Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 75 avis et 26 séries (Note moyenne: 3.63)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Peine perdue  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Il y a des albums qui arrivent dans votre librairie et qui tout de suite attirent votre oeil, un petit truc qui vous murmure dans l'oreille "attention chef d'oeuvre".
Dans le cas de "Peine perdue", la couverture m'a tout d'abord intrigué, un peu décalée et pas forcément en rapport avec le contenu mais il y avait une simplicité qui m'a tout de suite attiré.
Le dessin très agréable avec un découpage à couper le souffle est d'une lisibilité étonnante, même s'il vaut mieux pour lire cette BD... sans bulles.
Le scénario est malgré l'absence de bulle somptueux. On vit les événements au fil des pages en comprenant progressivement les codes et en découvrant sur les pas de Catherine le mystère de ses origines.
Catherine Doherty réussit à ne pas relâcher notre attention pendant tout l'album, et nous fait vivre à son rythme et grâce au découpage ce récit avec le rythme adéquat. Je n'ai pas pu m'arrêter avant d'avoir achevé la dernière page.

Nom série  Y Le Dernier Homme  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tombé un peu par hasard sur cette BD , je me suis lancé dans sa lecture…
Un monde pas si lointain du notre dans lequel tous les hommes seraient morts à la même seconde, sauf un, l’idée était amusante. L’histoire est relativement bien menée et les flash-back assez bien amenés. L’idée de nous faire découvrir un évènement pour ensuite nous faire découvrir les quelques minutes ou heures précédentes est relativement plaisante.
Dans ce premier volume, nous découvrons une société fortement désorganisée où les femmes commencent déjà à lutter pour le pouvoir, un monde qui a perdu ses repères et qui tente de se recréer sur de nouvelles bases, un monde nouveau où les femmes devront inventer de nouvelles règles du jeu. Yorick le dernier homme entame son long chemin pour retrouver sa fiancée partie à l’autre bout du monde, mais pour le moment il est pris au milieu de toutes ces femmes dont les intérêts divergent.

Nom série  L'Histoire Secrète  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Tome 1 :
Trop simple ? J’ai été déçu par la découverte de ce tome 1. L’idée de départ, très ambitieuse, n’est pas vraiment à la hauteur du récit. En lisant le titre « Histoire secrète », on s’attend à découvrir une vision originale de l’histoire, un truc qui ferait qu’on pourrait se dire tiens ce serait amusant que cela se soit déroulé ainsi. Au lieu de cela l’histoire n’est qu’un prétexte et l’originalité consiste à « coller » des ivoires là où est la réalité (ou l’impression) historique.
Dans ce premier tome, nous avons le droit à une vision de la sortie d’Egypte du peuple hébreu, l’originalité ? les fléaux auraient été infligés par ces fameuses ivoires et la mer ne s’ouvre pas sous la puissance de Dieu mais sous celle des ivoires … C’est tout me direz-vous ? c’est aussi mon impression. Et c'est sans compter sur le souci de décollage du vernis des édition "packées" :/

Tome 2 :
Cette fois ci, nous revisitons « l’histoire » du graal et forcément des templiers. Quoi de neuf sous le soleil, pas grand chose et un peu d’ivoires collées par ci par là. La puissance du graal lui est conférée par les … ivoires (finalement ça devient facile de suivre) et voilà c’est à peu près tout.
Autant les différentes séries Arcanes apportaient quelque chose de novateur avec un scénario plutôt amusant à découvrir, autant là, le prétexte historique déçoit d’autant plus qu’on connaît au préalable un minimum l’histoire. Le résultat est très décevant par rapport au ‘marketing’ et à la plaquette qui avait été distribuée chez tous les bons libraires…

Nom série  Originals  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Depuis plusieurs jours, j’étais intrigué par cette couverture un peu venue d’ailleurs et différente de ce que l’on voit d’habitude sur les linéaires… Le noir et blanc ne faisait qu’exciter un peu plus ma curiosité.
Je commençais par une lecture du 4eme plat assez impressionnante avec des avis de Miller et autres Moore qui, même à un néophyte de mon espèce, disaient quelque chose.
Je plongeais enfin dans cet univers noir magnifiquement mis en avant par un découpage des bulles étonnant et inhabituel (de larges bandes noires sur les côtés et une partie du texte en blanc). Le dessin est impeccable et parfaitement adapté à cet univers. Gibbons maîtrise parfaitement son univers et ça se voit.
Côté scénario, il m’a peut-être manqué une touche d’originalité que n’aurait pas renié le titre. L’auteur nous raconte l’histoire de bandes rivales qui se déchirent sous fond de vision futuriste (mais dans un futur qui évoque tout aussi bien un passé proche des sixties). On pense un peu à West Side Story mais en plus noir et plus poussé dans la noirceur du héros. J’ai été un peu déçu par le côté prévisible de certaines scènes (l’agression des originals) ou par un côté pas assez noir de la façon de traiter de la drogue mais globalement, je garde plutôt une bonne impression de cette lecture.

Nom série  Fantic  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Comment parler de cet « objet » (au format proche de la collection ‘Carrément’ BD de Glénat), tout d’abord en vous le décrivant un peu. Un emboîtage en carton, on sort délicatement la BD, et on découvre une variation de la couverture au niveau de la vision du voyeur perché sur un toit.
Le trait ligne claire de Béja est toujours aussi agréable à contempler et cette fois, il nous gratifie d’une mise en couleur en bichromie du plus bel effet.
Cet album m’a un peu fait penser aux aventures d’Albany & Sturgess de Floc’h et Rivière, nous y découvrons une histoire à la limite entre un écrit (en l’occurrence une BD dans le cas de Fantic) et du réel.
Un jeune auteur de BD se retrouve locataire d’un appartement qu’il aurait du être le dernier à obtenir vu ses ressources actuelles. Nataël nous entraîne dans un univers intimiste qui nous fait découvrir une vie simple avec des relations de voisinage qui vont rapidement se complexifier. Comment les différents locataires ont-ils été désignés pour partager cet immeuble ? Qui tire réellement les ficelles ? L’oeuvre est-elle autobiographique ? Dans ce premier tome de nombreuses questions inattendues surgissent et nous laissent dans l’attente du tome 2.

Nom série  Spirit of the Sun  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Si le récent Tsunami en Asie n’avait pas eu lieu, aurions-nous pu croire au scénario de Spirit of the Sun ? Non certainement pas, on aurait trouvé cela trop gros, trop improbable. Depuis, le doute est permis…
Spirit of the Sun traite de la plus grande catastrophe naturelle qui pourrait toucher le Japon : tremblement de terre, éruption du mont Fuji, Tsumani sur les côtes et scission de l’ile principale en deux. Ce premier tome nous présente toutes ces catastrophes et les premiers changements géopolitiques qui vont en découler.
Au travers de quelques personnages au caractère remarquable, nous avons une vision de l’enfer que nous pourrions vivre si tout notre univers s’écroulait. Comment pourrions nous survivre ? Quelles seraient nos premières préoccupations ?

Dans le tome 1, on sent bien néanmoins que Kawaguchi n’a quand même pas trop voulu s’étendre sur cette partie du récit et qu’il ne voulait pas complètement nous décrire l’angoisse vécue par les populations. Ce qu’il va certainement développer c’est la reconstruction du Japon telle qu’elle est pré-décrite dans ce tome. Les rapaces de la politique internationale (les USA et la Chine) s’étant chacun jetés sur une moitié du Pays…

J'ai trouvé ensuite intéressante l’idée du tome 2 de découvrir ce qu’avaient pu devenir les réfugiés, notamment à Taïwan et la dénonciation des conditions dans lesquelles ils pouvaient vivre.

Mais le tome 3 m’a un peu refroidi. Pour le moment, je ne vois pas trop où veut en venir l’auteur et quel est l’intérêt de prolonger le séjour du héros dans ce lieu car son retour au Japon semble imminent.
J’aurai nettement préféré voir au quotidien ce que pouvait être la vie dans un camp abandonné du monde, comprendre peut-être les motivations les plus profondes de ce groupe qui veut se révolter contre l’impossibilité de retrouver sa terre natale.
Je trouve que ce tome est beaucoup trop orienté sur le déroulement de cette marche pour la paix qui, même si elle est importante pour révéler la nature du héros (et nommer le futur guide du peuple japonais ?) n’en restera qu’un épiphénomène dans l’histoire.

D’une façon générale, je reproche un peu aux premiers tomes de Kawaguchi d’être assez racoleurs avec des thèmes asses forts (et finalement assez similaires) (Eagle, Spirit of the sun, Zipang) pour que finalement le soufflé retombe dans les tomes suivants.
Mais le nombre de séries (4 en quelques mois) que nous avons découverts d’un coup en France de cet auteur était certainement aussi une erreur marketing des éditeurs car à force de trop nous gaver, on peut atteindre facilement l’overdose…

Nom série  Seizon Life  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Suite de mes lectures de Kaiji Kawaguchi avec Seizon Life, mais cette fois-ci uniquement au dessin.
Il s'agit pour le moment de la série que je préfère entre les 4 parues en France (Eagle, Spirit of the Sun, Zipang). Dans Seizon Life, nous découvrons la souffrance d'un homme malade d'un cancer, dont la femme est morte quelques années plus tôt du même mal, et dont la fille a disparu 14 ans auparavant (c'est à ce moment où vous vous dites que votre vie ne peut pas être plus belle).
Cet homme qui s'aperçoit que finalement il n'a jamais pris le temps de s'intéresser à son enfant va découvrir en apprenant sa mort tout ce qu'il aurait aimé savoir d'elle de son vivant et tenter de résoudre le mystère de sa mort.
Nous suivons ses pas qui le conduisent sur le chemin de sa fille et à la suite de ceux de son enfant. La lecture est très agréable.

Nom série  Cubik  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Pourquoi cet achat soudain de BD parues en 2000 et 2002 ? C’est étrange finalement, j’étais certainement déjà passé devant ces volumes et là, j’ai eu l’impression de les voir pour la première fois.
La couverture m’a tout de suite attiré. Pourquoi ces hommes avaient-ils des cubes sur la tête ? Etait-ce une sorte de déguisement ? Mais comment peut-on passer inaperçu en ayant une chose aussi étrange sur la tête ? Toutes les questions basiques que l’on peut se poser dans un monde « normal ».
Je me trompais, il ne s’agissait pas d’une façon de se camoufler mais bien de la norme de cet univers. Un univers ou finalement tout le monde porte un cube n’est-il pas étrange par définition, plein de questions m’ont traversé l’esprit : comment peut-on différencier ces « hommes » par exemple ? comment peut-on « voir » au travers de ces cubes ?
Mais je m’éloigne, alors je vais revenir un peu au sujet du tome 1. Nous sommes dans un monde totalitaire où toute action relevant d’une initiative est sévèrement sanctionnée. De quelle façon me direz vous … et je ne vous dirai rien pour ne pas lever le mystère en découvrant ces pages, c’est surprenant mais tellement évident !
Je vous encourage donc à lire ce merveilleux tome 1 (puis le tome 2) qui vous donnera peut-être, comme moi, l’envie de découvrir les BD de cet auteur.

Nom série  Le Roi des bourdons  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il est des ovnis dans le domaine de la BD et après les petites merveilles auto publiées par Alec Séverin, nous bénéficions maintenant de celles de David de Thuin. Je le remercie infiniment d’avoir pris le risque de nous faire partager son récit.
Maintenant parlons de ce petit livre (format A5), dont la qualité d’impression est aussi impressionnante que la qualité de l’oeuvre. Parlons tout d’abord de « l’objet ». Cette petite chose sort de notre ordinaire de lecteur, une présentation originale, une couverture brochée et simplifiée à l’extrême, des pages avec un papier de qualité, on sent le travail soigné.
Maintenant le dessin, un style ligne claire, tout en souplesse et sans fioritures inutiles, parfaitement adapté au récit.
Le scénario, une vision revisitée du super héros qui acquiert ses pouvoirs grâce à ces petites bêtes que nous aimons tous voir l’été autour de nous à savoir les bourdons. Les interrogations sur la vie professionnelle et privée de notre héros sont parfaitement décrite en parallèle et David de Thuin nous guide habilement dans les méandres de la vie d’un dessinateur qui ne connaît pas encore le succès qu’il souhaiterait.

Nom série  Période Glaciaire  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
L’Europe recouverte de glace, des scientifiques tentent de percer les mystères d’une ancienne civilisation dont ils connaissent peu de chose. Une ville mythique oubliée et invisible dont certains bâtiments ressurgissent suite à un mouvement de glaces… le Louvre revient à la vie pour quelques instants.
Imaginez que vous vous retrouviez face à toutes ces oeuvres oubliées ? Que penseriez-vous de toutes ces toiles et statues qui apparaîtraient devant vous ? Au travers de ce superbe livre, j’ai eu l’impression de découvrir moi-même les grottes de Lascaux et une ancienne civilisation dont la seule trace qui nous reste était dans le dessin. Alors malgré le manque de rigueur scientifique de ces explorateurs du musée du Louvre, je me suis retrouvé pris au jeu mis en place par Nicolas de Crécy. J’ai un peu moins aimé la partie où les oeuvres se mettent à parler et nous amène dans un monde fantastique, mais mon impression globale est d’avoir lu une œuvre grandiose ! Merci.

Nom série  3 ardoises  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Que dire… Je vais être bref c’est un très très bon polar !!! Ou plutôt 3 très bons polars…
Le dessinateur, Benoit Springer, on ne le présente plus ou pour ceux qui ne le connaissent pas, profitez-en pour acheter aussi Volunteer. Donc Benoit Springer expérimente dans cet album 3 styles de dessin différents et impressionnants. Il cherchait à sortir de ses oeuvres précédentes et c’est une réussite.
Au scénario, Séverine Lambour nous estomaque, ses récits sont aussi implacables que les trois meurtres que nous découvrons. Elle partait à la recherche du meurtre… euhhh pardon du scénario parfait et elle l’a atteint.
Pour résumer, chaque style de dessin colle à l'histoire et chaque histoire colle à chaque style de dessin.
L’histoire, ou plutôt les trois histoires, comment en parler sans trop spoiler la BD ? Je préfère vous laisser découvrir ces trois situations de meurtres et peut être vous parler de l’une d’entre elles...
L’idée est assez classique : deux amis volent une voiture pour emmener en ballade leurs petites amies, bon là c’est une camionnette et ça a moins de charme. Manque de bol, la camionnette contient … un cadavre. Je m’arrête là car la suite est moins classique.
Vous me direz : "et quel passage as-tu préféré ?". Certainement les trois dernières pages… où les auteurs y expliquent leurs partis-pris pour nous conter et illustrer ces histoires, une fois la lecture finie, on recommence car la vision est légèrement différente. J’en redemande !

Nom série  Invincible  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Suite aux commentaires sur Ultra, je me suis décidé à lire Invincible.
Je m’attendais à quelque chose de différent de l’image que je me fais du super héros (je précise que je ne suis pas un lecteur habituel des comics) et à moins de scènes de combats qui n’apportent pas grand chose (ce que j’avais apprécié dans Ultra).
Finalement j’en suis ressorti un brin déçu. La description de l’évolution d’Invincible m’a semblée un peu trop light, et j’aurais aimé une description plus approfondie de la façon dont il appréhendait son nouveau statut de super héros, ainsi que sur le regard que les autres pouvait porter sur son pouvoir.
Sur la description de la vie du père et de leur vie de famille je l’ai trouvée à la limite du caricatural. Le père est le prototype même du super héros qui n’a pas beaucoup de temps pour penser à autre chose qu’à consacrer sa vie à sauver le monde. Il vit en permanence en accéléré et ne prend qu’à peine le temps de vivre avec sa famille. La description de ses relations conjugales est la limite de la caricature du pur machiste et si c’est l’effet que voulais souligner les auteurs ils ont atteint leurs objectif.
Je garde un goût étrange de cette lecture dont il doit me manquer des clés pour en apprécier pleinement la saveur.

Nom série  Le Blog de Frantico  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je faisais partie des rares qui n’avaient pas lu le blog ‘en direct’ pour diverses raisons mais j’ai quand même voulu le découvrir une fois le pavé imprimé.
Qu’en ai-je pensé ? J’ai finalement été assez surpris qu’un auteur se livre de cette façon sur un support en sachant que plusieurs milliers de personnes venaient le lire quotidiennement et j’ai peine à croire que d’une certaine façon, il n’a pas joué avec ses lecteurs. Sur certains passages j’ai trouvé qu’il en faisait trop, notamment par exemple sur ses questions d’ordre sexuel sur lesquelles j’ai frôlé l’overdose. Mais globalement, j’ai trouvé qu’on s’attachait à son personnage même si parfois il touche les limites du genre. Il raconte sa vie, ou nous le fait croire, tout en s’arrêtant dès lors qu’une tierce personne qui pourrait être démasquée y est mêlée.
J’ai lu ce pavé d’une traite en m’interrogeant sur le fait de lire la suite ou pas. Il y a un effet voyeuriste que de vouloir découvrir ses aventures en Corée que je n’aime pas et pour le moment je m’interroge encore.

Nom série  Frontière  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Si vous avez aimé Dock 21 alors vous aimerez Frontière. Rodolphe se ressert du même schéma entre la limite d'un monde virtuel et d'un monde réel.
Certes là il n'est plus question d'une vision du passé et la trame qui, au départ, semble similaire varie énormément, mais on se sent dans un univers "connu".
L'histoire ? Celle d'un homme qui se retrouve face à la vision de son assassinat, cette image semble irréelle pour ce père de famille paisiblement en vacances au bord de la mer avec son fils et sa femme. En parallèle de cette vie qui semble des plus banales se développe un univers où la tension est palpable. Qui est ce chercheur ? Quelle découverte a-t-il bien pu réaliser ? Nous le découvrirons dans un prochain épisode.

Nom série  Une mansarde à Paris  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La nouvelle collection de Glénat Caravelle (Nouveau concurrent d’Aire Libre de Dupuis ou Long Courrier de Dargaud, mais orientée sur des auteurs de langue espagnole ?) commence avec deux sympathiques nouveautés El Perdición (que je n’ai pas lu) et Une mansarde à Paris.
Par quoi commencer, le dessin pour changer… Dans la tradition de la ligne claire avec quelques grosses erreurs mais on pardonnera à ce jeune auteur, Sergio Mélia nous fait découvrir un univers Parisien agréable mais relativement peu varié et proche du huit clos, le décor tournant surtout autour de cette fameuse chambre même si on assiste à quelques sorties. J’aurais peut-être aimé découvrir un peu plus une vision romantique de Paris mais ce ne fut pas le cas.
La couleur, amusante avec une utilisation du rouge qui tranche peut être un peu trop avec le reste des couleurs nettement plus ternes.
Pour finir, le scénario … Une jolie petite histoire d’amour entre deux lycéens qui se perdent de vue, vieillissent, puis se retrouvent, se reperdent et se retrouvent enfin sur fond de cachotteries pas toujours avouables et qui donnent le seul piment de cette oeuvre. J’aurais aimé découvrir des sentiments plus marqués qui auraient tranché avec la dureté de la situation, la tragédie n’est pas assez mise en relief et transforme ce récit en une banale histoire d’amour. Néanmoins très agréable à lire.
Juste une petite remarque pour conclure, la numérotation est originale et m’a bien amusé.

Nom série  Ultra  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pas fan de comics pour deux sous, n’ayant jamais regardé Sex and the City, je n’étais pas vraiment fait pour lire Ultra…
Et puis mon libraire est passé par là : ‘Jette un oeil là-dessus, c’est très très bon’… Je retourne le livre… 17.5 euros c’est un peu cher mais bon le nombre de pages (plus de 200) le justifie.
De retour chez moi, intrigué par ce livre, je me plonge dans mon fauteuil… et là, surprise, je reste scotché et le dévore d’une traite !

3 filles, aux caractères entiers et complémentaires, sont amies dans la vie et super héroïnes dans leur vie professionnelle. Alors que l’on pouvait s’attendre à ce que leurs superpouvoirs soient étalés pendant toute cette oeuvre, leur vie ‘professionnelle’ passe vite au second plan et n’a finalement plus tellement d’importance. C’est leurs différences dans la vie quotidienne que nous découvrons, la face cachée de leur vie et de leurs sentiments que nous explorons. Leur difficulté à concilier une vie au grand jour est relayée par les médias, avec une vie qu’elles voudraient banale et sans tout ce foisonnement d’oeils inquisiteurs.
Ultra, l’une de ces trois filles, avait jusqu’à présent une image sans « tâche» auprès du grand public. Suite à la rencontre d‘un jeune homme dont elle tombe amoureuse, elle se retrouve livrée à la presse à sensation qui l’accuse d’être la pire des perverses. Comment en est-elle arrivée là ? Comment s’en sortira-t-elle ? Je ne vous en dis pas plus…

Nom série  Calamity  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une femme qui n’a pas connu sa mère, c’est le lot de beaucoup d’enfants adoptés. Mais là, quand cette mère est la fameuse légende du far-west, la célèbre « Calamity Jane » au delà de la découverte de ses parents, cette femme va aussi nous faire découvrir les pans moins célèbres de cette femme peu ordinaire.
Sylvie Fontaine manipule avec maestria un nouveau style graphique et narratif, et l’on dévore ce petit ouvrage (au nombre de pages néanmoins conséquent) d’un trait. On replonge avec joie dans la vie du far-west mais sous un nouveau regard beaucoup moins propres que ce que l’on avait l’habitude de lire.
Une nouvelle grande réussite de cet auteur.

Nom série  Aller simple  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Il y a des éditeurs qui sortent des BD qu’instinctivement on ne peut que feuilleter. C’est le cas de Vertige Graphic chez qui j’avais beaucoup aimé "Rapokam Java", "Fax de Sarajevo" ou Ghost World.
Pour une fois, je vais commencer par vous parler du dessin de Marcola qui pour une première BD parue en France nous gratifie d’un coup de maître. Marcola illustre sa BD aux deux ambiances distinctes avec l’utilisation la ligne claire pour les scènes ‘ordinaires’ et d’autre le fusain pour les scènes sur le front, associés à une mise en couleur bichromique et nous sommes plongés dans une ambiance en parfaite symbiose avec le récit. Marcola joue avec la bichromie tout au long de l’album, tantôt il utilise les tons ocres, tantôt des scènes bleutées, tantôt il nous plonge dans l’obscurité via du noir et blanc pour les scènes les plus sombres. Associés à la qualité du papier (habituel chez Vertige Graphic), il y a tous les éléments pour combler quelqu’un comme moi.
Maintenant parlons un peu du scénario, là Marcolla excelle pour nous présenter une guerre qu’il ne nous livrera jamais ‘en direct’. Très habillement, il nous maintient toujours un peu éloigné de la ligne de Front pour nous parler de la fin de la seconde guerre mondiale en Italie. Il nous fait découvrir la vie d’un Lieutenant italien qui ne croit plus à une autre issue que la défaite de son camp, l’évolution des sentiments à l’encontre des anciens alliés allemands qui se sont transformés en force d’occupation. L’envie de ce Lieutenant de retrouver sa famille car cette guerre n’est plus vraiment celle de son pays. Marcolla nous présente dans ce splendide ouvrage une vision de la guerre qu’on avait rarement eu l’occasion de découvrir et le journal intime de l’un de ces pions dont on se sert pour mener une guerre.

Nom série  Le Phare  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Très bonne triple découverte : l’éditeur, l’auteur et la BD…
Un jeune gendarme (Francisco) pris dans les tourmentes de la révolution franquiste est sauvé par le gardien d’un phare (Telmo). Une amitié presque filiale naît entre les deux hommes et l’auteur nous guide entre leurs histoires passées et la réalisation des rêves du vieil homme.
Ce que j’ai particulièrement aimé c’est l’amour que Telmo porte à son phare, il le bichonne et sait tellement communiquer sa passion qu’il arrive à convaincre Francisco du bien fondé de sa mission. Telmo sait aussi transmettre au jeune homme ses utopies d’une vie différente sur une île paradisiaque que Franciso l’aidera à construire la barque qui doit les y emmener.
Côté graphisme, j’aime beaucoup les changements de style au moment des retours en arrière et le dessin de Paco Roca.

Nom série  Malet  posté le 14/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Attention chef d’oeuvre… Quand on commence ce livre, on le dévore.
L’histoire est celle d’un ancien général emprisonné qui va fomenter un coup d’état contre Napoléon.
Nicolas Juncker réussit à nous passionner pour les aventures de ce « fou » dont nul ne parle dans les livres d’histoires. On suit pas à pas ses aventures, de l’organisation d’un coup d’état jusqu’à son exécution. Malet avait tout calculé, recruté les meilleurs éléments pour réussir et on se demande jusqu’au bout s’il va réussir. On rit devant certaines situations, on s’interroge sur d’autres. On y croit sans y croire mais on ne peut s’arrêter.
Et le meilleur… les annexes à la fin Nicolas Juncker se jouent de nous et nous incitent à tout vérifier.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque