Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1138 avis et 408 séries (Note moyenne: 3.05)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Petites Victoires  posté le 10/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les petites victoires c'est l'histoire d'un papa qui raconte l'éducation de son enfant autiste. De la naissance de cet enfant jusqu'à ces 7-8 ans on découvrira comment sa particularité a été diagnostiquée, comment elle est venue troubler la vie des parents et comment ils ont du s'adapter pour élever cet enfant différent. On découvrira surtout comment le père a consacré tout son temps et toute son énergie à son enfant et comment face à chaque situation il a essayé de trouver la meilleure réponse possible.

Il a été d'une patience admirable face à chacune des crises d'angoisse de son fils. Il a été d'une créativité incroyable pour inventer des jeux et arriver à capter l'attention de son fils. Il a été ingénieux pour le sortir de son monde et l'amener progressivement à affronter la réalité qui l'entoure. C'est tout ça les petites victoires racontées dans cet album.

Chaque autisme est différent et c'est une maladie mal connue scientifiquement. Mais ce super papa refuse la fatalité, refuse que son enfant ne puisse pas s'intégrer ou se développer comme un enfant normal. Et là où les spécialistes lui indiquent un comportement précis pour répondre à une problématique, il a lui préféré écouter son ressenti et son instinct. Il a préféré agir de telle ou telle manière car elle lui semblait plus adaptée aux particularités de son enfant. Et ses résultats parlent pour lui. Les progrès faits par son enfant sont significatifs et les choix du père lui donnent totalement raison. Il nous le montre tout au long de l'album. Cette BD véhicule avant tout un message vraiment positif.

Cette histoire est forcément touchante vu le sujet pas évident. Il s'agit d'une vraie épreuve, à laquelle le couple n'a pas résisté d'ailleurs. Et voir ce père dépenser autant d'énergie pour son fils, c'est juste beau. Voir la complicité s'installer entre eux, les voir partir dans un fou rire complice, c'est touchant. Le choix narratif de se concentrer sur les victoires et de ne pas trop développer les défaites, car on imagine qu'il y en a eu et qu'elles sont nombreuses et pénibles, donne pour moi une vision sans doute trop positive. Cela donne un album "gentiment" touchant, qui donne le sourire malgré un sujet délicat.

Pour conclure, cet album me rappelle une autre BD qui traite également du sujet de l'enfant différent de celui imaginé : Ce n'est pas toi que j'attendais, qui parle de la trisomie. Cet album m'a plus marqué, je l'avais refermé presque bouleversé avec un noeud dans l'estomac. Ce qui n'est pas pas le cas des petites victoires, qui aborde le sujet différemment, qui se veut plus optimiste et que j'ai refermé avec le sourire.

Nom série  Le Travailleur de la nuit  posté le 10/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album retrace la vie d'Alexandre Jacob, un homme qui se situe quelque part entre Robin des bois et Arsène Lupin. Ce cambrioleur a sévi au début des années 1900 et avait une philosophie bien à lui : il ne volait que les hommes d'église, les patrons, les xxxxxxx et il ne profitait pas tellement de son butin, qu'il n'hésitait pas à redistribuer.

L'histoire commence quand notre bonhomme à 11 ans et se referme à sa mort 60 ans plus tard. Ce qui est amusant c'est que ce livre se lit comme une bonne fiction avec une narration rythmée, de l'action et des rebondissements alors qu'en fait il retrace la vie de quelqu'un qui a réellement existé.

Ce qu'il reste aujourd'hui de lui, ce sont ces états de faits comme voleur et comme anarchiste. Mais à la lecture, on se prend d'affection pour le gamin qui s'engage comme mousse sur un bateau, on est peiné par les déboires de ce jeune adolescent et on ressent presque de la compassion quand il se lance dans le combat anarchiste un peu malgré lui, pour rendre des services. Car il a bon fond le bougre. Il aime sa mère, sa femme, il est plein d'humour. Le reste de sa vie sera marqué par des cambriolages ingénieux suivi de très nombreuses années de bagne.

Le travailleur de nuit relate donc l'existence de ce personnage atypique. L'album n'est pas un documentaire, il se lit comme une fiction. Au final le récit est plutôt pas mal et la lecture assez agréable.

Nom série  Streamliner  posté le 02/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quand le Western rencontre Michel Vaillant et Joe Bar Team, ça donne Streamliner. Un récit original et bien mené qui nous plonge dans une histoire de course automobile sauvage en plein milieu d'un désert.

Le premier tome de ce diptyque regorge d'éléments qui devraient lui permettre de séduire un public plus large que les simples amateurs de courses automobiles. Tout d'abord l'ambiance est une vraie réussite. L'histoire se passe en 1973, mais les lieux et l'ambiance donnent l'impression qu'on est 100 ans plus tôt. Les voitures ont des look rétros mais des moteurs si puissants que les voitures actuelles leur envieraient volontiers. Bref les repères sont brouillés et cela créé une ambiguïté spacio-temporelle tout à fait agréable.
Le coté cow-boys des temps modernes est bien mis en scène. Les personnages ont des bonnes gueules, des bons looks et des caractères bien trempés qui font des étincelles. Il y a d'amusants clins d'oeil à des références du western, Calamity Jane et Billy The Kid par exemple.

Tout cela nous offre un background solide et très plaisant. On rentre plus que bien dans ce récit, dont la construction est efficace. L'intrigue prend tout son temps pour se mettre en place et se développer petit à petit. Découverte des lieux, de l'histoire des personnages, des règles de cette course spéciale. Le tout est saupoudré de quelques petits rebondissements bienvenus. Au bout de 150 pages on est à peine sur la ligne de départ mais cette longue préparation est tout sauf ennuyante.

Le visuel est en parfaite harmonie avec le scénario. Le dessin est très chouette, les personnages bien que nombreux sont tous réussis. Déjà on ne les confond pas malgré leur nombre, et petite réussite supplémentaire, dès le premier coup d'oeil on peut cerner leur caractère rien qu'à leur dégaine. Les décors et les différents véhicules ne sont pas en reste, le dessinateur s'est fait plaisir ça se sent. La palette de couleurs chaudes qui dominent dans la majeure partie des planches de l'album nous transporte dans ce désert et renforce l'immersion dans le récit.

Vivement la suite.

Nom série  Vénosa  posté le 02/05/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Venosa c'est un récit d'aventures décalées qui mêle héroic fantasy, humour noir, langage fleuri, violence et drogues. Et oui, tout ça en un album, messieurs dames ! Cet étonnant cocktail fonctionne plutôt bien. On se laisse agréablement entraîner dans les aventures d'Epine, voleur de son état, qui se retrouve au centre d'une histoire qui le dépasse complètement.

On retrouve le style habituel d'Olivier Milhiet (Spoogue, Caravane, Aniss), bien connu ici sur BDThèque. Coté dessin, c'est toujours aussi sympa, on retrouve par ci par là une expression sur un visage, ou un détail décalé qui donne le sourire. L'ambiance de cette ville est aussi bien rendue et plutôt agréable je trouve. Coté scénario. il se passe pas mal de trucs dans ce premier tome, il faut arriver à suivre qui est qui et qui fait quoi (et pourquoi). Les péripéties s'enchaînent assez vite, toujours dans le même esprit décalé qui cherche à proposer une histoire originale et amusante. Un premier tome sympathique.

Nom série  Le monde à Malec  posté le 28/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album à toutes les caractéristiques des BD-blog, celles qui mettent en scènes des strips d'abord publiés sur le web et ensuite rassemblé en un album papier. Et même si les gags traités ici ne sont pas forcément parus initialement dans une version numérique, ça y ressemble, tant par le style que par les sujets abordés.

Il est donc question de Malec, un dessinateur / Story boarder / animateur marié à une coréenne et vivant au japon. Il y a donc pas mal de clins d’œil culturel à ses 2 pays, et aux différences avec la France. Le reste tourne beaucoup autour de la culture geek.

Voilà pour le cadre. Pour le résultat, j'ai eu du mal à accrocher sur la longueur. 150 pages qui parleront peut être a sa famille ou aux personnes qui se sentent très proche des sujets traités. Moi ça m'a fait rire parfois, car certains gags sont marrants, ou m'ont fait dire "ah ouais c'est bien vu ça". Mais ce n'est pas le cas sur la durée de tout l'album. Ca devient répétitif, ça manque de surprise. En fait les sujets varient, l'auteur arrive à se renouveler, mais cela ne surprend pas assez. On s'attend à tomber sur ce type de gags et ce type de sujets.

C'est dans l'ensemble pas trop mal mais comme je ne suis pas tellement sensible à une bonne partie des strips, j'ai été de moins en moins captivé par ce que je lisais. Je ne suis pas le public visé sans doute.
2,5/5

Nom série  L'Ile aux femmes  posté le 20/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai lu cet album il y a une dizaine de jours. Et bien que cette lecture ne fut pas désagréable, je dois bien admettre qu'il ne m'en reste pas grand chose aujourd'hui. Bien sûr je me rappelle du sujet et de l'histoire dans sa globalité, mais je serais bien incapable de citer un dialogue rigolo ou décrire une situation qui m'a amusé. C'est que je craignais en refermant l'album, et le temps qui passe ne fait que confirmé ce sentiment.

La première impression était pas mal, sans plus. Le pitch est sympa, la mise en place laisse espérer qu'on va bien se marrer, et puis finalement ça ne décolle pas trop. On ne s'ennuie pas, mais on ne se marre pas non plus. On est gentiment surpris par les situations mais pas de quoi s'extasier non plus.
Au final l'idée était assez sympathique, la lecture était globalement sympathique, mais le souvenir laissé par cette BD sera assez anecdotique.

Nom série  Un bruit étrange et beau  posté le 05/04/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime assez l'idée originale du scénario : mettre en scène un moine chartreux qui a fait vœu de silence depuis 25 ans. D'autant plus que je sais que Zep a réellement rencontré un religieux pour se documenter. A la suite d'un événement inattendu le héros va devoir retourner à la vie réelle et se confronter, l'histoire de quelques jours, à notre monde dont il est complètement coupé depuis si longtemps.

L'entrée en matière est agréable, le récit peu bavard, un peu comme son héros en fait. C'est introductif et contemplatif à la fois, sans être un documentaire sur la vie des chartreux isolés dans un monastère. Cet équilibre est bien dosé et fait qu'on rentre bien dans l'histoire.
La petite escapade parisienne vient pimenter ce calme et constitue le twist du récit. Cela amène son lot de surprises et de questionnement pour le héros. Les péripéties sont plus ou moins efficaces, plus ou moins bien trouvées, et plus ou moins crédibles. C'est sympa, mais j'ai pas trouvé ça fou fou non plus.

Le dessin est sobre et efficace. Au final un album que je suis content d'avoir lu, Zep sait assurément faire autre chose que du Titeuf. Bien que la lecture fut agréable, cette BD ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Nom série  Survivants - Anomalies quantiques  posté le 10/01/2011 (dernière MAJ le 22/03/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après 5 tomes

Pourquoi changer une recette qui fonctionne ? Cette série reprend tous les ingrédients qui font le succès des séries de Léo. Et ça continue de marcher ! Nous visitons une nouvelle planète à la faune étrange et au bestiaires fascinant et souvent hostile. Le petit groupe d'humains fraichement débarqués sur cette planète va l'apprendre à ses dépends.

Le premier tome reste très introductif mais les premiers mystères sont déjà là pour nous mettre l'eau à la bouche. Et puis les relations entre les personnages sont soignées. En effet tous les membres de ce petit groupe n'ont pas la même vision de la marche à suivre pour survivre. Les premières tensions et les rivalités font déjà leur apparition et pimentent de façon intéressante ce premier tome.

Coté dessin, c'est du Léo pas de surprise. En conclusion un tome qui se lit d'une traite et pose des bases intéressantes qui appellent à plus de mystères pour la suite. Les fans des mondes d'Aldébaran devraient apprécier.

Et au final, du Léo pur jus. Y'a pas à dire, les relations amoureuses entre les personnages sont dignes d'un mauvais épisode d'AB production, les visages des personnages sont toujours autant figés, leurs sourires piquent les yeux... Mais voilà Léo a toujours autant de talent pour imaginer des histoires à suspense et des mondes qui regorgent de mystères. Du coup on se prend quand même au jeu !

Le bestiaire animalier est peut être un peu moins fouillé et moins présent que dans les autres séries des mondes d'Aldébaran, mais ici Léo apporte une nouvelle dimension temporelle aux surprises de cette planète. Et ça marche bien, ça apporte ce qu'il faut de piment à l'histoire. Et même si celle ci n'a pas hyper avancée en 3 tomes, on a une BD de divertissement bien efficace dont j'ai toujours autant envie de connaitre la suite.

Je dirais que c'est quand même moins passionnant qu'Aldébaran , mais mieux qu'Antarès. Un bon moment de lecture, avec un final qui permet de faire le lien avec Aldebaran / Betelgeuse / Antares, et qui annonce probablement un nouveau cycle. Je serais curieux de lire les aventures communes de Manon et Kim.

Nom série  Verte  posté le 22/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Verte est une fille de sorcière. Sa mère s'impatiente car ses pouvoirs tardent à apparaitre. Verte, elle, n'en veut pas et aspire uniquement à une vie normale. C'est à dire jouer avec ses camarades dans l'immédiat, se marier et avoir des enfants dans le futur.

On a ici une BD jeunesse, qui cible à mon avis une tranche d'âge 7-10 ans avec les aventures de notre sorcière en herbe. C'est vraiment très gentillet et je ne pense pas que les ados s'identifieront aux protagonistes ou se retrouveront dans cette BD.
Au travers des petites tracasseries de notre héroïne qui a du mal à s'accepter telle une sorcière, il y a évidement un message sur la construction de l'identité et l'acceptation des origines des uns et des autres.

C'est abordé de manière légère totalement adaptée au public ciblé, mais celui-ci me parait un peu jeune pour percevoir le double sens de lecture et ne devrait pas être sensible au message de fond. Peut être qu'ils apprécieront plus le coté magique et les imprévus de la vie d'une jeune sorcière, même si ça n'est pas très poussé en terme d'aventures justement.
Avec des yeux d'adulte, c'est quand même très gentillet.

Nom série  Fleur de bambou  posté le 22/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Fleur de Bambou est un conte pour enfant qui raconte l'histoire d'un improbable trio composé d'un panda roux, d'une fouine et d'une petite fille. Ils sont en quête de l'aide du grand esprit de la forêt qui est le seul à pouvoir empêcher la forêt de dépérir et les bambous de mourrir.

Sur la route ils croiseront l'inattendu et l'aventure. Il faudra déjouer les intentions malsaines des singes. En fait Fleur de Bambou, ce pourrait être mon premier récit d'héroïc fantasy pour les enfants. Le dessin est mignon et a tous les atouts pour séduire le jeune lectorat.

L'histoire elle est totalement orienté jeunesse, elle se révélera bien anecdotique pour le lectorat adulte. Par contre les enfants s'attacheront peut être à cette équipée originale et ne seront pas offusquée de la légèreté de l'intrigue.

Nom série  Infinity 8  posté le 12/10/2016 (dernière MAJ le 15/03/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Infinity 8 est un petit événement qui débarque chez Rue de Sèvres. Une série de SF ambitieuse qui comportera 8 tomes à sortie rapprochée et qui est pilotée par un casting des plus aguicheurs (Trondheim, Vatine, Zep, Bertail rien que pour débuter). Les 2 premiers tomes sortent sous forme de plusieurs livrets souples de 36 pages chacun. C'est une très bonne idée car ils sont franchement réussis ces livrets. Le clin d'oeil aux séries Z et autres comics sont sympa, et les petits bonus genre fausse pub et auto promo dans les dernières pages sont bien fun. J'aurais bien lu toute la série comme ça.

Coté scénario on a un space opéra avec un énorme vaisseau qui transporte des individus de 257 races différentes (oui les humains sont loin d'être les seuls êtres vivants de l'univers). Ce vaisseau se retrouve bloqué et le commandant décide d'envoyer des agents explorer les alentours pour comprendre la situation et débloquer le convoi. La petite astuce sympa c'est qu'au bout de 8 heures le commandant à le pouvoir de revenir en arrière et d'offrir un reboot de l'histoire. En gros il rappelle son agent et en envoi un autre en ayant connaissance de ce qui a été découvert précédemment. Avec un Trondheim aux commandes on est en droit d'espérer quelques situations bien cocasses basées sur ce mécanisme.

Si l'introduction est sympa et accrocheuse, la suite du récit m'a un peu laissé sur ma faim. Par exemple, le 2e épisode se résume à un cache cache gravitationnel entre l'agent Yoko Keren et un vilain extra terrestre. Et en 36 pages l'histoire principale n'a pas bougée ! Le ton est évidemment léger et prétexte à la déconne. Ca marche plus ou moins, si certains dialogues sont amusants d'autres tombent un peu à plat. La fin du premier tome (ou 3e livret) offre l'occasion d'un premier saut temporel et avec la suite débute donc la première variante de l'histoire. On part sur complètement autre chose avec l'introduction de nazis nostalgiques, amateurs de déco et de petits gâteaux.

J'ai l'impression qu'il faut s'attendre à pas mal d'idées farfelues dans le scénario. De ce coté là, c'est plutôt plaisant. Par contre la trame principale n'est pas encore assez développée, mais je fais confiance à Lewis pour que les conséquences des différents reboot boostent tout ça dans les prochains tomes.

Après lecture du 3e tome, je reste tout à fait sur le même ressenti. Le scénario offre quelques surprises, il y a quelques dialogues ou situations amusantes, mais il manque un petit twist pour rendre tout ça vraiment passionnant. C'est au niveau du fil conducteur que la série doit gagner en intérêt dans la suite. Pour le moment, pas de suspens, pas de liens fous fous entre les tomes. On n'est pas trop inquiet de ce qui va advenir du convoi, ni de ce qui attend les occupants de l'Infinity 8 dans le prochain reboot.

Nom série  Crimes Gourmands  posté le 11/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série est l'adaptation de romans qui mêlent polar et gastronomie. L'héroïne est une journaliste d'un magazine culinaire qui se transforme en enquêtrice de choc au besoin. Ce premier tome se passe à Lyon et l'affaire se déroule dans le milieu des fameux bouchons lyonnais.

Tout ça commence assez bien. Le dessin est très sympa, le style réaliste est efficace, les vues de la ville de Lyon sont très chouettes. Un premier meurtre sordide vient lancer l'intrigue avec juste ce qu'il faut de suspens pour mettre l'eau à la bouche du lecteur.

La suite est plus inégale. Pour justifier et renforcer l'aspect polar gastronomique, on est obligé de nous faire un petit cours d'histoire sur la cuisine locale. Il y a aussi plusieurs scènes qui se passent à table et où on est obligé de nous présenter les plats un par un. Une fois ça va mais 3 ou 4 ça fait publicité pour la gastronomie lyonnaise et c'est un peu trop. Evidemment notre enquêtrice est plus efficace que la police, mais ça, ça passe encore, on s'y attend. Autre bémol, le dénouement m'a un peu déçu car il ne m'a pas paru très crédible.

Au final du bon et du moins bon.

Nom série  Mars Horizon  posté le 11/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
2080. Une expédition arrive sur Mars et nous fait partager ses premiers pas sur la planète. Composé de médecin, botaniste, pilote et autre ingénieurs, ce petit équipage multi compétences explore ce nouveau terrain de jeu et leurs débriefings réguliers sont l'occasion d'exposer leurs connaissances et découvertes au lecteur. Un récit de vulgarisation scientifique en quelque sorte.

De mon point de vue, ça marche plus ou moins bien. L'intérêt apporté par les détails sont assez inégaux. Ca va d'informations scientifiques intéressantes, qu'on oublie hélas assez vite après avoir refermé l'album, à une exposition des sentiments fictifs des personnages qui eux ne sont pas bien passionnants. De ce fait les différents chapitres ne sont pas tous intéressants et parfois il y a quelques longueurs, même si l'ensemble se lit très bien.
J'avoue ne pas avoir toujours distingué ce qui était un fait avéré de ce qui était fictif et inventé pour les besoins du récit. De la vulgarisation scientifique basée sur l'installation de l'homme sur Mars dans 60 ans, avouez qu'on peut se poser quelques questions...

Cet album inaugure une collection scientifique nommée 'Octopus' et dirigée par Boulet. Le concept est plutôt intéressant, même si ce premier tome ne m'a pas totalement convaincu.

Nom série  Ma guerre  posté le 07/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tiburce Oger, qu’il n’est plus besoin de présenter livre ici un récit sur l’histoire de son grand-père résistant puis déporté pendant la seconde guerre mondiale. Il y décrit toutes les horreurs qu’il a vécues, et on s’en doute le sujet est dur.

Il y a en fait 2 phases dans ce récit. Dans la première moitié, on découvre comment son grand-père est entré en résistance. De petit distributeur de tracts, il va connaitre une ascension progressive pour aller jusqu’à saboter du matériel ennemi. Cette partie a comme un petit coté romancé qui laisserait presque croire qu’on lit une fiction sur la seconde guerre mondiale.

La seconde phase, celle qui se passe dans le camp de Dachau, est d’une autre dimension. Famines, brimades, humiliations, maladies, bref l’enfer. Tout ce qu’on peut imaginer de pire et plus encore est décrit ici. Impossible de rester insensible à ça.

Ce récit a pour lui toute la sincérité et l’authenticité que lui confère son auteur. Le résultat est touchant. Mais le sujet a déjà été maintes fois traité en bande dessinée, et bien que la lecture soit émouvante sur le moment, elle ne me parait pas marquante sur la durée.

Nom série  Geronimo (Matz/Jef)  posté le 07/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nouvelle collaboration entre Matz et Jef qui ont déjà signé ensemble 2 adaptations de scénarios de Walter Hill. Cette fois ils se détournent du polar pour nous offrir une plongée dans l'Histoire avec leur version du destin d'un des plus célèbres chefs indiens : Geronimo.

Ce récit couvre environ 40 ans de sa vie, et le moins qu'on puisse dire c'est que son existence a été rythmée par la violence. Du massacre de son peuple à sa vengeance sans merci, Geronimo a passé sa vie à se battre pour sa liberté et celle des indiens. Lutte contre la violence gratuite des mexicains, lutte contre l'oppression, contre l'injustice, contre l'armée américaine. Cet album retranscrit bien le climat de l'époque, la peur de l'autre, l'incapacité des peuples à cohabiter sur la même terre.

Une lecture intéressante qui ouvre les yeux sur des évènements pas si anciens. Instructif, mais à titre personnel j'ai une petite préférence pour les albums précédents du duo, Balles Perdues et Corps et Âme.

Nom série  La Malédiction de Gustave Babel  posté le 28/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L'objet est épais, le dos toilé et la couverture légèrement en relief : l'écrin est de toute beauté. A l'intérieur on fait connaissance avec Gustave Babel, qui a le don de parler toutes les langues, génial comme pouvoir, je veux le même. Bon sauf que lui, il a mis ce don au service de la Pieuvre, une mafia parisienne, qui lui commandite régulièrement des assassinats dans des pays étrangers. Ah oui, notre homme est tueur à gages. Et quand il reçoit à son tour une balle fatale, c'est le moment où rejaillissent les souvenirs de toute une vie.

Son existence dérape à partir du moment où il ne peut pas remplir son contrat puisque sa cible meurt avant qu'il l'assassine. C'est pour lui le début de nombreux cauchemars. On a un récit qui mélange 2 genres différents. D'un coté, un polar avec des règlements de compte, des voyous, des prostituées. De l'autre un conte onirique où on cite de la poésie, où Gustave revoit sa vie sous forme de rêves, enfin plutôt de cauchemars.

Si c'est assez original comme récit, si graphiquement Gess a fait un super travail sur les ambiances, j'avoue que l'ensemble m'a moyennement convaincu. Les doutes de notre héros, son introspection au plus profond de lui même, toutes les séquences de cauchemars, rien de tout ça ne m'a emballé. Le rythme est volontairement lent, et j'ai trouvé pas mal de longueurs au fil des différents chapitres. Dommage.

Nom série  Dark Museum  posté le 18/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'idée de cette série est originale puisque chaque tome aura été inspiré par une toile célèbre. Et à partir d'un tableau un peu glaçant, ou en tout cas une oeuvre qui ne fait pas penser à la joie de vivre au premier regard, les auteurs ont développé une histoire un peu morbide. On peut penser logiquement qu'il en sera de même pour les 4 tomes de la série.

Cela dit, le fait de n'avoir jamais entendu parler du tableau n'est absolument pas un frein à la lecture de l'album. En effet il se lit comme une histoire originale qui a tendance à faire froid dans le dos. Le scénario est bien construit, et cette histoire qui a des allures de chroniques sociales au début, bascule petit à petit dans quelque chose de très noir. L'horreur s'installe petit à petit et c'est bien amené. Au vu des événements ça parait inévitable, presque normal. La faim justifie les moyens comme on dit.

Le dessin colle très bien à cette ambiance sombre. Les personnages ont les traits froids, ils ne sont pas heureux et ça se sent. Les parties macabres de la 2e moitié de l'album sont judicieusement cadrées pour montrer juste ce qu'il faut et suggérer le reste. Ca fonctionne très bien.

Au final le scénario est efficace et l'ambiance recherchée est bien rendue. Le mal-aise du lecteur n'est pas loin.

Nom série  Les Deux Vies de Baudouin  posté le 17/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Fabien Toulmé, l'auteur de l'excellent Ce n'est pas toi que j'attendais remet le couvert avec un nouveau récit émouvant. Il est ici question de Baudouin un trentenaire enfermé dans la routine de son quotidien. Comme tellement de gens en fin de compte, il est prisonnier d'un boulot auquel il consacre beaucoup trop de temps, alors que celui-ci ne lui permet absolument pas de s'épanouir. Métro, boulot, dodo, factures. Il est proche de son frère, un baroudeur qui n'a de cesse de le pousser à prendre sa vie en main et de la vivre pleinement. Lorsqu'il découvre qu'il est atteint d'une maladie incurable, il va tout plaquer pour vivre ses rêves avant qu'il ne soit trop tard.

Le personnage est bien trouvé, on s'identifie tellement facilement à lui. La relation avec son frère est elle aussi un élément important qui amène des sourires et une petite dose d'humour. Cela contrebalance bien avec les moments plus émouvants du récit. Tellement de gens vont se reconnaître dans la routine de Baudouin. Combien de personnes ne se plaisent pas dans leur job et se demandent régulièrement si le moment n'est pas venu de changer totalement de voie.

Inévitablement cet album nous amène à nous poser des questions sur notre propre vie. Ce récit véhicule plein d'émotions, permet de s'interroger, de se remettre en question et douter un peu. Mais ce n'est pas un livre de philo, c'est beaucoup mieux. Tout ça s'accompagne d'une histoire qu'on suit avec grand intérêt et on ne voit pas passer les 270 pages.

Et même si on s'attend à ce que l'histoire se conclue par une pirouette de ce genre, la fin fait quand même son petit effet. Un album qui vous touche, qui vous fait réfléchir sur la routine du quotidien, sur le sens de la vie, sur le bonheur, sur beaucoup de choses en fait. Une réussite sur toute la ligne.

Nom série  Des espaces vides  posté le 04/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Miguel Francisco signe ici sa première BD, il est illustrateur et surtout directeur artistique pour le jeu vidéo, c'est lui le concepteur des personnages du jeu Angry Birds. Ce premier album nous propose un récit sur l'histoire de sa famille. Il y parle de son grand-père, de guerre civile espagnole, de franquisme et d'exil en Argentine.

Son dessin est vraiment sympa, plein de rondeurs et d'expressivité. Les personnages ont des mines joviales, il y a un coté cartoon vraiment très agréable. Ce style nous embraque dès les premières planches. Vraiment j'ai adoré ce dessin. Malheureusement on ne peux pas dire que l'histoire soit du même niveau.

C'est un père qui raconte la vie de sa famille (grand-père, arrière grand-père) à son fils d'environ 5 ans. Le récit est une suite de souvenirs ou d'anecdotes datant des années 20 et des années 30. Il y est question des conditions de vie difficiles de l'époque, de la faim, de la guerre. Mais il manque vraiment un fil rouge, un élément conducteur qui viendrait romancer le tout, apporter un semblant de suspense qui donne envie de poursuivre la lecture en se demandant ce qu'a bien pu être la vie de l'époque.

Cette lecture sera peut être émouvante pour le fils dans quelques années, mais c'est au final assez quelconque pour le lecteur lambda.

Nom série  Proies faciles  posté le 16/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album est un polar qui allie une bonne petite enquête policière avec une chronique sociale assez acerbe sur le monde de la finance d'aujourd'hui. L'auteur dénonce les dérives d'un milieu que rien n'arrête malheureusement lorsque il y a des euros à gagner.

Il est question de plusieurs meurtres. Initialement rien ne les relie. Mais lorsque les enquêteurs commencent à voir le début d'un lien, et qu'ils comprennent que tous ces gens occupaient une place dans l'organigramme type des grands établissements bancaires, le puzzle se met en place. Les pistes qu'ils suivent, la façon dont les éléments s'emboîtent, la progression de cette enquête, tout cela est bien mené et crédible. Il y a là tout ce que les amateurs de polars réalistes aiment retrouver.

A coté de ça, cette intrigue est également un prétexte pour dénoncer le coté sombre et malsain du système bancaire espagnol. Ou comment des banquiers sans scrupules n'ont pas hésité à sacrifier les économies de milliers de personnes âgées en leur faisant miroiter des bénéfices et qu'en réalité ils ont tout perdu. Ces pratiques ont fait beaucoup de dégâts ces dernières années en Espagne. Prado en dit ici tout le mal qu'il en pense.

Si parfois le message est un peu trop appuyé pour paraître 'neutre' dans l'intrigue, l'idée générale passe plutôt bien et est tout à fait au service de l'intrigue policière. Ce mix est réussi et on obtient un album plaisant.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 57 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque