Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 4139 avis et 1924 séries (Note moyenne: 2.88)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Breathe  posté le 24/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
C'est vrai que c'est particulièrement nul, ce one shot.

Déjà, ça se lit en moins d'un quart d'heure, à cause d'un scénario aussi fin qu'un papier de cigarette. Le déroulement de l'histoire, s'il est linéaire, est en plus très simpliste, avec une fin complètement ratée. Pourtant c'est dommage, l'histoire promettait d'être intéressante avec cette première partie. L'unité de lieu (un village chinois et ses environs) donnait aussi pas mal de possibilités, avec cette poignée de personnages.

Sur le plan graphique, c'est à la limite du professionnel, le dessin étant au final assez médiocre, et pas du tout régulier. Le dessinateur multiplie les cadrages audacieux, sans que cela se justifie d'aucune manière.

Bref, un ratage de première classe.

Nom série  Le Crépuscule des Dieux  posté le 23/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis sur le tome 0 :

Tiens moi aussi, l'une des formes que revêt Albéric pendant son combat contre Wotan m'a rappelé un certain balrog... Et une scène du combat une autre, célèbre, du Seigneur des Anneaux. Ce n'est que justice, finalement, Tolkien s'étant inspiré des légendes germaniques et nordiques pour composer son oeuvre maîtresse. Sans parler des pouvoirs qui entourent l'Anneau... Refermons là la parenthèse, et concentrons-nous sur ce spin-off de la série initiée par Jarry et Djief.
J'ai trouvé que le traitement d'Istin manquait quelque peu de modernité. Usant de récitatifs, certes très à la mode chez les dieux, il me semble que son récit en perd de l'efficacité. C'est dommage car le dessin de Lemercier, du moins à son niveau "pur", comme en témoigne la galerie en annexe, vaut vraiment le détour. Hélas, les couleurs de Joël Mouclier écrasent quelque peu son trait, le rendant un peu quelconque par moments.

Bref, une variation intéressante sur la légende des Nibelungen, mais malheureusement un peu sèche au niveau de la narration, ce qui gâche un peu le plaisir de lecture procuré par les jolies planches du dessinateur.

Nom série  Skim  posté le 21/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Difficile de rajouter quelque chose après les avis très complets de mes camarades.

Cependant je noterai que cette chronique douce-amère (une de plus !) sur l'adolescence se démarque non par son originalité, mais par la qualité de sa narration, et son histoire relativement crédible. Trip de pseudos-sorcières, amours adolescentes troublantes et inattendues... La vision de cette adolescente me semble assez juste, et est bien servi par le dessin réaliste de la cousine Tamaki.

On passe un agréable moment de lecture avec "Skim", même si ce n'est pas très rigolo...

Nom série  Ethel & Ernest  posté le 16/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis est partagé sur cet album. Il a les défauts de ses qualités, ce qui est une vertu rare.

Le point de départ est l'envie, pour l'auteur Raymond Briggs, de rendre hommage à ses parents, un couple d'origine modeste qui a traversé l'une des périodes les plus dures de l'histoire de l'Angleterre sans broncher. Briggs nous présente donc Ethel, ancienne femme de chambre à la fois prude et timide, docile et charmante dans sa simplicité, qui aura son premier enfant sur le tard, à 38 ans ; ainsi que son mari Ernest, qui aura travaillé toute sa vie en tant que livreur de lait, plus au fait des évènements culturels et historiques que sa femme, mais qui l'entoure d'une tendresse sans faille. Le couple se rencontre en 1928, et tous deux mourront en 1971, à quelques semaines d'intervalle. Le récit est d'une grande naïveté, tout comme l'existence de ces gens simples, qui n'aspirent qu'à une vie tranquille, et au bonheur de leur fils unique, Raymond. Naïf, je l'ai dit, mais la fin est vraiment émouvante.

Côté graphisme, Raymond Briggs est le représentant d'un style là aussi "simple", semi-réaliste, où les personnages sont rougeauds, pas très différenciés, et l'auteur s'ingénie à nous montrer ses parents dans des moments que je ne qualifierais pas d'intimes, mais de personnels. L'ensemble de l'album baigne dans une ambiance de pudeur, de respect et de tendresse. Raymond Briggs n'en rajoute cependant pas, et cela ne fait que rendre ses parents plus authentiques. Je ne suis pas vraiment client du style de l'auteur, mais il n'est pas si désagréable.

Le récit ne m'a pas passionné. Au-delà du manque de spectacle, justifié par ce souci d'authenticité dont je parlais plus haut, c'est le rythme très lent qui m'a gêné. A noter que sont évoqués par-ci par-là des évènements marquants du XXème siècle : la montée du nazisme, le début de la seconde guerre mondiale, les rationnements et aberrations économiques imposés par le parti travailliste (dont était partisan Ernest) alors au pouvoir, l'arrivée de la télévision, les premiers hommes sur la lune, etc.). J'ai ainsi appris que les ventes de Mein Kampf en Angleterre devaient se faire au profit de la Croix-Rouge (!)...

Cependant ma lecture ne fut pas pour autant désagréable, et je respecte totalement le souci d'hommage de l'auteur, pour lequel cela n'a pas dû être facile de conter les derniers moments de ses parents, sa mère ayant perdu la tête, son père l'ayant suivie par désespoir, comme le font parfois les vieux couples.

Au final, "Ethel & Ernest" semble être une sorte de "classique" anglais, pas forcément sur sa forme, mais plutôt sur son fond, avec sa portée symbolique évidente : des Anglais d'origine modeste, qui mènent une vie simple tandis que le monde se déchaîne, pour le meilleur ou pour le pire, autour d'eux.

Nom série  Fugitifs sur terra II  posté le 14/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis trop vieux pour apprécier pleinement une telle série.
Par contre, avec 20 ans de moins, nul doute que j'aurais beaucoup aimé. C'est assez rythmé, les personnages sont bien différenciés, et l'exécution graphique est plutôt bonne.

Malheureusement le récit est très plat, l'intrigue est très légère dans ce premier tome, et ça se lit très vite. Je lirai la suite par curiosité, si elle me tombe entre les mains.

Nom série  Les Bums  posté le 14/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On en compte plus les séries mettant en scène des enfants devisant sur des choses qui ne sont pas forcément de leur âge. Ici les jeunes protagonistes sont confrontés à l'amour, à la mort et à d'autres choses, mais surtout à la mort. C'est bizarre, on a l'impression que ça a beaucoup tourmenté l'auteur quand il était enfant...

Mais le sujet mis à part, j'ai trouvé ça très plat. Parfois les enfants peuvent sortir des fulgurances, des formules extraordinaires quand ils discutent. Là, rien que de très banal, les enfants n'ont pas de grain de folie, de fantaisie, ils sont très posés. Il y en a, c'est sûr, mais affecter ce trait de caractère à toute une bande, c'est un peu dommage. Cela manque d'observation, tout simplement...

Dommage, parce que le trait de Stéphane Rey, assez naïf, correspond bien au propos, et il s'améliore même dans le second tome, séparé du premier de plus de trois ans il est vrai...

Bref, une série jeunesse qui passe un peu à côté de son sujet...

Nom série  Faces B  posté le 14/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je le précise dès le départ, je ne suis pas client de la littérature sur la musique, j’ai dû acheter un seul OK Podium quand j’étais jeune, et je n’ai jamais ouvert un exemplaire des Inrocks, même quand il faisait sa une sur tel ou tel artiste parmi mes préférés. Je me contente d’écouter la musique, et d’apprécier ou pas. C’est donc plutôt par curiosité que j’ai ouvert ce « Faces B ».

Il s’agit d’une sorte de bio-discographie d’une formation musicale –inspirée des Beatles ?- qui a splitté, et dont chacun des membres a fait son bout de chemin plus ou moins dans le même secteur. Cette vision fantasmée permet de comprendre un peu comment certains disques naissent, comment rien n’est réellement novateur dans l’industrie de la musique. C’est plutôt intéressant, car il suffit de pas grand-chose pour y croire réellement. Peut-être un peu de vraisemblance par moments ? En tous les cas le scénariste sait de quoi il parle, c’est indéniable. J’en veux pour preuve son travail de traducteur du Dictionnaire Snob du Rock paru aux Editions Scali en 2005. Et cela suffit pour se poser des questions sur la musique qui marche en ce moment. Sa parodie est donc plutôt réussie, et il trouve avec Jan KRSN un illustrateur inspiré, bien dans le ton du bouquin dans le psychédélique, délirant parfois, même si je ne suis pas très preneur de ce style.

Cependant je n’ai pas été passionné par ce livre. Comme je l'ai dit, le sujet ne m’intéresse pas beaucoup ; de plus je l’ai trouvé assez long. 150 pages très écrites, c’est un sacré morceau. Mais cela correspond bien au caractère bio-discographique de l’ensemble.

En définitive, c’est une BD qui ne m’a pas passionné, n’étant pas très attiré par le sujet, mais dont je salue la réalisation, appliquée, crédible et loufoque à la fois. De plus, pour les amateurs, le prix n'est pas très élevé par rapport au nombre de pages (16 euros pour 150 pages).

Nom série  Sauve qui peut  posté le 14/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Eh bien je ne m’attendais pas du tout à ça…
Ça commence par le départ d’une ado rebelle pour ce qui s’annonce comme une colonie bien chiante. Marguerite est une ado rebelle, mais elle est surtout maline et débrouillarde. On est loin des clichés avec ce petit bout de femme qui cherche à garder son indépendance et a du mal à accepter l’autorité. Perrine Dorin a donc privilégié la vraisemblance, en mettant des bouts d’autobiographie dedans. Les neuf dixièmes du récit nous font balancer entre rire et stupeur, en particulier avec l’arrivée du fameux Frankie, sorte de hippie déglingué qui va semer le chaos dans la colo. L’intermède/flash-back, qui constitue le dernier dixième, m’a complètement chaviré. C’est trop beau pour être faux. La dégradation dans la trame principale vient rapidement, je trouve qu’elle aurait pu être un peu plus graduée, mais dans l’ensemble elle reste cohérente. Un seul regret, que l’on ne voie finalement pas la « splendide bâtisse » que les gamins de la colo sont censés retaper…

D’autant plus que la dessinatrice, Natacha Sicaud, aurait à mon avis, le talent pour le faire. C’est une vraie découverte, puisque cette jeune illustratrice fait ici ses premiers pas seule sur un album, ou presque, n’ayant fait jusque-là que des albums collectifs - dont Boule de neige (Delcourt). Son trait est très fin, il me rappelle un peu celui de Benoît Springer dans sa veine réaliste, très clair, extrêmement lisible. Second atout, elle ose expérimenter des superpositions, des juxtapositions, des cases entremêlant hors texte (la plupart étant des pensées de Marguerite) et dessins de la jeune fille, habillée ou dévêtue. Mais pas de voyeurisme dans ces poses, il s’agit de la transposition des pensées –et parfois des fantasmes- d’une jeune fille de 16 ans.

Le tout est écrit et dessiné avec beaucoup de subtilité, et même si je trouve la couverture un peu « dure » et maladroite par rapport au contenu, j’ai vraiment beaucoup aimé cet album, qui constitue l’un de mes coups de cœur « indé » du moment…

Nom série  La mission infernale  posté le 12/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est très léger au niveau du scénario...

On est dans une sorte de parodie de film de guerre, un peu dans le style il faut sauver le soldat Ryan, mais en beaucoup plus simpliste (simplet ?). Les dialogues sont très basiques, ils ne sont pas drôles du tout. A la limite Baloo aurait mieux fait d'aller plus loin dans le délire, c'eût pu être intéressant.

En fait il aurait pris un scénariste ç'aurait été mieux, à la limite, parce que son dessin est plutôt sympathique avec ces animaux se prenant pour des foudres de guerre, mais aux traits très simplifiés. Il y avait de la recherche dans son découpage et ses cadrages, c'est dommage...

Nom série  Pirouette  posté le 12/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il faut parfois se méfier de ces petits récits autobiographiques.

C'est sûr, Pirouette émarge dans la catégorie des récits sans fard, des récits simples comme les relations entre les personnages. Les souvenirs de vacances, les petites anecdotes de la ferme... C'est simple mais terriblement banal. Le gros du récit est un hommage plutôt respectueux au grand-père de l'auteur, ce qui est louable, mais un tel récit n'a pas vraiment d'intérêt pour le grand public, d'autant plus que ça manque de mise en scène.

Trop basique et banal pour être véritablement intéressant.

Nom série  A bord de l'Etoile Matutine  posté le 10/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Belle bande dessinée, vraiment.

Riff Reb's nous embarque sur les pas de Pierre Mac Orlan à bord de ce vaisseau pirate. Dans un cadre historique distant mais tout de même présent, il s'agit d'une succession d'aventures ou de récits mettant en scène ces hommes durs, mais aussi parfois surprenants. Ce que j'ai apprécié avant tout, c'est la narration, impeccable, fluide, servie par un dessin de grande qualité, aux ambiances différenciées mais incontestablement réussies. Par contre je m'attendais à des choses un peu plus spectaculaires pour une histoire de pirates. Même si le récit brasse large dans la diversité des sujets, il n'en reste pas moins assez sage. C'est dommage car le talent de l'adaptateur s'y prêtait...

Au final, un 3,5/5 mérité.

Nom série  Commandant Achab  posté le 10/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Certains trouvent ce polar surprenant, moi je trouve qu'il manque vraiment de matière. On se retrouve avec un duo a priori atypique, mais finalement pas tant que ça. Les caractères des deux flics sont différents, mais leur interaction ne soulève pas vraiment l'enthousiasme. En plus j'ai trouvé l'intrigue confuse, pas passionnante du tout, bref, je me suis assez vite ennuyé.

Au niveau du dessin, j'ai trouvé Douay meilleur dans ses albums précédents, peut-être une question d'univers, d'ambiances...

Bref, bof.

Nom série  Opération Mort  posté le 10/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis un peu déçu par ce gros one shot qui a fait partie de la sélection d'Angoulême cette année.

En effet je m'attendais à un récit qui prend aux tripes, qui me fasse -une fois de plus- pester contre la connerie des militaires, et surtout de leurs supérieurs, ou me fasse apprendre avec humour un épisode méconnu de la Guerre du Pacifique.

Or aucune de ces qualités n'est présente dans "opération Mort". Certes, je ne demandais pas forcément du spectaculaire, mais quand on tombe dans une banalité aussi chiante, c'est presque criminel. Je dis bien presque, car Mizuki s'est servi de ses propres souvenirs de la guerre pour nourrir cette histoire. L'histoire d'une unité basée sur une île de Papouasie-Nouvelle-Guinée qu'on envoya en mission suicide ("Opération Mort" étant le nom de code de ce type d'opération) pour contrer l'offensive américaine.

Comme je l'ai dit, Mizuki a livré un récit plat, sans relief et sans saveur. Ses soldats passent leur temps à manger des patates, pisser dans un coin ou se faire trucider. Certes, leur quotidien devait bien ressembler à ça, mais de là à en parler sur plus de 350 pages... En plus Mizuki utilise la plupart du temps un style naïf, presque enfantin, qui désamorce le sérieux de la situation. Le reste du temps, ce sont des dessins ressemblant à des gravures (ou... à des photos !) montrant des phases de combats, d'approche de l'ennemi. Dommage qu'il n'ait pas utilisé ce style sur l'ensemble du bouquin.

Bref, une longue lecture plutôt fastidieuse.

Nom série  Symbiote  posté le 09/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal cette BD, sans plus.
Son principal atout est une histoire très dynamique, sans temps morts, qui ne laisse pas trop le temps au lecteur adolescent (car c'est la cible, je pense) de réfléchir. Tous les ingrédients, déjà décrits par mes camarades, sont là pour nous livrer un pur récit de divertissement fantastique. Ce n'est pas désagréable à lire, pour peu qu'on ne s'arrête pas aux invraisemblances.
Par contre le dessin de Donsimoni paraît un peu décalé dans cet univers, assez sérieux. Il n'est pas déplaisant, loin de là, mais j'ai l'impression qu'il est plus à sa place dans Le Collège Invisible...

Au final un petit moment de lecture sans prétention, pas désagréable, mais sans grand relief non plus.

Nom série  Ténèbres  posté le 08/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Finalement c'est du réchauffé cette histoire...
Une énième histoire d'enfant surdoué, un chevalier mystérieux qui va -peut-être- débarrasser un pays du joug draconien... La partie concernant Ioen manque singulièrement de profondeur, d'originalité, de sens même. Les personnages n'ont aucun charisme, on aimerait bien qu'ils se fassent boulotter par les dragons venus de l'espace...
Reste le dessin d'Iko, très bon, d'une maîtrise rare dans les proportions, les morphologies, les cadrages. A tel point que je me demande si ce n'est pas un autre dessinateur chevronné qui a pris un pseudonyme... vérification faite il s'agit d'un dessinateur italien de 35 ans, et des plus connus semble-t-il... Il y a des choses assez belles, visuellement parlant, tels les dragons, les constructions humanomorphes des veilleurs, la cité du roi... Mais j'avais un peu l'impression de me retrouver en Terre du milieu, c'est dommage...
La mise en couleurs, par contre, est assez fade : à base de jaune pisseux parfois, elle en devient carrément ratée sur certaines cases de la fin du premier tome.

Sans moi pour la suite...

Nom série  Appelle-moi Ferdinand  posté le 08/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plus je lis les bouquins de Christian Durieux, plus je les aime. Et même si je n'ai pas trop apprécié La Maison d'Éther, cette fois-ci, c'est un peu mieux. Le récit, écrit par Hervé Bourhis et Christophe Conty, est humain, tout simplement humain. Nous suivons les derniers jours d'Oscar Lehmann, atteint d'un cancer en phase terminale, qui décide de faire voler en éclats sa vie terne et sans relief. Claquer son pognon, se payer la meilleure prostituée du coin, tuer celui qu'il exècre, telles sont par exemple les expériences qu'il tente.
Si j'étais dans sa situation, que ferais-je ? Probablement des choses un peu extrêmes, bien sûr. Et vous, que feriez-vous ? C'est à cette aune qu'on mesure l'universalité d'un bouquin : si cette question, vous pouvez vous la poser.
Le dessin de Durieux est expressif, colorisé de façon remarquable avec ces aplats de couleurs disséminés dans les tons sépia. L'encrage est assez épais, mais la relative épure des décors en fait ressortir la pureté.
Cette BD ne manque donc pas de qualités. Mais pourquoi seulement un 3/5 (un 3,5/5, en réalité)
Eh bien parce qu'elle ne m'a pas fait vibrer plus que ça. Je n'ai pas eu de prise de conscience à sa lecture, car la question qui en est au centre, je me la posais déjà (rassurez-vous, je ne suis pas en phase terminale d'une maladie...).

Nom série  Io Memories  posté le 08/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pour moi Io Memories c'est d'abord une erreur de communication : il fut publié dans la collection Made In de Kana, autrement dit la collection de prestige de l'éditeur de mangas. Or, la seule parenté avec le manga que possède le récit -à mon sens du moins-, c'est le fait qu'il ait été réalisé au départ pour un éditeur nippon. Car l'auteur, Chris Lamquet, est belge, et je ne vois pas trop en quoi le découpage ou l'histoire sont plus proches des mangas du même genre. Cela explique, à mon avis, le flop commercial subi par Io Memories.

Mais le second souci c'est qu'après la première partie (qui se suffisait à elle-même), Lamquet en a rajouté une seconde, à mon sens plus artificielle, une partie qui emmène l'histoire sur d'autres territoires, plus périlleux que la première partie. Parce que jusque-là, ça se tenait, ce techno-road-movie mâtiné de fesses et de pénis rétractables... Ca se tenait, c'était rigolo, et Lamquet s'amusait visiblement dans ce foutoir. Après il a voulu faire un peu plus sérieux, il s'est pris inutilement la tête, et ça n'en a plus, de tête. Ni de queue d'ailleurs, puisqu'il y a moins de parties de jambes en l'air dans cette seconde partie. Certes, Lamquet dit ne pas trop se sentir à l'aise dans cette atmosphère, mais celle-ci en perd tout son côté joyeusement coquin.
Son dessin en noir et blanc est assez sympa, mais moins que dans le récent Eco Warriors par exemple.

Bref, une curiosité à réserver aux fans de l'auteur, et encore, au Lamquet seconde époque, celle où il s'ingénie à faire des récits "à la mode", alors qu'il est bien meilleur dans le burlesque...

Nom série  Eco Warriors  posté le 07/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ahhhh voilà le Lamquet que j’aime. On l’avait perdu avec Blue Space, réédité par Glénat en début d’année, on le retrouve avec cette nouvelle série, prévue en trois tomes, toujours écrite par Richard Marazano. Ici plus question d’une équipe d’astronautes super-invincibles mais animés de sentiments humains, il s’agit des héros du XXIème siècle, les « éco-warriors », ces croisés de l’humanitaire, qui usent de tous les moyens pour défendre la cause noble qui les anime.

Dans le premier tome Chris Galway n’a pas encore vraiment joué des poings ni pris les armes, il subit plutôt qu’autre chose. Bien sûr on ne sait pas l’ampleur du merdier dans lequel il a mis les pieds. Le scénario est assez classique, Marazano y a juste placé une légère romance entre les deux humanitaires, ainsi qu’une part d’humour indécrottablement attaché à Chris, un peu trop indécrottable par moments (la truie…).

Malgré une légère propension au grand-guignol, le récit se tient à peu près, et j’aurai pas mal de curiosité à lire la suite de ce thriller écolo, l’écologie qui a souvent été au centre des bouquins de Lamquet ("Gilles Roux et Marie Meuse", Quasar ou encore Alvin Norge).

Nom série  Gear Rally  posté le 07/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce recueil d’histoires courtes partait très mal. La première, à base de courses-poursuites en moto puis à vélo, ne comportait aucun scénario, et j’ai failli refermer définitivement le volume. Mais je me suis accroché, et la suite est un peu plus intéressante. « Rally Art » est en effet une course-poursuite entre un drifteur (amateur de courses automobiles illégales sur route) et le conducteur d’une camionnette auquel il avait volé deux bouteilles de saké ( !). Bon d’accord, le prétexte est débile, mais cela permet de belles pages dynamiques, plus cohérentes que dans la première histoire. « Jack Jack Jack » est le meilleur récit du recueil : c’est l’histoire d’un chauffeur de bus qui pète un câble et détourne son véhicule, avec ses passagers à bord. L’intrusion d’un élément inattendu va amener l’histoire sur d’autres routes… « Glock » est une banale histoire d’inversion d’armes, véritable et factice.

C’est la première histoire de l’auteur, sans intérêt. Le reste du recueil est en fait une sorte de melting pot des œuvres de l’auteur : story-board de dessins animés, des crayonnés, et même… des photos.

Un assemblage hétéroclite qui ne rend pas vraiment service au volume.

Nom série  Blue Space  posté le 06/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'avais lu le premier tome il y a quelques mois ; peu convaincu par celui-ci, je décidai d'attendre d'acquérir le second pour me faire une meilleure idée.

Le résultat est peu flatteur pour les auteurs. Le premier tome est proche de la catastrophe industrielle. Le dessin de Chris Lamquet n'a jamais été aussi hésitant, approximatif, frileux, tremblotant. Seuls les véhicules lunaires s'en sortent quelque peu. Quant au scénario, Marazano, qui a tout de même fait mieux dans le genre, traîne ses personnages comme des boulets dans cette intrigue à faux suspense. Et quand on passe au tome 2, le lien est encore plus ténu, les personnages changeant carrément de décors, et même presque de métiers... Le dessin s'améliore, peut-être que l'on est -presque- revenu sur le plancher des vaches, mais au niveau de l'histoire, j'ai eu l'impression de relire un de mes tomes préférés de Yoko Tsuno, une série moins ambitieuse mais ô combien plus réussie... Pourtant la première édition de ce diptyque avait une caution intellectuelle de poids avec EADS... Il faut croire que l'indigence des programmes spatiaux se retrouve même dans leurs oeuvres de mécénat. Bon ben je retourne lire du Stephen Baxter, moi...

Bref, un plantage quasiment intégral.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 207 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque