Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 682 avis et 181 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Barakamon  posté le 06/12/2012 (dernière MAJ le 29/11/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série porte rudement bien son nom ! "Barakamon" est une expression du sud du Japon qui signifie "avoir la pêche" et on peut dire que les personnages de cette histoire ont une bonne humeur communicative et ce n'est pas désagréable du tout pour le lecteur.

L'histoire est celle d'un jeune, beau et talentueux calligraphe de 23 ans, un peu imbu de sa personne qui, un jour, envoie assez violemment balader un conservateur de musée qui venait de critiquer son art. On l'envoie alors "se ressourcer" au fin fond d'une petite île du sud de l'archipel japonais, dans un coin paumé et bien loin de ses habitudes de citadin. Le calligraphe espère au moins pouvoir travailler tranquille mais va vite se rendre compte que ce n'est pas comme ça que cela fonctionne et que l’ingérence dans la vie privée d'autrui est monnaie courante sur l'île : ça commence par une petite gamine de 7 ans (qui fait furieusement penser à Yotsuba de la série Yotsuba&) qui ne le lâche pas d'une semelle dès son arrivée et ça continue avec le maire, la femme du maire, leur fils, des collégiennes, un instituteur et tous les autres gamins du village... Viennent ensuite se greffer des amis d'enfance et un jeune calligraphe qui va faire concurrence à notre héros.

Cette série est constituée de chapitres qui racontent chacun une tranche de vie de notre citadin confronté à la vie à la campagne et à ses habitants. C'est drôle mais aussi instructif car on apprend des choses sur les traditions japonaises locales (comme le lancer de boulettes de riz pour l'inauguration d'un nouveau bâtiment) et appétissant (la gastronomie locale est mise à l'honneur, et on nous donne même des recettes de cuisine ! ).

Graphiquement, pas de surprise : c'est du manga "classique" mais bien réalisé dans son genre. il n'y a pas de quoi se pâmer devant le dessin, mais il fait très bien son office. J'aime beaucoup aussi le choix qui a été fait de conserver les titres de chapitre en VO (écrits phonétiquement à l'occidentale) avec leur traduction dessous.

Notre maître calligraphe finit par prendre goût à la vie au grand air et en redemande, ça tombe bien, moi aussi !

Le T8 démarre un peu lentement, mais on se retrouve assez vite au coeur d'un enterrement ce qui donne une ambiance toute particulière à l'histoire, on en apprend un peu sur les traditions locales et la petite bande de gamins et de jeunes qui gravitent autour de Maître Handa vivent ces moments à leur manière, toujours agréable à suivre.

Le T9 tourne autour d'une compétition inter-villages, Maître Handa y participe un peu contraint et forcé. C'est très amusant et toujours aussi agréable à suivre. Notre maître calligraphe s'intègre décidément de plus en plus dans ce petit village.

Une série à suivre, qui donne le sourire et qui ne perd pas le rythme même après 9 tomes !
Franchement pas mal du tout, arrondi à 4/5 pour la bonne humeur communicative.

Nom série  Pandemonium (Ki-oon)  posté le 29/11/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je m'attendais à mieux pour un titre de la collection "Latitudes" de chez Ki-oon...

Je pense que deux choses ont fortement dégradé mon ressenti à la lecture de cet ouvrage :
- la colorisation exclusivement en dégradés de marrons, qui rend les scènes parfois difficiles à déchiffrer (il manque du contraste, tout se mélange et se confond sauf dans certains flahs-backs beaucoup plus agréables à lire)
- et l'odeur (!) dégagée par les pages à chaque fois qu'on en tourne une. Je ne sais pas si c'est à cause du papier ou de l'encre (ou de la combinaison des deux) mais c'était fort désagréable...

Avec un tel handicap, il fallait quelque chose de vraiment transcendant pour redresser la barre... et je n'ai pas été transcendée.

L'histoire est originale et les personnages peu communs mais comme Spooky j'ai eu du mal à voir où nous menait l'auteur et la fin du T1 est tout aussi confuse sans pour autant qu'elle donne envie d'en savoir plus...

Bof quoi...

Nom série  Les Blondes  posté le 27/04/2014 (dernière MAJ le 05/11/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon... comment dire... ça ne vole vraiment pas haut hein. Pourtant les blagues de blondes, pas en BD, ça peut être assez drôle parfois.
Sur un tome je pense que je suis à 2, maximum 3 histoires que je trouve bien trouvées mais franchement le reste ne casse vraiment pas des briques ! Entre ce qui n'est pas drôle et ce qui est téléphoné, il ne reste pas grand chose de surprenant et de bien senti.
En revanche, je pense que cette série doit trouver son public chez les plus jeunes, ma fille âgée de 12 ans prend plus de plaisir que moi à la lecture des aventures de ces blondinettes sans cervelle et est toujours ravie quand un nouveau tome arrive à la maison .
Me concernant, c'est franchement dispensable.

Nom série  Trains de légende  posté le 26/08/2014 (dernière MAJ le 22/10/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Soleil démarre une nouvelle série sur les trains de légende et le premier à s'illustrer est l'Orient-Express. Et plus particulièrement l'attentat du 13 septembre 1931 sur un viaduc près de Budapest, causant la mort de plus de 20 personnes.

Librement inspiré d'un fait historique, ce premier tome est agréable à lire, joliment dessiné (même si une fois de plus on aurait peut-être préféré que le dessin des planches soit confié à celui qui a fait celui de la couverture...) et instructif. Il est complété par un cahier historique qui cette fois détaille toute la carrière du train, de sa création à sa renaissance récente. Les auteurs ont fait le choix de se concentrer sur un épisode précis, ce qui est un bon choix quand on ne dispose que des 48 pages réglementaires d'un album standard mais un peu frustrant aussi, heureusement le cahier historique bonus comble ce manque et en fait donc un album complet.

Une série à suivre : prochaine étape Le Transcontinental.

Le tome consacré au Transcontinental, contrairement au précédent, a un spectre beaucoup plus large puisqu'il couvre toute la construction de la ligne reliant la côte Ouest à l'Est des Etats-Unis alors que le tome consacré à l'Orient-Express ne ciblait qu'un événement en particulier, survenu après la mise en service. Du coup, comme le nombre de pages est le même on survole un peu plus le sujet, mais on a une bonne vue d'ensemble de l'histoire de la construction cette ligne ferroviaire. J'ai parfois été un peu perdue entre ce qui se passait à l'Est et ce qui se passait à l'Ouest mais dans l'ensemble j'ai trouva ma lecture intéressante.
Pas mal quoi.

Nom série  Ressentiment  posté le 20/10/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le héros de Ressentiment (Takuro Sakamoto) est un trentenaire célibataire, gros, chauve, moche, vivant chez sa mère et frustré par son boulot dont le meilleur ami (Daisaku) est un trentenaire célibataire, gros, moche et chauve et qui vient de perdre son boulot... Sauf que l'ami en question semble avoir trouvé une source d'épanouissement personnel au travers d'un jeu de réalité virtuelle extrêmement réaliste et dans le quel toutes les filles sont à ses pieds... Daisaku réussit à convaincre Takuro de casser son livret A pour se payer l'équipement nécessaire sauf que Takuro va tomber par hasard sur un personnage virtuel un peu particulier qui ne se comporte pas comme prévu...

Mis à part quelques passages pas très appétissants ou tendancieux (à moins que ce ne soit que la cruelle réalité) que j'apprécie moyennement, j'ai trouvé l'histoire et l'idée de base intéressantes. Les multiples tiroirs de la pseudo réalité virtuelle (notamment le passé du concepteur du jeu) donnent du relief à ce récit qui se terminera au tome prochain.

Le dessin est parfois un peu trop caricatural à mon goût et insiste souvent trop sur des traits déjà pas très avantageux pour les personnages...

Une série en 2 tomes ? Avec plus de 460 pages pour le tome 1, on va dire qu'elle en fait l'équivalent de 4, ce qui ma foi reste un bon chiffre à mon avis : ni trop court, ni trop long.

Je lirai la suite avec intérêt.

Nom série  Coffee Time  posté le 20/10/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Coffee Time est un recueil de 17 nouvelles de Tetsuya Toyoda, dont le point commun est qu'elles se déroulent toutes autour d'un café.

17 nouvelles en 208 pages, ça fait un peu plus de 12 pages par histoire, autant dire que c'est du condensé, qui tient plus de l'instant volé qu'autre chose. Cela reste malgré tout sympathique et agréable à suivre pour qui aime se plonger dans la vie des autres, même pour un court instant. Et il y a toujours ce je ne sais quoi qui fait tout le charme de ce genre de récit et qui zénifie le lecteur, encore un mystère nippon...

Autour de ce point commun qu'est le café (ou l'absence de café), ces 17 nouvelles sont assez variées, même si certaines ont des personnages en commun. Musique, détective privé, duel, rendez-vous pour un dernier verre, tentative de suicide et autres thèmes plus ou moins réalistes se suivent, se croisent et se recoupent parfois.

Coffee Time est donc un recueil agréable à lire. Achat peut-être réservé aux fans du genre.

Nom série  Les Naufragés d'Ythaq  posté le 15/12/2008 (dernière MAJ le 14/10/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne suis décidément pas fan de ce genre de couleurs informatisées et lisses. Même si elles sont ici très bien choisies (les couleurs ne sont pas criardes, elles se marient bien) il se dégage tout de même de ces pages une sensation un peu trop artificielle à mon goût, surtout dans les scènes d'intérieur. Je n'aime pas trop non plus la manière de dessiner les ombres à coup de hachures. Heureusement, le dessin ici a l'immense avantage d'être très soigné et détaillé et du coup je n'ai eu que de temps en temps un mauvais feeling visuel mais pas plus que ça. De plus, l'histoire, pleine d'imagination, de rebondissement, non dénuée d'humour et sans temps mort prend facilement le pas sur l'aspect graphique qui n'est pas non plus insupportable, la plupart des paysages sont même très beaux.

Cette histoire, qui débute par le naufrage d'un vaisseau spatial "de tourisme" sur une planète non répertoriée et qui nous conte une aventure semée d'embuches pour tenter d'en repartir et de comprendre de quoi il en retourne, est dense mais ne traine pour autant pas en longueur, grâce un scénario au rythme plus que soutenu et à des retournements de situation fréquents mais qui apparemment suivent tout de même une certaine logique.
Les protagonistes ont des personnalités assez fouillées et plutôt bien trempées, on est bien servi pour ce qui est de la psychologie des personnages et notons au passage que des deux héroïnes, ce n'est pas la blonde qui a la cervelle de moineau...
Ca fourmille de bonnes idées pour décrire les tribus autochtones, les animaux, les coutumes locales, tout en restant assez caricatural mais pas trop, ce qui donne au final une histoire distrayante et qui ne se prend pas au sérieux.

Seul bémol au niveau du scénario, mais qui finalement reste pour moi le point commun à toutes ces histoires qui se déroulent dans des mondes fantastiques, c'est la multiplication des noms bizarres tant pour les tribus que pour les lieux, j'avoue que mes neurones ont parfois du mal à tout imprimer et je ne sais parfois plus de qui ou de quoi il est question.

J'ai trouvé que la série s'essoufflait un peu, qu'elle avait du mal à conclure le premier cycle et trainait un peu en longueur mais j'ai l'impression qu'elle est repartie sur de bons rails un peu comme si les auteurs avaient eu un peu de mal à trouver des idées pour l'après Ythaq.

Après lecture des tomes 11 et 12 je reste sur cette bonne impression générale, le scénariste a bien réussi la transition avec ce nouveau cycle et continue à nous balader de planète en planète avec à chaque fois une petite histoire bien ficelée et toujours les mêmes ponts forts : humour, rebondissements, dynamisme.

Une série qui tient la route !

Nom série  L'Aéropostale - Des pilotes de légende  posté le 10/06/2013 (dernière MAJ le 01/10/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
"L'Aéropostale" est une nouvelle série de chez Soleil scénarisée par Bec. Son thème : d'incroyables récits de survie de pilotes qui ont marqué l'histoire.

Pour le premier tome, les auteur s'intéressent à Guillaumet (nom qui m'était personnellement complètement inconnu jusque là) qui au cours d'une mission s'est écrasé dans les Andes avec son avion plein de courrier à distribuer. Armé d'une volonté de fer et d'une maigre réserve de vivres, il va tenter de ne pas se laisser manger par la montagne.
J'avoue ne pas avoir été plus emballée que cela par le récit. Je reconnais que les dessins, les paysages, les couleurs sont magnifiques, l'histoire réellement vécue est sans aucun doute incroyable mais comment rendre compte de tout cela dans un maigre one-shot et ses (ah tiens) 53 pages (pas si réglementaires que cela, mais insuffisantes tout de même) ?
Tout au long de ma lecture j'avais en tête l'accident similaire survenu sur un avion de ligne transportant une équipe de joueurs de rugby originaire d'Uruguay, je n'ai jamais retrouvé ici la même force et la même intensité, ça va trop "vite", c'est trop "facile", à chaque page tournée une journée a passé, et notre aviateur en chaussures de ville continue à avancer.
Ce récit restera anecdotique à mes yeux, je n'en retiendrai probablement que la qualité du dessin et des couleurs, la très jolie couverture et le nom de l'aviateur. Bof pour l'histoire, franchement bien pour le dessin.

Le tome 2 de la série est consacré à Mermoz et met en parallèle 2 de ses mésaventures : la traversée épique en 1930 de l'Atlantique Sud dans des conditions météo exécrables durant laquelle il se rappelle un crash en plein désert en 1926 suite auquel il fut pris en otage avec son mécano-interprête par des Maures.
Le récit m'a un peu plus convaincue que le premier tome de la série, même si j'émettrais deux réserves : la première sur le fait que Mermoz passe plus d'une semaine dans le désert sans qu'un poil de barbe ne pousse sur se figure au point que je me suis demandée s'il était imberbe... la seconde est plus sur la construction du récit : à un moment donné un 2ème flash back vient s'incruster dans le premier et j'ai trouvé que cela faisait trop.
En conclusion, je dirais "pas mal" mais pas de quoi investir malgré tout.

Le tome 3 nous fait faire la connaissance d'un surdoué du pilotage : Vachet. Passionné depuis tout petit par les avions, contre l'avis de sa maman, il profitera de son engagement dans l'armée pour apprendre sur le tas à piloter. Il sera par la suite chargé de l'ouverture de nouvelles lignes aérienne en Afrique et Amérique du Sud.
Un tome instructif, avec une narration originale. Comme le tome 2, je dirais pas mal, ce qui relève un peu le niveau général de la série qui était plombé dès le premier tome, je passe donc ma note globale à 3/5, sans conseil d'achat toutefois, sauf peut-être pour des passionnés d'aviation.

Nom série  Survivants  posté le 17/01/2011 (dernière MAJ le 13/09/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal, sans plus.

On prend les mêmes et on recommence ? Pas tout à fait, les personnages sont différents et complètement isolés cette fois, et on n'a pas encore eu droit aux dirigeants sectaires, donc on peut dire qu'il y a du changement par rapports aux 3 autres séries des mondes d'Aldébaran. En revanche, je trouve que les personnalités sont toujours un peu caricaturales et simples, chaque personnage incarnant un état d'esprit, comme si un échantillon de 10 personnes prises au hasard pouvait être aussi représentatif des travers de l'humanité.

En dehors de ça, j'ai quand même globalement apprécié ma lecture (dessins, couleurs, faune, flore, quelques mystères à éclaircir), sauf à la toute fin du tome car (et j'espère avoir une explication crédible dans les tomes à venir) je ne comprends absolument pas pourquoi les autochtones agissent de la sorte avec nos survivants, à part pour servir de prétexte à une expédition périlleuse dans la jungle locale, expédition à faire évidemment durer sur 2 ou 3 tomes, alors que tout pourrait être bouclé en 2 pages.

La dernière impression est malheureusement celle qui reste, je ne suis pour l'instant pas très convaincue, mais je laisse le bénéfice du doute en attendant la suite. En tant que collectionneuse compulsive, je suivrai quand même la série.

Après lecture du T2
Étrangement, ce T2 commence par une sortie de jungle bouclée en 2 pages et une interrogation des membres du groupe sur les raisons pour lesquelles les autochtones les ont laissés traverser cette dernière plutôt que de les emmener avec eux, à croire que Leo a lu mon avis avant de se mettre à la tâche

Ce tome deux garde son lot de bêtes bizarres (qui à force finissent par ne plus émerveiller le lecteur) et de scènes fan service aux dialogues artificiels ("ah, John, comme tu as un corps beau (croa croa)" <- libre reformulation de ma part, j'avoue.... un "T'es super bien fichu" serait déjà plus réaliste...).

Deux choses sortent cependant de la routine : < spoiler > le fait que les vaisseaux spatiaux semblent mystérieusement tous s'échouer quand ils passent à proximité de cette planète (ça ne vous rappelle pas Les Naufragés d'Ythaq ça ?) et le saut dans le temps qu'effectuent 4 de nos protagonistes < fin du spoiler >.
Il y a quelques facilités autour de cet épisode, mais je suis curieuse d'avoir les explications au prochain tome.

Un petit "pas mal" pour ce tome, du coup je remonte l'ensemble d'un point, en guise d'encouragements.

Après lecture du T3 : bonne impression d'ensemble pour ce T3 qui continue sur la voie des anomalies quantiques et qui fait echo à la série Aldébaran. Il y a toujours quelques dialogues ou postures un peu artificielles à mon goût mais dans l'ensemble, cette série me plait finalement bien, malgré quelques défauts évoqués plus haut.
Je remets du coup un avis positif pour l'achat.

Nom série  Les Aventuriers de la Mer  posté le 13/06/2013 (dernière MAJ le 07/09/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
"Les aventuriers de la mer" est une nouvelle adaptation en BD d'un roman de Robin Hobb, comme le fut déjà L'Assassin Royal (que je n'ai pas lu). Je ne connais pas du tout l'oeuvre originale, j'ai donc découvert cette histoire de bateaux vivants à la lecture de ce premier tome.

A Terrilville, certaines familles possèdent des bateaux très spéciaux, les Vivenefs dont la proue peut parfois prendre vie et qui sont considérés comme des bateaux vivants. Ce premier tome nous présente une de ces familles, tiraillée par des querelles internes, entre soeurs, entre gendre et belle-mère, entre parents et enfants, au moment du décès du grand-père et actuel propriétaire de la Vivenef nommée Vivacia. On y prend également connaissance du contexte difficile dans lequel vivent les habitant du coin, entre problèmes économiques et de cohabitation avec certaines espèces marines.

J'ai trouvé l'idée très originale, mais l'aspect bateau vivant pas assez développé à mon goût (sauf en ce qui concerne l'autre Vivenef que l'on croise dans cet album qui m'a semblée bien plus intéressante). On va dire que c'est un bon tome d'introduction, qui nous plante bien le tableau.

Graphiquement c'est assez joli et bien réalisé mais peu original, c'est du "formaté Soleil".

Histoire à suivre, en espérant un peu plus d'aventure et de magie par la suite.

Le T2 se concentre sur Capitaine pirate Kennit et ses envies de dominer les océans (et accessoirement sauveur d'esclaves malgré lui), et sur la jeune Althéa qui cherche à récupérer son bateau en faisant ses preuves en tant que matelot. Un tome sans relief particulier mais qui se laisse lire. Je pense que l'oeuvre originale est plus passionnante, comme souvent avec les adaptations en BD.

Je m'attendais à quelque chose de plus prenant, j'avoue que je suis un peu déçue. J'attribue un "pas mal sans plus" à ce stade, à voir par la suite si ça se dynamise un peu ou pas.

Nom série  Le Sang du Dragon  posté le 02/11/2009 (dernière MAJ le 07/09/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les couvertures de cette série avaient depuis longtemps attiré mon œil mais il a fallu attendre une rencontre dédicace avec Guy Michel pour que je me décide à les acheter. J'avais un peu peur que l'histoire ne soit pas à la hauteur comme c'est parfois le cas.

Au final je suis très contente de mon acquisition : j'aime beaucoup ce mélange des genres entre piraterie, légendes celtes et fantastique. Le dessin de Guy Michel est très bon et la mise en couleurs de Sandrine Cordurié est très réussie. Le scénario Jean-Luc Istin peut parfois sembler un peu tiré par les cheveux mais les personnages tels que Hannibal Meriadec, Mr Puck, Mr Thorn, Mael ou encore le vieux Maclaw forment une équipe de choc, avec des caractères bien trempés. Chaque tome, en plus de faire progresser l'intrigue, nous en apprend un peu plus sur leur histoire personnelle et cela contribue grandement à l'attachement que l'on finit par éprouver pour tout ce petit monde.

A priori, la série devrait se terminer en 6 tomes, j'attends la suite avec impatience. Ca me donne également envie de m'intéresser au spin off Hannibal Meriadec et les Larmes d'Odin. Une très bonne série, en ce qui me concerne.

Après lecture du T6
La première chose qui me vient à l'esprit c'est "punaise, c'est pas encore fini ???!!!"... Ce T6 que je pensais être le dernier se termine par un magnifique "à suivre" pour le moins gonflant car ça sent la rallonge commerciale à plein nez... Il y avait de quoi terminer cette série de manière correcte, avec la boucle bouclée sur le sang du dragon et la vengeance d'Hannibal Meriadec, mais non, une nouvelle idée a germé dans la tête du scénariste et c'est reparti pour un tour...

Graphiquement j'ai trouvé ce tome un poil en dessous du reste, par moments.

Du coup je baisse ma note d'un point...

Après lecture du T7
La première chose qui me vient à l'esprit c'est "Hannibal Meriadec - Martine, même combat ? "... Après Hannibal Meriadec à Versailles, les auteurs nous préparent Hannibal Meriadec au Japon... (ça c'est a priori pour le T8, parce que oui, ça va continuer).
Bon, moi franchement, des pirates à pieds qui attaquent le château de Versailles, franchement, j'accroche pas...
Le cycle qui s'annonce dans ce tome charnière n'est pourtant pas inintéressant avec cet individu mystérieux qui part à la recherche des hommes de Meriadec pour les tuer de bien étrange façon... mais bon, ce changement de cycle en milieu de tome, ça sent quand même le tirage sur la corde...
Je me serais bien contentée des 6 tomes annoncés au départ, avec une histoire qui se finit en haute mer plutôt que ça.

On avait déjà perdu le dessinateur, le scénariste va-t-il réussir à se perdre lui-même ?

Je ne peux même pas conseiller l'achat des 6 premiers tomes car la chute du premier cycle ne me convient absolument pas... et en plus elle arrive au milieu du T7... Grrr.

Les tomes se suivent et ne se ressemblent pas, le T8 m'a énormément plu, ce qui est un exploit après le fiasco des deux tomes précédents en ce qui me concerne... Nous revoilà en mer, ce qui est quand même mieux adapté à des pirates et à destination de l'Amérique du Sud pour porter secours au peuple Elfe malmené par les conquistadors espagnols. La quête est séduisante, toujours mêlant piraterie, magie et légendes, l'aventure est passionnante et le dessin est magnifique : j'ai hâte de lire la suite. Je redonne donc un conseil d'achat positif pour la série (sachant qu'il y a un gros creux à subir pour le lecteur au T7), comme quoi, tout n'est pas perdu

Nom série  Walkyrie  posté le 16/08/2012 (dernière MAJ le 27/08/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Soleil sait y faire en couvertures attirantes, et cette Walkyrie en est encore un bon exemple.

Quel lecteur mâle résistera à l'envie d'en savoir un peu plus sur cette belle blonde en couverture ? Ajoutons à cela le thème des légendes nordiques (Odin, Asgard, Walkyries et autres Ragnarök) et tous les ingrédients sont là pour donner une bonne première impression et l'envie d'en savoir plus.

A la lecture, le dessin est un peu (mais alors vraiment très peu) décevant car un ton en dessous de la couverture comme souvent, du moins pour ce qui est des détails au niveau des personnages. Et puis la mise en page manque un peu d'audace à mon goût. Je trouve que cela manque aussi de traits et que trop d'effets sont donnés uniquement par la couleur (très réussie par ailleurs, comme de coutume avec Simon Champelovier pour ne pas le citer). Mais dans l'ensemble, c'est du très bon boulot et j'adore les scènes hivernales.

Quant à l'histoire, n'étant pas spécialiste du genre, je ne sais quelles libertés les auteurs ont pu prendre avec la version officielle et si cela risque, ou pas, de fâcher les puristes. En tout état de cause, elle se lit bien et le fait d'entrer dans Asgard pas au mieux de sa forme est assez inhabituel et de toutes façons, le contexte me plaît à la base. Pour résumer : une Walkyrie exilée et son compagnon d'infortune (un fils d'Odin) décident d'aider le fils d'un roi viking à rencontrer Odin himself pour plaider la cause de son peuple qui se les gèle. Sauf que quand ils arrivent sur place, c'est le chaos le plus total...

J'hésite à conseiller l'achat ou pas, personnellement, je survivrai même si je ne lis pas la suite, mais je la lirai sans hésiter si l'occasion m'en est donnée.

L'occasion m'ayant été donnée, j'ai lu la suite et fin de cette petite série, ça reste dans la même veine : agréable à lire sans être transcendant. Aucune déception cependant comme ce fut le cas avec Mjöllnir (autre série en 2 volumes de chez Soleil sur le thème des légendes nordiques) qui lui avait tapé très haut au tome 1.

Pas mal sans plus, ça ne mérite pas forcément l'investissement sauf pour les collectionneurs compulsifs, d'autres séries plus ambitieuses dans le même univers existent (Le Crépuscule des Dieux pour ne pas le citer).

Nom série  Le Maître des livres  posté le 25/08/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
"Une histoire passionnante" qu'ils disaient... mouais, j'avoue ne pas avoir été plus passionnée que cela par ma lecture du T1 de cette nouvelle série qui démarre chez Komikku...

Le sujet est certes original (je n'avais encore rien lu qui tourne autour d'un bibliothécaire pour enfants) mais le traitement est un peu fade à mon goût, et sans surprise que ce soit au niveau du scénario que du dessin qui sont sans originalité et très stéréotypés dans l'ensemble.

Un jeune homme un peu éméché et dépendant aux jeux d'argent débarque un soir dans une bibliothèque pour enfants dont il ignorait l'existence jusque là, il y rencontre un bibliothécaire bourru qui changera ses aprioris sur les œuvres littéraires pour enfants et rentrera ainsi dans le bon chemin... bon... Ce même bibliothécaire bourru se chargera de faire aimer la lecture à un jeune garçon qui ne jurait que par les jeux vidéos, à une mère ultra protectrice envers son fils, etc etc... bon. Bien sûr il choisira avec soin le livre qui reflètera tel ou tel aspect de la vie de son emprunteur, bon...

Bof quoi, rien de bien transcendant.

Nom série  Cesare  posté le 21/03/2013 (dernière MAJ le 25/08/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quand j’ai vu les premières annonces de la sortie prochaine de cette nouvelle série historique, j’avoue que j’étais un tout petit peu sceptique : de l’histoire européenne avec des personnages stylés manga (impression donnée par les couvertures des deux premiers tomes), j’avais quelques a priori et un peu peur du décalage… Au final on est à des kilomètres de ce que je craignais, « Cesare » est une série sérieuse, documentée et au style graphique sobre et élégant. Elle est d’ailleurs recommandée par Historia comme l’indique un petit sticker collé sur la couverture du tome 1.

A début de la série, Cesare Borgia a 16 ans et étudie à Pise, il est calme et posé, supérieurement intelligent, admiré, il est déjà un personnage très important de la haute société de l’époque, il est destiné à devenir cardinal et œuvre pour permettre à son père de devenir le prochain pape. Il côtoie des élèves de divers milieux, dont certains issus de familles elles aussi influentes, alliée ou ennemies (les Medicis, les Della Rovere) et des personnages historiques comme Christophe Colomb ou encore Léonard de Vinci. Comme tout personnage influent, il est aussi menacé par des ennemis qui conspirent contre sa famille. Tout ceci mis ensemble donne une série riche en références historiques, instructive, passionnante et magnifiquement illustrée (malgré quelques cases un peu pauvres en arrières plans à mon goût).

Personnellement, le seul « contact » que j’avais eu jusqu’à présent avec Cesare Borgia était par l’intermédiaire de la série TV diffusée sur la chaîne cryptée il y a quelques mois. Le personnage de la série est un jeune homme nerveux, frustré, tendu, revanchard, en quête de reconnaissance paternelle, donc très loin du portrait qui nous est brossé ici. Difficile de savoir lequel des deux est le plus proche de la réalité et j'aimerais croire que la vérité est ici…

La jeune Lucrezia fait son apparition au tome 4, encore une fois je trouve des points communs et des divergences avec la série télé évoquée plus haut, notamment au niveau de la personnalité de la demoiselle mais aussi en ce qui concerne la chronologie de certaines unions. A l'occasion il faudrait que je creuse tout ça...

Le tome 5 se consacre essentiellement à une joute "spectacle" entre les diverses "familles" de l'université où étudient Cesare et Angelo, exacerbant les rivalités et donnant aux ennemis jurés l'occasion de s'en prendre à l'autre ouvertement et sans retenue. L'armée du Nord s'oppose à l'armée du Sud, qui en sortira vainqueur ? Encore un tome très intéressant sur les us et coutumes de l'époque.

Le T6 fait la lumière sur les auteurs de certaines malveillances perpétrées précédemment, fait un petit plongeon sympathique dans le passé de Cesare et nous montre encore l'énormité du poids qui pèse sur les épaules de ce jeune homme exceptionnel.

Le T7 nous plonge dans l'histoire des papes et de l'équilibre entre le pouvoir religieux et le pouvoir de l'empereur à travers les époques, c'est très instructif. Cesare rentre de plus en plus dans son rôle d'homme d'église.

Les T8 et 9 sont encore bien instructifs. Ils tournent autour de la conjuration des Pazzi contre les Medicis à Florence et montrent encore à quel point l'histoire de l'Italie a été marquée par ce découpage en provinces et familles influentes, alliées à la curie ou au pays voisin. On apprend vraiment plein de choses dans cette série. Si seulement je pouvais en retenir un peu !

Le T10 marque un tournant dans la vie de 3 des personnages les plus importants de la série : Cesare, Giovanni et Angelo. Ce tome est un peu plus orienté "psychologie des personnages" que "culture" et ça ne fait pas de mal car le risque avec une série historique comme Cesare c'est d'être trop scolaire et passer à côté de l'émotion.

« Cesare » est sans nul doute une très bonne série que je suivrai avec le plus grand intérêt. Après 10 tomes lus mon enthousiasme ne faiblit pas.

Nom série  The Cape 1969  posté le 22/08/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
The Cape a inspiré Jason Ciaramella pour écrire cette aventure qui met en scène le père du machiavélique héros de l'histoire imaginée par Joe Hill et tente d'expliquer les origine de cette cape aux étranges pouvoirs.

Ca se lit bien, c'est joliment illustré et mis en scène mais cela reste cependant anecdotique à mon avis. Ca se lit également à vitesse grand V et le scénario n'a pas ce petit quelque chose en plus qui fait dire au fur et à mesure que la fin approche que l'auteur a vraiment du génie. Je regrette aussi (mais c'est un détail) la petite boulette grammaticale de la dernière page...

Un récit à réserver aux inconditionnels du fils du roi qui avaient déjà investi et/ou apprécié l'histoire d'Eric Chase et de sa cape magique, pour les autres, elle n'aura vraisemblablement que peu d'intérêt, sauf peut-être celui de donner envie de lire la suite !

Nom série  L'Assassin qu'elle mérite  posté le 23/10/2010 (dernière MAJ le 20/08/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après avoir lu tant de bonnes critiques à la sortie de ce premier tome je ne m’attendais pas à être aussi frustrée à la fin de ma lecture, du coup ma première impression fut une pointe de déception, j’ai la sensation de ne pas en avoir eu assez sous la dent pour être complètement satisfaite.
Le sujet est bien trouvé et les personnages bien campés et j’espère vraiment que l’histoire va bien décoller au tome 2 et m’offrir un développement de l’intrigue à la hauteur de mes espérances. D'après mes sources, c'est le cas alors je suis plutôt confiante.

Graphiquement c’est franchement pas mal, même si je trouve que c’est un peu inégal sur l’ensemble et surtout sur la fin. J’ai beaucoup aimé le principe de faire les décors pâles et les personnages en couleurs vives, les bouilles des personnages sont très expressives, la mise en scène est efficace et dynamique. J’ai eu ma première déception graphique sur la planche se déroulant au théâtre (peut-être trop rouge et pas assez nuancée) et par la suite j’ai eu l’impression de voir plus de défauts qu’au début de ma lecture (moins d’expressivité des visages, trait moins appuyé).

Je réserve mon conseil d’achat en attendant la sortie du T2, j’attends de voir comme se développe l’intrigue. Par contre, si vous avez l’occasion de rencontrer le dessinateur pour une dédicace, n’hésitez pas, elles sont magnifiques

Après lecture du tome 2 je maintiens ma note et je passe mon conseil d'achat à "oui" : du point de vue de l'histoire je ne suis pas déçue, ça avance pas mal, Victor a le don de faire systématiquement les mauvais choix . Graphiquement, je regrette la disparition de cette technique de fonds pâles et d'avant-plans nets et bien encrés qui m'avait plue dans le T1 mais je ne serai pas aussi sévère que Miranda (ni aussi déçue visiblement, mais je n'ai pas rouvert le T1 avant de lire le 2).

Après lecture du tome 3 (et relecture des 2 tomes précédents pour me remettre dans le bain) je reste sur mon 3/5. Je pensais que ce troisième tome était le dernier, finalement il y en aura un de plus : abus de filon ou réel besoin de l'histoire ? Après lecture je penche plus vers la 2ème option bien que j'aie eu un peu de mal à rentrer dans l'intrigue de ce tome qui part un peu dans tous les sens au début avec plein de nouveaux personnages "sortis de nulle part". Lupano sait toujours aussi bien raconter les histoires et Corboz nous offre de bien belles planches sur fond d'exposition universelle de 1900. Jolie colorisation également.

J'attends donc la suite (et la fin) maintenant...

Nom série  Broadway  posté le 17/08/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Djief, je connais déjà au travers de la série Le Crépuscule des Dieux et de White Crows, c'est un sympathique auteur / dessinateur québécois que j'ai eu la chance de croiser quelques fois au festival BD de Cibeins qui se tient à deux pas de chez moi et dont je suis l'actualité BD. Cette nouvelle série (prévue en deux tomes) m'a tapé dans l'oeil dès que l'auteur a commencé à partager ses planches avec ses amis internautes et j'attendais avec impatience sa sortie : je ne suis pas déçue !

Ce premier tome de "Broadway" allie un dessin qui nous plonge d'emblée dans l'ambiance de folie de cette avenue de légende, des personnages attachants et un scénario bien ficelé mêlant humour (via le personnage de Fanny qui joue la miss catastrophe de service) et mystère (qui veut racheter à tout prix ce cabaret après le suicide du propriétaire - la fin du premier tome répond à cette question et c'est une petite surprise ?, pourquoi ?, la matriarche va-t-elle revenir sur le devant de la scène ?, etc etc).

Cette petite série qui va se conclure au prochain tome est tout à fait convaincante, reste à voir si elle va se terminer aussi bien qu'elle est entamée. Un bon moment de lecture quoi qu'il en soit.

A suivre donc !

Nom série  Green Blood  posté le 05/07/2013 (dernière MAJ le 30/07/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Green Blood est la 3ème série que je lis (ou tente de lire) de cet auteur après Hideout et Rainbow et graphiquement c'est toujours très réussi (et cette fois, il semble que l'auteur fasse un peu moins de fixette sur les oreilles de ses protagonistes, peut-être à cause des chapeaux...).

Encore une fois je m'étais mal renseignée avant d'entamer cette série que je croyais être du genre Dark Fantasy, au bout de quelques pages, ne voyant ni décor (post) apocalyptique ni magie, je me suis rendue à l'évidence, on était dans un western ! Pourtant, mis à part la magie, on n'est finalement pas si loin du genre, avec ce héros déprimé et l'ambiance glauque et violente de ce quartier de Manhattan en cette fin de XIXième siècle.

Le premier tome de la série nous présente une fratrie que tout oppose, en apparence et en réalité : un jeune frère honnête et toujours prêt à aider son prochain, qui se tue à la tâche pour gagner un maigre salaire et son aîné en apparence bon-à-rien (du moins aux yeux de son petit frère) mais en réalité tueur à gage pour un des gangs du quartier.

Le tome 2 est plein de surprises et finalement, le héros n'est peut-être pas celui qu'on croyait... malgré l'arrivée en fin de tome d'un personnage clé, j'avoue que je reste perplexe sur la tournure du récit...

Le tome 3 offre une nouvelle quête aux héros et au lecteur, au moins la série a le mérite d'être variée d'un tome à l'autre.

L'histoire est pour le moins violente et sanglante et le fils du chef de gang (qui aurait pu officier dans Rainbow du côté des gardiens...) est un beau spécimen de pourri.
Je n'avais pas vraiment trouvé de but à atteindre dans cette histoire après 2 tomes, le T3 est plus clair sur ce point et c'est tant mieux.

Les tomes 4 et 5 concluent la série de manière pour le moins sanglante. Avec une fin un peu précipitée et bancale à mes yeux, comme si l'histoire avait été abrégée articifiellement.

Je retiendrai surtout de cette série l'expressivité du dessin. Pour le reste, rien de transcendant mais ça se laisse lire.

Nom série  Zombies Néchronologies  posté le 22/07/2014 (dernière MAJ le 23/07/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Fan de de la série mère (et notamment du dessin de Sophian Cholet) je ne pouvais pas passer à côté de cette nouvelle série parallèle.

Mon sentiment à la fin de ce tome est relativement mitigé, mon premier regret étant pour le changement de dessinateur. Je trouve tout de même limite de faire dessiner la couverture par un autre dessinateur que celui qui se charge des planches, cela arrive souvent, mais il y a clairement tromperie sur la marchandise ici étant donné que la couverture est quand même un peu la vitrine de l'ouvrage...

Le second regret et plus gênant pour moi est pour l'utilisation de référence à des noms d'hommes politiques réels (et pour le moins récents) mais méconnaissables sur les planches (même en sachant qui est qui, on reconnait vaguement une allure ou une carrure mais sans plus : est-ce un choix ?) ... En tous les cas je trouve le grand écart entre réel et irréel bancal.
Dommage, pour moi il aurait suffit que les dirigeants soient fictifs pour que le récit tienne vraiment la route, ici dès qu'on évoque Sarko ou Hollande, la fiction devient réalité et perd tout son charme.

En dehors de ces deux points négatifs, c'est une assez bonne histoire qui se laisse lire et qui complète assez bien la série ''Zombies'' sans toutefois être indispensable.

PS : j'oubliais : le changement de narrateur à la fin, ça ne le fait pas non plus... touuuut petit 3/5...

Nom série  La Main droite de Lucifer  posté le 22/06/2013 (dernière MAJ le 09/07/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne sais pas pourquoi, mais je m'attendais à quelque chose de "fantastique", avec du mystère autour d'un tatouage magique... J'ai sans doute mal lu le résumé !

"La Main droite de Lucifer" est une histoire tout ce qu'il y a de plus réaliste : un jeune médecin qui faisait partie d'une ONG en Afrique a rompu son serment d'Hippocrate en tuant pour sauver sa peau. Traumatisé par cet acte et de retour au Japon avec un tatouage à la main "pour ne pas oublier", il n'est plus que l'ombre de lui-même jusqu'au jour où il fait la connaissance du Dr Minamoto et de sa clinique pour démunis et yakusas.

Le premier tome nous raconte la rencontre entre les deux hommes et les hésitations du héros à rejoindre l'équipe médicale (si on peut parler d'équipe) alors même qu'il ne se considère plus lui-même comme un médecin digne de ce nom. Il nous plonge aussi dans le monde de la mafia et de la délinquance et des urgences médicales à gérer à l'abri des regards des autorités.

Le second tome continue sur la lancée du premier, personnellement je ne vois pas trop où cela nous mène. Il est certain que l'histoire va tourner autour des traumatismes du docteur tatoué, j'imagine qu'au bout du compte il sera réconcilié avec lui-même et qu'il va tomber amoureux de l'assistante qui par la même occasion va retrouver la mémoire, mais j'avoue que je ne suis pas bien passionnée par tout ça...

Le troisième tome m'a plus intéressée que le précédent, je confesse un petit regain d'intérêt. Ca reste tout de même sur le schéma classique de "je termine le cycle amorcé au tome précédent et j'en entame un autre sans le terminer pour inciter à lire la suite", notre médecin tatoué reprend goût à la médecine, cela ne fait aucun doute et un nouveau personnage féminin entre en scène. La série est prévue en 6 tomes, ce n'est pas excessif, je vais lui laisser sa chance !

Le quatrième tome est sans surprise, le cycle sur la mère et sa fille se termine et un nouveau est entamé avec la recherche d'un anesthésiste. Rien de bien prenant cependant.

Le cinquième et avant dernier tome de la série bouleverse un peu mes a priori de départ, finalement cette histoire n'est peut-être pas cousu de fil si blanc que ça J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce volume, on en apprend un peu plus sur le passé du docteur Lucifer ce qui donne un peu de profondeur au récit qui en manquait quelque peu jusque là.

La conclusion que nous offre le 6ème et dernier tome est un peu rocambolesque à mon avis. Le fil ténu qui m'avait de nouveau accrochée au tome précédent n'a pas tenu mais l'ensemble se laisse tout de même lire avec plaisir.

Graphiquement j'aime assez, le dessinateur a du talent et n'est pas avare de détails.

Une série à suivre, ou pas (tous les tomes ne se valent pas)... mon coeur balance, mais au final j'en conseille plus l'emprunt que l'achat.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 35 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque