Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3809 avis et 1709 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Eureka Seven  posté le 05/04/2008 (dernière MAJ le 03/06/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un petit tour sur le web m'a appris qu'Eureka Seven, qui est aussi un anime très connu, est très prisé des cosplayers.
Je pense que c'est plutôt le look des personnages et l'ambiance typique des mechas qui jouent, parce que pour ma part, j'ai été bien en peine d'y trouver un réel intérêt. Certes, le trait combiné de Kataoka et Kondou est clair pour ce qui est de brosser les personnages, mais j'ai trouvé les scènes d'action plutôt confuses, graphiquement assez peu lisibles, ce qui est un comble pour un manga de ce genre.
Quant à l'histoire, c'est celle, classique, d'un garçon intrépide, pas maladroit en mécanique, qui se retrouve un peu par hasard enrôlé dans une faction rebelle, au service de son idole. Rebelle à quoi, me demanderez-vous ? Eh bien je suis bien en peine de vous le dire, ma bonne dame...

Bref, je n'ai pas vraiment accroché à ce manga, c'est dommage, parce que je trouvais la couverture assez jolie...

Nom série  Desert Coral  posté le 02/09/2007 (dernière MAJ le 03/06/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je pensais que cette série se détacherait de la cohorte de mangas orientés fantasy/fantastique qui déferlent depuis plusieurs années. Mais j'ai été vite déçu... Presque sur tous les plans, d'ailleurs.
L'histoire n'a pas d'âme, il n'y a pas vraiment de choses intéressantes dans ce récit d'un garçon qui peut, sur invocation (ou peut-être à sa guise, mais il ne le sait pas encore), se retrouver dans un autre monde, qu'il ne visite habituellement qu'au cours de son sommeil... Et puis, le fait qu'il tombe instantanément amoureux de la première fille qu'il y croise, désolé, mais même si j'ai été un adolescent boutonneux, c'est une chose trop difficile à croire. A aucun moment je n'ai été surpris, passionné, accroché par ce manga.

Sur le plan du dessin, il ne se détache pas, là non plus. Là où des titres comme Edison Fantasy Science arrivent à creuser une niche, "Desert Coral" n'arrive qu'à surnager sans vraiment se faire une place. Un style semi-réaliste qui tire parfois vers le comique léger, cela ne suffit pas à sauver cette série de la médiocrité...

Nom série  Danzaisha Tetragrammaton Labyrinth  posté le 04/01/2008 (dernière MAJ le 03/06/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les seules armes contre les démons qui pourrissent le Londres victorien de l'intérieur sont une nonne de 17 ans et une gamine privée d'âme. Après tout, pourquoi pas ? Seulement je ne suis pas sûr qu'il y ait jamais eu des bonnes soeurs de 17 ans, même à cette époque. Et puis il faut bien dire que cette succession d'enquêtes menées tambour battant par ces deux gamines est dénuée du moindre intérêt sur le plan narratif. L'abomination, le meurtre est commis, les deux filles enquêtent le temps de deux cases, et hop, elles trouvent le coupable ou tombent fortuitement sur lui. Pendant le combat, la plus jeune Angela perd un morceau, mais comme elle est immortelle, elle le retrouve dès l'histoire suivante. C'est pratique, mais c'est bien léger pour faire une vraie bonne série fantastique.

Le véritable (le seul ?) atout réside dans le graphisme. Ito Ei a un joli style, assez plaisant, même s'il n'est pas non plus remarquable. Les cadrages sont intéressants, mais parfois confus, surtout à l'occasion des gros plans lors des combats. Plus surprenante est la présence d'un soupçon de fan service dans cette série, même s'il est vrai qu'Itô Ei a une carrière de mangaka érotique. Vêtements déchirés, frottements de doudounes entre filles, culottes malencontreusement perdues en cours de route (mais sans récompense visuelle derrière), cela reste très très soft, mais rajoute une dimension relativement divertissante dans ce manga somme toute bien classique et médiocre.

Nom série  Embryon Road  posté le 09/03/2008 (dernière MAJ le 03/06/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est vrai ça, que se passera-t-il quand nous aurons utilisé toutes les ressources d'énergie de la Terre ?

C'est la question que s'est posée ce jeune auteur, et qui nous livre une série relativement courte (bouclée en 7 tomes) avec un dessin plutôt agréable, bien qu'un peu anguleux par moments.

On nous présente "Embryon Road" comme étant dans la lignée de certaines oeuvres de Miyazaki, parmi les plus écologistes. Pourquoi pas, mais dans ce premier tome les considérations sont assez éloignées, puisqu'on a un personnage principal qui cherche à retrouver sa mère, et un autre qui doit lutter contre la malédiction que représente son pouvoir de localiser les gisements de séphiroth. Il y a pas mal d'éléments à ingérer dès le premier tome, et même si l'on est un gros lecteur de SF (comme je le fus), c'est un peu confus parfois. Le second tome n'apporte pas grand-chose, mais il lève un peu le voile sur le passé de Sey, qui est bien moins innocent qu'il n'en a l'air...

Cependant la lecture n'est pas déplaisante du tout, et je préfère lire un peu la suite avant de me prononcer définitivement.

Nom série  Yin Yan  posté le 03/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai trouvé ça assez léger comme album...

En effet, au-delà de l'argument initial, les "gags", bien qu'assez peu répétitifs, me semblent tomber plutôt à plat. Je n'ai pas beaucoup souri à la lecture des mésaventures de ce jeune homme transformé en dragon. Peut-être une question d'âge ? Possible. Disons que cela me semble manquer de burlesque, de fantaisie, un comble pour une série d'humour qui se veut justement baigner dans une atmosphère de conte chinois médiéval...

C'est dommage parce que le dessin de Valney est vraiment bon, j'ai même été très agréablement surpris par les visages dès qu'il s'appliquait à nous les montrer d'assez près.

A tester sur des pré-adolescents...

Nom série  Drain  posté le 02/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tiens, une nouvelle série vampirique...
"Drain" est l'oeuvre d'un duo inédit sous nos contrées ; d'un côté C.B. Cebulski, ci-devant agent, rédacteur, traducteur et plus récemment scénariste sur "Spider-Man fairy tales", "Wolverine" et "Loners", et de l'autre Sana Takeda, ancienne game designer et dessinatrice de "Soulfire". Ils nous proposent une histoire de vampires qui se veut détonante avec son lesbianisme affirmé et son graphisme à la fois délicat et audacieux. Pourtant "Drain" se révèle relativement creux à la lecture. Les deux seuls éléments narratifs sont présentés sur la fiche histoire, mais pour rappel nous suivons les pas de Chinatsu, contaminée par un vampire 4 siècles auparavant, qui cherche à avoir une vie de vampire "pépère", sans se faire repérer, mais qui voit ressurgir dans sa vie Freya, son ancienne maîtresse qui souhaite de venger d'avoir été contaminée (à sa demande !) près de 200 ans plus tôt. La moitié du premier tome est donc constitué de flashes-backs qui, s'ils nous montrent le passé des personnages, n'en sont pas moins inutiles.

Si l'on s'attache à l'aspect vampirique du récit, nous avons des personnages qui sont quasiment immortels, dont l'aspect physique s'est figé quand ils ont été contaminés. Ils ne craignent pas la lumière du soleil et bien sûr sucent le sang de leurs victimes pour se nourrir. Bien sûr, certains s'en délectent, alors que d'autres, comme Chinatsu, chassent lorsqu'ils en ont réellement besoin.

J'ai dit auparavant que le graphisme de Sana Takeda était délicat et audacieux. On ressent dans son trait l'influence du manga, aussi bien dans l'aspect que dans le dynamisme des combats. Tiens d'ailleurs, à propos des combats, il faudra qu'on m'explique comment deux filles dont les bustiers ont visiblement beaucoup de mal à contenir les arguments pulmonaires arrivent à faire des cabrioles et des passes d'armes sans que jamais rien ne sorte. Pour le coup, la notion de fan-service, que l'on applique essentiellement aux productions nipponnes, prend tout son sens avec ce comic.

En définitive, c'est agréable à regarder, mais pour l'histoire vous repasserez.

Nom série  La Nuit des cendres  posté le 02/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il y a des gens, comme ça, qui vous touchent à tous les coups. C'est le cas, pour moi, avec Loïc Dauvillier, qui se place presque exclusivement dans le genre "roman graphique".

Encore une fois, avec cette "Nuit des cendres", il propose un récit tout en sensibilité, avec des personnages touchants, écrits avec précision, dont la vie va peut-être basculer en une nuit. Une nuit qui est qualifiée de cendreuse, et on voit là aussi tout le talent de Dauvillier : les cendres sont bien sûr, celles des cigarettes que tous les protagonistes, sauf deux, vont fumer sur le balcon. Ces personnages voient tomber la neige au-dehors, une neige au bagage symbolique fort, puisqu'elle apparaît à un moment où des choses prennent fin, où d'autres renaissent (de leurs cendres, justement), dans l'appartement de Fred et Blandine. Fred et Blandine, dont le comportement intrigue leur entourage, qui tire des plans sur la comète.
La galaxie Dauvillier s'enrichit d'un nouvel astre en la personne de Joël Legars, jusqu'à présent "cantonné" dans la BD jeunesse, et qui montre de belles dispositions avec un style fort expressif.

Seul hic, le prix de cet album, d'une taille inférieure à l'habitude : 13,90 euros.

Nom série  Elvis  posté le 01/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympathique ce petit album.

Joël Legars et François Ravard avaient collaboré pour le petit chat carré Moi, j'aime pas le foot ! ; ils récidivent pour cet album un peu plus grand, en inversant leurs rôles.

A l'heure où pas mal de gamins sont fascinés par la Star Ac' et les paillettes, le petit Elvis rêve lui aussi de devenir une star. Mais ne sachant pas comment faire, il essaie de trouver un coach. Finalement c'est son grand coeur qui lui apportera le salut. Bien sûr, l'album est destiné à un public jeune, et se trouve assez simpliste, avec une petite morale qui n'est pas dite, mais seulement suggérée, ce qui dénote dans ce type de production.

J'avais pu admirer le travail de François Ravard dans Le portrait. Ici il se situe dans une veine plus épurée, adaptée au public jeunesse. C'est vraiment très joli, ces aquarelles, et c'est un album plutôt sympathique.

A lire si vous tombez dessus.

Nom série  Les Djeun's  posté le 01/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Tiens, je pensais qu'il existait déjà une série de gags sur cette population que personne ne comprend, les jeunes...

Ici nous avons donc des gags en une ou 3 pages nous montrant cette étrange population dans son écosystème préférentiel, la banlieue. Leurs occupations ? Parler de sexe sans en faire, parler de jeux vidéo et en faire, parler de faire la révolution mais juste en parler en fait. Nombre de gags sont basés sur les tics de langage "propres" aux "djeun's", et j'avoue que cela a ses limites comme sujet. En faire un second tome me semble difficile à imaginer. Seuls deux ou trois gags m'ont fait sourire. Pour le reste, c'est très bof...

Nom série  La Communauté  posté le 01/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
1968... On devrait en entendre parler toute l'année.

Cette période fut un véritable bouleversement pour la société dans son ensemble. On a beaucoup parlé des hippies, des communautés "libérées" du Larzac, par exemple. Hervé Tanquerelle emboîte le pas d'Etienne Davodeau et de Manu Larcenet (à des degrés divers, bien sûr) en nous contant le retour à la terre de ses beaux-parents à cette époque.

Loin de toute sensiblerie, en évitant les clichés, il nous permet d'en savoir un peu plus sur cette communauté pas comme les autres, qui a fait du travail le moteur pour faire avancer ses idées. Si l'ouvrage est très agréable à lire, il me semble cependant qu'il manque un petit bout d'âme pour que ce soit un récit vraiment prenant. Peut-être l'absence de militantisme, mais il est vrai que ce n'est pas toujours la solution pour faire admettre une idéologie différente. Le second tome continue dans cette mouvance, avec comme idée directrice de raconter, avec un peu de recul, sans réellement imposer au lecteur un mode de vie un peu particulier. Tanquerelle rajoute des trucs sympas, comme les transformer, son beau-père et lui, en petits personnages pour ne pas perturber la narration outre-mesure. les faire interagir avec la Nolwenn de l'époque aussi. des petits jeux de mise en scène discrets, mais intelligents.

Tanquerelle, toujours dans une mouvance graphique post-sfariste, s'approche parfois du trait de Davodeau pour croquer le milieu rural. J’ai aussi noté des points communs avec Crumb, sur certaines scènes.

Ma note finale est donc de 3,5/5.

Nom série  Eddy et les robots  posté le 01/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On se retrouve avec une histoire classique de révolte des créatures face à leur créateur. Classique depuis le Frankenstein de Mary Shelley écrit il y a presque 200 ans. Ici ce sont donc des robots, qui excédés par les abus de leur inventeur, décident de retourner la situation. Malgré ce canevas simple, sans doute très accessible aux plus jeunes, je trouve le déroulement un peu trop long et chaotique. Bien sûr la fin n'en est pas une, laissant présager une vengeance d'Eddy.

La satisfaction vient du dessin de Lorenzo, à la fois inventif et très dynamique, avec quelques cadrages osés.

Nom série  Dingo Jack & Tête d'Oignon (Une aventure de)  posté le 01/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Visiblement c'est un gros délire.

Je ne connaissais pas le travail de Pixel Vengeur, mais je dois avouer que visuellement il n'est pas maladroit du tout. A côté de ses personnages principaux, croqués sur un style humoristique (à la Edika), les designs et les autres personnages sont à la fois fins, maîtrisés et plutôt beaux. L'influence de Moebius est manifeste (et revendiquée), et cela nous montre l'étendue du talent du dessinateur. Par contre, au niveau de l'histoire, c'est plutôt pauvre. A coups de rebondissements foireux, Pixel vengeur avance cahin-caha.

[SPOILER] Je ne comprends pas trop l'intérêt de donner le nom de deux personnages à la série, si c'est pour faire disparaître l'un d'eux en cours de route... [FIN SPOILER]

Bref, joli mais vide.

Nom série  Korrigan  posté le 28/05/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je garde une certaine nostalgie pour ces séries lues au travers d'exemplaires du Journal Tintin gardés par mes parents.

Je ne savais pas que Korrigan, cette série qui m'avait quand même marqué à l'époque, avait été édité en album. Dommage d'ailleurs que P&T se soit arrêté au premier, je crois qu'il y avait de quoi en faire un second.

Bref, j'ai retrouvé avec un petit sourire aux lèvres cette oeuvre de jeunesse du regretté Franz, dans une veine plus "gras nez" que ce qui a fait son succès plus tard. On décelait déjà son goût pour les chevaux, mais aussi les prémisses de mise en scène. Les saynètes sont aussi courtes que médiocres au niveau du scénario, mais quand même, l'Ogre m'avait bien impressionné à l'époque. Je me souvenais également de la charge du capitaine teuton et de sa troupe qui restait alignée quoi qu'il arrivât...

Séquence nostalgie...

Nom série  La Fabuleuse histoire du café  posté le 28/05/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tiens, c'est marrant d'avoir fait une BD sur les origines du café. Mais pourquoi pas, après tout. Il en existe d'ailleurs une sur le chocolat.

Bref, nous avons là un récit à teneur un peu historique, un peu légendaire, tant les origines du café sont discutables et sujettes à caution. Davoz, le scénariste, joue d'ailleurs sur cette ambiguïté, encourageant les lecteurs à ne pas croire tout ce qu'il écrit. J'avoue que l'histoire donnée en premier (et résumée sur la présente fiche) est celle qui me plaît le plus. Pour la suite, nous avons d'autres origines évoquées, mais aussi l'explication de l'expansion du café à travers le monde, au fil du temps. L'évocation de la "Boston Tea Party" est ainsi faite d'une autre façon, et éclaire cet évènement semble-t-il anodin qui mènera à la guerre d'Indépendance de ce qui deviendra les Etats-Unis d'Amérique.

C'est assez intéressant, et le dessin de Wyllow, à la fois clair et mature sur la plus grande longueur du bouquin, rend l'ensemble plutôt agréable.

A noter l'aspect particulier du bouquin, avec une couverture épaisse, d'aspect "beau livre", qui en fait un bel objet.

Nom série  Coupures irlandaises  posté le 28/05/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bien sûr qu'il faut acheter cet album ! Comme la plupart des derniers bouquins de Kris d'ailleurs, tous publiés chez Futuropolis...

Ici il nous propose une réécriture d'un séjour qu'il fit à Belfast dans les années 1980. Un séjour linguistique, qui se transforme peu à peu en véritable passage à l'âge adulte. Car le conflit latent entre Catholiques et protestants est toujours d'actualité en Ulster. Cagoules de l'IRA, soldats anglais haineux et brutaux, embuscades dans les rues, tout y est.

Mais Kris n'oublie pas d'insérer des passages plutôt drôles. J'ai beaucoup aimé le passage avec Gérard Depardieu.

"A nous les petites Irlandaises !" ils ont bien déchanté les deux gamins. Kris a rajouté une dimension dramatique à son expérience réelle, mais c'est pour mieux démontrer l'absurdité, la lâcheté, et la haine aveugle qui prévalent dans ce genre de conflit. Un conflit qui semble aujourd'hui, 20 ans après, bien éteint. Il reste encore de l'espoir pour le conflit israëlo-arabe...

Côté dessin, c'est Vincent Bailly qui s'y colle, dans un style "jeté", assez loin me semble-t-il de ce qu'il a fait sur Angus Powderhill. C'est impeccable, même si je trouve les premières planches hésitantes.

Un classique.

Nom série  Hao Mei  posté le 27/05/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai d'abord été surpris, et même agréablement, par les dessins. Forcément assistés par ordinateur ; je les trouve vraiment très beaux, fins. D'inspiration largement manga, mais sans rester dans les carcans de ce format, ce fut un plaisir de les regarder.

Quant à l'histoire, elle laisse augurer d'une saga de grande ampleur, dont ce premier tome n'est que le court début. Brrémaud a créé un groupe assez sympathique, un peu étrange (le crapaud de l'espace !), dont j'aurai plaisir à suivre la suite des aventures.

Suite à voir avant de se prononcer plus avant.

Nom série  Edward John Trelawnay  posté le 27/05/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'avais de bons a priori avec cette série.
Des couvertures assez avenantes (surtout la première), un dessin qui me semblait correct, et pas mal d'action à première vue.

Mais en fait j'ai vite déchanté. Mis à part le premier tome, l'ensemble de la série est assez plat, ennuyeux, il ne se passe à peu près rien. Je m'attendais à une histoire de corsaires des airs assez nerveuse, je me suis retrouvé avec une bluette mâtinée de quelques scènes d'action par-ci par-là. Eric Hérenguel, le dessinateur, a dû pas mal s'ennuyer, lui qui aime bien tout ce qui bouge... Pourtant son dessin n'était pas mal du tout, un peu terni cependant par des couleurs peu attrayantes.

Bref, un beau gâchis.

Nom série  Le Rebelle des Caraïbes  posté le 25/05/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai moins aimé ce tome que l'oeuvre précédente d'Enrique Vegas, Les Rebelles de la galaxie. Déjà, on ne trouve pas une, mais trois parodies dans ce tome. Elles manquent de liant toutes les trois, et sont à mon avis moins inspirées. Comme d'habitude l'auteur s'inspire de la trame générale du film considéré et y applique des tas (mais pas trop, je tiens à le signaler) de références en tous genres et de répliques humoristiques et décalées.

Le résultat, je l'ai dit, est moins bon que dans l'autre album. En plus, la fin de l'album comporte une sorte de carnet de croquis/storyboard concernant la seconde trilogie de Star Wars vue par Vegas. La présence de ce carnet aurait été plus judicieuse dans l'autre album...

Nom série  Coursensac et Baladin  posté le 25/05/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympathique cet album, mais sans plus.

En effet on y retrouve un peu l'atmosphère qui a fait le charme et le succès de séries comme Hugo et Percevan... l'âme et l'ampleur en moins.
Je trouve le scénario de Brouyère un peu brouillon, pas vraiment sympa. Et les personnages mal développés. Heureusement le dessin d'Hislaire -alors débutant- apporte un cachet à la fois "gros nez" et dynamique à l'ensemble.

Une série sympathique, mais un peu mineure à mon avis.

Nom série  L'Enfant note  posté le 25/05/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas de véritable coup de coeur pour cette lecture, mais un petit plus par rapport à Ro.

Parce que malgré la grande naïveté de cette histoire, elle m'a plu. J'ai trouvé ça "mignon". Et de toute façon, la plupart des petites histoires qu'on lit aux enfants sont assez naïves, réductrices, bref, ça me semble coller au public visé. Par contre ce n'est pas la meilleure que j'aie lue, mais il n'y a pas vraiment de "rédemption" pour la petite fille, puisque les bêtises continuent par la suite...

Le dessin de Christine Circosta sont eux plutôt plaisants, comme l'a souligné copaing Ro il y a de vagues influences manga qui ne sont pas désagréables.

Bref c'est mignon et ça me suffit.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 191 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque