Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 84 avis et 8 séries (Note moyenne: 3.37)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Blonde platine  posté le 31/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est très chiant à lire... Les dessins sont aussi froids que les histoires et je ne suis jamais rentré dans les quatre récits. A la limite on peut y voir un reportage sur la solitude dans les sociétés occidentales, chez les adolescents particulièrement mais pas plus...

On peut aussi y voir un auteur qui a voulu se faire plaisir dans des histoires bateau dans lesquelles il a ajouté un peu de sexe, beaucoup de non-dits... Le problème est que l'on sent que les personnages ont une histoire derrière eux, qui les paralysent le plus souvent, mais on ne comprend pas quoi. Comme on ne peut pas leur foutre des claques pour qu'ils se bougent (c'est un peu ce qu'on a envie de faire pourtant), on s'ennuie ferme.

Bref, on peut passer sans problème.

Nom série  Le pays des trois sourires  posté le 31/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une énorme crise de rire tout seul dans un bus cette bd.
Il faut dire qu'il y a un certain culot dans cette bd, qui a un certain côté décapant et surréaliste. Une bd en strips peut avoir une efficacité complètement atteinte dans cette bd. C'est très décalé et j'ai beaucoup apprécié cet humour.

Après il faut le lire pour voir si on aime... C'est comme les blagues.

Nom série  Un monde formidable  posté le 31/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Inio Asano est une des nouvelles révélations au Japon et personnellement je ne suis pas non plus convaincu et majoritairement sur les histoires qui sont largement inconsistantes et contemplatives, avec des grands phrases pompantes et gonflantes : "même au plus bas rester digne", "c'est pénible de vivre"... C'est souvent un fonds de commerce dans le manga, avec réussite souvent, parfois avec du charme, mais là ce n'est pas le cas.
Le dessin est sympa, du moins j'accrochais bien sur la première scène, mais alors après ça lasse totalement.
On peut s'en passer largement

Nom série  L'Espignole  posté le 31/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai été très surpris par la force du dessin de Baudoin, auteur dont j'apprécie généralement le traitement graphique, mais diversement les histoires, sur des pages d'une taille aussi réduite.

J'ai vraiment été scotché par les dessins et c'est ce qui m'a fait acheter cet album au lieu d'un autre dans la collection Pattes de Mouche (la collection qui vous sauve quand vous avez des cadeaux de Noël à trois euros à faire, lors des dîners de Noël entre potes...).
L'histoire est d'une douce nostalgie et m’a personnellement touché pour avoir retrouvé certaines sensations quant à d’autres rivières dans lesquelles j’ai pu barboter et dans lesquelles je ne barbote plus… Moi aussi je suis passé à la case salle de bain.
Après je comprends largement qu’on ne puisse pas apprécier cette évocation, si elle ne nous évoque rien. Mais j’ai tout de même l’impression qu’on a un peu tous notre paradis perdu, et Baudoin nous évoque encore une fois le sien, comme il peut le faire dans Piero par exemple.

Nom série  (A)mère  posté le 31/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sur cette bd, j’ai pris une claque graphique : le traitement du dessin, qui relève du croquis à la Pictionary, donne une très grande force aux propos de Raphaël Terrier ; il illustre beaucoup les situations géographiques et physiques, tout en permettant de visualiser la complexité des sentiments des différents personnages.

Sur la question du lien entre dessins et textes, j’ai retrouvé dans ces ellipses une façon que peut avoir l’auteur pour faire figurer les images qui restent des scènes fortes que l’on a pu vivre. Rarement, lors d’un traumatisme, nous gardons une vue totale de la scène, plus souvent de sont des détails parfois forts et parfois anodins qui nous hantent. J’ai trouvé cela très réussi et très fort.

C’est une très « belle » retranscription du regard de l’enfant, de l’incompréhension face à la dépression et à la dépendance de la mère, à l’éloignement et à la cassure qui en découlent. C’est très poignant, très fort, et cela forme un bel ensemble.

Après, reste que dans ces récits post-traumatiques, qui peuvent avoir une certaine vertu thérapeutique, je m’interroge toujours sur la capacité de l’auteur à confirmer dans un autre genre. Auteur à guetter ; et bd à lire.

Nom série  Attends  posté le 31/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est des bd qu'on n’apprécie qu'à force de relectures, et "Attends" en fait partie.

Le manque de parole, l’abstraction des dessins et la « tranquillité passive » du scénario constituent une barrière importante pour apprécier la lecture. Le vie d’adulte de Jon est déconcertante surtout à la fin de la bd, quand on plonge vers le futur puis vers le passé.
On comprend seulement la complexité de l’investissement de Jon, sa volonté de rupture par rapport à son enfance et son sentiment de culpabilité. Tout ceci semble être extrêmement paralysant pour lui, et la pesanteur du récit nous le fait ressentir.
Au-delà de cette complexité scénaristique, le traitement graphique est saisissant et inventif. Tout en ellipses comme le texte, ce qui renforce d’ailleurs le côté décousu du récit, et qui fait de cette bd un étrange magma de sentiments.

J'ai donc dû relire plusieurs fois avant de prendre mes marques dans cet ensemble que j'apprécie de plus en plus à force de relectures.

Nom série  Les Cinq Conteurs de Bagdad  posté le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Merci BDthèque de cette découverte !
Un très beau dessin à mon sens, d'une grande finesse, servi par des couleurs superbes. Ceci fait un ensemble haut en couleurs, permettant de développer des ambiances magnifiques, qui servent de support à un superbe voyage. Autant d'ambiances que de destinations...

Le conte est en lui-même magifique et le fait qu'il soit basé sur des contes lui-même lui donne une impression de "récits dans le récit", que j'apprécie, et qui est maîtrisé, alors que ce genre de procédé narratif est parfois bancal.

L'idée de la prophétie est bien utilisée et nourrit le suspens, qui fait que l'on glisse très bien jusqu'à la fin. Les personnages sont admirablement bien construits, et leurs discussions sur l'art et sur l'apport des contes à la société ont une certaine contemporanéité, qui me touche totalement, puisque ce sont des questions que je me pose très fréquemment : quel est l’apport de l’art à la société ? On est loin cependant du conte philosophique un peu gonflant.

Un très bel ensemble donc qui m’a transporté loin de la grisaille et du froid actuel !!

Nom série  Lanfeust Des Etoiles  posté le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
N'aimant pas tellement Lanfeust dès le départ, c'est un peu par curiosité masochiste que j'ai lu (et en entier tout de même), cette série, qui traîne dans la bilbiothèque de mon coloc... J'aurais mieux fait de lire une énième fois Le combat ordinaire par exemple.

Le dessin en me touche pas du tout, l'histoire est tellement tirée par les cheveux qu'elle est un peu confuse, l'humour est très plat, tout comme les personnages d'ailleurs qui deviennent réellement très agaçants et stéréotypés (les relations entre Glace et Thanos sont d'un ridicule alors que Lanfeust ne sert dans le dernier tome que de guignol lamentable).

Nom série  Little Star  posté le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une très jolie bd, très touchante, à la fois dans son propos et dans sa forme graphique.
Je suis généralement amateur des dessins simples, celui d’Andi Watson me plaît bien, et je trouve qu’il a une certaine puissance, et qu’il sert admirablement bien le propos.

L’histoire en elle-même peut sembler banale et universelle. En même temps elle m’a apporté beaucoup puisque n’étant pas (encore) père, ceci m’a donné l’exemple d’un père, et d’un couple qui se bat pour vivre correctement : un autre combat ordinaire en quelque sorte. Ceci m’a permis de comprendre à nouveau certaines choses selon un nouvel angle. Ce qui est dit dans cette bd n’est pas une révolution et est connu par la plupart d’entre nous, mais cela a un côté enrichissant de le lire à nouveau, raconté par une autre personne.

De plus, Andi Watson est réellement émouvant dans son combat : combat contre les représentations du père qu’il s’est fait, celles du père qu’il voudrait être, contre les journées trop courtes entre son travail, sa femme, son déménagement, sa fille et ses loisirs… On se pose sûrement tous la question de comment gérer son temps et sa vie, et Andi Watson ne nous apportera pas « la solution miracle » mais partager son expérience est un réel plaisir.

Nom série  Julius Corentin Acquefacques  posté le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Cette bd est un OVNI. Je me suis éclaté à lire cette oeuvre, qui est une merveille d'invention, une merveille de dessin et une merveille de scénario.

L'inventivité dans le traitement graphique, dans toutes ces petites astuces qu'on ne voit pas venir (l'anti-case est un must, à mon sens).

Le dessin : alors que le trait avait plutôt tendance à me rebuter de prime abord, j'ai trouvé ce dessin très bien construit, notamment dans tout le travail sur la perspective.

L'inventivité dans le scénario : à mon sens on a deux grandes forces.
La première est la cohérence qu'il y a dans le monde de Julius Corentin Acquefacques : ce monde surpeuplé avec ses ministères et ses savants est réellement bien construit. Ce travail sur la surpopulation est captivant et m'a fait réellement sourire. Ce travail autour des ambiances sur le ministère de l'humour, sur les tâches de Julius Corentin Acquefacques, sur les discussions entre les personnages est invraisemblable. C'est monstrueux d'avoir une telle imagination.
La seconde est le dialogue qu'il y a entre le monde du dessinateur et le monde dessiné. On a des passages totalement hallucinants : la fin du premier tome, notamment. On assiste à une sorte de distanciation sur le travail du dessinateur qui m’a amené à beaucoup de réflexion. Ca m’a fait penser un peu à du Brecht quand il introduit des scènes où le spectateur est amené à s’interroger sur le théâtre, sur la morale. Marc-Antoine Mathieu m’a réellement poussé à m’interroger sur les formes de la bd.

Le scénario : c’est tout bonnement captivant. Je n’ai pas décroché de mon canapé et j’ai souvent été mort de rire.
Une seule petite déception : le quatrième tome qui m’a laissé un peu sur ma faim. Mais alors l’ensemble des cinq tomes est une merveille.

Nom série  Un ciel radieux  posté le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un petit trois sur cinq à mon sens, ou un bon deux sur cinq, puisque effectivement "c'est du Taniguchi pur sucre"... On a un peu l'impression d'avoir un scénario répété et ça commence à m'agacer, cette espère de nostalgie qui se dégage des oeuvres de cet auteur. On a un peu l'impression de manger de la guimauve parfois.

Et j'avoue avoir été assez agacé parfois par la relation entre Kubota et Takuya, qui à mon sens est l'occasion d'un peu trop de leçons de morale : "allons petit Takuya, tu as une maman gentille et tu es pas sympa avec elle". Ca m'a fait un peu penser à des personnes âgées qui diraient : "arrêtes de râler t'as pas connu la guerre, alors tu peux pas te plaindre". Je caricature un peu, mais je n’ai pas retrouvé le côté touchant de Quartier lointain.

En plus au niveau dessin, on n'est pas au top de ce que le maître peut faire : en comparaison avec Le sommet des dieux, on est loin du compte.

Je suis un peu sévère avec mon 2/5, mais ce n'est vraiment pas le meilleur opus de Jiro Taniguchi !

Nom série  Charge  posté le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Difficile de noter cette bd...
Je vais tout vous raconter de ma relation avec cette bd, c'est (malheureusement pour vous) comme ça que ce sera le plus clair...

Cette bd, on me l'a offerte, et on me l'a vendue comme le concept génial de la bd sans parole avec de la musique chelou... J'ouvre quelques pages, et là je m'imagine d'après les descriptions de la musique et les images que j'ai devant les yeux, en train de visiter le Palais de Tokyo en écoutant John Cage... Sauf que là en plus on a des pages, et des cases… J’avoue avoir eu un moment de panique et avoir craint le concept d’artistes branleurs en mal de reconnaissance… C’est donc avec un peu d’appréhension que j’ai mis mon cd dans mon discman et pris ma bd… Ma grande question était d’ailleurs plus primaire : « t’as un cd qui dure 37 min et 22 pages de bd (sans texte !!!)… »
Sachant que lire une bd classique me prend 15 min en temps normal, je pensais avoir le temps de recommencer cinquante fois la bd avant d’entendre la dernière note…
Bref c’est parti… Et là c’était en fait assez marrant, une espèce de correspondance entre les dessins et la musique te guide : tu n’as pas envie de tourner la page parce que si tu tournes, ça ne va plus correspondre, et puis à partir d’un moment, tu te dis que tourner la page va te permettre de créer une nouvelle harmonie avec cette musique changeante… Bref c’est un peu spécial, mais ça m’a beaucoup plu, beaucoup intrigué et d’ailleurs j’aime bien recommencer.
Je comprends ceci étant qu’on puisse ne pas accrocher avec ce « produit », donc faites le vous prêter avant de l’acheter.

Nom série  L'Epervier  posté le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai passé un bon moment à lire cette série, et heureusement que j'ai l'intégrale car la qualité du premier tome et l'envie de connaître la suite m'a emmené vers la fin de la série... Je pense que sans l'effet "intégrale" j'aurais plus peiné parce qu'il y a des moments tout de même longuets.

Les dessins sont de qualité, et c'est effectivement bien documenté, ce qui est plaisant. J'ajouterai que j'ai bien aimé retrouver des lieux que je connais (le chateau de Brest notamment) à une autre époque.

Une bonne lecture d'aventure qui aère bien la tête, mais sans plus.

Nom série  Le Philibert de Marilou  posté le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bd qui m'a fortement marqué et qui a mis en images des éléments qui ont fait écho avec mon histoire personnelle...
Cette figuration de la dépression, le rapport qui se tisse entre la dépression et le dépressif sont à mon sens très forts et on ressent bien un enlisement dans cet état.

Après je n’accroche pas à tout et effectivement tout n’est pas clair.
Disons que c’est une représentation intéressante d’un état physique et psychologique, mais une unique lecture est suffisante puisque le scénario est effectivement nébuleux et que certaines relations homme/femme, ou entre amis ou entre collègues me semblent vues de façon manichéenne…

Par contre un dessin très sympa que je retrouve avec plaisir… Un 3/5 qui tire donc largement sur le 3.5/5

Nom série  Pourquoi j'ai tué Pierre  posté le 30/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Beaucoup de choses dans cette bd, qui demandent lectures et relectures…

Le sujet, tout d’abord est fort, et touchant, surtout sur la fin, qui semble être une délivrance. Effectivement, comme le souligne Ro, le sentiment de malaise de Olivier Ka semble aller en augmentant, de plus en plus paralysant… D’ailleurs cette bd m’a donné beaucoup plus de repères dans la relecture du "Philibert de Marilou", puisqu’un parallèle fort peut être fait en la souffrance de Marilou et celle d’Olivier… Deux œuvres qui se répondent largement.

Le traitement graphique est impressionnant, et forme un gros contraste avec le sujet. On a un peu l’impression d’avoir une bd gentillette dans le dessin, alors que le propos est clairement adulte.

Mais, ce qui m’impressionne le plus dans cette bd, et qui m’a d’ailleurs amené à beaucoup réfléchir par la suite au propos de ce cette œuvre, c’est cette « confrontation sociale » entre trois générations : des réponses catholiques toutes faites servies parfois par les grands-parents, au plus grand libertarisme des parents, on sent qu’Olivier a cherché ses repères, au-delà de ce qu’a pu lui faire subir Pierre. Personnellement je trouve que la trahison de Pierre est également très forte, et prend une autre dimension, puisque ce curé semble être le seul point d’accord entre les grands-parents et les parents d’Olivier… Triple trahison ??? En tous cas il est intéressant de voir que les sentiments d’Olivier Ka ont clairement l’air d’évoluer par rapport à ce qu’il a subi et par rapport à ses repères parentaux / « grands-parentaux », ce que peut illustrer la « discussion » qu’il a lors de la question du baptême.

Intéressant aussi à mon sens la réponse de la mère d’Olivier (une question de maturité ?) que je n’ai pas trop comprise… Ceci m’a fait penser aux nombreux débats qu’il y a pu avoir sur les « questions » qui se sont posées sur les « soixante-huitards » et leurs prises de position sur les relations sexuelles avec des mineurs, qui n’étaient pas à l’époque considérées comme de la pédophilie, « pratique » qui, il me semble, a été « critiquée » plus tardivement…
Je n’accuse et ne souhaite critiquer personne (et comme le souligne très justement Ro, nous avons affaire à des personnes réelles), mais ceci me pose beaucoup de questions, sur mes réactions, sur mes prises de position, alors que les rapports au sexe évoluent dans la société comme le montre très justement cette bd. Ceci donne l’impression qu’Olivier Ka a été pris entre le marteau et l’enclume.

Une bd très forte donc et qui personnellement m’a fait beaucoup réfléchir.

Nom série  Klezmer  posté le 11/08/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dilemme économique: comment concilier production industrielle et réussite artisanale ? La réponse est illustrée par Sfar en ce moment dont l'actualité est énorme et la qualité au rendez-vous, sur Klezmer au moins.

Un superbe dessin, qui certes n'est pas du Chagall, mais qui donne une force et une ambiance admirable à ces planches. Quand Sfar parle de la couleur dans ses notes à la fin du tome 2, j'ai enfin réalisé qu'effectivement les couleurs étaient "particulières" mais qu'elles donnaient une ambiance merveilleuse. Comment arriver à utiliser du vert, du jaune et des teintes bizarres sans que cela choque l'oeil et en donnant une superbe ambiance à cette histoire ? Là encore Sfar a réussi à faire une belle synthèse de deux éléments qui semblent éloignés. Il en va de même avec le manque de précision des dessins, du "coloriage" et l'extrême justesse du trait. Tout ceci arrive à donner une impression d'être dessinée dans la matière du rêve: cotonneux, créant une ambiance brumeuse tout en faisant sortir des détails avec force (comme une nuit de sommeil: une impression brumeuse, mais des détails de rêves qui restent...).

C'est un peu pareil pour l'histoire, un peu brumeuse mais très simple. En fait le tout pourrait être comparé à de la Barbe-à-Papa: un assemblage de petits fils qui volent au vent, mais qui forment un ensemble majestueux et cotonneux qui se laisse savourer.

Les personnages sont attachant car complets et humains: ce ne sont pas des supers héros, ils ont leurs défauts, leurs crimes, leur passé, leur lubie, leur connerie, leur sourire... Au final ils s'acceptent tous pour constituer un petit groupe charmant, qui vit quelque chose de finalement assez simple (on voyage en faisant de la musique) dans des circonstances qui ne le sont pas. Tout ceci amène Sfar à nous présenter simplement des petites bulles de philosophie quotidienne avec beaucoup de tendresse, de recul simple. Pas de grands discours, mais des petits éléments de pensée, qui donnent le sourire et qui constituent en elles-mêmes une belle petite ode à la vie, à l'amitié et à la simplicité. On retrouve certes des éléments du Chat du Rabin, mais tout me semble plus simple, plus en prise avec la vie quotidienne. Ceci est sûrement lié à un recul plus fort avec la religion dans cette oeuvre qui est largement remise en cause. Klezmer est à mon sens un contrepoint par rapport au Chat du Rabbin: la religion n'est plus structurante dans le vie des gens et dans la construction du récit, elle est plus remise en cause...

Enfin les notes de Sfar sont un vrai délice. Je me suis marré tout seul dans le métro quand il parle de la Fête de la Musique d'ailleurs. Il dit beaucoup de choses, sans importance, pour constituer quelque chose qui a du sens, que peut en avoir plein de sens différents parmi chacun pourra piocher une petite pensée à grignoter.

Un vrai régal dont on attend à autre opus.

Nom série  L'Anatomiste  posté le 10/12/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Comme signalé par le premier avis, mon conseil d'achat est à pondérer avec le prix, mais j'ai vraiment trouvé ça très bien.

Je suis admiratif devant une telle adéquation entre dessins, histoire et couleurs. La création d'un univers complet y est et donne un effet des meilleurs, surtout en unissant les deux périodes de l'histoire.

Le dessin est peu esthétique mais d'une telle expression et force, qu'on lui passe son côté déformé qui souligne de surcroît les ambiguïtés des personnages.
Car le principal intérêt de cette bd réside bien là: le thème et les personnages. Le mythe du savant fou est servi avec précisions, avec force. Ces servants sont à la fois moches, pathétiques mais tellement romantiques et humains, qu'on en vient à les pardonner.
De plus le final joue sur l'ambiguïté de la création de l’œuvre avec un écrivain dont on peut douter (je ne suis pas personnellement de cet avis) de sa réelle santé psychique.

Enfin et c'est important cette bd nous fait passer un excellent moment dans un univers très bien construit. On plonge donc dans cette histoire morbide avec force. A lire au moins une fois.

Nom série  Petite histoire du grand Texas  posté le 07/12/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis généreux ce soir, mais cette BD finit tellement bien que je m'en rapellerai longtemps. En effet le principal intérêt de cette lecture réside dans la dérision totale des texans (suivez mon regard...) qui sont des hommes très comme il faut, surtout quand ils sont entre eux.

Le dessin pourra en étonner plus d'un : il est très stylisé et repose sur une espèce de codification. C'est pas très beau (d'autant plus que les couleurs noir, blanc et orange ne donnent pas un côté agréable au tout), mais les codes, si on s'y habitue, marchent plutôt bien. D'autant plus que les clins d'oeil entre les différentes pages sont très réussis. C'est dans ces questions/réponses entre les dates (les pages suivent un ordre chronologique) que réside le côté très amusant de la chose. Mais c'est vrai que l'amateur de "Bd, superbes planches, superbes couleurs" devra passer son chemin.

Par contre j'ai été personnellement très géné par le fait que le texte soit très au dessus des strips, et qu'il délivre des idées très différentes de ce qui est dessiné.

<<<<< Une idée en passant >>>>>>>>>
Va-t-on arriver comme à une période de la danse, où les artistes ont voulu couper les liens entre la musique et la danse, à une période de la BD où le rapport entre le dessin et le texte sont considérés comme s'exerçant de manière distincte ? Pourquoi pas au final; ce pourrait être une piste de travail intéressante...
>>>>>>>>Fin de l'idée en passant<<<<<<<

Ce manque d'interactions entre le texte et le dessin brouille à mon sens les pistes, et ne m'a pas facilité la compréhension des nombreuses idées soulevées. On arrive donc pas à mon sens à goûter à tous les doubles sens, ou peut-être qu'on est amené à en chercher alors qu'il y en n'a pas (des doubles sens, suivez un peu... Vous êtes texans ou quoi ??)

Quant à l'humour, c'est assez subjectif au final, et je trouve que celui-ci fera sourire tout le monde (enfin sauf les texans) sans faire hurler de rire personne. Peut-être certains pourront être aussi choqués par le traitement (trop ?) léger des problèmes de racisme, principalement. C'est toujours à mon sens une limite dans l'humour : "on peut rire de tout mais pas avec tout le monde" en quelque sens. Or des sujets feront vraisemblablement grincer des dents certains devant le ton léger, certes au second degré, pris par les auteurs.

Reste tout de même que le propos et le code dessiné est efficace et m'a fait passer un bon moment, d'humour, ce qui est assez rare pour un mec comme moi, qui frise le ratatinement des zygomatiques quand il s'agit de me confronter à une oeuvre comique (à l'exception notable de Le pays des trois sourires).

Enfin petite question. Que pensez vous du nom de l'historien ? Je ne comprends pas le double sens dans l'origine du nom, d'autant plus qu'elle me semble totalement décalée avec l'anticipation.

Nom série  Le Bar du vieux Français  posté le 20/09/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Des beaux dessins pour une belle histoire, que demander de plus?

Stassen, nous livre encore une fois des dessins des plus maîtrisés avec des couleurs qui nous rappellent les différents continents que cette histoire traverse: à la fois très lumineux et violents en Afrique Noire, que "doux-gris" en Europe et pastels au Maghreb. Ceci donne une véritable personnalité à ces dessins.

L'histoire nous met en scène deux errants, qui sont très attachants dans leurs drôles d'histoires. Ils sont brinqueballés dans des situations parfois très difficiles, mais il ressort du récit une vraie fraicheur de vie. Au delà de nos deux héros, le narrateur apporte beaucoup à cette BD et lui donne une qualité narrative qui nous rapproche du conte raconté aux plus jeunes. Mêmes les personnage secondaires participent à cette fabuleuse aventure et nous font rêver totalement. On narrive vraiment à se détacher d ela bizzarerie des situations pour se laisser bercer par ce double voyage dans lequel nos deux héros s'arrêtent un moment pour nous faire rêver. C'est poétique mais pas plonplon.

Nom série  Les chercheurs de trésor  posté le 20/09/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Par rapport à L'Ascension du Haut Mal, David B. nous offre un récit beaucoup plus léger mais tout aussi captivant, servi par des dessins qui dégagent une superbe énergie et une certaine tension.

Le choix des personnages est merveilleux: nous rencontrons toutes les tendances religieuses dans un Bagdad "moyen-ageux" qui prend des allures très romantiques, et tous les personnages sont admirablement choisis, décrits, rendus vivants par le dessin et "sympathiques". Je trouve que les dessins servent au mieux ces personnages haut en couleurs. Seul regret les apparations peu fréquentes du voleur. Par contre le bourreau et le derviche m'ont ravi au plus haut point, tout comme les nombreuses interactions que développent ces amis. Pour preuve le mot qu'ont tous les membres de cette société secrète pour le bourreau.

L'intrigue est magnifique, avec une utilisation de la magie noire, des mystères, des esprits bons ou mauvais, des professions qui sont toutes au bord du mystique, qui donne une certaine ambiance, et qui me paraît en adéquation totale avec le Moyen Orient de l'époque. Seul reproche la dernière case de chaque album, qui donne un espèce de suspens pour nous donner envie de sauter sur le tome suivant. Ce n'est pas la peine d'user de ce genre de stratagème. La lecture est suffisamment captivante et quand on est parti pour le premier tome on se retrouve à la fin du second sans s'en rendre compte.

1 2 3 4 5 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque