Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 700 avis et 192 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Clown  posté le 18/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce qui m’a décidée à acheter ce « Clown » c’est son magnifique dessin en noir et blanc. J’ai rarement vu une telle précision du trait, et des regards aussi justes et expressifs que ceux dessinés par Zhang Xiao Yu dans cet ouvrage.

« Le clown » nous raconte quelques moments de la vie d’un jeune homme manchot et sans le sou, qui gagne sa vie en faisant un spectacle de clown dans les rues de la ville (que je situerais en Italie même si l’éditeur parle de ville anonyme européenne). C’est une histoire assez triste dans l’ensemble. Le personnage principal mène une vie difficile, fait des rencontres bizarres, se rappelle son enfance malheureuse, tombe amoureux d’une femme inaccessible pour lui, bref, rien de bien folichon pour le moral. C’est même assez poignant par moments. Le côté très romantique du héros pourra déplaire à certains, c’est un clown triste et il continue à jouer le rôle même lorsqu’il n’est pas grimé.

Le découpage souffre parfois de transitions un peu hasardeuses qui, ajoutées à quelques envolées un peu obscures rendent parfois la lecture difficile, mais rien d’insurmontable non plus. En 220 pages, c’est tout de même une vraie belle histoire qui nous est contée.

C’est un one shot qui vaut au moins le coup d’œil, et la lecture pour qui aime ce genre de récit.

Nom série  Manhole  posté le 18/05/2009 (dernière MAJ le 17/07/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Reset, que j'avais lu pour me faire une idée du style Tsutui, je me suis donc lancée dans la lecture de "Manhole". J'avais déjà ressenti dans son one-shot un certain talent pour la construction "cinématographique" du scénario. "Manhole" est tout à fait dans le même style : l'auteur nous livre un thriller biologique assez prenant dans les 2 premiers tomes, mais qui pèche par excès de facilité sur la fin malheureusement.

La psychologie des personnages est sympathique bien qu'assez classique : le duo composé d'un "vieux" flic expérimenté avec ses méthodes pas toujours autorisées par la hiérarchie, et d'une bleue dévouée fonctionne plutôt bien. Les trois tomes sont rythmés par des rebondissements bien distillés, avec une montée en puissance jusqu'à la fin du T2. Le T3, apporte un peu d'originalité avec le thème de la vengeance mais comme je le disais plus haut, il manque un peu de crédibilité quant aux capacités des enquêteurs à rapprocher à vitesse grand V des faits complètements indépendants à première vue. A noter qu'on retrouve à un moment donné un personnage d'une autre série de l'auteur, c'est amusant.

Le trait est propre, précis, dynamique quand c'est nécessaire : il fait bien son office sans être pour autant exceptionnel sauf peut-être dans les scènes vraiment glauques.

A lire pour se détendre à l'occasion, comme on regarderait une série policière par exemple, l'achat n'est pas indispensable.

Nom série  Kick-Ass  posté le 15/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mouaif… bof, enfin, ça aurait pu faire quelque chose de pas mal mais certaines orientations scénaristiques ne m’ont pas convaincue et du coup (d’avance pardon) c’est une histoire (si si, je vais le faire) Kick-Ass pas des briques… (encore désolée).

Pour commencer, je dois dire que je n’ai pas vu le film et que je ne suis pas du tout amatrice de comics de super héros, les seuls que j’ai lus sont quelques productions dessinées par Alex Ross, seul le graphisme ayant retenu mon attention d’ailleurs.

Ici donc, nous avons affaire à un super loser, fan de super héros, qui décide d’enfiler un masque et un costume moule boules pour imiter ses idoles. Du début à la fin, il reste un super loser, parfois un peu courageux, parfois beaucoup inconscient, mais quand même souvent super pathétique. Le seul personnage qui a suscité un intérêt et une petite surprise au cours de ma lecture est Red Mist (mais ça rend Kick Ass encore plus pitoyable si cela était encore possible).
Pour le reste il faudra repasser : déjà que les gens dans la rue ne soient pas morts de rire en voyant cet individu déguisé qui se prend au sérieux, c’est limite… mais Hit Girl avec ses capacités pour le coup super héroïques, ses airs de poupée Bratz et son brushing est tout sauf crédible, et pour une satire d’histoire de super héros, je trouve ça beaucoup trop sanglant dans le T2.
On dirait que les auteurs n’ont pas su choisir entre se prendre au sérieux ou l’inverse. De plus, j’aurais bien voulu savoir comment le héros s’est débarrassé de son costume au début du T1… et je ne parle même pas de la vérité sur le duo Big Daddy / Hit Girl qui ruine ce qui tenait encore à peu près debout dans cette histoire…

Le dessin ne me déplaît pas, je le trouve même plutôt sympathique dans l’ensemble.

Une lecture supportable mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Nom série  Syndrome 1866  posté le 04/04/2010 (dernière MAJ le 09/07/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mouaif, ce Syndrome 1866 n'est pas ce qui m'a été donné de lire de meilleur ces derniers temps, je suis relativement mitigée, j'ai un peu du mal à sortir un avis pour le coup. Tout est moyen.

Le dessin est relativement neutre et sans personnalité. Disons qu'il sert de support à l'histoire mais ne casse vraiment pas des briques.
L'histoire quant à elle pourrait rendre la série intéressante malgré tout, mais il me faudra encore quelques tomes pour être éventuellement convaincue. J'ai bêtement été attirée par l'étiquette "13ème rue" collée sur la couverture (et le résumé que j'avais lu quelques jours avant sur le site manga-news quand même), mais ça ne vole, pour l'instant, pas plus haut qu'une bête série policière télévisée même si quelques ingrédients (le côté déjanté et détaché des réalités du jeune héros, les liens avec les Yakuzas de la lycéenne proxénète par exemple) me laissent quelqu'espoir de voir les choses décoler par la suite.
Un début de série timoré, mais à qui je laisse encore une chance de me convaincre.

Pas mal sans plus, mais à suivre, des fois que...

Après lecture de 2 tomes 3/4, je ne suis finalement pas convaincue... non que l'histoire ne soit pas intéressante, mais le dessin est plutôt quelconque et la manière de raconter légèrement soporifique... tant pis !

Nom série  Quand souffle le vent des îles  posté le 09/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Dommage, vraiment dommage. Cette histoire démarrait vraiment pas mal, mais le classicisme du scénario associé à une mièvre histoire d’amour gâche vraiment tout. L’histoire ne parvient à aucun moment à surprendre le lecteur (sauf peut-être un truc tout à la fin, mais c'est vraiment peu), on dirait une série de l’été sur TF1… J’aurais mille fois préféré une explication du domaine du fantastique comme dans « Les Gardiens des Enfers » que ce truc cousu de fil blanc avec tout qui tombe à point nommé pour tenir dans les 48 pages réglementaires, avec un douanier aux intuitions hors du commun, qui fait gagner les gentils et se termine sur une touche faussement poétique (d'un autre côté, ça sauve un peu les meubles, mais le mal était fait).

Le dessin est heureusement plus que correct, je ne suis pas franchement fan des teintes photoshopesques utilisées ici mais le trait est assuré, la mer déchaînée sous des trombes d’eau est une vraie réussite graphique, la mise en page, sans être audacieuse, est plutôt bien faite.

A réserver aux inconditionnels des récits bretons pas trop exigeants sur l’originalité du scénario.

Nom série  Pluto  posté le 22/02/2010 (dernière MAJ le 07/07/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ayant beaucoup apprécié Monster du même auteur, je ne me suis posée aucune question quant à l'achat de cette nouvelle série qui commence, et qui aura l'avantage d'être courte.

Ma seule crainte, après avoir parcouru la prépublication des premières planches sur le site Kana, était la trop grande ressemblance des personnages avec ceux de Monster, en tournant rapidement les pages j'avais presque l'impression que j'allais croiser le docteur Tenma ou Dieter au coin d'une rue (c'est d'ailleurs cette crainte qui m'empêche entre autre pour l'instant d'entamer la – longue - série 20th Century Boys soit dit en passant). Heureusement, il ne faut pas beaucoup de pages pour se plonger complètement dans l'intrigue et oublier l'autre série, même si on reconnaît sans peine la patte de l'auteur, à la fois dans le graphisme et dans la construction des planches. Le premier élément qui marque cette différence est l'époque à laquelle se passe le récit : un futur plus ou moins proche mais indéterminé et qui donne l'occasion au dessinateur d'imaginer des cités et des technologies futuristes au design très réussi !

Côté scénario, j'ai trouvé au départ que la narration était un petit peu maladroite pour parler des robots, peut-être sont-ils un peu trop humanisés, à la fois dans leurs réactions et dans la manière dont ils sont considérés par les humains, mais cela sur justifie peut-être. L'autre léger bémol est que, même au Japon, les gens ont des têtes d'européens (alors qu'ils ont des noms tout à fait japonais). En dehors de cela, rien à dire : les personnages sont d'emblée sympathiques, le mystère s'épaissit tout au long de ces deux premiers tomes, bref : j'ai très envie de connaître la suite !

Je serais probablement restée à 3/5 après le tome 1 mais le tome 2 apporte un vrai plus à l'intrigue ce qui me fait pencher vers le 4/5 d'entrée de jeu.

Après lecture du T3, je redescends à 3/5, en effet : je n'arrive vraiment pas à trouver crédibles ces robots ultra humanisés, surtout qu'on nous rabache à longueur de pages que c'est à cause de leur absence de sentiments que les robots ont été choisis pour remplacer l'homme à certains postes... Dans le même ordre d'idée, je trouve beaucoup plus crédible l'accès à la conscience collective des nanoparticules de Meteors... J'apprécie toujours la lecture de la série, mais il reste toujours un petit quelque chose qui me dérange malgré tout...

Le T4 est assez moyen dans l'ensemble, cette manie de démarrer les chapitres sur des sujets complètements différents du précédent est un peu lassante, ça manque vraiment de fluidité. Cependant il n'est pas dénué d'intérêt puisqu'il m'aura permis de découvrir l'origine du nom du docteur Tenma de Monster... j'hésite entre deux conclusions : celle qu'Urasawa est vraiment un vrai fan d'Astro ou que, comme son dessin, les noms de ses personnages manquent cruellement d'originalité... bref, j'ai un peu de mal... je passe à 2/5 et je change mon option d'achat... ça sent quand même le sapin tout ça...

Nom série  One of Us  posté le 11/02/2009 (dernière MAJ le 05/07/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
One of Us c'est typiquement la BD qui me fait revoir mon jugement sur le dessin à l'ordinateur. Quand j'ai ouvert cette BD dans ma librairie, je l'ai refermée aussitôt ! Et puis j'ai lu la quatrième de couverture et le sujet m'a intriguée alors je l'ai rouverte et j'ai commencé à la lire... et puis finalement je suis repartie avec.

Scénario à forte teneur en mystère et phénomènes inexpliqués (les extra-terrestres en moins) : Aldis, jeune homme d'une vingtaine d'années, a depuis tout petit des espèces de visions, des sensations qui lui permettent en quelque sorte de lire dans les pensées des gens qu'il croise dans la rue ou ailleurs. C'est un phénomène qui le perturbe, autant mentalement que physiquement et la thérapie qu'il entreprend pour tenter de démêler tout cela réveille des souvenirs pas forcément agréables sur ses origines, son enfance. Du point de vue de l'histoire, je regrette un peu que ce premier tome ne nous laisse pas autant dans l'expectative que Asthénie par exemple. C'est ce qui me fait rester sur une note de 3 et pas 4. Mais si la suite relève le niveau, alors je relèverai ma note.

Graphiquement, j'avoue que je suis bluffée par ce dessin artificiel à souhait mais qui a su me séduire : par ses couleurs "vraies", douces, harmonieuses, par de VRAIES ombres (pas ces hachures rageuses que l'on voit si souvent), par des regards expressifs et qui traversent la page pour venir se planter dans le mien. Je me fiche de la technique, surement fortement assistée, pour obtenir ce rendu, j'adhère et c'est tout ce qui compte.

Le tome 2 reste dans la lignée : du mystère, des phénomènes inexpliqués, quelques révélations et un graphisme toujours aussi bluffant pour cette technique (avec une réserve pour les mains, que je trouve vraiment pas réussies la plupart du temps...) : mention spéciale pour la lumière de certaines scènes dans ce T2. Je ne regrettre toujours pas mon investissement !

A lire, bien évidemment !

Nom série  Adèle Blanc-Sec  posté le 02/07/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je ne connaissais pas du tout la série des aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec lorsque Luc Besson a sorti son adaptation cinématographique il y a quelques semaines. Ayant adoré le film, je me suis décidée à emprunter les albums pour combler ce manque dans ma culture BD… et le gouffre est énorme ! Et pourtant, certaines de mes connaissances qui avaient lu la BD avant d’aller voir le film disent que le film est fidèle à la BD… comprends pas… Alors oui, on retrouve bien dans le film des intrigues présentes dans les 2 premiers tomes, la baignoire d’Adèle et la cascade de coups de fil entre les responsables politiques et de la police pour se refiler l’enquête, la résurrection du ptérodactyle, la momie, mais autant j’ai adoré le film, autant la BD ne me convainc pas du tout (du tout).

Bon, la première raison est évidemment le dessin et les couleurs : je ne suis pas une inconditionnelle de Tardi, bien au contraire. Mais à la limite, la série étant un peu moisie, j’étais prête à m’en contenter.

Ce qui me déplait principalement dans cette série, c’est le côté kitch que je n’arrive pas du tout à prendre avec le recul nécessaire (alors qu’il passe très bien au cinéma), la narration en voix off qui donne parfois l’impression de prendre le lecteur pour un benêt, et le sac de nouille des enquêtes avec leurs rebondissements à la Scoubidou, les méchants cachés sous des masques, qui en fait sont ceux qu’on croyait être les gentils…

Le courant n’est donc pas passé avec moi, peut-être faut-il avoir connu la série à ses débuts, où être amateur de moisi et/ou de Tardi pour apprécier… Défaite par abandon au 3ème tome…

Nom série  Les Mauvais Coups  posté le 29/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bof, bof... et pourtant ça ne partait pas si mal que ça !

Le récit commence en noir et blanc à la fin des années 30. Un jeune homme, fils de bonne famille, doit abandonner ses rêves pour endosser le rôle de médecin de campagne, comme son père. Toutes les convenances ne seront pas faciles à respecter en ces lieux et à cette époque. Cette première partie du récit était plutôt pas mal : un dessin assez joli, à la limite de l'esquisse, avec une agréable mise en "couleurs" en dégradé de gris. L'histoire de ce jeune homme en lutte contre les traditions et les on-dit se suivait bien, sans réelle surprise, mais sans déplaisir.

Et puis d'un coup on bascule dans les années 70 et on passe à la … couleur… et la transition est rude ! Je ne sais pas si c'est le contraste qui fait mal aux yeux mais pour le coup, le dessin devient presque insupportable à regarder. Son côté un peu approximatif était vivable en noir et blanc mais là... c'est épouvantable (enfin, je trouve)...

L'histoire semble ne rien avoir à voir avec ce qu'on a lu précédemment mais le doute n'est pas permis, on ne va pas tarder à nous donner le lien, ce qui ne manque pas d'arriver. Le problème c'est que c'est plat, ça n'a rien de surprenant, rien de passionnant : cette espèce de combine montée par de petits escrocs sur fond de vengeance, d'intolérance et de jalousie m'a laissée complètement froide. J'ai vaguement été intéressée jusqu'à ce que je trouve le lien entre les deux époques, et ensuite plus rien.

A oublier.

Nom série  La submersion du Japon  posté le 30/12/2008 (dernière MAJ le 29/06/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
"La Submersion du Japon" est une adaptation du roman du même nom de Sakyo Komatsu, qui a déjà été adapté au cinéma, à la télévisionce et à la radio, donc a priori, du point de vue de l'histoire, ça devrait tenir la route et même plus. Le démarrage est tout de même un peu confus, un peu fouillis, un peu invraisemblable mais pas si mal quand même.

Ca commence par un vrai scenario catastrophe dont tout le monde sort miraculeusement indemne, la suite portant plus sur des considérations un peu plus "politiques" sur la manière de gérer la crise.

Le quatuor de personnages principaux est plutôt intéressant, notamment un plongeur et un scientifique qui marchent plus à l'intuition qu'autre chose et une jeune fille pompier volontaire qui a l'air d'avoir du caractère.

Le dessin est soigné, peut-être un peu sombre parfois, mais à 10 000 mètres de profondeur, ça parraît normal.

Petite citation sympathique :
"La guerre et le crime naissent de l'imagination et du manque d'imagination, les catastrophes naturelles arrivent d'un seul coup sans que personne ne les ait imaginées".

Le tome 2 commence d'une manière un peu étrange et confuse, mais dès que le groupe de scientifiques part en plongée dans la fosse du Japon, ça rentre vraiment dans une autre dimension : ivresse des profondeurs, mystères, suspens, danger. Moi qui ai toujours écouté avec grand intérêt mes cours de géologie à l'école, je suis servie et bien servie. Ce deuxième tome donne vraiment un bon coup de fouet à la série, pourvu que ça dure.

A suivre...

edit du 29/6/2010 : la série étant abandonnée, je change mon conseil d'achat !

Nom série  L'Autre Monde  posté le 28/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le problème avec les immanquables, c’est qu’on en attend beaucoup, et quand c’est juste bien, on est forcément un peu déçu. Voilà pour résumer mon sentiment après la lecture de ce diptyque…

Certes il y a plein de bonnes idées originales (les 3 pays, leurs caractéristiques et leurs noms, la triche, ce qu’il y a derrière le ciel qui tombe), certes on se demande bien pour quelle raison le ciel tombe sur la tête des habitants de cet autre monde, certes ces us et coutumes si proches mais tellement différents étonnent et amusent mais… mais je crois que je m’attendais à quelque chose de plus renversant et globalement, je trouve les personnages un peu simples (simplets ?) et le tout beaucoup trop mou. C'est dommage parce qu'à la lecture du premier tome, j'étais plutôt enthousiaste.

Le dessin de Florence Magnin fourmille de détails et m’a rappellé agréablement le style de certains livres illustrés de mon enfance. Il colle bien au côté « conte » du récit, mais je trouve que justement, peut-être à cause de ce souci du détail sur tous les plans, le dessin manque de profondeur.

Objectivement, je ne peux pas nier que « l’Autre Monde » représente un gros travail tant au niveau de l’originalité et de la recherche du scénario que du dessin, mais ça ne me touche pas plus que ça.

Pas mal, sans plus.

Nom série  Nous ne serons jamais des héros  posté le 27/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les auteurs étant en dédicace prochainement à ma librairie favorite, je me suis laissée tenter par cette BD uniquement sur son graphisme à l’excellente colorisation (en tous les cas, c’est ce qui m’a sauté aux yeux quand je l’ai feuilletée pendant que mon libraire déballait tous ses arguments pour me la vendre). Autres arguments de poids : un one shot bien founi (80 pages), un scénariste plutôt convainquant (sauf sur la longueur) avec « Lincoln », je me donc suis laissée convaincre sans trop de difficulté, et bien m’en a pris !

Cette histoire, malgré ses 80 pages, se dévore littéralement. Ce qui ma faisait hésiter au départ (des tronches un peu spéciales et une histoire peut-être déprimante et larmoyante) a très vite été balayé d’une part par l’esthétisme du dessin lui-même (ces tronches spéciales sont en fait des vraies gueules expressives et attachantes) mais également par la personnalité du père : un vieux grincheux, chieur de première, bourru mais tellement sympathique (ça va bien que c’est pas moi qui faisais le voyage avec lui hein…).

Le thème de la « rencontre » entre un fils et son père alors que ce dernier sent sa dernière heure arriver n’est pas nouveau mais ici point de mièvrerie et de larmoiements : le père est exécrable, insupportable et achète la présence à ses côtés de son fils qui n’a rien de mieux à faire de sa vie de chômeur et qui a surtout besoin de fric. La cohabitation est plus que tendue du début à la fin. Bien sûr, tout ça n’est pas vain et change profondément les choses mais c’est très bien amené et pas du tout artificiel.

Ce trio d’auteurs (scénariste, dessinateur, coloriste) a vraiment fait du très bon boulot, rien à dire. Ce tour du monde est un beau voyage que j’ai eu grand plaisir à suivre.

Lecture et achat vivement recommandés.

Nom série  Les Gardiens des Enfers  posté le 24/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Que voilà un petit one-shot réussi moi je dis !

Basé sur des faits réels, un vrai phare et des personnages ayant réellement existé, ce récit tient vraiment bien la route. Je suis souvent déçue par les one-shots : en général j’achète – entre autres - parce qu’il n’y aura pas à attendre la suite pendant des mois (voire éternellement quand la série est abandonnée) et la plupart du temps je regrette finalement que les auteurs n’aient pas pris plus de temps et de pages pour développer leur histoire. Ici, je trouve que les auteurs ont fait un bon boulot, tant au niveau du dessin que du scénario.

Effectivement, le dessin semble parfois un peu brouillon, comme si la couleur avait été mise directement sur le crayonné, mais j’aime bien ce style. Le dessinateur a par ailleurs apporté un soin particulier pour rendre compte de la violence de l’océan, et ça le fait.

Le scénario fait l’économie des transitions et l’on est sans cesse balloté de droite à gauche, entre le phare, son gardien et son assistant qui flaire un truc louche et les chercheurs d’or à bord de leur bateau qui font route vers Liverpool. Au bout du compte tout le monde se retrouve au même endroit pour un final tragiquement millimétré et une chute « clin d’œil » bien trouvée à mon avis.

N’étant pas spécialisée en histoire maritime grande bretonne, c’est à la lecture du dossier qui se trouve à la fin de cette édition que j’ai découvert que les auteurs s’étaient inspirés de faits, lieux et personnages réels. J’ai trouvé cette présentation de la genèse de la BD fort intéressante.

Un achat que je ne regrette pas !

Nom série  Mezolith  posté le 23/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Avant même sa sortie, cette BD m'avait tentée par son contexte original qu'est la préhistoire. Le dessin semblait de très bonne facture, la seule inconnue était finalement le scénario, et c'est bien là que ça ne suit pas et que je suis déçue.

Après un premier chapitre plutôt brillant : un dessin précis, dynamique, une belle luminosité, et une histoire qui démarre sur les chapeaux de roues avec une chasse qui tourne mal, vient la première légende et son bébé bleu pas gentil du tout... Là, j'ai commencé à me poser des questions... Heureusement, vient juste derrière un nouveau chapitre intéressant : un peu de vie préhistorique, les dangers de la nature, la rivalité avec les tribus voisines et j'y ai cru... Sauf que, au bout du compte, cette BD n'est qu'une suite de chapitres alternant vie préhistorique de tous les jours et légendes parfois assez tirées par les cheveux, mettant en scène des personnages plus ou moins spéciaux et à la longue, même si graphiquement c'est très réussi, j'ai fini par me lasser. Et puis surtout, j'ai du mal à saisir un fil conducteur, une intrigue à laquelle le raccrocher pour avoir envie de lire la suite, à part les aventures et déboires du jeune Poika, il n'y a pas grand chose qui entraine le lecteur.

Dommage, vraiment... je m'attendais à mieux que ça. La qualité graphique m'incitera peut-être à me pencher sur le T2 quand il sortira pour voir si le premier n'avait finalement que les défauts d'un tome introductif, ou pas...

Nom série  Doubt  posté le 11/09/2009 (dernière MAJ le 22/06/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Après la lecture du 1er tome
Ki-oon est décidément un éditeur qui privilégie la qualité à la quantité, jusqu'à présent je n'ai jamais été déçue par ce que j'ai lu de leurs publications. Dernier sorti en date, "Doubt" semble bien parti pour être une très bonne série. Terminée en 4 tomes au Japon, on peut être au moins assuré que l'intrigue ne sera pas délayée à outrance.

Cinq adolescents, fans d'un jeu sur téléphone portable où il faut débusquer un méchant loup parmi des gentils lapins, se retrouvent donc à leur insu enfermés dans un bâtiment désaffecté et se rendent compte assez vite qu'ils sont prisonniers d'une version grandeur nature de leur jeu favori. Il y a un traitre sur les 5, mais qui ? Ca ne fait pas dans la dentelle et la découverte de la première victime ne tarde pas à venir plomber l'ambiance. La tension est bien palpable entre les jeunes gens et, même si j'ai déjà ma petite idée sur la question, le coupable joue pour l'instant très bien la comédie !

Le dessin est correct bien que très artificiel. J'ai eu un peu de mal au départ à attribuer les bonnes répliques aux bonnes personnes mais une fois familiarisée avec le style et les personnages, tout est rentré dans l'ordre. Le scénario présente les ingrédients classiques du thriller de base ce qui ne l'empêche pas d'être plutôt intrigant. J'espère que mon intuition de départ sera mise à mal par une intrigue qui saura me surprendre au cours des 3 prochains volumes.

Après lecture des 3 premiers tomes : c'est quand même moyen moyen, le T3 se lit à une vitesse assez impressionnante et malgré les révélations qui y sont faites, il ne suscite que peu d'intérêt. Je laisse ma note à 3/5 en attendant le T4 mais n'en conseille plus l'achat pour l'instant.

Après lecture des 4 tomes : bon, c'est sans appel je crois... Globalement ce manga est mal construit, assez vide, très moyennement dessiné et les révélations du T4 tombent un peu à plat... Bref, déçue je suis par rapport à mon ressenti après la lecture du T1...

Nom série  Quai d'Orsay  posté le 21/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Malgré l’avertissement « à réserver à un public politico-phile » lu dans le dernier avis posté sur la série, je me suis tout de même laissée tenter et j’ai emprunté par curiosité cette BD qui semble faire globalement l’unanimité.

Je ne suis pas déçue, je suis même agréablement surprise pour tout dire. Malgré un dessin et des couleurs qui, esthétiquement parlant, sont loin de ce que j’apprécie en BD, et malgré un sujet qui a priori ne m’intéresse pas des masses, cette lecture fut vraiment agréable.

Je me contenterai de citer les quelques points forts qui selon moi ont permis de faire la différence :
- le personnage principal, cet extra-terrestre qui semble vivre à un rythme hors normes, avec un cerveau en permanente ébullition,
- la crise de nerf des deux conseillers lors de la rédaction de la 150ème version du discours,
- l’humour discret mais bien senti qui « dédramatise » et permet d’humaniser un peu le ministre,
- le personnage qui écoute Metallica (« Seek and destroooooooooooooooooooooooooooy », ahem, pardon…),
- le dessin (si, si) et cette manière très efficace de rendre compte de l’hyperactivité du ministre des affaires étrangères.
- les parallèles avec la Guerre des étoiles en général et Dark Vador en particulier,
- l’hymne au stabilo !
Je me surprends à attendre la suite pour savoir comment la crise en cours sera gérée. Franchement pas mal ! Mais ça ne donne pas du tout envie de travailler dans ce milieu…

Je n’achèterai pas, personnellement, mais je sais à qui l'offrir et j’emprunterai la suite sans hésiter !

Nom série  Juan Solo  posté le 18/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’avais dit que je laissais tomber Jodo après « La Caste des Méta-barons » et « Sang Royal », mais l’occasion s’est présentée de me faire prêter ce Juan Solo, et j’ai tenté le coup quand même, par curiosité. Dans l’ensemble je dois dire que j’ai bien fait. On a affaire ici à un Jodorowsky toujours fan de personnages névrosés, mais en moins pire : on a bien la femme dépourvue de dignité, l’inceste et une floppée d’hommes avec un bon stock bien fourni de testostérone à revendre, mais ça reste plus qu'acceptable par rapport à ce que j'ai pu lire de lui.

Jusqu’à la moitié du T3, j’ai trouvé ça franchement bien : un enfant des rues, recueilli par un paria dans la poubelle où il avait été abandonné par ses parents, qui tente de se construire une vie. C’est plutôt violent et immoral dans l’ensemble (on n’a pas n’importe qui au scénario non plus), mais c’est assez intéressant de voir comment il arrive peu à peu à prendre sa revanche sur le destin (sur le fond, ça m’a un peu fait penser à « Cuervos », et je vois dans certains avis que je ne suis pas la seule). Le T3 avec ses fantômes et son épisode « total dépravation » a failli tout gâcher, mais le T4, bien que sévèrement barré par moments lui aussi, a bien relevé le niveau, surtout la chute. Le parcours initiatique de Juan Solo aura été intense du début à la fin.

Le dessin de Bess est assez réussi, il manque peut-être un peu de détails par moments, mais les couleurs sont belles et chaleureuses, vraiment ce qu’on attend d’un récit se déroulant en Amérique du Sud, le trait est très dynamique, la narration très bonne, c’est bien construit, bref, c’est du bon boulot.

Un Jodorowsky « soft », à découvrir, même pour les allergiques.

Nom série  Le Casse - Soul man  posté le 13/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce troisième opus de la série "Le Casse " est de loin le meilleur en ce qui me concerne. Le contrat "un tome – une histoire complète" est rempli avec talent : le scénario se tient de bout en bout, avec son lot de rebondissements à la fin. J'ai vraiment passé un bon moment, d'autant plus que je me suis aussi laissée embobiner...

Mais ce qui m'a le plus marquée c'est la manière dont le "Soul Man" partage sa passion pour la soul music : quand il raconte ses souvenirs à son compagnon de cellule, on a vraiment l'impression d'entendre parler un passionné. C'est le genre de discours qui ne souffre aucune contestation, c'est à ce moment de ma lecture que ce personnage a réellement pris de la profondeur et que je me suis complètement immergée. C'est pour moi le point fort de cette histoire et c'est aussi ce qui rend complètement crédible la première pirouette de la chute.

Le dessin n'est pas mal du tout, je n'ai pas de réel reproche à lui faire (peut-être un tout petit sur la palette de couleurs orangées pas très esthétique choisie pour certains passages) : sans être extraordinaire, il est agréable à regarder, remplit tout à fait son rôle et sied parfaitement à ce polar surprenant.

Cette série à thème de chez Delcourt semble être globalement de bonne qualité ! J'espère ne pas être déçue par les 3 suivants.

Nom série  L'Ile panorama  posté le 11/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
"L'île Panorama" a, à mes yeux, les défauts des adaptations mal faites : un manque flagrant de plus value liée au support. Ici encore et comme souvent, j'ai l'impression que le dessinateur a pris le bouquin page après page et a illustré tant bien que mal ce qui était raconté. Ce n'est pas si mal fait que ça, on n'a pas de narration lourde ou de descriptifs assommants, mais il y a une espèce de rythme pas fluide du tout ou des choses qui manquent parce qu'elles n'étaient peut-être pas aisées à illustrer par moments, ce qui ne facilite pas l'immersion dans le récit. J'ai un peu eu le sentiment que l'illustrateur ne s'était pas vraiment approprié l'histoire avant de la digérer et de la reconstruire à sa manière pour en faire cette adaptation. Mais je peux me tromper, je ne connais pas l'histoire originelle.

Le deuxième gros défaut de ce manga, c'est le manque total de crédibilité de la base même de l'histoire, à savoir l'usurpation d'identité d'un homme mort et enterré par un de ses anciens camarades d'université, écrivain rêveur un peu raté, et surtout la manière dont ce dernier décide de se substituer à son sosie : en l'exhumant et en prenant sa place dans sa tombe, pour en ressortir quelque jours plus tard comme s'il avait été enterré vivant… A partir de là, difficile d'entrer dans le jeu, mais à la limite, c'est un aspect sur lequel je suis capable de passer si le reste est à la hauteur.
Malheureusement, les choses incohérentes s'accumulent, comme la présence de personnel d'animation sur l'île alors qu'il y a encore 6 mois de travaux par exemple. C'est juste prétexte à déshabiller tout le monde et à faire une partouze géante. Bizarrement, les scènes en question ne sont pas du tout censurées et il n'y a aucune mention "réservé à un public averti" nulle part en couverture ou ailleurs… La fin est un délire total, à se demander ce que les auteurs ont bien pu fumer comme herbe hallucinogène pour pondre ça.

Le dessin est plus que correct, avec un soin particulier mis dans certains détails de vêtements, d'arrières plans ou autres. J'aime beaucoup tout le passage sous marin. Mais ça ne sauve pas grand chose, ça permet juste de ne pas abandonner la lecture avant la fin.

Contente de ne l'avoir qu'emprunté !

Nom série  Le Dernier Envol  posté le 06/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Franchement pas mal ce recueil de 4 derniers envols : ce qui est surtout intéressant ici, c'est de présenter une tranche de vie de toutes les principales nations en guerre à cette époque : Japon, Etats-Unis, Allemagne, France/Russie. Les deux histoires qui m'ont le plus marquée sont celle du kamikaze Japonais (un dernier envol sur fond de lettre écrite à son père avant son départ, c'est assez émouvant) et celle de l'Expert allemand (j'ai rarement lu une histoire ayant pour fond historique la deuxième guerre mondiale et mettant en scène des allemands humains et sympathiques). J'ai eu un peu de mal à reboucler sur l'histoire de l'Américain avec l'épilogue, j'avais oublié cette histoire de poupée prénommée Lili et je ne comprenais plus rien…

Comme souvent avec les histoires d'aviateurs, j'ai un de mal à identifier du premier coup d'œil le camp de l'avion que j'ai sous les yeux et du coup, je peine parfois à comprendre la scène mais avec un petit effort et de la pratique, ça commence à aller mieux.

Comme toujours les dessins sont magnifiques (trait, couleurs, dynamisme, angles de vue), peut-être moins aboutis et époustouflants que dans Au-delà des nuages, j'ai tout de même noté une courbure d'avion un peu insolite (mais c'est vraiment pour pinailler et puis si ça se trouve c'est moi qui n'y connais rien) mais le talent de Romain Hugault n'est plus à démontrer !

En conclusion, un one shot qui ne semble pas extraordinaire à première vue mais qui contient son lot de grands hommes et un sens du sacrifice poussé à l'extrême, ce qui lui confère une bonne intensité en regard du "faible" nombre de pages pour la mettre en scène.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 35 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque