Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 295 avis et 32 séries (Note moyenne: 3.02)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Big Crunch  posté le 30/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Oscar et Elias sortent du cinéma. Ils ont vu un film de Cosmos. Et comme ¾ des habitants, ils sont fans de ce super-héros masqué qui combat des émergences. Ces émergences sont des humains qui se transforment en des espèces de monstres. Cosmos les maitrise jusqu’à ce que ces monstres redeviennent des humains. Les deux frangins rejoignent donc leur ainé, Virgile. Ce dernier est accompagné d’une amie du lycée, Bria.
En arrivant dans l’appartement, ils découvrent avec stupeur Cosmos étendu inanimé sur le sol de leur cuisine… Le petit dernier ne résiste pas à l’envie de découvrir qui se cache derrière le masque. La surprise est de taille, Cosmos est… leur père !

Le postulat parait assez conventionnel avec ce qui semble être de prime abord un récit très banal. Mais ce serait passer à côté d’une très bonne histoire, à la fois rigolote, fantastique et rudement bien menée. Moi j’ai accroché tout de suite à cette réalisation, que j’ai trouvé nerveuse, entrainante et passionnante.
Rémi Gourrierec manie à la perfection le fait de faire monter en suspense son histoire. On se prend au jeu, au fil de l’histoire, à se poser les mêmes questions que les enfants. Il parvient à amener une dramatisation et surtout un cliffangher de folie à la fin.

On va suivre principalement les 3 frères et la jeune fille dans leur quête de justice en remplaçant leur père mais également une histoire parallèle avec un journaliste dont on ne sait pas encore trop ce qu’il cherche.
Et puis, de multiples énigmes et interrogations parsèment ce premier tome. Pourquoi et comment les émergences se produisent-elles ? Les enfants ont-ils hérités des dons de leur père ? Qui est vraiment leur père ? Qui va dorénavant contrôler les émergences ?

Le petit format de la collection shampooing ne nuit pas à la lecture, on a l’impression de lire un comics à l’américaine. L’auteur utilise pour son dessin de larges zones de noirs et des nuances de gris. Ça donne un aspect plutôt sombre, particulier à l’album. J’ai également bien accroché à son style.

Pour un premier album, ce Big Crunch est passionnant.

Nom série  Les Contes de l'ère du Cobra  posté le 30/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sublime !

Enrique Fernandez m’a scotché avec cette histoire. Rythme enlevé, scénario à rebondissements, trouvailles en tout genre et un dessin splendide.

Tout démarre assez rapidement dans ce récit, les évènements s’enchainent avec précision. Impossible de prédire les actions qui vont se dérouler. La grande force de ce diptyque est là, un perpétuel état de surprise. On a l’impression de lire un conte tiré des Mille et une nuit, où magie rime avec aventure, où l’impossible semble réel, où l’amour n’est jamais une évidence.

Et puis tout s’enchaine parfaitement, chaque personnage interagis avec les autres, les actes des uns peuvent avoir des conséquences sur le futur de chacun. Ils forment un équilibre fragilisé par la décision d’un seul.
Les quatre personnages principaux rythment le récit, mais ce serait offenser la myriade de seconds couteaux qui eux aussi donnent du poids au récit. Je pense au sniper étranger ou encore avec Numbasa, roi d’un autre royaume.

J’ai apprécié également l’alternance entre récit raconté en voix off et celui où on revient dans le présent, noté par la présence de dialogues. Cela confère une atmosphère romancé, on a l'impression d'écouter à la fois un conteur et d'autre part de se raconter ce récit.

Son dessin concourt à nos plonger dans ce conte fabuleux. Dès les premières pages, on est littéralement happé par ce graphisme travaillé et par le superbe équilibre trouvé dans ses enchainements. La fluidité de lecture parait impressionnante, on se laisse porter sans s’en rendre compte. L’envie de connaître le destin des amants maudits Sian et Irvi, vous fait tourner les pages à vive allure.

Une réussite enchanteresse !

Nom série  Du plomb pour les garces  posté le 30/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Tiens, Mangin au scénario et Malnati au dessin, ça peut être sympa carrément cet objet. Comme un naïf, je prends cette merveille. Un détail, insignifiant mais pourtant important, aurait du m’alerter : le titre "Du plomb pour les garces". Soit on tient un bon vieux Sergio Leone revenu d’entre les morts, soit le titre sera à la hauteur de ce qu’il véhicule… c’est-à-dire… euh… cela ne m’évoque rien de particulier sinon un titre bien ridicule si vous voulez mon avis. Et bien après lecture des 2 premiers (et je pense derniers, faut arrêter le massacre) vous aurez vite compris qu’on trempe dans la seconde position : un scénario sans relief, un dessin fade et figé, une histoire éculée…

Ca démarre pourtant sur les chapeaux de roues, avec le spectaculaire suicide d’une starlette de bas étage, genre Britney Spears en pire (!) et puis ca retombe très vite, dès les 2 pages suivantes, dans une enquête limite ridicule et risible. Ca retombe tellement vite que j’ai d’abord cru à du second degré, et puis non… en fait c’est bien une enquête au premier degré, avec sérieux et professionnalisme, les flingues, le FBI, les cartes, les relevés d’empreintes, les suspects, les interrogatoires,… tout le tintouin quoi, sauf que là tout est mené par une équipe de bras cassés. Des policiers recrutés pour ne pas résoudre les enquêtes, ça c'est réellement une première. Pour un Columbo, cette histoire doit le faire doucement rigoler, il la refilerait surement à sa femme devant son manque d’intérêt.

"L’affaire" aurait pu être résolue en 10 pages à peine, le scénario étant aussi mince que la poitrine de l’héroïne est opulente. On se demande d’ailleurs même si elle n’a pas son cerveau logé dans ses deux protubérances. J’exagère un peu car le dessin n’est vraiment pas ostentatoire (on voit pas de proéminence au niveau du balcon de la demoiselle), d’ailleurs plutôt correct car Malnati aurait pu grossir le trait encore plus, mais le scénario nous bassine avec son tour de poitrine phénoménal, seule caractéristique marquante du personnage principal…
Je passe dans le tome 2 la guerrière apache surentrainée qui vire les « journalistes » à scandale à coup de tatane dans le cul se faisant dézinguer si facilement… Pas super raccord avec ce qu’on a lu précédemment m’enfin bon, on accordera cette facilité scénaristique, ca laisse un suspense inoustenaaaaable jusqu’à la fin.
Et la fin justement, parlons de cette fin magique où du haut de son hélicoptère, notre héroïne touche la méchante tranquillement… Digne de figurer parmi les meilleurs nanars hollywoodiens !

Je ne vais m’étaler plus, c’est raté.

Nom série  Azimut  posté le 18/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je vais me montrer un peu moins enthousiaste que les précédents avis. Juste un peu moins car j’ai eu dans les mains une bande dessinée d’excellente facture. Dessin superbe, univers loufoque, personnages attachants. On en apprend juste suffisamment pour comprendre les aboutissants de cette histoire. Ca j’aime, car du coup on reste dans le flou sur certain passage, qui ne sont pas essentiels à la compréhension de l’action, et qui auront surement une incidence dans le futur. Et même si on ne possède pas tous les éléments pour faire les raccords, l’enchainement est fluide.

Néanmoins, c’est encore un peu confus pour un premier tome. Les théories du professeur Breloquinte sur la banque du temps demande des éclaircissements (qui vont arriver hein, je ne suis pas totalement bébête). J’espère sincèrement que la suite sera du même acabit, restera dans la même lignée, car des bons premiers tomes plombés par des suites navrantes ou décevantes, on en connaît pas mal. Si vous voulez du dépaysement et une histoire qui sorte de l’ordinaire, je ne peux que vous conseillez ce titre.

Le dessin d’Andreae est vraiment superbe. Depuis ma découverte de MangeCoeur, j’ai un petit faible pour cet illustrateur. Il possède un trait bien particulier, avec 3 coups de crayons, il plante un décor finement ciselé, un personnage expressif, un jeu de cadrage… bref ses dessins sont toujours d’une grande lisibilité.

Je me replongerai avec plaisir dans le tome 1 lors de la sortie de la suite. Et j’adapterai ma note à mon ressenti final (le 4 étoile marque quand même un grand plaisir de lecture par rapport à ce que j’ai lu dernièrement).

Nom série  Une nuit à Rome  posté le 18/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le concept est sympa quoique pas novateur, la réalisation est correcte dans l’ensemble. Mon ressenti pour l’instant s’inscrit dans un "A lire une fois". En fait, je me rends compte, après lecture, que le sujet ne me touche pas plus que ça. Oui, j’ai eu des ex qui m’ont marqué mais tout cela est passé, toute relation amoureuse vécue à sa part de nostalgie, comme beaucoup de moments de la vie. Et donc cette histoire de retrouvaille du premier amour ne m’a pas inspiré. Pas en phase avec le personnage ni avec ses motivations. Peut-être qu’à l’aube de mes 40 ans les mêmes questions viendront me hanter ?

Je pense que même avec la fin de ce diptyque ma position n’évoluera pas, voire même descendra encore d’un cran mon avis. Je trouve le texte un peu fade, pas assez profond. Les réflexions restent assez simples dans l’ensemble. On verra bien mais j’ai de gros doutes en ce qui concerne mes futures bonnes impressions de lecture.

Le dessin est pas mal, bien loin des trucs insipides qu’il avait auparavant avec les déclinaisons humoristiques. Un trait plus réaliste qui colle parfaitement à ce qu’il raconte. Ca m’a fait par moment penser à du Meyer en moins peaufiné.

Avis final au deuxième tome que je lirai par curiosité mais sans attendre la révélation !

Nom série  En silence  posté le 18/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon déjà faut pas avoir été dans le noir et se retrouver soudain avec ce bouquin sous les yeux, une lumière totale, sinon c'est perte de la vision assurée. Pour être flashy, c’est flashy… Passée cette étrange impression avec la couleur, on se laisse porter par le style, pas déplaisant au final.

Au niveau de l’histoire, j’ai un peu plus de mal. Le fil conducteur étant le fil de l’eau autant vous dire que par moment cela se brouille. J’ai souvent eu le sentiment de ne pas savoir où l’auteur allait. Et au vu de la chute (d’eau), je reste sur ce sentiment. La première page pour commencer, je ne l’ai pas bien saisie non plus, on a comme l’impression d’un bout d’histoire esquissé et pas fini.

On suit plusieurs personnages mais principalement Juliette. On comprend, après quand même beaucoup de pages, qu’elle remet en question l’avenir de son couple. Mais tout cela reste très sous-jacent, le principal intérêt étant de suivre nos protagonistes lors de leur canyoning. Pas passionnant car on ne s’attache pas aux personnages. On se fout d’ailleurs un peu qu’ils prennent le passage de gauche plutôt que celui de droite… "Leurs aventures" restent très plates et sans véritablement relief, à part lorsque la jeune femme et la plus jeune des enfants sont bloqués dans une grotte plongée dans le noir total. Et les quelques moments de pauses, propices aux développements psychologiques, sont mal amenés, voir totalement absent.

Une lecture qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Nom série  WW2.2  posté le 15/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Arf, j’ai failli mettre 1 tellement la déception est grande. Mais les quelques heures passées après lecture me font revoir mon jugement en légère hausse.

Pourquoi ? Et bien, même si l’histoire est longue, qu’il ne se passe pas grand-chose, malgré les quelques passages intéressants squizés pour d’autres franchement pas folichons, que l’uchronie est vraiment mal exploitée, l’ensemble est de facture correcte. Scénario et réalisation graphique tiennent la route.
Ce qui pêche vraiment, c’est le cruel manque d’intensité. On suit un groupe de personnage dont on n’en a strictement rien à faire. Les retours dans le passé de chaque soldat paraissent pesants et n’amènent rien à l’histoire. On aurait largement pu s’en passer et se concentrer d’avantage sur les directives de l’état-major, l’organisation à l’arrière, la vie dans les autres garnisons de Paris. Une revue d’effectif globale aurait peut-être été plus stimulante. Y’avait réellement matière à pondre un premier titre accrocheur.
Je m’avance surement car le reste des albums va peut-être éclairer les actions passées à Paris ou tout du moins s’écarter avec plus de force de l’Histoire "réelle" (genre la Bombe A larguée sur Berlin et non sur Hiroshima). J’espère que l’ensemble prendra une cohérence pour les futurs lecteurs des autres titres (y’a vraiment peu de chance que je poursuive cette lecture). En tout cas si la suite est vraiment intéressante, les éditeurs ont eu tort de commencer par un début aussi mou.

Le dessin m’a beaucoup fait penser à celui de Sylvain Vallée pour la série Il était une fois en France, avec moins de travail sur la bouille des personnages. Ce style réaliste concoure à rendre l’histoire plausible, un bon point à signaler. L’illustration reste somme toute assez classique, sans de grande prise de risque.

La World War 2 historique est déjà amplement passionnante, pourquoi en créer une fictive en dessous de l’originale ?

Nom série  Le Silence de Malka  posté le 15/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album me fait penser à un film de Terence Malik, avec ce côté parfois très lent, contemplatif, s’attardant sur l’expression du visage des personnages et des grandes étendues des paysages.

On suit la vie de Malka au travers trois périodes charnières : son enfance, son adolescence et sa quête étant devenue adulte. Son destin sera marqué, lors de ses années en Argentine, par une terrible tragédie. Tragédie qui conditionnera sa vie future.

Une ambiance spéciale se dégage de ce récit, car ce qui démarre comme un banal récit de vie voit s’opérer un petit virage dans l’axe de l’histoire, avec l’apparition d’un aspect fantastique. Ce petit grain de fantastique va amener une dynamique supplémentaire, le petit truc qui va faire basculer la machine bien huilée. A noter d’ailleurs, la brutale rupture dans le récit lors du fameux épisode tragique. On passe de Malka adolescente à 20 ans plus tard, en tournant une page.

Au final, un album étrange, sympathique mais qui manque de consistance pour en faire une réussite. Ca se laisse lire une fois sans déplaisir, mais je ne pense pas remettre le nez dedans, même à l’occasion.

Nom série  Fairy Quest  posté le 15/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bois-des-Contes. Monde enchanté où les personnages des contes de fées traditionnels sont cantonnés à répéter inlassablement leurs rôles. Pourtant la lassitude et la colère gronde au sein de la masse laborieuse, le peuple de féerie pourrait bien révéler un potentiel rebelle.
Annoncé en 4 volumes, cette série démarre sur les chapeaux de roues et promet à Chap et Lou de vivre des aventures parsemées d’embûches, de doutes, de sangs et de larmes…

J’ai deux petites remarques à formuler sur ce titre. Un dessin attractif malheureusement pas assez mis en valeur par la colorisation qui parvient à être à la fois lumineuse et trop souvent fade et terne. Du coup, cela dénature ce graphisme si particulier d’Humberto Ramos.
Ma seconde interrogation vient plutôt au niveau de l’histoire car, sans être un puriste de l’univers des contes de fées, les Grimm étaient 2, non ? Ici nous n’en apercevons qu’un seul, peut-être que le frère apparaitra par la suite, peut-être même a-t-il trouvé refuge dans "vrai-monde" ?

A la manière de Fables de Willingham, les contes traditionnels sont revisités pour nous les présenter de façon détournés. Le parti pris est différent de celui de fables, mais on retrouve avec plaisir cette nouvelle trouvaille avec des personnages si connus. Bois-des-contes devient un monde despotique où le travail à la chaine règne, où les libertés n’existent que dans les livres et où les méchants ne sont pas forcément ceux qu’on croit…

Nom série  Ghostopolis  posté le 05/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Jolie surprise. Sincèrement, je ne pensais pas tomber sur une histoire aussi sympathique. C’est enlevé, sans temps mort, rigolo et bien construit. J’ai totalement adhéré, ne m’attendant à rien de particulier au commencement de ma lecture. C’est d’ailleurs peut-être ce qui a fonctionné avec moi. La surprise de découvrir une histoire dont je ne connaissais strictement rien. J’ai lu ce gros pavé d’un seul tenant, ayant envie de savoir quelles aventures Garth allaient vivre.

Doug Tennapel a constitué une galerie de personnage attachant et bien trouvé. Chacun possède un rôle déterminant pour la suite de l’histoire et les seconds personnages trouvent leurs utilités, ils ne font pas seulement office de faire-valoir. Mention spéciale pour l’agent Frank Gallows dont l’humour pince-sans-rire fonctionne vraiment bien.

L’humour, omniprésent, contribue grandement à rendre ce récit attrayant. Il donne une distance à ce récit fantastique qui pourrait être beaucoup plus glauque (on se retrouve quand même dans le pays des morts, hein !).

Je ne peux que conseiller ce titre distrayant !

Nom série  La Vie est courte  posté le 03/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Rahhh La vie est courte quel bonheur ces 3 titres. Et malheureusement il n’en existe que 3… Un véritable plaisir de lecture car les petites blagues m’ont fait plus que sourire, attrapant parfois de gros éclats de rires. Et même si certaines petites scénettes ne sont pas hilarantes, la situation est tellement bien trouvée qu’on salue la performance. Un véritable coup de maitre que les deux auteurs ont réussi à mettre en bande dessinée.

Thiriet excelle dans ses jeux de mots et Larcenet est vraiment un virtuose de la caricature. Son dessin colle parfaitement aux petites phrases assassines du scénario. Son coup de crayon, c’est quand même quelque chose !
Je crois savoir que la série s’est stoppée à cause d’un différent entre les auteurs. Peut-être qu’une réconciliation un jour amènera à la poursuite de la série. Je l’espère secrètement.

Je ne pouvais qu’apprécier car c’est vraiment le genre d’humour que j’apprécie, les blagues un peu potaches et les running gags (JCVD, Les grandes inventions, Les amours impossibles...). Je m’y replonge avec délectation à l’occasion. Il suffit que je tombe dessus dans ma bibliothèque, que j’ouvre une page et je m’enfile l’album entier. Impossible de résister !

Nom série  La Belle Mort  posté le 02/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Euh là non faut arrêter le délire ou le LSD (ou les deux) ! J'ai vraiment accroché jusqu'aux 2/3 de l'album pour ensuite brutalement prendre du recul car je ne saisissais plus rien. Bon, déjà les bases ne sont pas ultra claires non plus, cette invasion d'insectes géants parait un peu improbable et on n'a jamais d'explication rationnelle.

On suit donc le quotidien de 3 survivants qui voient leur cohésion de groupe voler en éclats avec l'apparition d'une rescapée féminine. Jusque-là très bien, ça se suit avec envie. Mais le soudain basculement dans l'onirisme surnaturel m'a laissé pantois, j'ai totalement perdu le fil à ce moment. Et je n'ai toujours pas saisi le sens de la fin, même après maintes relectures.
Dommage, car son univers de fin du monde était plutôt pas mal conçu.

Le dessin est un véritable atout en revanche. On s'immerge dans cette atmosphère post apocalyptique, avec les couleurs un peu froides et glacées.

Tant de pages pour ça...

Nom série  Azur  posté le 29/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Azur, monde fantastique peuplé d’êtres fantastiques, de bateaux volants, d’aventuriers sans le sou, d’une déesse Orc et d’une étrange carte au trésor. Une sorte de Star Wars médiéval, de l’aventure à grand spectacle.

C’est pas mal fichu, l’aventure avec une petite touche d’humour. D’avantage tourné vers le public préadolescent / adolescent, ce titre me fait penser, en terme de construction de l’histoire, à la série Les Légendaires. Même rythme, peu de temps mort, des héros bien déterminés. Pour terminer avec les comparaisons, le héros et son compagnon sont les répliques de Han Solo et Chewbacca !

Dommage que de sympathiques trouvailles se retrouvent mélangées à des idées éculées : le héros baroudeur au grand cœur, son compagnon a une dette de sang envers lui (on peut penser qu’il mourra dans les épisodes à venir), la jeune fille brave et naïve qui possède des pouvoirs magiques…

L’intrigue principale, une chasse au trésor, se trouve télescopée par une multitude de petites aventures annexes. Ces petits épisodes permettent d’apprendre les lois régissant le monde d’Azur et de découvrir ainsi les factions en opposition.

Ca se lit sans déplaisir mais cela ne restera pas une série que je suivrai absolument. Si la suite me tombe dans les mains, pourquoi pas, mais je ne pense pas poursuivre son déroulement.

Nom série  Shirayuki aux cheveux rouges  posté le 29/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis un peu décontenancé par ce titre parce qu’il ne se passe pas grande chose. Le résumé peut tenir en deux lignes : une jeune fille à la chevelure rouge se lie d’amitié à un prince. Correction : le scénar tient donc en une ligne…

Avec un départ un peu aventureux (on voit une épée et un pseudo combat de 2 cases), je pensais que ce titre serait un peu plus punchi. Mais au fil des tomes, je me suis rendu compte que l’histoire tiré plutôt du côté du shojo que du shonen. Et du coup, c’est quand même assez long, rempli de bons sentiments. Mais ce titre a le mérite d’éviter la mièvrerie et le pathos, c’est déjà pas mal. Et puis surtout, les plus jeunes peuvent lire cette série sans aucun problème, il passera tout seul.

L’histoire se concentre autour de deux personnages, Shirayuki avec ses cheveux rouges et Zen, second prince du royaume de Clariness. On suit l’évolution de leur relation (amitié puis amour, je ne vous dévoile rien en disant cela). Shirayuki a la particularité, outre la couleur de ses cheveux, d’apporter un changement positif aux gens qui l’entoure, à grand renfort de claques dans la gueule et coups de pieds au cul… mais non je déconne, cela vous aurait plu hein ! Bon forcément le cours des choses se modifie grâce à sa gentillesse, ses attentions, sa spontanéité,… que des trucs super bien, la positive attitude. Présenté comme ça ce titre ne donne pas trop envie et pourtant, bizarrement, les aventures de Zen et Shirayuki se laisse lire. Quelques intrigues se mettent tout doucement en place et on découvre un peu mieux les relations entre les personnages.

On peut lire sur la 4e de couverture du tome 1 : "Quelles aventures incroyables vont-ils traverser ?". Je les cherche encore moi les aventures…

Nom série  Jeanne (Pistouvi)  posté le 21/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Chouette titre que ce Jeanne. J'ai lu pour ma part la version couleur en 2 tomes.
Conte-poétique métaphorique sur le passage à l’âge adulte, nous découvrons avec merveille l’univers de Jeanne, composé de son ami renard Pistouvi, du vent représenté par une belle jeune femme, d’un bonhomme sourd comme un pot qui ratiboise tout ce qu’il voit et enfin d’étranges oiseaux benêts mais dangereux…

Une représentation originale de la période de l’enfance, qui déroute un peu par moments du fait de l'absence de 2-3 éléments nous permettant d'interpréter cette histoire. On subodore que Jeanne est dans l’âge charnière du passage de l’enfance dorée et insouciante à la période de la préadolescence/adolescence et son cortège de nouveaux aspects plus… plus terre à terre qui apparaissent. Tout semble, dans cette histoire, tellement apaisé, serein, onirique… reste cette menace qui pèse sur les épaules de Pistouvi. Et c’est cette impression de tension latente qui donne la saveur à ce récit, rendant le monde plus instable et plus dangereux qu’il n’y paraissait au premier abord.

Le monde du rêve appartient aux enfants, avec toujours en référence le monde adulte qui semble lointain et incompréhensif (Pistouvi : « Ha ha ! [Les grands] s’en fichent ! Moi aussi quand je serai grand je m’en ficherai de tout »). Ce petit décalage que nous, adultes, avons perdu et qu’on retrouve en lisant justement ce genre de livres.

Le principal reste de se laisser bercer par l’ambiance de ces 2 albums, de se plonger dans l’onirisme, de ne pas chercher à donner une quelconque signification mais bien de s’imprégner de cette ambiance si particulière.
C’est frais, envoutant, surprenant. Le récit ne laisse clairement pas indifférent, avec son différent degré de lecture, chacun peut y piocher ce qu’il veut. Récit initiatique qui trouve résonnance en chacun de nous.

Et le dessin, de toute beauté ! Vraiment réussi. Les attitudes, les cadrages, les expressions, les pleines pages, tout concorde à nous faire passer un agréable moment. On s’immerge totalement dans ce monde improbable.

Au final, on en ressort avec une tendre mélancolie…

Nom série  Toriko  posté le 13/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les japonais ont quand même de drôles d’idées parfois. Au moins, cela a le mérite d’être original. Dans ce manga, l’histoire se situe dans un univers porté exclusivement sur la gastronomie. Ainsi d’étranges créatures existent, fruit de bizarres croisements, possédant toutes une saveur particulière. Le problème étant que ces animaux sont très difficiles à capturer (une échelle de difficulté ayant même été créée pour révéler leur dangerosité). Ainsi des chasseurs de saveurs professionnels (les Gourmet Hunter) ont vu le jour avec pour rêve de composer leur « menu idéal ».
Etrange non ?

Passé la surprise des deux premiers tomes, on se rend compte que ce manga est très porté sur le combat comme un bon vieux shonen classique. La différence venant de la spécificité des attaques des animaux que combattent Toriko et Komatsu. On apprend tout doucement les règles qui régissent cet univers, un peu à l’image du cuisinier Komatsu qui découvre la véritable nature d’un Gourmet Hunter. Et bien sûr, une intrigue entre deux grands groupes voit le jour, car la terrible Gourmet Corp pourrait bien bouleverser l’ordre de la Gastronomie… Ca reste pour l’instant assez sympathique, ça se lit sans déplaisir.

L’auteur ménage pour l’instant pas mal son histoire, laissant beaucoup de zones libres lui permettant d’étoffer son propos. La progression est donc assez lente, on enchaine les combats fantasques contre des animaux aussi incongrus les uns que les autres. Et malgré un semblant de n'importe quoi, l'auteur a codifié son univers, mettant des bases solides ce qui donne au final un zeste de "crédibilité".

Prenez garde, fourchettes et couteaux peuvent devenir des armes destructrices !

Nom série  Insekt  posté le 12/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
De prime abord je préviens, je pense qu’il est difficile de parler de ce titre sans en dévoiler un minimum. Pour ceux qui ne voudraient pas trop en connaître, je les invite à ne pas poursuivre la lecture de mon avis.

Alors pour commencer, l’ambiance se rapproche beaucoup de Black hole de Charles Burns. Un subtil mélange de malaise et de curiosité qui s’insinue tout au long de la lecture. Mais là où Burns parvient à nous emmener dans son univers, "Insekt" est beaucoup trop court pour que l’on adhère totalement au propos. On a l’impression d’un manque à la lecture, d’un sens global à cette histoire. Dans Black hole, on comprend qu’une maladie liée à la sexualité déforme les adolescents. Dans Insekt, on sous-entend qu’il existe des humains et des insectes humanoïdes mais qui ne coexistent pas. Mais l’étrange phénomène des créatures est du à une mutation de l’espèce humaine ? Des insectes ? Les deux entités se séparent-elles par danger ? Par ostracisme ? Aucunes réponses. Et finalement, ce manque de réponses, ou juste une ébauche d’explication sans rentrer dans les détails, nuit fortement à la compréhension globale du récit.
Et puis de même, cette fin donne une impression gâchée. Je n’ai pas trop compris où l’auteur voulait en venir. Cette fin m’a du coup fait baissé mon bon sentiment général.

Bien sur, le propos est évident. L’auteur a choisi de parler de l’exclusion et de différence sous forme de fable. On voit que Pascal est un insecte, les autres ne le voyant pas à cause d’un nuage de fumée noire perpétuel. Puis la vérité éclate. Alors qu’il avait toujours été traité comme un petit garçon "normal", le voilà devenu un paria car il est un insecte.
Le personnage de Pascal est assez particulier, il subit les évènements sans réellement les vivre, je trouve. Cela lui confère une impression de détachement à tout ce qui l’entoure. D’ailleurs, il n’interroge personne, à la fin, sur ce qui s’est passé. J’ai l’impression qu’il est tellement dans son monde, qu’il ne se considère pas comme différent. Et au final, il ne l’est pas tant que ça…

Un sentiment mitigé pour une histoire qui aurait mérité plus de profondeur et de révélations.

Nom série  Lenore  posté le 11/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Mouais... vraiment c'est dommage de gâcher une bande dessinée avec un réel potentiel. Ce recueil d'humour noir ne fait malheureusement que rester à un niveau assez bas. Quelques blagues m'ont fait sourire (2 ou 3 maximum), y'en a quelques unes que j'ai pas totalement saisi, et le reste est mauvais... Et puis certaines blagues ont du être écrites par des gamins de CM1, tellement c'est peu recherché. Et encore, je critique le sens artistique de nos chers bambins alors que je suis persuadé qu'ils peuvent faire carrément mieux que le produit que j'ai dans les mains.

L'idée d'associer du gore-humour-macabre n'était à priori pas une mauvaise idée. Le problème étant qu'on ne saisit pas toujours bien les tenants et aboutissants de cette histoire. Lenore, cette petite fille un brin psychopathe sur les bords, tue à qui mieux mieux sans réelle raison apparente. Elle est tombée malade puis (si j'ai bien compris) elle est morte. Et donc les saynètes, auxquelles nous assistons, reflètent l'univers dans lequel elle est tombée. Là encore mouais... l'auteur aurait pu nous pondre n'importe quoi pour expliquer son background en fait.

Petit florilège (rayer la mention inutile) :
- Lenore est un fantôme et elle rencontre plein de gens bizarres.
- Lenore se balade dans ses cauchemards.
- Lenore est une psychopathe et vit dans le monde réel.
- Lenore est une démone et fait subir les pires tourments aux êtres vivants.

Honnêtement, chaque petite phrase pourrait s'appliquer pour expliquer le contexte de cette histoire. C'est vous dire si c'est réfléchi, hein !

Mon intérêt a fortement décliné au fil de la lecture, pour finalement atteindre un attrait proche de zéro...

Nom série  The Arms Peddler  posté le 11/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis après lecture de quatre tomes, c’est pas mal dans l’ensemble. Peut-être pas aussi bien que je ne l'escomptais.

On suit donc les aventures d’un jeune garçon, Sona Yuki, lié à Garami, une marchande d’arme. Dans ce monde post-apocalyptique (qui me fait un peu penser à celui de Hokuto no Ken (Ken le survivant) la baston improbable en moins), d’étranges démons sévissent un peu partout. Notre jeune héros va devoir racheter sa liberté à l’étrange jeune femme.

Le postulat de départ n’est pas bien original, vous prenez une terre chamboulée par une apocalypse, les forts règnent en maîtres et des bêtes immondes pullulent. Ce qui est intéressant, c’est que la pénurie de munitions et d’armes a entrainé la création d’une espèce de guilde de marchands spécialisés dans ce domaine. Ainsi, tout engin de guerre, étant de fait rare, s’achète à prix d’or.

Le scénario est bien amené, correctement construit, l’histoire s’emballe un peu au fil des tomes mais reste toujours assez convenue. Disons que j’ai un peu de difficulté à trouver cette histoire passionnante, je ne cherche pas à lire avidement la suite. Ca se lit bien sans plus. L’auteur s’est donné pas mal de clés au niveau de son scénario, ce qui peut lui permettre de rendre son récit réellement passionnant. Il ne reste plus qu’à voir si ce sera le cas.

Côté illustration, on a un bien bel ouvrage. Personnages bien détaillés, monstres effrayants, paysages abondants, bref un dessin de bonne facture qui permet de passer un agréable moment de lecture. On s’immerge facilement dans cet univers.

Nom série  La Quête de l'Oiseau du Temps - Avant la Quête  posté le 05/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Difficile de passer à côté de ce second cycle quand on a apprécié la série mère. C'est un réel plaisir de retrouver et de découvrir la jeunesse de Bragon, sa rencontre avec Mara, l'invincible Rige...

Ce que j'apprécie particulièrement c'est de retrouver les petits détails qui auront leur importance par la suite. On connait déjà plus ou moins le passé des personnages, mais l'accent est donné à l'ambiance, la mise en place de ce qui amènera à la future quête. Mais malgré tous les connaissances acquises, on découvre de nouvelles intrigues, des traits de caractères exacerbés chez nos héros et le folcklore du monde d'Akbar. Tous les élèments sont présents pour nous replonger dans ce fantastique univers.

Au final, ce "Avant la quête" et La Quête de l'Oiseau du Temps, remplissent à merveille leur rôle de divertissement. Ces deux séries donnent au thème de l'héroïc-fantasy une dimension intelligente, intéressante et profonde.

Un complèment indispensable à la lecture du premier cycle.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 15 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque