Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 467 avis et 66 séries (Note moyenne: 3.31)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Daytripper (au jour le jour)  posté le 23/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bienvenue, bienvenue dans la vie de Bras, petit miracle de la vie né dans des conditions difficiles et gâté par la vie et les rencontres qu’il va y faire.
Bienvenue oui dans le quotidien de cet aspirant écrivain contraint d’écrire des rubriques nécrophiles alors qu’il n’aspire qu’à parler de la vie et des petits tours qu’elle lui joue entre son grand ami Jorge, cette ombre paternelle absente et présente et les femmes dont il va partager l’existence.

Sous le soleil rougeoyant du Brésil, le lecteur va être immédiatement pris dans cette spirale apaisante et finalement banale. Le récit se laisse lire par une facilité déconcertante et on est vite happé par le quotidien de notre héros charismatique.

Mais Bras n’est pas un superhéros, il ne sauve personne ni même sa propre existence car chaque chapitre correspond à une période de sa vie avec une issue fatale en guise de conclusion.

Rien de fantastique dans tout cela, Daytripper se contente de raconter la même histoire universelle sur la vie et la mort et ne délivre aucune clé, aucune réponse à nos problèmes existentiels.
Mais il le fait avec tellement de brio et de fluidité qu’il ne peut laisser personne indifférent en fonction de notre expérience personnelle et unique.. Qu’il s’agisse de la rencontre avec une jeune femme fatale ou plus tard de l’attente de nouvelles par sa famille, on passe du rire aux larmes sans jamais perdre complètement le sourire et l’espoir…

Avec un découpage aussi rythmé et intelligent (le chapitrage n’aura jamais été aussi important que la narration) au style graphique simple et parfaitement en adéquation avec les propos tenus (les couleurs sont superbes), les auteurs prometteurs ne font rien de plus que de faire la démonstration que si nous avons 1000 vies à vivre, nous avons également 1000 morts à venir… Et qu’on ait 20 ou 40 ans finalement carpe diem…

Mais que tout cela ne vous empêche pas de lire cette histoire dont le seul reproche est finalement de se lire bien trop vite malgré sa taille conséquente. Finalement 10 chapitres c’est trop peu alors qu’on pourrait en lire 1000 indéfiniment…

Nom série  Les Centaures  posté le 22/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour Spooky il s’agirait d’une série moisie. Sûr que ces centaures là, en plus d’être des demi-dieux âgés au look d’adolescents sont quand même des dinosaures de la bd franco-belge.

Beaucoup reprochent à Seron sa similitude avec Franquin. S’il est vrai que le personnage de Renaud des Petits Hommes ressemble à un voisin éloigné de Gaston, je trouve que la comparaison est plutôt flatteuse et que son style est très agréable tout en étant propre à son auteur.

Parce que si on commence à parler plagiat, alors pour moi j’aimerais savoir qui copie qui dans les mangas japonais où le style est toujours le même d’une œuvre à l’autre donc n’exagérons rien !

A côté de cela, la série des Centaures est plutôt agréable et bien troussée, du moins pour le jeune public dont je faisais partie lors de sa publication. Cela permettait de surfer bien plus intelligemment que des adaptations papier loupées d’Ulysse 31 tout en apportant une autre facette aux mythologies grecques.

Il y a pas mal de clins d’œil et de passages humoristiques plutôt sympathiques et l’ensemble est loin d’être dénué d’intérêt à l’exception de l’inévitable cross over avec les Petits Hommes dont on se serait bien passé…

Un chouette petit divertissement…

Nom série  Hägar Dünor le Viking  posté le 22/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un style un peu rondouillard pour des strips qui ne sont pas forcément tous drôles ou bien amenés mais qui ont le mérite d’amener un peu de fraicheur avec ces vikings bien lourdauds et dont les considérations sont invariablement les mêmes dans cette famille de bons vivants.

Le trait est suffisamment original et unique pour être souligné. Il ne s’agit ni d’une grande maîtrise du dessin ni de scénarii approfondis (si on peut parler en tant que tel) mais les mésaventures au quotidien de ce viking ont au moins le mérite de ne pas être vulgaires ni complètement déplacées.

Forcément quitte à choisir une lecture équivalente, on se tournera plus facilement vers Garfield dont le style est aussi limité mais peut-être plus drôle, mais, bon, Hagar c’est un peu l’ancêtre de ce style de bd, de celles qu’on lit quotidiennement sans trop se poser de questions mais qui peuvent manquer cruellement si elles n’étaient pas publiées dans le quotidien/journal/magazine.

Il y a quand même parfois de jolis effets d’ombres chinoises, quelques personnages rigolos avec son second du drakkar ou l’imposante épouse et ne pas les connaitre dans le domaine qui nous intéresse, c’est un peu comme si un Alsacien n’avait jamais goûté à la choucroute locale !

Nom série  Alceister Crowley  posté le 21/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alceister Crowley est l’une de mes premières incursions dans un monde fantastique aux créatures délirantes inspirées par Lovecraft, chose que je n’appris que de nombreuses années après.

D’où un certain regard original sur un monde où le quotidien se dispute le surnaturel dans une ambiance « début de siècle » plutôt délicieuse et feutrée grâce au talent d’illustration de Cossu et de ses couleurs mauves suaves.

Je ne connais que les histoires du premier tome présenté ici et visiblement il y a peu d’intérêt à en lire le second. Dommage peut être que ces histoires n’aient pas eu plus d’écho car il n’y a pas le coté malsain ou gore de récits comme Dylan Dog dont cet Alceister est un peu le lointain ancêtre.

Antonio Cossu est un auteur qui mérite véritablement d’être redécouvert et la relecture de ses petites histoires en quelques pages mérite largemment qu’on s’y attarde pour peu qu’on soit amateur du genre, l’auteur n’avait pas son pareil pour créer de véritables mondes oniriques cohérents et parfaitement illustrés dont cet Alceister Crowley se veut d’en être la première pierre fondatrice.

Un classique injustement passé aux oubliettes.

Nom série  Pierre Tombal  posté le 21/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il y a humour noir et humour noir enfin macabre dans le cas qui nous intéresse.

Le postulat est bien simple, si on aime les blagues sur la mort on lit le Death Club de Winshluss ou on regarde l’excellente série Six Feet Under.

Par contre si on est abonné au journal Spirou et qu’on a moins de 14 ans, on peut se contenter de Pierre Tombal (quel jeu de mots recherché !) où le joyeux fossoyeur se met à parler avec les morts de son cimetière, prétexte à de nombreuses blagues potaches d’une page…

C’est très limité mais ça reste hautement lisible sauf qu’on a à faire à la redoutable méthode Raoul Cauvin : exploiter un filon mince jusqu’à en rogner les os jusqu’à la moelle. Ça tombe bien c’est ici le principal sujet…

Mais lorsqu’en plus Marc Hardy dont j’avais apprécié les dessins sur l’ange Arkel décide de modifier son trait pour un style ultra limite et moche dans les albums récents, ben on court l’overdose et je suis toujours surpris de voir que ce genre de séries peut produire autant d’albums sur un canevas identique.

Bref, à lire de temps à autre mais surement pas à acheter… 28 albums sur le thème c’est frôler la crise cardiaque effectivement.

Nom série  Cristal  posté le 21/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cristal ressemble religieusement sur le papier au film de Carpenter Starman à l’origine également d’une série télévisée célèbre dans les années 80.

Cette bd est de la même époque mais là où le film lorgnait sur un coté mystique voire amour interracial, Maric et Marcello préfèrent livrer une course poursuite coup de poing sur base d’une amitié et de révélations en cliffhanger préfigurant un rythme nerveux aux amateurs d’action et de mystères bien troussés.

En effet la vie de Alain va radicalement être bouleversée lors de la rencontre avec cet extra terrestre traqué qu’il va lui-même baptiser Cristal. Aidé par l’atout charme de la série, une jolie militaire qui se ralliera à leur cause, nos héros n’auront de cesse de braver armée et autres périls inédits pour les bons terriens que nous sommes.

Cristal sollicite effectivement l’aide de Alain qui découvre incrédule une autre forme de vie et ses pouvoirs (collier traducteur, l’eau peut le tuer et autres détails atypiques). Maric livre un scénario qui ne s’embarrasse guère de temps mort alors que Marcello revisite le comics européen par un trait dynamique et direct.

Bref, j’ai eu beaucoup de plaisir à lire Cristal et en aurais beaucoup également à le voir réédité dans les standards actuels. Un appel du pied ?

Nom série  Quasar  posté le 21/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une des plus novatrices séries de Science-Fiction du magazine Spirou dans les années 80, Quasar se laissait lire sans déplaisir avec quelques influences Jodorowsky/Moebius tout en s’adressant à un plus large public.

L’alien-robot Molmol ajoutait de l’humour à un univers assez bien troussé avec son lot d’aventures, machines futuristes et entités organiques mystérieuses. Je n’ai jamais rien lu d’autre de cet auteur mais ne serais pas contre une réédition car il semble que ce soit un peu le chaos actuellement et ma collection Spirou a bien jauni depuis.

De l’action, de l’humour et des personnages attachants et charmants, il est curieux que le succès même d’estime ne soit pas au rendez-vous, la faute peut être à la surabondance de ce genre de production ou au public ciblé plus prompt à lire les innombrables histoires de Cauvin.

En tous cas une relecture s’impose tant l’univers proposé semblait ambitieux…

Nom série  Yoko Tsuno  posté le 21/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Jamais pu la saquer la Yoko Tsuno !

Pourtant il y a quelques points positifs, à savoir des dessins de grande qualité plutôt soignés et les aventures se passent sur plusieurs niveaux géographiquement, certaines se passent dans l’espace avec extra-terrestres et space opéra et d’autres ressemblent à des enquêtes plus classiques sans apport de fantastique sur notre bonne vieille planète terre.

Par contre le tout est d’une mièvrerie à toutes épreuves et c’est trop manichéen pour être réellement crédible pourtant Roger Leloup redouble d’efforts afin d’apporter le plus grand soin à ses dessins (mais leur coté réaliste les rend trop froid et distant) et à ses scénarios (mais ils sont trop sérieux et détaillés pour devenir aussi fun que des Blake & Mortimer par exemple).

Quelque part je me rends compte que ma note est bien dure ... mais en phase avec mon ressenti car gamin ou adulte, les aventures de Yoko Tsuno ne m’ont jamais passionné et sont si peu attrayantes qu’elle finissent invariablement dans la salle d’attente des docteurs !

Un peu d’humour et de dérision aurait pu rafraichir l’ensemble mais rien n’y fait, Roger Leloup reste fidèle à son trait si particulier qui donne un aspect « poupée de cire » désagréable à ses personnages… Il ne manque pas de talent mais sûrement un peu de facétie !

Nom série  Le Marsupilami  posté le 21/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Tiens tout comme le précèdent posteur je n’ai pas donné mon avis sur cette série. Après il est utile de préciser que je suis fan de Franquin et de l’excellent boulot qu’il a su produire pour dépoussiérer le mythe de Spirou en y ajoutant ce fameux Marsupilami qui m’a toujours autant fait rire que fasciner.

Effectivement le sujet est forcément d’actualité avec le film que je n’ai pas attendu pour offrir la version noire de la bestiole en peluche pour ma plus jeune fille qui est aussi la plus grande vu qu’il s’agit de mon unique enfant ! (clin d'oeil à Erik )

Par contre autant le Marsupilami est un animal génial et mythique entre les mains d’André Franquin, autant il devient insipide sans son talent.
Les dessins, s’ils font toujours autant mouche, ne sont pas à remettre en cause car le coté sympathique du personnage et de ses piranhas est toujours présent et le trait ou le style de Franquin est bien respecté.

Par contre coté scénario on touche le fond du panier avec des scénarios tantôt mièvres tantôt ennuyeux.

Le constat est bien simple, vu que le marsu ne parle pas, il sert de faire-valoir à des personnages sans relief et sans intérêt, ce qui n’était pas le cas de Spirou, Fantasio et Spip qui en profitaient pour mener une enquête ou autre.

Toutes les aventures semblent calquées sur le génialissime « Nid des marsupilamis », le talent en moins mais le public visé semble très jeune aussi il est difficile pour moi de noter une série sympathique qui n’arrive pas à se renouveler…

Après tout je suis peut-être devenu trop vieux pour ces conneries mais il est difficile de rester objectif devant les grimaces de ce fichu marsu qui est aussi mignon qu’improbable.

Rajoutez donc une étoile et une option d’achat si vous avez gardé votre âme d’enfant à ma note finale et houba hop

Nom série  Pinocchia  posté le 21/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Tiens je remarque seulement à présent que je n’avais pas avisé cette série qui m’avait pourtant fait de l’œil à l’époque où je recherchais des bds érotiques aussi agréables à l’œil qu’à la lecture.

Malheureusement je constate une fois de plus que la bd érotique est très mal desservie… Sans vouloir jouer aux prudes dont je me ferais un très mauvais émissaire, soit on tourne au délire sado-maso, soit on impose des phylactères complètement ridicules et vulgaires soit le dessin n’est pas à la hauteur.
Vouloir tenter de détourner un conte célèbre en le rendant parodique n’est certes pas d’une grande originalité mais peut procurer une base de qualité en quète de sensations coquines.
Si Gibrat possède un talent incontestable pour nous proposer une pulpeuse Pinocchia de bois qui ne nous laisse pas de bois, que dire du scénario qui ne va pas assez loin dans le délire et propose tellement de situations grotesques et inappropriés qu’on en reste de marbre.

Pourtant la définition de la femme objet est immédiatement associée à l’idée que l’héroïne n’est qu’une marionnette de désir. Mais le désir tel que je le conçois ne se limite pas à s’offrir à n’importe qui n’importe comment sans lever un minimum de charme et vu que la donzelle n’a aucune personnalité et se trimballe dans le plus simple appareil constamment ben voilà quoi….

Si au moins c’était drôle ou excitant… mais même pas c’est simplement banal malgré une maitrise totale du dessin. Dommage, mille fois dommage car on aurait aimé prétendre à autre chose que cette fausse image d’Epinal misogyne…

Nom série  L'Amour Propre (Ne le reste ...)  posté le 21/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Pour paraître branché dans les années 80, il était de bon usage de lire L’écho des savanes qui se faisait un malin plaisir à diffuser par épisodes des bds à tendance légèrement trash voire ouvertement sexuelles.
C’est ainsi que Martin Veyron s’est fait connaitre du « grand » public avec ce qui restera comme son chef d’œuvre immaculé, le présent ouvrage…
Complètement datée déjà à l’époque, son léger pouvoir émoustillant s’est depuis complètement évaporé avec ces dessins qu’on jugerait sortis d’un autre âge… Décors quasi inexistants et personnages sans charme sont au service d’un sale gosse gâté qui se cherche, sexuellement parlant, j’entends…

Ça discute beaucoup plus que ça ne fornique et le format par épisodes n’arrange pas la lourdeur de l’ensemble, ce qui fait qu’au final personne n’est touché quelque soit le but initial recherché lors de la lecture…
Je déteste ce genre de récits légers à lire où je dois m’y prendre à plusieurs reprises tant l’ennui et les bâillements remplacent ma curiosité initiale et on se contrefiche bien de savoir si ce fameux point G féminin existe…

Cet ouvrage principalement destiné aux jeunes mâles a eu au moins un mérite, celui d’être à l’origine d’une pitoyable adaptation ciné dont l’unique intérêt est de nous dévoiler la jolie poitrine d’une Corinne Touzet alors débutante… Avis donc aux (a)mateurs, le public féminin se contentera de hausser les épaules à bon escient forcément !

Nom série  Histoires alarmantes  posté le 18/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Des recueils sur des histoires fantastiques de la veine d'un Edgar Allan Poe, il en existe un paquet...
Des plus nostalgiques comme les revues pulp américaines des années 50 comme la série des "Tales" aux plus glauques comme les séries de Foerster chez Fluide, il y en a eu bien une aussi courte que de qualité qui a émergé dans les années 80...

En effet Cossu n'a pas son pareil depuis le méconnu Alceister Crowley pour dépeindre un fantastique bizarre et dérangeant auquel son joli trait rend particulièrement justice.

Qu'il s'agisse des cadrages comme des décors aux regards sombres de ses personnages, l'ambiance est bien vite posée et la conclusion est comme souvent plutôt surprenante même si elle peut paraître convenue.

Une réédition serait la bienvenue d'urgence afin de profiter du travail exemplaire de cet artiste et sortir ce petit bijou d'humour noir de la rubrique "Bds oubliées" où elle a été injustement rangée...

Je ne saurais que vous conseiller de lire Cossu, enfant naturel de Tardi et de Moebius ni plus ni moins !

Nom série  Ginger  posté le 18/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici une excellente petite série méconnue, synthèse de films d'espionnage, d'action et surtout de mystère.

Un joli mix qui peut même faire penser à un enfant illégitime de Blake et Mortimer, les interminables dialogues en moins avec un dessin de qualité dont le seul reproche serait le visage même du héros Ginger dont on a l'impression qu'il fait constamment la gueule.

Heureusement l'atout charme rééquilibre ce défaut par l'entrée en scène de la jolie Véraline qui ne se contente pas de jouer à la potiche de service mais partage à titre égal le rôle principal.

Scènes d'action, héros qui fume, un soupçon de fantastique et l'envie de tourner chaque page jusqu'à son dénouement... C'était remarquable à l'époque et ça le reste toujours encore aujourd'hui. Jidéhem est peut être malheureusement un des plus grands oublis de la prestigieuse école franco-belge d'alors mais il est toujours temps d'y remédier...

Nom série  Arnest Ringard et Augraphie  posté le 18/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
"Mais que venait-il faire dans cette galère ?"

Ce sont ces célèbres mots de Molière qui me viennent tout d'abord à l'esprit lorsque je me dois d'évoquer ce que j'appellerai effectivement comme une blague potache de Franquin et Delporte qui sont partis en roue libre avec cette série illustrée par le surestimé Jannin.

Je n'ai aucune prétention pour dire qu'il n'est pas doué pour le dessin mais disons plus poliment que je n'aime pas du tout son style trop brouillon et impersonnel pour attirer l'oeil.

Soit mais lorsque des gags franchement très bofs sur une taupe (bien mal dessinée et même pas drole) désirant élire domicile sous le jardin d'un espèce de beauf au physique aussi délicat que celui de mon voisin (qui a pour surnom Gargamel 100% véridique) ben on passe très rapidement sur une bd que j'aurais aimé toutefois sympathique mais ne dépasse guère le statut du "aussitôt lu aussitôt oublié".

Encore plus brouillon que dans Germain et nous, l'idée de base est très rapidement épuisée et la seule bonne idée de cette oeuvre qui n'aura pas marqué beaucoup de monde est de ne pas être très longue. Et tant mieux !

Nom série  Mémoires de l'Elan  posté le 18/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Frank Pé (qu’on appelait juste Frank dans les années 80) avait eu la bonne idée d’illustrer les hauts de page de l’hebdo Spirou par des strips animés entre un Élan dépressif et mélancolique se plaignant d’être le seul héros de la revue à ne pas avoir d’album et Spirou.

Effectivement si tout n’était pas à la hauteur, cela restait justement réjouissant et était parfaitement bien inséré entre les pages du magazine.
Suivant l'actualité de l'époque et se faisant constamment rassurer par un Spirou qui aurait repris le rôle de Fantasio dans les Gaston, ces petites perles sont aussi amusantes à lire qu'à regarder avec ce charmant trait noir ne manquant pas de charme...

Se terminant généralement par un gros chagrin de l’animal dont on ne voyait en général que sa tête, il y avait un joli prétexte à lire et à trouver toutes ces petites bandes d’autant plus que le dessin de l’auteur de Broussaille était et reste encore aujourd’hui aussi sobre qu’amusant.

Forcément lire un album de l’Elan n’a pas de sens puisque c’est son but ultime, un peu comme si ce foutu contrat de Demesmaeker était enfin signé enfin vous imaginez l’intérêt réduit ?

Les interventions allaient de surcroit avec l’actualité du magazine et créaient une véritable interaction avec le lecteur. Un pur régal quand j’y repense… et ce en quelques cases !

Je vous invite vivement à lire les aventures ou plutôt non-aventures de l’élan ici même http://www.frankpe.com/elan/elan.htm ou à vous procurer ses deux albums car le coup d’œil en vaut largement la peine.

Comme quoi avec du talent et des idées on peut arriver à de jolis ovnis !!! Merci Frank !

Nom série  Germain et nous  posté le 18/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Germain et nous est la proposition de Frédéric Jannin pour parler de la génération dite jeune et adolescente des années 80 avec ses divers personnages, parents has been babas cools choqués de voir leur fille bien travailler à l’époque, Calorine dont le régime tourne à l’obsession, le père hargneux et beauf fan de foot et de discipline bref tout un tas de clichés se voulant ultra branché tout du moins à l’époque.

Si l’intention est louable de créer une petite communauté au travers de gags en une page, le résultat est tout autre faute à des situations pas si originales et mordantes que souhaitées, un dessin vraiment pas terrible et des personnages finalement pas si attachants et surtout têtes à claques.

Il aurait fallu un peu plus de rigueur dans le trait à main levée de l’auteur et une ligne directive un peu plus poussée pour rendre le tableau plus alléchant mais outre la banalité de certaines situations, l’ensemble devient rapidement répétitif et je n’ai jamais réussi à accrocher….

Du coup Jannin est devenu ma bête noire des publications Dupuis en devenant le moins bon élève… Dommage, ça aurait pu en séduire d’autres mais le pire est que les situations semblent datées de surcroit et pas uniquement à cause de la période de référence (les années 80).

Bonne chance pour les éventuels amateurs.

"Qu'est ce qu'on fait ?" Ben on se fait chier répondit l'écho...

Nom série  Buck Danny  posté le 18/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Voilà pour moi le pire de la bande dessinée….

On peut bien se moquer sur les strips des métiers de la collection Bamboo, rien ne sera plus désagréable à lire que ces bandes dessinées vieillottes que constituent Buck Danny…

Tout comme Johnny Halliday, l’après guerre est une revanche sur l’ennemi communiste et tout ce qui vient des Etats-Unis est « cool » d’où l’américanisation de tous ces noms parce que les Etats Unis c’est cool, c’est in, c’est génial, ce sont les meilleurs.

Et c’est bien en cela qu’une série comme Buck Danny est bien plus détestable qu’un Michel Vaillant, c’est manichéen au possible avec des dessins pas forcément moches mais figés et puant fortement la propagande sans proposer pour autant un second degré salvateur…

Du coup je n’ai jamais réussi à accrocher aux aventures fort manichéennes de ce Buck Danny et aurais davantage prié pour qu’il se prenne vite fait une balle entre les deux yeux par les « japs » qu’il exècre tant !

Ok c’est une vieille bd mais elle n’a jamais su évoluer et quitte à lire des batailles aériennes sur fond de despote illuminé autant me replonger directement dans Le Secret de l’Espadon dont la qualité d’écriture supplante n’importe quel album de Buck Danny…

Parce que là niveau action, on s’emmerde mais qu’est-ce qu’on s’emmerde !!!!! Et le pire c’est que la série semble avoir du succès alors qu’elle est complètement à coté de la plaque depuis belles lurettes !

J’ai pour seul souvenir positif de cette série un pastiche réalisé par les facétieux Yann & Conrad s’intitulant à juste titre « Fuck Banny » c’est dire l’amour que je porte à cette série ! (et à Jean-Philippe Smet itou d’ailleurs au passage)

Nom série  Archie Cash  posté le 16/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Archie Cash est un personnage haut en couleurs à redécouvrir.

En effet si sa gueule est directement inspirée de celle de Charles Bronson, Malik ne s’en contente pas et fournit un travail graphique hautement réaliste et nerveux pour mettre en scène ses aventures qui sont étonnamment réalistes et violentes dans la petite sphère du journal Spirou.

Pas très politiquement correctes, c’est un coup de poing direct dans les cotes et surtout un excellent moyen de lire quelque chose de différent à l’époque. Croisant des personnages tantôt perturbés ou négatifs, Archie Cash est une sorte de justicier implacable et loin d’être aussi manichéen que les codes l’exigeaient à l’époque. La période des années 80 était tout à fait propice pour dégainer quelques scénarios chocs et pas piqués des hannetons dont ce personnage se faisait le vil représentant.

Outre la violence de certaines situations, il faut souligner l’intelligence des différents scénaristes pour harmoniser le tout et donner un semblant de cohérence à une série vu le contexte de l’époque.

Malheureusement et toujours à l’égal de son modèle, Archie Cash est trop enfermé dans une époque et finira sa carrière dans l’oubli…. Néanmoins un fumetti franco-belge de qualité et qui évite la vulgarité et le fan service classique, ça ne court pas les rues et je regrette l’absence de popularité d’une série qui le mérite et n’a jamais négligé son lectorat.

Vivement recommandé et à redécouvrir…. Malik a un trait unique et un certain talent qu’on aurait aimé voir sur bien d’autres séries comme l’inédit « Le Raque a mal » que je garde jalousement dans ma collection Spirou d’Album+

Nom série  L'Agent 212  posté le 16/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
En avisant un peu le catalogue Dupuis, je me rends compte qu’une grande partie de mes lectures passées étaient toutes écrites par le sieur Cauvin.

Car si j’usais mes culottes courtes dans les cours d’école, il devait bien y en avoir un qui bossait ou du moins faisait semblant d’être productif si l’on fait le compte de toutes les séries auxquelles il a pris part à cette époque !

Mais hélas le constat est encore et toujours le même, si la méthode Cauvin est efficace dans une moindre mesure sur des histoires de longue haleine comme les Tuniques Bleues, on en perçoit vite les limites sur des gags de quelques pages comme les Femmes en Blanc ou cet agent de police rondouillard.

Heureusement Kox limite la casse avec un dessin typiquement « Dupuis » bien propret mais au final trop poli pour être honnête…

Alors les mésaventures de ce gros flic, de sa femme et de son commissaire sont passablement limitées en intérêt et la plus grande surprise est surtout de savoir comment on peut produire autant d’albums sur un pitch aussi mince…

Forcément à lire en catimini aux toilettes ça passe le temps de faire sa grosse commission mais au-delà ça a autant d’intérêt que de suivre assidument les « blagues » de Canteloup à la télé…

Nom série  421  posté le 16/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série repompant sans vergogne tous les codes de James Bond à la sauce franco-belge, ça vous tente ?

Si on y ajoute le joli trait d’Eric Maltaite qui rappelle directement celui de Will (tiens tiens mais ils sont père et fils ces deux là et ça se voit !) et des scénarios gentiment absurdes du prolifique Desberg dont il s’agissait des débuts et on obtient une chouette bd qui se lit sans prises de tête et hautement divertissante.

Car si Jimmy Plant est un agent doué et consciencieux, il n’hésite pas non plus à draguer tout ce qui bouge et ajouter une bonne dose d’humour bien convenu à une époque où personne ne connaissait encore les séries Nicky Larson dont ce 421 est peut être inconsciemment aussi l’un des modèles.

Le seul gros problème c’est qu’à un moment les auteurs ont voulu se distancier du coté humoristique et léger de leur œuvre et de la responsabiliser en voulant toucher un public plus adulte…

Exit le long tarin de notre héros et les situations drôles, le dessin gagne en crédibilité ce qu’il a perdu en fraicheur et nombre de lecteurs y compris moi ont commencé par en décrocher. Trop de sérieux tue le sérieux… Ce qui en faisait le charme et la légèreté s’est dispersé dans la banalité…

C’est pourtant avec nostalgie que j’y repense et je ne serais absolument pas contre le fait d’une jolie réédition de l’intégrale comme la charmante série Sibylline de Macherot en a également bénéficié…

Cher éditeurs, faites tourner vos rotatives mais par pitié qu’on assiste pas à un nouveau reboot de la série ! Ou alors rendez nous notre 421 tel qu’il était prévu à l’origine !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 24 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque