Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 66 avis et 0 série (Note moyenne: 3.52)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Chroniques de la lune noire  posté le 28/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Indéniablement, ces chroniques sont belles. Le dessin est épique, dynamique, contrasté à souhait. Il est prompt à retranscrire les champs de bataille immenses avec force détails et amplitude.

Cependant, l'aspect formel montre vite ses limites quand la narration ne suit pas. Pourtant Froideval lance une quête digne des Nibelungens ou de la Terre du Milieu, dans un univers bien construit et sacrément diversifié dans les décors et le bestiaire. Seulement voilà, malgré la relative simplicité de l'intrigue centrale, les aventures du petit groupe s'enlise dans une routine de péripéties ponctuées de guerres dantesques dont nos héros se sortent toujours avec toujours plus de pouvoirs magiques démoniaques. C'en devient malheureusement lassant car répétitif pour devenir vain.

Le désintérêt gagne peu à peu à vouloir nous écarter de la trame originale et j'ai rendu les armes vers le sixième volet avec regret.
Du regret car si l'histoire avait été condensée pour montrer que l'auteur sait où il va, on n'aurait pas ce sentiment désagréable de voir un étirement artificiel pour vendre plus que de raison.
Ce n'est donc pas ces prochains mois que j'en connaîtrai la conclusion. Peut-être oublierai-je un jour cette déception et me relancerai dans sa lecture. Pour le moment je préfère passer à autre chose.

Nom série  Enchaînés  posté le 01/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Enchainés pâtit de l'abondance du genre au cinéma. Les scenarii semblables pullulent tellement qu'Enchainés aurait du, pour se démarquer, profiter d'une patte graphique prompte à ancrer un peu plus dans la mémoire cette histoire pourtant pas trop mal traitée. Malheureusement, les dessins sont d'un commun bien trop insuffisant, rigides et figés, à la médiocrité constante tout juste bonne à illustrer le propos sans le transcender.
On est tellement peu en empathie avec les protagonistes, mis à part la mère courage, qu'on s'en fout un peu finalement de leur sort.
Comme on dit, ça casse pas trois pattes à un canard...

Nom série  Vito  posté le 01/03/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avis après le 2nd tome.

un projectionniste d'entre deux guerres sicilien fait la rencontre de bien curieuses personnes, dont Vito, un jeune homme amical et un vieillard distributeur de film aux effets spéciaux bluffants...
Le moins que l'on puisse dire, c'est que Vito intrigue. Lançant une histoire aux airs de La gloire de mon père, Stalner monte une trame fantastique habile dont on souhaite en savoir toujours plus. Il ne faut pas ailleurs se fier aux couvertures assez hideuses et graphiquement en deçà du contenu proposé par Stalner car Vito est diablement efficace dans son scénario, tout en diffusant une imagerie à la colorisation vaporeuse à l'image de ces puzzles photos de la fin des années 70 avec des jeunes filles ouatées dans les champs soufflant les pissenlits. En jetant un coup d'oeil rapide, on pense à une bluette bucolique soporifique, mais les enjeux sont bien plus intrigants.

Personnellement, je trouve un peu dommage que les traits des premiers rôles féminins soient toujours semblables chez l'auteur, mais Vito est une série qui ne manquent pas d'arguments formels et dans l'originalité des ambiances et du récit pour mériter d'être suivi, de près.

Nom série  L'Ours-Lune  posté le 14/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un diptyque à la fin du 19ème siècle, dans le Nevada, un fort nordiste se retrouve pris d'assaut par des indiens quand un capitaine perdu débarque avec ses mystères.

L'histoire est plutôt sympathique, on ne s'ennuie pas sur la longueur car le rythme est élevé. Certes, il faut apprécier le chamanisme pour garder de l'attention dans le récit, mais c'est suffisamment bien ficelé pour ne pas s'ennuyer, même si un peu trop influencé par les films Vorace et Blueberry. Le dessin colle bien avec le genre, traits nerveux sur les visages, couleurs retranscrivant correctement cette atmosphère enneigée propre au genre, s'appuyant sur des décors très bien réalisés, avec une faiblesse cependant quand il s'agit de croquer les indiens superficiellement abordés.

Ceci dit, ce n'est pas révolutionnaire, ne laisse pas d'impression durable et ne nécessite pas de relecture. Par ailleurs, ça se lit bien trop vite, l'action étant menée tambour battant, les discours sont justes mais bref et clairsemés au fil des planches pour empêcher de consommer la totalité en moins de vingt minutes.

Efficace donc pour une lecture simple, mais très déjà-vu pour être inoubliable et justifier un achat.

Nom série  L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu  posté le 13/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avis après lecture du tome 2.

Un western original, à l'intrigue plutôt osée et aux personnages attachants et d'un humour fin et très juste, voilà le cocktail explosif de cet homme qui n'aimait pas les armes à feu. Dans une course poursuite spaghetti, plusieurs protagonistes se déchirent autour de documents à mêmes de changer le cours des Etats-Unis.
Qui plus est supporté par dessins raffinés et extrêmement travaillés, les auteurs nous dépeignent une histoire de règlements de comptes ravageuse alternant les allers et retours entre passé et présent pour dénouer les fils d'une intrigue encore entière sur sa finalité (uchronie Tarantinesque ou petite histoire dans la grande?). Chaque caractère montre tour à tour ses bons et mauvais cotés, et les sources de leurs faiblesses. Par ailleurs, le récit alterne un premier tome à l'action tonitruante où les héros sont introduits sans lourdeur tandis que le second approfondit la psychologie et affine les tenants et aboutissants pour mieux préparer le feu d'artifice qui se prépare.

Fun, beau et maintenant le suspense, l'Homme qui n'aimait pas les armes à feu mérite son achat.

Nom série  Le Casse - Soul man  posté le 07/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce soul man se montre bien moins à son avantage que le troisième jour ou diamond. Conçu comme un thriller somme toute relativement classique et linéaire, cette histoire emprisonnée laisse indifférent, qui plus est par son style graphique quelconque et une colorisation informatisée assez détestable car donnant un rendu toc.

Pas de personnage charismatique, une cambriole à deux balles, là où la pègre déplace des montagnes pour 20 millions de dollars. Ça coute plus que ca ne semble en devoir rapporter... Ca se lit correctement, mais ne laisse aucune impression marquante si ce n'est cette couverture qui gâche déjà les effets de 54 pages sur 56. Il faut bien l'avouer, c'est audacieux.

Nom série  Ethan Ringler, Agent fédéral  posté le 07/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ethan Ringler semblait de prime abord bien banale comme série. Un jeune homme, avec ses sombres mystères débarque à New-York en quête de vérités sur lui même et se retrouve embarqué dans des histoires mafieuses plus ou moins malgré lui.
Le premier album conforte un peu cette impression, il faut bien l'avouer, par un dessin aux airs de déjà-vu pour l'époque décrite, et par cette trame somme toute assez classique.
Pourtant, les déboires de notre jeune aristocrate prennent rapidement des allures bien plus attrayantes par la suite. Les personnages s'enchainent, dotés d'un charisme certain mais également d'un traitement juste ne les rendant jamais vraiment trop archétypaux en gentils et méchants. Ethan en devient d'ailleurs plus un spectateur qu'un acteur majeur au fur et à mesure des épisodes. Dotés d'une écriture maline et peu avares en rebondissements, ces chapitres nous délivrent de bon moments de bravoure, de tension et d'émotion. Cependant, le revers de cette médaille est que sur 4 volets, le but premier de notre anti-héros est mis en recul. Bien trop peu de révélations d'ailleurs car l'intrigue de son arrivée en Amérique semble rencardée aux oubliettes et on se demande comment le cinquième et dernier volume va pouvoir arranger la chose.
Force est de constater qu'il y arrive habilement, de façon un peu précipitée, donnant ce sentiment de série clôt avant l'heure et en n'évitant pas les raccourcis, mais avec suffisamment d'intelligence pour fermer tous les arcs scénaristiques jetés précédemment d'une part, et en nous proposant une conclusion positivement surprenante, mettant en abyme nos réflexions passées sur Ethan Ringler et la galerie de gueules visitées par son biais, ne le rendant pas si distancié d'eux.

Une bonne surprise.

Nom série  Le Casse - Le troisième jour  posté le 06/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Membre d'une série conceptuelle de one-shot autour des vols audacieux, le troisième jour se montre à son avantage par son histoire.
En effet, si le dessin est assez moyen, mais trouve quand même quelques idées de mise en page intéressantes comme la crucifixion, c'est surtout par l'audace de son récit que l'album se hisse au-dessus de la moyenne.
On suit ici Marie Madeleine qui va s'évertuer à sauver Jésus, condamné à mort.
Sans être blasphématoire, le troisième jour se montre irrévérencieux envers le discours officiel de l'Eglise et montre une réalité alternative certes trop grosse pour tenir totalement la route, mais suffisamment tendue et rythmée pour tenir en haleine.
Les auteurs prennent ainsi soin de faire des apartés en forme de clins d'oeil pour approfondir les psychologies des icônes.

Pour résumer, il faut être assez indulgent pour apprécier cet album comme le divertissement qu'il est. Ce n'est pas aussi abouti que Diamond dans la collection, mais ne se montre pas désagréable.

Nom série  Le Grand siècle  posté le 05/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Andriveau m'était un auteur inconnu jusqu'ici, mais au détour de ma médiathèque, je suis tombé sur ce titre à la couverture pas très engageante, puis en ouvrant une page au hasard, j'ai découvert un dessin incroyablement maitrisé.
Entre temps, j'ai dévoré les trois tomes parus à ce jour, et c'est une claque magistrale. Suivant le destin d'un péon lambda qui va vivre un massacre et sauver le rejeton survivant, les voici impliqués dans une histoire qui les dépasse et implique la monarchie royale de Louis XIV.
Ce qui est beau dans le grand siècle, c'est la force de la narration, couplée à des planches de toute beauté.
Voulu ou non, le trait évolue et oscille entre Loisel et Lauffray au fil des albums, ce qui colle une personnalité à chaque volume et instille des ambiances à la puissance charmante, revisitant presque les grandes phases de la peinture, entre Delacroix, les flamands et le début du vingtième siècle français.
Ainsi, l'aspect bucolique d'Alphonse retranscrit une atmosphère douce et verdoyante propre aux camps tziganes. L'humour y est fortement présent et lance les fils d'une histoire riche et pleine de rebondissements.
Simon Andriveau assurant tous les rôles, il prend aussi un malin plaisir à prendre le contre-pied de son lecteur. Ainsi pour le chapitre sur Benoit, il instaure un trait plus esquissé prompt à retranscrire l'action et les mouvements, mais également tourne le récit dans la noirceur. Plus de drôleries, on aborde des sujets graves et on soumet ses protagonistes à de rudes épreuves. Ceci est par ailleurs magnifiquement contrasté mais accentué par les tonalités pastelles employées sous une lumière crue, retranscrivant les Antilles de carte postale et en y ajoutant la sueur et le sang. Le grand siècle nous avait appâté, nous sommes maintenant ferrés.
Le dernier chapitre sorti, Moplai, surprend encore. Le scénario oublie le sort de nos deux compagnons d'infortune et aborde le coeur du problème par le biais de side kick jusqu'à présent mais qui apportent également leur pierre à l'édifice. Le dessin se fait diffus à la limite de l’impressionnisme, les couleurs soufflent le chaud et le froid dans des tonalités rouges et bleutées. Toujours le même chef d'orchestre à la baguette, il étale sa virtuosité dans le rendu de la violence et des tourments de Moplai.
On se rend compte alors que chaque album distille des éléments repris ultérieurement, bref que l'histoire est bien pensée et qu'Andriveau sait où il va.
Une série qui tourne et retourne dans la tête et invite à la relecture pour le récit, mais aussi pour en admirer tous les détails graphiques et s'en imprégner durablement.
Devant tant de qualificatifs positifs, pourquoi alors ne mettre que 4/5 ? En l'état, j'aurais pu mettre 5, cependant, l'auteur semble mystérieux et ne sort son grand siècle, en cinq épisodes a priori, qu'au compte-goutte (série débutée en 2006) et sans communication ni prévision. A partir de ce postulat, difficile de juger qu'il s'agit bien d'une oeuvre culte. Abandonnée, il s'agira d'une magnifique tentative mais inutile sans conclusion, une fois fini, si le monsieur continue dans cette voie, il aura touché du doigt la perfection.

Nom série  Volunteer  posté le 05/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Extrêmement décousu, Volunteer n'incite pas à la lecture. Se basant sur une histoire de vampires et d'amnésie, le premier tome accumule les trous scénaristiques et les incohérences si flagrantes qu'il n'incite pas à poursuivre la série.
Appuyée par un dessin relativement quelconque, l'intrigue est si confuse que l'on passe son temps à se demander ce qu'il se passe. Pléthore de personnes passe sur les cases sans explication ni intérêt si bien qu'on ne rentre jamais vraiment dans le récit.
Par ailleurs, le sujet des vampires est bien trop mieux traité par ailleurs pour sortir Volunteer de l'anonymat.
L'accroche sur l'album dit : "...mène une vie plutôt tranquille. Jusqu'au jour où une série d'incidents étranges vient perturber son quotidien...". Tromperie sur la marchandise, Volunteer et ses copines a un quotidien bizarre depuis bien trop longtemps pour ne pas se poser de questions avant, allant à l'encontre totale du bon sens.
Bref, confus, graphiquement peu engageant et sans charisme, je lâche cette série sans regret, me foutant complètement des raisons et du sort de l'héroïne, et de ses amis.

Nom série  Extra-Muros  posté le 03/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mêlant les récits dans le temps, Extra muros raconte le sort d'une petite bourgade templière proie de plusieurs groupes plus ou moins mal intentionnés et aux motivations diffuses.
Malgré des premières planches très belles et accrochant immédiatement le lecteur, force est de constater que l'intrigue part progressivement en sucette sur les deux tomes qui concluent le premier cycle. Une tendance au mélange des genres malvenu et bien trop facile pour s'affranchir d'une réelle audace. Les pages défilent alors de plus en plus difficilement et l'on se retrouve soulagé d'atteindre une fin frustrante sur quasiment tous les niveaux, et qui d'ailleurs ne semble pas appeler de second cycle contrairement à l'annonce de dernière case, puisque la série parait suspendue au mieux et abandonnée au pire (Après renseignement, l'auteur est décédé, mais ça n'enlève cependant pas mon impression).
On ne s'en plaindra pas vraiment puisque presque tous les tournants scénaristiques pris tiennent de la mauvaise série B qu'un dessin parfois admirable, à l'image des couvertures mais souvent vieillot voir périmé n'aide pas.
Très décevant.

Nom série  Le Casse - Diamond  posté le 01/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un polar en Sibérie sur un vol de diamants, ça paraît pas original comme ça, et pourtant ça tient bien la route. L'histoire et les personnages sont plutôt correctement traités, posant un soupçon de psychologie bienvenue sur les natures jamais roses et aux motivations diverses mais toujours intéressées.
Le casse en lui même est adroit et tendu à souhait et les conclusions adéquates, invitant même à la relecture plus attentive des cases un poil verbeuses aux premier abords et de leurs details, nous montrant par a+b que tout nous était déjà sous les yeux.
Cependant, je ne conseille pas l'achat, la faute au dessin bien trop classique et primitif pour sortir le casse du lot. C'est bien dommage car l'association avec un trait plus audacieux et aux cadrages élaborés aurait rempli le contrat.

Nom série  S.A.M.  posté le 28/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis après lecture du tome 2.

Doté d'un graphisme manga assez sympathique, on suit plaisamment l'histoire de ce Yann qui sent une connexion particulière avec un robot anormal à même de peut être changer le cours des choses, alors que le monde est dévasté par ces engins d'acier et qu'il ne subsiste que des groupes d'enfants traqués.
Ca bouge bien, l’intérêt est maintenu correctement bien que l'on est cette sensation de naviguer en terrain déjà balisé par de multiples traitements antérieurs à cette série.
Attention cependant, le dessin semble prendre une claque sur le second albums. Autant le premier paraissait bien traité, autant le suivant souffre d'une hâte palpable et qui nuit aux graphismes. Certaines parties sont limites bâclées, comme si une course contre la montre était engagée pour clore S.A.M. dans les 4 chapitres prévus dans les délais impartis.
A mi-chemin donc, c'est pas mal et incite à lire tout de même la suite, mais relativement convenu dans son développement.

Nom série  Pour L'Empire  posté le 26/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le dessin est particulier. Pour être très honnête ça fait même un peu bâclé façon dessin d'enfant tout en déformation et parfois pas fini. Sur la longueur on s'habitue à cette patte grâce notamment aux très belles couleurs posant des ambiances diversifiées et attrayantes. Et puis l'histoire prend le pas et l'on se laisse emballer plaisamment par cette troupe de guerriers envoyés au bout du monde connu.

Traits actifs et dialogues tantôt drôles, tantôt philosophiques, les péripéties s'enchaînent sans temps morts sur des thématiques variées dans des décors travaillés.

C'est tellement bien construit qu'on pardonne la rupture nette intervenant au milieu du troisième album, divagation hallucinogène trop facilement fourre-tout et à l'ambiance en deçà du reste pour avoir une utilité. Heureusement les dernières planches reviennent sur le fil de l'histoire et l'intérêt trouve sa pleine justification, un poil trop ouvertes peut-être pour conclure, mais empêche 'Pour l'Empire' de sombrer dans un délire décevant pour justifier son achat.

Nom série  Alix Senator  posté le 23/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Avis après la lecture du second tome.

N'ayant jamais été fan de l'oeuvre de Martin, trop contemplative, bavarde et scolaire pour être attrayante, je n'ai pas vu une quelconque tentation dans cette suite. Cependant, devant la couverture séduisante du second tome, je me suis laissé à sa lecture.
Rien n'y fait, je trouve Alix Senator rebutant comme son ainé, mais pour des raisons différentes. Avec les créateurs du dernier troyen, on pouvait penser que les idées suffiraient à créer l'envie. Prenant des atours murenasques mais façon canada dry sans sucre, l'histoire se lance dans des rebondissements éventés et envoie des surprises inoffensives ou téléphonées pour une lecture soporifique.
De plus, le dessin, si bon dans le dernier troyen, semble approximatif ici. Bien que les efforts de mise en scène soient indéniables dans leurs majestés, les traits tremblotent et plusieurs personnages majeurs se retrouvent sous les traits d'Alix qui ressemble sincèrement à un vieillard sénile affublé de deux têtes à claques clones d'Alix et Enak pour justifier un reboot.

Bref, pas grand chose à sauver dans cette lecture pénible et sans plaisirs.

Nom série  Long John Silver  posté le 17/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Pour de la flibusterie, on est servi avec Long John Silver. Un petit bijou de BD décomposé en 4 phases distinctes avec une introduction des personnages fouillée et abondante, une virée en mer dévastatrice, une expédition en jungle poisseuse et une conclusion qui termine tous les arcs scénaristique de façon maîtrisée et en feu d'artifice attendu.
Certes, certains trouveront l'introduction trop longue, seront déçus par des aspects transcendantaux un peu simples, pointeront quelques faux raccords sans incidence ou encore regretteront la brièveté de l'apparition de Hastings.
Il n'en reste pas moins une épopée montant en puissance jusqu'à l'explosion, au dessin foisonnant à la colorisation parfaite (les fresques monumentales) pour retranscrire les ambiances, les mouvements et les tensions.
Les auteurs souhaitaient faire de Long John Silver un hommage humble à l'oeuvre de Stevenson. Ils en ont capté l'essence, l'âme sans dénaturer présomptueusement. Chapeau.

Nom série  Le Meilleur Job du Monde  posté le 17/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Avis après lecture du tome 2

Ca commence bien, c'est plutôt aguichant de s'appuyer sur un fait divers réel (un job sur une ile paradisiaque pour 6 mois ou un an, je ne sais plus) pour développer une intrigue plus élaborée.
Pourtant, le meilleur job du monde s'essouffle rapidement.
D'abord, le dessin froid et numérique rend le récit statique et désincarné. Ensuite, il faut bien dire que suivre les pérégrinations d'un solitaire sur une ile implique peu de dialogue que tous les moyens artificiels sont bons pour détourner (le chien, les pensées à voix haute,...). Ceci n'était pas néfaste sur le premier volet, mais le second réduit singulièrement l’intérêt de l'histoire.
D'abord, et sans chercher à spoiler, les tournants pris sur les zones d'ombres du début prennent des allures un peu trop rocambolesques (moyens disproportionnés, abus paranoïaques) et sacrément tirées par les cheveux pour tenir debout, à l'image du chien, encore une fois, qui apparait (dans les vagues...) et disparait bien trop facilement pour être plausible. Reste une partie surnaturelle encore inexpliquée pour se laisser tenter par une lecture prolongée de la suite à venir.
Ensuite, compter dix minutes chrono pour boucler un album. Avec l'isolement et malgré l'ajout de personnages complémentaires, les cases s'enchainent à la vitesse de l'éclair et comme le dessin est anecdotique, on ne s'attarde pas.
Un manque de substance dommageable et handicapant. Ce n'est pas nul, et je continuerais à emprunter le suite pour voir le fin mot de l'histoire superficielle qui nous est servie, mais trop plein de vide dans l'approche stylistique et narrative pour en faire autre chose qu'une oeuvre tout juste ordinaire, presque creuse.

Nom série  La Lignée  posté le 09/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite série mystérieuse prétexte à réviser quelques moments marquants du XXème siècle dans une famille où pèse une malédiction pour les enfants, voués à mourir dans leur 33ème année.
C'est pas révolutionnaire mais la lignée a le mérite de capter l'attention sur ses 4 volumes pour finalement produire une histoire cohérente, alors que les auteurs varient selon les tomes, et surtout ne pas vendre un truc surnaturel, souvent le cas dans le genre, qui ne satisfait jamais vraiment personne la dernière page tournée.
Ici, donc ce sont 5 destins qui sont parcourus dans des contextes sociaux variés et instructifs.
Les dessins ne sont malheureusement pas très attrayants, sans audace, tout juste moyens, ce qui affadit quelque peu l'histoire et les histoires. Par ailleurs, les albums se lisent très voir trop vite à l'exception du second volet qui montre qu'il a des choses à raconter.

Au final, ce n'est pas nul, loin de là, ce n'est pas exceptionnel non plus. Ca se lit bien mais ne passera pas l'épreuve de la relecture pour justifier un achat.

Nom série  Les Tuniques Bleues  posté le 28/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Forcément, avec une soixantaine d'albums au compteur, chacun étant un one-shot plus ou moins relié avec les autres, les tuniques bleues se trouve être une série variable allant du meilleur au franchement dispensable.
On peu cependant relever deux phases : La première moitié (environ jusqu'au 35ème album) fraiche et inventive pour le style gros nez. Nos deux trufions de l'union plongés dans la guerre de sécession américaine apporte un éclairage ludique sur une histoire forcément distante de notre culture. Le duo complémentaire inspiré des Laurel et Hardy délivre un comique varié dans les situations et dans les jeux de mots et se permet au passage de délivrer des messages citoyens et souvent antimilitaristes par les évènements qu'ils vivent. Et cela avec dépaysement, action et émotion parfois, pour notre plus grand bonheur.
La série qui traverse le temps sans se démoder à la relecture, à ses débuts, fait donc partie de ces BD références du style gros nez.
Cela fait maintenant près d'une vingtaine d'années que Chesterfield et Blutch tournent maintenant en rond. A force d'en avoir vu des vertes et des pas mûres, nos larrons se retrouvent impliqués dans des histoires trop souvent déjà traitées, au mieux revisitées de façon plus contemporaine, au pire paresseusement maquillées. Il faut dire qu'à un rythme annuel, il doit devenir de plus en plus compliqué de savoir quoi dire, et donc de recycler quitte à en devenir anecdotiques. Qui plus est, le dessin semble se faner à cette fréquence.
Rare deviennent donc les bonnes surprises d'Amérique de nos jours et c'est avec un certain regret que l'on souhaite voir les tuniques bleues finir pour que leurs auteurs nous délivre quelque chose de neuf car l'uniforme commence à sentir la naphtaline sévère.

Il s'agit donc globalement d'une note de 3 sur 5, mais il faut bien distinguer que bien des albums côtoient le 5 (Black face, la prison de Robertsonville, les bleus de la marine, le David,...) parmi les premiers volumes, mais qu'au plus le numéro de l'album sera grand, au plus la BD ne vaudra qu'un petit un (l'oreille de Lincoln) voir deux (Arabesque, les planqués) sur 5 maximum.

Nom série  Sans Pitié  posté le 12/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une histoire poisseuse dans le milieu marseillais où se mélangent mafia méditerranéenne, guerre d'Algérie et jeunesse massilia.
Cette BD policière est bien construite, partant d'une simple saisie de drogue par la police pour mettre en exergue une histoire plus sombre encore de règlement de comptes, où les dommages collatéraux sont légions.
Vraiment un récit plaisant et prenant, que le dessin glauque, sombre et découpé à la hache appuie de sa puissance noire. On pourra regretter de ne parfois plus trop savoir qui est qui, confondant des personnages entre eux, ainsi que des allers et retours dans le temps trop peu soulignés qui nous perdent par moment dans notre lecture. Ceci nous obligeant à une gymnastique intellectuelle et des fois une relecture de deux ou trois pages pour recoller les morceaux et pouvoir poursuivre.
Malgré ces défauts de jeunesse, le rythme et le dénouement nous tiennent en haleine sur les trois albums avec en plus un devoir de mémoire sur une période encore douloureuse de notre histoire. Un bon polar façon expresso corsé sans sucre.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque