y a contribué. Wow ! Quel coup de crayon ! Certaines de ses planches sont tout bonnement magnifiques !
Côté scénario, là, à mon point de vue on a un puissant melting pot de clichés savamment travaillés façon élixir de bonimenteur. On nous promet tout et son contraire pour faire des miracles... et ça passe ma foi. On évite le goudron et les plumes, et sans pouvoir crier à l'arnaque, on se laisse prendre par le rythme soutenu et bien travaillé de la narration. Bon, on est quand même loin du génie qu'on nous a vendu, mais j'ai passé un agréable moment de lecture qui m'a même réconcilié avec le genre.

Alors, oui, cette série est à lire et découvrir, ne serait-ce que pour le dessin de Meyer.

Nom série  Birthright  posté le 11/02/2016 (dernière MAJ le 16/05/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une nouvelle bonne surprise chez Delcourt du côté Comics !
Avec cette nouvelle série "Birthright" et son premier tome "Le retour", Joshua Williamson au scénario et Andrei Bressan au dessin ont su titiller ma curiosité.

Côté rythme, on a pas vraiment le temps de souffler. D'emblée, le jeune Mikey disparait alors qu'il est train de jouer avec son père dans un parc... Cette disparition va faire éclater le reste de la famille, jusqu'à ce que, un an plus tard, celui-ci réapparaisse, mais sous les traits d'un adulte taillé comme un Conan, avec les attributs guerriers qui vont avec...
Commence alors un va et vient entre le récit de sa disparition dans un monde où sorciers, dragons et autres créatures maléfiques pullulent, et le présent. Car notre "nouveau" Mikey n'est pas spécialement rentré pour se la couler douce auprès de sa famille retrouvée, mais semble plutôt avoir des objectifs bien précis et plus en accord avec son nouveau costume. Mais forcément, se la jouer à la Conan de nos jours, ça passe pas inaperçu...

Si l'histoire concoctée par Joshua Williamson n'est pas des plus novatrice (le coup de la porte vers un autre monde fantastique n'est pas nouveau), c'est le retour du personnage devenu adulte en l'espace d'un an qui est intéressante. Car il permet à l'auteur de développer une narration en ping pong en passant d'un monde à l'autre, avec un temps dans le présent, et un autre nous racontant ce qui est advenu du jeune Mikey quand il a franchi cette "porte".

Le dessin d'Andrei Bressan porte parfaitement ce récit avec des créatures impressionnantes dans cet autre monde, et un semi réalisme réussi quand l'action se passe de nos jours. Si les cadrages ne sont pas des plus originaux, le découpage est quant à lui très efficace, avec de magnifiques pleines pages par moment qui renforcent l'intensité de certaines scènes.
Par contre, si dans son ensemble la colorisation est assez réussi, je ne suis pas fan des effets oranges ou bleutés pétants qu'on retrouve trop souvent à mon goût dans les comics.

Au final, un premier tome d'introduction qui démarre sur les chapeaux de roue et qui m'a donné envie de lire la suite, qui ne saurait d'ailleurs tarder. A suivre donc !

(3.5/5 en attendant de voir comment évolue la suite)

**** Tome 2 ****

Avec ce tome 2, on suit nos deux frères devenus fugitifs. Et Lore l'esprit maléfique qui cohabite en Mickey ne simplifie pas les choses... Car en dehors des autorités locales, d'autres créatures également sortie de ce monde mystérieux se sont mises en chasse pour faire échouer ses plans.
Dans ce nouvel opus l'histoire avance et les enjeux aussi. Brennan, le frère de Mickey se retrouve de plus en plus impliqué dans une aventure dont les enjeux le dépassent.

Mais il reste encore beaucoup de points d'ombre dans cette aventure... J'espère que la suite apportera son lot de réponses sur ceux-ci.
Le dessin d'Andrei Bressan reste très bon et efficace, par contre je suis moins fan de la mise en couleur d'Adriano Lucas, dès qu'il s'agit de traiter les lumières (feu, magie, coups de feu, etc.) ; on retombe dans ces bleus et oranges flashis dont je ne suis pas vraiment fan. Dommage car le reste est plutôt de très bonne facture.

Je reste donc sur une note de 3.5/5 en attendant la suite

Nom série  Ms. Marvel  posté le 29/02/2016 (dernière MAJ le 13/05/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et alors, ça donne quoi cette série primée à Angoulême cette année ???
Du comics ? Bien, ça change ! Une héroïne ? Mouais... Musulmane ? Ah ?! Aux States ? Ça commence à titiller sérieusement ma curiosité

Et ma fois, c'est plutôt bien réussi ce petit cocktail inattendu dans le domaine du comics. Et si mêler super héros et islam au pays de l'Oncle Sam paraissait plutôt improbable, la scénariste G. Willow Wilson s'en sort plutôt bien pour cette réapparition du personnage de Ms. Marvel.
L'humour des scènes ou des dialogues fait mouche et permet de mettre subtilement en lumière les soucis qu'une jeune fille d'origine musulmane va forcément rencontrer dans un pays occidental. Un reproche ? J'aurais aimé que ça soit plus grinçant de ce côté là, mais peut-être que la suite le permettra ? Là, on est plus dans un tome introductif qui nous fait découvrir et l'héroïne et la découverte de ses nouveaux pouvoirs.

Pour ce qui est du dessin, Adrian Alphona s'en sort très bien je trouve. C'est frais, pep's, dynamique, en parfaite adéquation avec le personnage principal. Cadrages et découpages font le boulot pour renforcer cette impression, et la colorisation qui est souvent ce qui me refroidit un peu dans le comics est ma fois plutôt réussie, et pas trop flashie (le truc qui me gonfle...)

Un bon 3.5/5 pour ce premier tome, qui évoluera en fonction de la suite que j'attends avec curiosité

*** lecture du tome 2 ***

Après l'effet découverte procuré par le tome 1, on retrouve avec plaisir notre Ms Marvel. C'est pas le tout d'avoir de super pouvoirs, encore faut-il apprendre à les apprivoisés. Surtout que son adversaire a cette fois-ci pris la mesure de celle qui tente de le stopper...
Heureusement, notre héroïne va trouver un coéquipier de poids en la personne de Wolverine, ainsi qu'un chien un brin spécial !
Mais pas toujours simple de faire équipe avec une de ses idoles ! ^^

Ce 2e opus poursuit donc sur sa lancée et installe le personnage de façon efficace tout en continuant à la faire évoluer ; elle reste attachante avec ses pouvoirs pas encore tout à fait maîtrisés et son quotidien familial à gérer.

Je reste donc sur un bon 3.5/5 pour le moment

Nom série  Bots  posté le 13/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est un peu par hasard que je suis tombé sur cette BD chez mon libraire en cherchant quelques nouveautés du côté des ados. C’est d’abord la couverture qui m’a fait de l’œil, puis le nom D’Aurélien Ducoudray au scénario qui m’a décidé (j’ai un petit faible pour ses scénarios :p ).
Et j’ai bien fait ! Car derrière ces allures de BD pour jeunes enfants, on a là une BD parfaitement calibrée pour les ados (voire les éternels ados qu’on reste…), surtout quand on aime la SF !!!

C’est pep’s, drôle et très bien rythmé, si bien qu’on se laisse rapidement embarquer dans cette histoire de bots qui ont supplantés l’espèce humaine qu’ils ne connaissent même plus… Sauf que voilà, il semblerait que celle-ci ne soit pas encore tout à fait éteinte malgré la guerre éternelle qui semble se perpétuer… J’ai beaucoup apprécié le jeu des dialogues parsemé de jeu de mots et de références (qui donnent d’ailleurs plusieurs niveaux de lecture, à la façon dessin animé, où seuls les adultes comprendront les références glissées). Dialogues qui prendront d’ailleurs parfois forme d’onomatopées ou de pictogrammes pour notre plus grand plaisir.

Surtout que le dessin de Steve Baker impose une ambiance que j’ai trouvé juste parfaite. Son trait dynamique, la diversité de ses bots donne vie à cet univers numérique et mécanique qu’on découvre au fil des pages.

Bref, une très bonne surprise, qui ne demande qu’une suite rapide !!!

Nom série  RN 83  posté le 13/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Amateur de polar, mais plutôt difficile dans le genre, c’est une agréable surprise que m’a réservé cet album. La petite touche de fantastique de fin d’album n’étant pas pour me déplaire, loin de là

Car derrière un scénario qui parait de prime abord assez classique mais bien construit, la fin de l’album lui donne une toute autre dimension. Le rythme soutenu et la narration très fluide donne à ce récit toute l’intensité et la tension nécessaire au genre. On est collé aux baskets de Sandra et happés par sa fuite jusqu’au dénouement de l’histoire concoctée par Fabrice Link.

Le dessin de Federico Volpini est quant à lui plutôt agréable et colle très bien à cette ambiance de polar tout en tension. J’ai apprécié son travail de cadrages et de mise en page qui donnent l’élan à cette poursuite dans laquelle on nous entraine.

Alors, si vous cherchez un petit polar en BD à vous mettre sous la dent, n’hésitez pas si vous tombez sur cet album.

(3.5/5)

Nom série  Buck, La nuit des Trolls  posté le 10/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Fan de la collection Métamorphose de chez Soleil, j'avoue être sorti de cette lecture très dubitatif.

Autant le graphisme et le soin apporté à l'objet, qui font la marque de fabrique de cette collection, sont bien au rendez-vous, autant l'histoire n'a jamais réussi à m'accrocher.
La faute à ce personnage principal déjà, qui sans l'explication fournie dans le (très beau) dossier de presse, passe pour une espèce de chimère mi chien, mi niche... Cet espèce de St Bernard encarapacé de sa niche, je sais pas, pour moi ça ne fonctionne pas.

Et c'est vraiment bête car le graphisme sombre et très stylisé d'Adrien Demont m'a pourtant beaucoup plu. Son découpage est lui aussi très réfléchi et soutient parfaitement la narration.
Dommage que cette histoire qui semble pourtant assez simple dans sa présentation, ne m'ait pas du tout laissé la même impression à la lecture. En effet, je suis plutôt du genre à lire la présentation des albums après leur lecture. Ça permet d'éviter les spoils, mais aussi de justement comparer ma perception de ma lecture et l'intention de l'auteur. Et là, ça n'a pas fonctionné, d'autant que j'ai du mal à voir quel public va s'y retrouver dans cette histoire au graphisme si marqué. Si l'histoire me parait plus destinée à un public jeunesse, je ne suis pas sûr que celui-ci apprécie le style si particulier et pourtant magnifique d'Adrien Demont.

Nom série  Sur les ailes du monde, Audubon  posté le 09/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Qui ne connait pas Audubon ? Levez le doigt ! Mais si vous connaissez ! Allez jeter un œil sur internet et vous verrez que dès la première planche de ses dessins d’oiseaux vous allez vous écrier « Ah mais ouiiiiiiii !!! ». On connait tous ses illustrations, par contre, le personnage, beaucoup moins. C’est ce que propose de réparer cet album très réussi de Fabien Grolleau (scénario) et Jérémie Royer (dessin).

Car ce dessinateur aventurier hors pair, n’en a pas eu une vie non moins exaltante ! Car cet homme né en France et parti s’installer aux Etats-Unis a voulu répertorier et peindre TOUS les oiseaux d’Amérique. Et pour se faire, il s’est engagé dans des voyages remarquables ; une véritable vie d’aventurier face à l’immensité de la tâche et de la sauvage Amérique du début du XIXe siècle.

C’est à partir des propres écrits d’Audubon que Fabien Grolleau va construire son histoire et nous dresser le portrait de cet idéaliste qui ne vivra que pour aller au bout de son obsession et de son rêve. Si le récit qui nous est livré est le fruit de son imagination, il est plus qu’inspiré pour dégager l’essence de ce que fut la vie de ce personnage hors du commun. Son amour pour la nature, les oiseaux bien sûr, les espaces et les voyages, transpire des presque 180 pages qui composent cet album. J’ai été complètement happé par cette histoire, tant par le côté épique de sa vie que par la force qui anime le personnage.

Ajoutez à cela le magnifique dessin de Jérémie Royer qui a su donner tout l’élan et la vie nécessaire à ce personnage débordant d’énergie. Si son trait peut paraître simple au premier abord, surtout pour ce qui est des personnages, il est d’une très grande expressivité. Et c’est surtout les ambiances qu’il transpose que j’ai adoré. Ses lumières dans ses paysages sont tout simplement magnifiques sur certaines planches et nous font ressentir ce qu’Audubon devait percevoir face à cette nature si riche et imposante pour lui insuffler ce brin de folie et cette volonté qui le mèneront à la postérité.

Un album magique et lumineux sur un illuminé têtu amoureux des oiseaux et des grands espaces.

Nom série  Corps et Âme  posté le 06/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'avais trouvé plutôt sympa le Balles Perdues du même trio d'auteurs, avec pour tout reproche le côté classique et plus convenu de l'histoire.
Avec "Corps et Âme", notre même trio met la barre beaucoup plus haut avec un scénario très bien foutu et plutôt original.

Prenez un tueur à gage, Franck, réputé pour son savoir faire et son professionnalisme qui malgré tout cela va être à son tour la victime d'une vengeance. Et c'est la forme particulière de cette vengeance qui va donner tout le piquant à cet album... Je vous en laisse la surprise...
Car une fois "remis" du sale tour qu'on lui a joué, Franck va à son tour tout faire pour retrouver celui ou celle qui en est à l'origine et se faire justice.
C'est très bien mené, la narration est impeccable et on est happé par cette histoire de bout en bout. D'autant que le dessin de Jef sert à merveille ce récit. Son trait réaliste est rehaussé de couleurs qui campent parfaitement les ambiances noires et souvent violentes qui imposent une atmosphère de polar très efficace.

Alors, amis du polar aux scénarios bien tortueux mais bien foutus, n'attendez plus, ce one shot très réussi est fait pour vous !

Nom série  Traquemage  posté le 23/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avec "Traquemage", Lupano et Relom nous la jouent pizza trois fromages !

Prenez une belle pâte prête à modeler en la personne de Pistolin, notre berger aspirant chevalier (bon, ok, y'a du boulot...), une bique acidulée répondant au nom de Myrtille et ajoutez une fée plus Pochette que Clochette tant son penchant pour la boutanche la rend ridiculement efficiente. Saupoudrez de hordes de monstres à la solde de sorciers se livrant bataille sans se soucier le moins du monde du reste du monde. Touillez très fort, et n'oubliez surtout pas une laaaarge rasade d'humour pour pimenter le tout ! Y'a plus qu'à enfourner et servir chaud !

Ce savant mélange labellisé "Rural Fantasy", s'il peut paraître surprenant expliqué comme ça se laisse plutôt bien digérer à la lecture. Cela tient en grande partie à la brochette des personnages plutôt truculents imaginés par Lupano qui évoluent dans un univers bien pensé ; ajoutez à cela son sens du dialogue bien rôdé et vous avez tout pour passer un très bon moment de lecture.
Surtout que tout cela est très bien mis en image par Relom dont je ne connaissais pas le travail. Son trait précis et son sens du détail dans les décors donnent à cette aventure foutraque l'élan et la subtilité nécessaire pour que la farce prenne et donne corps à cette recette improbable.

Reste à voir ce que la suite de cette série donnera après un démarrage sur les chapeaux de roue !

Nom série  Les Savants  posté le 19/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le Postulat de départ est pourtant intéressant : prendre des scientifiques importants de leur temps et construire une intrigue autour. Dans ce premier tome c'est Copernic qui est mis à contribution, avec pour cadre l'université de Ferrare en Italie, en 1512. Ajoutez-y un personnage plus turbulent et sulfureux, le jeune Paracelse porté sur les recherches autour de l'alchimie, et vous avez un duo hétéroclite qui se tire la bourre pour résoudre l'enquête de ces morts mystérieuses survenues dans cette université.

Le soucis, c’est que je n’ai pas réussi à éprouver suffisamment d’empathie envers les personnages qu’on nous propose de suivre. J’ai trouvé qu’il manquait une petite étincelle de vie qui crée l’attachement nécessaire. Du coup, cette malgré un dessin agréable de Stefano Carloni, je n'ai pas vraiment réussi à rentrer dans cette histoire.

Un album qui se laisse lire, mais qui ne me laissera pas grand souvenir

Nom série  Nom de code : Martin  posté le 18/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Fred Duval et Stephane Crety se lancent dans un thriller façon espionnage avec pour terrain de jeu la ville de Constantine en Algérie. Leur héros, Martin est un membre de la cellule Alpha, un tueur du service Action de la DGSE, qui mène des missions officieuses commanditées par la République françaises.

Plutôt amateur du genre, je reste un peu circonspect au sortir de la lecture de ce premier tome. Beaucoup d'action, certes, mais aussi beaucoup de coins d'ombres et de points d'interrogations. Il reste à espérer que le second tome conclusif lèvera le voile sur ces aspects...
Car on se retrouve un peu largué en pleine action sans avoir les tenants et aboutissements de la mission de notre Martin. Si le rythme est bon, l'action au rendez-vous, certains passages sont un peu moins digestes ; je pense au dialogues à trois quand notre héros est planqué chez un ami de la personne qui accompagne Martin. On prend une volée d'infos sur la guerre d'Algérie et son histoire qui casse un peu le rythme.

Côté dessin, j'ai vraiment apprécié le style de Stéphane Créty, qui s'est bien imprégné de cette magnifique ville que j'avais déjà découvert au travers d'une autre bd, "Petit fils d'Algérie" de Joël Allessandra. Cadrage et découpage accompagnent parfaitement la dynamique du récit, et j'ai beaucoup apprécié le trait des personnages qui colle parfaitement à l'histoire. Les scènes d'action sont parfaitement expédiées et embarquent la narration à fond de train.

Alors, j'attends avec impatience la suite de ce diptyque pour donner une note finale à cette série. C'est bien parti, mais trop de questions sans réponses pour le moment pour me permettre de donner un avis définitif.

Nom série  L'Homme qui tua Lucky Luke  posté le 18/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un album qui malgré ses très grandes qualités graphiques m'aura laissé un peu sur ma faim quant au scénario.

En effet, si j'ai vraiment apprécié l'énorme travail graphique de Matthieu Bonhomme, que ce soit son appropriation du personnage, ses découpages ou même son utilisation des couleurs, j'avoue ne pas avoir été plus emballé que ça par son récit.
Alors oui, les codes et les clins d’œils du western et au travail de Morris sont bien là, mais tout en restant un hommage, il manque à mon goût une touche d'humour propre au personnage. Du coup, l'aspect enquête mis en avant dans l'intrigue m'est apparue un peu juste car dès le tiers de l'album j'avais en tête la solution.

Alors, c'est beau et ça se lit très bien (la narration est maîtrisée), mais il m'a manqué un petit quelque chose pour y trouver parfaitement mon bonheur.

Nom série  Star Wars - Icones  posté le 24/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Amateur de la saga j'étais plutôt curieux de voir ce que nous réservait cette nouvelle série consacrée aux icônes de cette série.

Après l'agréable surprise d'une couverture que je trouve plutôt réussie, la déception n'a ensuite été que plus grande. Comme malheureusement trop souvent dans le comics, la couverture est trompeuse et le graphisme intérieur n'a rien à voir. C'est ici d'autant plus vrai que la couverture est réalisée par Tsuneo Sanda, qui n'apparait comme auteur dans aucune des 6 nouvelles qui composent cet album...

Six nouvelles, avec des auteurs différents à chaque fois et une chronologie assez compliquée à situer malgré les titres un peu lourdingues de chaque chapitre "Ce récit se situe environ X mois avant/après Star Wars : Episode VI Un nouvel Espoir". Franchement, à moins d'être un inconditionnel, ces précisions me semblent bien superflues, surtout au vu de ce qu'il s'y passe...
Car outre le dessin très irrégulier, voire passable pour certains épisodes, les histoires ne sont franchement pas des plus prenantes, pour ne pas dire ennuyeuses. Mis à part la très courte dernière histoire de Haden Blackman illustrée par Sean Murphy qui m'a plu de par son originalité, j'ai vraiment pas accroché aux autres.

Dommage, car si l'idée d'approfondir certains personnages de la série en leur dédiant une tome était intéressante, le résultat est ici plutôt décevant ; trop de disparité entre les auteurs et malheureusement des histoires qui n'apportent pas grand chose à la légende qu'on semblait vouloir ériger...

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 43 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque