Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 40 avis et 22 séries (Note moyenne: 4.05)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Kuklos  posté le 09/06/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une BD extrêmement bien foutue, que ce soit au niveau de l’intrigue, du réalisme historique (les auteurs ont visiblement bien creusé leur sujet) ou de la psychologie des personnages. Comme déjà dit, le point de vue adopté est celui d’un Klaniste très convaincu, que l’on observe à la lorgnette sans se faire guider par un jugement moralisateur explicite des auteurs.
Le scénario a de plus l’énorme avantage d’éviter le manichéisme, en montrant que si les Klanistes ne sont pas des tendres, les Noirs ne sont pas tout blancs non plus (ha ha). Passages à tabac et exécutions sommaires frisant le sadisme sont aussi très présents de l’autre côté… (Voir notamment la scène finale, d’une barbarie phénoménale : un Klaniste se fait couper le bras à la hache, un autre est achevé à la fourche et un troisième bouffé par les cochons…)
En plus, cerise sur un gâteau déjà plus que savoureux, le lecteur a droit à des petites intrigues gentillettes au sein du Klan, essentiellement composé, bien sûr, de notables du coin : rivalités de pouvoir, émulation, remords de certains (qui iront jusqu’au suicide), règlements de comptes sordides,… Tout ceci confère une couche supplémentaire de réalisme, et montre bien que ce genre de mouvement n’est idéologique qu’un temps, pour vite se muer en instrument de pouvoir.
Bref : une peinture très noire, très glauque, mais très méticuleuse du Klan - et de l’âme humaine. Un must.

Nom série  Lomm  posté le 21/10/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une histoire étrange, tout entière marquée par l'âpreté de la lutte pour
survivre. On sent sourdre le thème de l'homme qui émerge, faible, qui
toutefois maîtrisera le monde et son environnement, non pas par sa force,
mais par son intelligence (c'est assez génial, le moment où il reste
admiratif devant un OUTIL abandonné par les hommes), sa curiosité, sa
débrouillardise, et peut-être même sa "bonté" - j'ai beaucoup aimé le
passage où il partage de la bouffe avec Pouy-Pouy, sans comprendre pourquoi
sa mère le lui interdit. D'ailleurs, la relation entre la mère et son
petit - malgré la monstruosité de celui-ci - est touchante, et on attend de
voir comment celui-ci va se débrouiller, tout seul, dans le tome suivant...
Et les relations entre personnages, en général, prennent un ton très
particulier (quoique très réaliste dans ce contexte) : les forts se gênent
pas, les faibles s'écrasent, mais il y a quand mêmes des codes. L'émergence
d'une société, d'un fondement culturel.
Le dessin, quant à lui, c'est du TBC (Décalogue, tome 4) : lisse,
propre, net, efficace. Un peu froid, mais ça convient à merveille à cet
univers.

Nom série  Sam Pezzo (Les Enquêtes de)  posté le 02/09/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Intégrale de nouvelles polar sympa, par le grand Giardino (Jonas Fink, Vacances Fatales). Sam Pezzo a ceci de particuler qu'il reste dans des histoires assez banales, confluant parfois au burlesque : deux truands flinguent un type dans les chiottes d'un bar, et personne ne fait mine de broncher, pas même de suer la peur. Indifférence, c'est tout.
L'ambiance est généralement plutôt tordue : l'intrigue se dénoue souvent dans une direction complètement inattendue, qui nous fait parfois nous rendre compte que Sam s'est bien fait avoir, et nous le montre se retrouvant Grosjean comme devant. Giardino manie fort bien l'ironie, que ce soit dans le sort réservé à son personnage, ou dans ses commentaires pastichant le style polar série noire - un peu à la manière du Choucas, mais en moins prononcé.
Ainsi s'attache-t-on à ce brave fouineur.... qui reste très fouillé, "vrai" dans son personnage.
Le dessin, lui, tout de noir et de blanc, enfonce encore le clou de l'ambiance vaguement sordide, vaguement burlesque (particulièrement les tronches de certains personnages), et par son apparente netteté lisse ajoute encore à la distance ironique d'avec le personnage.

Nom série  Flag  posté le 20/08/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Comme je l’ai déjà dit, le maître intérêt de cette BD reste l’effort scénaristique. Chauvel, bien servi par les dessins efficaces de Le Saëc, excelle dans son découpage, sa construction narrative : pour ne citer qu’un exemple, il ouvre son récit sur un détail qui semble anodin, mais prend tout son sens à la fin de la BD…
La construction en flash-backs peut dérouter, si on n’a pas l’habitude. Mais comme ceux-ci sont très bien marqués, repérés clairement dans le temps, un léger effort de représentation permet de suivre parfaitement l’histoire, avec en prime l’impression d’être intelligent !
La thématique de cette BD reste, comme bien souvent chez Chauvel, la violence, mais la violence sociale, et l’humanité de ses acteurs. Plus explicitement, on voit le flic faire son boulot, être aussi humain qu’il est possible de l’être (on a notamment droit à un aperçu rapide de sa vie de famille) en ménageant son sens du devoir, et le délinquant le prendre pour un pote inconditionnel… Avant de « tomber de haut » : le flic reste un flic – pas un pourri ni un hypocrite, mais un flic qui fait son boulot quand ça commence à devenir grave.
Le jeune en conservera un sentiment amer, et tout ça, bien évidemment, finira mal.
Un BD solide, un peu noire, mais à mon sens très réaliste, et qui veut plus dépeindre de manière un peu orientée, sociologique pourrait-on presque dire, que dénoncer un système ou la société.

Nom série  Belle comme la mort  posté le 20/08/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une BD qui démarre comme un polar classique : un accident, un inconnu aux trousses d’une jeune fille défendue par son chevalier servant, et allons-y pour une histoire intéressante mais pas très originale.
Pourtant, au fur et à mesure que l’on progresse dans la lecture, on se dit que quelque chose cloche. C’est imperceptible, mais une photo oubliée par-ci, une ellipse par-là, et tout ça prend peu à peu l’apparence d’une histoire beaucoup plus complexe qu’elle n’en a l’air.
Pas complexe au niveau de l’intrigue, s’entend : on n’a pas affaire à un scénario à la XIII… Mais complexe au niveau humain. Il y a décidément trop d’histoires derrière cette seule et unique jeune femme.
Petit à petit, donc, le lecteur découvre une vérité surprenante, quoique simple au possible. Et toute l’histoire de s’écrouler, de se déconstruire, de s’épurer au maximum. En cela, cette BD me fait un peu penser aux « bijoux de la Castafiore », ouvrage dans lequel chaque intrigue est une fausse piste, un faux-semblant intégral, un monstre de simplicité que seule notre naïveté a rendu complexe.
Toute cette subtilité de scénario s’articule sur des personnages très attachants, du simplet Luis à sa mère abusive en passant par le mystérieux (et violent) bonhomme. On les sent tous porter un drame en germe, et tous se débattent là-contre sans s’en rendre compte…
Les personnages, très humains donc, sont bien rendus par le trait du dessinateur, qui propose là une galerie de portraits comme son scénariste propose une galerie de psychologies ; avec la finesse des « Amours fragiles », composées par les mêmes auteurs.

Nom série  Bitume  posté le 07/08/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série, originale par son concept – le seul point commun entre les albums, c’est le bitume, sous toutes ses formes -, ne se résume de loin pas à des histoires à la Michel Vaillant ou aux Casseurs : ici, la route ou le trottoir se font plutôt prétexte à chacun pour y dérouler son destin, y faire quelques kilomètres dans son passé, ou filer vers l’horizon de son être…
Les intrigues sonnent très juste, et touchent tout autant : bouffées de nostalgie, vieilles histoires parfois difficiles qui se dénouent de manière inattendue et pas « bêtement » dans un happy end convenu, chacun des opus de la série est un petit moment de bonheur, une invite à l’introspection parfois sordide – Le Fils de l’Autre -, parfois limite romantique – Taxi City -, mais le plus souvent entre-deux – Norma’s day.
Les personnages, solidement campés sur les deux jambes que forment leur passé et leur mémoire, sentent l’écorché vif, l’attachant que donne le tragique et cette odeur de vieille page que l’on finit par tourner, une bonne fois pour toute.
Bref… Je vais m’arrêter là, ou je vais encore plus verser dans le lyrique. Mais lisez cette série. Vraiment chouette, même si le dessin, honnête, n’a à mon sens pas grand-chose de novateur –on apprécie toutefois cette parfaite adéquation avec le côté lisse des scénarios, ces grandes lignes routières…
(Mention spéciale pour l’esthétisme particulier des couvertures.)

Nom série  A quoi tu penses ?  posté le 14/07/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une BD noire, noire, noire. Y compris dans le dessin : rien qu'à voir une planche, ça en est nauséeux. Mais le scénario est très, très bien ficelé, et les personnages d'une rare profondeur psychologique. Entre malentendus et intérêts divergents, entre sentiments d'inutilité et soubresauts désespérés, les protagonistes sont pris comme dans un étau, voire plusieurs, et finiront, bien sûr, par s'anéantir mutuellement, par gâcher ce qui reste de leurs vies de frustrés broyés par le carcan de la société.
Déconseillé aux neurasthéniques... Sauf pour les convaincre qu'il y a plus sordide que leur vie, même intérieure. A noter que le titre s'explique par le mode de narration, assez original puisqu'il saute des pensées de l'un à l'autre des personnages, sans crier gare. C'est parfois déroutant, mais toujours très subtilement mené. A mon sens, une BD qui est un petit bijou de narration.

Nom série  Exit (Delcourt)  posté le 24/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Une série de récits très incisifs, bourrés d’humour noir, s’en prenant à la fois à certains tabous de notre société, à de ridicules travers de l’âme humaine, ou encore flirtant avec le fantastique. Ces petites perles sont portées par un graphisme tout à fait adéquat : à partir visiblement d’une feuille noire grattée, Thomas Ott extrait des visages d’une rare expressivité, et sur lesquels le moindre coup de scalpel semble être un cerne… Se hisse, à mon humble avis, au niveau de Franquin et de ses Idées Noires, voire carrément un peu plus haut. Oui monsieur !

Nom série  Sous le pavillon du Tsar  posté le 22/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une BD très noire, qui montre crûment les aspects de la guerre marine à l'époque ; et qui plus est, dans une Russie où fermentent, déjà, les premiers remugles de la Révolution d'Octobre 1917 : les dialogues entre le jeune marin Volodia, croyant et tsariste, et le vieux routard Youri, forte tête pensante, valent leur pesant de représentativité historique, en ce qu'elles rendent très bien l'atmosphère de l'époque, l'émergence de nouvelles valeurs.
Le dessin de Dimitri est toujours aussi glacé, froid, et la narration entêtante toujours parfaitement adaptée à son propos.
Je n'ai pas mis une note culte, même si j'ai hésité : je préfère la réserver à Kaleunt, qui à mon avis est le chef-d'oeuvre de l'auteur dans ce genre du récit de guerre, où il excelle.

Nom série  La lettre froissée  posté le 21/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une BD toute en finesse, qui entremêle les souvenirs ressurgissants de la protagoniste amnésique à la réalité qui l'entoure, et l'aide dans sa quête d'identité. L'arrière-fond historique vient corser tout ça. Du bon Servais, qui sait jouer sur la corde sensible sans verser dans le mélo.

P-S : cette histoire fait partie de la collection "la mémoire des arbres".

Nom série  Kid Congo  posté le 17/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Une BD formidable, très touchante, très bien construite : plus que le devenir du couple, la narration s’intéresse à l’évolution de Joseph qui, malgré toutes les crasses qu’on lui fait, malgré tout ce qu’il subit, malgré tous ceux qui tentent de faire de ce parangon de gentillesse naïve un videur, un boxeur, voire un soldat, conserve son calme et sa fraîcheur enfantins. Résistance inébranlable de l’homme foncièrement bon qui encaisse, encaisse, encaisse, et ne change pas son fond d’une ligne – un sujet que n’eût pas renié Rousseau…
Cette BD, c’est l’histoire d’un grand enfant bourré de qualités humaines, au pays des adultes cyniques et calculateurs, sans égards pour leur prochain, aveuglés qu’ils sont par leurs intérêts. Cette BD, c’est un hymne à la confiance aveugle, admirable de naïveté que manifeste Joseph.
Le dessin, c’est du Loustal, on aime ou on n’aime pas ; la narration, elle, a ceci de particulier qu’elle s’appuie beaucoup sur le texte, évitant quasi complètement l’usage des bulles pour leur préférer celui des récitatifs. Cela donne un ton détaché qui fait encore davantage ressortir le décalage ressenti par Joseph, pauvre gars qui n’avait vraiment, vraiment rien à faire dans ce monde de brutes. La fin est, à ce titre, exemplaire de touchante cruauté.

Nom série  Les Tours de Bois-Maury  posté le 15/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Sans insister que je suis tout à fait en accord avec les commentaires de mes prédécesseurs au sujet du dessin et du scénario, tous deux de rare qualité - même si le graphisme un peu criard des premiers tomes peut rebuter -, je tiens à souligner, ici, l'intérêt présenté par les personnages eux-mêmes, qui bénéficient d'une personnalité très étudiée, très complète, très vivante.
Pas seulement en ce qui concerne les deux protagonistes principaux ; les personnages relativement secondaires (Alda, Germain, Markus,...) sont eux-mêmes très fouillés, très bien suggérés, à la manière (un peu) de la Comédie Humaine de Balzac : on apparaît au tome un, on disparaît deux tomes, on réapparaît quelques années plus tard dans le tome suivant, et on a évolué.
Un principe très subtil de caractérisation, que Hermann utilise - comme tout ce qu'il fait - de main de maître.
Historiquement, pour en toucher un mot, la série dans son entier est d'une rare qualité, et d'une précision documentaire, notamment au niveau des mentalités - fait rare en BD, qui souvent se contente des aspects matériels et visibles de l'Histoire.
Bref : une BD solide à tous points de vue.

Nom série  La Belle Coquetière  posté le 09/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une histoire sordide, inspirée paraît-il de faits réels de l’époque ; une histoire sordide, et immorale, dans laquelle les apparences sont plus que trompeuses, et où les pires brigands ne sont pas ceux que l’on croit. Ceux qui finissent sur l’échafaud sont presque les moins coupables…
Un zeste de folie perverse étoffe la psychologie de la plupart des personnages, les rendant littéralement fascinants, inquiétants. Servais signe là, dans son style de dessin si particulier et que, personnellement, je trouve si beau, si léché, un petit chef-d’œuvre aux multiples soubassements.

P-S : Cette histoire en deux tomes fait partie de la série « la mémoire des arbres ».

Nom série  Tramp  posté le 08/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une narration nerveuse, toute en rebondissements et en finesse scénaristique...
Les personnages dépeints sont très vivants, au point que même les salauds de l'histoire ont un côté humain, crédible.
Une très bonne BD.

Nom série  Le Temps des Bombes  posté le 08/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Rien à ajouter au dithyrambe de Kael... Si ce n'est que la minutieuse reconstitution de l'époque, remarquable sur bien des points (représentativité de la société d'alors par les personnages, "lutte des classes", environnement culturel, questions sociales,...), est plus que remarquable.
Une très bonne série, qui à l'intrigue socio-historique mêle des interrogations filiales.

Nom série  Jérome K Jérome Bloche  posté le 07/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Oui, une série pleine de fraîcheur, qui si elle commence sur des bases un peu branlantes à mon goût – flirt avec le fantastique de seconde zone, intrigues bébêtes dans les premiers albums - , se bonifie par la suite, offrant tout un éventail de personnages aussi attachants que variés.
Jérôme K. Jérôme Bloche, au fond, c’est une grande histoire de famille, dont presque chaque tome nous fait découvrir un nouveau membre. Et c’est souvent touchant, humain, pas prise de tête, un ton très frais.

Nom série  Les Tuniques Bleues  posté le 07/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le dernier Tuniques Bleues, « Emeutes à New-York », m’a personnellement pleinement satisfait : intrigue sympa, bien ancrée historiquement et solidement documentée, avec pour thème principal le sujet chaud de la conscription aléatoire. Les gags sont bons, voire excellents – je ne me suis pas encore remis du coup du type dans l’armoire, vraiment tordant…
Détail intéressant : à un moment, un personnage dit : « Cette guerre ne va plus pouvoir durer bien longtemps »… Annonce subtile d’un prochain retour de Blutch & Chesterfield à la vie civile ?

Nom série  Meurtrier  posté le 07/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une BD très, très noire… A déconseiller aux désespérés. En revanche, si vous aimez la peinture cruelle d’une vie foutue en l’air par les circonstances, si votre âme vous porte à ressentir un peu d’empathie pour les malheurs d’autrui et à en vibrer, jetez-vous dessus…
Les détails quotidiens fourmillent, et l’on voit que Dimitri s’est excellemment documenté pour son ouvrage ; la misère humaine y est de plus très bien dépeinte, et le désespoir de cet homme qui essaie – vainement – de se débattre contre un destin absurde est une magnifique histoire, toute sombre qu’elle puisse être.
Le style de narration, volontairement rétro, alourdit encore l’ambiance, mais entre en résonance parfaite avec le scénario, tout comme le dessin qui ne se la joue pas obscur à la Moynot mais simplement terne, avec quelques rayons de lumière aux rares moments de joie du personnage.

Nom série  Double JE  posté le 05/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« Double Je » reprend un peu, en effet, les thèmes de « Péché mortel », autre série des mêmes auteurs, mieux connue. Ils évoquent notamment la totalitarisation d’une société démocratique, des problèmes d’ordre éthico-médical (je serais curieux de connaître la formation du scénariste, soit dit en passant), et les liens de ces deux grands thèmes avec la religion - même si ce dernier point est nettement plus apparent dans « Double je ».
« Double je » qui me paraît, quand même très, très bon… L’intrigue, ici, est nettement plus intimiste, centrée sur le personnage, le vécu et les découvertes de Luce, et ses rapports avec Vincent et Stéphane. C’est ce qui, à mon sens, fait le charme de la série, par rapport à « Péché mortel » qui, s’il n’oublie pas cette dimension, est beaucoup plus politique.
J’ai apprécié, également, même s’il est vrai que c’est parfois un peu grossier, le début de réflexion sur l’inné et l’acquis que suggère la découverte du clone… Et surtout, morceau d’anthologie, la cérémonie de remise du Christ d’Or, à hurler de rire : « Ce Christ d’or, permettez-moi de le dédier à tous ceux qui nous aidés à battre le record des convertis de l’année !… […] Je pense en particulier à nos quinze mille malades du SIDA que nous avons convertis lors de leur entrée dans notre hôpital de brousse. » (T. I, p. 27)
Bref, une bonne BD à mon sens, en ce qu’elle fourmille de petites richesses très sympathiques, sous-tendues par un fond plus solide qu’il n’y pourrait paraître.

Nom série  Happy Girls (Les Filles Electriques)  posté le 05/05/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Enfin du bon Zep !… (Je dis ça parce que je suis un peu allergique au côté pipi-caca de Titeuf…)
Ah ouais, on sent le vécu, que ce soit celui de Zep ou le sien, mais bordel qu’est-ce que c’est drôle… Ce pauvre paumé qui essaie désespérément de se trouver une copine, dans un monde de brutes où les plus rustres se tapent les plus jolies…
Choc du romantisme adolescent vaguement stupide (genre, garder un cheveu de la miss pendant treios mois et lui souhaiter « bonne nuit, mon amour » tous les soirs) contre la réalité, parfois cruelle… (La même miss, un copain de Robert en ramène un poil au lycée…)
L’en est presque touchant, ce pauvre gars ! Et, encore une fois, c’est tellement du vrai… A conseiller aux lycéennes qui veulent savoir ce qui se passe dans la tête de leurs condisciples !

1 2 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque