Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 181 avis et 19 séries (Note moyenne: 3.22)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Magasin général  posté le 05/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je viens de lire le 3ème tome de cette série qui aurait dû être le dernier, mais les auteurs nous expliquent qu’au fur et à mesure de l’avancement de leur histoire, il s’est imposé à eux de la poursuivre sur 3 tomes supplémentaires. Ils espèrent ne pas s’être trompés, nous l’espérons également.

Loisel et Tripp nous emmènent au cœur d’un petit village québécois, pendant l’entre deux guerres, dont la vie est régie par le magasin général qui fournit tous les matériels nécessaires à l’ensemble de la petite communauté et qui est maintenant tenu seul par Marie à la suite du décès de son époux, Félix.
Il s’agit ici d’une sorte de chronique où les auteurs n’ont pas cherché à centrer leur récit sur une intrigue mais se sont dirigés vers la narration simple du quotidien des habitants. On retrouve alors tous les personnages qui font le charme d’un tel endroit et qui me font penser aux petits villages ruraux français tel que j’ai pu en connaître pendant mon enfance : le vétéran de guerre aveugle, le « fou » du village, le maire un peu dépassé, le curé au plus près de ses ouailles, les sœurs Gladu reines des commérages... et Marie, la femme généreuse entre force et faiblesse. Les auteurs se sont également documentés pour retranscrire toutes les activités qui rythment la vie rurale québécoise de cette époque.
Alors, au final, il ne se passe pas grand-chose dans ces albums, mais c’est ce qui en fait le charme. On suit avec plaisir la vie de chacun, les petites péripéties et on s’attache à Notre-Dame-des-Lacs et à son personnage central : Marie et son Magasin Général. Le premier tome nous immerge complètement, on découvre les personnages, les affinités, les inimitiés... Le second tome est, pour moi, un peu moins intéressant, on conserve l’esprit mais j’ai moins accroché au quotidien raconté. Le 3ème tome m’a complètement reconquis et justifie pleinement que les auteurs veuillent poursuivre sur 3 tomes supplémentaires.
La coopération des auteurs ne s’est pas arrêtée au scénario et aux dialogues mais s’est poursuivie pour nous servir un dessin à 4 mains (voir 6 avec la mise en couleur). Loisel fait des crayonnés assez poussés qui sont repris et approfondis par Tripp. On obtient un mélange assez intéressant : on reconnaît au final le style du premier mais l’intervention du second permet d’avoir des visages et des personnages un peu plus doux. Pour ma part, je regrette un peu que l’on perde les visages avec beaucoup de caractère de Loisel même si la douceur correspond parfaitement à la teneur du scénario et si le résultat est finalement très agréable. D’une manière générale, l’atmosphère graphique retranscrit parfaitement le lieu et le temps. On pourra apprécier quelques planches « silencieuses » où les émotions nous sont parfaitement transmises.

Je suis donc finalement ravi que cette histoire se poursuivre encore, car même s’il ne se passe pas grand-chose, et que je me suis un peu ennuyé pendant le 2ème tome, les auteurs parviennent parfaitement à nous transporter au cœur de la vie de ce petit village et de ses habitants.

Nom série  Djinn  posté le 30/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dufaux est un des scénaristes que je préfère, et tant mieux pour moi, il a une bibliographie dense et diversifiée.

Cette fois-ci, il s’attaque à une histoire sur 2 plans : le présent, avec la belle Kim qui revient sur les traces d’une de ses ancêtres, et au passé avec justement cette aïeule, Jade, et ses liens avec le couple Nelson.
Dans un premier cycle nous faisant découvrir les personnages et les ambiances ottomanes, les aventures des 2 femmes liées par le sang se déroulent parallèlement, dans une atmosphère érotique et sensuelle très agréable... Comme à son habitude, Dufaux met en place un arrière-plan historique très bien documenté et son récit sait nous intéresser, mais on pourra regretter quelques longueurs et une fin de cycle qui ressemble à une sorte de « délire ».
Le 2ème cycle nous emmène cette fois au cœur de l’Afrique avec toutes ses légendes, toutes ses croyances, tous ses rites et toute la magie qui l’entoure. Toujours aussi bien documentée, cette suite alterne le personnage de Kim et de Jade d’un tome à l’autre en mettant un peu de côté l’érotisme. Après un début un peu déroutant, l’aventure évolue et on retrouve l’ambiance générale de la série. Cette suite est peut-être scénaristiquement moins riche, mais je préfère cette ambiance africaine à l’ambiance ottomane du début.
Le graphisme est l’œuvre de Ana Mirallès qui a révélé un réel talent sur le 1er cycle. Elle a su parfaitement transmettre la sensualité du scénario en dessinant des corps nus de toute beauté sans tomber dans le vulgaire. La sensualité féminine dessinée par une femme a un côté plus doux, et certainement plus réaliste. Son trait fin est amélioré d’un encrage très léger et d’une mise en couleur directe dans des tons très réalistes. Je regrette quand même un manque de mouvement dans l’ensemble et certaines planches moins abouties que d’autres. Pour le 2ème cycle, j’ai commencé par une grosse déception car j’ai trouvé le 5ème tome un niveau en-dessous des précédents : les visages moins travaillés, moins détaillés, déformés. J’ai eu une impression que l’implication de la dessinatrice n’avait pas été la même pour ce tome. Heureusement, sur les suivants, on retrouve cette qualité que l’on avait perdue, mais le scénario étant moins dans la sensualité, on la perd également dans le dessin. Par contre, l’ambiance africaine est bien rendue et on sent dans les visages des personnages une dureté qui s’installe petit à petit.

Cette série est agréable à lire même s’il y a parfois quelques longueurs et si le scénario n’est pas toujours très fouillé. Dufaux arrive à nous emmener dans des ambiances riches qui devraient nous conduire en Inde dans le 3ème cycle.

Nom série  La Croix de Cazenac  posté le 29/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Eric Stalner est certainement un des dessinateurs les plus prolifique actuellement, et on le suit dans cette série depuis maintenant 9 tomes, accompagné au scénario par Boisserie, mais la fin est proche.

Il s’agit ici d’une saga familiale, concernant les Cazenac et principalement le dernier fils de la famille, Etienne, qui prend place durant la 1ère guerre mondiale. Il va découvrir les nombreux secrets qui concernent sa famille et surtout sa naissance alors que tout lui a été caché par ses proches.
Dans un environnement riche et précis, et sur fonds d’espionnage, le début de cette histoire est particulièrement bien ficelé, intriguant et prenant. J’ai regretté que le 3ème tome, qui finit le 1er cycle, se détourne de cette trame réaliste pour nous emmener dans un environnement qui m’a un peu plus ennuyé.
Le 2ème cycle (tomes 4 à 6) repart également sur de bonnes bases, toujours pendant la 1ère guerre mondiale, et redonne de l’intérêt à la série malgré un tome 5 un peu en-dessous.
J’ai trouvé, par contre, le 3ème cycle (tomes 7 et 8 ), qui se déroule en Egypte toujours pendant la même période, moins bien mené, et avec une intrigue moins performante.
Enfin, le dernier tome sorti (tome 9), qui est également le premier du dernier cycle (c’est bon, vous suivez toujours …), m’a réconcilié avec la série. La narration et son déroulement m’ont laissé une très bonne impression et annonce une fin très réussie, enfin je l’espère fortement.
Sur l’ensemble de la série, j’apprécie le travail de recherche qui est fait autour de l’époque traitée pour ancrer cette fiction dans une certaine réalité et pour donner de la profondeur au récit. Par contre, j’apprécie moins quand on sort de ce côté historique pour se focaliser essentiellement sur le côté quelque peu fantastique du personnage d’Etienne Cazenac.
Au niveau du dessin, on connaît les qualités de Stalner et elles sont présentes dans cette série, même si certains tomes m’ont semblé moins aboutis, mais ceci est peut-être du au changement de coloriste. Ces personnages sont tous très bien dessinés, même s’ils ont toujours tendance à se ressembler, les scènes d’actions sont bien rendues avec des découpages classiques mais bons et pour finir les décors sont souvent détaillés et mettent parfaitement en place le cadre de l’histoire. Une remarque sur le 9ème tome où Siro apparaît comme co-dessinateur, mais je ne sais pas à quel niveau il est intervenu. On reconnaît encore le style de Stalner, mais sur certaines cases les visages ne « se ressemblent » plus, et cela m’a un peu interloqué à la lecture.

Cette série, qui tire un peu longueur, est très intéressante à suivre même si certains tomes sont un peu plus ennuyeux. Ma note de 3 étoiles est en fait plus proche d’un 3,5. Elle passera à 4 étoiles si les auteurs arrivent à la clôturer avec une fin à la hauteur des attentes qu’à positionner le 9ème tome.

Nom série  L'Histoire Secrète  posté le 29/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pécau a créé l’univers des Arcanes où des cartes mystérieuses, un peu comme des runes, permettent d’utiliser des pouvoirs souvent extrêmement puissants, et il a décidé de décliner cette idée dans cette série pour revisiter des évènements historiques réels à sa sauce.

Le premier cycle de cette série composé de 7 albums a eu un rythme de sorti soutenu qui s’est étalé sur 1 an et a donc vu plusieurs dessinateurs s’activer à la tâche, mais le plus productif ayant été Kordey. Je ne peux pas dire que je me suis procuré ces albums pour leur graphisme, parce que je le trouve particulièrement bâclé. Souvent très peu détaillé, les éléments, visages et décors, sont souvent déformés et avec des proportions ratées. Les albums qui n’ont pas été dessinés par Kordey, sont de la même veine et j’ai vraiment un sentiment que les dessinateurs n’ont pas prit, ou n’ont pas eu le temps de s’investir complètement.
L’idée de départ de cette série m’avait beaucoup plus séduit que les dessins, car revisiter des faits historiques me semblait intéressant. Malheureusement, le traitement qui en ait fait sur le 7 premiers albums m’a un peu perdu. La narration n’est pas aboutie, beaucoup trop de raccourcis qui nous perdent à l’intérieur des albums et entre les albums qui sont espacés de plusieurs centaines d’années, et au final on ne voit pas l’intérêt de tout ceci.
Au final, ce premier cycle est vraiment une grosse déception pour ma part.
1,5/5

Je n’ai donc pas apprécié ce début, mais je laisse toujours une deuxième chance, je me suis donc lancé dans la suite qui va s’étirer sur 6 albums, cette fois tous dessinés par Kordey (il me semble) mais avec un rythme un peu moins élevé. Ce second cycle va être centré sur le XXème siècle, une période plus proche de nous et donc peut-être plus abordable au lecteur. Toujours est-il que le résultat sur les 2 premiers albums (tome 8 et 9) sortis à ce jour est à mon avis beaucoup plus abouti et m’a semblé plus lisible, plus compréhensible et surtout plus accrocheur. Ce n’est pas encore d’une grande limpidité qui fait qu’on est scotché, mais ça se laisse lire.
Le dessin, qui n’est toujours pas ma tasse de thé, est également un peu meilleur, je trouve qu’il y a moins de défauts.
Ce 2ème cycle s’annonce meilleur que le 1er, les liens entre les albums se faisant plus clairement et l’intérêt du récit semblant plus prometteur.
3/5

Nom série  Les Chroniques de Magon  posté le 29/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nicolas Jarry est un jeune scénariste qui commence à multiplier les succès, et cette série est une des premières qu’il ait écrite.

Je suis un adepte de tous les récits qui s’applique à donner des mondes futuristes réalistes, mais quand tout ceci tourne à une ambiance cyberpunk, j’ai beaucoup plus de mal à accrocher. Au vu du sujet traité, j’avais donc quelques craintes. Ce récit nous plonge dans une immense cité, Magon, au cœur d’une période post-apocalyptique glaciaire. Cette ville abrite une intelligence biocybernétique qui prolifère et qui s’étend afin de prendre le contrôle de toute la ville. Nous allons suivre 2 agents chargés d’endiguer ce phénomène, Giss qui va découvrir que son destin est directement lié à l’IBC et Asmo une sorte d’enfant martyre de ce monde sans pitié.

La prolifération des termes « cyber » dans ce genre de récit a pour habitude de me donner la nausée, mais dans cette série je dois dire que j’ai été accroché et que tout ceci confère à une atmosphère vraiment prenante. On est rapidement plongé dans ce monde qui essaye simplement de survivre alors qu’il est plongé dans un froid polaire et que le soleil n’a plus traversé les nuages depuis des centaines d’années. Les évènements s’enchaînent à grande vitesse et on suit l’évolution de Giss avec beaucoup de plaisir et même si ce personnage est très classique, une sorte d’élu à la Néo, il est très attachant. Le second personnage, Asmo, est beaucoup plus profond (un enfant dont le destin a été brisé par des êtres sans scrupules) et apporte un plus incontestable à la lecture. L’intrigue quant à elle est très vivante, très agréable à suivre car il n’y a pas beaucoup de temps mort. Elle fait intervenir des personnages et des castes différentes qui ont chacun leur propres objectifs. Jarry sait également soutenir les mystères afin de donner du piment et l’envie au lecteur de poursuivre l’aventure.

Le dessin et particulièrement les couleurs sont pour beaucoup dans l’atmosphère apocalyptique très réussie. Les ambiances extérieures toutes en dégradés de rouges pâles, donne un mélange chaud et froid qui correspond parfaitement au scénario. Le style graphique emprunte un peu du manga et confère des expressions réussies aux personnages mais également des attitudes vivantes. Les décors font dans le gothique ce qui convient parfaitement et ajoute à l’atmosphère globale de cette série.

Il ne reste plus qu’un tome (le 6ème) pour avoir le dénouement de cette série qui est indispensable pour ceux qui apprécient les ambiances apocalyptiques / gothiques, et qui peut également ravir les autres.

Nom série  L'Ombre de l'échafaud  posté le 26/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Masbou, l’excellent dessinateur de De Cape et de Crocs, s’essaye au rôle de scénariste pour une série mélangeant policier, fantastique et humour.

Dans une ambiance Parisienne de fin de XIXème siècle, nous allons suivre l’enquête de 2 policiers pour tenter d’arrêter le Spectre, une sorte de malfrat digne des plus grands « méchants » rencontrés dans les James Bond et autres classiques du genre.
Masbou traite cette intrigue avec énergie et un bon rythme en faisant intervenir des éléments surnaturels. Le récit ne fait pas preuve de beaucoup d’originalité, mais la touche « humour » permet de donner un côté farce assez réussi. Le lecteur pourra être parfois dérouté, car pris dans l’intrigue on se retrouve face à des évènements complètement farfelus qui tranchent dans l’évolution du récit. On pourra apprécier la présentation générale des albums sous forme du journal à scandale, « L’ombre de l’échafaud », présent dans le récit, et d’autres petites touches amusantes glissées par-ci par-là.
Graphiquement, le résultat est très réussi. Les dessins sont très précis et très fins, même si l’encrage semble un peu plus gras sur le 2ème tome. Les visages ont un style performant et sont tous reconnaissables facilement, les décors détaillés sont bien dans l’atmosphère parisienne de l’époque. Les ambiances sont très riches en couleurs et sont très agréables à regarder.

Derrière un scénario plutôt convenu, Masbou et Cerqueira apportent une touche originale de traitement qui permet de passer un bon moment. Ce n’est pas inoubliable, mais je conseille quand même.

Nom série  Siegfried  posté le 09/10/2007 (dernière MAJ le 25/10/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici le 1er album de l’excellent Alex Alice depuis Le Troisième Testament, et autant dire que je l’attendais avec impatience et que Dargaud nous a comblés avec une magnifique édition spéciale.

L’auteur s’inspire, comme plusieurs albums sortis cette année, de la mythologie nordique et de l’opéra de Wagner, et nous livre une libre adaptation centrée sur le personnage de Siegfried. Les bases sont connues car ce sont les mêmes utilisées dans la superbe trilogie de Tolkien et donc la réussite de cet album ne se fera pas sur son originalité mais sur la qualité de l’adaptation, sur son ambiance et sur le talent graphique d’Alice.
Pour ce qui est de l’adaptation, il a conservé les principaux éléments comme l’or du Rhin ou l’épée brisée qui font que le récit manque un peu de surprise, mais il y a rajouté sa vision propre en modifiant quelque peu la relation Siegfried / Mime ou encore en mettant en avant le rapprochement entre Siegfried et les loups. Ainsi il insuffle au récit une vision toute personnelle du mythe.
Pour l’ambiance et la qualité graphique, ce sont les 2 points forts de cet album. On avait déjà vu le talent d’Alice pour les angles de vues impossibles et impressionnants, la représentation des architectures gothiques et les ambiances médiévales fantastiques dans Le Troisième Testament. Ici, il nous offre dès le début de l’album une séquence silencieuse tout droit sortie des meilleures introductions cinématographiques. Un exercice très difficile en BD qu’il réalise parfaitement. On pourra ensuite profiter de quelques doubles planches superbement réalisées accompagnant des phases de mise en place du récit. La suite de cet album se déroule dans une forêt des plus réalistes avec des ambiances parfois humides, parfois ensoleillées parfaitement traitées. Ses décors dans la pure tradition de la Fantasy sont tous très réussis. Les personnages ne sont pas en reste, et même si le style peut ne pas être apprécié de tous, je trouve les différents visages et expressions parfaitement dessinés, les postures sont toutes très travaillées, et l’évolution des traits de Siegfried dans le temps est très juste. Il nous offre également quelques cases impressionnantes où l’on reconnaît son talent pour la mise en scène.

Cet album est finalement une très belle introduction à une trilogie annoncée. Par contre, il ne faut pas s’attendre à une réinvention de la fantasy mais à une libre adaptation de ce qui a déjà été fait. On pourra alors profiter de l’atmosphère et de la qualité visuelle offerte par Alice. Un grand coup de chapeau également à Dargaud qui nous offre une édition spéciale de très bonne qualité intégrant une entrevue avec l’auteur très intéressante et de très jolis suppléments graphiques pour un prix raisonnable.

Nom série  Miss Endicott  posté le 07/09/2007 (dernière MAJ le 25/10/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici un album dont la présentation soignée attire tout de suite l'oeil.

En l'ouvrant, on tombe directement sous le charme des dessins de Fourquemin. Dans un style semi réaliste, tout en courbe, il donne parfaitement vie à un Londres entre réalité et fantastique. L'atmosphère des rues malfamées ou des quartiers un peu plus bourgeois est parfaitement retranscrite et on ne peut qu'aimer le style donné aux visages des différents personnages.
Dans cette ambiance, nous allons suivre l'évolution de Prudence Endicott qui va essayer de remplacer sa mère qui vient de mourir et qui était "conciliatrice" de la ville. Le jour, elle sera donc gouvernante d'un jeune garçon, normalement difficile, et la nuit elle règlera les petits tracas de ces concitoyens. C'est dans ce cadre qu'elle va découvrir le "Londres du dessous" mais je vous laisse lire la suite.
Le personnage de Miss Endicott est des plus attachant, une sorte de super héroïne à la fois forte et faible, douce et dure, elle est remplie de générosité, de détermination mais aussi d'un brin de naïveté. Les autres personnages ne sont pas en reste, ils ont tous un caractère bien défini. Le récit est traité avec simplicité, légèreté et humour.

Un très bon début pour ce diptyque dont la suite ne se fera pas beaucoup attendre puisqu'elle est prévue le mois prochain.

09/10/2007 - Mise à jour après lecture du 2ème tome :

La suite de ce diptyque fait progresser le récit vers un univers plus steam-punk, ce qui pour ma part me plait assez. Par contre, on sort complètement de la phase de présentation très réussie du 1er tome pour aborder la phase action et le dénouement de l’intrigue, et c’est à ce niveau que la qualité baisse. Je trouve que ce 2ème tome va très, trop vite, que les personnages sont moins attachants, que le déroulement est plutôt convenu, et même s’il est vrai qu’il faut bien terminer l’histoire, je pense qu’elle aurait pu être mieux finie.

Finalement, une petite déception à lecture de ce 2ème tome, ce qui fait baisser la note, mais j’en conseille toujours l’achat pour la qualité du 1er tome.

Nom série  Mysteries  posté le 24/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Rarement déçu par la collection Ligne Rouge de Casterman, j’ai tenté la lecture de cette adaptation d’un roman de Wilkie Collins, malgré le peu d’avis la concernant.

J’avoue que le début de l’histoire m’a un peu refroidi, et j’ai eu beaucoup de mal à y entrer. Dans un cadre bourgeois de la société britannique du XIXème siècle, nous allons découvrir le personnage de Valéria Brinton qui vient d’épouser Eustace Woodville. Cette partie d’introduction m’a paru un peu longue et un peu lourde, même si elle est nécessaire pour poser les bases du récit et principalement la psychologie un peu en « marge » de Valéria. La suite va être toujours aussi dense, mais va nous emmener au cœur d’une intrigue particulièrement bien ficelée. Entièrement basée sur la réflexion, la narration apporte beaucoup dans l’intérêt de l’enquête car l’action y est complètement absente. Du début à la fin du récit, et ce malgré quelques raccourcis dans l’enquête, on ne sera pas déçu par son évolution et son dénouement. Dans le pur style des romans policiers britanniques, tout ceci nous fait penser aux meilleures Agatha Christie qui sont apparus bien après.

Graphiquement, je n’ai pas trop accroché, mais cela ne m’a pas vraiment gêné, puisque, comme je l’ai indiqué ci-dessus, la narration est tellement dense qu’on ne s’attarde pas trop sur les dessins. Le principal reproche se fait au niveau des visages que j’ai trouvé trop anguleux avec des rendus sur les vues de ¾ déformés. Ils sont quand même très expressifs et ceci ne gâche les émotions des personnages. Pour les décors, ils ne sont pas vraiment détaillés mais représentent parfaitement l’époque traitée.

Malgré un début un peu fastidieux, quelques raccourcis dans l’avancement de l’intrigue, et une lecture très dense, il s’agit d’une enquête très bien ficelée que l’on suit avec plaisir.

Nom série  Shandy, un Anglais dans l'Empire  posté le 23/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Napoléon, l’Empire, la Grande Armée sont des sujets très en vogue et très souvent abordés dans les différents supports artistiques et la BD n’y échappe pas.

Matz, le scénariste de l’excellent « Le Tueur », va ici nous conter les péripéties d’un jeune Anglais, Shandy, adorateur de Napoléon, dans l’Empire. Le premier tome raconte la petite Histoire plutôt que la grand Histoire en se basant sur un complot contre Napoléon. Son traitement est dynamique mais je trouve qu’il y a un manque d’intérêt dans ce qui nous est présenté. Le 2ème tome par contre, nous fait directement rentré dans la Grande Armée, au cœur des grandes batailles Napoléoniennes. Avec une base historique solide, on va suivre l’engagement de Shandy. Ce tome est beaucoup plus profond et beaucoup plus complet. Le personnage de Shandy prend de l’ampleur et devient vraiment attachant.
Au niveau du dessin, il y a à peu près la même évolution. Le premier tome a un rendu plutôt raté même si le trait est bon : les personnages semblent se détacher des décors, la mise en couleur est très inégale avec parfois des rendus réussis et d’autres fois des rendus aux teintes artificielles. La mise en couleur du 2ème tome a évolué dans le bon sens, pour donner un côté réaliste beaucoup plus performant. Les scènes de batailles sont très réussies et les décors de l’Europe de l’Est nous plongent dans l’ambiance.

Une série sympathique dont le niveau progresse sur ces 2 premiers tomes, en attendant le prochain.

Nom série  Rouge de Chine  posté le 22/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai découvert Robin avec Koblenz, et ayant apprécier son trait je me suis lancé dans « Rouge de Chine ».

Au niveau du dessin, je n’ai vraiment pas été déçu. Son style était déjà très affirmé et d’une grande qualité. Il utilise des mises en pages et des cadrages audacieux. La mise en couleur est douce ou dure selon l’émotion qu’il cherche à transmettre et il tombe toujours juste. La qualité ne cesse d’augmenter au fil des 4 tomes pour arriver à des planches vraiment superbes pour le final.
Pour l’histoire, j’ai été un peu dérouté. On suit un amour impossible sur fonds de coutumes ancestrales chinoises, de guerre avec l’Europe coloniale, de magie et d’interventions démoniaques. C’est un récit vraiment très original, mais dont je n’ai pas toujours très bien saisi l’intérêt. Le déroulement est un peu fouillis, et l’intervention du fantastique m’a un peu perdu. En fait, je pense que Robin a essayé de faire quelque chose d’un peu trop imaginaire pour moi. Il en reste quand même une belle histoire avec une fin que j’ai beaucoup aimée.

Tout n’est pas parfait dans cette histoire, mais quelques éléments, comme le dessin et l’ambiance chinoise, sont vraiment plaisant. Je n’en conseille quand même pas l’achat car je n’ai pas accroché à la globalité du récit.

Nom série  Flamingo  posté le 22/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voici une des rares séries que je connaisse sur le monde de la boxe, mais on peut dire qu’elle fait quand même dans le classique et convenu.

Les auteurs utilisent tous les éléments qui pourraient donner un bon thriller : combats, romance, meurtres, matchs truqués, drogue, trafics, mafia … Le récit est donc assez dense et alterne entre ses différents sujets, l’ensemble est donc assez complexe mais à l’air bien ficelé même s’il est parfois un peu compliqué de s’y retrouver. Par contre, je n’ai pas vraiment accroché à la narration qui est parfois un peu lourde et maladroite (c’est vrai que c’est des boxeurs), et les thèmes abordés ont beau être nombreux, il n’y a rien de très original.
Le dessin me fait une impression bizarre. Il est détaillé et bien fourni en décors mais je trouve les traits hésitants, et le résultat n’est pas vraiment beau à regarder. La mise en couleur donne de bonnes ambiances mais elle n’apporte pas grand-chose. Tout ceci confère à ce que je n’accroche pas trop à la lecture.

Un peu déçu par cette lecture, je vais quand même attendre la suite pour voir si une amélioration de traitement peut faire monter le niveau de cette série.

Nom série  Secrets : Samsara  posté le 22/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai continué ma lecture des secrets de famille imaginés par Giroud, avec ce premier tome qui nous emmène aux Indes.

Cette fois, le scénariste a basé son récit sur un élément pour le moins pas vraiment original : une chasse aux trésors au cœur de l’Inde du XIXème siècle. Une jeune fille très courageuse, Elizabeth Griffith, qui fait tout pour sortir les enfants des quartiers pauvres Mancuniens de la misère, va découvrir que cette folle quête auquel ont participé ses parents avant sa naissance, peut renfermer de sombres secrets sur ses origines. Ce premier tome est donc tout d’abord une mise en place des personnages avec principalement le personnage d’Elizabeth qui est vraiment très attachant, et puis un très long flash-back racontant ce qui est arrivé à ses parents, aux Indes, lors de cette chasse vouée à l’échec. C’est toujours très bien raconté, avec les qualités de Giroud pour cette narration fluide, mais l’ensemble est quand même un peu long et on a du mal à rentrer complètement dans la partie « chasse au trésor ». Toujours est-il que ce tome lance parfaitement l’intrigue en révélant quelques éléments mais en rajoutant au fur et à mesure de nouveaux mystères.

Au niveau graphique, c’est une vraie réussite et un vrai plaisir pour les yeux. Faure a en fait réalisé des peintures en guise de planche avec un résultat souvent très jolis et des couleurs vraiment superbes. Par contre, on pourra regretter quelques choix pas toujours judicieux avec des teintes un peu trop éclatantes ne donnant pas tout le côté réaliste. Il y a également un manque de netteté lorsqu’on lit puisqu’on est près de la page, mais si on prend un peu de recul, le dessin prend une autre ampleur. Au final, j’ai beaucoup aimé feuilleter et refeuilleter cet album juste pour mes yeux.

Un 1er tome qui annonce une bonne suite mais qui, malgré les dessins magnifiques et une intrigue bien amenée, ne m’a pas complètement conquis à la lecture.

Nom série  Secrets : Le serpent sous la glace  posté le 22/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après avoir beaucoup apprécier Secrets : L'écharde, je me suis lancé dans la lecture de ce triptyque, toujours basé sur les secrets de famille, mais beaucoup plus orienté sur l’action que sur l’émotion.

C’est tout d’abord vrai grâce au dessin qui est très dynamique et très vivant. J’ai trouvé que tout était bien traité et détaillé : visages, décors, découpages … Le style est en fait parfaitement en accord avec cette histoire qui se base en grande partie en Russie.

Ainsi, toujours sur une base historique bien documentée entre guerre froide, conquête du pôle nord et décadence de la Russie, on va suivre le jeune Valentin Kozlov qui part sur les traces du passé de son père pour en apprendre davantage sur ses origines. Ce qu’il va alors découvrir va changer sa vie et va également faire de lui l’objet d’une traque dont il ignore la cause. L’intrigue est bien ficelée, bien racontée, mais après un premier tome prenant, j’ai trouvé que la suite du scénario avait été complexifiée de manière un peu artificielle et je n’ai pas trouvé les éléments révélés dans le dernier tome très intéressants. Au-delà de ce point négatif, on pourra apprécier le bon dosage entre action et réflexion, la qualité de la narration qui fait qu’on suit le parcours de Valentin avec beaucoup de plaisir.

Cette série est vraiment très agréable à lire, mais je pense que 2 tomes auraient pu suffire pour raconter cette histoire sans tomber dans la surenchère de révélations surprises.

Nom série  Secrets : L'écharde  posté le 19/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Chaque famille possède ces secrets, des choses qu’on ne dit pas pour ne pas faire de mal, mais est-ce vraiment la bonne solution ? C’est la question que c’est posé Giroud, et qu’il va décliner sur plusieurs récits relativement cours.

J’ai donc commencé par « L’écharde », un diptyque, où on va pouvoir découvrir ce qui a amené ce père de famille, normalement comblé par une femme et deux filles, à se suicider. Dans un environnement historique riche, basé sur deux époques très importantes pour la France que sont la seconde guerre mondiale et les émeutes de mai 1968, on va suivre une jeune fille en quête du passé de son père et donc de ses origines. J’ai trouvé le scénario vraiment très bien ficelé, très bien raconté, et même s’il n’est pas toujours très vivant et manque un peu de rythme, on suit les rebondissements avec assiduité. On s’attache aux différents personnages, certains sentiments forts et durs passent pendant la lecture.
J’aurai un peu plus de réserves au niveau du dessin qui ne m’a pas toujours emballé. J’ai trouvé que les visages n’étaient pas maîtrisés, sans caractère, et qu’ils se retrouvaient souvent déformés. L’ensemble manque de détails et paraît souvent fade à côté du scénario qui a une vraie profondeur. Les couleurs sont elles aussi relativement « lisse » mais au contraire du dessin, elles conviennent bien à l’histoire.

Malgré le graphisme décevant, j’ai vraiment été captivé par ce diptyque dont la lecture est très fluide, très plaisante et fait passer des émotions fortes.

Nom série  La Marque du péché  posté le 18/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album, sorti en début d’année, avait plusieurs éléments pour m’attirer : une couverture et un intérieur avec un touché particulier et un dessin dans des tons très pâles mais très joli à regarder.

Sur du papier de très bonne qualité, apparaît un dessin avec une colorisation très légère, très douce qui nous appelle à la lecture de cette histoire. Les visages sont très réussis avec de belles expressions, les décors sont réalistes et posent bien l’environnement. Mais finalement, ce n’est pas ça le plus important, c’est l’atmosphère qui s’en dégage qui est envoûtante avant même d’avoir commencé la lecture.
Au niveau du récit, après la découverte de la préface qui nous présente la dictature qui sévit en Argentine au XIXème siècle, on pense se diriger vers une série plutôt historique, mais il n’en est rien. Il s’agit d’une histoire romantique autour d’un amour impossible sur fond de guerre civile qui semble emprunter des chemins fantastiques. Ce début est agréable à lire, avec une narration fluide mais ce n’est qu’une introduction et certains éléments me font un peu peur pour la suite.

C’est donc un bon début pour cette série, mais comme souvent avec des 1er tomes, il est difficile de juger de ce que sera la suite. Toujours est-il que ce tome est de bonne qualité et que je le conseille.

Nom série  L'Ange & le Dragon  posté le 18/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Soleil et Téhy se lancent dans des albums innovants mettant en avant l’utilisation de nouvelles techniques de réalisation. Ici, ils font appel à Lalie pour réaliser un album tout en images de synthèses.

Je ne suis pas vraiment réfractaire à leur utilisation en BD mais je trouve qu’en général, on perd tout ce qui fait leur point fort : c'est-à-dire la possibilité de se déplacer dans un univers en 3 dimensions alors que la BD ne présente que des images « arrêtées ». Un dessinateur parvient à mettre de l’animation dans une case en trompant l’œil du lecteur, en lui faisant croire qu’il y a du mouvement, c’est ce qui est, je pense, très difficile à faire en utilisant des images de synthèses.
Je dois avouer que cet album m’a surpris car j’ai trouvé que l’ensemble était assez vivant. Au-delà des visages qui sont souvent figés et qui ont des expressions qui ne sont pas naturelles, j’ai trouvé qu’il y avait du mouvement dans les cases : des positions corporelles très réalistes, des feuilles d’arbres qui tombent, le vent dans les champs, les déplacements des dragons. Un très gros travail a été fait et les auteurs ont réussis à faire vivre les personnages. Tout ceci est complété avec des décors souvent très impressionnants, très détaillés, avec des ambiances colorées magnifiques. Les perspectives offertes par la 3D sont vraiment très bien reproduites sur les cases en 2D, et on obtient de très belles vues.
Cette réussite graphique sert un scénario auquel je n’apporterais pas les mêmes louanges. On pourrait croire au début à une BD qui va nous présenter un univers en guerre avec d’immenses batailles à dos de dragons, mais finalement il n’en est rien. On va être spectateur d’un drame romantique qui aurait pu être prenant, poignant, mais je n’ai pas trouvé cette dimension dans la narration. Je l’ai en fait trouvé un peu plat, trop convenu, seule la fin a étayé ma curiosité.

Mes yeux ont été ravis par le feuilletage, mais ma lecture a été ennuyeuse. Je lirai quand même la fin de ce diptyque car une bonne surprise est encore possible.

Nom série  42 agents intergalactiques  posté le 18/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les éditions Soleil aime bien décliner leurs séries avec des spin-off (exemple avec Kookaburra) soit pour élargir l’univers créé par les auteurs ou serait-ce pour faire de l’argent ?

Ici, il s’agit d’un dérivé de Tessa, Agent Intergalactique qui va nous présenter sous forme de one-shots scénarisés par Louis, le dessinateur de la série originelle, différentes missions d’AI. Dans ce premier tome, on va suivre Nitaar qui a été engagé pour une mission de médiation sur une planète où s’opposent 2 peuples aux préceptes religieux antagonistes. On se rend tout de suite compte que le ton employé est beaucoup plus sérieux que celui de la série mère et il en ressort un récit ayant un peu plus de profondeur. Le déroulement de ce 1er tome est relativement correct avec une bonne mise en place, un peu de romantisme, mais la fin est un peu facile et tout est réglé un peu trop vite.
Le dessin est assuré sur ce tome par Louis, qui n’assurera plus que les planches de début et de fin des prochains tomes. Ses qualités sont toujours présentes : dynamisme, vitalité, dessin maîtrisé, découpages et cadrages soignés. Il fait preuve d’inventivité sur les différents designs : architectures, costumes, extra-terrestres … L’ambiance colorée de Lamirand est bonne mais le rendu est un peu trop « parfait », un peu trop « informatisé ».

Cette série est à conseiller à ceux qui apprécient la série mère, pour les autres je ne suis pas sûr qu’elle leur apporte quelque chose même si c’est agréable à lire.

Nom série  Guerres parallèles  posté le 18/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’avais lu une preview qui m’avait plu de cet album avant sa sortie, puis j’avais quand même préféré attendre d’avoir des avis positifs pour me lancer. Voila qui est fait, et après lecture, cette série s’annonce très bien mais je ne suis pas complètement conquis.

Graphiquement, ceux qui ont lu Shaman reconnaîtront les qualités des frères Péru. Ils savent créer des univers à part entière, très riches au niveau des décors, des designs, des ambiances futuristes avec des architectures à couper le souffle. L’ensemble est rehaussé d’une mise en couleur qui ne « cache » pas le dessin mais l’accompagne pour un résultat très agréable à regarder. Par contre, comme les autres lecteurs, je trouve les visages trop « lisses », manquant de caractère, et je trouve qu’ils ne sont pas très beaux lorsqu’ils sont de ¾ (c’était déjà un défaut présent dans Shaman).
Cette ambition graphique s’accompagne d’un scénario qui l’est tout autant. Ce premier tome nous présente un jeune homme amnésique rattrapé par son passé de commandant d’une puissante armée. On est plongé dans un monde aux multiples facettes où les personnages peuvent se téléporter d’une planète à une autre. Les auteurs mettent en place un univers complexe : de nombreux protagonistes, des lieux multiples, des références religieuses, un background vraiment très fourni. Ils alternent entre phases d’action et de présentation mais cet album reste quand même une grosse présentation qu’il n’est pas toujours facile de suivre et après laquelle il est encore difficile de dire si tout ça ne va accoucher d’une souris.

Ce 1er tome est donc une bonne découverte, mais reste une mise en bouche un peu compliquée d’un univers qui pourrait être vraiment très intéressant. Si la suite confirme ceci, ma note ne pourra que monter.

Nom série  Marshall  posté le 17/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Après le tragique décès de Tello, dessinateur d’origine de cette série, on aurait pu croire qu’elle n’aurait pas connue de suite, puis finalement elle a été reprise par d’autres dessinateurs pour aboutir à la fin du 1er cycle composé de 4 albums.

Les 2 premiers albums ont été dessinés par Tello, avec un rendu dans un style bien particulier : des visages dans un style assez « manga », des corps un peu « carrés » mais bien mis en mouvement, le rendu général est assez joli avec un crayonné qui transparaît dessous la couleur. Par contre j’ai trouvé que l’ensemble manquait de lisibilité et que les scènes d’action étaient particulièrement confuses. La mise en couleur est assez bizarre et ne rend pas le dessin plus clair. Le 3ème tome a été dessiné par Velasco, et on sait combien il est difficile de reprendre un univers créé par une autre personne. On est donc assez éloigné du style de Tello, avec un ensemble beaucoup plus « lisse », avec moins de personnalité, mais l’ensemble est aussi beaucoup plus limpide et beaucoup moins confus. Enfin, le 4ème tome a été pris en charge par Tirso, et je dois dire que j’ai été surpris par le résultat. Plus proche du style de Tello, on retrouve la même ambiance et le résultat a gagné en clarté.
Le scénario de Filippi ne m’a par contre pas du tout convaincu. Après un premier tome qui met les choses en place, nous présentant une intrigue qui semble avoir de la profondeur, on se perd un peu entre les nombreux protagonistes qui interviennent. Puis les tomes suivants sont surtout basés sur de l’action qui se passe à différents endroits, avec les différents personnages séparés en équipe, mais on a vraiment du mal à suivre tout ceci. Certains enchaînements se font trop rapidement, les personnages se retrouvent à un endroit sans qu’on l’on sache comment ils y sont arrivés et on a oublié pourquoi ils sont là. Les bases du monde créé par le scénariste sont convenues et éculées, les personnages sont relativement classiques et manquent de profondeur : le récit ne perd pas de temps à les approfondir pour que l’on s’y attache.

J’ai été quelque peu déçu par cette série qui, malgré une intrigue de départ plutôt intéressante, possède de trop nombreux défauts de traitements. La lecture en devient confuse et pas vraiment agréable. Peut-être que le 2ème cycle, s’il paraît un jour, corrigera tout ceci.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque