Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1018 avis et 191 séries (Note moyenne: 3.1)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Par les chemins noirs  posté le 28/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Encore un bel ouvrage de David B., toujours un très beau dessin (admirez la couverture), tiré par l'imaginaire de l'auteur et plein d'allégories. Mina est une jeune française très jolie, on se situe en Italie dans les années 20, ou plus exactement à Fiume, aujourd'hui en Croatie, dans une petite zone revendiquée par les italiens dont Gabriel d'Annunzio. Mais c'est une zone qu'un découpage malheureux fait par les vainqueurs de la grande guerre n'a pas attribué à l'Italie malgré le fait qu'une majorité de la population des lieux soit de langue italienne. La ville devient une sorte de fief utopiste encerclé par l'armée italienne. En fait le contexte historique est intéressant, on parle d'irrédentisme, mais on ne le comprend pas trop en première lecture, car on démêle assez peu la fiction de la réalité historique au premier abord, une histoire de gangsters et de guerre de clans se greffant à tout cela. C'est en soi très réussi, cela est parfois tellement loufoque à vrai dire qu'on ne sait plus à certains moments faire la part de ce qui sort purement de la tête de l'auteur et de son contexte historique.

Mais l'ensemble est très bon, le premier tome pose les lieux et les personnages là où le tome 2 poursuit la description du rêve utopiste et de l'histoire d'amour de Mina, avec également un retour sur les horreurs de la grande guerre.

Très bonne série d'un grand auteur.

Nom série  Rayon Dames  posté le 25/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je pensais lire une histoire complète alors qu'en fait il s'agit de petites histoires allant de 2 à une dizaine de planches tout au plus, chacune tournant autour de la femme de manière générale. Cela commence par une mise en scène de l'auteur dans le milieu de la bande dessinée et les clichés habituels (encore plus fréquents à son époque) sur le fait qu'il y ait peu de femmes auteurs dans le milieu de la bande dessinée. S'ensuit plusieurs récits qui n'ont pas grand chose en commun si ce n'est les lieux, l'Espagne, Barcelone. On y évoque aussi la guerre civile de ce pays ou encore une femme qui se fait torturer dans un bureau de police avec des instruments découpeurs de seins (je ne sais pas si ce genre de trucs à vraiment existé mais l'auteur avait envie de montrer qu'on n'est pas torturée de la même manière quand on est une femme). Globalement les femmes de ces différentes histoires apparaissent sans vie, sans joie de vivre ni leadership et surtout opprimés par les hommes.

Dans le lot les 2 histoires portant sur des enfants pendant la guerre civile se détachent, de plus le noir et blanc utilisé est bien choisi.

Le tout constitue un patchwork ni très intéressant ni très joli, le dessin allant du passable à franchement moyen avec des proportions parfois très étranges, des visages souvent crispés et une colorisation pas toujours heureuse. Bref, vous pouvez y jeter un oeil à l'occasion mais à mon sens rien d'impérissable ne ressort de cette lecture.

Nom série  Première neige  posté le 22/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici un manga ou plus exactement manhwa qui se situe à la croisée des chemins entre le franco-belge et la bande dessinée asiatique. Déjà parce que le scénariste en la personne de Corbeyran est français et son dessinateur est coréen, ensuite cette histoire est plutôt lente dans son rythme et servie par un dessin assez original tout en couleurs. D'ailleurs ces couleurs réalisées en aquarelles sont à mon sens d'un très bel effet même si cela demande quelques pages d'adaptation.

L'histoire en elle-même porte sur le mariage d'un couple, on est centré sur l'épouse qui s'ennuie dans sa vie de femme au foyer alors que son mari travaille d'arrache-pied. Il est souvent absent et ne lui prête pas d'attention. S'ensuit une longue série de reproches mutuels et on ne sent pas d'amour dans cette relation.

J'ai trouvé l'histoire, sans être palpitante puisqu'on est dans les pensées d'une femme qui s'ennuie ferme, néanmoins intéressante à suivre sur le quotidien de cette femme contrainte par ses obligations sociétales pour qui la vie n'a pas vraiment de saveur. C'est une bonne illustration de la mélancolie, au sens premier du terme. En conclusion, sans connaître la nouvelle de Maupassant, base de cette bande dessinée, cette collaboration artistique est convaincante.

Nom série  Virginia  posté le 14/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je connaissais Dash Shaw par son monumental pavé « Nombril sans fond ». Ici Virginia du nom d'une jeune fille qui va vivre une histoire d'amour dans cet album se présente dans un format carré toujours aux éditions Cà et Là. Elle se sent mal dans sa peau, n'est pas un canon de beauté et on a l'impression d'une femme dépressive et sans joie de vivre. C'est ça qui m'a le plus dérangé dans cette lecture, pas la forme et les choix graphiques qui sont originaux. La réalité de Virginia n'est pas belle à voir, le tableau dépeint est sombre. Sa mère est malade, son meilleur ami d'enfance et certainement amoureux est mort. Elle va un jour rencontrer Dick un personnage que je ne trouve pas plus avenant.

C'est un album assez surprenant. Déjà le format n'est pas habituel, ensuite tout est en bichromie : du rouge, du blanc et puis c'est tout (pas de digestif). Enfin on trouve à certains moments des off de l'auteur qui présente ces premiers dessins d'écolier : une maison carrée avec une cheminée, sa maman. Il y a aussi 4 photos à la fin que je n'ai pas trop compris. On peut trouver aussi un petit livret qui lui est de teinte verte mais pas relié à l'histoire principale.

Bref l'album est très expérimental. La quatrième de couverture avec ses petites cases m'a fait penser à Chris Ware. Je pense que je suivrai les prochains travaux de l'auteur même si je note un peu sévère ici.

Nom série  Les lecteurs  posté le 14/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le sentiment final est vraiment bof. Les lecteurs sont des gens comme vous et moi qui cherchent un livre dans les rayons, s'amusent ou s'ennuient de leur lecture ou de celle qui leur est faite.

Encore une fois un exercice de la collection Mimolette qui malheureusement ne me séduit pas plus que ça. Par des planches toutes muettes où seuls quelques traits font paraître les éclats de voix des personnages, François Ayroles tente de décortiquer une population, lui-même étant lecteur mais également "producteur de lecture" si je puis dire. Il décortique les comportements observés, étonnamment souvent conflictuels, la lecture des uns dérangeant les autres. On le voit aussi en dédicace croquer les réactions étranges de ses visiteurs.

Le dessin est simple, quelques traits sans décor, mais expressif car il délivre un message à lui-seul d'autant qu'il n'y a pas de texte.

Pas déplaisant mais trop anecdotique et finalement peu drôle, cet ouvrage risque de ne pas plaire à la majorité de ses lecteurs.

Nom série  De Gaulle à la plage  posté le 01/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le général de Gaulle à la plage ou comment partir d'une hypothèse incongrue pour faire de l'humour – et pourtant il a bien du y aller au moins une fois dans sa vie.

Soit. Le seul problème est que cet album n'est globalement pas drôle, sauf peut-être 2 ou 3 de ces gags formatés sur une demie planche comme dans Le Retour à la terre également dans la collection Poisson Pilote. Mais pas un seul rire, même petit, je n'ai pourtant pas l'impression d'être un lecteur particulièrement exigeant (enfin un peu en matière de bande dessinée d'humour).

Pour ce qui est du dessin il est correct, même si je n'aime pas trop ces couleurs usant de trames. Bref je n'ai pas grand chose à en dire de plus, je pense qu'on accroche à l'humour ou pas.

Nom série  Opération Mort  posté le 27/09/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Opération Mort est un ouvrage très soigné de Shigeru Mizuki, un des auteurs de manga favoris des éditions Cornelius. Rien à dire sur le travail d'édition de très bon niveau en tout point.

Le dessin est vraiment très beau, on a quelques planches de combat de toute beauté, si on peut employer ce terme pour décrire ces scènes - explosions, navires de guerre et jungle luxuriante, mais contrebalancés par des personnages aux visages très caricaturaux et loin d'être réalistes. Peut-être est-ce pour rendre anonymes ces soldats ou plus inoffensifs. Au moins on ne peut pas reprocher de ne pas reconnaître les personnages tant leurs faciès diffèrent.

J'ai eu du mal à être vraiment passionné par l'histoire bien que les faits historiques évoqués suscitent mon intérêt. Le temps que j'ai mis à lire ce manga en est d'ailleurs un signe. Les premières pages sur la vie du camp, les travaux de construction, la pluie, les histoires de caca et de chaussure, tout ça ne m'a pas plus emballé que ça.

Le propos le plus intéressant réside dans le fait de montrer vraiment la mentalité des japonais de l'époque qui peut se résumer en vaincre ou mourir, et cela prend tout de même une bonne part de l'histoire dans sa deuxième moitié. Un japonais ne doit surtout pas se faire capturer ou encore revenir blessé alors qu'il aurait dû sacrifier sa vie, il en va de son honneur. Pendant la guerre cela donnera lieu à de véritables massacres ou "opérations suicide collectif" quand ces hommes conditionnés par leur hiérarchie affrontent armés d'une baïonnette une mitrailleuse américaine. Et cette façon de penser donnera le phénomène qu'on connait souvent dans nos contrées sous le nom de kamikaze.
Pour autant on n'est pas autant touché par "Opération Mort" que par un autre manga qui traite d'un sujet similaire : Tsubasa, un one-shot également qui parle des combattants suicide jetant leurs avions chargés de bombes sur les ennemis et surtout de leur états d'âmes à la veille de la mort.

La postface est à lire, elle nous apprend les intentions de l'auteur à travers ce livre où il nous indique que "l'histoire racontée est à 90 % véridique" car c'est son vécu et nous rappelle qu'à l'époque un soldat avait moins de valeur qu'un cheval.

En conclusion c'est un ouvrage intéressant mais qui manque un peu de force pour captiver le lecteur. Je le conseille.

Nom série  Ikki Mandara  posté le 31/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Osamu Tezuka + one-shot + truc historique vendu comme étant "une grande fresque sur un épisode fondateur de la Chine méconnu en Occident" = j'achète. En plus une belle couverture rose wouhou.

Côté édition, c'est un gros bouquin de plus de 500 pages dans la collection Sensei, nouvelle chez Kana, avec une lecture "à la japonaise", de droite à gauche. On a parfois du mal à lire près de la reliure sans ouvrir bien grand le bouquin au risque de l'abîmer. Mais globalement, on a un très bon rapport qualité prix :-). On trouve étonnamment une petite note en fin d'ouvrage expliquant grosso modo que même si l'auteur représente certains hommes de manière caricaturale, il ne faut en aucun cas y voir une forme de racisme. Ère du politiquement correct quand tu nous tiens.

Je ne m'attarde pas sur le dessin, très Tezukien, moi j'aime bien.

L'histoire est structurée en 2 parties principales. Chacune d'elle est bien introduite par un petit texte explicatif. On suit les aventures d'une jeune chinoise qui se trouve embringuée dans la lutte des boxers au début du 20ème siècle. L'histoire est passionnante mais assez difficile à résumer ici. Il faut souvent s'accrocher, le contexte est quelque peu complexe et les noms des multiples personnages, à consonance chinoise forcément, ne facilitent pas la tâche du lecteur pour s'y retrouver. D'autant plus si la lecture est fractionnée sur plusieurs soirs par exemple. Pour le moins c'est un ouvrage qui ne souffrira pas d'une seconde lecture.

Parmi tout ce qui a pu être publié de lui en France, on tient là assurément un des tous meilleurs ouvrages de Tezuka.

Après une si plaisante lecture, il me reste à voir le très bien côté Gringo, du même auteur et dans la même collection.

Nom série  Colombe et la Horde  posté le 31/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je trouve qu'on a parfois un peu la gerbe à la lecture de cet album tant les situations décrites sont trash avec cette famille de tous les vices, la fameuse Horde, où consanguinité rime avec crétinisme (ou crétinité sinon ça rime pas, ou encore stupidité, Maïté mais je m'égare). Pour autant j'ai bien aimé l'album, je trouve que les personnages même s'ils sont extrêmes et caricaturaux sont attachants. Oui j'ai bien aimé même si je ne m'identifie pas du tout à la mollesse et candeur de Colombe la petite vendeuse de pains au chocolat, une Colombe pas très fute fute qui touche au masochisme quand elle se jette d'elle-même dans les griffes de sa famille frappadingue et n'en sort pas quand l'occasion lui est présentée. La fin n'est pas non plus foncièrement très originale avec cet homme coureur de jupons qui se met au pas de la colombe blessée. Au final Simon Hureau parvient à dépeindre une fresque affreusement crédible d'une galerie de personnages qui pourrait alimenter la rubrique fait divers des colonnes du canard local. Dans la même veine mais au cinéma, on pourra se pencher sur le film italien de Scola Affreux, Sales et Méchants

Le dessin est pour sa part réussi, du moins à mon goût, les personnages sont typés et j'aime bien les couleurs, une jolie bichromie ocre.

Nom série  Les Caïds de la gaudriole  posté le 18/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Aguiché par le nom d'Etienne Lécroart en titre et une alléchante quatrième de couverture vantant les lectures à double sens du dit ouvrage, je sautai sur l'occasion ce dimanche.
Passé inaperçu pour ma part à sa sortie, je fus surpris lorsque j'eus regagné mes pénates de constater que cet album était déjà publié depuis près de 2 ans.

Chez Fluide Glacial dans un format relié à la couverture souple, et en couleurs s'il vous plaît, nous retrouvons le Professeur et ses deux assistants à la recherche des ressorts de l'humour. Et comme les précédents ouvrages de l'auteur, je trouve ça toujours aussi génial même si l'effet de surprise y est moins présent forcément et que les techniques utilisées chères à l'Oubapo avaient déjà été vues. On se prend à essayer de débusquer l'astuce de lecture avant qu'elle ne soit fournie au lecteur. Lécroart toujours aussi porté sur la chose use de lecture à double sens, de double lecture une case sur 2 ou bien encore d'itération iconique dans ce recueil de huit histoires. Seule la dernière se démarque un peu du lot par sa forme, la seule en noir et blanc, et son sujet à savoir la mangalisation du marché de la bande dessinée chère à Gilles Laborderie.

En conclusion, même si je ne mets pas une meilleure note, moins d'éclats de rire et un peu de déjà-vu bien qu'il y ait aussi des idées neuves et drôles, à commencer par le gag avec la couverture, je conserve beaucoup d'estime pour ce travail et continuerai de suivre l'auteur.

Nom série  La Mal aimée  posté le 17/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une chose est sûre, ce recueil ne contient pas le genre d'histoire dont je raffole le matin au petit-déjeuner avec ses thèmes que sont la ruralité, la vie simple et l'amour. De plus je n'apprécie pas vraiment le dessin, notamment les têtes des personnages qui se ressemblent et leurs yeux, pour le coup bien bridés.
Mais une fois rentré dedans, il y a néanmoins des nouvelles qui sortent du lot mais le tout ne laisse pas un souvenir impérissable. Chaque nouvelle est indépendante mais on y retrouve des figures semblables. Le tout fait un bouquin assez conséquent dans les 300 pages.

A lire pour les amateurs d'histoires de terroir et de romantisme.

Nom série  Massacre au pont de No Gun Ri  posté le 17/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Massacre au pont de No Gun Ri relate en bande dessinée un fait avéré survenu pendant la guerre de Corée : la tuerie de civils coréens en fuite qui se sont réfugiés sous l'arche d'un pont pour échapper à la pluie de balles américaines. Ils vont vivre un véritable cauchemar pendant plusieurs jours, dans la peur, l'obscurité, au milieu des cadavres d'autres villageois, famille ou amis. Certains vont essayer de fuir subrepticement une fois la nuit tombée, d'autres restent terrés, d'autres encore s'insurgent contre ces tirs et ne comprennent pas, ils ne sont que de simples villageois sans arme quelconque et ne représentent pas une menace. Est-ce qu'on leur tire dessus en connaissance de cause, les sachant non armés ?

On ne peut pas dire que je sois fan du dessin, il présente des traits assez laids et déformés à ces différents personnages, pauvres victimes qui n'ont rien demandé dans cette guerre.

Le volume est épais, plus de 500 pages, mais elles se tournent vite, des dizaines de pages sur la tuerie donnant au lecteur une overdose d'images affreuses. Les 2 auteurs eux-mêmes coréens font à travers ce livre un devoir de mémoire d'un événement mal connu.

D'ailleurs si vous lisez l'anglais (il n'y a pas d'article français), l'article du Wikipedia anglophone est une première approche pour connaître le contexte de ce fait historique. On se rend compte que des dizaines d'années après, la réalité n'est pas connue à commencer par celle du nombre de victimes et des questions demeurent sur les responsabilités de l'armée américaine.

En conclusion il s'agit là d'un bon ouvrage, la fin laisse supposer une suite, je ne sais pas trop où veulent aller les auteurs car ce premier tome se lit comme un one-shot.

Nom série  Northreed project  posté le 09/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'histoire suit une ligne directrice assez droite, comme le dessin où bizarrement dans la file de gros plans, les personnages n'ont jamais les yeux ouverts. Mais ce dessin ne m'a globalement pas dérangé dans la lecture, et il colle bien aux années post-seconde guerre mondiale, cadre du scénario.

Un ingénieur dessine des plans militaires d'aile volante révolutionnaire, y délaissant au passage sa vie familiale dont l'équilibre se retrouve en péril. Remercié pour sa tâche par quelques jours de vacances, il découvre comme par hasard ses plans dans un bête magazine à Paris. Les communistes ont récupéré ses travaux !

Les ficelles sont assez grosses, le tout ne manque pas d'intérêt mais il faudrait un petit quelque chose en plus.

Nom série  Le Théorème de Morcom  posté le 09/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le Théorème de Morcom est un titre somme toute intéressant à suivre dans les pas d'un journaliste enquêteur sur la vie d'un homme décédé brutalement d'un accident de voiture : suicide comme le dit la thèse officielle ou serait-ce un meurtre ?

Le journaliste américain a envie d'en savoir plus sur cette mort et de retracer dans son canard un article hommage à la vie de cet homme qu'il considère comme un brillant logicien même s'il n'avait rien publié de concret depuis 20 ans, les années 30. Débarqué en Angleterre, il va rencontrer différentes personnes qui gravitaient autour de Morcom et petit à petit en découvrir plus sur les activités du scientifique auprès des machines à calculer. Un schéma à la Citizen Kane comme souligné par un précédent avis.

Le dessin est bien réalisé, j'aime bien le style de Goffin et il nous imprègne de l'ambiance années 50 du récit, je ne l'ai pas trouvé trop rigide ni gênant dans la lecture. Les couleurs ne sont pas toujours du meilleur tonneau par contre.

J'ai bien aimé l'ensemble mais j'ai l'impression que le scénariste a dû se sentir un peu à l'étroit dans ces 48 pages. Le journaliste a eu une aventure avec l'ex de Morcom, ça arrive comme ça un peu vite. D'autre part qui sont vraiment les types qui le suivent ? Et la fin est un peu sèche, et exécutée en quelques cases de plan fixe sur le building siège du journal.

Au final cela reste une bonne enquête qui retient l'attention du lecteur.

Nom série  Plagiat !  posté le 09/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici un bon opus avec un dessin type ligne claire qui me plaît bien, ce n'est plus un style qui fait partie de la majorité de ce que je lis. Cela raconte l'histoire d'un peintre bien en vue qui se fait plagier sa prochaine exposition avant le vernissage, sa vie bascule et il perd pied à partir de ce jour dévalant une spirale infernale. C'est conté avec différents flash-backs et flash-forwards, ainsi l'action est située à la fin des années 1990 et on entre-découvre des passages après l'an 2000 avant la fin de l'histoire et de l'artiste en déchéance sur un retournement de l'intrigue bien trouvé. Il faut rappeler que le titre est paru en 1989 et les scénaristes Peeters / Schuiten, autrement connus pour Les Cités obscures, pondent une bonne histoire d'anticipation avec une fausse biographie et des photos du peintre devant ses oeuvres à la fin , je me suis demandé qui c'était, un de leurs potes sans doute.

A la lecture cela me faisait songer à l'album Dolorès par le style de narration et de dessin.
Bref un titre tout à fait agréable à lire.

Nom série  Le Futuriste  posté le 09/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'adore tout simplement ce genre d'album qui nous permet d'en apprendre plus sur l'Histoire et l'Art également sur des périodes méconnues pour ma part, ici le début du XXème siècle et la survenue de la grande guerre. Les auteurs se placent dans le contexte particulier d'un courant artistique d'avant-garde, en cela je le rapprocherai de l'album « La Sirène des pompiers » qui évoque également les milieux artistiques bien qu'à une autre époque.

Je ne connaissais pas le courant futuriste, qui vise à glorifier le monde moderne, la civilisation et ses progrès mais également la mécanique, la guerre et ses machines.

Luciano Salvatori, personnage fictif évoluant dans les cercles artistiques au milieu de personnalités bien réelles de l'époque comme Picasso et Apollinaire, est un peintre italien adepte du mouvement. Il répond à une commande bienvenue tellement il vit sans le sou sous les toits parisiens pour figurer des images de guerre, user de son imagination pour échafauder les inventions les plus folles.

Les auteurs sont inconnus, mais cette première oeuvre est une réussite. Le dessin de Stromboni est ma foi fort beau avec ces jolies teintes sépia qu'il a utilisé.
Une toile évoquée dans l'album : Portrait prémonitoire de Guillaume Apollinaire

C'est bien raconté, haletant et instructif et en plus les dessins sont vraiment beaux, que demander de plus.

Nom série  L'Epinard de Yukiko  posté le 09/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'épinard est une partie du corps de la jeune femme avec laquelle l'auteur va vivre une aventure de courte durée d'un commun accord dès le départ. Déjà le postulat est étrange, oui j'en aime un autre, mais bon ok pour rester avec toi quelques temps. On pourra trouver cela nombriliste, ne rien avoir à faire de la vie sexuelle de l'auteur, mais c'est lisible, on est finalement intrigué par l'histoire et puis après tout que ce soit de l'autobiographie ou pas, on s'en fout. C'est l'histoire d'une relation telle qu'elle a pu être vécue par plein de couples dans le monde.

J'avoue que je trouve le dessin de Boilet particulièrement agréable. Après je ne sais pas quelles sont ses techniques, s'il se base sur de la photo ou si c'est dessiné à l'aide d'un ordinateur, mais franchement c'est beau.

A part ça, l'édition de Ego comme X est très réussie et de bonne facture. C'est de la manga, bordel ! Ca peut pas être imprimé sur du papier pourri et vendu 7 euros le tome.

Nom série  K (Kana)  posté le 09/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un récit intéressant car on arrive à penser que le personnage est réel. Bien qu'il soit trop bon et généreux aussi bien que désintéressé pour être vrai, K est un alpiniste de renom qu'on appelle en dernier recours pour sauver une personne sur une montagne invaincue par exemple. Le dessin de Taniguchi est égal à lui même, très beau et fin, la représentation de la montagne est superbe, on sent qu'il prend du plaisir à dessiner ces scènes grandioses.

On trouve différentes nouvelles dans cet album, un peu sur le même mode, K vous êtes notre sauveur, K votre bon coeur vous honore. A conseiller à ceux qui aiment la montagne, la nature, les défis de l'homme face aux éléments qu'on ne peut parfois pas défier sans y perdre la vie.

Nom série  Moins d'un quart de seconde pour vivre  posté le 09/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ouvrage oubapien par excellence. Menu dessine 8 cases différentes et Trondheim doit utiliser seulement ces 8 cases au choix et de la manière dont il veut pour raconter des histoires sous forme de strips de 4 cases. Ceux-ci se suivent chronologiquement ou pas. L'objectif est fixé à 100 strips.

Passons le fait que ces cases sont assez moches, les histoires de Trondheim sont inégales. C'est toute la difficulté de l'exercice avec ce type de contrainte qui produit des résultats parfois réussis et d'autres fois moins biens. Si vous recherchez de l'humour, ce n'est pas l'album de Trondheim qu'il vous faut, c'est globalement pas très drôle.

C'est le genre de bande dessinée construite après un dîner arrosé. J'imagine bien la scène : « tiens je te dessine quelques cases là sur ces serviettes en papier et t'essaies de faire un album avec ».

Nom série  Voleurs de Chien  posté le 09/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'histoire de Voleurs de chien est assez classique, kidnapping - rançon - conclusion, mais est néanmoins agréable à suivre. Tous les personnages ont un petit "truc" qui fait qu'on a le sourire au coin des lèvres. Ces voleurs à la petite semaine dont l'un sort de prison et propose "le coup du siècle" sont bêtes comme leurs pieds avec des bouilles qui les rendent sympathiques. Le chauffeur de voiture écrivain est aussi un beau loser dans le genre.

Le dessin est très réussi, j'aime beaucoup les couleurs. L'édition de cette collection des éditions Paquet est très soignée avec un grand format.

Un one-shot à lire à l'occasion.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque