Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 803 avis et 150 séries (Note moyenne: 3.16)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Il faut tuer José Bové  posté le 26/08/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà que je retombe sur cet album que j'avais déjà lu il y a quelques années, et j'étais curieux de voir comment la bête avait vieilli.

Et bien ma fois pas si mal ! Bon, quelques gags ont bien pris un peu d'OGM dans l'aile et ont de ce fait perdu de leur saveur à cause des références un peu datées par moment, mais le tout reste bien drôle et décalé. Du Jul quoi !

Pour ceux qui débarqueraient en découvrant l'auteur, ne vous attendez pas à du "grand dessin" ; issu de la presse satirique, le sieur sait où taper en nous donnant l'essentiel à coups de crayon pas vraiment virtuose, mais qui cherche l'efficacité. Et ça fonctionne ! On se laisse embarqué dans ce délire qui vise à assassiner José Bové, en se poilant d'un détail ou deux balancés inopinément dans les cases qu'il enchaine.

Si dans le genre j'avais préféré La Croisade s'amuse, cet album permet de passer un bon moment en nous arrachant quelques bonnes rigolades et en nous collant un sourire bien marqué au coin de la bouche

Nom série  Grippy  posté le 11/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et un nouveau spin off ! Un !

Avec le succès de la série principale Les P'tits diables, Duddo relance la machine à gags en une planche, avec cette fois-ci Grippy, le chat de nos deux petits monstres, pour tenir le haut de l'affiche.

J'avoue m'être lancé dans cette lecture avec une certaine circonspection, un peu dubitatif quant à l'humour qu'on allait nous servir. Si j'aime bien la série mère, je ne voyais vraiment pas ce que l'auteur allait trouver pour nous donner un peu de personnalité et d'originalité à ce personnage secondaire...

Et ma fois, ça finit pourtant par prendre. J'ai eu un peu de mal à me faire à ce duo et à ses habitudes culinaires monomaniaques, mais les différents personnages secondaires qui viennent égayer le quotidien de cette grand mère et de son chat finissent par faire monter une mayonnaise acidulée qui nous les rends attachants. Moi qui suis d'habitude plutôt du genre réfractaire au gag de répétition, j'ai par exemple adoré dans le second tome cette histoire de croco' squatteur de boîte au lettre qui mange/a mangé tout ceux qui lui passent sous les crocs

Bref, plutôt une agréable surprise que cette série dont je n'attendais pas grand chose, mais qui au fil des pages a su tisser et partager une tendresse entre une mamie pas si gâteau que ça et un chachat qui cache bien son jeu.

Un bon 3.5/5

Nom série  François-Ferdinand  posté le 03/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moi qui suis loin d'être un féru de BD historique, j'avoue avoir été agréablement surpris par cet album.
Et je ne dis pas ça parce que je connais un peu Chandre, le dessinateur, rencontré à plusieurs reprises à Angoulême. Si je n'avais pas aimé je me serais contenté de ne rien écrire.

En fait c'est l'angle d'attaque du récit que j'ai trouvé vraiment intéressant. On sort des grandes lignes classiques dont nous sommes bercés depuis notre enfance, qui d'un "Nos ancêtres les gaulois..." jusqu'aux deux premières Guerres Mondiales, nous ont été ressassés et rabâchés uniformément.
Là, François-Ferdinand nous est raconté de façon humaine. On découvre sa relation calamiteuse qu'il entretien avec son oncle à qui il doit succéder, son rejet de l'étiquette, etc. Un rebelle à sa façon le pépère ^^
En fait, lui ne rêve que d'une vie tranquille avec sa femme et ses enfants, loin des maux et des problèmes dont il est pourtant le pivot involontaire.

Chandre pose un trait semi réaliste efficace rehaussé d'une colorisation soft qui colle parfaitement au récit.

Pour clore le tout, l'édition nous offre un petit dossier super bien foutu qui permet de remettre les pendules à leur place comme disait l'autre, et de remettre tout cela en perspective de façon intelligente.

Bref, même si comme moi, l'histoire n'est pas votre tasse de thé, c'est un album qui mérite lecture !

Nom série  Les Maîtres Inquisiteurs  posté le 03/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà que Jean-Luc Istin repart en selle pour nous proposer un univers complet qui sera développé dans 6 tomes. Chaque tome indépendant confié à un scénariste et à un dessinateur différent nous contera les aventures d'un des Maître Inquisiteur, ces mages guerriers, garants de l'ordre et de la justice dans ces terres tumultueuses et à peine pacifiées d'Oscitan. Le 6e et dernier tome verra le fil conducteur qui traverse chaque opus réunir nos cinq protagonistes dans un tome conclusif.

Et Istin a su réunir du beau monde pour son projet. Le tome 1 voit le retour du duo Olivier Peru au scénario et Pierre-Denis Goux au dessin. Le second, Nicolas Jarry et Paolo Deplano, un autre duo qui se connait bien.

Le premier tome nous raconte l'histoire d'Obeyron, Maître Inquisiteur austère, qui, de par sa droiture et son intransigeance, a su au fil des ans semer les graines d'une haine grandissante à son égard. Il manque y perdre la vie dans une embuscade où il est laissé pour mort. C'est l'enquête sur sa propre "mort" qui nous est ici raconté.
Le dessin de Pierre-Denis Goux m'a complètement séduit. Que ce soit ses architectures ou ses séquences en pleine forêt, ses planches sont d'un rendu impressionnant ! On est rapidement immergé dans cet univers complet et complexe. En même temps, on est pas non plus en terra incognita totale. Les races (elfes, nains, humains, orcs et consorts...) qui le composent ne nous sont pas inconnues, et tout cela est tissé de façon intelligente dans une intrigue qui au delà ce ce seul opus, va nous former une fresque dont on sent les prémices pointer au fil de l'album.

Le second tome s'attache à nous présenter Sasmaël à travers la nouvelle enquête qui vient de lui être confié. Si je préférais le trait de de Pierre-Denis Goux, Paolo Deplano a aussi du talent à revendre. Il est tout aussi à l'aise dans ces grandes citées marchandes ou ces port francs qui ponctuent le parcours de nos enquêteurs, et cela rends la narration agréable et fluide. On retrouve le caractère torturé de ces Inquisiteurs (un comble ^^), ce qui donne une profondeur psychologique intéressante aux personnages.
Espérons par contre que cela ne tourne pas à la marque de fabrique pour les trois autres qui nous restent si on veut espérer un peu d'originalité. Mais vu le très bon départ que nous propose ces deux premiers albums, restons confiants !

C'est donc avec attention que je suivrais la suite de cette série prometteuse et jusqu'ici plutôt bien réussie !

Nom série  Le Chevalier d'Eon (Ankama)  posté le 07/02/2014 (dernière MAJ le 01/07/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après avoir déjà été remarquée par son Milady de Winter (toujours chez Ankama), Agnès Maupré remet le couvert et s'attaque à un personnage plus réel, mais tout aussi intrigant et romanesque de par sa vie aventureuse et fantasmée : le Chevalier d’Éon.

La première chose qui frappe avec cet album, c'est la colorisation qui vous pète à la gueule ! Encrage inexistant, tout est composé directement à la couleur ; même le trait de son dessin est coloré.
Surprenant et pas vraiment heureux à mon goût de prime abord, j'avoue avoir eu beaucoup de mal à rentrer dans cet album à cause de ce parti pris graphique. Certes, ce côté saturé est audacieux, mais j'ai trouvé qu'il était parfois perturbant dans la lecture, installant une certaine confusion ; j'ai parfois eu du mal à reconnaître certains des personnages du premier coup d’œil, et j'ai du me raccrocher aux détails qui permettaient de les identifier.

Pour ce qui est de l'histoire, j'ai par contre beaucoup apprécié l'angle d'attaque du récit qui se focalise plus sur les relations entre les personnages, les intrigues et les aspirations de chacun d'eux. Le focus sur d’Éon s'attache plus à le présenter comme un bon petit soldat. Un pion certes intelligent, qui sait mener sa barque sur cet échiquier européen branlant, mais qui n'a pas vraiment prise sur sa destinée tout en menant à bien les missions qui lui sont confiées.
La narration qu'impose Agnès Maupré est efficace, et elle a un très bon sens du rythme et du récit.

Alors, à vous de vous faire votre opinion, car pour ce qui me concerne, même si j'ai fini par me faire à ce graphisme très particulier, j'ai quand même un peu de mal à m'y retrouver avec ce style faussement naïf qui ne peut m'empêcher de me faire parfois penser à du coloriage d'enfant. Le récit étant bon, je lirai quand même la suite et fin du second tome annoncé pour me prononcer davantage sur ce diptyque qui vaut le détour.

Après lecture du tome 2 :

J'ai pris le temps de me replonger dans le tome 1 avant d'attaquer ce tome qui clôt l'histoire. J'ai toujours eu autant de mal à me faire à ce graphisme qui fait en même temps son originalité, mais cela m'a permis d'aborder la fin du récit avec les idées fraiches.

Je ne reviendrais pas sur le graphisme que je trouve toujours aussi marqué, par contre Agnès Maupré est toujours aussi douée pour raconter des histoires. Ce deuxième opus est toujours aussi prenant et elle sait mettre en valeur dans une narration très réussie les événements qui font la singularité de ce chevalier d’Éon. Ce qui est aussi intéressant c'est justement l'évolution de ce personnage qu'elle met bien en valeur.
D’Éon prend de l'âge et acquiert de l'expérience. Il ne s'en laisse plus compter, quitte à aller provoquer le roi lui même. Les missions de plus en plus contradictoires au gré des personnes influentes qui côtoient le roi, et l'arrivée de Louis XVI sur le trône vont finir par ébranler notre protagoniste. C'est vraiment bien rendu et narré de façon captivante.

Alors si vous arrivez à passer outre ce graphisme singulier, vous découvrirez de façon très réussie le parcours non moins original d'un personnage au combien marquant de l'histoire de France.

Je passe mon appréciation de 2.5 à 3/5

Nom série  Zombies Néchronologies  posté le 25/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est sans connaitre la "série mère" que je me suis lancé dans la lecture de cette déclinaison dont Olivier Peru garde les rênes avec cette fois-ci au dessin pour le tome 1 Nicolas Petrimaux, que je découvre, et Arnaud Boudoiron pour le tome 2 que je ne connaissais pas non plus.

Chaque tome est indépendant et se passe dans un pays européen différent. Le premier se passe en France et met en scène le pouvoir politique français du moment et un François Hollande qui en prend pour son grade ; mais c'est plus son garde du corps qui va servir de focus et être un des rares personnages lucide et à même de gérer une situation de crise et de survie si particulière.
Le second tome démarre sur une mise en abîme intéressante et se déroule à Stockholm. C'est là-bas qu'une équipe qui travaillait sur le développement d'un jeu vidéo de zombies va pouvoir sérieusement potasser la crédibilité et les réactions des "joueurs" en pareille situation. A partir de là, Peru pousse son scénario à fond sur le pragmatisme nécessaire à la survie d'un groupe de façon intéressante.

Deux tomes différents, qui, s'ils ne révolutionnent pas le genre, se suffisent à eux même et permettent de passer un bon moment de divertissement pour qui est amateur du genre. Il permet également de se poser l'éternelle question : "Et moi, j'aurais fait quoi ?"

3.5/5

Nom série  Lanfeust De Troy  posté le 23/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Et tiens, si je me refaisais Lanfeust pour voir comment ça a vieilli ? Ba oui, le temps passe vite ma bonne dame et cette série, créfieu !, elle a déjà passé les 20 ans d'âge !

Et bien, ma fois ça reste une très bonne série, même si j'en gardais encore un meilleur souvenir. C'est vrai qu'à l'époque, ça avait redonné un petit coup de fouet et de fraicheur à la fantasy qui s'endormait mollement sur ses acquis. Si cet aspect novateur a pris un peu de plomb dans l'aile avec toute la déferlante du genre qui a suivi, elle a au moins eu le mérite de remettre la fantasy sur les rails du succès et de lui redonner une vitalité qui lui faisait défaut, avec ce petit côté "j'me prends pas au sérieux" pas désagréable en soi
Car ce qui fait la réussite de cette série, au delà d'un univers riche et foisonnant, c'est son humour et ses calembours qui s'égrainent au fil des noms propres et les références (qui commencent un peu à dater pour certaines) plus ou moins explicites à des personnes réelles. Toutes n'ont pas la même subtilité, mais ça donne lieu à des dialogues et des répliques pas piquées des hannetons !
Si les personnages ne brillent pas par leur originalité dans leur ensemble, on a quand même le Troll Hébus qui remonte sérieusement le niveau et donne toute sa saveur et sa "subtilité" à cette série, donnant lieu à des scènes épiques et mémorables. Mais certains personnages secondaires finissent par trouver une place de choix et se révélés intéressant tome après tome.

Quant au dessin de Tarquin, ma fois il vieillit plutôt bien, même si certains côtés anguleux des personnages auraient demandé à être un peu plus assouplis. Mais j'ai apprécié ses paysages, et la richesse de la faune et de la flore qu'il développe aux quatre coins de Troys, dans des contrées très inspirées de notre bonne vieille Terre, mais toujours avec des touches très personnelles et débordantes d'imagination.

Bref, Lanfeust, même passé ses 20 ans, garde toute sa fraicheur et donne lieu à un réel plaisir de lecture au fil des 8 tomes qui composent cette saga

Nom série  Contes et récits fantastiques  posté le 12/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ça commençait à faire un bon paquet d'années que j'avais laissé ces albums dans mes rayonnages sans oser les attaquer. Pas prêt, pas mûr pour un dessin pas si simple que ça au premier abord, ou peur d'être déçu par un grand nom de la BD italienne qui a travaillé avec Hugo Pratt ? Va savoir...

C'est cette semaine que j'ai fini par me décider. Et c'est vrai que Dino Battaglia a du talent ! Je n'apporterais rien de nouveau en mettant en avant cette ambivalence entre l'illustration et la BD qui caractérise son travail. Je comprends même que cela puisse jouer en sa défaveur et décourager plus d'un lecteur devant ce noir & blanc qui peut paraitre brouillon et difficile à suivre. Et c'est églement vrai que sa narration n'est pas toujours des plus heureuses et qu'on a parfois tendance à se planter de case au cours de sa lecture.
Pourtant derrière ce noir et ce blanc un peu gras, presque sale, le trait de Battaglia est d'un rare finesse et emplie d'énergie qui donne toute la force et la puissance aux contes et récits qu'il adapte.
C'est également surprenant par le format court de ces retranscriptions en BD, mais Battaglia va a l'essentiel : Dessin et récit se complètent et se renforcent merveilleusement bien pour nous coucher sur le papier les nouvelles de Poe ou Hoffman.

Alors oui, ce n'est certainement pas le meilleur genre de dessin pour les lecteurs qui voudraient se familiariser avec le noir & blanc, mais les amateurs du genre ou les curieux peuvent aller y plonger le nez, surtout s'ils aiment les vieilles histoires fantastiques.

3.5/5

Nom série  L'Homme Montagne  posté le 11/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ouhhh la jolie pépite !!! Sans doute le meilleur album jeunesse de cette année à mon goût ! Original, beau et intelligent : ça commence à faire beaucoup pour un seul et même album jeunesse ! On n'a plus trop l'habitude !

Déjà, je me disais bien que le graphisme me disait quelque chose. Et c'est en allant farfouiller sur BDT que j'ai retrouvé l'avis que j'avais rédigé sur Chemin perdu ; Amélie Fléchais y faisait déjà merveille et m'avait laissé sur une très bonne impression. Elle s'adjoint ici le talent narratif de Séverine Gauthier dont j'avais beaucoup apprécié la collaboration avec Thomas Labourot sur Mon arbre et Garance. Je partais donc déjà sur des bases solides pour attaquer cette lecture ; restait à voir ce qu'allait donner cette équipe de choc.

Et bien c'est une réussite complète ! Les deux auteures nous embarquent dans un monde onirique des plus réussi. Nous sommes en plein conte initiatique où un petit fils veut aider son grand père, homme montagne, à réaliser son dernier voyage. Pour cela, il va devoir laisser son grand père pour lui ramener le vent qui souffle tout en haut de la montagne, pour qu'il réalise ce dernier périple. Celui-ci sera forcément semé d'embûches et de rencontres pour parvenir au bout du compte au terme de sa mission. Mais loin de suivre un chemin linéaire, cet album sait nous réserver des surprises. Cela ajoute encore à la valeur de cette histoire déjà riche par les sujets abordés de façon simple mais subtile, qui toucheront tout autant petits et grands.

Tout ceci nous est en plus servi dans une pochette graphique que j'ai énormément apprécié. D'une part il est original, mais il est en plus d'une grande qualité narrative. Certaines planches en pleine page sont tout simplement magnifiques et d'une grande richesse narrative. D'autre part, il sert parfaitement le ton fantastique et onirique que déploie Séverine Gauthier pour composer son récit.

Vraiment un bel album à offrir pour des enfants, ou pour soi même pour se faire plaisir

Nom série  Noémie  posté le 11/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Bien, bien, bien... que dire ???

Je n'aime pas le dessin que je trouve trop minimaliste, surtout du point de vue des décors qui sont d'un vide abyssal. Je ne parle même pas de la colorisation réalisée à coup d'aplats et de dégradés informatiques : je trouve ça très moche.
Quant à l'histoire... c'est lu en trois coups de cuiller à pot. L'humour destiné aux enfants me semble très mal ciblé : je ne suis pas très sûr qu'un jeune enfant comprenne le coup du tigre (un vrai) fatigué dans le moteur de la vieille voiture du père de Noémie, ou la "subtilité" de la phrase "Moi je ne pense pas, j'essuie !"

Pour clore le tout, cette série a été abandonnée... Pas la peine de se prendre la tête : on fait beaucoup mieux ailleurs.

Nom série  Alice Matheson  posté le 09/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les livres sur les zombies, c'est comme les zombies : quand y'en a plus y'en a encore !

Cette fois-ci c'est Jean-Luc Istin qui quitte ses terrains de prédilections de la fantasy et le monde celte pour nous proposer du zombie à midi ! Il est accompagné d'un dessinateur que je ne connais pas Philippe Vandaële. Son trait tire un peu vers le comics, tout en gardant un style réaliste agréable. Son découpage est bon et donne tout l'élan nécessaire pour impulser le rythme soutenu à la narration.
Car on va forcément aller de rebondissements en rebondissements, avec ce petit côté "qui va y passer avant la fin de la page ???" qu'avait imposé la référence du genre Walking Dead.
Moi qui aime bien me faire surprendre de bout en bout par un album, je me suis surpris à apprécier la présentation des protagonistes proposée en 2e de couverture (autre point commun avec Walking Dead d'ailleurs).
Alors, qu'est-ce qui fera la différence pour cet énième album du genre ? Peut-être l'attention portée à la psychologie des personnages. On sent qu'Istin a essayé d'y porter un grand soin. Peut-être le fait que notre héroïne soit une sociopathe patentée ? C'est sûr que c'est quand même con de ne vivre que pour faire et voir mourir les gens, et que tout à coup, ces derniers reviennent "à la vie" ^^

Ce premier album pose plutôt bien les choses, j'attends de voir la suite pour me faire un avis complet.

Nom série  Nains  posté le 09/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un premier tome, "Redwin de la forge", qui peut très bien se lire comme un oneshot ce qui n'est pas désagréable déjà.

Je sors de cette lecture assez conquis par cette histoire qui se tient très bien tant graphiquement que du point de vue du scénario. Même si la trame est classique, c'est plutôt bien mené et tenu de bout en bout. Le dessin de Pierre-Denis Goux est agréable et j'ai beaucoup apprécié sa réalisation des créatures qui parsèment cet univers de fantasy, surtout les nécromanciens.

Je relèverait juste un point que j'ai trouvé un peu trop appuyé au fil de l'album : la frustration de Redwin qui est la clé de voute de sa vie et sa raison tout court. On le comprends rapidement, ce n'était peut être pas la peine de remettre une couche sur ce sujet aussi souvent.

En attendant cet album est plutôt une agréable surprise, qui grâce à un graphisme appliqué et un scénario qui se tient, nous fait passer un agréable moment de lecture.

3.5/5 en attendant de voir la suite venir

Nom série  Enola et les animaux extraordinaires  posté le 05/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Enola et les animaux merveilleux" : une petite série jeunesse vouée à devenir grande !

Si à mon goût la couverture n'est pas à la hauteur de son contenu et la dessert un peu, c'est du coup une agréable surprise quant on attaque sa lecture. Lucile Thibaudier donner vie et façon très colorée et tout en poésie aux aventures que nous a concocté Joris Chamblain. Ce dernier n'en est pas à son coup d'essai, car son autre série du moment Les Carnets de Cerise caracole un peu partout dans les librairies de façon très méritée.

Ici, nous faisons connaissance avec Enola, une vétérinaire un peu spéciale : elle soigne les animaux des contes et légendes ! Dans ce premier opus, c'est une gargouille qu'elle va devoir "soigner", ou plutôt comprendre la raison de ses agissements. Tout cela est très dynamique, plein d'humour et construit sur une narration très efficace qui plaira à coup sûr à un public que je ciblerai dans la tranche 8-10 ans idéalement. Le seul reproche que je ferais c'est sa faible pagination (32 p.) ; on a vite fait le tour de ce titre, surtout quand on est un adulte... Après, ça ne m'a pas empêché d'apprécié cet album pour toutes ses autres qualités !

Vivement la suite !

Nom série  La Blonde  posté le 03/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Amateurs de bondage, voici la BD qu'il vous faut !

Loin du porno parfois hard que peuvent proposer certaines séries ou albums de chez Tabou, on est plus ici dans l'érotisme et le fétichisme. Les haut talons tiennent ici le haut du pavé avec en prime de quoi ficeler tout ce beau monde !

De surcroit, on a le droit à un traitement graphique des plus réussi ! Dans un style réaliste tirant sur le comics, Franco Saudelli a vraiment du talent, tant dans son trait que dans le découpage et le cadrage. Cet atout graphique lui permet de donner dans l'humour et la fantaisie tout en s'amusant à nous proposer des corps de femmes sous tous les angles, sans donner dans le vulgaire. Ici, les touches d'humour sont bien amenées, et le loufoque fait même son apparition avec le fils du général (qui est une femme) qui est complètement bargeot !
L'intrigue, si elle n'est pas des plus originales (dans le 2e tome La Blonde est en mission pour récupérer un élixir de jouvence) est bien construite, et totalement assumée dans sa légèreté et ses références au comics américain.

Alors après, les amateurs de bondage et les fétichistes y trouveront certainement plus leur compte que moi, mais j'ai passé un bon moment de lecture avec un album déjà très réussi et travaillé au niveau du dessin. Moi qui suis un fan de noir et blanc, j'ai beaucoup apprécié, et le réhaut de jaunes en camaïeu qui vient colorer par touches les cases de l'album est plutôt réussi et original.

Nom série  Le Roy des Ribauds  posté le 02/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Malgré des critiques élogieuses et des recommandations de notre équipe de choc angoumoisine, j'ai trainé de la patte pour me lancer dans cette lecture. La faute sans doute à une couverture que je trouve ratée -cela n'engage que moi :p - et qui n'arrivait pas à tordre le cou à une motivation en berne.

Comme quoi, il faut par moment savoir se faire violence (rude épreuve que la lecture d'une BD faut dire, hein ^^ ), ou plutôt passer par dessus ses à priori. Car ce premier tome fourni du "Roy des Ribauds" est une très belle réussite. Après un début un peu laborieux (faut bien que je râle un peu !) où les pièces maîtresses de l'échiquier mettent un certain temps à se révéler et trouver leur place, la partie s'emballe gaiement pour notre plus grand bonheur ! Pour tout dire, on ne lâche plus l'album avant la dernière page...

L'intrigue concoctée par Vincent Brugeas est bigrement efficace. Il sait imposer un récit palpitant en l'ancrant dans un cadre parisien du XIIe très bien rendu qui lui confère une légitimité et un terrain de jeu de rêve pour s'amuser. Car bien sûr, ce décor n'est qu'un magnifique prétexte pour dérouler une intrigue pour l'instant très maîtrisée où il essaime des personnages épiques et bien trempés.
D'autant que Ronan Toulhoat a le don de créer des ambiances bien sombres pour emmitoufler ces protagonistes. Une fois accroché vous aurez du mal à lâcher l'affaire, et c'est avec regret que la fin de ce premier tome tombe, car il nous faudra attendre la suite pour étancher votre curiosité.

A suivre donc, et le plus tôt sera le mieux !!!!

Nom série  Le Livre de Piik  posté le 01/06/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une série jeunesse pleine de fraicheur !

Alors rien de révolutionnaire dans ce premier tome, mais plutôt comme un bon coup de balai sur la BD médiévale jeunesse ! Le jeune héros de cette série, un peu benêt mais plein de bonne volonté et de bons sentiments, ne veux pas suivre le chemin familial tout tracé qui s'ouvre à lui : devenir bourreau, tout comme son père. Lui, tient plutôt la nature et les plantes en estime qu'il a hérité de sa mère, morte quand il était nourrisson... C'est une lettre qu'on lui remet qui va changer sa vie : une seule chose va compter trouver le moyen d'apprendre à lire pour déchiffrer ce message qu'on lui a donné.

L'histoire prends un peu de temps à s'installer, mais finit par titiller notre curiosité avec une fin d'histoire plus intéressante et originale, où d'autres personnages vont croiser la route de notre jeune Piik et pimenter un peu le récit. Pour ce qui est du dessin, je trouve que le trait de Cécile, qui a déjà fait ses preuves dans la BD jeunesse est très bien adapté et donne un ton juste au récit qui oscille entre humour et aventure. J'ai également beaucoup apprécié la colorisation de Cécile Cordurié qui, loin des couleurs souvent flashy et criardes des BD jeunesse, est très réussie à mon gout.

Une bonne série jeunesse à conseiller à nos jeunes têtes blondes !

Nom série  Six-Gun Gorilla  posté le 22/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Poupouyouuuuuuu ! Y’en a qui vont encore croire que je me suis passé la moquette en intraveineuse quand je vais commencer à leur faire le topo du bousin !

Genre, c’est l’histoire d’un mec, bleubite depressivo-suicidaire, ex-bibliothécaire de son état, qui après s’être fait larguer par sa meuf’ décide d’en finir avec la life en s’engageant comme chair à canon dans un conflit sanglant dans lequel est engagé la Terre, sur un monde étrange que l’espèce humaine a colonisé. Ah oui, on est accessoirement au XXIIe siècle, et la dernière bibliothèque vient de fermer ses portes…

Mais forcément, pas moyen de crever les tripes à l’air tranquille dans ce bled. Notre gus qui pensait en terminer fissa se voit sauver la mise par un gorille armé de deux six coup qui ne font pas semblant de faire mouche. Genre, le bestiau efficace et improbable, issu d’un croisement génétique entre un Clint Sergioléoné (cigare inclus dans la formule de base) et un Neo matrixien au mieux de sa forme, regard noir et poil luisant, le tout dans une enveloppe de 250kg environ, apte à vous décocher une mornifle qui vous fera regretter de ne pas avoir compté vos ratiches avant le « hajime !» que vous attendez toujours… Vous suivez encore ?

Parce que ça c’était juste la mise en bouche – avec les quelques molaires qu’il doit vous rester – Meunonmeunonmeunon ! Pô de panique ! Tout se tient, même si on va voyager grave et que les annonceurs vont en avoir pour leur pognon. Ah oui, je ne vous ai pas dit non plus, on est aussi en plein jeu téléréalité… Tous les terriens connectés voient à travers le regard de notre pauvre Bleu…

Bon, j’arrête de vous décourager d’avance d’un album complètement déjanté, truffé de bonnes idées, de références et de délires assumés, le tout servi sur un oneshot - 2x6coups- qui tient malgré tout cela complètement la route et vous embarque sans escale ni vous laisser le temps d’aller pisser un bol. C’est de l’excellent western coupé SF (ou vice versa ?), tiré façon roquette qu’on nous tire pleine poire et qu’il n’est pas la peine d’essayer d’esquiver. On ouvre grand la gueule (sans les dents ça passe tout seul) et on digère comme on peut. Un peu d’appétit pour ce genre d’OVNI, un brin de curiosité chemisé kevlar et une grosse envie de prendre cher facilitent le transit.

En tout cas, pas le temps de s’ennuyer entre ce récit dynamité et le dessin de Jeff Strokely qui nous distillent une narration survitaminée qui malgré la richesse de l’histoire et les méandres de cet univers complexe nous accroche du début à la fin. Cela tient aussi énormément à la force des personnages que les auteurs nous proposent.

Bref, vous l’aurez compris, gros coup de cœur pour cet album qui envoie du lourd ! J’fais tourner ?

Nom série  Sherlock Holmes Society  posté le 21/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A travers sa collection 1800, Soleil nous propose un nouvel opus des aventures de Sherlock Holmes. Sylvain Cordurié poursuit son travail au scénario et cette fois-ci c'est Stéphane Bervas qui se colle au dessin.

Cette nouvelle déclinaison se situe après le fameux affrontement entre Sherlock Holmes et Moriarty, qui avait laissé notre détective pour mort. Il réapparait après un peu plus de trois ans d'une disparition mystérieuse dont nous ne sauront rien. On nous plonge sur les pas de Sherlock, en pleine enquête sur un Jack l’Éventreur toujours insaisissable, quand son frère Mycroft vient le débaucher pour un mystère encore plus important dans un petit village nord-irlandais. Secondé de son fidèle Watson, Sherlock Holmes se voit plus ou moins contraint de "rendre service" à son frère... Une relation fraternelle tendue qui donne un certain piment et une consistance intéressante à cette nouvelle aventure. Pour ne pas trop dévoiler l'histoire je n'en dirais pas plus sur le scénario, pour vous laisser le plaisir de la découvrir.

Le dessin de Stéphane Bervas est agréable et son style réaliste est efficace, tant pour ce qui est des personnages que des décors assez fouillés. Ses visages sont très expressifs (j'ai apprécié son soucis des regards) et le petit côté supérieur et narquois de Sherlock Holmes est bien rendu à travers ses intensions de regards ou les petits rictus en coin.

C'est donc un premier album réussi d'une série annoncée en quatre tomes, qui ne demande qu'une suite rapide pour obtenir des réponses à des questions restées encore en suspens...
A suivre !

Nom série  Le Ventre de la Hyène  posté le 18/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est un véritable coup de crosse pleine mâchoire que nous colle cet album. J'ai beau ne pas être né de la dernière pluie et avoir lu quelques articles sur le sujet, Baloup au scénario et Alliel au dessin nous sortent l'artillerie lourde pour traiter de façon plus qu'efficace de la fabrique des enfants soldats.

Ce que j'ai apprécié par dessus tout c'est le parti pris sans concessions de l'album. On part de loin pour nous montrer comment cet enfer va se déchaîner sur ces enfants, tout en nous montrant que méchanceté et cruauté n'attendaient parfois qu'une étincelle ou un prétexte pour s'exprimer. Sauf qu'une fois engagé, le processus ne peut que se terminer tragiquement.
C'est ce que vont vivre deux frères qui vivaient paisiblement dans un pays d'Afrique. Ils vont progressivement basculer dans ce parcours tragique où violence, drogues et horreurs ne font que se nourrir et s'enchaîner. Récupérés et utilisés politiquement, ces enfants qui deviennent des machines à tuer finissent par être lâchés et hors de tout cadre de guerre, réintégrer une société une société avec laquelle ils sont en complet décallage.

Le scénario de Baloup nous trace ce triste cheminement de façon intelligente, sans non plus tomber dans l'apitoiement envers ces "enfants" qui ont vécus et commis des atrocités. Il embraye une intrigue dans une cité marseillaise où Talino essaye de retrouver son frère Anouar, et enchaine les flashback sur leur jeunesse pour nous dresser le tableau édifiant de leur parcours.
Le dessin d'Alliel que je découvre avec cet album colle à merveille avec l'histoire. Je mettrais juste un bémol sur la colorisation de certaines planches par Facio, que je trouve un peu trop vive à mon goût.

En tout cas, cet album est vraiment une réussite, d'autant que c'est pour moi typiquement le genre de sujet casse-gueule en BD. A lire !

Nom série  Revoir Paris  posté le 16/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sans un être spécialement fan de Peeters et Schuiten, l'imagerie de leur monde m'a bercé depuis ma jeunesse ; des reproductions de certaines planches décoraient le salon des parents de mon meilleur ami et m'avaient toujours fascinées sans savoir d'où étaient tirées ces planches. J'ai eu depuis tout le loisir de m'immerger dans leur univers et sans être un inconditionnel, j'ai un faible pour les mondes qu'ils déploient et la qualité du graphisme de François Schuiten.

Ici, on sort du maintenant classique cycle des "Cités obscures" pour une diptyque sur Paris. Sauf qu'en fait, de Paris on ne verra pas grand chose dans ce premier tome, ce qui est quand même un peu frustrant quand on connait le talent de François Schuiten du point de vue architectural. Alors si, oui, on en a bien quelques beaux aperçus, mais sur les 64 planches qui composent cet album, c'est un peu maigre.
Car j'ai trouvé l'introduction un peu trop longue ; la mise en place se fait un peu laborieusement autour du personnage central de Kârinh et de ses trips qui lui permettent de voler dans un Paris imaginé/imaginaire, (on ne sait pas trop) pour retrouver la trace de ses parents qu'elle n'a pas connu. A cela vient s'ajouter un véritable voyage spatial vers la Terre et Paris. Ces deux visions se télescopent et posent les questions de la perception, de la mémoire et de la quête identitaire.
On est bien dans les schémas déjà développés par nos deux auteurs. Mais c'est ce que je trouve un peu dommage : Sortir de leur cycle des "Cités obscures" pour retomber un peu sur les mêmes thématiques.
Le graphisme quant à lui reste remarquable, avec des planches magnifiques et de très bonnes idées (j'adore la conception du vaisseau spatial, et le bateau que Kârinh emprunte pour rejoindre Paris pas voie fluviale).

Reste à voir ce que nous proposera le deuxième tome de conclusion pour nous étonner encore et, je l'espère, nous donner de Paris une vision toute Schuitenienne que nous attendons tous. Mais peut-être en attendons nous justement un peu trop ?

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 41 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque