Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5494 avis et 2082 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Mickey Mouse - Café Zombo  posté le 17/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime la façon dont Loisel rend hommage avec cet album aux anciens comics et dessins animés de Walt Disney.

J'aime beaucoup son dessin, différent de celui auquel il nous a habitués sur ses œuvres les plus connues (La Quête de l'Oiseau du Temps notamment). Il est ici plus proche du style Disney classique, mais on ressent en même temps sa patte bien personnelle. Cela fait de belles planches aux décors souvent fouillés et où l'action est bien découpée et bien rendue. Il n'y a que le personnage de Dingo que je trouve assez raté, dommage. J'apprécie en outre ses couleurs désaturées, comme vieillies, qui, associées au format à l'italienne, donne l'impression de lire un strip comics de l'âge d'or des aventures de Mickey.

J'ai commencé en accrochant vraiment bien à l'histoire. Tout le passage en vacances avec Donald est non seulement agréable au niveau de l'ambiance mais en plus il rappelle fortement certains dessins animés Old School comme ceux où nos héros partaient en balade en caravane ou quand il construisait un bateau tous ensemble. L'humour très cartoon de ces passages fonctionne bien et m'a amusé.
Par la suite, cependant, j'ai trouvé que l'intrigue s'enlisait avec cette longue histoire d'expropriation et d'exploitation de la population de Mickeyville par un trio de méchants dont évidemment Pat Hibulaire. L'idée du café qui transforme en zombie et des hamburgers qui rendent accros ne m'a pas tellement plu et de manière générale, j'ai trouvé l'histoire nettement moins rythmée et prenante que dans les premières pages.
Elle reste sympathique mais j'aurais aimé que le talent de Loisel soit mis au service d'un scénario plus original, drôle ou enlevé.

Nom série  Frnck  posté le 16/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Frnck, c'est l'histoire d'un adolescent, Franck, qui se retrouve un jour transporté dans ce qui ressemble à une préhistoire légèrement fantasy. Il y rencontre des peuplades plus ou moins agressives dont le parler est particulier puisqu'ils n'ont pas encore inventé les voyelles. D cp, c'st n p dffcl d cmprndr c q'ls dsnt... mais cela explique le titre de la série. Et dans ce monde étonnant, peut-être va-t-il retrouver la trace de ses parents disparus ?

C'est une série pour les jeunes d'aujourd'hui.
Le dessin de Brice Cossu est très sympa. Dans la lignée la plus récente de l'école Marcinelle, il est moderne et dynamique. Il y a du Bruno Gazotti (Seuls) dans son style, avec des visages rappelant un peu ceux de Fabrice Tarrin (Violine). C'est un style qui fonctionne autant pour l'aventure et l'action que pour l'humour.
Franck est un garçon volontaire et énergique mais en même temps très gaffeur. Les planches sont régulièrement ponctuées de gags où il commet une catastrophe ou bien se casse la figure. L'humour est parfois un peu trop appuyé à mon goût, mais le ton léger et dédié au divertissement est plaisant.

Le premier tome de cette série est encore un peu introductif. On découvre le personnage, son arrivée dans cet autre monde ou cet autre temps, et ses difficiles rencontres avec les premières peuplades qu'il y croise. Le mystère reste encore entier sur l'origine de ce passage entre deux univers, le passé de ses parents et surtout ce qu'il va bien pouvoir faire dans ce monde préhistorique à part apprendre les voyelles à ses nouveaux amis.
A suivre...

Nom série  Les Crocodiles  posté le 10/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Même si je trouvais l'ambition de cet album louable, je craignais d'en être vite lassé et d'être agacé de voir une suite de témoignages identiques avec une vision manichéenne où les hommes sont tous des salauds. D'autant que le dessin était très moyen.
C'est ce que j'ai ressenti durant les premières pages.
J'avais la nette impression de n'y voir que des comportements révoltants de racailles de banlieue à l'éducation défaillante et considérant les femmes comme des chiennes ou des putes. Des connards tous désignés donc, rien de nouveau sous le soleil...
Sauf qu'ensuite, j'ai vu que parmi les harceleurs, les saynètes mettaient aussi en scène de gros lourds style commerciaux vaniteux et autres dragueurs de boite.
Puis aussi de petits vieux un peu pervers...
Puis de simples petits amis des filles...
Et encore d'autres...
Et parfois mêmes des femmes elles-mêmes...
Bref, les harceleurs pouvaient être n'importe qui.
Et je me suis mis alors à passer en revue mon propre comportement avec les femmes et avec mon épouse pour vérifier si moi-même je ne me comportais pas mal sans m'en rendre compte.

Passé la vision révoltante de témoignages dont on se dit que c'est intolérable et que ça ne devrait pas avoir lieu, cette bande dessinée ouvre à la réflexion et à la discussion. La vision élargie de ces différents types de harcèlement permet de ne pas se cantonner à un seul genre de sale type dont on pourrait se dire "ouais, c'est un connard, on le savait déjà, ça ne m'étonne pas de lui" et de refermer l'album en se disant qu'on n'a rien appris.
Bonne initiative donc que cet album (qui à l'origine était une publication sur le site Tumbler) qui ne se contente pas de dénoncer mais aussi permet de réfléchir et même proposer quelques débuts de solution.

Nom série  Une petite tentation  posté le 09/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J'avais déjà peu apprécié Le Sourire de la babysitter qui était la première moitié de cette histoire avant qu'elle soit remodelée et rééditée chez Vents d'Ouest. J'étais assez dégoûté par son intrigue, par le côté prostituée et matérialiste des ses deux héroïnes et par le fait que le mari était prompt à céder à la tentation.

Maintenant que j'ai pu lire l'histoire entière et actualisée, mon impression est encore pire : j'ai détesté cette lecture qui m'a énervé de bout en bout. Tout simplement parce que son intrigue et ses personnages sont à gerber. Non pas dans le sens où le scénario est très mauvais, il est juste médiocre et ennuyeux à mes yeux, mais surtout dans le sens où il n'y a pas un seul personnage pour rattraper l'autre au niveau de la morale et que de tels êtres humains sont à tel point à l'opposé de ma vision de la vie et de l'amour qu'ils me débectent. Contrairement au début de la série initiale où il y avait une arriviste et un fautif succombant à ses charmes, ici, tous les protagonistes sont tous minables, tous immoraux, égoïstes et vénaux.

Je déteste ce genre d'histoire et cette vision à se flinguer de la société humaine.

Nom série  Mort aux Vaches  posté le 07/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série mélange allègrement les genres pour un résultat original. Il y a des braqueurs en cavale, il y a des bouseux de la campagne, il y a de l'élevage bovin et de la reproduction taurine élevés au rang de passion, il y a d'anciennes rancœurs familiales, il y a des putes roumaines et il y a un vieux couple d'homosexuels.
Narration et dessin font dans la fluidité. C'est agréable à lire et bien raconté.
Les personnages sont bien trouvés. Si le costaud un peu benêt et la jeune femme forte et indépendante sont un tout petit peu caricaturaux, les deux homosexuels sont fins et sortent des sentiers battus. De même, l'éleveur à la fois cul-terreux xénophobe avec son fusil à la main et passionné de génétique et reproduction animale est assez bien trouvé. De même que la relation familiale complexe dans cette ferme bien rurale.
L'histoire est plaisante à lire et peu prévisible. J'ai bien aimé le petit retournement de situations en fin d'album, même si j'ai moins apprécié celui à la toute fin qui est un petit peu facile. J'ai également trouvé assez artificielle l'implication trop violente et peu justifiée de ces roumaines. Mais pour le reste, j'ai passé un bon moment de lecture.

Nom série  Jeanne d'Arc (Glénat)  posté le 07/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n'est pas la première biographie de Jeanne d'Arc que je lis mais j'ai trouvé celle-ci concise et bien claire, permettant de comprendre à la fois la situation stratégique de la France à l'époque, l'état d'esprit des croyances et des mœurs, ainsi qu'une vision assez intime et humaine de Jeanne et de Charles VII.

Le dessin d'Ignacio Noe donne un coup de jeune à un récit qu'on aurait pu craindre académique et un peu vieillot (je ne parle évidemment pas là de l'excellente série Le Trône d'argile qui relate aussi en partie la vie de Jeanne d'Arc et dont le dessin est juste irréprochable). Son trait et ses couleurs sont modernes et dynamiques. Je ne suis pas forcément de fan de l'abondance de traits dont il fait preuve, qui donne parfois à certaines de ses cases des aspects un peu proches du croquis, mais j'apprécie le fait qu'il ait un style bien à lui, reconnaissable et techniquement maîtrisé.

Comme dit plus haut, l'histoire est bien menée et rythmée. Grâce à elle, j'ai nettement mieux compris en quoi c'était audacieux pour Jeanne d'amener le duaphin Charles jusqu'à Reims pour son couronnement. Et la vision d'une jeune pucelle un peu naïve mais incroyablement motivée et fervente est parfaitement rendue. Il lui manque juste ce soupçon d'aura, de charisme, dont parlent les dialogues de l'album mais qui ne se ressent pas véritablement.

Nom série  Little England  posté le 06/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L'éditeur Zéphyr est spécialisé dans les séries d'aviation mais celle-ci n'est qu'une des composantes et pas la principale de ce récit d'aventure historique.
L'histoire se déroule en Birmanie en 1941, plus précisément à Moulmein. A l'époque, le pays est sous la coupe coloniale anglaise et il y règne l'atmosphère d'une drôle de guerre avec l'armée japonaise toute proche alors que l'Angleterre et les Etats-Unis ne sont pas encore officiellement en guerre contre le Japon. Dans ce contexte, Jonathan, jeune garçon métisse anglais et birman, en conflit avec son père, commandant de la base aérienne anglaise, à qui il reproche la mort de sa mère, va sympathiser avec un officier pilote américain. Avec lui, il va découvrir la boite de nuit le Bluemoon où il va tomber amoureux de la chanteuse de charme Ruby. Mais la guerre toute proche, les ambitions d'indépendance du peuple birman et une histoire d'espionnage vont bouleverser leurs vies.

J'ai réellement aimé cette plongée dans un cadre historique et géographique original et complexe. L'ambiance exotique et envoûtante de la Birmanie de l'époque est bien rendue, de même que la situation militaire ambiguë d'avant Pearl Harbor.
Le dessin de Thomas Du Caju est un tout petit peu raide, mais ses planches sont le plus souvent très belles. On y sent le grand amateur d'illustrations pleine page, de belles carlingues et de jolies femmes. Et les couleurs ne sont pas en reste. De la belle ouvrage !
Quant à l'histoire, elle est dense et plutôt bien construite. Elle évite les stéréotypes convenus et emmène le lecteur dans une intrigue sans manichéisme qui sort des sentiers battus. Le rythme narratif est parfois un tout petit peu saccadé mais c'est un défaut qui s'oublie vite.

L'intrigue est prévue pour se terminer en deux tomes mais la série pourrait donner lieu à plusieurs diptyques. S'ils sont tous de ce niveau, je dis oui.

Nom série  Mes premières fois  posté le 06/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mes premières fois... Non, rien de sexuel dans cet album malgré ce que vos esprits pervertis auraient pu imaginer. Les auteurs s'appliquent ici à mettre en scène avec humour les premières fois où ils ont réalisé des faits de la vie courante : conduit une moto, joué au paintball, fait un barbecue, aller dans un salon de massage, aller chez IKEA...
C'est vrai qu'il y a matière à raconter et à trouver des anecdotes amusantes. Certains humoristes en ont d'ailleurs bien fait leurs sketchs.

Sur toute une BD, à raison d'une première fois par planche, on peut craindre un exercice un peu forcé, avec une base sympa mais aussi son lot d'idées rajoutées et pas forcément convaincantes. C'est vrai qu'on sent que les auteurs n'en ont pas toujours autant à dire sur tous les sujets et qu'ils sont plus inspirés par certaines que par d'autres.
Pourtant l'ensemble est sincère et plutôt sympa. Tout n'est pas hilarant mais il y a quelques bons passages. En fait, ce sont surtout les premières fois de choses que je n'ai pas expérimentées moi-même qui m'ont le plus plu et amusé. Ce que j'ai apprécie aussi, c'est que ce n'est pas seulement le héros qui est mis en scène mais aussi sa femme et sa fille. L'ajout de ces personnages est une bonne idée et donne une petite touche d'authenticité aux récits.
Et le dessin de Juan fonctionne bien. Je lui ai trouvé des petits airs du style de Stuf (Passe-moi l'ciel), dessinateur d'une époque de Dupuis et du journal Spirou qui me plaisait bien et qui s'adapte impeccablement à la BD humoristique légère.

Une bonne lecture sympathique et pas prise de tête.

Nom série  Tomoë - Déesse de l'eau  posté le 03/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Même si Tomoë inclut une part de fiction et un zeste de fantastique, la série se base avant tout sur d'intéressants faits historiques parfaitement réels et bien documentés. Le récit met en effet en scène les préludes de la guerre d'Ōnin à la fin du XVe siècle qui marquera le début de l'époque Sengoku, ère durant laquelle le Japon sera ravagé par les conflits entre seigneurs locaux et nobles désireux de contrôler le shogunat.
Elle se base également sur la légende semi-historique de Tomoe Gozen, femme samouraï à qui l'on attribuait des pouvoirs surnaturels, et qui, deux siècles avant les événements de la guerre d'Ōnin, avait aidé son seigneur et amant à s'emparer de la capitale Kyoto. L'héroïne de cette série serait la réincarnation de cette Tomoe, posséderait également des pouvoirs sur l'eau et un seigneur pirate souhaite l'épouser de force pour prendre lui aussi le pouvoir.

J'ai apprécié de découvrir cette période historique complexe et mouvementée. D'autant que les choses y sont présentés sous l'aspect de l'aventure, des intrigues politiques et de ce petit soupçon de fantastique.
J'ai aussi beaucoup aimé le dessin, réaliste et très soigné. D'emblée on est attiré par la couverture façon estampe japonaise, hommage évident à Hokusai.
L'histoire est bien menée, dense et plutôt prenante.

Pourtant tout n'est pas parfait.
Le rythme narratif est un peu rapide. Les années s'y écoulent vite et cela empêche de bien s'attacher aux péripéties qui paraissent parfois survolées. D'autant plus que la fameuse Tomoë est rendue plutôt agaçante avec son caractère certes fort mais colérique et autoritaire. Cela laisse le lecteur un peu en dehors du récit alors que l'histoire pourrait être plus prenante.
J'ai également noté un passage assez peu clair au début de la BD avec un bateau pirate remplacé juste après par le bateau différent de Yoshinaka sans qu'on sache si c'est le même dessiné autrement par erreur ou si c'est un autre et dans ce cas ce qu'il est advenu du premier. Entre bandits, pirates et autres pirates différents ou pas, j'ai été induit à la confusion pendant quelques instants.
De même, j'ai mis du temps à comprendre si la riche noble que rencontre Yoshinaka en fin d'album était la femme d'Hosokawa qu'on suivait peu de temps auparavant ou bien celle de l'empereur qui, sauf erreur, n'avait jamais été présentée jusque là.
Dommage pour ces petits manques de clarté dans la narration.

La série semble se terminer en deux tomes seulement, sans que je sache s'il s'agira d'une vraie fin ou si d'autres diptyques suivront. En tout cas, si le graphisme conserve cette qualité et si l'histoire garde son intérêt à la fois historique et aventureux, je lirai volontiers la suite.

Nom série  Les Spectaculaires  posté le 28/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un bon récit d'aventure légère dans un cadre sympathique.
Nous sommes donc placés dans le Paris de 1909. Un inventeur un peu fantasque se fait voler les plans d'une arme terrible et demande l'aide d'un quatuor de saltimbanques un peu minables mais pleins de bonnes intentions. Soutenus par quelques gadgets de l'inventeur marchant plus ou moins bien et menés par la vaillante et jolie fille du groupe, ils vont affronter l'adversité dans une aventure mouvementée.

C'est plaisant et divertissant. Les personnages sont plutôt sympas. Le ton est léger et amusant sans être quand même foncièrement drôle. Le dessin un peu rondouillard fonctionne très bien, autant pour les décors que pour les personnages.
L'histoire est un petit peu téléphonée mais elle fait passer un bon moment. S'il y a une suite toujours bien rythmée et que les relations entre les personnages se développent encore davantage, je la lirais avec plaisir.

Nom série  Ravage  posté le 28/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ravage fait partie des grands classiques de la science-fiction française, même si ce n'est pas l'oeuvre de René Barjavel que j'apprécie le plus, lui préférant La Nuit des Temps ou l'idée à l'époque novatrice du paradoxe temporel imaginée dans le Voyageur Imprudent. Le concept de cet ouvrage est de mettre en scène une Terre légèrement futuriste où soudainement l'électricité ne marche plus et toute la civilisation s'effondre du jour au lendemain. Un des premiers récits post-apocalyptiques en somme.

Jean-David Morvan adapte en trois tomes ce roman. Comme ce dernier, le récit s'entame loin dans le futur, à l'époque où un personnage nommé le Patriarche impose par la force un nouveau mode de vie humaine où la technologie est prohibée. Puis nous découvrons le passé de cet homme et le monde évolué dans lequel il a vécu sa jeunesse. Jusqu'à ce que tout cet univers s'écroule en fin d'album.

Le dessin est de Rey Macutay, dessinateur philippin qui avait déjà collaboré avec JD Morvan sur Jaurès. Son style est réaliste et ouvragé. La ferveur de son trait et son dynamisme donnent une touche légèrement fantasy au récit qui me rappelle certains dessinateurs chinois amateurs de comics comme Xiaoyu Zhang (Crusades) ou Jia-Wei Huang (Ya San). Il nous offre ainsi des personnages pleins d'énergie et des décors futuristes soignés et plutôt réussis.

L'histoire quant à elle n'est pas mauvaise. J'ai lu le roman il y a trop longtemps et je ne me souvenais pas que le héros ait été à ce point rétrograde. Phobique des transports modernes, promoteur de l'effort physique et intellectuel et rejetant la société technologique, il apparaît très décalé par rapport à son époque, presque incongru. A côté de cela, sa bonne amie chanteuse joue les naïves effarouchées tandis que son vil producteur profiteur apporte une touche manichéenne un peu trop appuyée. Bref, les personnages manquent un peu de finesse et les événements du premier tome de cette série sont un peu téléphonés. Mais c'est à la fin de ce dernier, une fois le décor posé, que les événements clés se lancent pour de bon. Et on a envie de voir la suite.

Nom série  L'Envers des rêves  posté le 17/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme son titre l'indique, Warnaut et Raives nous offrent ici une vision de l'envers du décor du cinéma hollywoodien des années 50 : productions complexes, conflits d'égo, luttes d'influence, magouilles et autres coucheries.

J'ai apprécié l'ambiance d'après-guerre sous le soleil californien, avec les premiers échos du Maccarthysme, les stars à l'ancienne, le strass et les producteurs tous puissants. Le graphisme clair, lumineux et réaliste de Guy Raives s'accorde très bien avec un tel cadre.
Sous le couvert d'une vraie intrigue, on a droit à une vision d'ensemble des différents métiers du cinéma de l'époque, du scénario au montage en passant par le script, les décors, l'habillement, etc...
L'histoire est un peu fouillis au départ car on découvre d'emblée toute un ensemble de personnages et on peut s'y perdre dans les noms, rôles et ambitions de chacun. Mais les choses s'éclaircissent au fil de la lecture pour devenir limpide en fin d'album. Et ce que je prenais pour une coïncidence un peu bête quelques pages avant la fin devient finalement juste après logique avec l'arrivée d'un retournement de situation assez bien vu et m'ayant convaincu que le reste de l'histoire, que je croyais un peu embrouillée, tenait en fait bien la route.

Une bonne lecture et une vision assez grinçante du Hollywood des années 50, qui ne pêche à mes yeux que par le temps qu'on met à s'y retrouver dans les nombreux personnages.

Nom série  Catherine de Médicis  posté le 14/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette lecture fut pour moi frustrante. Car le personnage de Catherine de Médicis et la complexité de son règne en pleines guerres de religions en France sont intéressants. Et parce que le dessin de Paolo Martinello est de belle qualité, soigné, beau et doté de couleurs originales et élégantes. Mais pour quelqu'un comme moi qui connait très mal cette période de l'Histoire de France, j'ai trouvé cette lecture trop compliquée et pas assez claire.

J'ai l'impression qu'il faut connaitre à l'avance le détail de tous ces conflits de religions et ces luttes de pouvoirs pour s'y retrouver parmi tous ces événements et tous ces personnages. Les choses sont rarement expliquées dans cet album et on s'y perd souvent. Le récit est dense car il se passe énormément de choses entre la jeunesse et la fin de Catherine de Médicis mais du coup, le lecteur néophyte est noyé dans cette somme de faits, de noms et d'événements. Quand venaient des moments plus connus du grand public, je m'y retrouvais, comme dans les pages relatant de belle manière le massacre de la Saint-Barthélémy (raconté avec un point de vue bien distinct d'ailleurs de celui de la BD Charly 9 où les rôles de la reine régente et du jeune roi étaient très différents, je trouve). Mais trop souvent je me suis senti perdu à essayer de comprendre qui était qui, pourquoi les seigneurs et les peuples réagissaient ainsi, et pourquoi les choses étaient si compliquées à l'époque.

Ce que j'en retire, en tout cas, c'est une belle dénonciation, s'il en était encore besoin, de la stupidité et de la violence qu’entraînent les fanatismes religieux. Et le fait que pour avoir louvoyé comme elle le pouvait dans cette époque particulièrement retorse, le personnage de Catherine de Médicis est clairement digne d'intérêt et de complexité. Dommage du coup que la lecture de cette BD soit aussi difficile quand on ne connaît pas déjà bien cette période historique.

Nom série  L'Amour est une haine comme les autres  posté le 13/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album raconte l'histoire d'amitié, dans la Louisiane de la première moitié du XXe siècle entre un blanc, fils d'un riche entrepreneur, costaud mais un peu benêt, et un noir, malingre mais très intelligent. Après que le garçon blanc ait sauvé la vie du noir, les deux se lient d'une amitié sincère et décident de s'aider mutuellement. Le noir aidera le blanc à réussir ses études et à reprendre la société de son père, tandis que l'autre protégera son ami contre les exactions racistes de la population locale. Mais ils devront garder le secret sur leur amitié sous peine d'être punis tous les deux par la société ségrégationniste et haineuse dans laquelle ils vivent.

Sur le fond, ce scénario est intéressant et dispose d'un bon potentiel. La dénonciation du racisme dans le Sud des Etats-Unis n'est clairement pas un sujet neuf mais le traiter par le biais d'une telle amitié secrète entre un noir et un blanc apporte un peu d'originalité. On est curieux de voir comment ils vont se débrouiller l'un et l'autre et si leur amitié réussira à durer, même si les pages d'introduction de l'album semblent ne rien présager de bon pour leur avenir commun.

Le style de dessin de Lionel Marty est assez personnel. Je le trouve agréable, bien colorisé, et j'aime bien ses décors et l'aspect de ses personnages. J'ai un peu plus de mal par contre avec la façon dont il dessine les bouches qui ont régulièrement l'air d'être déformées ou déchirées.

Maintenant, le déroulement de l'histoire en elle-même ne m'a pas convaincu.
Déjà la narration est un peu confuse avec des flash back qui s'insèrent régulièrement sans prévenir dans le récit. J'aurais préféré un peu plus de linéarité dans ces circonstances.
Ensuite il y a quelques passages qui sonnent artificiels, notamment les morts similaires des mères des deux héros qui ne sont pas crédibles.
Et enfin et surtout, il y a un trop fort manichéisme dans cette histoire. On sent que les auteurs mettent bien d'un côté les deux gentils héros contre tous les méchants du monde, des méchants qui sont tous plus méchants, haineux et pourris les uns que les autres. Cette accentuation de la haine, même envers les membres de sa propre famille, s'apparente presque à de la caricature et réduit l'élégance et l'impact de cette dénonciation du racisme.

Dommage car le thème est bon et de mettre en comparaison, comme les auteurs le font ici, la situation intolérable en Louisiane dans les années 30-40 avec la bouffée d'espoir des années 60 de Martin Luther King était une initiative louable.

Nom série  Gilles Durance  posté le 13/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A lire cette série, j'ai bien l'impression que l'auteur aime les avions, les belles mécaniques, l'aventure-action à l'ancienne et les jolies filles en jupes très courtes qui s'envolent au moindre courant d'air. Et si vous aimez ça aussi, cette série n'est pas mal dans le genre.

J'aime bien la façon dont elle nous plonge dans l'ambiance aventureuse des années 60. Nos trois héros sont des anciens de la Guerre d'Algérie mais ils n'aiment pas la politique et se passionnent avant tout pour l'aviation et l'action quand elle se présente. Cette série a énormément de points communs avec Tanguy et Laverdure, avec ces héros pilotes d'avions évidemment, pour le cadre historique, mais aussi pour les décors et contextes des histoires, qui rappellent différents albums comme Baroud sur le désert, Destination Pacifique, la Mystérieuse Escadre Delta ou encore l'Espion venu du ciel. Comme dans ces deux derniers tomes notamment, Gilles Durance et ses amis sont embarqués dans des opérations troubles de barbouzes français où leur sens de l'honneur et de la franchise est mis à rude épreuve face aux magouilles complexes des espions et autres trafiquants d'armes.

Le dessin de Calixte est une ligne claire nette et lumineuse. Ses personnages sont parfois un peu raides et leurs poses et expressions un peu artificielles mais ce style permet une lecture fluide et plaisante. Ses véhicules, avions et autres voitures, sont en outre dessinés de manière très maîtrisée.

Les histoires sont agréables et pleines d'exotisme. On est vraiment dans l'aventure "à papa", avec les bons héros aux idéaux justes et valeureux. J'ai bien apprécié cette plongée dans l'ambiance un peu désuète d'une époque où l'aventure ne se perdait pas en complexité et en noirceur. Néanmoins j'ai un peu tiqué à certains moments, notamment quand je vois nos héros pourtant civils partir bombarder un aéroport comme si c'était la bonne chose à faire de s'impliquer aussi vite dans un conflit dont ils ne connaissent quasiment rien. De même certaines péripéties sonnent un peu faux, comme cet espion ennemi qui se trouve pile dans le bar où nos héros débarquent par hasard après avoir atterri d'urgence avec leur avion. Ce type de situation et quelques raccourcis moraux favorisant de l'aventure un peu guerrière façon "ouais, on va gagner parce qu'on est du côté des bons" a un petit peu refroidi l'affection que j'avais pu ressentir pour le reste du récit.

Je vois donc avec cette série une bonne BD d'aventure-action à l'ancienne pour les amateurs d'avions, de belles mécaniques et d'exotisme, mais pas un indispensable pour autant.

Nom série  Sailor Twain ou La sirène dans l'Hudson  posté le 13/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai beaucoup aimé l'originalité de ce récit. Quand on voit une série s’appeler Sailor Twain avec un bateau à roues à aubes sur la couverture, on s'imagine une histoire classique de navigation sur le Mississippi. Mais il s'agit en fait ici d'une histoire se déroulant sur la rivière Hudson, avec un bateau célèbre pour les fêtes de célébrités qu'il accueille, ayant pour propriétaire un excentrique français à la fois romantique et grand coureur de jupons, et le tout dans un récit clairement orienté vers le fantastique.
Cette histoire de sirène charmeuse et mystérieuse dans le folklore des USA de la fin XIXe siècle m'a bien plu. J'étais intrigué et je voulais voir où elle allait me mener.

Le dessin est un peu spécial. Les décors sont soignés et réalistes. Certaines illustrations pleine page sont même très belles. En contraste, les personnages aux visages bien plus simples et aux grands yeux sont assez étonnants. Je dois dire que je n'ai pas trop aimé, surtout le visage du héros, le capitaine Twain, avec ses yeux tous ronds, son nez en triangle et ses cheveux en pétard. J'ai trouvé la façon de le dessiner trop basique pour me plaire. Il ne cadre pas bien avec le reste du graphisme et du récit.

Mais ça ne m'a pas empêché de bien apprécier l'histoire... jusqu'à la toute fin qui m'a un petit peu déçu. Ironiquement, je trouve que ça se finit un peu trop en queue de poisson. J'espérais une conclusion plus concrète, moins fataliste et romantique.

Nom série  Le Feul  posté le 10/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série d'heroïc-fantasy bien classique sur la forme, avec ses guerriers et guerrières et ses différentes peuplades, mais qui m'a séduit par sa sobriété plutôt mature et la beauté de son dessin.

Le trait réaliste et très soigné de Frédéric Peynet m'a immédiatement plu et surpris. J'étais surpris d'être passé à côté d'une série aussi bien réalisée. Ses personnages et ses décors sont très chouettes, et les couleurs élégantes ne gâchent rien.

J'ai également été charmé par le récit qui évite toute esbroufe et tape-à-l'oeil immature. Si l'on excepte des caractéristiques physiques différentes pour les différentes peuplades et quelques rares créatures imaginaires, on pourrait presque croire à un simple récit médiéval sans fantastique. Et ce qui m'y a plu, ce sont les personnages et les relations entre les différents peuples, à la fois opposés par des coutumes différentes et des préjugés méfiants, et en même temps unis par un même objectif de combattre une maladie qui les frappe tous.
Le premier tome m'a vraiment plu mais j'attendais encore que l'aventure se lance pour de bon. Le second tome est resté dans la même lignée assez sobre et je l'ai trouvée du coup un peu longuet. D'aligner des rencontres de nouvelles peuplades, ça va un moment mais ça lasse à la longue. Puis vient le troisième tome où tout s'accélère, presque trop car en voyant les dernières pages venir je m'inquiétais à l'idée que l'histoire s'arrête en plan et que la série ait été abandonnée. Mais non, il y a une vraie fin même s'il ne clôt pas certains aspects et laisse un léger goût d'incomplet, de frustration. Et surtout, je dois admettre que le twist final était devenu prévisible depuis de longues pages en ce qui me concerne et qu'il m'a déçu par son côté anachronique qui rompt avec l'élégance de la fantasy du reste de l'histoire.
Un peu déçu par la fin donc, mais ça reste une bonne série de fantasy avec un très bon dessin.

Nom série  Le Piano Oriental  posté le 09/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album raconte deux récits en parallèle. D'un côté, il y a l'histoire du grand-père de la narratrice, musicien libanais joyeux et ouvert d'esprit ayant inventé un piano permettant de jouer les quarts de ton spécifiques de la musique orientale. Et il y a l'histoire de la narratrice qui, de nos jours, nous fait connaître son état d'esprit par rapport à sa culture à la fois française et libanaise et son amour pour les deux langues et les deux pays. Les deux récit ne sont liés que par le fait que la première fait partie de la légende historique de l'autre.

J'ai bien aimé l'aspect optimiste de cette vision d'un pays avant et après une guerre civile qui l'a pourtant ravagé et qui n'est ici que mentionnée de loin. Le dessin naïf en noir et blanc de l'auteure permet de bien appuyer sur ce côté joyeux et légèrement insouciant. S'il fait initialement penser au style de Marjane Satrapi (Persepolis), elle-même influencée par David B. (L'Ascension du Haut Mal), il se différencie parfois par un aspect assez proche de l'illustration en enluminures. C'est joli et agréable à lire, même si je dois dire que la tendance à l'esthétisme rend parfois la narration graphique un petit peu confuse.

Le récit en lui-même n'est pas exceptionnel. L'histoire du grand-père et de son piano est intéressante et plaisante mais sans plus. Celle de la narratrice et de son rapport à sa langue et son pays ne m'a pas tellement captivé. Je l'ai trouvé trop personnel même s'il est sincère et même si j'ai trouvé sa fin assez jolie. J'aime bien cette image des toits parisiens avec la mer libanaise à l'horizon.

Nom série  Suite Française  posté le 08/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'Exode de Juin 40 en BD mais avec comme intérêt notable qu'il s'agit de l'adaptation d'un récit écrit entre 1940 et 1942, donc clairement au cœur de l’événement. Nous y suivons une brochette de personnages variés, allant de la famille bourgeoise à de simples employés de banque en passant par un écrivain snob et la maîtresse débrouillarde d'un riche banquier. L'histoire se passe entre le moment où ils décident tous de quitter Paris dans l'urgence et celui où la plupart d'entre eux y reviennent quand finalement la France a signé l'Armistice.

J'ai bien aimé la crédibilité de cet ensemble de récits ainsi que la diversité de son panel de protagonistes. Cela permet d'avoir plusieurs points de vue et plusieurs types de déroulement de ce moment historique. Le dessin est également appréciable, dans ce style d'Emmanuel Moynot qui s'apparente à celui de Tardi.
Par contre, le fait que le récit alterne rapidement entre les situations de chaque groupe de personnages donne un sentiment de superficialité au récit. On ne s'attache à aucun d'entre eux. De même, le rythme est un peu rapide et empêche le lecteur de se sentir impliqué et de vraiment apprécier ce qui arrive à chacun.
En définitive, ce fut pour moi une lecture historiquement intéressante mais pas vraiment très prenante.

Nom série  Cendres  posté le 06/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai eu un léger sentiment de déjà-vu avec cette histoire. On y retrouve en effet le thème de trois anciens amis qui se retrouvent à l'occasion de la mort du quatrième membre de la bande qu'ils formaient étant jeunes et qui partent pour un road-movie qui va leur permettre de se retrouver et de vivre ensemble des aventures qui vont les rapprocher.
Outre son graphisme assez personnel, l'album se différencie un peu quand même par l'originalité de ses personnages, aussi bien dans le background de ces fameux amis que dans celui des deux brutes qui les poursuivent. Car il y a en effet une petite touche de récit de gangsters avec deux gros bras au look de ZZ Top qui en veulent pour une raison au départ mystérieuse à l'un des trois amis. Or il s'avère au fil des tomes que la raison pour laquelle ils le poursuivent est plutôt amusante et que ces deux là se révèlent finalement assez attachants.
Ah ! Et il y a aussi un singe, adopté par l'un des trois amis.

Tout ça pour dire que cette histoire inclut des éléments assez originaux et amusants dans une intrigue plus classique. Associés à un graphisme clair et un peu naïf et à des couleurs doucement acidulées, cela donne une lecture légère et divertissante. Je n'ai pas toujours fortement accroché car je trouvais que les amis en question n'étaient pas des plus attachants, mais par contre j'ai plutôt bien aimé la toute fin et le fameux endroit où ils arrivent. C'est un rêve qui me parle bien.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 275 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque