Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1977 avis et 562 séries (Note moyenne: 3.06)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Bienvenue chez les Ch'tis  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
« Aie, aie, aie » -ai-je pensé-… « sur quoi vais-je tomber ?… ».
Ben, sur quelque chose de plutôt pas mal. Suite au succès fulgurant du film, je me suis bien douté que la BD allait se l’accaparer. Mais sous quelle sauce ?…
Ben, une sauce qui a du goût.

Les auteurs signent ici une adaptation assez fidèle du film. Et ce que j’ai apprécié, c’est qu’il n’est nul besoin de l’avoir vu pour quand même apprécier cet album.
Ce « Bienvenue… » peut vraiment se lire seul, sans qu’il n’y ait réel besoins de références cinématographiques. Premier bon point.
Même si cet album ne révolutionnera pas le genre, il fournit un thème quand même un thème attractif qui permet de passer un bon moment de lecture. Second bon point.

Le dessin ?… Coicault se débrouille plutôt bien et a créé une chouette galerie de personnages pour laquelle on éprouve rapidement de la sympathie. Le trait est vif et la composition graphique des cases fait que celles-ci sont bien « remplies ». Bon, c’est vrai, il utilise nombre de « gimmicks » (gouttes de sueur pour marquer la stupeur, lignes de vitesse pour accentuer un ou des mouvements, etc.) mais ces derniers ne gâchent en rien la lisibilité. Troisième bon point.

Tout ça pour ?… un album qui renferme une bonne histoire –bien dessinée- et, qui plus est, dont l’intégralité des bénéfices sera versée à des associations caritatives.
Ca, c’est un quatrième très bon point.
Je résume : un album sympa et plaisant.

Nom série  Climax  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une histoire qui mêle de façon heureuse celle de chercheurs partis en Antarctique étudier le réchauffement climatique et une intrigue scientifique qui tient bien la route.
Série qui tient à l’actualité, elle offre un bon résultat où se mêlent de façon heureuse l’aventure et des complots.

Le scénario est bien pensé, les rebondissements offrent de multiples développements et une dynamique certaine de la narration soutient un récit auquel l’esprit s’attarde.
Il en est de même de l’œil qui est « capturé » par un graphisme d’ensemble dense et bien structuré.

Histoire prenante, attractive de par bien des côtés, dessin net et sans bavures, jolie colorisation (à mentionner quand même) de Marquebreucq : pas mal du tout pour l’ensemble. Cote réelle : 7/10.

Nom série  Me and the Devil Blues  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Robert Johnson –dit « RJ »- est considéré de nos jours comme un des plus grands guitaristes de tous les temps.
Sur une trame historique réelle, Hiramoto livre ici un récit qui navigue entre histoire vraie et fiction.

Sa mise en scène nous dépeint, et permet de comprendre, le quotidien vécu par de très nombreux Noirs dans les années 20/30 ainsi que l’arrivée du blues ; une musique, un style qui va vite entrer dans les mœurs.
Un premier tome qui est une sorte de carrefour, une croisée de routes où le « diable » va apparaître à Robert et le faire devenir bluesman.
Et doucement la légende va prendre forme, se façonner, dans un graphisme au trait maîtrisé qui nous balance les ambiances de cette époque.

Un très bon premier tome où le binôme noir/gris de la « colorisation » fonctionne de bien belle façon pour souvent donner un vrai velouté aux cases dont le contenu s’en trouve ainsi très bien rendu.
Le récit est –dans son style- magnifique. Le dessin en est de même.

Nom série  It's your world  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il était si bien, au Japon, Hiroya Suzuki, un ado de 13 ans.
Seulement voilà : son père est muté en France dans une filiale de la société qui l’emploie et, de fait, toute la famille va suivre.
Les Suzuki s’installent à Paris. Tout va bien ?… On pourrait le croire, mais le fossé culturel est énorme et va rapidement interférer dans la vie de Hiroya. Surtout que sa mère a retrouvé une ancienne amie d’école et que sa grande sœur –Lumi- ne rêve que de « faire » les magasins.
Hiroya, lui, n’a plus ses repères, déprime rapidement, ne trouve pas sa place dans cette société si nouvelle pour lui.
Il va pourtant faire une rencontre, Zoé ; une jeune fille pour qui il va éprouver une véritable fascination. Mais comment exprimer ces sentiments si complexes ?…

Une histoire « simple » ; celle des péripéties d’une famille japonaise « expatriée » à cause d’un emploi et surtout celle du fils qui n’a plus ses repères.
De malentendus en malentendus on suit ainsi principalement le quotidien du fils, âgé de 13 ans.
Et j’ai bien aimé. Bien aimé car l’histoire « sent » le vécu et est également d’une lecture agréable… à défaut d’être captivante.
Par petites touches, l’auteur nous livre les états d’âmes de Hiroya ; mais sans chichis ni fioritures.
J’ai suivi une sorte de constat dessiné ; constat des éléments, des choses et des gens.
Et j’ai apprécié le dessin : un trait simple, bien distillé dans la construction graphique et qui, par quelques lignes, arrive à faire ressentir au lecteur des sentiments divers et différents.
Histoire aussi à double « message » : montrer (un peu) la culture japonaise sur le « vieux continent » et –inversement- faire découvrir aux Japonais comment vivent les Européens. Message réussi ?… je ne sais pas. Mais toujours est-il que ce « heurt » de deux civilisations est assez attachant.

Nom série  Clark Gaybeul  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et pas rose du tout, la vie du lecteur qui se demande ce qu’il vient de lire.
Je pensais que l’accent principal de l’album allait être mis sur l’ignoble animal. Ben non !… Sur les huit histoires qui composent cet opus, l’immonde matou est au centre des deux premières, puis est une sorte « d’invité », pour être totalement absent dans les deux dernières.
Et qui c’est qu’à claqué ses Euro pour ce que j’appelle une « tromperie sur la marchandise » ?… c’est bibi. Et on ne m’y reprendra plus.

Sinon, à part ça, c’est du Edika ; c’est-à-dire encore quelque chose de délirant, de corrosif, d’acéré ; où toutes les vérités sont dites sans carré blanc.
La philosophie –du moins ce qu’il en est- de Clark est mordante, juste et surtout pas piquée des vers. Et c’est ce qui en fait l’attrait.
Clar Gaybeul ?… c’est le flegme fait animal, une analyse de la société au travers d’une famille de gugusses (et il y en a !..) dépecée mentalement par un à-propos général très… pointu.

Bon album déjanté, oui, mais qui ne « tourne » pas entièrement autour de Clak. Et c’est ce que j’espérais.

Nom série  D  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un explorateur qui tombe sous le charme d’un Lady dans l’Angleterre victorienne, laquelle fait également l’objet de l’attention d’un séduisant dandy. Mais ce dernier paraît par trop mystérieux. La jeune femme serait-elle en danger ?…
Et voilà qu’intervient un employé de banque qui, la nuit, se transforme en chasseur de vampires…
Pas mal d’idées pour un premier tome annonciateur de bonnes choses. Bon, ça ne va pas renouveler le genre « vampire and co. » MAIS : c’est fichtrement bien réalisé.

J’ai vraiment pris plaisir à lire cette première histoire, laquelle m’a plongé dans une Angleterre ténébreuse… et attachante.
« D », ce sont aussi –surtout- des personnages bien imaginés, bien campés, que l’on se plaît à suivre dans leurs pérégrinations.
Par certains traitements graphiques, par une colorisation appropriée, elle m’a fait penser –par bien des côtés- à ces vieux films d’horreur de la « Hammer » des années cinquante.
Un trait vif, nerveux, un peu baroque parfois, crée également ces ambiances dans lesquelles je me suis plu à me retrouver.
Tout ça pour ?… une BD qui –si elle n’est pas innovante- possède par bien des côtés de quoi en faire une bien bonne série.

Nom série  XIII mystery  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un album que j’appréhendais. Surtout que les derniers tomes me paraissaient tirer un peu trop sur la ficelle. Un gros coup de marketing ?… oui et.. non, car je n’ai pas été déçu, agréablement surpris même.

A leur façon, Dorison et Meyer ont réussi une chose : renouveler XIII sans le dénaturer.
Ils m’ont fait remonter loin, très loin ; jusqu’à la petite enfance du personnage en Allemagne de l’Est juste après la seconde guerre mondiale.
Ils m’ont fait, d’une certaine façon, entrer dans le « moi » de cet homme et m’ont expliqué comment quelqu’un de normal passe « de l’autre côté » du miroir pour devenir un tueur froid ainsi que sanguinaire.

Et ce qui est étonnant est que je me suis pris d’une sorte d’affection pour ce psychopathe, connaissant ainsi son histoire, son passé. Pas normal mais preuve que j’ai été bien manipulé par les auteurs (et pas que moi je pense).

Cette « Mangouste » est un très bon « spin off » fait de rigueur et de connivences, un album qui se démarque de l’original mais qui n’a rien à lui envier.
Du très bon travail d’ensemble, bien apprécié.

Nom série  Sept yakuzas  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Houlààà… violent que tout ceci !…Faut dire qu’avec les Yakuzas, ça ne rigole pas !
J’ai eu affaire à un bien bon album qui est l’osmose réussie de deux choses : celle d’un scénariste passionné de la culture asiatique et celle d’un dessinateur japonais.
Japonais ?… non, ceci n’est pas un manga. Takahashi y va d’un très beau trait réaliste, minutieux, pointilleux même dans la conception de ses personnages et décors.

L’histoire générale est pourtant simple : celle d’un règlement de comptes. Seulement voilà : c’est très costaud autant que sanglant. Je n’ai pas boudé mon plaisir à la lecture de cette « mini » fresque et ai vraiment apprécié cette montée de la violence qui, page après page, tient vraiment l’œil et l’esprit en éveil.

Une bonne histoire –simple quand même, un très bon style graphique « à l’européenne » et –je tiens à le mentionner- une colorisation de Wang Peng, un jeune chinois qui sait ce que « mettre en couleurs » veut dire.
Histoire+dessin+couleurs : trois voies diverses d’un travail de BD ici réunies dans une très bonne suite de « Sept ».

Nom série  Fontainebleau  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un album un peu fou, mais qui ne renouvelle pas le genre du fantastique. C’est vrai que des histoires de maisons hantées peuvent souvent mener à quelque chose qui donne d’éventuels frissons au lecteur. Ce n’est pas le cas ici.
Fantastique ?… Horreur ?… l’album m’a paru hésiter entre ces deux mondes.
Pourtant l’histoire se tient bien et les développements montent en gradation au fil des pages.

Est-ce le dessin ?… je n’ai absolument rien à reprocher au graphisme de Bocci MAIS l’ensemble est trop « sage », trop « lisse » pour un véritable ressenti de lecture. Un peu comme ces vieux « Buck Danny » : l’action pète de partout mais les héros restent –à leur façon- stoïques, ne desserrent pas les dents, prennent parfois la pose académique. Bocci a un beau style, oui, mais un trait beaucoup plus nerveux, haché, aurait –je pense- donné une sorte de coup de fouet au récit, plus d’explosivité.

A noter une belle colorisation quand même, qui ne joue pas trop sur les effets, mais qui donne des ambiances certaines au récit.
Un bon album, oui, mais qui m’a laissé un petit goût de trop peu. Bien fait quand même.

Nom série  Le Photographe  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je n’avais lu que le premier tome, qui m’avait plu. Et j’ai profité de l’intégrale pour me faire une idée… enfin… des idées sur le sujet.
Ce « photographe » ?… c’est Didier Lefèvre qui nous livre ses souvenirs de voyages ; mais pas dans le style « Antoine et ses îles paradisiaques ». Non, ici c’est un autre vécu ; celui de visites dans les quatre coins du monde et –surtout- son passage en Afghanistan.

Lefèvre livre un véritable témoignage qui interpelle. Il se livre ainsi à vous au travers d’un curieux –mais réussi- mélange de BD et de photographies. Et ce mélange –qui aurait pu donner n’importe quoi- vous happe et ne vous lâche plus.
Lefèvre donne une véritable intensité à ce récit, à cette expérience d’un homme parmi d’autres hommes, d’autres coutumes, d’autres vies.
Lefèvre m’a fait vivre avec ces hommes, dans le sable, le désert, la montagne et m’a fait découvrir leurs attentes, leurs espoirs, leurs combats.
Le « photographe » ?... une plongée-vérité dans un monde lointain et pourtant si proche de par nombre des idéaux que véhiculent ces hommes qui ne demandent qu’une chose : exister.
Costaud. Très.

Nom série  Un après-midi un peu couvert  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je me suis résumé l’album : un homme, un après-midi, qui se promène sur une île de Bretagne et qui, au hasard de ses pas, va rencontrer des gens. Et les écouter.
C’est tout ?… c’est tout !.. Mais qu’est-ce que c’est bien fait.

Ben oui, j’ai lu une histoire faussement simple, une histoire « calme » renforcée par une colorisation sépia qui –vraiment- l’embellit dans cette uniformité de ton.
J’ai aussi apprécié le graphisme au trait faussement simplifié. Car, par quelques lignes, Squarzoni est parvenu à me montrer, me confier son ressenti des choses, des gens, des situations.
Par quelques traits, quelques, il crée des ambiances que l’on se plaît d’imaginer chacun à sa façon.
Comme Pierre j’ai déambulé sur cette île, ressentant le vécu des gens, laissant mes pas me guider pour nulle part peut-être ; segments d’une fausse errance limitée aux contours de la terre… ou de l’eau ?…

Un album un peu hors du temps, qui se raconte comme vont les choses, qui raconte comment vont les chose ; sans vous dire ce qu’elles sont réellement, vous laissant libre de les imaginer.
Un album qui, une fois refermé, laisse encore en vous un peu de l’esprit de l’auteur. Et c’est plutôt rare.

Nom série  L'Ile au trésor de Robert Louis Stevenson  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Chauvel et Simon offrent ici une adaptation fidèle au roman de Stevenson.
Et c’est plutôt pas mal. C’est vrai qu’au point de vue graphisme, ce n’est pas du Lauffray (Long John Silver) mais je me suis plu à apprécier cette ligne faussement simple, académique peut-être, mais quand même attirante.

Qui plus est, Simon n’est pas avare de décors et offre dans une mise en page –c’est vrai assez standard- un travail graphique qui permet vraiment de redécouvrir (et de découvrir aussi pour certains « djeunes ») cette histoire intemporelle.

C’est vrai, je n’ai ressenti aucune surprise éventuelle en cours de lecture mais j’ai apprécié du travail bien fait, minutieux même. Un rien parfois trop « bavard » quand même…
Mais joli que tout ça…

Nom série  Long John Silver  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le scénario général est quand même pas mal : imaginer ce qu’est devenu ce fameux pirate quelques années après la fin du roman.

« Long John Silver » est une histoire sombre, très sombre même. J’ai une fois de plus plongé avec un vrai bonheur dans la « grande aventure ».
Une histoire attachante, des personnages, des décors vraiment réussis par un graphisme attractif ; un diptyque qui ne laisse pas indifférent.

J’ai apprécié le travail de Lauffray qui –outre un dessin « haut la main »- se montre un excellent coloriste (sans oublier Thimothée Montaigne) ; nous emmenant ainsi dans de très belles pages qui vous rivent vraiment l’œil.
Quatre tomes sont normalement prévus pour ce « retour » du personnage mythique de « L’Ile au Trésor ». Le niveau du second tome étant –pour moi- supérieur au premier, où les auteurs s’arrêteront-ils ?... car je ressens l’impression qu’ils feront encore mieux.
Vraiment bien bon.

Nom série  Timing  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’aime pas trop les mangas, mais ça… ça m’a plu !
Un très bon triptyque qui décortique une histoire assez simple sauf que : plusieurs personnages que l’on pourraient croire normaux possèdent en fait des pouvoirs assez extraordinaires comme arrêter le temps, prédire le futur, revenir dans le temps quelques secondes en arrière.
Et puis il y a Ja-Gi qui –elle- fait des rêves prémonitoires, dont celui d’un suicide collectif dans le lycée où elle enseigne. Pourra-telle l’empêcher ?… sera-ce possible ?… et comment ?…

Et tout l’art de l’auteur est de ciseler cette histoire en trois phases bien distinctes. Il travaille comme au cinéma, usant de « travellings » pour ensuite faire connaître et intervenir ses personnages.
Et ces phases sont tout bonnement précises, ciselées. Rien ne se perd dans la narration qui évolue au fil des pages ; ce dans un suspense qui monte en gradation. Un suspense qui, aux deux tiers de l’histoire, s’épaissit d’ailleurs avec le décès d’un des « héros ».
Mise en place des personnages et évolution du postulat – seconde partie qui s’achève avec ce qu’on pourrait appeler le « jour J » - et troisième opus pour connaître la fin de cette histoire millimétrée.

Le dessin ?.. peut-on le considérer comme « simple » ?… je ne pense pas. La ligne –comme les intervenants- a du caractère et –même si « simplifiée »- est assez tonique. Pas de blablabla ici : des faits, tout simplement, qui tiennent les yeux et l’esprit attentifs aux nombreux rebondissements.
Que tout ceci est donc bien fait ; un véritable scénario prêt pour le cinéma. Et du manga comme ça, j’en redemande. Ah que oui !…

Nom série  Monju  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mboaf…. malgré un bon postulat de départ : un robot policier d’élite –doté de sentiments- qui va devenir l’assistant d’un flic de campagne.

Tout ça aurait pu donner une histoire assez « pétante » de par la composition de ce duo.
Ben c’est pas trop ça. Et qui plus est, l’humour n’est pas trop présent non plus (le flic « campagnard » qui aime les petites culottes… bof…).
Et nos deux acolytes vont avoir affaire à quoi ?… un programme secret de haute technologie avec en toile de fond un danger potentiel nucléaire ! Doux Jésus !.. ça, c’est innovant !

Tout ça pour dire que Monju a ce qu’il faut pour faire un bon cocktail, mais la dose des ingrédients est fort approximative. Et c’est dommage car le graphisme de Miyashita méritait quand même beaucoup mieux que cette… panade… quand même agréable : mais à l’œil seulement.

Nom série  Commando colonial  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un album assez (d)étonnant.
C’est d’abord un dessin au trait faussement comique. Hé oui, on pourrait croire que l’on va suivre une aventure humoristique alors qu’il n’en n’est rien. Le scénariste m’a emmené sur les rives de Madagascar en 1942. Débarqués incognito, deux hommes –deux militaires- ont pour mission de contacter les riches colons de l’île de se « tourner » vers de Gaulle au lieu du régime de Vichy.
Pas marrant tout ça car cette histoire prend ses racines dans les débuts de ce qui sera la décolonisation, ce avec la Seconde Guerre mondiale pour décor.

Appollo, quand même, a dû faire pas mal de recherches car le postulat et ses développements sont vraiment précis et documentés.
Et c’est ce qui est attirant dans cet opus : le combiné scénario sérieux/dessin faussement marrant fonctionne très bien. La mise en page, volontairement « standard », est nette et sans bavures. Par moments, d’ailleurs, j’ai cru me retrouver dans un « Tintin » tant la trame et le graphisme y ont un air de parenté.

Tout ça pour : un bon album, assez novateur dans son style général et qui –surtout- montre un des nombreux côtés de l’Histoire rarement abordés en BD.

Nom série  Mattéo  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« Mattéo » est une grande fresque qui doit –normalement- mener le lecteur jusqu’aux débuts de la Seconde Guerre mondiale.
Et si la série est du calibre de ce premier tome, c’est annonciateur de bonnes choses.

J’ai véritablement plongé dans les 64 pages de l’album. Et il les faut pour narrer et mettre en images les premières péripéties de ce fils de réfugiés anarchistes espagnols. Pacifiste à cause des idées héritées de son père, il va néanmoins s’engager pour faire « l’aller-retour à Berlin » -comme l’on disait à l’époque- ; ce à cause la belle Juliette.
Las, cet « aller-retour » va le plonger dans cette « Grande Guerre » qui va sacrifier ce que la France avait de meilleur au combat.

« Mattéo » ?… ce sont des pages vraiment sombres de l’Histoire qui reviennent par pans à la mémoire collective. Les personnages sont « forts », servis par un scénario ciselé, bichonné, et où la narration suit de même.
Gibrat, une fois de plus, y va d’un graphisme au style puissant, raffiné dans sa construction des cases et de la mise en scène.

Premier pan d’une série qui s’annonce bien bonne, je me suis retrouvé ici dans quelque chose de « vivant ».
Et j’ai fort apprécié.

Nom série  Coup de foudre  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une BD au contexte assez original. On est assez loin de la « famille Bottafoin » mais les (més)aventures de Charles et de son taureau fleurent quand même bien bon cette imagerie paysanne d’une sorte de campagne dite « profonde ».

Le scénario ?… Cauvin délaisse « ses » séries pour une nouveauté qui tient bien la route. En effet, le postulat général est la transsexualité vue dans le contexte animalier.
Et ça m’a fait quelquefois marrer. L’effet de (la petite) surprise passé, je me suis plu à suivre ces non-aventures d’un taureau vraiment spécial et de son jeune « maître ». On est loin du cynisme, de la loufoquerie ou du non-sens de certaines BD d’humour, mais l’état de Désiré attire immanquablement l’intérêt et on se prend d’une certaine amitié pour la bête.

Le dessin ?… un trait nerveux, vif, qui ne s’embarrasse pas de décors superflus ; et où l’accent est plutôt sur le(s) rapport(s) entre l’homme et l’animal. Mais au vu de Désiré qui, maintenant, est doté de la parole : qui est l’homme ?… qui est l’animal ?… On oublie vite la qualité de ce dernier pour vivre –d’une certaine façon- les discussions entre deux « vieux copains ».
Et c’est ce qui fait le charme de ce « coup de foudre ».

Nom série  Le Fils de l'Ogre  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est d’abord une couverture dont le lettrage me rappelle furieusement quelques « Thierry la Fronde » de derrière les fagots que je possède. Gagné. C’est le même !
Déçu j’allais être ?… non pas.
Je me suis retrouvé dans ces temps anciens, cette ère moyenâgeuse où les exécutions étaient de vrais spectacles de mort orchestrés en place publique. J’ai rencontré Benoît, un gars de 13 ans, subjugué par le bourreau.
Et puis, et puis… Benoît va avoir de gros problèmes et il va devenir un « routier » des armes sur les champs de batailles.

Sincèrement, ce genre d’histoire m’a un goût de déjà lu/déjà vu. Seulement voilà : le traitement graphique est en noir et blanc ; ce que j’aime déjà.
Puis, surtout, hors l’histoire –qui d’ailleurs se lit assez vite- ce que j’ai apprécié est le traitement du passage de l’enfance à l’âge adulte. Comme pour n’importe qui d’ailleurs, et même à l’heure actuelle, il suffit d’un grain dans le rouage de la vie pour que votre destinée change du tout au tout ; et ce sans le savoir.

Le dessin ?… j’aime assez ce trait qui peut paraître parfois malhabile mais qui en réalité ne l’est pas. Certaines cases –mêmes « simples »- sont ainsi comme de petits tableaux qui restituent des ambiances, qui invitent ainsi l’œil à s’y arrêter, attarder.
Qui plus est les cases « muettes » sont parfois plus descriptives que celles qui renferment du texte ; preuve que l’auteur sait travailler son ressenti, sa ou ses visions dans une fausse simplicité.

Un bon album, oui, mais qui –pour moi- vaut surtout pour ses qualités graphiques

Nom série  Garrigue  posté le 29/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un diptyque qui nous raconte une sorte de « petit meurtre entre amis ».
Un coin perdu de la France –un peu- profonde, une bande de copains qui vivent de petits coups tordus, une partie de chasse, PAN !, une victime qu’on fait disparaître.
Et puis, bardaf, le faux accident de chasse se transforme en vrai meurtre.

Et on passe dix ans. Corbeyran et Berlion reprennent l’enquête. Toutes les machinations, duperies, les coups fourrés d’alors ressortent au grand jour. Et on plonge à nouveau dans la suite d’un bon polar dont les rouages fonctionnent bien.

Ce « garrigue » est quand même quelque chose d’efficace, narré et dessiné dans un ton général qui sonne juste dans ce fait divers qui –pourquoi pas- aurait pu (pourrait ?) exister.
On est loin du « cadet de Soupetard », c’est vrai, mais l’alchimie déployée dans le genre présent –le polar- fonctionne très bien dans le sujet général traité.
« Garrigue » se lit comme un roman dessiné, à déguster à son aise ; même si ses développements ne font pas dans la dentelle…

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 99 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque