Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophes BD




... a post 414 avis et 47 sries (Note moyenne: 3.29)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos gots! Comparez vos gots !
Mes nouveauts Mes nouveauts
Mes trophes Mes trophes

Afficher ces sries dans la liste du menu Afficher ces sries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom srie  Junk  post le 21/05/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Vu le beau temps de cet aprs-midi (La Lorraine c'est sympa souvent en septembre, fin de l'hiver chez nous), j'avais le choix en ce trs joli lundi de pentecte 2013 entre ranger mes bds ou lire ce Junk qui squatte ma table de chevet depuis une semaine ben ni une ni deux le choix tait vite fait et sans regret car les deux tomes que regroupe cette intgrale ont t aval d'un coup !

Alors Bruno j'ai toujours ador son trait mais alors avec Pothier au scnario, je crois ni plus ni loin quil sagit probablement de son meilleur bouquin !
Lensemble est gnial et prenant tout simplement pour qui apprcie les westerns crpusculaires !!!

Difficile de produire un scnario original, pourtant celui-ci propose une intrigue des plus simples mais des plus rjouissantes avec une intrigue la cl dont seulement les toutes dernires pages proposeront une explication des plus surprenantes mon sens : spar depuis plus de 15 ans, un gang dhors la loi se runit pour retrouver le trsor dun officier confdr qui est lorigine de leur sparation.
Seuls hics : ce trsor nest quun leurre permettant de rvler un traitre et les hros au caractre bien embouch ont vieilli do leur surnom de junk quon peut qualifier ici pjorativement d antiquits .

Le premier tome base les retrouvailles dune bande atypique qui naurait pas dpareill dans la srie Sept de David Chauvel lexception quils ne correspondent pas ce chiffre mais le graphisme lgant de Bruno assist de couleurs froides mais inspires de Laurence Croix sied particulirement recrer un cadre neigeux digne du Grand Silence de Corbucci.

Et cest tout fait russi car cette ode au pass et lamiti contient tout ce quil faut dintrigues et de parenthses du quotidien pour entretenir la curiosit du lecteur.

Lensemble prend un ton drastiquement dramatique ds la fin du premier tome pour recentrer laction sur le suppos traitre et un autre gang perfide et avide du mme butin. De larges scnes de gunfights comme il se doit achvent de relier le tout avec cohrence et un plaisir jubilatoire constant sur toute la lecture.

Les dessins de Bruno changent radicalement avec le style pseudo-raliste gnralement adopt pour les westerns de bande dessine et ce nest pas pour me dplaire. Je connaissais lauteur pour avoir su imprimer un ton afro-amricain constant et juste sur ses uvres prcdentes mais je reconnais quil a habilement relev le dfi sur Junk.

Ce ne serait rien sans le scnario de Nicolas Pothier suffisamment malin pour tenir en haleine le lecteur par des dialogues subtils rendant lensemble des desperados attachants et ralistes.

Et la fin est loin d'tre dcevante, tout juste un peu intrigante et boucle de faon satisfaisante ce joli diptyque dont l'dition au grand format est juste parfaite avec cette excellente ide que d'avoir repris les couvertures des 2 tomes (initiative qui se perd lors des intgrales hlas).

Bref un gros coup de coeur pour moi ! Et les couleurs de Laurence Croix sont toujours aussi belles !!! Dire que j'tais pass compltement ct pour je ne sais quelle raison et que l'indisponibilit du tome 2 (tout du moins dans mes contres) me privait du plaisir de cette oeuvre donc cette intgrale est tombe point nomme !

Fans de westerns ou de Bruno, si vous ne connaissez pas ce joli bouquin, il n'y a plus d'excuses ! Chapeau bas aux auteurs !

Nom srie  Notre seul ami commun  post le 22/03/2013 (dernire MAJ le 15/05/2013) Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Il y a des choses qui vous prennent la gorge et ne vous quittent plus pendant longtemps, cela fait partie du quotidien tous, de notre quotidien.

Boris Mirroir, un auteur que je ne connaissais pas a souhait exorciser le sien en couchant de faon pudique mais sans fards non pas son mal tre mais son vcu, son histoire. Ce nest jamais larmoyant ni pathtique, cest tout simplement une tranche de vie terriblement humaine, banale et cruelle la fois que je ne peux qutre touch par lhumanit que lon rencontre au travers des trois tomes de notre seul ami commun dont chaque partie foutrement bien chapitre (les couvertures ainsi que les sous-titres ont leur importance) se dveloppe laide dune narration sans paroles ou presque mais avec une mise en scne incroyablement expressive.

Si Boris utilise un univers color et presque muet avec ce peuple animalier vivant les affres dun quotidien peine romanc, cest pour mieux ouvrir la perception du lecteur lunivers dun jeune tudiant introverti prfrant se rfugier dans lalcool et les jeux video afin de sexprimer et de surmonter la maladie de sa mre.

Au hasard dune lecture limpide et agrable se tisse un drame dune banalit sans gal mais pourtant bien raliste. Boris rencontre lamour charnel, trouve en Mouss un ami qui lui pardonnera tous ses excs, samuse, vit mais ne se lamente jamais

Il me faut remonter jusquau chef duvre de Darren Aronofsky, Requiem for a Dream pour retrouver un rcit aussi poignant sur lincommunicabilit des sentiments et le foss quil engendre. Mieux, Notre seul ami commun se dbarrasse de tout dbordement trash ou malsain par des cases potiques et des dessins expressifs pour finalement mieux coller la ralit Le dcoupage est ce titre exemplaire, quil sagisse des diffrents chapitres avec lexique dun objet, de ces prologues colors faon aquarelle ou de lhistoire parallle du cochon dpanneur dont les seules dernires pages de la conclusion ne laissent aucun doute sur les destins croiss des diffrents protagonistes

Les diverses rfrences musicales (album Substance de Joy Division), jeux video (Super Nes permettant de dater le rcit) ou cinma (jai cru reconnaitre des dialogues anglais de Fight Club) ne laissent aucun doute sur luppercut que cette uvre ncessaire et purement indispensable a opr sur moi.

Merci Spooky davoir fait la lumire sur ce rcit sorti de nulle part et surtout lauteur davoir couch une uvre aussi intime qui russit pleinement le challenge de distraire autant que dmouvoir. Un trsor cach que je ne peux que vous inviter vous imprgner Tout simplement indispensable et ncessaire.

Nom srie  Batman - Un deuil dans la famille  post le 13/05/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sil y en a bien un qui tait ravi dapprendre la rdition de cet pisode particulier de Batman au sein de la nouvelle et dj bien longue collection de Urban Comics, ctait bien moi en dpit des nombreux avis ngatifs sur cette uvre dcrie.

Il faut dire que ldition Panini out of print se ngociait prix dor sur la toile et tait devenue rapidement introuvable

Ce nest un mystre pour personne ni mme un scoop : on parle ici de la mort de Jason Todd qui va marquer durablement les esprits pour les pisodes venir et marquer une tournure dans la srie rgulire qui reviendra rgulirement sur ce fait indit lpoque des annes 90. Dailleurs tout cet pisode suinte durablement lactualit trouble du moment en incluant layatollah Komeinih et la menace terroriste en envoyant Batman et son disciple au Moyen-Orient, lun pour retrouver une menace terroriste concocte par le Joker, lautre pour retrouver sa vritable mre biologique.

Ce qui est encore plus original est la mthode pour lditeur denvoyer Jason Todd, le second Robin vers son funeste destin : il sagissait alors pour le lecteur de voter via un simple appel tlphonique pour la mort ou la survie du Golden Boy tel les arnes antiques de Rome ou la tl ralit actuelle.

Lide tait sduisante et a mobilis les troupes car ce Robin-l tait moins apprci que le prcdent du coup pas de quartier et exit Jason Todd ce qui rend plutt justice la mlancolie et la noirceur constant du Dark Knight.

Si lon fait abstraction des nombreux raccourcis scnaristiques faisant se rejoindre tous les personnages cls au mme endroit comme par hasard, cet pisode se lit aussi addictivement que les Knightfall dont la plupart des dessinateurs voire scnaristes sont les mmes, savoir beaucoup daction et lenvie furieuse de tourner la page au plus vite sans ennui telle un srial de la bonne vieille poque.

De rapides flashbacks sur les origines de Jason Todd parsment la lecture sous la bienveillance de Bruce Wayne sexprimant en voix off et comptabilisant ses erreurs. Certains passages dont une mise tabac de Robin par le Joker en pleine possession de son aura malfique sont assez violents et inhabituels et le cadre exotique hors de Gotham mme sil nest pas trs raliste apporte beaucoup de tension et de charme un environnement habituellement plus sombre et urbain. On ne perd pas trop de temps se larmoyer pour mieux poursuivre lascension du Joker plus malfaisant et manipulateur que jamais.

Car ce qui ma effectivement le plus plu cest la vengeance de Batman face un Joker dans un rle inhabituel vraiment original et os et dont je ne peux vous en donner les cls ici sans en dvoiler la surprise. Il faut simplement observer que lutilisation de Superman en guest star et du cadre de lONU apportent beaucoup de plaisir la lecture dont je men suis amus rellement.

Le bouquin aurait pu se clore sur une conclusion pessimiste mais Urban a eu la bonne initiative de poursuivre cet album par la suite directe mettant en scne Nightwing et un clairvoyant Tim Drake qui deviendra le futur Robin Lhistoire est bien plus classique avec un affrontement contre Two-Face et lapparitions de Teen Titans me laissant un peu de marbre mais reste minemment sympathique et permet au rcit de se conclure sur une note positive.

Lalbum est de surcroit bourr danecdotes passionnantes sur la conception de cet pisode, une page alternative dessine si les lecteurs avaient sauv Jason Todd et pas mal dautres petits plus qui en font un livre de rfrence.

Aprs graphiquement on reste dans les tons de Jim Apparo un peu rtro et surtout une colorisation criarde qui pique un peu lil surtout si lon pense que lensemble a t ralis bien aprs Dark Knight Returns par Frank Miller ou mme un Killing Joke dont ce Deuil dans la famille peut constituer la suite directe mais le dcoupage simple et percutant aussi bien que lhistoire connue mais haletante en font un pisode de choix dont je ne mexplique toujours pas pourquoi il existe tant de dtracteurs.

Jai beaucoup apprci et en recommande vivement lacquisition dans cette rdition augmente la rendant quasiment indispensable. Aprs il ne sagit pas dun pisode aussi dfinitif que les Long Halloween ou autres arcs prcits plus haut mais surement bien plus que les prioris ngatifs voqus par mes camarades plus bas.

Nom srie  Le Roi des Mouches  post le 05/11/2008 (dernire MAJ le 29/04/2013) Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le roi des mouches, difficile de parler d'une uvre qui dpasse le cadre de la simple BD se jouant des rgles de la narration, des cadres figs et des phylactres pour employer le recours plus subtil de la mise en scne cinmatographique.

Mais attention, il n'est pas question d'une histoire linaire, ni de scnes d'action ou d'un dcoupage emprunt au mdia des salles obscures... Il s'agit d'une sensation de flottement, de jeux de mots, de situations brutes et abruptes de films sensoriels et cyniques comme Donnie Darko, Lost Highway ou effectivement des Lois de l'Attraction...

On y parle d'une banlieue aise mais paume de l'Allemagne ressemblant curieusement aux vignettes figes des annes 50 amricaines, de personnages humains avec leurs pitres qualits et leurs dfauts ou plutt devrais je dire vices tant la recherche dsespre de l'amour et de l'American Way of Life est structure autour du sexe par absence de sentiments, de recours l'alcool ou d'ectasy pour oublier l'ennui du quotidien.

Tout s'axe autour de Eric Klein, vieil ado ou jeune adulte ne sachant par o mener sa vie reposant sur des magouilles, des plans cul et le gain de l'argent... Ses errements l'amnent croiser la route de personnes tout aussi dranges que ceux de Blue Velvet de David Lynch, un beau pre appt par le gain de sa mre, Ringo, joueur de bowling violent et nvros, Sal, la belle plante qui se joue de son physique et Marie, seule lueur d'espoir et de fulgurance vite ternie par son entourage...

Tout ce beau monde se dchire, baise, se dteste, bref vit violemment et de faon ngative mais volue au travers diffrentes petites histoires ou le narrateur change, o l'on se croise dans le pass, le prsent, le futur et mme au travers du point de vue d'un personnage squelette mort et contemplatif complice du lecteur de tout cette micro-socit hardcore.

Noir, c'est noir il n'y a gure d'espoir mais on se plait suivre le quotidien de tous ces personnages paums dont une tragique fte d'Halloween raconte en dbut de tome va scier tous les destins...

Le dessin est magnifique, les couleurs sublimes et si on se sent aussi bien l'aise malgr la noirceur ambiante c'est qu'on y retrouve une part de soi-mme dans cette vie rve des Anges qui choque et s'entrechoque...

Rares sont les ouvrages d'une telle ampleur raisonnant encore une fois les pages refermes. Une fois les histoires assembles et imbriques l'une dans l'autre, on y retrouve un kalidoscope d'une cohrence exemplaire et pertinente parfaitement maitrise. On sent bien que les auteurs savent exactement l o nous amener et sans faute de style.

Pour public averti mais rellement indispensable. Il est certain que a ne plaira pas tout le monde mais une fois pass la surprise de la narration par cartouches et la mcanique de la lecture adopte, il est difficile de s'en remettre ni de lcher le bouquin.

J'ose esprer qu'il ne faudra pas attendre 4 ans supplmentaires pour connaitre la suite et j'applaudis vivement une telle audace littraire. Tous les amoureux de Ghost World et de Donnie Darko dont pas mal de clins d'oeil discrets sont adresss devraient se plonger sans plus attendre dans ces deux bouquins aux couvertures sobres et magnifiques.

Update 2013 :

Le troisime et dernier tome attendu de la srie sur laquelle jai jet tant de superlatifs est enfin arriv entre mes mains fbriles un samedi frileux de janvier Histoire de bien my replonger et de ne perdre aucune subtilit du rcit, je me suis replong nouveau dans ce rcit noir, telle une immersion dans un tang boueux et sans fond sans vritable apprhension.
Chaque asprit initiale mapportant nouveau livresse que jtais venu qurir a parcouru mon chine le temps de cette redcouverte en terrain connue, la surprise en moins, la dlectation en plus

En plus tout du moins pour les deux premiers tomes car le troisime, sil comporte toujours daussi jolis dessins et de passages oniriques, a failli me noyer Me noyer sous des torrents de boue constitue de mots lourds et parfois mme vides de sens Un comble Eric Klein est toujours ce pantin bouff par sa famille, sa libido et les drogues quil ingre
Son tat vgtatif nous est ainsi balanc sous une forme quasi imbuvable, ne distinguant plus la ralit de son imagination. Ce qui rend la lecture parfois hautement risque et casse-gueules
La conclusion nest pas non plus la hauteur de mes attentes et croyez-moi jen suis le premier vritablement du car au final jai eu limpression de ne pas avoir tout compris sans en avoir pris le mme plaisir manifeste quaux deux premiers tomes.

Et pourtant, je my tais prpar, lisant et relisant Hallorave et lOrigine du Monde et en esprant la bible manquante pour recrer ma sainte Trinit pour au final me faire balancer comme le pantin que je suis, le lecteur passif qui a eu toutes les peines du monde achever cette lecture dans la douleur

Finalement je baisse ma note dun point dans lattente dune relecture ou dune explication un tant soit plus rationnelle. Jai limpression dtre pass au travers, la dlectation en moins et la surprise ou plutt lincomprhension en plus

Cette uvre est toujours aussi belle mais elle est devenue exigeante avec le temps, preuve de toute vidence quil fallait bien en finir un jour mais jaurais aim que cela soit par la plus grande des portes de sortie. Le Roi des Mouches conserve finalement une grande partie de ses mystres. Jose vraiment croire que ce troisime tome de conclusion ne reste pas hermtique longtemps que je puisse redonner la plus belle des notes comme initialement, celle du grand coup de cur de la bd franco-belge que Messieurs Pirus et Mezzo mont offert. C'est aussi avec ses dfauts quil se faut daccepter cette uvre unique et insaisissable Un trip inoubliable dans tous les cas...

Nom srie  Comix Remix  post le 15/04/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Sans la rcente lecture de lexcellent Cycloman rdit par Cornlius sur un sujet priori similaire (les superhros la french touch) et la prsence intrigue de cette grosse intgrale aux accents comics (les annotations Comics sont reprises dessus comme sur un bon vieux Strange), il y a de fortes chances que je serais pass compltement ct de luvre de Herv Bourhis et quelle grave erreur a aurait t !

Car si Cycloman est aussi rafraichissant et drle dans notre paysage franco-belge, Comix Remix emprunte une voix bien plus sombre que ses dessins purs et colors et rappelle davantage Watchmen et Donjon avec une ambition plutt impressionnante pour une uvre pass aussi inaperue

Petit retour en arrire : dans une mgalopole aussi industrielle qutouffante se cotoyent tres humains et monstres Parmi cette population se distinguent les superhros eux mme retranchs en deux partis : la Corporation , entit officielle garni dtres parfaits physiquement mais cachant de sombres desseins politiques et vendant ses attributs aux plus gnreux et le clan des Clandestins, reclus de tous genres et de toute origine condamns exercer des actes dits terroristes pour lutter contre la suprmatie de Miss Honolulu, mystrieuse femme laura tentaculaire.

Le rcit commence avec lassassinat de Mister Mercure, le superhros le plus adul de la Corporation et la convoitise de son fils John-John et de sa veuve par tous les bords. Tout ceci va mettre le feu au poudre au sens propre comme au figur et permettre Herv Bourhis de dployer un bestiaire des plus atypiques et riches rarement vus dans un rcit de ce genre en confrontant monstres roses charismatiques et super collants fascistes sans oublier attaques de monstres gants dans un final apocalyptique des plus dltres !

Ne vous fiez pas au dessin enfantin ni au titre reprsentant davantage lhommage de Bourhis aux lectures de son enfance, si le dbut du rcit est pre et dstabilisant avec cette exposition de personnages multiples et complexes, la narration se fait plus prenante et bien structure, multipliant les points de vue et les actions de tout bord Il nexiste de surcroit nul personnage vritablement vertueux, chacun possde ses failles et lauteur utilise beaucoup de subtilits dont une seconde lecture permet de cerner certaines rponses des nigmes sans pour autant les surligner dun fluo.

Habile rcit sur les diffrences raciales ou sociales, les dangers dune politique manipule par le profit et tout en sappuyant sur des propos terriblement humains, Bourhis construit un rcit rythm et poignant dont le pessimisme transpire chaque page sans pour autant ngliger quelques pages dhumour avec le regard mouvant ou naf denfants dpasss par leurs responsabilits ou des histoires damour inavoues aux destines tragiques quand il ny insuffle pas un peu de posie noire dissimule dans les bas-fonds dune ville gagnrne par lincommucabilit de ses citoyens.

En finalement si peu de pages et sur 3 tomes au contenu incroyablement riche et dot dune galerie de monstres exceptionnels saffrontant pour un idal perdu (voir le charismatique Epominodas, homme chewing-gum affronter le tnbreux Mister Spice est un pur rgal), Comix Remix se dote des plus beaux atouts pour offrir un rcit aussi riche quun Donjon et complexe quun Watchmen sur des bases totalement diffrentes.

Dans les quelques bonus de cette intgrale, lauteur se rjouit du nouveau format plus adapt de cette intgrale en esprant quelle aura plus de lisibilit et dimpact en librairie et la conclusion de cette jolie saga, cest galement tout le mal que je lui souhaite Ne vous fiez pas au titre faussement parodique et imprgnez vous de lunivers unique et ambitieux de Herv Bourhis, lisez Comix Remix, joli coup de cur injustement pass inaperu.

Nom srie  Taxista  post le 09/04/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Marti est un dessinateur espagnol inconnu du grand public francophone que Cornelius a souhait remettre au gout du jour en publiant lintgralit des msaventures dun chauffeur de taxi aussi trouble que les individus quil croise.

Le bonhomme profite des liberts dune Espagne libre de Franco et soumise elle-mme dans les annes 80 pour livrer un feuilleton aussi bizarre quattachant avec quelques traits de caractre rappelant le Taxi Driver de Scorcese.

Pourtant cest plutt dans un milieu encore plus crasseux que nous plonge lauteur avec ce personnage blond pas trs finaud, persuad dtre dans le droit chemin et qui pourtant nhsite pas devenir aussi glauque que la famille de dpravs quil poursuit lissue dune vengeance bien macabre.

Le trait en noir et blanc caractristique dune ligne claire que naurait pas reni Yves Chaland joue sur de profonds contrastes comme on pouvait les admirer sur les premiers rcits de Charles Burns.

Lessentiel se droule principalement de nuit ou dans des recoins bien sombres dans un dcoupage en petites vignettes et sur de grandes silhouettes dsarticules volontairement.

La mise en scne volontairement rtro et kitsch pourrait en effrayer plus dun mais le contraste entre les dessins et la teneur des propos plutt adultes ou exagrment choquants cre une sorte dhumour british par des dialogues compltement hors propos dans leur construction et leur srieux dun autre ge.

On ne sait absolument pas o Marti nous entraine avec cette peinture sociale des plus grotesques dune famille de dgnrs sortis tout droit du film affreux, sales et mchants dEttore Scola et ce quidam rigide et ridicule se prenant pour un vigilante exemplaire alors quil ne court finalement quaprs loseille planque de son dfunt pre !

Taxista consiste ds lors en une course poursuite ou labsurde ctoie le grotesque dans un rythme finalement assez jouissif. On peut le voir comme une critique de la socit et de labolition des repres les plus symboliques dautant plus que chaque personnage sen prend plein la tronche dans un style rappelant les strips des sries suivre des hebdomadaires dantan. Cest un peu comme si Dick Tracy (une des autres influences majeures de lauteur) avait dpass la frontire du correctement bien pensant pour aller asticoter ce que les sries amricaines se font un plaisir de nous cacher.

Les deux histoires qui constituent lintgrale des aventures de ce chauffeur de taxi ont beau nous emmener dans un univers glauque et dplaisant, la lecture, elle, ne lest jamais rellement grce un dcoupage bien nerveux et finalement une intrigue qui se tient. On y parle de vendetta, de vengeance et de complots et on pourrait compatir au mauvais sort qui accompagne notre hros sil ntait aussi propre, prtentieux et vain car finalement cest surtout un brave type bien con et pas si clean que cela

Mon principal reproche serait la conclusion bien rapide et bien sche de la seconde histoire alors que la premire nous rservait un pilogue mais il sagit bien de lintgrale de ce personnage trouble et troubl qui mrite dtre redcouvert car ma connaissance il nexiste pas une uvre semblable mettant en scne un chauffeur de taxi aussi peu ses affaires que Mario est plombier ou Tintin reporter.

Une suite existerait sous le nom de Calvario Hills mais ne layant pas lu, je ne suis pas certain que Taxista y soit nouveau le protagoniste principal. En tous cas luvre de Marti mrite dtre connue et je vous engage aborder ce pan mconnu de la bande dessine espagnole alternative.

Nom srie  Codeflesh  post le 09/04/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans le systme fdral amricain, il est courant que de dangereux criminels bnficient de leur libert sous caution.

Ces sommes tant souvent leves, de vritables petites entreprises se sont cres afin de subvenir aux besoins des personnes innocentes ou coupables avec la consquence d'tre arrt pour avoir refus de se prsenter au tribunal o la somme doit leur tre remise.

Une vieille srie TV illustrait parfaitement ce principe Lhomme qui tombe pic o un chasseur de primes sengage ramener au procs tout personne voulant sy substituer en disparaissant dans la nature

Cest un peu le principe ici de Codeflesh , un sympathique one-shot introduisant Cameron Daltrey qui prte largent et va galement recueillir les malfrats par jeu ou passion.

Le souci cest quil nest pas cens cumuler ses deux activits. Il agit donc dans lombre et de prfrence de nuit laide dun masque intgral avec code-barre rappelant un peu le look de Rorschach des Watchmen dans le Los Angeles crasseux et craspec de la srie Criminal.

Ah oui il est peut-tre utile de prciser que la plupart des malfaiteurs sont pourvus de pouvoirs tlkinsiques ou surpuissants et sont dots dune tronche daffreux jojos pas possibles dont on ne connaitra jamais rellement lorigine surnaturelle ou pas.

Pas grave, Cam est dvou sa tche et passe le peu de temps libre qui lui reste sentrainer physiquement quitte dlaisser la jolie stripteaseuse qui partage son existence

Le pitch est original, le pitch est simple, le pitch est direct. On ne sembarrasse gure doripeaux pour dcrire le quotidien dun superhros de la rue ordinaire qui agit pour son propre compte.

Ce nest pas un justicier, Cameron roule pour sa bosse malgr le fait que son associ lui rappelle sans cesse de prendre du bon temps et de vivre sa relation au grand jour et de tout dvoiler sa petite amie de sa double vie.

Dcor plant, narration rapide et un Charles Adlard en grande forme avec un trait plus travaill que sur sa srie phare Walking Dead. Les couleurs sont aussi poisseuses que dans Criminal et le ct fantastique fait partie intgrante du dcor dans un univers nanmoins contemporain et sans gadgets.

Le cot fantastique est parfaitement intgr la narration et les personnages sont bien plus fins qu'il n'y parait, une gageure russie pour un rcit au final si rapide lire.

Le rcit est dcoup en chapitres se succdant en autant de traques se finissant en bagarres aux poings entre le Codeflesh et ses malheureuses victimes Et cest relativement jouissif car le dcoupage privilgie laction en illustrant la difficult de mener une identit cache.

On pourrait considrer ce one-shot comme lpisode pilote dune srie venir mais lessentiel et la particularit de ce superhros particulier est parfaitement abouti sur les 110 pages du prsent rcit et je ne vois pas quelle volution lui apporter. Il y a galement un chapitre entier, le neuvime pour tre prcis qui possde une narration innovante sur une lettre daveux en parallle avec une journe type mais je ne peux en dire davantage pour ne pas dvoiler le plaisir de lecture

En rsum Codeflesh confirme le talent conjugu de deux auteurs reconnus pour dautres uvres majeures quils auront ralis sparment mais dont lunion sincre permet ici un rcit diffrent et savoureux et mi-chemin entre le polar et le buddy movie. Trs divertissant.

Nom srie  Lastman  post le 25/03/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le saviez-vous ?

Pendant que Grard Vives canonisait laudience crtine de TF1 sur ses performances de coach muscl effmin des filles d ct , son jeune neveu Bastien attendait le crneau horaire du Club Dorothe pour simprgner de Dragonball et autres Ken le Survivant sur la mme chane.

Ctait le bon vieux temps des annes 90. Depuis Grard Vives officie toujours en second couteau pour clabousser laudimat de mdiocrit par Splash pendant que son neveu qui a bien grandi manifeste un peu plus dambition dans le monde de la bande dessine avec quelques succs critiques et publics avec un trait particulier et un style qui lui est propre.

De ce jeune homme je ne connais que Pour lEmpire , une ralisation atypique 4 mains qui avait grandement retenu mon attention.

Lexprience se poursuit nouveau avec un nouveau projet choral avec dmarrage en fanfare avec Balak et Salanville en sortant lartillerie lourde : faux making of, prsentoirs, ditions collector clinquantes la Pokemon, lecture gratuite en ligne pour le teasing et format manga accrocheur !

Nen jetez plus !

Aprs avoir lu une vingtaine de pages sur le net, je nen pouvais plus et souhaitais avoir mon exemplaire personnel afin de me plonger dedans. Je ne sais si cest le contexte mais je ne garde de cette lecture quun petit souvenir plaisant

Gros dlire rfrentiel en guise de manga mais sous fort taux caustique franais, LastMan part toute blinde et ne saccompagne que de peu de superflu. Sur base dun tournoi darts martiaux dans un pays et une poque aussi floue que celui de Sengoku, une brute paisse au look de Ken doit saccompagner du fbrile mais courageux Adrian pour remporter le premier titre tant convoit.

Sur base de rfrences multiples au manga, aux oeuvre populaires franchouillardes (si, si !) et un dlire personnel me rappelant grandement que ces auteurs sont davantage de la gnration Trondheim que cette gnration Goldmann honteuse dont on nous abreuve les oreilles, LastMan se laisse lire sans dplaisir.

Mme s'il n'est pas tout seul aux pinceaux, le style de dessin rappelle normment celui des autres oeuvres de Bastien Vives. Rapide, brouillon mais pas dplaisant et rudement efficace, on va droit l'essentiel et les gags sont lgion (dont un fameux avec un couple de frres jumeaux connus des ondes).

Le seul souci, c'est que je vois trs mal ce genre de rcit se poursuivre sur les 12 ou 54 tomes prvus de la srie (selon les auteurs toujours) et que je ne sais du tout si je poursuivrais l'aventure terme tant j'ai peur d'un essoufflement assez consquent mais comme cela va se poursuivre sur un rythme soutenu, tout le monde sera assez vite fix.

Mais il ne faut gure bouder son plaisir et mme si les ficelles restent assez grosses et ne surprendront pas les amateurs d'humour dcal, ce LastMan a un je ne sais quoi de "reviens-y-vite" tout fait rafraichissant en ce dbut de printemps morose !

A suivre et surveiller et pour les indcis il est toujours possible de s'en faire une bonne approche sur le site suivant o on peut lire les aventures de ces bras casss directement en ligne :

http://www.delitoon.com/serie-webtoon/episode/lastman/1.html

En tous cas il est certain qu'un Vives en cache un autre et qu'aujourd'hui on soit bien plus passionn par les aventures du neveu que les Splash de l'oncle

Nom srie  Cycloman  post le 25/03/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Lditeur Cornelius a eu la bonne initiative de rditer en 2012 cet ouvrage de superhros la franaise pass malheureusement inaperu lors de sa publication initiale en 2002.

En gros cest loccasion rve de rvaluer une uvre plus que sympathique et destination de tous, du grand public de la bd franco-belge comme de lamateur clair de comics en mlangeant une jolie chronique sociale et sentimentale une histoire respectant tous les codes du comics avec un respect et quelques trouvailles des plus pertinentes.

Le fait de vouloir transposer lensemble sur un contexte contemporain des plus classiques renforce compltement le rcit en se resserrant sur une histoire damour toute simple entre deux tudiants des plus attachants : Emile, grand myope casanier et maladroit et surtout Graldine, sa petite amie protectrice et dlure.

Emile passe plus de temps devant sa tl dans son studio dans lattente de boucler ses tudes que la vie tudiante festive que sa petite amie Graldine lui prfre.
Aprs avoir fait lacquisition bien malgr lui dune panoplie de superhros ressemblant sy mprendre un Iron Man de pacotille pour une soire dguise, la vie de ce dernier va basculer quand il va se trouver dans lincapacit de retirer ce costume plus vivant et imprvisible quune simple dfroque de carnaval

Cest en mlangeant les genres sur un dessin noir et blanc nerveux et inspir que Cycloman trouve toute sa force et sa posie dans un quotidien malmen par labsurdit dune armure militaire surhumaine.

Tout ce qui fait la saveur dun pisode de comics est habilement reproduit avec intelligence comme la dualit mal/bien, les scnes de dvastation et les pouvoirs incontrlables que lon retrouve dans nombre de rcits quivalents sur les origines. Rajoutez quelques particularits bien europennes comme le fait de devoir uriner ou faire lamour avec une armure tentaculaire et pleine de surprises et je me suis surpris sourire autant que sur lorigine mme du mchant de lhistoire, le bien nomm Gore juste l pour rendre Cycloman plus crdible que cette tantouse de Superman

Lensemble se lit la vitesse de la lumire, non pas que le rcit soit court sur ses 150 pages mais parce quon a de cesse daller vers sa conclusion classique et efficace comme transport par un joli blockbuster sorti de nulle part et dont les traits hachurs de de Mardon sont aussi agrables dans lexpression des personnages que dans les scnes daction brves mais efficaces.

Me rappelant aussi bien Goldorak que le Gant de Fer en animation que Spider-Man et Iron Man dans le rayon Comics, il serait vraiment dommage de passer ct de cette uvre singulire dont jinvite les posteurs prcdents aux avis mitigs de lui redonner une seconde chance en relisant ce chouette one-shot qui est aussi agrable que futile lire et par l mme hautement recommandable.

Nom srie  Les Praticiens de l'infernal  post le 19/03/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Notre belle plante Terre (ou est-ce un autre satellite ?) connait un gigantesque raz-de mare sur larchipel des Moluques !!!! Sic

De viles cratures ressemblant des mduses, les Sukods, en profitent pour engloutir les hommes ! Il est donc grand temps dappeler la rescousse nos Mousquetaires de la Rsurrection, jai nomm les Praticiens de lInfernal savoir Fongor et les jumeaux mutants Thmistcle !!! Tadam !

Si ces noms bizarres sortis de nulle part nvoquent rien pour vous, nul doute que cette prsente et rcente uvre va vous passer au-dessus du crne comme votre premire brosse reluire.

Pour les autres, les dglingos du ciboulot et les anciens lecteurs des Inrocks quand cette revue tait encore hautement intressante se souviennent peut-tre des prgrinations de ces curieux personnages par un auteur dont je navais jamais entendu parl : Pierre la Police.

Lindignation de lincomprhension de ces dessins pas trs beaux figs par une lgende sest mu peu peu en curiosit puis en vritable intrt.

Je cherchais vainement une compilation de ces aventures lorsque la famille Cornlius en fin limier redoutable duvres trs recommandables mais peu vendables a eu la bonne ide de sortir cette nouvelle aventure ubuesque et inclassable de ce trio pas ordinaire.

Pierre la Police a un trait gras, fig, statique mais trs dynamique. Cet album se lit trs rapidement mais pour peu que vous aimez le style, vous y reviendrez comme un idiot attir par lappat du gain. Et du gain ici il ny en a pas par contre il faut avoir plus dun grain pour apprcier sa juste mesure ces histoires sans sens, aux dialogues et aux situations compltement dingues qui se suivent, sempilent et se reproduisent comme une histoire qui naurait simplement ni queue ni tte.

On se fiche bien de la cohrence dune histoire qui nest quun prtexte aux situations les plus absurdes et finalement les plus drles car cet auteur atypique a le culot dgaler sur papier les plus grands comme les Monty Pythons sans pour autant les parodier. Quimporte donc si tel personnage meurt pour mieux revenir 3 pages plus tard ou si les situations sont aussi btes quhilarantes. On ne sait jamais o lon va tre entrain mais pour peu quon succombe au charme inattendu de Fongor et des deux jumeaux aux pouvoirs insenss, on risque de prendre un pied comme pas permis.

Cest donc peut-tre une histoire qui ne surprendra pas les fans de Pierre la Police mais qui sera une vritable torture pour les autres ou au contraire un dlice nul autre gal.

Jai choisi mon camp et suis toujours aussi surpris de leffet de ces polissonneries et nattends quune seule chose : la suite comme le promet le prometteur "Vol. 1" sur la couverture immonde souhait qui ne trompera personne : oui mes amis, bnissez ce jour comme la venue du pape Franois car Fongor revient et pour le bien d'entre nous tous !

Nom srie  Le Rayon de la Mort  post le 19/03/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le rayon de la mort nest pas considr comme le meilleur ouvrage de Daniel Clowes.
La rputation de ce monsieur nest plus faire depuis que son Ghost World a rcolt de nombreuses louanges critiques sur sa ligne claire pure et raliste de la mlancolie dun American Way of Life o lennui se dispute le premier rle avec la morosit.

Le rayon de la mort se veut une approche rsolument comics et superhros de ce mme monde fractur par un quotidien des plus ternes.
Or on sait depuis Watchmen de faon unanime que les superhros ne se sont jamais aussi mal comports et quils sont rongs par leur devoir et leur conscience.
Sous la plume de Daniel Clowes, le hros se prnomme Andy et na rien dextraordinaire malgr un parcours parallle celui de Peter Parker dont il aimerait avoir inconsciemment lapparence ainsi que le succs.
Orphelin lev par un papy plus gteux que gteau, Andy est un ado dune banalit affligeante qui a t trimball dune famille une autre et na quun seul ami Louis, un tre bavard et revanchard qui dcouvre que Andy dveloppe une force surhumaine lorsquil fume une cigarette !
Comment exploiter ce don dans une ville o rien ne se passe ? Rponses dans cet album assez particulier o Daniel Clowes privilgie les squences en strips savoureux dans un style rsolument fifties et flashy qui dcoupe tats dmes et interrogations sur un quotidien parsem de personnages sans importance.

Utilisant la mthode du gaufrier pour dcouper ses cases ou la bichromie pour en gayer dautres, Daniel Clowes rend lensemble complexe et fluide la fois en dpit dun dcoupage bien plus audacieux que lensemble du rcit car oui comme dit prcdemment et malgr quelques surprises dans les toutes dernires pages, lensemble nest gure palpitant car les personnages ne sont pas attachants.
Pire certains strips sont conclus dans limpasse la plus totale. Au lecteur de sen faire une raison ou une rsignation.
Cest un peu ce manque dambition qui mempche dapprcier comme je laurais souhait cette compilation de souvenirs dun adolescent pas si ordinaire que cela. La lecture ntait pas dsagrable et le style froid et rugueux de lauteur me rappelle les errances graphiques de Mezzo ou de Charles Burns mais on est quand mme bien en dessous au niveau de lintrt global ou je suis rest impermable cette banalit peine masque.

Il est utile de prciser que les amateurs de marvelleries en tout genre risquent dtre pris en grippe sils attaquent cette uvre par la face action car le ct hroque nest quun prtexte pour dpeindre un versant cathartique dun quotidien us de rves dchus.

Reste une bonne conclusion et pas mal dinterrogations ncessitant une relecture ultrieure dont je ne suis pas press den fixer la date.

Encore un bel effort signaler de lditeur Cornelius qui a fait un travail irrprochable ddition avec de grosses pages bien imprimes qui fleurent bon la nostalgie et donnent envie dobserver la loupe leur catalogue, cest dj cela de gagn

Nom srie  Ncron  post le 01/03/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avis toutes les personnes qui vont lire mon avis par envie ou par ennui : tout ce que vous disent les autres posteurs plus bas est strictement vridique et je partage leurs opinions sans mme en discuter le moindre mot.
Mais Necron possde galement un charme indfinissable qui sappelle aussi nostalgie. Cest galement cette mme nostalgie qui vous saisit lors de votre premier Blake et Mortimer, ce charme kitsch qui rend les dialogues lgrement dcals et pompeux et les cartouches temporels dun autre ge Pendant ce temps et consorts..

Sauf que Necron nest pas une uvre tous publics et fait partie de ces fameuses sries italiennes bis qui plaisent tant Jean-Pierre Dionnet et que lon qualifierait lgamment ici de romans de gare , ici la ligne claire et aux superbes contrastes par Magnus.

Ok lhistoire est compltement clich avec cette doctoresse teutonne ncrophile qui ranime sa crature de Frankenstein au sexe surdimensionn dans le seul but de la satisfaire puisque cette charmante demoiselle nobtient que des orgasmes avec les morts !

Forcment le Necron en question comme elle le baptise est un parfait abruti au visage rigolo et dont le cur mort ne bat que pour sa cruelle maitresse. Problme : il est dot dune force surhumaine, nest pas spcialement attirant et est un brin cannibale !

Sur ces quelques bases, on va parler de conqute du monde, de sexe (plutt explicite) et de ttes ratatines et de cervelles exploses. Croyez-le ou non mais lensemble se laisse lire sans dplaisir grce un rythme soutenu et des situations aussi exagres que plaisantes lire.

Cela aurait pu tre plus drle (second degr et srieux des situations ridicules assumes), cela aurait pu tre plus sexy (imaginez du porno entre une nana SM et un cadavre sorti de Reanimator), cela aurait pu tre plus gore (le noir et blanc attnue les scnes violentes) mais franchement on se marre, on bande et on se dlecte du gore tellement tout est dcal et barr dans cette uvre.

Certaines situations pourraient tre malsaines car elles vont trs loin dans le trash et le politiquement incorrect mais cela reste trs fun grce la tronche de ce Necron qui m'a arrach plusieurs fois le sourire. Cela contraste pas mal avec le visage de sa maitresse Frida qui a un corps superbe mais un regard aussi dur et cruel qu'elle ne l'est galement dans ses propos et actes.

Mais cela reste vraiment suffisamment divertissant et diffrent pour peu que vous soyez un tant soit peu intresss. En tous cas et mme si mon principal reproche porte sur les dcors vraiment au second plan, je me suis rgal lire ldition Cornelius qui respecte le dcoupage dorigine dans de superbes ditions au format poche.

Magnus cest le grand oubli de la bande dessine italienne par un trait de crayon superbe aux contrastes profonds qui ne marquera hlas que les lecteurs des uvres rotiques et autres fumetti de la belle poque.

Pour tous les amateurs de bizarreries dans un esprit pur dexploitation comme le furent au cinma les Street Fighter de Sonny Chiba et les pantalonnades dviantes des nanards italiens des annes 70/80, Necron constitue un must absolu !

Nom srie  Trame : Le poids d'une tte coupe  post le 28/02/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aim !)
Sduit par le format particulier de ce petit livre et sa couverture muette reprsentant une tte fminine perturbe et perturbante et son 4me de couverture avec le titre du livre et une silhouette fantomatique, jtais fort enthousiaste lide de lire un ovni flirtant entre les univers de Charles Burns et de Mezzo & Pirus sur un dessin proche de ceux de Brno.

Hlas trois fois hlas et bien plus encore, je nai retrouv aucun des univers cits et encore moins le trait bichromatique si particulier de lauteur de Lorna

Trame use pourtant dartifices des plus singuliers rendant la lecture extrmement aise tout en y injectant un sentiment de malaise constant ds larrive de ce nain couvert de boue sorti de nulle part et menaant dun trident un jeune couple de yuppies dfoncs pour se rendre leur soire de jeunes bourgeois friqus

Si dors et dj ce pitch improbable vous dplait, ce qui suit ne vous plaira pas davantage On comprend surtout quon est dans un mauvais trip compltement barr o le jeune couple va fuir son agresseur pour retomber dans les pattes de routiers mga chelous avant dtre recueillis par un ermite un peu cingl et philosophe qui vit dans une demeure immense etc etc.

Si lexplication du mot Trame est vidente avec un dcoupage en dbut de rcit annonant les quelques pages en ngatif qui esquissent le futur de nos hros par des phylactres incomplets (lisez et vous comprendrez mieux le sens), le sous titre Le poids dune tte coupe mchappe compltement et au plus haut point

La conclusion de cette histoire perdue entre une squence de Mulholland Drive napporte rien ni satisfaction ni explication au bout de la centaine de pages se lisant en moins de 10 minutes et le dessin est finalement bien peu inspir et par trop carr pour tre aussi sduisant que les auteurs cits plus haut

Une immense dception pour ma part concernant ce livre pourtant bien dfendu par ailleurs et qui possdait sur le papier nombre darguments pour me plaire mais cest en fait tout fait le genre duvre qui donne envie de se replonger dans un bon vieux Boule et Bill ou Lonard histoire de constater que les produits mainstream ne sont finalement pas si mauvais.

Je ne peux pas dire que jai dtest mais je nai vraiment pas aim du tout. Un livre fuir sans queue ni tte ou alors je suis compltement pass ct ! Dommage...

Nom srie  Fuzz & Pluck  post le 28/02/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est peut-tre davantage difficile de prsenter Fuzz & Pluck que de signaler comment les deux ouvrages de cette srie me sont tombs entre les mains aussi laissez-moi une chance de vous dmontrer en quoi ces deux jolis bouquins la ralisation luxueuse avec dorures et tuis comme souvent chez le remarquable diteur Cornelius peuvent agrablement vous distraire le temps de leur lecture

Ted Stearn est un obscur cartooniste de la scne alternative connu pour avoir collabor avec Matt Groenig le papa des Simpsons.
De son illustre mentor, Stearn partage la drision et labsurde pour dcrire le quotidien dune socit amricaine en constante dtrioration. Moins le rire et le talent mais nous y reviendrons car sous ses dfauts vidents (dessins pas toujours maitriss lorsque lauteur crayonne un tre humain, rythme lent voire mou et propos pas toujours aussi percutants que voulus), Fuzz & Pluck ( lire trs vite pour y trouver linjure la plus rpandue de la langue de Shakespeare) gagne en patine et en intrt au fur et au mesure de la lecture en proposant un premier volume brouillon mais attachant et un second volume qui mrite selon moi sans autres suffrages son acquisition dans les plus brefs dlais.

Les couvertures sobres nous exposent rapidement cette qute de labsurde que constitue simplement la survie par un duo des plus improbables et mal assortis quil soit : Fuzz est un ours en peluche malmen par son propritaire dorigine alors quil est sensible et ne demandait quun peu daffection.
Apeur par son exprience mais trs naf voire innocent sur les alas de la vie, il finit tout naturellement dans une benne ordure o il rencontre Pluck qui deviendra par dfaut son meilleur ami et sa plus belle rencontre.
Pluck est un fier gallinac reproducteur aussi malin et tmraire qui chappe de peu au rayon volailles du supermarch du coin en senfuyant dans cette benne ordures.
Au passage il y perdra dfinitivement ses plumes et son mojo mais pas son apptit la survie.

Ce duo sen va donc arpenter une socit amricaine absurde dforme par la btise et lorgueil qui les mnera de la justice lesclavage et de la philosophie deux balles dun moine passif la grance dun fast food consacr au lard sous tous ses tats.

La lecture se fait en douceur mais lensemble manque un peu de piquant dans les propos malgr un dessin crayonn aussi joli que les personnages humains sont rats.
Cela reste dans une cole trs indpendante rappelant le style de Robert Crumb en plus pur mais ce nest pas si dsagrable que cela.

Le bien nomm Splitsville qui constitue le second tome et qui en constitue autant la suite que le remake (la lecture du premier tome nest mme pas si indispensable car Stearn profite dun procd malin pour rappeler rapidement les origines de nos deux zros) saffranchit rapidement des faiblesses du premier pour devenir parfaitement autonome en splittant le binme suite un incident et en les confrontant en parallle de nouvelles mtaphores bien plus russies et drles cette fois.

Buzz va se retrouver dans une version cynique de Toy Story avant dtre recueilli par un illumin limpliquant dans une ridicule histoire de passage sur berge qui rappelle lattaque des moulins par Don Quichotte et dont je vous garantis quelques fous rires inattendus pendant que Pluck se livre une insense lutte de gladiateurs avec bourres pifs et complots orchestrs par un mystrieux citron coup !!!!

Les mtaphores sont nombreuses et les situations improbables renvoient limage dun miroir peine dform de notre socit actuelle sans jamais non plus tre aussi mchant ou ironique que peuvent ltre les Simpsons mais le second volume rachte intgralement les errances du premier et je ne peux que vous recommander la lecture si ce nest lacquisition tout en gardant bien en mmoire quil sagit dune uvre totalement artisanale dans lesprit et la conception mme si les deux livres sont raliss avec autant de soin que nombre dautres ditions se voulant ou se prtendant tre de luxe .

Fuzz & Pluck mrite dtre amplement dcouvert ou redcouvert pour les dus du premier tome qui ne simpose que sous langle dune longue introduction

Un bon 3.5/5 pour ma part et surtout aprs la lecture de "Splitsville".

Nom srie  Je suis un vampire  post le 18/02/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
a faisait longtemps que je lorgnais sur une uvre commune de Trillo et Risso.
Le premier mavait enchant pour ses Spaghetti Brothers et Vieilles Canailles dans un style de mafia blues trash et le second pour ses traits contrasts si particuliers de 100 bullets.

Malheureusement cette srie avait aussi bonne rputation quelle tait difficile complter dans son intgralit aussi quelle ne fut pas mon soulagement de voir sur les talages il y a quelques annes dj une rdition complte en deux tomes et prix tout doux

Dailleurs pour taire directement les mauvaises langues ce sujet, le format plus petit et compact ne gne en rien la lecture et les noirs si profonds et caractristiques de luvre sont tout fait conservs.
On se retrouve donc avec une uvre de prs de 400 pages dont le titre principal peut laisser supposer une dclinaison du roman succs de Anne Ryce Entretien avec un Vampire mais le duel entre cet cet enfant fils de pharaon et la courtisane malfique ma davantage rapproch du premier film de la sage Highlander avec ce slogan classique : Il ne peut en rester un .

Car il sagit bien dune maldiction dimmortels dtournant les codes classiques du vampire (ici cest le soleil qui est lorigine de leur mutation et qui leur insuffle la rgnration constante de leurs cellules) mais on reste en terrain connu avec la soif de sang et une fringale gargantuesque constante.

Trillo dresse le portrait mouvant dun tre de quelques 5000 annes qui na jamais aspir dautre qu une vie normale mais reste coinc dans le corps dun enfant de 11 ans, se sentant incomplet et devant renoncer aux plaisirs de la chair que sa rivale Ahmasi, superbe prtresse paraissant 26 ans, nhsite pas utiliser pour contrler et mener le monde sa baguette.
Perverse et manipulatrice, on a peut tre rarement vu un tre aussi sensuel que malfique, la belle se servant constamment de ses formes comme dune arme de guerre.

Ces deux tres vont sopposer une guerre sans fin parcourant les ges et les civilisations, croisant des personnalits de lhistoire ou participant eux-mmes chaque fois sous une identit diffrente aux vnements de notre civilisation jusqu ce prologue dans lge contemporain jusqu ce que lun des deux meurt sous les coups de lautre pour un rveil provoqu par les rayons du soleil quelques dcennies plus tard et rebelote !

Le rcit se dvore comme un roman de gare avec une narration fluide et simple qui permet de ne jamais tre perdu entre les flashbacks et les points de vue des deux immortels.
Le noir et blanc est compltement justifi ici avec des ombres menaantes permettant de dgager une palette dexpressions assez incroyable La peur et la solitude pour le gamin, la mesquinerie et leffroi pour lintrpide rivale, changeant de toilette et de perruque chaque page ce qui en fait un cruel objet du dsir comme de dgout.

Il existe une belle notion de suspens et les auteurs sattardent galement sur les personnages secondaires rendant lensemble un brin potique, ralentissant la tension (Ahmassi est une mchante comme on en voit rarement pour ce mdia) pour repartir de plus belle jusqu un final peut tre trop rapide et prvisible mais nanmoins mouvant

Les seuls dfauts rsident peut-tre dans la rptitivit de certaines scnes parfois un peu trop tires pour avoir un autre effet que du remplissage alors quil aurait peut tre t plus audacieux de dvelopper certaines autres parties dans les flashbacks des poques traverses qui restent intressantes mais trop succinctes.

Reste une lecture de qualit qui en fait un pageturner dont on naura de cesse darriver la conclusion.
Le contraste entre les scnes de violence et les bons sentiments sont rserver pour un public averti mais je le rpte, jai rarement trouv un personnage aussi machiavlique que cette Ahmassi qui dcroche sans souci le premier rle de super vilaine haut la main ! Sa squence dassassinat dans un hpital reflte tout le talent dun rcit oscillant sans faillir constamment de lhorreur vers laction et vice-versa. Vivement recommandable !

Nom srie  Batman - Nol  post le 12/02/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ntant pas spcialement un fan de la fte de Nol et malgr le talent que je reconnais au merveilleux illustrateur Lee Bermejo, ce conte de Dickens remis au gout du jour par le chevalier noir navait rien dessentiel mes yeux et je serais surement pass ct si on ne me lavait pas prt avec la mention cest trs joli mais je suis du de lhistoire .

Bien, cest donc avec ces priori plutt ngatifs que jentamais rapidement la lecture de ce one-shot du Caped Crusader et pass une narration en voix off assez dcousue au dpart, ce fut encore plus rapidement une excellente surprise.

Lintroduction en impose ds les premiers plans et cadrages dcrivant un Gotham City enneig et calme peine effleur par les pas massifs du Batman en traque dune petite frappe la merci du Joker.
On a affaire avec un Bruce Wayne plus sombre et intransigeant que daccoutume comme meurtri par sa soif insatiable de justice et dont lvolution high tech de son costume nest que le reflet de ses espoirs dus

Laction se porte sur une seule nuit o le protecteur de Gotham va devoir se remettre en question face ses vieux dmons, de la nostalgie et de livresse de ses premires aventures avec Robin et Catwoman ce qui la conduit devenir lui-mme aussi aigri

Lerreur qui aurait pu tre facilement faite aurait t de transcrire exactement le personnage de Scrooge la lettre vers un Batman lidentique mais Lee Bermejo ne se contente pas dtre un fabuleux dessinateur comme javais pu dj le constater dans Joker mais galement un bon conteur. Car oui ce rcit est un conte de Nol mais qui sert bien plus les propos de Batman tout en faisant ressurgir quelques personnages mythiques de sa lgende que de ressortir une nime resuce dun conte de Dickens dj adapt toutes les sauces depuis belles lurettes.

Les dessins restent le point fort avec des peintures vivantes aux couleurs et aux cadrages dynamiques qui rgalent les mirettes. La lecture senchaine sans temps mort ni niaiserie et sil est convenu quil ne sagit pas de laventure la plus forte ou marquante de la chauve-souris, nul doute que ce livre reste un must absolu en la matire tant le tout sharmonise parfaitement et sans accrocs.

Une excellente surprise qui peut plaire autant au nophyte quau fan passionn et cerise sur le gteau je conserve ce prcieux bouquin contre une srie moins emballante Absolution mais qui a fait le bonheur de son acqureur. Tout le monde est content et cest finalement chouette davoir un cadeau de Nol en fvrier.

Nom srie  Crimechien  post le 30/01/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Blexbolex me pose un cas de figure assez consquent.

Grosso modo, japprcie beaucoup son style pur sans traits et gnralement en 3 ou 4 couleurs maxi ainsi que le style rtro mais Crimechien est surement le plus gros mystre des rares uvres que je viens de lire de ce monsieur.

On peut rsumer cela comme tel : jaime mais je ne sais pas pourquoi. Est-ce la ralisation de la collection Pierre chez Cornelius qui soigne autant la forme ?
La trame suit un peu la construction de Destination : Abcdria avec des dessins aussi simples que des formes gomtriques aux couleurs volontairement rstreintes et un texte de quelques phrases en guise de lgende.

Le personnage ressemble trait pour trait celui de lil priv que je vous recommande en premier lieu pour vous habituer ce style pour peu quil vous intresse et la fluidit plus vidente.

On suit passivement une histoire de dtective priv mandat sur lenlvement dune amichienne qui nest pas venu sa visite hebdomadaire de non promenade la baballe et se rend compte quil sagit dun Crimechien odieux, une dgueulasserie indite selon ses propres dires mais quelle issue est possible dans un monde en pleine dconstruction et o lordre tabli est clairement devenu inhumain ?

Vous navez rien compris ? Je vous rassure moi non plus. a se lit de surcroit trs rapidement et se conclut dune faon impromptue dont les cls mchappent totalement. Hors-Zone reprend Crimechien lendroit exact o le premier sarrte mais combien de personnes auront lenvie de poursuivre cette exprience sensorielle qui mixe argot et jolies phrases dont la comprhension mchappe clairement.

Reste un trs joli bouquin dillustrations incomplet sans sa conclusion Hors-Zone mais se faisant un malin plaisir carter les courageux en excluant les curieux, les fous ou les imprudents. a tombe bien car je suis de toutes ces catgories et je serais du voyage final de Hors-Zone mais reste trs prudemment les deux pieds et neurones qui me restent en dehors de ce trip bien trop personnel.

Nom srie  Destination : Abcdria  post le 29/01/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le croirez-vous ou non ? Je suis con.

Oui vraiment car figurez-vous que ce petit bouquin de Blexbolex ne ma pas interpell par son titre. Bien au contraire, les quelques trente pages le constituant ont t assez vite digres en essayant de comprendre la trame de lhistoire principale.
Pour peu que lon accroche aux univers de David Lynch, Mezzo et Pirus, Charles Burns et consorts, nul doute que ce que vous y trouverez vous emplira de joie mais pour le plus rationnel des lecteurs reste un beau passage dans labsurde avec cette cavale de deux frres gangsters nayant pour autre issue que de se rfugier dans une contre inconnue des forces de lordre, la bien nomme Abecederia.

Et pourtant ce pays trange ressemble plus un tat oscillant entre lle du docteur Moreau pour ses cratures tranges et les camps de concentration pour sa rigueur proche du nazisme

Vous navez toujours rien compris ? Cest normal moi galement ! Pourtant le format me plait, lhistoire ma distrait et les dessins mont attir lil Il sagit dune uvre avec un style bien rtro avec une illustration par page et quelques lignes de texte en dessous.

Leffet est russi avec une trichromie simple mais qui possde un style et un charme indniable. Certes tout le monde naimera pas, trs peu se sentiront concerns mais pour peu que lon soit attir par la patte graphique de Blexbolex il est fort possible quon ne soit pas indiffrent une lecture proposant une galerie de personnages des plus timbrs et dont le contraste entre le dessin et son texte tout en argots et jolis jeux de mots fait mouche.

Le tout a un prix, plutt lev pour les 10 minutes le lire en prenant bien son temps et pour une histoire dont les pages de garde constituent pour une fois un complment idal.
Je pense que Blexbolex et mme les Requins Marteaux se foutent royalement du succs ou pas de ce livre presque anecdotique et dont le challenge est de proposer un abcdaire sur lequel se greffe une histoire.

Quoi ? Mais oui voil je suis con parce que je nen avais mme pas fait le rapprochement ma lecture alors que chaque page illustre de faon dtourne et angulaire chaque lettre de notre alphabet, et bien souvent avec malice (le M suivi du N mont bien clat ) ce qui en fait un bel exercice Oubapo dont je recommande la lecture mais pas forcment lacquisition car le prix reste lev pour un si petit livre

Nom srie  Soldat inconnu  post le 29/01/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Difficile daborder cette uvre objectivement et de lapprcier comme je laurais voulu car Soldat Inconnu ma dplu plus quil ne ma du.
En lisant le commentaire prcdent de Spooky je ne mattendais surement pas une partie de plaisir car il est difficile dapprhender cette terrible guerre civile en Ouganda et d'en sortir indemne pour peu que ce soit raliste.
Catalogu dans un registre comics, rien ne prte rire dans cette peinture raliste des horreurs exerces sur cette terre africaine et je ne mattendais surement pas en tirer une satisfaction personnelle et aurais davantage voulu en saisir lessence.
Malheureusement si le fond est intressant, la forme lest beaucoup moins avec ce docteur connu et reconnu dans le monde occidental et qui a souhait prter main forte aux populations de ses origines par le soin et qui se rvle devenir une arme de guerre mutile et sans aucun discernement

La monte en puissance de la violence renferme chez ce bon docteur savre bien trop rapide et abrupte mes yeux et surtout bien trop injustifie pour tre crdible. Le personnage devient compltement fou en se mutilant le visage do cette marque de fabrique du personnage avec ces fameux bandeaux qui me rappellent le Darkman de Sam Raimi.
Sensuivent des scnes de rglement de compte plutt violentes et parfois dnues de toute logique. On tombe en plein survival basique o rien ne prte une dcompression. La jungle et les villages deviennent rapidement touffants, ce qui est surement lobjectif du scnariste qui sen justifie dans les pages de bonus concluant chaque tome mais quitte traiter dun fait dactualit aussi grave il aurait peut-tre t plus intressant de sen tenir lobservateur plutt que dy prendre parti en dcimant des enfants sous contrle de despotes illumins.

Le dessin oscille invariablement du bon au mdiocre avec des scnes de dcoupage trs fluides mais inconstants sur les corps. Corps qui sont malmens et rduits lexpression de simples pantins, si aucune mort nest rellement gratuite, dessiner de grosses ttes sur de petits corps et rajouter presque artificiellement des claboussures de sang comme un artifice permet de se dtacher un peu mais si peu de cette exposition constante de svices humains.

Il fallait oser crer une telle uvre et dtourner le soldat inconnu, personnage dj utilis par Ennis et dautres pour ouvrir les yeux sur tant dabsurdit mais cette loi du Thalion oscillant entre ralisme et sensationnel na finalement russi qu me dtourner de lessentiel et en abrger la lecture. Une relecture pourrait me permettre de rvaluer lensemble mais sur lheure je nen ressens absolument pas le besoin.

Nom srie  Bad Ass  post le 28/01/2013 Modifier cet avis Achat conseill ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Putain de bordel de merde, quest-ce que cest bon !

Mes propos vous paraissent vulgaires et dplacs ? Mais ils le sont et jen assume compltement la responsabilit parce que cest exactement le genre dexclamation que jaurais aim faire plus souvent la lecture de ce titre aussi dcomplex que fun !

Bad Ass cest tout dabord la cration dun nouveau label chez Delcourt qui envisage de crer du comics avec supers slips et collants 100% franais. Pas de mprise ici, il ne sagit pas de singer ce que nos lointains cousins doutre Atlantique rptent inlassablement avec Batman et les X-Men mais de prouver sil en tait encore besoin que les auteurs ont digr et assimil suffisamment de rfrences et dexprience pour nous apporter leurs propres visions et dlires partager.

Et l on frise le coup de matre absolu pour un premier coup dessai Il faut dire que lon est immdiatement pris dans le train en marche et que le rythme ne redescendra jamais tout au long de ces pages mettant en scne Dead End, un mystrieux super vilain aux pouvoirs mal dfinis au cynisme aiguis et se jouant de toutes les situations

Pourtant tout na pas t si rose pour ce playboy insolent qui se joue de ses anciens comparses par une pichenette digne dun Trondheim pour envoyer sa Lucky Strike allume comme le Tireur des Marvel comme une arme absolue avec un effet comique des plus rafraichissants. En effet ses origines nous sont relats par une succession de flash backs percutants insrs rgulirement dans la ligne narrative sans que jamais le lecteur ne perde le fil de la trame principale.

Trame principale qui reste effectivement bien mince mais qui peut rappeler par bien des gards les dambulations dun Preacher ou du hro de Wanted sans prises de ttes. Ici on va droit lessentiel sans oublier les nuances comme dans une attraction foraine.

Ce qui me semble tellement dplac dans les bds dites pour ados est compltement mis de ct et si on garde une harmonie potache ce nest pas non plus pour tomber dans les travers de la vulgarit ou de la facilit car les dialogues changs sont souvent percutants et vraiment drles ! Quil sagisse de projectiles divers ou des rflexions de la dead-mobile et de tous ces hros qui font furieusement penser dautres tout en gardant leur identit propre, Bad Ass amne de leau au moulin en recrant un univers crdible sous un regard amus en vitant le blabla et la scatologie rcurrente dun The Boys qui prend un sacr coup de vieux sans le vouloir.

La srie est prvue en 4 tomes et il mest impossible de savoir si toute cette fraicheur et ce plaisir seront renouvels mais quelque part on sen fout car ce premier tome peut se lire tel quel et il ne faut pas surtout pas se priver dun truc aussi rjouissant que cette uvre immdiatement accessible !!! DC Comics et Marvel, tremblez car Comics Fabric arrive pour vous foutre un magistral pied dans le cul ! Cocorico !

Page prcdente Page Prcdente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 21 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque