Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 666 avis et 170 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Locke & Key  posté le 15/02/2011 (dernière MAJ le 29/04/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
La lecture du cinquième et avant dernier opus de la série a été un vrai déclic en ce qui me concerne.

J'avais il est vrai été enchantée par le premier tome lors de sa sortie, mais le rythme de sortie des suivants, ma mémoire défaillante et l'arrivée laborieuse du quatrième tome avaient eu un peu raison de ma compréhension du récit et de tous les fils tissés au fil des pages des précédents volumes. Heureusement, ce cinquième tome qui nous plonge dans le passé offre un réel éclairage sur toutes les clés du récit qui avaient été semées ici et là. Rendell (père) Locke et sa bande de potes, la transformation de Dodge, la dissimulation des clés, et même plus loin encore, au point de départ de tout ça : tout prend son sens et tout se remet enfin dans l'ordre ici.

C'est donc avec un réel plaisir que j'ai tout repris du début et, contrairement à ma première lecture, tout resitué dans son contexte et sa réalité. Et c'est vraiment maintenant que je prends la vraie mesure des énormes qualités de cette série.

Graphiquement c'est du tout bon également et cette deuxième lecture m'a permis de voir tout un tas de choses qui m'avaient échappé au départ (petits détails en rapport avec des aspects du récit pas encore développés à ce stade de l'histoire ou simples touches d'humour des auteurs).

Cette seconde lecture m'a vraiment ouvert les yeux à la fois sur le scénario et sur le dessin.

Franchement culte, le T6 qui conclut la série est grandiose (avec un joli clin d'oeil à papa King en passant), vivement la prochaine production Hill/Rodriguez !

Nom série  Barakamon  posté le 06/12/2012 (dernière MAJ le 27/04/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série porte rudement bien son nom ! "Barakamon" est une expression du sud du Japon qui signifie "avoir la pêche" et on peut dire que les personnages de cette histoire ont une bonne humeur communicative et ce n'est pas désagréable du tout pour le lecteur.

L'histoire est celle d'un jeune, beau et talentueux calligraphe de 23 ans, un peu imbu de sa personne qui, un jour, envoie assez violemment balader un conservateur de musée qui venait de critiquer son art. On l'envoie alors "se ressourcer" au fin fond d'une petite île du sud de l'archipel japonais, dans un coin paumé et bien loin de ses habitudes de citadin. Le calligraphe espère au moins pouvoir travailler tranquille mais va vite se rendre compte que ce n'est pas comme ça que cela fonctionne et que l’ingérence dans la vie privée d'autrui est monnaie courante sur l'île : ça commence par une petite gamine de 7 ans (qui fait furieusement penser à Yotsuba de la série Yotsuba&) qui ne le lâche pas d'une semelle dès son arrivée et ça continue avec le maire, la femme du maire, leur fils, des collégiennes, un instituteur et tous les autres gamins du village... Viennent ensuite se greffer des amis d'enfance et un jeune calligraphe qui va faire concurrence à notre héros.

Cette série est constituée de chapitres qui racontent chacun une tranche de vie de notre citadin confronté à la vie à la campagne et à ses habitants. C'est drôle mais aussi instructif car on apprend des choses sur les traditions japonaises locales (comme le lancer de boulettes de riz pour l'inauguration d'un nouveau bâtiment) et appétissant (la gastronomie locale est mise à l'honneur, et on nous donne même des recettes de cuisine ! ).

Graphiquement, pas de surprise : c'est du manga "classique" mais bien réalisé dans son genre. il n'y a pas de quoi se pâmer devant le dessin, mais il fait très bien son office. J'aime beaucoup aussi le choix qui a été fait de conserver les titres de chapitre en VO (écrits phonétiquement à l'occidentale) avec leur traduction dessous.

Notre maître calligraphe finit par prendre goût à la vie au grand air et en redemande, ça tombe bien, moi aussi !

Le T8 démarre un peu lentement, mais on se retrouve assez vite au coeur d'un enterrement ce qui donne une ambiance toute particulière à l'histoire, on en apprend un peu sur les traditions locales et la petite bande de gamins et de jeunes qui gravitent autour de maître Handa vivent ces moments à leur manière, toujours agréable à suivre.

Une série à suivre, qui donne le sourire et qui ne perd pas le rythme même après 8 tomes !
Franchement pas mal du tout, arrondi à 4/5 pour la bonne humeur communicative.

Nom série  Les Blondes  posté le 27/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon... comment dire... ça ne vole vraiment pas haut hein. Pourtant les blagues de blondes, pas en BD, ça peut être assez drôle parfois.
Sur un tome je pense que je suis à 2, maximum 3 histoires que je trouve bien trouvées mais franchement le reste ne casse vraiment pas des briques ! Entre ce qui n'est pas drôle et ce qui est téléphoné, il ne reste pas grand chose de surprenant et de bien senti.
En revanche, je pense que cette série doit trouver son public chez les plus jeunes, ma fille âgée de 12 ans prend plus de plaisir que moi à la lecture des aventures de ces blondinettes sans cervelle.
Me concernant, c'est franchement dispensable.

Nom série  Hannibal Meriadec et les Larmes d'Odin  posté le 02/11/2009 (dernière MAJ le 27/04/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Hannibal Meriadec, c'est LE pirate capitaine de la série Le Sang du Dragon. Dans ce spin off, on garde le même scénariste et la même coloriste mais on change de dessinateur, cependant, le style de Stéphane Crety reste assez fidèle à celui de Guy Michel dans la série mère, que ce soit au niveau de la construction des planches ou du dessin lui-même, je n'ai pas été dépaysée. On reconnaît sans peine les personnages qui appartiennent aux deux séries à savoir : Meriadec, Mr Thorn, Mr Puck ou encore Maclaw.

L'histoire quant à elle démarre plutôt bien, toujours dans la veine piraterie fantastique, et toujours jonglant entre présent et passé ce qui met le lecteur au courant du contexte de belle manière. Je pense que pour vraiment tout saisir de ce premier tome, il faut avoir lu la série Le Sang du Dragon, notamment en ce qui concerne la fiancée du pirate, dont la nature doit sembler bien mystérieuse au lecteur qui n'aurait pas connaissance de ladite série. Moi en tous les cas, cela m'a permis de tisser quelques fils supplémentaire dans l'histoire d'Hannibal Meriadec ou encore de comprendre des mystères ou des évocations de l'autre série.

Ce premier tome me plait bien, je retrouve avec plaisir des personnages que je connais déjà et auxquels je me suis attachée dans la série mère, et j'attends impatiemment la suite de leurs aventures mêlant flibusterie et magie. Franchement pas mal, en espérant que la suite viendra et continuera dans la même voie. 3/5 pour commencer, avec l'espoir de faire grimper la note plus tard.

Après lecture des 4 premiers tomes de la série, je reste sur cette impression de franchement pas mal du tout. Je dirais même que ce spin-off me convainc plus que la série mère qui part dans des délires assez ahurissants... Graphiquement, il y a (notamment) deux fresques magnifiques dans ce tome, ouaouh... respect.

A suivre donc !

Nom série  Les P'tits diables  posté le 03/11/2012 (dernière MAJ le 12/04/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai découvert cette série par l'intermédiaire de ma fille qui s'est fait offrir certains tomes à divers anniversaires et autres fêtes. J'aime beaucoup ! Ma fille (11 ans) et mon fils (9 ans) aussi d'ailleurs, et pour plusieurs raisons.

La première raison est la mise en image d'une rivalité soeur-frère qui se traduit par tout un tas de coups vaches, de punitions provoquées et d'interrogations diverses sur l'étrangeté et l'utilité de l'autre : c'est drôle et ça amuse tout autant la maman que je suis que mes enfants (qui ne vont pas encore aussi loin pour se faire des crasses, heureusement...).

La deuxième raison c'est que ces deux ennemis-jurés sont parfois bien obligés de reconnaître qu'ils tiennent l'un à l'autre (ou au moins que l'autre a une certaine utilité dans l'adversité) et cela donne lieu à des histoires tout aussi marrantes dans lesquelles ils manipulent les adultes et leurs parents en particulier.

Toutes les combinaisons sont possibles : les enfants contre les adultes, les filles contre les garçons, la sœur contre le frère, les enfants contre le chat. Les auteurs font preuve de beaucoup d'imagination même après 15 tomes. Graphiquement, c'est très coloré et dynamique.

A la maison on se lit ça à 3, moi dans le rôle des parents, ma fille dans celui de "l'Alien" et mon fils dans celui de "Microbe" et ça nous fait bien marrer (j'espère juste que ça ne leur donnera pas trop de mauvaises idées...)

Le best-of spécial fête des mère sorti en 2013 était toujours aussi tordant ! Mon préféré : la séance de préparation du goûter au millimètre pour être sûr d'éviter les injustices génératrices de conflits... C'est tellement bien vu tout ça... ça sent le vécu !

La série continue avec La pire des pires soeurs et Frère adoré chéri de mon coeur, ça reste dans la même veine, rien ne sort vraiment du lot, ça tourne toujours un peu autour des mêmes gags (sauf peut-être les séances de gym du père et du chat) mais c'est toujours un réel plaisir de lire ça en famille.

Nom série  Tamami the observer  posté le 10/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Franchement, quand on vous annonce un seinen mêlant une histoire de lutte des classes sur fond de théorie quantique du chat de Schrödinger, on s'attend à un récit fantastique de haut niveau saupoudré de références scientifiques sérieuses donnant toute sa crédibilité à une grande histoire futuro-fantastico-révolutionnaire.

Alors quand dès le premier chapitre on vous a déjà servi du caca mou et de la petite culotte d'étudiante, ça casse tout de suite le mythe... Me concernant, rien dans la suite de ce premier tome n'a pu rattraper ce dérapage initial même si tout n'est pas à jeter évidemment.

Je me suis visiblement fourvoyée sur cette série, à moins que l'annonce faite autour de sa sortie soit légèrement en décalage avec la réalité. Ou alors c'est que je suis déjà trop vieille pour les seinens, en plus à mon âge avancé j'ai parfois du mal à lire certains annotations écrites en tout petit et supposées exprimer certaines pensées des personnages... Existe-t-il une catégorie de mangas pour les quadras presbytes ?

Erreur de casting me concernant, mais nul doute que certains y trouveront leur compte.

Nom série  Reversible Man  posté le 06/04/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Hum, hum... L'imagination gore débordante des Japonais me fascine mais parfois cela va trop loin pour me convaincre.

C'est un peu le cas avec ce "Reversible Man" qui évoque un phénomène étrange par lequel des personnes de faible volonté et frustrés par la pression sociale ou de leur entourage proche se mettent d'un coup à se "retourner"... Le retournement consiste alors à voir ses propres entrailles se faire la malle, ses mains s'inverser comme un gant, sa tête s'enfoncer dans son tronc et d'autres réjouissances encore. Au bout de quelques jours de cocooning dans cet état visqueux et écorché, l'épiderme se reforme et notre inversé reprend forme humaine à quelques détails près que je vous laisse découvrir.

Le T1 de cette série est un peu confus, entre la jeune fille qui veut venger sa soeur, la mafia, la police, l'organisation qui tourne autour des retournements et cela ne m'a pas permis de passer outre les côtés invraisemblables de cette histoire pour vraiment apprécier ma lecture (n'étant pas spécialement fan de viscères apparentes, je ne crois pas que ça aurait sauvé le monde non plus...). Le pompon je crois c'est cette histoire de section de moelle épinière qui ne paralyse pas ceux qui l'ont subie...

Point trop n'en faut, pour moi en tous cas...

Nom série  Le Chef de Nobunaga  posté le 31/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au fil de mes lectures de mangas depuis plusieurs années maintenant, plusieurs thèmes se dégagent pour lesquels j’ai une nette préférence : les mangas qui m’instruisent sur certains faits historiques et les mangas qui me dévoilent les mystères et l’étendue de la gastronomie japonaise. Les premiers nourrissent ma culture générale tandis que les seconds stimulent mes glandes salivaires !

Alors avec ce « chef de Nobunaga », je suis doublement servie car autour de faits historiques avérés (la série est, comme le « Cesare » de Ki-oon recommandée par le magazine Historia, c’est donc du sérieux), les auteurs nous mettent l’eau à la bouche avec de nombreuses découvertes culinaires, également en accord avec l’époque puisque notre cuisinier du XXIème siècle, parachuté en pleine époque Sengoku (sans qu’on en connaisse encore la raison à ce stade de la lecture), travaille avec les ingrédients connus de l’époque en y apportant sa petite touche personnelle. Ce dernier est également très calé en psychologie et en gastronomie internationale car il est capable d’adapter ses recettes aux diverses situations et divers personnages pour lesquels le gouverneur Nobunaga lui demande de cuisiner (j’y aurais bien goûté à ce caldo verde moi…).

Graphiquement c’est perfectible mais, l’intérêt de la série n’étant pas là, je pardonne sans problème les petits défauts du dessin.

Le succès de la série au Japon est énorme (1,2 million d’exemplaires déjà vendus là-bas!), elle a été adaptée en série télévisée et une seconde saison est d’ores et déjà prévue pour le mois de juillet 2014, un succès amplement mérité.

Un 3/5 pour commencer, j'attends le T3 pour voir si on tourne en rond ou pas, car c'est le risque que je vois avec cette série.

En conclusion moi je dis : c'est franchement pas mal du tout, alors « Chef, la suite ! ».

Nom série  Scumbag Loser  posté le 14/09/2013 (dernière MAJ le 27/03/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Etrange série que ce Scumbag Loser... Titre et couverture pourraient en rebuter plus d'un...

En lisant ce premier tome j'ai eu le sentiment d'un léger changement de genre entre le début et la fin et il est plutôt bienvenu en ce qui me concerne.
Au départ on est un peu (trop) dans le scato (pas trop ma tasse de thé j'avoue) avec des personnages peu ragoutants, des histoires d'odeurs et d'hygiène douteuse puis au fil des pages on bascule dans le thriller fantastique avec ce personnage étrange et légèrement flippant qu'est la petite amie de notre (anti)héros.
Les personnages principaux ne sont pas du tout recommandables, ceux qui le seraient ne survivent pas longtemps et même notre personnage principal termine bien mal ce premier tome...

Graphiquement il n'y a rien de spécial à signaler, ça reste classique et sans surprise pour le genre. Le sourire carnassier de l'étrange Haruka Mizusawa n'inspire absolument pas confiance !! Brrr.

La série est prévue en 3 tomes et je pense que le tome 2, tel qu'il est présenté en cette fin de volume, pourrait être intéressant vue la situation nouvelle de notre loser de service.

A suivre donc.

Après lecture du T2 j'avoue que je suis un poil circonspecte... Le T1 se terminait sur un rebondissement plutôt intéressant et intriguant qu'on ne retrouve absolument pas dans le tome suivant... J'ai passé les 170 et quelques pages de ce deuxième volume à me demander quand allait enfin arriver la séquence du T1 censée nous donner envie de lire la suite, je ne l'ai jamais trouvée...
A côté de cela, j'avoue avoir été assez moyennement convaincue par ce T2.
Heureusement le prochain sera le dernier, je le lirai par curiosité "des fois que" mais j'ai assez peu d'espoir.
Je retire mon conseil d'achat et baisse ma note d'un point pour le coup.

Après lecture du 3ème et dernier tome, je reste sur une impression globalement mitigée. Tout juste ai-je trouvé un peu d'intérêt dans les liens entre les personnages féminins qui ont croisé le route de notre loser, et encore. La déception du T2 n'est pas rattrapée. Pas pour moi.

Nom série  Gisèle Alain  posté le 28/01/2013 (dernière MAJ le 23/03/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Gisèle Alain est une série (et un personnage) plutôt sympathiques dans l'ensemble mais à qui il manque un petit quelque chose pour être vraiment prenante.

Au début XXème siècle, une jeune fille de bonne famille, mais qui a quitté le confort de cette dernière pour devenir logeuse (gardienne ?) dans un immeuble, décide un beau jour de devenir femme à tout faire (rechercher un chat perdu, accompagner une fillette au parc à la place de son papa, héberger une strip teaseuse sans domicile, retaper une maison délabrée, etc.) pour donner un peu de piment à sa vie.

Aidée un temps par un des locataires de son immeuble (à qui elle fait un peu du chantage au loyer impayé), elle répond aux différentes missions qui lui sont confiées, tout en découvrant la vraie vie du peuple (prendre les transports en commun par exemple) mais en mettant aussi en pratique l'éducation qu'elle a reçue (sa connaissance de langues étrangères par exemple). Ingénue, volontaire, dynamique : rien ne l'arrête ! Il lui arrive même de n'en faire qu'à sa tête, si sa mission ne lui semble pas "juste"...

Les tomes de la série sont composés de chapitres concernant chacun une mission confiée à Gisèle ou des flashbacks sur son enfance, c'est raconté sur un ton léger et humoristique sans être caricatural, certaines chutes sont plutôt bien trouvées, comme celle du chat perdu.
Le tome 2 voit arriver l'ex-majordome de la jeune fille, attiré en ville par une mésaventure de la jeune fille lors d'une de ses missions et qui a fait la une des journaux. On ne tombe donc pas dans la monotonie et la répétition. Le tome 3 dévie un peu du schéma de départ étant donné qu'un des personnages prend le large et qu'on suit un peu ce qui lui arrive.

Il est assez facile de faire un rapprochement entre cette série et Emma, l'époque est la même, les lieux similaires, le style graphique assez proche. Ici on est quand même plus dans le récit léger et amusant. Cependant, au bout de 3 tomes, aucun éléments ne permet encore de savoir dans quelle ville se passe cette série. On serait tenté de situer l'action au moins en France, à cause des prénoms des personnages, mais aucun détail architectural ne permet d'en être sûr. Je me demande même si les prénoms des personnages ne pourraient pas être adaptés en fonction du pays de traduction ou donner l'impression au lecteur que l'action se passe chez lui...

C'est assez joliment dessiné (même si ça n'arrive pas à la cheville de Kaoru Mori et son Bride Stories ou Emma chez le même éditeur), j'aime bien. Un soin tout particulier est donné aux tenues de l'époque.

Le dernier tome en date confronte notre femme à tout faire à une troupe de cirque, j'avoue ne pas avoir été du tout touchée par cette histoire de maman-directrice de cirque qui ne veut pas que ses enfants suivent ses traces...

Je pense que ma cohabitation avec Gisèle va s'arrêter avec ce tome. La relativement bonne impression de départ s'est un peu émoussée avec la dernière publication.

Nom série  Bride Stories  posté le 09/03/2012 (dernière MAJ le 23/03/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai commencé cette série en lisant d'un trait les 3 tomes déjà parus de cette série à l'époque et je fus tout bonnement épatée par la qualité du dessin de Kaoru Mori.

Il y a dans ces pages un souci du détail incroyable, notamment au niveau des costumes (et en particulier de celui d'Amir, l'héroïne de l'histoire) ou encore de l'architecture des bâtiments et du bois sculpté en particulier. A côté de certaines productions dont le vide graphique est assez vertigineux, on tient ici un véritable travail d'orfèvre. Il y a quelques temps on avait mis sur le forum le lien vers des vidéos montrant la dessinatrice à l'œuvre, ça vaut vraiment le coup d'oeil (http://blog.kurokawa.fr/2009/10/14/kaoru-mori-vous-donne-un-cours-de-dessin/).

Je me suis laissée dire que Kaoru Mori était tellement perfectionniste qu'elle était parfois obligée de se chronométrer pour ne pas passer plus de 15 minutes par vignette afin de tenir les délais de livraison de ses planches...

L'histoire quant à elle est tout à la fois sympathique et instructive. Elle tourne au départ autour de deux personnages mariés pour unir les clans de leurs familles respectives et nous apprend pas mal de choses sur les mœurs des populations d'Asie Centrale à l'époque (cela va des traditions sur le mariage au nomadisme, en passant par les conflits avec la Russie ou encore la gastronomie - fort appétissante d'ailleurs - ou les techniques de construction ou d'élevage). On sent que Kaoru Mori s'est véritablement passionnée pour cette région et cette époque et qu'elle s'est beaucoup documentée pour écrire son histoire.

Le T4 continue sur la lancée des 3 premiers, la qualité graphique est toujours au rendez-vous, l'apprentissage des traditions locales aussi, avec en plus une histoire très drôle et pleine de peps autour de ces jumelles intenables qui cherchent par tous les moyens à trouver leurs futurs maris.

Le T5 termine le cycle commencé avec les jumelles à marier pour revenir vers les personnages du début de la série, que j'ai retrouvés avec plaisir. Graphiquement c'est toujours au top et l'auteur marie avec talent humour et contenu instructif. J'aime beaucoup aussi les quelques planches à la fin où elle se met en scène elle-même pour nous raconter sa vie d'artiste, c'est plutôt amusant !

Le T6 emmène le lecteur sur le champ de bataille, visiblement parce que l'auteure voulait dessiner des chevaux, plein de chevaux (comme elle le dit elle même en fin de volume)... j'avoue que j'ai trouvé l'intrigue moins intéressante, sans doute parce qu'elle se prête moins au cocktail histoire/humour que j'appréciais dans les tomes précédents. Rien de grave cependant.

Une série pleine de qualités donc, tant au niveau graphique que scénaristique. J'attends la suite avec impatience.

Nom série  Emma (Mori)  posté le 15/11/2012 (dernière MAJ le 23/03/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je connaissais cette série de réputation mais je ne l'avais jamais lue.
La réédition grand format "Latitudes" proposée par Ki-oon me permet donc de remédier à ce manque à ma culture.

Les tomes de cette réédition regroupent chacun deux tomes de la série de départ ce qui fait qu'on se retrouve avec un énorme pavé dans les mains, à la fois volumineux en hauteur/largeur mais aussi en épaisseur... Je savais que la réédition était dans un plus grand format que l'original, mais j'avoue que le résultat est bien au-delà de ce à quoi je m'attendais et personnellement, je trouve cela trop gros... Pour moi le manga se doit d'être compact !

Hormis ces considérations volumiques, j'ai bien apprécié la lecture des deux premiers tomes, Kaoru Mori, comme dans sa série Bride Stories nous fait partager sa passion pour un lieu et une époque (il s'agit ici de suivre une jeune soubrette dans l'Angleterre victorienne) au travers d'une histoire tout à la fois instructive, drôle, sympathique et attachante. Elle n'hésite pas à bousculer ses personnages et à faire prendre à son histoire des tournants inattendus.

Le tome 2 complique contre toute attente (ou presque) un peu plus cette histoire d'amour impossible...

Le tome 3 est d'une grande intensité. On y découvre comment le pouvoir et l'argent peuvent mener à de bien sombres actions ou tout simplement à la négation du bonheur des siens. Certains personnages féminins n'y sont vraiment pas ménagés, que ce soit par les mots ou par les actes. Pour moi la série prend vraiment de l'épaisseur à ce stade et mérite une étoile supplémentaire. Le calme et l'élégance des premier tomes laissent place progressivement à une dure réalité d'une haute société londonienne enfermée dans ses luttes de classes et pas toujours très fréquentable.

Le tome 4 est surprenant car il marque la fin de l'intrigue principale et personnellement, je m'attendais à une plus grande aventure en Amérique. Cette partie-là me semble un peu vite passée et aurait pu donner lieu à un développement plus... développé et surtout plus dramatique selon moi. Ceci étant, j'aime assez les chapitres bonus de la seconde partie, notamment celui qui se déroule lors de l'exposition universelle. Je n'ai pas bien saisi le lien entre l'intrigue principale et l'histoire du vieux et de sa demoiselle "de compagnie"... j'ai dû zapper un truc quelque part...

Le 5ème et dernier tome enchaine plusieurs chapitres "bonus" (jeunesse des personnages, personnages secondaires, animaux de compagnie oubliés lors d'un pic-nic, journée shopping des femmes de chambre) avant de terminer avec l'épilogue de l'intrigue principale. J'ai beaucoup aimé les petits apartés de début de volume, que ce soit pour ce qu'ils nous apprennent sur les personnages de la série que pour la poésie ou la beauté des dessins et j'ai accueilli avec bonheur ce dernier chapitre qui conclut cette belle histoire d'amour.

La seule chose qui me manque ? Un trombinoscope et un schéma des liens entre les personnages, j'avoue que je suis parfois perdue... surtout que pas mal de blondinets se ressemblent un peu

Le dessin est de très bonne facture, bien que moins ciselé que celui de Bride Stories il est tout de même très réussi. J'aime aussi beaucoup les fins de volumes dans lesquels l'auteure interpelle le lecteur de manière plutôt drôle.

La réédition s'est faite en 5 tomes, à un rythme de publication relativement lent je trouve, sans doute pour ménager le budget des lecteurs.

Franchement bien, mais format trop gros à mon goût.

Nom série  King's Game Extreme  posté le 22/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le T1 de King's Game Extreme sort en même temps que la conclusion de la "saison 1", personnellement je pensais que c'était un genre de spin-off qui reviendrait sur certains événements de la série mère mais il s'avère que c'est une saison 2...

Personnellement une saison me suffit ! Je ne vois pas trop comment l'auteur peut réussir à se renouveler surtout que le jeu commence presqu'à l'identique par rapport à la première édition...

Pour l'heure je ne suis pas motivée pour me lancer dans cette suite, j'ai bien peur qu'elle n'apporte rien de nouveau.

Nom série  King's Game  posté le 22/02/2013 (dernière MAJ le 22/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Franchement pas mal du tout ce petit thriller !

Le tome 1 est plutôt bien ficelé, avec une présentation des personnages sous forme de trombinoscope qui s'avère bien utile au fil des pages, une tension bien présente et des réactions épidermiques assez variées des protagonistes mis au défi, ce qui empêche de tomber dans la répétition alors que la trame l'est du fait du mode opératoire du mystérieux "roi".
D'ailleurs je suis surprise de ne pas trouver de découpage en chapitres dans ce manga, c'est vraiment un tome 1 d'un seul tenant sans pause plus ou moins artificielle comme cela peut être le cas parfois - voire même souvent - dans ce type de production (mais du coup, difficile de trouver un moment pour faire une pause dans la lecture !! ).

Le tome 2 continue sur la lancée et le rythme du premier, on déplore un peu moins de victimes à l'actif du "roi" cependant.

Le tome 3 rattrape le coup, une véritable hécatombe ! Le mystère reste entier mais quelques indices piquent le curiosité des participants au "jeu". Encore 2 tomes avant le fin mot de l'histoire, j'espère que ça sera convainquant car écarteler à distance, moi ça me laisse perplexe... autant l'asphyxie ou l'arrêt cardiaque je veux bien croire à de la suggestion efficace mais là...

Le tome 4 conduit un des personnages sur les traces d'un ancien massacre du même genre et se termine de manière inattendue (quoi que si on regarde attentivement la photo de classe finale, il ne faut peut-être pas se fier aux apparences)... J'attends la conclusion de tout ça au prochain tome, j'espère ne pas être déçue ! (de la décapitation suggestive ? pfiou, faut le faire quand même...)

Le tome 5 conclut la série sans me convaincre à 100% mais je ne vois pas quoi proposer de mieux... !

Graphiquement, rien de bien original, ça a des faux airs de Bakuman, en moins détaillé.

"King's game" est un petit récit prenant et pas prise de tête, conclu rapidement en 5 tomes, qui donne envie d'avancer vite pour avoir le fin mot de l'histoire.

Nom série  Roji!  posté le 21/11/2012 (dernière MAJ le 01/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce petit manga édité dans un sens de lecture occidental (et pour cause, c'est une production réalisée en exclu pour Ki-oon - comme Prophecy - et dessinée directement dans ce sens par son auteur) fait penser à la fois à la magie de Totoro et son chat-bus, à l’insouciance de l’enfance de « Yotsuba& » et au style graphique de « Chi - Une vie de chat ».

La couverture donne le ton : c'est coloré et enjoué. Les tomes sont composés d’histoires courtes toutes en couleurs, mettant en scène deux sœurs aussi différentes qu’il est possible de l’être, leur mystérieux chat Zanzibar, leurs camarades de classe, leur ville et les phénomènes plus ou moins fantastiques qui s'y produisent.

Bien qu’un ton en-dessous des deux séries citées plus haut (c’est moins attendrissant, moins drôle que « Yotsuba& » ou « Chi - Une vie de chat » car les personnages sont plus âgés – ou simplement plus humains… - et donc ont un comportement moins surprenant et "nature"), j’ai tout de même bien aimé ces aventures extraordinaires d'une bande de jeunes gens prêts à partir à l’aventure pour éclaircir les mystères qui entourent certains lieux ou personnages de leur quartier. La fin du tome 2 plonge un des personnages dans un monde bien étrange le tome 3 nous fait entrer dans un monde parallèle peuplé de fées.

C’est sans aucun doute une série orientée jeunesse, un peu juste pour toucher un public plus large, mais esthétiquement plutôt réussie. Achat conseillé pour les enfants.

Nom série  Animal Kingdom  posté le 20/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
"Animal Kingdom" est une série jeunesse, mais ayant été séduite par les couvertures des deux premiers tomes annoncés, je me suis laissée tenter en me disant que l'enfant qui sommeille en moi pouvait y trouver son compte.

Malheureusement au bout du compte, j'avoue que je suis un peu déçue. Déjà par le contraste entre l'explosion de couleurs des couvertures et le noir et blanc intégral de l'édition. Je ne sais pas si en version originale il y a des planches en couleurs, mais j'aurais apprécié de les voir...

Graphiquement ensuite, je ne suis pas emballée par ces ratons laveurs avec des têtes "humaines", c'est trop bizarre pour moi... pas emballée non plus par l'humour pipi-caca de l'auteur...

L'histoire elle-même ne me passionne pas non plus : un bébé abandonné par sa mère qui est recueilli par une femelle raton laveur elle-même orpheline qui décide de donner l'amour d'une mère qu'elle n'a pas eu à cet enfant. L'enfant en question arrive à communiquer avec toutes les espèces d'animaux et règle ainsi quelques malentendus dans l'objectif que tout le monde s'aime dans la forêt... C'est un peu simpliste à mon goût et il y a un gouffre entre l'âge physique et l'âge mental de cet enfant, et cela me gène également.

Les deux premiers tomes sortent en même temps, ils correspondent à la période "bébé" de l'enfant recueilli, a priori pour la suite il sera plus grand, peut-être qu'alors le contraste entre le développement physique et mental de l'enfant sera moins marqué.

La suite se fera certainement sans moi... peut-être que cette série trouvera son public auprès des plus jeunes... je tenterai de la proposer à mes enfants pour voir ce qu'ils en pensent.

Nom série  Le Cadeau de l'Ange  posté le 20/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
"Le cadeau de l'Ange" est le 3ème et dernier tome de la série "Les trésors de Tsukasa Hojo" rééditée par Ki-oon. Personnellement c'est celui que j'ai le moins apprécié, j'y ai trouvé moins d'émotions que dans les autres.

La première histoire est sympathique, mais use et abuse du même humour que l'auteur aime tant mettre dans ses séries habituelles. La seconde est clairement un péché de jeunesse, qui ravira sans doute les fans de l'auteur pour l'anecdote. La troisième est assez originale, avec cette histoire de photographe dont la vie bascule le jour où il savue un chat au lieu de faire ne photo qui devait lui assurer le scoop de l'année. Les deux dernières sont des aventures de City Hunter.

Au final, seule la 3ème (et un peu la première) sont dans l'esprit de ce que j'attends de ces recueils qui nous montrent une autre facette de Hojo.

Pas mal sans plus, à acheter pour la collec' et pour faire joli sur les rayonnages car une fois de plus l'édition est très soignée, mais dispensable tout de même.

Nom série  L'Aéropostale - Des pilotes de légende  posté le 10/06/2013 (dernière MAJ le 20/01/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
"L'Aéropostale" est une nouvelle série de chez Soleil scénarisée par Bec. Son thème : d'incroyables récits de survie de pilotes qui ont marqué l'histoire.

Pour le premier tome, les auteur s'intéressent à Guillaumet (nom qui m'était personnellement complètement inconnu jusque là) qui au cours d'une mission s'est écrasé dans les Andes avec son avion plein de courrier à distribuer. Armé d'une volonté de fer et d'une maigre réserve de vivres, il va tenter de ne pas se laisser manger par la montagne.
J'avoue ne pas avoir été plus emballée que cela par le récit. Je reconnais que les dessins, les paysages, les couleurs sont magnifiques, l'histoire réellement vécue est sans aucun doute incroyable mais comment rendre compte de tout cela dans un maigre one-shot et ses (ah tiens) 53 pages (pas si réglementaires que cela, mais insuffisantes tout de même) ?
Tout au long de ma lecture j'avais en tête l'accident similaire survenu sur un avion de ligne transportant une équipe de joueurs de rugby originaire d'Uruguay, je n'ai jamais retrouvé ici la même force et la même intensité, ça va trop "vite", c'est trop "facile", à chaque page tournée une journée a passé, et notre aviateur en chaussures de ville continue à avancer.
Ce récit restera anecdotique à mes yeux, je n'en retiendrai probablement que la qualité du dessin et des couleurs, la très jolie couverture et le nom de l'aviateur. Bof pour l'histoire, franchement bien pour le dessin.

Le tome 2 de la série est consacré à Mermoz et met en parallèle 2 de ses mésaventures : la traversée épique en 1930 de l'Atlantique Sud dans des conditions météo exécrables durant laquelle il se rappelle un crash en plein désert en 1926 suite auquel il fut pris en otage avec son mécano-interprête par des Maures.
Le récit m'a un peu plus convaincue que le premier tome de la série, même si j'émettrais deux réserves : la première sur le fait que Mermoz passe plus d'une semaine dans le désert sans qu'un poil de barbe ne pousse sur se figure au point que je me suis demandée s'il était imberbe... la seconde est plus sur la construction du récit : à un moment donné un 2ème flash back vient s'incruster dans le premier et j'ai trouvé que cela faisait trop.
En conclusion, je dirais "pas mal" mais pas de quoi investir malgré tout.

Nom série  Le Crépuscule des Dieux  posté le 09/12/2008 (dernière MAJ le 18/01/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis sur le tome 0 :

Ce ''Crépuscule des Dieux'' T0 est une énigme éditoriale : Soleil a commencé par publier 3 tomes d'une série du même nom, 3 tomes qui reprennent la trame de l'opéra wagnérien à partir de La Walkyrie, pour ensuite nous sortir ce tome 0 qui se situe en amont et nous raconte l'épisode de L'Or du Rhin avec une autre équipe au scénario et au dessin.

J'avais trouvé le dessin des tomes 1 et 2 un peu statiques, ce T0 me plait autant que le T3, dans son genre. Les couleurs sont très jolies, le dessin est dynamique et la narration efficace et bien dosée. Peut-être pourrais-je émettre un léger reproche sur la partie "Wotan rencontre l'espèce humaine et assure sa descendance", que j'ai trouvée moins bonne, peut-être un peu bâclée, que la partie consacrée à Alberic et à son forfait. Il n'empêche que malgré sa densité et la quantité de choses qui s'y passent, je n'ai ressenti aucune lourdeur ni sur abondance de faits.

Comme le dit Ro dans son avis, ce tome 0 donne furieusement envie de (re)lire la suite, que demander de plus ?

Avis sur la série : pour le premier cycle de 6 tomes et pour la suite que je trouve inutile...

Un très joli dessin, de très belles couleurs, une très bonne mise en page : un bon point de départ, voici une bd très agréable à lire !

En ce qui me concerne, cette lecture fut en quelque sorte un baptême du Ring. J'ai d'ailleurs commencé par un peu de culture générale sur l'oeuvre de Wagner en consultant wiki pour comprendre de quoi il en retournait, histoire de savoir où je mettais les pieds. Je pense d'ailleurs que ces quelques (ré)visions ne sont pas inutiles vus certains avis piochés ailleurs qu'ici reprochant à l'oeuvre son opacité pour un lectorat qui ne serait pas au courant de ce dont il est question.

En tous les cas, moi qui ai toujours été fascinée par la mythologie nordique (germanique ici, scandinave ) sans avoir forcément pris le temps de me cultiver plus que ça en la matière, je suis plus que satisfaite par ma lecture, tout les ingrédients sont là pour titiller mon imaginaire : les dieux avec leurs sentiments presque humains tellement ils volent bas parfois, ceux qui veulent aider les hommes, ceux qui ne veulent pas, les complots, les alliances, les tromperies (rien à voir avec la déitude de chez nous où seuls Dieu et ses acolytes sont bons et où les hommes concentrent sur eux tous les mauvais penchants de l'univers), les géants, les dragons, les serpents à plusieurs têtes, les épées, lances et marteaux divins, la frontière toujours floue entre le monde des hommes et celui des dieux, bref, tout ça quoi !

J'attends maintenant la suite, celle qui nous contera l'histoire de Siegfried et le Crépuscule des Dieux lui-même.
Selon une interview des auteurs donnée en août 2007, le cycle serait prévu en 4 ou 6 tomes, au final il y en aura donc plus puisqu'en ce mois de juin 2013, c'est le tome 7 qui paraît.

Après lecture du T3 qui nous conduit de la jeunesse de Siegfried à son combat contre le dragon Fafner : l'impression de départ n'a pas changé. Le dessin est grandiose : précis, dynamique, dépaysant et les couleurs sont toujours aussi magnifiques. L'évocation de la jeunesse de Siegfried est peut-être un peu simplette et l'intrigue peut-être un peu rapide (en regard des années qui sont sensées s'être écoulées) mais l'ensemble un vrai régal pour les yeux.

Après lecture des tomes 7 et 8 je suis toujours aussi emballée par l'aspect graphique de la série, par contre j'étais persuadée qu'elle s'était conclue au T6... Je ne suis pas certaine d'être complètement convaincue par cet épisode post-Ragnarok qui mêle personnages de l'Empire Romain et vikings "héritiers" de l'épée de Siegfried...

Nom série  Lucika Lucika  posté le 24/10/2013 (dernière MAJ le 18/12/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Lucika est une petite blondinette curieuse de tout et un peu fofolle. Tout ce qui l'entoure la fascine, la passionne, la prend au dépourvu et sa manière de voir le monde par ses yeux d'enfants est souvent déstabilisante pour les adultes qui l'entourent comme sa famille ou ses amis. Elle est toujours prête à partir à l'aventure et est parfois d'une mauvaise foi sans limite. Bref, elle est attachante ! Mais il vaut mieux l'avoir en photo qu'en vrai car cela doit être épuisant nerveusement...

Dans la lignée de Yotsuba& ou des la mentalité des plus petits des enfants de la série Barakamon, tout en couleurs comme Roji!, cette petite série est plutôt sympathique et son style graphique sort des classiques du manga (et pas seulement parce qu'il n'est pas en noir et blanc).

Une série jeunesse à suivre, pas la meilleure toutefois comparée à celles citées plus haut.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 34 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque