Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1120 avis et 393 séries (Note moyenne: 3.05)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Corps et Âme  posté le 16/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette adaptation en bande dessinée, signée Matz et Jef, rend le meilleur hommage possible au scénario original de Walter Hill, à savoir un album prenant et parfaitement mis en images par un dessin assez bluffant.

L'histoire est celle de Franck, un tueur à gages très pro, discret, efficace et sans histoire. Tout bascule pour lui lorsque quelqu'un décide de se venger de lui. Qui ? Pour quel contrat ? En essayant de répondre à ces questions, l'intrigue est déjà prenante. Mais quand on ajoute en plus le comment, c'est à dire les détails de cette vengeance, l'histoire devient encore plus intense. En effet, ce mystérieux ennemi aurait pu se contenter d'abattre froidement notre tueur... mais non, il y a mieux, plus malin et plus cruel encore qu'un simple règlement de compte. Il va lui ruiner sa vie, je vous laisse lire l'album pour savoir comment.

Tout ça est déjà sacrément bien mené, mais l'histoire ne s'arrête pas là. Franck va se reconstruire petit à petit et se venger à son tour. En tuant cet ennemi ? Là encore c'est plus subtile et plus diabolique. Comme le dit la 4e de couverture, la pire des vengeances n'est peut être pas la mort...

Pour ne rien gâcher, au delà de la qualité de l'intrigue, la narration est également hyper efficace. Il y a une variété dans l'enchainement des séquences qui dynamise le récit. Les petits flash back, l'alternance des passages qui mettent en scène Franck avec ceux centrés sur d'autres personnages, nous laisse régulièrement sur un certain suspens. Le récit se construit un peu comme un puzzle où on ne comprend pas immédiatement ce qu'on nous raconte, mais lorsque s'emboitent les pièces tout s'explique admirablement. Certains rebondissement sont un peu prévisibles (le rôle de Johnnie par exemple), mais ce n'est pas bien gênant et c'est bien le seul minuscule bémol.

Pour ne rien gâcher (bis), le dessin est excellent. Ce style réaliste, parfois violent, parfois sensuel, a des cotés un peu photographiques. Il colle en tout cas à merveille à ce récit. L'ambiance est vraiment là, on reconnait San Francisco, on sent la moiteur des motels pourris ou l'insécurité des ruelles sombres et la tension est palpable dans les moments critiques. Les scènes sans dialogues parlent d'elles mêmes. Du très bon travail.

En conclusion, un polar de haute volée comme j'aimerais en lire plus souvent.

Nom série  The Time Before  posté le 12/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette histoire est une variante du principe déjà bien connu de "L'effet papillon" : avec le pouvoir de retourner dans le passé, une petite modification d'un événement peut avoir de grandes conséquences et modifier complètement le cours de l'histoire. Ici, notre héros, un jeune photographe new-yorkais des années 60, est en possession d'un talisman qui lui permet de revenir dans le passé autant que nécessaire pour changer ce qu'il souhaite.

Cette version est pleine de charme. L'ambiance et l'époque sont bien choisies. Le style graphique de Cyril Bonin se prête très bien à cette histoire. Le personnage est attachant et intelligent. On dirait qu'il a conscience que la moindre modification peut révolutionner complètement sa vie à venir, il va donc essayer de ne pas abuser du pouvoir du talisman et essayer de l'utiliser le plus judicieusement possible. Au début il va corriger des bricoles, c'est presque un jeu. Et c'est amusant de le voir draguer maladroitement et revenir quelques minutes en arrière pour recommencer un peu mieux. Par la suite, il va s'astreindre à ne pas utiliser le pouvoir, conscient des risques et des dérives potentiels. J'aime bien cette vision réfléchie qui renforce la bonne impression que me faisait le héros.

Bien sûr, ça ne va pas se dérouler aussi simplement, et il va s'en suivre des désagréments, que j'ai trouvés tout aussi crédibles et efficaces. Le dénouement est également très bien vu. Au final, Cyril Bonin signe ici un très bon album !

Nom série  Black Sands  posté le 12/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un quart de seconde guerre mondiale, un quart de Lost, un quart de Walking Dead, et un quart de faits réels, voici Black Sands. Cette histoire se passe donc sur une île à priori déserte où échoue une escouade de militaires américains en pleine seconde guerre mondiale. Ils vont vite s'apercevoir qu'ils ne sont pas seuls et que les autres occupants ne sont pas des touristes en vacances. Et qu'en plus de leur faces de zombies, les autochtones ont un petit penchant pour le cannibalisme. Enfin ils auront à échanger quelques amabilités avec des militaires japonais eux aussi présent sur les lieux.

Ce contexte tendu est évidement propice à l'horreur et l'angoisse et c'est plutôt bien rendu. Il y aura pas mal de dégâts parmi les protagonistes. Ce qui est intéressant ici c'est que nous avons plus qu'un récit "classique" de guerre ou de zombie, et que l'intrigue ne se cantonne pas à des combats. Il y a certes pas mal de scènes ou ça tire dans tous les sens, mais derrière ça, il y a une histoire plutôt bien fichue. Quel est le secret de cette île ? Qui sont réellement ces créatures et qu'est ce qui se cache derrière tout ça ? Ces éléments pimentent bien l'intrigue et les révélations finales concluent très bien ce récit. Ça fait froid dans le dos de se dire que c'est inspiré de faits réels...

Visuellement l'ambiance est là, ça fonctionne bien. Le trait réaliste et les couleurs sont tout à fait adaptés. Le seul reproche graphique qu'on peut faire, c'est que comme souvent dans ce type de série, on ne distingue pas toujours bien qui est qui quand tout le monde est en uniforme. Mais cela ne nuit pas à la compréhension globale de l'histoire.

Nom série  Cette machine tue les fascistes  posté le 07/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Si de prime abord cet album a l'air de raconter une histoire sur la seconde guerre mondiale, ce n'est pas qu'une impression, c'est bien le cas. Par contre c'est plus que ça. L'originalité ici c'est d'avoir placé au centre de l'histoire une machine. Un tank pour être précis. Et même le meilleur tank qu'ai connu cette guerre. Et plus qu'un docu fiction sur ce conflit, ou sur cette machine, il est avant tout question de la relation fusionnelle qu'entretient son inventeur avec sa création.

L'histoire s'étend donc de la naissance jusqu'à la fin de la vie de l'engin, 50 ans plus tard. Et c'est la deuxième bonne idée : ne pas s'être limité à une guerre et d'avoir donné plusieurs vies à cette machine. Ainsi avant de devenir ennuyeuse, l'intrigue rebondit et change radicalement de lieu et nous emmène à Cuba puis en Afrique. Cela rythme intelligemment le récit.

Par contre ça reste quand même l'histoire d'un tank qui balance des roquettes sur les Allemands, les Cubains puis les Africains. Même si la relation avec le créateur est un bon moteur, c'est pas suffisamment marquant. Donc même si je n'ai pas trouvé ça bien raconté et globalement intéressant, je pense qu'au final ce one shot ne constituera ni une lecture marquante, ni un album qui appelle une seconde lecture.

Nom série  Galkiddek  posté le 16/04/2013 (dernière MAJ le 27/02/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Franck Giroud, scénariste talentueux et prolifique, explore ici un genre qui manquait à son catalogue : le fantastique. Il nous conte avec sa verve habituelle une histoire d’amour et de vengeance, teintée d’alchimie et de magie. Le dessin s’accorde très bien avec le propos. Les visuels dépeignent parfaitement cette ambiance moyenâgeuse fantastique.

L’histoire est agréable à suivre, il n’y a pas de temps morts. Les caractères des personnages sont bien fouillés et assez crédibles. Dans le premier tome l’aspect fantastique est plutôt suggéré et il devient à peine plus important dans la suite de la série. Cela se limite à quelques sortilèges d'alchimiste. Il n’y a pas vraiment d’éléments à couper le souffle, mais pas mal de détails qui fonctionnent bien et mis bout à bout on a juste ce qu’il faut pour donner envie de lire la suite et voir comment évolue l’intrigue.

Celle ci semblait être principalement une histoire d'amour et elle se transforme lentement mais surement en une histoire de vengeance. C'est bien amené, assez crédible et on a envie de savoir quels sont les plans de Dame Lillewyn. La préparation est minutieuse, elle semble savoir ou elle va, mais quelques péripéties vont faire trembler cette belle mécanique.
J'ai trouvé particulièrement pas mal le contre pied du début du troisième tome ou l'on découvre qu'elle n'est pas la seule à vouloir se venger et que quelqu'un d'autre tire en fait les ficelles du drame qui se prépare. Par contre c'est un peu dommage d'avoir situé le dénouement tant d'années plus tard, ça perd un peu en crédibilité.

Au final, une trilogie bien agréable, qui se lit d'une traite.

Nom série  Velvet  posté le 05/11/2014 (dernière MAJ le 25/02/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une agence de renseignements britannique, des agents secrets, ça n'est pas sans rappeler ce cher James Bond. Sauf qu'ici notre héros est une héroïne et que malgré ses 43 ans elle est toujours ultra sexy, super intelligente, hyper forte, etc etc... S’arrêter à ces clichés serait une erreur car derrière tout ça il y a un récit qui tient vraiment la route, si on aime les histoires d'espions.

Tome 1
La trame de départ est tout de suite intéressante, on rentre dans le vif du sujet dès les premières pages. Et dès les premières pages ça fonctionne. Il se cache quelque chose ou plutôt quelqu'un derrière les mésaventures de Velvet, et ça marche on a envie de savoir. Le scénario est dynamique et ultra efficace. On retrouve ici des mystères, de l'action, des rebondissements, de la suspicion ... Bref tous les ingrédients qu'on aime dans ce genre de polar et qui sont ici très bien utilisés. On oublie vite les réticences que pourraient entraîner les "caractéristiques" de la dame pour se laisser porter par l'intrigue

Et pour ne rien gâcher le dessin est excellent et totalement en adéquation avec l'intrigue. Ce style ultra réaliste est assez bluffant.

Tome 2

Le second tome est de la même trempe, et il transforme l'essai, si tant est qu'il y avait besoin de confirmer le potentiel du premier opus. On a toujours les deux trois détails un peu gros inhérent à une série telle série d'action. Comme les supers aptitudes de notre héroïne qui n'a rien perdu de ses talents d'espionne même après avoir passé 10 ans sur une chaise à jouer les secrétaires. Et une fois encore, il serait bien dommage de bloquer la dessus car le scénario que nous réserve cette série n'est pas loin d'être un must du genre.

Le suspens et la tension sont vraiment palpables. Le scénario est un petit bijou tant dans son contenu que dans sa construction. Les rebondissements sont hyper bien amenés, chaque chapitre apporte son lot de surprises, mais aussi de réponses qui font avancer l'intrigue. On ne reste jamais sur notre faim. Velvet essaye de démêler le complot dont elle fait l'objet et se livre à un jeu dangereux. Il y a du bon dans les événements présent, mais aussi dans les liens avec ceux d'un passé plus ou moins lointain qui s'intègrent très bien à la trame principale et qui prennent de plus en plus d'importance au fur et à mesure que l'histoire avance..

C'est efficace, c'est malin, c'est bien foutu, c'est pleins de bonnes choses en fait. Coté dessin, ce style réaliste fait vraiment bien le boulot, c'est magnifique. Les détails, les décors, les ambiances : tout est vraiment réalisé avec soin. J'adore.
Chaudement recommandé ++

Nom série  Roche Limit  posté le 21/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bien que la tranche de l'album arbore un numéro 1, ce premier tome peut se lire comme une histoire complète. Roche Limit est une planète lointaine sur laquelle un milliardaire a développé une colonie qu'il rêvait élitiste, prospère et agréable à vivre. 20 plus tard la réalité est tout autre, et le quotidien des habitants est des plus moroses. On se croirait dans une cité mal famée, peuplée de gens blasés sans avenir. Les autorités semblent avoir disparu. Violence, drogue et prostitution sont le quotidien des habitants. Sympa le tableau. Avec un tel contexte, pas étonnant que la disparition de jeunes femmes n'inquiète personne. Sauf la soeur d'une des victimes qui va tout mettre en oeuvre pour la retrouver.

Le background est plutôt bien imaginé et l'introduction est assez accrocheuse. Du coup on a assez envie de savoir comment tout ça va évoluer et ce qui se cache derrière ces étranges disparitions. Mais une fois les bases posées, le développement et les péripéties ne sont pas aussi palpitants qu'espéré. Entre quelques personnages secondaires dont on ne comprend pas trop l'intérêt, à part embrouiller le lecteur, et quelques séquences qui s'éloignent trop de la trame principale de l'histoire pour rajouter des couches superflues de contexte, l'histoire baisse en intensité.

C'est dommage car l'idée de départ est bonne, le dénouement est aussi bien vu, mais entre les 2 le récit s'éparpille un petit peu trop. Coté dessin, c'est hélas un petit peu inégal. Sur certaines planches l'encrage est assez net et le rendu est plutôt pas mal. Par contre sur d'autres, c'est moins précis et moins esthétique : des visages peu détaillés ou des cases sans décors qui font un peu vide : ça ne colle pas top à l'ambiance SF qui mériterait plus de détails.

Nom série  Les Tritons  posté le 18/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La première impression que donne cette série est légèrement trompeuse. Des personnages animaliers avec des looks un peu rigolos, un graphisme faussement enfantin et une touche gentillette d'humour. Il n'en faut pas plus pour penser que les aventures des Tritons sont destinées à un public jeunesse.... et ce sentiment va vite se dissiper lorsque le village de nos héros sera mis à sac par les vilains lezzarks. C'est radical et même un peu sanglant.

On a donc un récit à deux facettes. La première est assez légère : le village des tritons, les enfants qui jouent dans le bassin, le magicien un peu maladroit. C'est assez bon enfant, l'humour un peu naïf fonctionne plus ou moins bien. Mais la seconde est bien plus sombre : déchaînement de violence, survie et abandon sont au programme. Le contraste peut paraître fort mais cette association marche assez bien.
Il y a un bon équilibre entre les moments légers et ceux plus graves. Leur enchaînement est réussi et plus on avance dans le récit plus la mayonnaise prend. Les horreurs qui frappent le jeune Zak et la situation dans laquelle il se retrouve sont d'autant plus touchantes que l'on s'est attaché à ce triton au grand cœur et aux petites pattes.

Au final, ce petit format à la pagination élevée, offre un début de série bien sympathique avec un dessin agréable et un scénario intéressant.

Nom série  Kamarades  posté le 10/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon sentiment est plutôt mitigé après avoir refermé le second tome de cette série. Généralement j'apprécie quand des histoires fictives se mêlent à la réalité, que le lecteur se perd un peu entre le réel et le romancé en étant porté par le récit. Cette histoire d'amour en pleine révolution russe aurait parfaitement pu rentrer dans cette catégorie, seulement la frontière est trop évidente entre les évènements historiques et les péripéties imaginaires. Le récit passe de l'un à l'autre et alterne entre description de faits historiques et morceaux de romance, l'ensemble ne se mélange pas de manière assez harmonieuse.

D'un coté on croise Lénine et Staline, les anecdotes sont datées précisément et elles relatent des faits avérés. De l'autre coté la love story entre le brave soldat et la jeune héritière manque d'un petit soupçon de quelque chose pour être vraiment accrocheuse. C'était une bonne idée d'associer ces 2 personnages mais cela ne décolle pas, on n'a pas tellement peur lorsque la jeune fille est enlevée ou lorsqu'elle est menacée d'être exécuté. On n'est pas surpris non plus de la destiné du soldat. C'est pas désagréable du tout, mais l'ensemble ne constitue pas une histoire marquante dont on se souvient longtemps.

Le dessin a un coté poétique qui colle bien à l'aspect romantique de certaines scènes, mais il est moins efficace pour mettre en images des révolutionnaires qui se tirent dessus.

Nom série  Arsène Lupin, les origines  posté le 07/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Inutile de présenter Arsène Lupin, célèbre héros de la littérature du début du siècle dernier. A l'image d'un Fantomas, autre héros de fiction de la même époque, tout le monde connait, sans forcément avoir lu les romans, ou vu les nombreuses adaptations en film.

L'originalité de cette BD est d'avoir voulu imaginer et raconter l'enfance du héros. Les auteurs mêlent un tas d'éléments sortis de leur imagination avec des faits plus ou moins établis. Le jeune Arsène va croiser des personnages totalement fictifs, d'autres qui sont des personnages secondaires des romans. Amitié, amour, trahison, galère, c'est au gré de ses rencontres et des péripéties que le jeune Arsène se construit pour devenir peu à peu le plus célèbre des cambrioleurs.

J'aime beaucoup cette idée de départ qui fonctionne vraiment bien. On ne sait pas trop ce qui est issu des romans et ce qui est inventé. Ce flou est plutôt agréable et il se passe beaucoup de choses. Un peu trop même au milieu de la série. La narration est parfois un peu maladroite, car justement, les péripéties s'enchainent presque trop vite : en une planche il se passe un évènement, et sur la planche suivante on est catapulté dans un autre lieu avec d'autres protagonistes. Pas toujours facile à suivre. Au final tous ces détails trouveront quand même une certaine importance, et contribueront à ce qu'Arsène devienne ce gentleman cambrioleur.

Entre un début bien accrocheur et une fin de série réussie, cette trilogie est plutôt pas mal.

Nom série  Yin et le dragon  posté le 06/02/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Richard Marazano s'est une nouvelle fois entouré d'un dessinateur chinois pour mettre en image ce conte poétique. Pour l'anecdote Xu Yao, le dessinateur était l'élève de Yin Luo, dessinatrice de Le Rêve du papillon et c'est un petit clin d'oeil que lui ont fait les auteurs en décidant de prénommer l'héroïne de cette nouvelle série Yin.

On peut dire qu'au delà du clin d'oeil, le choix du dessinateur est plus que judicieux. Car une fois de plus le résultat est magnifique et les yeux se régalent planches après planches. Le style n'est pas surprenant et on sent les influences chinoises avec un trait simple, maîtrisé et précis. Les personnages ont vraiment des bonnes têtes, il y a un coté jovial qui se dégage de l'ensemble, même si tout n'est pas rose dans cette histoire.

Les visages sont réussis et hyper expressifs. Le dessinateur a autant de talent pour représenter la bouille de cette gamine lorsqu'elle est souriante, triste ou en colère. Tant de maîtrise arrive à faire passer les émotions des personnages au lecteur.

Coté histoire, c'est vraiment un récit tout public. L'intrigue n'est pas compliquée, la petite fille est tout ce qu'il y a de plus attachante. Espiègle lorsqu'il s'agit de désobéir à son grand père, courageuse lorsqu'il faut l'aider quand il est en difficulté, téméraire pour faire face à l'armée. Derrière ce dragon blessé qu'elle soigne on voit pointer le bout du nez d'un autre dragon plus méchant... Au delà de cette héroïne sympathique, la mise en place et le déroulement de l'histoire nous font penser à un conte bien traditionnel. Mes yeux d'adulte le trouvent un peu classique et trop grand public pour pouvoir dire que ce récit me fait frémir.

Mais cette lecture est tout à fait plaisante, surtout pour le dessin magnifique.

Nom série  Sykes  posté le 24/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le graphisme est sympa, lisible et nous plonge bien dans l'ambiance. Le personnage principal est lui assez réussi, car plutôt charismatique. Bon bien sûr, comme dans tous les westerns, c'est le tireur le plus rapide qui existe, ça va de soi.

L'histoire est rythmée, il y a quelques idées sympas, comme le petit Jim qui va atterrir dans les pattes de notre Marshal. C'est peut être l'aspect le plus original de l'album car pour le reste, notre pistolero va de villes en villes, dessoude les fauteurs de troubles au saloon et recommence dans la ville suivante. C'est un peu répétitif et pas vraiment original même si il y a un effort pour essayer de cacher ça derrière une vengeance par ci, un boulot par là ou un coup tordu de temps en temps.

J'ai bien aimé la fin, dont je ne dirais rien évidement
Pas mal au final, même si je ne suis pas sûr que cette lecture me marquera outre mesure.

Nom série  Les Spectaculaires  posté le 24/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le lieu : Paris début des années 1900. Les protagonistes : une troupe de cirque au rabais qui ne fait plus recette. Le pitch : un inventeur fou qui sollicite leur aide pour sauver le monde car il voit en eux toute les qualités requises. En quelques pages l'alchimie de cette histoire gagne le lecteur.

Le graphisme est excellent, il a un coté cartoon des plus appréciables qui donne beaucoup de charme à l'ensemble. On tombe tout de suite sous l'esthétique des visages, expressifs et rigolos. Et surtout ce visuel donne le ton, car si il est question de sauver le monde, c'est avant tout au second degré. En effet, nos justiciers en herbe vont aller de maladresses en désillusions, bien aidés par les inventions pas vraiment au point de leur mentor.

Entre cet inventeur loufoque, sorte de savant fou un peu amnésique, ce qui l'amènera à faire quelques bourdes de plus, entre le grotesque de certaines situations et la petite touche humoristique qui fonctionne plutôt bien, il y a plein de bonnes idées dans cette série. Les inventions qui marchent à moitié et les apprentis justiciers qui s'en sortent sans forcément le faire exprès, ça me fait penser à l'inspecteur Gadget. Mais pas son coté niais, plutôt le coté léger et rafraîchissant. Car c'est tout à fait ça qu'on a ici : pas le polar de l'année, mais bien une aventure divertissante et amusante pour tous publics.

Et au final, je referme ce premier tome divertit par l'histoire, même si celle-ci est un peu légère, et séduit par le graphisme.

Nom série  Le Club des prédateurs  posté le 20/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le début de l'album fait vraiment plus penser à une chronique sociale qu'à un thriller. Londres 1865, d'un coté les orphelins et les pauvres qui n'ont rien. De l'autre la jeune fille d'un riche industriel qui vit dans le confort et l'abondance. Au milieu un jeune ramoneur qui essaye de se rebeller contre l'injustice.

Ces jeunes vont se croiser plusieurs fois, le lecteur découvrant les conditions précaires qui bercent le quotidien des pauvres. Ce qui va notamment relier tous ces enfants, c'est l'effrayant Bogeyman. Pour les uns c'est un monstre, les autres y croient comme au Père Noël, et Jack y voit lui ni plus ni moins que le meurtrier de son père.

Mais nous, le Bogeyman, on ne le voit pas. On en entend parler à travers les enfants, c'est tout. Et 50 pages sur ce rythme, ce n'est pas vraiment suffisant pour mettre le lecteur en haleine.

... Par contre quel revirement dans les 5 dernières pages de ce premier tome. On bascule vraiment dans le thriller, on monte brusquement de plusieurs crans dans la tension et l'horreur. C'est extrêmement bien vu, dommage que l'introduction soit si longue. Evidemment qu'un tel final donne envie de lire le tome 2. Comme celui-ci sera apparemment la conclusion de la série, j'aurais vraiment préféré que la tension décolle plus tôt, au lieu de nous laisser sur ce beau Cliffhanger.

Je suis curieux de lire la suite !

Nom série  Solo (Delcourt)  posté le 21/09/2014 (dernière MAJ le 17/01/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Solo est assurément une BD qui sort des sentiers battus. L'action prend place dans un univers post apocalyptique, met en scène des personnages animaliers et fait la part belle à la violence. Tuer pour manger, tuer pour ne pas être mangé telle est la philosophie ici. Clairement ça ne plaira pas à tout le monde mais cette série mérite malgré tout un coup d'oeil.

D'abord pour son graphisme qui est vraiment excellent. Les personnages sont expressifs dans un style légèrement cartoon des plus agréable. Le trait est dynamique et très lisible, l'encrage et les couleurs sont au diapason, on se régale les yeux pendant 120 pages. Le choix de faire des personnages animaliers est judicieux car non seulement le dessinateur s'est éclaté à les mettre en images mais en plus cela fonctionne très bien avec l'histoire.

Le personnage de Solo est assez remarquable. On a un vrai héros charismatique à la personnalité complexe. A la fois réfléchi et violent, on découvre progressivement toutes les facettes de son caractère. Ses doutes et ses pensées rythment le récit. Le début de son histoire est touchant, et il devient vite attachant. C'est un héros qu'on prend plaisir à suivre.

Son parcours pour survivre dans ce monde hostile est semé d’embûches, de violence et de combats. Sur la longueur ça fait pas mal de coups d'épées, de balles tirées et d'hémoglobine qui coule. De quoi sans doute en rebuter certains. Il y a parfois aussi des passages où je ressentais des longueurs, j'aurais voulu voir l'intrigue avancer plus rapidement, avoir peut être moins d'états d’âmes en voix off et plus de péripéties. Mais au final je m’aperçois qu'on a besoin de ces variations de rythmes pour équilibrer le récit et pour pouvoir cerner notre héros.

J'ai souvent tendance à décrocher rapidement avec les histoires de survival post apocalyptique car je trouve qu'elles se ressemblent trop. Ce n'est pas du tout le cas ici, ce qui est très bon signe.


Le tome 2 enfonce le clou. C'est toujours aussi excellent. On est dans le même univers où survivre est le mot d'ordre principal. Mais on a ici un opus moins orienté vers l'action, le récit prend le temps de se tourner vers les sentiments des personnages. Enfin de ceux de Solo évidemment.
Et quelle justesse de ton ! L'amour, les doutes, le sens de la vie, autant de questions existentielles que se posent le héros, qui trouvent tout à fait leur place dans ce récit, et qui sont loin d'être dénuées de sens. Ces questionnements sont bien écrits, crédible et touchants.

Graphiquement, rien à ajouter de plus, Oscar Martin est un dessinateur très talentueux : c'est magnifique et j'en redemande !

Nom série  Traquemage  posté le 10/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympa, mais après le tome 1, je ne suis pas emballé à 100%.

J'apprécie le coté décalé de ce berger qui décide de s'attaquer à tous les magiciens de son monde. Cette idée ouvre la porte à pas mal de fantaisies et avec un scénariste tel que Lupano on peut en espérer en quantité, et en qualité.

Pourtant je n'ai pas retrouvé ici la verve d'un Célestin, ou l'humour des vieux fourneaux par exemple. Le héros est sympathique et l'association avec la chèvre me laissait penser que je me marrerais plus que ce que je ne l'ai fait. Idem pour la fée poivrote. Mais au final cette fine équipe ne m'a apporté que quelques sourires. Pareil pour les dialogues qui sont parfois gentiment rigolos, sans être exceptionnels non plus.

J'ai eu l'impression qu'il y a des bonnes bases pour faire un truc drôle avec de tels personnages mais que ça n'a pas réussi à vraiment décoller pour le moment. J'espère qu'il y aura de bonnes surprises dans la suite de la série.

Nom série  Comment faire fortune en juin 40  posté le 10/01/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très bonne surprise que ce one shot. Avec un tel titre je m'attendais à une histoire dans le genre de Il était une fois en France. En fait il n'en est rien, c'est une histoire de braquage pendant la seconde guerre mondiale.

Je suis tout de suite rentré dedans et j'ai trouvé plusieurs atouts à cet album. Ce braquage est spectaculaire et original, puisqu'il s'agit d'attaquer un camion de convoyeurs, mais qu'il faut jouer au chat et à la souris avec la police évidemment, mais aussi les militaires allemands. C'est rythmé, les dialogues sont ciselés, les braqueurs sans scrupules, il y a des rebondissements, bref ça marche très bien.

Le dessin est également efficace, donc c'est du tout bon !

Nom série  Colères  posté le 21/12/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le point de départ de ce polar m'a semblé un peu dur à avaler. Un cheminot trouve, caché dans un wagon, un prisonnier qui s'est évadé et qui est recherché par toutes les polices du coin, son nom faisant la une des infos. Et évidemment au lieu de le dénoncer, ce qui serait la solution logique dans 100% des cas, il va l'aider et le cacher chez lui. Ca doit être le climat actuel, mais j'ai du mal à croire à cette entrée en matière.

Mais, l'intro mise de coté, on enchaîne avec une bonne histoire, pleine d'action et de rebondissements. Le tout est bien raconté, j'ai apprécié cette situation qui dérape à chaque fois que notre groupe de fuyards croit avoir trouvé un refuge. Il y a une espèce de spirale d'emmerdements qui semble les poursuivre. La situation prend de l'ampleur à chaque péripétie et ça fonctionne vraiment très bien.

Le dessin me plaît sans plus. Le style est uniforme tout au long de l'album et n'est pas mauvais en soi, mais c'est pas vraiment le style que j'affectionne ni celui que j'aurais choisi pour ce genre de polar. Un trait plus réaliste et plus froid aurait sans doute mieux collé que ce style léger, parfois un peu cartoon (par exemple les voitures qui ne touchent pas le sol dans les poursuites). Cela dit ça ne m'a pas déplu non plus et l'important est que ça fonctionne quand même.

Verdict : Pas mal.

Nom série  Hamlet 1977  posté le 20/12/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal du tout ! Je ne connais absolument pas la pièce de Shakespeare, mais cette adaptation est bien vu. Plus qu'une adaptation, c'est une veritable transposition qui nous est servi. On est plus au 16 ou 17e siècle, exit les rois, reines et dauphins, nous voici au 20e siècle et les protagonistes sont tout simplement une famille de mafieux qui se dispute l'empire du patriarche.

Le résultat donne un polar contemporain, rythmé et agréable à lire. Même sans connaitre l'original on devine les liens de parentés avec la pièce, ça fonctionne très bien. Ces clins d'oeil sont sympas.

Mes seules petites réserves sont sur quelques évènements de l'intrigue qui ne m'ont pas forcément parlé (le fantôme par exemple).

Plaisant.

Nom série  Sur les quais  posté le 14/12/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une intrigue classique de mafieux qui règnent sur un microcosme. On est à New York, il y a des dockers, des gros bras, et en haut de la pyramide le cerveau que tout le monde craint. Ceux qui dérangent sont éliminés et ceux qui savent ont intérêt à se taire si ils ne veulent pas visiter le fond de l'Hudson River, vers 3 heures du matin, les pieds scellés dans le béton. Voilà en gros le pitch.

Ce silence de rigueur sera mis à mal lorsque le personnage principal va commencer à tomber amoureux de la soeur du dernier liquidé en date. Je trouve ça très classique et sans surprise comme intrigue. Mais malgré ce manque d'innovation, ça se lit bien. Il n'y a pas de temps mort, et on se demande si il va parler pour essayer de faire chuter le système ou si il va rester sage. J'irais pas jusqu'à dire qu'il y a du suspense, mais c'est plaisant à lire. Le dessin est correct, sans plus.

Au final une histoire conventionnelle qui ne me laissera pas un grand souvenir mais qui reste quand même une lecture sympa si on aime ce genre d'histoire.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 56 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque