Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5532 avis et 2098 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  L'Homme invisible  posté le 28/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série en deux tomes adapte la seconde partie du roman de H.G. Wells, l'Homme invisible, celle où son héros, Griffin, sombre dans la mégalomanie et abuse de l'invisibilité qu'il a obtenue grâce à ses recherches scientifiques.

C'est une très belle adaptation. Le dessin est excellent, la mise en page élégante et efficace, la narration impeccable. Et c'est une bonne chose de faire tenir l'ensemble en deux tomes seulement, se focalisant sur le moment où le héros est déjà invisible sans s'attarder sur comment il l'est devenu et comment il a appris à le gérer. Bref, pour qui aime Wells et ce roman là, c'est une série à ne pas manquer.

Alors pourquoi une note seulement moyenne en ce qui me concerne ? Eh bien parce que l'Homme invisible n'est pas mon roman préféré de Wells et qu'il ne me passionne pas. Je n'aime pas le côté détestable et mégalo de Griffin, qu'on retrouve d'ailleurs avec autant de mépris dans la série La Ligue des Gentlemen Extraordinaires d'Alan Moore. Du coup, même si la BD est très belle et bien faite, l'histoire ne m'a pas captivé outre mesure, juste convenablement intéressé.

Nom série  Jim Hawkins  posté le 27/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Alors que je croyais que cet album serait une histoire d'aventure simplement inspirée de l'Île au Trésor de Stevenson, avec des personnages animaliers et beaucoup de libertés prises par le scénariste, il s'agit en réalité d'une adaptation très fidèle du roman. Et c'est à mes yeux une adaptation très réussie.

La couverture ne paie pas de mine. Je dirais même que je la trouve moche et qu'elle donne un aspect amateur à l'album qui pourrait rebuter. Ce serait dommage car les planches sont au contraire de très belle facture. Je ne suis pas très fan des couleurs ternes et sombres de ces dernières, mais le trait lui-même est très chouette.
Les personnages sont animaliers, avec un peu trop des habituels visages de chiens ou encore celui du jeune lion courageux mais banal pour le héros, mais aussi des choix d'animaux bien plus originaux et bien trouvés comme le morse pour le vieux Billy Bones, la rascasse pour une diseuse de bonne aventure ou encore le gorille pour le fameux Long/Kong John Silver. L'aspect animal des personnages entre en outre en jeu dans la mise en scène et dans leurs actions et c'est plutôt bien vu. Le personnage du vautour marche très bien par exemple.
Outre les personnages, l'auteur apporte son imaginaire dans les décors qui ne se contentent pas d'être de simples représentations historiques réalistes. La taverne où cuisine Kong John Silver notamment est pleine d'imagination.

Au-delà de ces originalités graphiques, le reste du récit est l'adaptation pure et simple du roman de Stevenson. Mais je trouve que c'est une très bonne adaptation car l'ambiance du livre est bien rendue. Inquiétante par moment, pleine de promesses d'aventure à d'autres moments, je me suis laissé bercé par sa bonne narration et son ton sobre et prenant à la fois.
Vivement la suite ! Et peut-être aussi un jour une réédition avec une nouvelle couverture plus avenante...

Nom série  Sans aller à l'école, je suis devenu mangaka  posté le 26/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
D'une manière fluide et agréable, Syoichi Tanazono nous raconte son enfance quand, suite au traumatisme créé par une institutrice brutale quand il était tout jeune, il a été affecté pendant toute sa jeunesse par une phobie de l'école qui l'a empêché d'y aller normalement quasiment jusqu'à l'âge adulte, ce qui a fortement affecté son état d'esprit.

C'est une lecture instructive et qui évite de sombrer dans le pathos ou le larmoyant. C'est intéressant de voir le jeune héros essayer de se pousser lui-même à aller à l'école, à tenter de passer pour normal auprès des autres enfants, puis de sombrer dans l'angoisse et l'incapacité psychologique d'aller plus avant... jusqu'à l'essai suivant. C'est aussi intéressant de voir que selon les périodes, les professeurs et les amis, il a parfois réussi à combattre son problème et à vivre une vie quasi-normale, avant que les problèmes recommencent plus tard. Et surtout, c'est agréable de voir qu'il a fini malgré tout par bien s'en sortir.
Le dessin est très maîtrisé et il permet une narration claire et plaisante.
C'est bien fait, instructif et pas prise de tête.

Nom série  Toby mon Ami  posté le 26/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite tranche de vie vue par les yeux d'un chien. Ce dernier est un petit ratier un peu foufou que son maître artiste-peintre laisse arpenter la campagne entourant la bicoque où ce dernier vit. Bâtons à chercher, instinct de défense du territoire, adoration pour son maître, relation haine/crainte envers un chat errant, l'état d'esprit du chien est bien rendu et crédible... même si ce type de chien là est le genre qui m'agace, leur préférant les chiens plus sages et moins braillards.

Par ses yeux, avec ses craintes et ses joies, on observe en second plan l'histoire de son maître et de la possibilité d'une jolie romance qui s'offre à lui. C'est plutôt sympa. La narration est semi-muette, l'auteur s'interdisant tout dialogue écrit mais s'autorisant quand même des symboles pour faire comprendre les actes du chien, mais elle réussit à être claire et bien compréhensible. Quant au dessin, c'est celui que Grégory Panaccione nous offre dans la très bonne série Chronosquad et il est tout à fait agréable et très efficace.

Bref, c'est une lecture plaisante, bien foutue et jolie, même si son histoire ne marque pas forcément les esprits.

Nom série  Entre ici et ailleurs  posté le 25/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne sais pas comment ça se fait, je n'arrive pas à accrocher aux bandes dessinées de Vanyda alors que j'aime bien son dessin.

Au départ de cet album là, j'ai retrouvé ce qui m'avait ennuyé dans L'Immeuble d'en face et autres L'Année de... : une tranche de vie quotidienne assez banale. On suit la jeune héroïne dans son petit appartement, à son boulot, avec ses amis, dans sa nouvelle activité sportive. On assiste à ses questionnements, quelques bribes de ses rêves, ses éventuelles tentations amoureuses. Parfois cela me fait l'effet d'une sorte de voyeurisme, de TV réalité où l'on suit quelqu'un au jour le jour dans un quotidien sans intérêt. Et puis cela m'agaçait de la voir sans arrêt rappeler qu'elle était métisse laotienne : je ne voyais pas pourquoi insister autant là-dessus, si ce n'est pour aider la lecteur à s'en rendre compte car le dessin ne m'avait pas spécialement montré qu'elle avait un physique asiatique avant qu'elle le fasse remarquer.
Mais en fait, il s'avère que c'est bien parce que c'est le thème de l'album que l'auteure insistait sur le sujet. En effet, au fur et à mesure, l'histoire aborde de manière de plus en plus précise le sujet des français d'origine étrangère de seconde génération, ceux qui sont nés en France, avec souvent l'un des parents français, mais qui s'interrogent sur leur état d'esprit, ni vraiment totalement français ni vraiment étranger puisqu'ils ne connaissent souvent que très peu le pays d'origine de leur parent. Le questionnement est intéressant mais ne m'a pas forcément touché. A un moment donné, l'héroïne dit quelque chose comme "tu ne peux pas comprendre si tu ne l'es pas", et ce n'est pas faux en ce qui me concerne. Je n'ai pas totalement compris ces interrogations et ce trouble des personnages même s'il parait plutôt logique. Mais compréhension logique ne veut pas dire émotion et du coup je suis resté un peu en dehors de l'histoire et de sa conclusion pourtant plutôt heureuse.

La lecture est plaisante, le dessin est bon, mais je me suis un petit peu ennuyé sur la longueur.

Nom série  Gregor Kyralina  posté le 24/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette série est un thriller que j'ai trouvé très franchouillard et ayant assez mal vieilli même s'il a à peine 15 ans. Son ambiance et sa narration sont assez spéciales.

Le premier tome ressemble un peu à un roman graphique décousu, où on saute d'un personnage à un autre sans réelle transition, en se demandant parfois si l'ordre chronologique est bien respecté. Les protagonistes ont des comportements un peu fantasques, légèrement poétiques ou romantiques, ou alors est-ce là leur esprit d'artiste ? En tout cas, j'ai trouvé que ça sonnait un peu faux.
A partir de la fin du premier tome et dans le second, l'intrigue devient davantage policière avec un méchant et une enquête. Mais là encore le ton reste un peu bizarre, difficile à prendre au sérieux.

En outre, le dessin est lui aussi particulier. Je trouve qu'il manque d'aisance technique, notamment au niveau du trait peu assuré et des expressions des visages qui semblent être souvent figées, comme si chaque personnage avait son masque expressif qui ne bougeait jamais pour qu'on le reconnaisse bien. Ça ne marche pas toujours car j'ai souvent eu du mal notamment à reconnaître le gardien du musée selon qu'il soit en uniforme ou pas.

Bref, pas convaincu, j'ai juste été intrigué par ce ton original de la série mais je me suis aussi un peu ennuyé.

Nom série  Super-sourde  posté le 24/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Super-sourde est une autobiographie, celle de l'auteure qui est devenue sourde alors qu'elle était toute petite à la suite d'une méningite. Elle nous invite à découvrir avec la petite fille qu'elle était les effets d'une telle surdité sur sa vie de tous les jours, sur le déroulement de son enfance et comment elle a appris à gérer son handicap et à trouver le bonheur.

C'est très intéressant car elle nous explique pas à pas, en même temps qu'elle même les découvrait, les émotions qu'elles ressentaient et les effets de sa surdité : ce qu'elle entendait ou pas, ce qu'elle comprenait, et du coup l'impact de cela sur sa relation avec les autres enfants, les adultes et sur son état d'esprit en général.
J'ai eu un peu de mal au départ car j'avoue que le dessin assez simpliste ne me plaisait pas. Il est clair et efficace mais les personnages aux têtes de lapin et l'aspect physique de l'héroïne ne m'attiraient pas.
Mais comme la narration est limpide, je me suis laissé embarqué et j'ai trouvé ça assez prenant. Les émotions sont bien transmises et les explications sont claires et instructives.
Vraiment une bonne lecture pour découvrir ce handicap et comment faire en sorte qu'il se fasse oublier.

Nom série  Les Vacheries des Nombrils  posté le 24/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La série Les Nombrils a débuté sur un concept sympathique, celui d'un trio de copines adolescentes, dont deux sont des canons de beauté super populaires et la troisième une grande asperge trop gentille qui subit toutes les vacheries des deux autres. Nous avions droit ainsi à des gags en une page dans le contexte assez figé du lycée et de la vie privée des trois filles. Puis au fil des tomes, une vraie histoire s'est mise en place avec une évolution des personnages, des situations dramatiques souvent intelligentes se mettant en place, et quelques retournements de situations changeant le comportement des trois héroïnes les unes envers les autres.

Mais les auteurs ont décidé avec cette série dérivée, les Vacheries des Nombrils, de revenir au contexte initial de leur série, avant que la situation des filles ait changé, pour à nouveau offrir une suite de gags dans le même éternel cadre récurrent. Karine redevient le gentil souffre-douleur de Vicky et Jenny, et à nouveau les vacheries de ces dernières mettent en réalité en avant leur propre idiotie et leur retombent souvent sur le dos.
On croirait lire de nouvelles pages du tome 1 de la série mère, même si depuis le dessin de Delaf a gagné en souplesse et en maîtrise. Seule trace du temps qui a passé, on observe parfois parmi les personnages secondaires des protagonistes des aventures futures du trio.
C'est sympathique, souvent amusant, mais il manque le côté intelligent et l'élégante profondeur qu'amenait l'évolution des personnages dans la série originale. Au final, ce sont des gags assez drôles mais le côté récurrent peut un peu lasser.

Nom série  La Poudre d'Escampette  posté le 14/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un grand album cartonné avec un trou à la place du hublot qui donne l'impression que c'est un livre d'histoire illustrée pour les jeunes enfants. Mais c'est bien là une BD et une très bonne BD jeunesse.

C'est l'histoire d'un nouvel arrivant dans une ville qui va se promener dans la campagne environnante avec son chien et rencontre une bande de gamins en train de construire un radeau-maison pour descendre leur petite rivière. Tous ces enfants ont des personnalités marquées et très attachantes. Et l'esprit d'aventure et d'évasion qui les unit est très plaisante.

Le dessin n'est pas en reste car il est très agréable. Beau, rond et joyeusement coloré, il ajoute à l'ambiance de bonne humeur et au soupçon de poésie du récit.

Il y a de belles et simples émotions, la joie de retrouver une âme d'enfant qui embellit tout grâce à un imaginaire sain et une aventure espiègle qui fait passer un beau moment. Très sympa !

Nom série  Tu n'as rien à craindre de moi  posté le 13/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L'artiste se laisse aller, il part en roue libre et épanche les idées et les dialogues comme ils lui viennent. Dans un ensemble très décousu, Sfar met en scène un artiste-peintre-cinéaste amoureux et passionné, sa compagne belle et érudite avec qui il peut discuter à mots poétiques et savants comme dans un film Nouvelle Vague, l'amie de cette dernière avec qui elle discute shopping, religion et peuple juif, et le microcosme très bobo qui les entoure. Le tout avec beaucoup de baise et de discussions à poil. Ça parle philosophie, amour, art, peuple et culture juive puis finalement chagrin d'amour, comme dans une pièce de théatre où l'on se sait observé et où l'on joue son propre rôle en déclarant "regardez-moi, écoutez-moi, ce que j'ai à dire a de l'importance".
Eh bien cela a probablement de l'importance pour l'artiste-auteur lui-même, mais pour le lecteur c'est assez ennuyeux, égotiste, trop décousu pour donner vraiment de plaisir de lecture et le dessin n'est absolument pas pour me plaire.

Nom série  Sang noir  posté le 11/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un excellent album sur les tirailleurs sénégalais qui n'est pas sans rappeler le film Indigènes mais avec cette fois de vrais sénégalais.

Cette BD est très bien construite. Sobre et élégante dans sa narration, elle s'entame par une courte introduction sur les derniers instants avant l'assassinat de Jean Jaurès (deux jours avant le début de la Première Guerre Mondiale) et son plaidoyer contre la guerre et pour l'émancipation des peuples. Puis on plonge dans un village dans la brousse Sénégalaise où l'on suit brièvement la vie et les passions du jeune héros avant qu'il se porte volontaire pour s'engager dans l'armée française. On assiste ensuite à sa formation en Afrique puis en France et enfin à sa découverte des tranchées et des longs mois qu'il va y passer en compagnie de ses frères d'armes et de couleur. Le tout est scindé en une dizaine de chapitres qui offrent une structure claire et facile à lire tout en permettant des sauts chronologiques s'étalant sur deux années, voire bien plus si on considère l'épilogue se déroulant en 1939.

Ce qui est fort dans cet album, c'est son humanité. Il n'y a pas de sentimentalisme et pourtant c'est plein d'émotion. Certains moments sont doux-amers, comme certaines belles preuves de courage qui finalement n'amènent qu'à une mort certaine. On y ressent bien que tous les hommes sont égaux en esprit, qu'ils soient blancs, noirs ou jaunes, puisque les auteurs ont eu la bonne idée d'intégrer aussi quelques soldats Tonkinois dans leur récit. Il y a des cons et des bons partout, et si on ne peut pas forcément avoir confiance dans la société humaine dans son ensemble, on peut plus facilement compter sur les hommes en tant qu'individus.

J'ai aussi apprécié l'ambiance de chaque décor. Le petit village d'Afrique noire où est né le héros est bien rendu. J'y ai retrouvé l'ambiance de ma propre enfance africaine. Celles des centres de formations puis celle évidemment plus sombre et désespérée de tranchées n'est pas en reste. Tout est crédible, mature et sans pathos inutile.

Qui plus est, le dessin est très bon, agréablement coloré et tout aussi élégant que la narration et le ton du scénario.

Je n'aurais qu'un regret, celui d'avoir vu au moins deux grosses fautes de conjugaison me sauter aux yeux dans les textes narratifs ("Nous furent", "Il ne sais pas"...). C'est dommage car cela réduit un peu l'excellence de l'album. J'espère que si réédition il y a, ces fautes seront corrigées.

Nom série  Carlisle  posté le 10/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série adresse un sujet intéressant que je ne connaissais pas : l'éducation des jeunes indiens (ou native americans) dans les Etats-Unis encore très racistes envers eux du tout début du 20e siècle. Je ne savais rien de l'existence d'institutions telles que cette école-pensionnat de Carlisle dirigé par un ancien colonel de l'armée américaine. C'est une bonne idée de raconter l'arrivée en ces lieux d'un jeune professeur sorti de Harvard, ouvert d'esprit et plein de belles initiatives, et sa découverte des conditions de vie et de discipline qui y sont nettement moins louables que ce qu'il pouvait imaginer.

Laurent Seigneuret a un graphisme qui rend très bien au premier coup d'oeil. Cela tient à sa mise en page et aux couleurs qui sont très agréables et professionnelles. Pourtant, quand on s'attarde plus sur le dessin, il fait preuve de certaines faiblesses, notamment de grosses erreurs d'anatomies qui gâchent un peu le plaisir de lecture.

Quant à l'histoire, elle n'est pas mal mais je ne suis pas totalement convaincu. En effet, je lui trouve un côté un peu trop romantique et stéréotypé. Le dossier documentaire inclus en fin d'album montre à quel point les faits étaient sombres à propos de ces institutions pour jeunes indiens, mais d'une manière un peu différente de celle racontée dans cette série. Certes il y avait une discipline rigoureuse et la vie des enfants devait y être tout sauf plaisante mais c'est surtout l'absence totale d'avenir pour ces indiens arrachés à leurs racines puis rejetés autant par les blancs que par leurs congénères qui était désespérante. Au lieu de ça, les auteurs de cette série insistent plus sur la violence de méchants blancs racistes et sur la bonne volonté d'un gentil professeur qui va aider un gentil rebelle et être fasciné par une jolie indienne. Cela devient trop manichéen alors que la simple vérité des faits de l'époque aurait suffi à un récit fort et plein d'émotions.
Du coup, j'ai été intéressé par le récit pour ce qu'il m'apprenait sur de telles institutions et l'état d'esprit des américains blancs et indiens à l'époque, mais le déroulé de l'intrigue m'a un peu moins charmé.

Nom série  Charmes fous  posté le 09/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai trouvée cette BD divertissante. Elle m'a bien plu sur la majorité de ses pages mais j'ai été déçu par la fin.

J'ai trouvé amusant ce récit d'une petite enquête en milieu rural au milieu de personnes qui croient à la sorcellerie et usent de petits objets maléfiques pour nuire à d'autres personnes. Le ton est souvent décalé et légèrement ironique. Ça se lit avec le sourire, d'autant plus que le dessin est agréable.

Mais la conclusion de l'album m'a refroidi pour deux raisons. D'abord il y a ce que le héros retire de son aventure, une sorte d'enseignement moral sans consistance et des idées pour son métier pour lesquelles je ne vois guère le rapport avec le contenu visé. Cela sonne artificiel. Et puis il y a le petit twist final qui m'a aussi déçu car il use cette fois ouvertement et trop facilement du fantastique. Je trouve que ça tombe à plat.

Cela semblait difficile de clore un tel récit mais là je trouve qu'il y avait matière à trouver mieux. Dommage car le reste est tout à fait plaisant à lire.

Nom série  Grandes oreilles et bras cassés  posté le 09/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il est parfois nécessaire de séparer le fond de la forme.

Au niveau du fond, cette BD est parfaitement louable. Elle est fouillée, documentée, instructive et nous apprend des choses complexes sur les affaires politico-magouilleuses d'utilisation abusive d'équipements de surveillance et de leur vente à des dictatures par des gens peu scrupuleux. Même si on se doute bien que de tels actes répréhensibles ont lieu régulièrement en douce, cela reste édifiant quand on constate la façon dont c'est fait et les conséquences que cela peut avoir sur les populations. Surtout quand c'est raconté ici non pas sous la forme d'un documentaire généraliste mais sous celle d'un reportage bien précis avec des dates, des faits et des noms de personnes et de sociétés clairement cités.

Mais au niveau de la forme, c'est indigeste.
La mise en scène suit deux journalistes au cours de l'avancée de leur enquête, mais on ne suit quasiment pas l’enquête en elle-même et plutôt la succession des informations qu'ils ont récoltées et des articles de confrères qu'ils ont lus. Le premier tiers de l'album est dur à assimiler car c'est une grosse accumulation de noms, de sociétés et de manœuvres affairistes. Il ne faut vraiment pas lire cela en étant fatigué. Cela s'éclaircit un peu ensuite quand on se met à suivre le cas d'un peu moins de sujets à la fois mais on saute quand même souvent sans transition d'un témoignage ou d'un récit à un autre. On s'y perd vite.
Avec tout cela, le texte est évidemment omniprésent. A tel point que, même si le dessin est agréable, il n'apporte que peu de choses. A la limite, cela donne l'impression de lire un gros reportage d'investigation en texte illustré.

Concrètement, j'ai trouvé la lecture prise de tête et ne permettant pas de bien vulgariser le sujet et de transmettre les informations essentielles. J'ai été noyé sous la quantité de données brutes qui m'ont été transmises et il me manquait justement un logiciel d'analyse de masse comme ceux décrits dans cet album pour me permettre de les assimiler sans peine.

Nom série  Le Fils de son Père  posté le 07/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un graphisme intéressant et plutôt joli mais un récit trop lent à se mettre en place et qui laisse sur sa faim.

C'est le dessin qui m'a poussé vers cette BD. Ses petites cases colorées d'une manière proche du pointillisme et le trait légèrement cartoon de ses personnages tranchent avec l'ambiance sérieuse, légèrement sombre voire inquiétante qui s'en dégage. C'est plutôt bien fait et j'aurais volontiers apprécié ce style graphique si les planches n'alternaient pas autant entre passages trop verbeux et passages muets et si la mise en page était un peu moins étouffante.

L'histoire peine à captiver. Cela commence par une introduction bavarde et ennuyeuse. Puis on comprend peu à peu l'alternance entre scènes du présent où le héros est un artiste père de famille à priori heureux et visions du passé où l'on voit qu'il traîne une étrange relation avec son propre père. On essaie de comprendre quel est le malaise qui a fait passer ce dernier du statut d’idole à personne lointaine pour lequel le héros hésite à priori entre le rejet et une envie de le revoir pleine d'appréhension. Mais ce n'est que sur la faim qu'on le saisit clairement sans pour autant comprendre pourquoi cela impacte tant le personnage principal et sans que le récit aille plus loin. J"ai ressenti un léger sentiment de "Et alors ? C'est tout ?" comme si le scénario présentait une situation mais ne développait pas de véritable histoire par la suite. J'en ressors donc un peu frustré.

Nom série  Adieu monde cruel !  posté le 05/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note : 2.5/5

Autant cette BD se base sur une idée originale, autant elle présente très rapidement un déroulement convenu et prévisible. Ce n'est en effet pas tous les jours qu'un scénario s'entame par la rencontre entre quatre inconnus très différents qui se réunissent pour un suicide collectif. Mais dès les premières pages, on comprend qu'une suite de péripéties téléphonées va empêcher leur projet de s'accomplir et qu'au fur et à mesure ils vont retrouver goût à la vie.

Je suis déçu car ce postulat de départ et le graphisme me plaisaient bien. J'aime comment les personnages sont dessinés, la mise en scène est plutôt bonne et les couleurs fonctionnent bien et ont une touche d'originalité.
Les personnages sortent relativement du lot eux aussi, à part la jolie fille un peu bébête et caricaturale, mais rapidement ils s'enterrent dans leur rôle pour se rapprocher de leur caricature. Dommage.
Et donc surtout dommage que l'intrigue sente autant le stéréotype et le manque de surprise. Les rebondissements sont cousus de fil blanc et sans finesse. Et la conclusion attendue laisse sur sa faim. Cela ressemble au scénario d'un téléfilm à petit budget, le truc qui occupe une soirée quand on n'a rien de mieux à faire.
Et c'est ça que j'ai ressenti à la lecture. Un bon gros mouairf qui se traduirait par l'idée que c'est assez divertissant mais trop artificiel et trop prévisible pour être drôle. Reste donc le dessin qui est sympa...

Nom série  Kennedy  posté le 04/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album n'est ni plus ni moins que la biographie de J.F.K. ou plus précisément celle de sa vie politique. Petite particularité, elle est présentée sous la forme d'une interview que donne son frère Robert Kennedy, quelques ans après l'assassinat de Dallas.
C'est donc sur le ton de la conversation et d'un échange de questions/réponses que l'on passe en revue la jeunesse, les débuts puis la carrière présidentielle du président Kennedy. Ce biais permet de ne pas s'éterniser longtemps sur des sujets peu intéressants et de se focaliser successivement sur les passages les plus importants tels que la crise de Cuba, celle de Berlin, celle des Missiles ou encore le combat contre la Ségrégation raciale aux USA. C'est plutôt bien, même si l'on reste dans la simple biographie qui peut du coup ennuyer un peu à la longue.

Le début de ce récit peut faire un peu tiquer car il présente John et la famille Kennedy comme de braves chrétiens, courageux, beaux et sportifs prêts à consacrer leur vie aux justes valeurs de l'Amérique glorieuse (hymne américain, main sur le cœur et regard bleu pointé vers le ciel radieux et l'espoir, s'il vous plait). Cela donne une nette impression de discours contrôlé et d'histoire revisitée par le marketing politique. Surtout quand ce beau récit vient d'un jeune homme politique au faîte de sa gloire, sourire dents blanches au bord d'une piscine où nagent de jolies naïades.
Et d'ailleurs le dessin, qui n'est pas mauvais du tout, va lui aussi dans ce sens avec des ambiances ensoleillées et des Kennedy aux allures de jeunes premiers.
Par la suite, le récit laisse tout de même apparaître les quelques contradictions de l'action du président Kennedy qui ont parfois du mal à bien toujours correspondre aux belles valeurs qu'il prône, notamment son action à Cuba et son implication dans la Baie des Cochons.

En définitive, c'est une plutôt bonne biographie qui présente les moments clés de la carrière de John Fitzgerald Kennedy sans tomber dans la morne énumération des faits.

Nom série  Les Châteaux de la Loire  posté le 04/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'aime bien ces albums qui permettent de s'instruire en s'amusant avec un mélange d'humour et de documentaire. Mais je trouve qu'ici on touche aux limites du genre.
Le sujet est plutôt bon. Les châteaux de la Loire sont de beaux monuments qui combinent esthétisme et passif historique intéressant et varié. Il y a beaucoup de choses à raconter à leur sujet. Mais y avait-il matière à trouver de quoi en rire ? A lire cette BD, on dirait que non car les gags sont forcés et ne sont pas drôles.

Concrètement, l'album se scinde en petits chapitres abordant chacun un château en particulier. A raison d'une petite dizaine par album, il y a de quoi faire encore quelques tomes. Chaque chapitre présente en introduction une photo du château et un bref descriptif de son histoire. Puis les pages suivantes sont consacrées à différentes anecdotes en lien avec ce fameux château. L'anecdote est décrite par un texte de quelques lignes en haut de page puis le reste est occupée par un gag en une planche s'inspirant de celle-ci. L'ennui, c'est que ces gags sont souvent tirés par les cheveux, usant de l'anecdote comme un prétexte à des chutes convenues et sans finesse.
Donc quand il faut alterner à chaque page un texte certes assez intéressant mais peu captivant et ensuite un gag pas drôle en dessous, la lecture devient vite ennuyeuse.

Nom série  Hibakusha  posté le 02/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Hibakusha se traduit par "les survivants de la bombe", celle d'Hiroshima bien sûr. En racontant le séjour d'un allemand, traducteur au service des nazis, envoyé au Japon sur la fin de la seconde guerre mondiale, Thilde Barboni et Olivier Cinna permettent de rendre hommage à ces survivants et à un pays meurtri par la bombe, en intégrant aux faits historiques une histoire romantique entre cet homme et une jolie japonaise. Avec un tel sujet et une couverture esthétique et attirante, il y avait matière à faire quelque chose d'intéressant et fort.
Mais je fus déçu.

La déception est venue dès les premières pages.
Graphiquement déjà, le dessin n'est pas à la hauteur de la couverture. Avec un trait raide, assez lâché, et des ombrages en aplats noirs jetés comme des coups de feutre noir, il s'adapte mal à l'ambiance poétique et sentimentale que cherchent à mettre en place les auteurs. En outre, passé le bel accord de rouge et de blanc des jardins japonais et de la belle en kimono, les autres couleurs s'harmonisent mal entre elles et brisent d'autant plus le charme. Et s'il s'avère qu'Olivier Cinna a le coup de main pour offrir de très jolis profils de femmes, ce n'est plus la même affaire quand il les dessine sous d'autres angles ou quand il s'agit tout simplement d'hommes. Il m'est même arrivé quelques fois de me demander si c'était bien la même personne qu'on voyait d'une case à la suivante.

Quant à l'intrigue, alors que sur le papier, son résumé parait attrayant, sa mise en scène ne fonctionne pas pour moi.
Il y a cette scène d'introduction n'apportant pas grand chose au reste de l'histoire, avec cette femme à propos de laquelle déjà, à cause du dessin, je me demandais au départ si c'était la même que sur la couverture, et où la narration est si abrupte que je me suis demandé s'il manquait une page expliquant pourquoi elle fuyait soudain si vite la voiture.
Il y a ensuite ces quelques passages volontairement lyriques où le narrateur, alors inconnu, épanche ses sentiments sans avoir au préalable laissé le lecteur s'imprégner de l'ambiance et d'une envie d'un tel élan mélancolique. Mais heureusement, ces passages s'expliquent mieux à la relecture quand on sait qui parle et quelle est sa condition.
Puis il y a le récit concret avec cette mission d'un allemand envoyé au Japon. Là, le sujet est clair et intéressant mais on ne fait que rester à la surface des choses. Quand on le voit arriver à Hiroshima en 1945, on se doute bien que ça va mal tourner. Et pourtant jamais je ne me suis senti emporté par les émotions du héros ou par la force de ce qu'il pouvait bien subvenir. Il m'est resté étranger, de même que sa brusque passion amoureuse, et l'intrigue est restée plate alors que le sujet de ces ombres de l'explosion nucléaire était pourtant évocateur et puissant.
Je suis donc déçu parce que je m'attendais à mieux.

Nom série  Corentin - Les trois perles de Sa Skya  posté le 02/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai lu la série Corentin que sur le tard et je n'y ai pas accroché à l'époque car elle avait déjà trop vieilli à mes yeux. Et entre temps, elle m'était plus ou moins sorti de la mémoire. C'est donc avec les yeux d'un néophyte que j'ai lu cet album hommage réalisé par Van Hamme et Simon pour les 70 ans de la série.

J'ai d'emblée été séduit par la classe du dessin. Il est beau et très élégant. Certes son style réaliste fait légèrement désuet mais c'est parfait pour un tel hommage. Le soin apporté aux planches est tel qu'on sent vraiment la passion du dessinateur pour ces lieux exotiques et l'ambiance de cette série à l'ancienne.

L'histoire quant à elle se lit très bien. Elle conserve le côté un peu naïf de la série originelle et ses rebondissements un peu convenus ne vont pas foncièrement captiver un lecteur moderne mais l'intrigue tient la route et est plutôt plaisante. C'est tout ce qu'on attend d'un album hommage, le contrat est bien rempli.
J'imagine que si Corentin faisait partie de mes bons souvenirs de jeunesse, j'aurais encore plus apprécié cet album là.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 277 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque