Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 4211 avis et 1973 séries (Note moyenne: 2.89)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le temps des cités  posté le 14/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pour parler du "problème" des banlieues, je trouve qu'il est très difficile de trouver un angle de vue et un ton justes.

Boisserie et Ploquin ont encore des progrès à faire sur ce sujet. D'emblée leurs héros sont des petits voyous, qui rentrent très vite dans la spirale, l'escalade du banditisme. Mais cela manque terriblement de subtilité, malgré le personnage de Momo qui est plus horripilant que subtil... A la fin du second tome notre petite bande est sur le point de contrôler complètement le deal de sa cité, mais aussi la production en Espagne... La prochaine étape, je peux vous l'indiquer : leur belle amitié va se fissurer et on va avoir une nouvelle guerre entre caïds. Tellement prévisible que cela gâche pas mal la lecture.

Côté dessin nous avons aux pinceaux Luc Brahy, qui dessine plus vite qu'il respire (15 albums en 6 ans quand même...). Il s'applique sur certaines scènes, et pas du tout sur d'autres. Le côté "urgence" de son style s'en trouve renforcé, mais c'est un peu dommage, même si le délai entre deux albums du "Temps des cités" est d'un an environ.

Bref, une série passable.

Nom série  A vos z'amours  posté le 13/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympa cet abécédaire.
Ni vulgaire, ni cucul, il propose, en 26 lettres, une imagerie et des anecdotes (autobiographiques ? certainement un peu) sur la vie amoureuse, sur les tourments, les hésitations, les bêtises... Le héros, Cassandre alias Kassy, est une illustratrice bien dans son temps, mais qui recherche l'âme soeur et se retrouve souvent le bec dans l'eau. Elle subit les remarques assassines d'une créature sans nom, sans doute sa bonne conscience. C'est marrant la plupart du temps, c'est frais et sans prétention. En plus Pierre Uong avec son noir et blanc aux carrefours du manga et du franco-belge propose une lecture sans chichis, très accessible et claire.

Sympa.

Nom série  Le Sang du Dragon  posté le 13/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pas mal cette série... pas mal du tout même.
Certes, elle n'est pas exempte de défauts. Des ruptures un peu bizarres dans le rythme. Des cases un peu moins soignées par moments...
Mais l'idée de départ est pas mal : associer les pirates, les légendes arthuriennes et la fantasy de manière plus globale, c'est un peu casse-gueule, mais pour une fois Istin s'en sort pas trop mal. Après la lecture des quatre premiers tomes la mayonnaise prend plutôt pas mal et c'est assez convaincant, à défaut d'être pleinement cohérent.
L'avantage, comme le scénariste est aussi le directeur de la collection, c'est qu'il y a des clins d'oeils pour les autres auteurs de la collection : noms des personnages, participations aux couvertures, au story-board... Les couvertures d'ailleurs, sont vraiment réussies, elles accrochent bien l'oeil et sont vraiment chouettes. Guy Michel est une vraie découverte pour moi, et son trait est vraiment agréable, bien aidé il est vrai par Sandrine Cordurié...

Une bonne série. Un bon 3,5/5.

Nom série  Arabico  posté le 12/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Intéressant cet "Arabico"... Une BD qui arrive à point nommé d'ailleurs...

A l'heure où l'on nous parle d'identité nationale, ce témoignage, ou plutôt ce patchwork de plusieurs expériences, propose une certaine vision de l'intégration de l'un des représentants de l'ethnie la plus visée par les fâcheux, hors te feux et autres baies sons de tous poils (amis de la modération, merci de laisser mes jeux de mots pourris) : les arabes.

Halim Mahmoudi nous montre les brimades policières, le harcèlement moral et social, les soucis à l'école, etc. Le pauvre petit Arabico en prend un peu plein la gueule. Comme l'indique Mahmoudi dans un entretien à son éditeur, il a essayé de se démarquer des autres récits du même genre et de parler d'autre chose que de la violence, de la délinquance ou de la drogue. Il veut montrer le quotidien, la famille, le foyer, les déchirements et les remous provoqués par cet état de fait. Bonne idée, mais qui ne me semble pas tout à fait bien pensée. L'auteur, à mon sens, ne rentre pas assez dans l'intimité de son jeune héros, ne nous montre pas suffisamment ses tourments intérieurs, son identité pluri-culturelle, etc. C'est dommage, parce que son dessin est très agréable, fort lisible, on sent l'habitude de l'efficacité chez cet illustrateur/caricaturiste de presse.

Pas inintéressant, mais j'espère que la suite sera plus approfondie.

Nom série  Pitchi Poï  posté le 10/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un peu déçu par cette petite série, que je me faisais une joie de découvrir.

Son atout principal est son aspect "mignon", ses animaux humanisés évoluant dans un village à dimension... humaine et à l'abri de la folie du monde. Pas à l'abri de la convoitise et de la bêtise puisque l'un des habitants, Norbet, va faire des siennes et causer des soucis au village. Je pense que les deux co-auteurs auraient dû se cantonner au côté "mignon-animaux" etc. qui ont fait le succès du premier tome. Car ça fonctionnait bien, on trouve ces personnages bien sympas. Mais le second tome met tout ça en l'air, nous entraînant dans une intrigue aventureuse sans réelle cohérence ; pour tout vous dire j'ai failli m'arrêter en plein milieu de cette lecture. Et puis le tome 3 redresse un peu la barre, jouant sur un parallèle avec l'urbanisation galopante des côtes. Le parallèle avec Saint-Tropez est ainsi renforcé par un hibou gendarme qui parle comme Louis de Funès dans la série de films bien connue. On a évité de peu le n'importe quoi, même si je trouve l'histoire trop rocambolesque. L'ensemble de la série contient cependant de l'humour savamment distillé, un peu à la manière de ce qu'a fait Arleston dans Lanfeust De Troy, en un peu plus fin.

Pour le reste, c'est vrai que les planches de cette série sont un véritable enchantement, et que les deux auteurs laisseront une belle trace graphique dans l'histoire de la BD jeunesse. Dommage que la série ait pris des chemins tortueux.

Nom série  L'Histoire d'une mère  posté le 10/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très très bel album.
Les planches sont magnifiques, réalisées de façon à la fois spectaculaire et intimiste, c'est une réussite rare. Ca tombe bien, le récit illustré par Peter Madsen tend à l'universalité, s'affranchissant des frontières, des croyances. Le récit aurait pu se passer n'importe où, n'importe quand.

Effectivement le point faible, si tant est que cela en soit vraiment un, c'est la légèreté de l'intrigue. Ca tient en deux phrases, difficile de faire plus ténu. Mais c'est aussi en cela que le récit est universel, dans sa simplicité.

Nom série  L'Ile au poulailler  posté le 09/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une fille qui fait de la BD, ça ne court pas les rues ; une fille qui fait une BD sur la piraterie encore moins… Laureline Mattiussi était entré en BD à la Boîte à Bulles avec un recueil d’historiettes sur les petites hontes enfantines, et ça ne s’était pas trop bien passé.

Ici elle change de style pour coller de façon plus pratique au thème, celui de l’aventure dans le milieu de la piraterie. On voit un peu l’influence d’Isaac le pirate, mais Laureline s’en affranchit pour proposer sa propre lecture du mythe et, surtout, donner à son récit des tournants inattendus. Ainsi après une banale histoire de pillage entre pirates et de course-poursuite pimentée d’un peu de sexe, le récit bascule dans une sorte de non-sense, certains desdits pirates se retrouvant captifs et dans une situation pour le moins inédite. Je n’en dirai pas plus pour ne pas déflorer l’intrigue, mais sachez que ça m’a vraiment surpris, et que du coup, ma lecture s'en est trouvée relancée. dans le second tome l'intrigue avance de façon un peu plus chaotique, mais l'auteure applique à peu près les mêmes recettes que dans la première moitié du diptyque : piraterie, sexe, absurde.

Un double album surprenant.

Nom série  Black & Tans  posté le 09/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les Editions Mosquito rééditent dans ce recueil trois des quatre histoires qui formaient "Le Dossier Kokombo", édité en 2000, mais épuisé depuis. Leur point commun est l’élément fantastique qui sert de moteur au récit. Dans l’histoire éponyme du recueil, deux soldats anglais se baladent dans l’Irlande des légendes ; leur curiosité leur jouera un drôle de tour. Dans "Bois Brocèlan", c’est une famille aisée qui va croiser une sorcière dans une forêt mystérieuse ; enfin, "Solitudinis Morbus" nous met dans la peau d’un homme atteint par l’affection qui porte ce nom barbare, une sorte de lassitude éprouvée uniquement par les gardiens de phares et les amenant à s’intéresser de très près aux épaves que leur inattention amène sur les récifs proches de la côte...

Trois histoires relativement différentes donc, qui permettent de passer un moment de lecture agréable, sans plus. Les deux premières sont très simples, et se lisent très vite. La dernière est peut-être la plus intéressante, avec ce pauvre gardien de phare qui parle aux rochers... Graphiquement, et peut-être parce qu’il s’agit là de récits (très) courts, Toppi n’est pas au mieux de son art. Je le trouve bien plus inspiré dans Le Collectionneur ou Sharaz-De, ses œuvres les plus connues… A découvrir cependant si vous aimez l’auteur, qui parvient, avec son style si particulier, à rendre des atmosphères très diverses.

Nom série  L'Homme qui croyait à la Californie  posté le 09/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Godard le dit dans sa préface : il est fasciné par les pionniers qui ont ouvert des voies vers l’Ouest, en particulier la Californie, ces hommes dotés d’une force peu commune pour braver les éléments et les natifs. Alors attention : ce serait un raccourci facile d’estimer que les 4 histoires du recueil sont un hommage aux gentils cow-boys, qui luttent contre les méchants sauvages… C’est plus profond que cela : c’est l’évocation d’une époque révolue, où des hommes (bon, pas de femmes, mais c’est Godard en même temps…) avec des caractères bien trempés, des valeurs qui semblent ridicules aujourd’hui, se sont élevés pour découvrir, changer les choses…

Les histoires sont simples, voire simplistes, mais se posent comme des exemples. J’aime particulièrement celle qui donne son nom au recueil, où un pisteur avec le physique de John Wayne rouvre son chemin vers la Californie pour les colons. Evidemment John Wayne est à présent devenu un symbole relativement négatif, celui du cow-boy brutal, un peu réac qui bouscule les peaux-rouges… Dans cette histoire il ne fait pas grand-chose de mal, seule sa vieille carne et son vieux chien crèvent avec lui dans le désert à la recherche d’un point d’eau… Par contre le récit d’un avocat qui veut sauver tous ceux que le destin met sur son chemin est un peu ridicule ; parce qu’avant de défendre un pauvre type que tout semble accuser, il s’échine à vouloir sauver un bison de sables mouvants…

Les deux autres récits sont d’un niveau honorable. Par contre au niveau graphique, nous avons du chouette Derib, du niveau des meilleurs Buddy Longway. Quand on connaît son engagement pour la cause indienne, on ne peut pas l’accuser de trahir ses idées pour faire du sous-western avec des idées derrière la tête ; et quand on connaît le cynisme de Christian Godard non plus. Gare donc aux jugements hâtifs face à des concepts surannés.

Un bon 3,5/5.

Nom série  Demain... les monstres  posté le 07/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Petit album à découvrir si l'on aime le boulot de Jean-Yves Mitton.

Ici nous avons 5 mini-récits publiés par un éditeur habituellement dévolu aux comics en 1990 (Semic). Mitton est français mais son travail passé chez l'éditeur (mini-séries, couvertures pour les fascicules français des héros Marvel...) lui vaut ce passe-droit. 5 histoires de science-fiction, sur des thèmes relativement classiques, qui ont un arrière-goût de déjà-vu. C’est dommage, car Mitton y déploie son savoir-faire narratif, son occupation de l'espace à l'américaine et quelques jolies planches. Je dis bien quelques car ces courts récits me semblent en-deçà de ce qu'il a pu faire avant et après, surtout au niveau de l'encrage. Mais peut-être est-ce dû à l'impression, un peu vieillotte ?

En tous les cas ça se lit bien, on passe un gentil petit moment de lecture pas bien méchant. A noter que l'édition Semic possède une couverture à mon avis plus jolie que la réédition Soleil, et surtout plus représentative du contenu.

Nom série  Le fantôme des Canterville  posté le 07/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Contrairement à ce qui est dit par mes camarades, Le Fantôme des Canterville n'est pas un roman, mais plutôt une longue nouvelle d'Oscar Wilde. Cependant c'est l'un de ses écrits les plus plaisants, où l'auteur faisait preuve non seulement de sa virtuosité littéraire, mais aussi et surtout de sa verve comique. Mais comme l'ont souligné mes camarades, le récit est très condensé ; alors qu'il s'étale sur plusieurs semaines, dans la BD on a l'impression que c'est réglé en trois jours ! De même la scène de Rédemption de Sir Simon Canterville est complètement concassée, devenant une demie-page sans aucune explication...

Dommage, car une telle oeuvre aurait mérité une adaptation de plus grande ampleur ; les dessins d'Hanze sont quant à eux, assez sympathiques... Ils me font penser au style de Zanzim...

Un beau raté, en quelque sorte...

Nom série  Louis la Lune  posté le 07/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'album est beau, c'est une évidence. Réalisé dans un esprit résolument vernien dans sa quasi-intégralité, il ravira les amateurs des aventures de ce pionnier de l'imaginaire, lui qui a en quelque sorte inspiré le steampunk... Les dessins d'Alban Guillemois sont à l'avenant, délicieusement psychédéliques, enfin, à la mode des années 1880, délicatement tordus et savoureusement défragmentés. Un style qui pourrait aussi bien aller à un récit sur les vampires, par exemple... Pour l'histoire, je l'ai trouvée exagérément tarabiscotée, un peu longue et inutilement bavarde par moments... La façon dont se propulse le Nautilus n'intéressera sans doute pas grand monde...

Nom série  Droit du sol  posté le 07/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mes camarades ont bien posé les enjeux de la lecture de "Droit du sol" ; à cela se rajoute le débat lancé par le Ministre de l'Immigration et de l'identité nationale sur, justement, cette identité nationale.

Qu'est-ce qu'être français ?
C'est parler la langue française ? C'est naître sur le territoire ? C'est s'intégrer, aller à l'école, trouver du boulot ? Je ne pense pas qu'il y ait de réponse définitive ; mais, à 5 000 ou 10 000 kilomètres de la métropole, le concept même prend toute son importance. A Mayotte, nouveau département, se croise natifs qui essaient de survivre, parfois en vendant leur corps, métropolitains aux motivations diverses, allant de l'humanitaire à la concupiscence la plus crasse. L’atout de Charles Masson est d'essayer de présenter un panorama vaste de toutes ces identités, qui essaient toutes de tirer profit de leur appartenance à la nation française... Avec en toile de fond l'arrivée au pouvoir de Sarkozy et sa conception toute particulière de l'identité française... Masson essaie de nuancer son propos, il n'y a pas de bons ou de mauvais maorais, de bons ou de mauvais métropolitains... C'est bien, mais en plus de nuancer, il aurait bien fait d'approfondir le débat sous-jacent. Des tas de questions sont posées par ce one shot, peu trouvent de réponse, ou du moins de prises de position... Dommage, car l'ouvrage aurait ainsi pu avoir un véritable retentissement, et participer lui aussi au débat...

Cependant la lecture fut intéressante, même si j'aurais aimé découvrir un peu plus la culture de Mayotte...
Un petit 3,5/5 mérité.

Nom série  Yêu Yêu Saïgon  posté le 06/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plutôt sympathique ce carnet de voyage à Ho-Chi-Minh Ville, ex-Saïgon...
Eco, venu y passer quelques temps avec sa petite amie vietnamienne, en profite, entre deux projets pour des éditeurs locaux, pour croquer la vie quotidienne dans la capitale... C'est frais, c'est sympathique, c'est bien raconté. Les anecdotes, entrecoupées d'extraits de la BD de super-héros vietnamien réalisée par Eco, sont assez marrantes, sans toutefois verser dans le néo-colonialisme ou la pitié. L'auteur se met lui-même en scène avec son trait simplifié mais tout de même assez travaillé.

Une lecture bien sympa, à découvrir.

Nom série  Sekushi Memory  posté le 05/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis est très très partagé sur cette BD.
D'un côté j'apprécie grandement le dessin de Jian Yi, qui a travaillé récemment avec JD Morvan chez Delcourt, sa mise en scène est très dynamique, il sait réaliser de superbes planches et son style très particulier passe bien dans nos contrées. On ne peut d'ailleurs pas parler de manga en l'occurrence, car l'auteur, bien qu'étant chinois, propose un dessin très européen, qui a seulement l'air inspiré par le manga... On fait d'ailleurs très vite abstraction de cette ambigüité devant la beauté des planches.

Du côté du scénario je suis très dubitatif.

Autour d'une intrigue mince comme un papier de cigarette, on a un récit d'action, où les protagonistes sont des rock-stars (le chanteur d'Indochine, Iggy Pop font des apparitions remarquées), au premier rang desquels le groupe Dead Sexy Inc, dont le chanteur n'est autre que le scénariste du présent ouvrage. Ils ne sont pas au premier plan, mais font quand même des apparitions très nombreuses et servent de moteur à l'intrigue. Ca ressemble un peu à de l'auto-promo un peu originale, même si la musique dudit groupe (qui tourne pas mal avec Indochine, d'après mes recherches) n'est pas vraiment représentée dans l'album. Stéphane Hervé produit donc un récit très "adrénaline", pas forcément très malin, mais qui a le mérite de ne comprendre aucun temps mort ou presque. Des petites choses m'ont agacé dans l'histoire ; d'abord ce rat qui parle (ou pas), mais pas très bien introduit, ou encore cette propension à mettre du vocabulaire japonais dans le langage quotidien, au milieu d'autres vocables français. Sans doute pour faire "branché", très "bi-culturel", mais savoir comment on dit "merde" ou "papier-toilette" en japonais ne m'intéresse pas trop, au contraire du sekushi du titre, dont je n'ai pas trouvé de traduction...

Au final voilà une nouvelle BD au rythme trépidant, joliment illustrée, mais qui souffre d'une approche scénaristique bancale, voulant jouer le côté branché (et donc has been, souvenez-vous des BD mettant en scène le groupe Kiss...), au détriment d'un récit qui pourrait très bien se tenir sans ces oripeaux promotionnels. Espérons que le second tome rectifiera le tir...

Nom série  Lazarus Jack  posté le 03/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un comic qui se lit sans déplaisir, et qui offre des voyages à travers plusieurs dimensions, à travers plusieurs époques pour illustrer la quête d'un homme. Cet homme c'est Lazarus Jack, ci-devant magicien de toute première force qui n'est plus qu'une amibe gâteuse au fond de son lit à l'hospice...

Une histoire de vengeance, de course à travers les dimensions, avec des flashes-backs entrelardant le récit, que cela est parfois inutilement complexe ; mais au final, le récit tient sur une ou deux lignes. Tout le talent de Mark Ricketts est de le faire tenir sur 124 pages, ce qu'il arrive globalement à faire, même si la tromperie est vite éventée.

Côté graphisme, Horacio Domingues assure vraiment, aidé par de magnifiques couleurs pour éclairer ses cadrages fort réussis.

Un petit 3,5/5.

Nom série  Bulles et Nacelle  posté le 03/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis fan de l'oeuvre de Renaud Dillies.

Pourtant j'ai été étonné de le voir sortir son dernier bouquin chez Dargaud, dans la collection Long Courrier. Ca ne me semblait pas correspondre vraiment à ce qu'il fait ; ceci dit, les collections en tant que telles ont un peu éclaté chez l'éditeur leader, et du coup pourquoi pas ?

Bref.

J'ai été un peu déçu par cet album. On y retrouve ce qui fait son talent : cette alchimie particulière entre inspiration musicale, poésie et animaux mignons. Pas de souci, tout y est, dans une belle farandole de couleurs et des planches parfois de toute beauté : je pense par exemple à celle où Charlie se trouve au pied d'un réverbère et regarde vers le haut. Magnifique !
Par contre j'ai trouvé le propos assez creux. On a un personnage solitaire qui se retrouve avec une sorte de Jiminy Cricket qui ne va pas vraiment interagir avec lui. La poésie des pages et des situations c'est sympa, mais ça ne suffit pas forcément à faire une belle histoire...

J'attends tout de même le prochain album de Dillies.

Nom série  Gentleman Jim (Les aventures de)  posté le 03/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J'ai trouvé dans cet album des résonances avec Ethel & Ernest du même auteur, où il racontait la vie de ses parents.

Mais alors que là Briggs rend hommage à des "petites gens" avec tendresse et pudeur, ici il n'arrive qu'à caricaturer un pauvre diable sans intelligence, à l'imagination trop influencée par les images qu'il voit. Jim a le niveau de réflexion d'un enfant de 5 ans, incapable de séparer la réalité de la fiction (et sa femme a également l'intelligence -et le charisme- d'une huître), et même si l'auteur a voulu faire dans la caricature, ce dont je doute fort, c'est trop méprisant (à la manière Briggs, hein, ça se fait en gentleman so british) pour être réellement apprécié.

Rapidement l'histoire m'a gonflé, me demandant où l'auteur voulait en venir. La morale pourrait être "ne prenez pas les chimères pour des réalités, sinon vous vous retrouvez en prison". C'est léger. Très léger.

Nom série  Ballon ovale  posté le 03/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un peu bizarre cette BD.
On est dans un contexte sportif bien donné, on a un joueur de grand talent qui se retrouve à jouer les détectives, ou plutôt les pompiers envers les dégâts causés par un petit jeune... Ca ne vous rappelle rien ? Eric Castel, pour les amateurs de bds moisies... Sauf que là, René Durand, auteur entre autres de La Terre de la bombe, rajoute un petit élément de fantastique. Ce seul élément va faire basculer toute l'histoire, mais aussi le destin de plusieurs personnes.

Bizarre cette BD car l'idée de départ n'est pas trop exploitée par le scénariste, et le "don" de Laurent ne lui sert finalement pas à grand-chose, mis à part au début de l'histoire et au cours des matches. L'histoire au final est assez inintéressante sans être mièvre ; le personnage principal manque complètement de charisme, et du coup on regrette moins qu'il n'y ait pas eu de suite. Le monde du rugby n'est pas vraiment développé, et les amateurs de ballon ovale resteront sur leur faim, malgré les efforts de Christian Vicini, le dessinateur. Celui-ci a un style classique, assez ancré dans les années 1980, et il maîtrise bien les coupes au balayage chez les héroïnes féminines... Non je plaisante, d'un point de vue morphologique et design c'est très juste, on regrette donc que cet album fût son dernier.

Nom série  Le Miroir des Alices  posté le 01/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au minimum, cette série vaut le coup d'oeil. Le graphisme de Kara est vraiment intéressant, avec cette influence manga bien digérée qui lui permet d'ancrer ses récits dans un modernisme de ton et de style, parfois en décalage avec l'époque considérée. mais ci, vu qu'on est dans un monde virtuel, cela ne pose pas de problème. Au contraire, cela permet à l'auteur d'intégrer des éléments de 3D plutôt réussis dans ses planches, ce qui peut donner parfois des pages de toute beauté. Je pense notamment à celles comportant une sorte de dragon numérique. C'est un peu moins réussi pour les personnages, même si le trait s'affirme très vite.

Quant à l'histoire, j'avoue qu'elle est un peu légère. Un mélange de métaphysique et de mondes virtuels qui se veut consistant mais qui au final laisse assez circonspect de par son aspect brouillon...

A lire, ou plutôt à regarder.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 211 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque