Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3261 avis et 453 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Malamine, un africain à Paris  posté le 14/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les auteurs de cette bande dessinée sont africains et font partie d'une association visant à témoigner des réalités africaines.

J'ai conscience que ce récit a pour but de montrer les difficultés d'intégration en France d'immigrés africains déchirés dans des luttes tribales. Le héros de cette histoire s'appelle Malamine. C'est un diplomé en économie qui a été obligé de quitter précipitement son pays pour des raisons purement politiques. Il vient de réfugier en France avec l'aide d'un réseau. Au bout de 10 ans, il en vient à mépriser la France, le pays qui l'a accueilli, en la rendant notamment responsable de tout ce qui se passe dans son pays.

En effet, la France a toujours soutenu des dictatures en Afrique pour asseoir son influence après la décolonisation. Or, notre gentil héros en vient même à détester le peuple français comme ces gens un peu pressés dans le métro qui vous bousculent sans faire attention. Il fustige les femmes noires de s'enticher de français de pure souche. Il est enfermé dans des préjugés qui lui font dire que Barack Obama n'a aucune chance d'être élu président des Etats-Unis. Pourtant, le monde change...

C'est clair qu'on peut le comprendre car il termine brancardier en vivant dans un grenier à Paris. Il rumine sur le fait qu'il est déclassé professionnellement par rapport à son niveau d'étude. Pourtant, sa collègue lui rappelle que son métier est utile pour sauver des vies. Ce qui l'intéresse prioritairement, c'est de faire progresser sa théorie économique qu'il s'apprête à publier avec l'aide d'un éditeur d'origine africaine. Bref, son amertume le conduira à construire un véritable monstre qui va se retourner contre lui.

On se demande si le traitement de ce récit est subtil et si le message sera véritablement compris. On se rend compte que les problèmes sont bien plus complexes qu'il n'y paraît. Je pense même qu'une telle BD ne pourra que renforcer le racisme par des idées du style "La France, aime-la ou quitte-la !". Le final reste cependant plein d'espoir. En tout cas, nous avons une vision honnête de la part des auteurs. Gageons que ce travail soit reconnu !

Nom série  Konungar  posté le 14/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce premier tome nous entraîne dans la destinée d'un royaume nordique en proie à une guerre fraticide. Cependant, un danger plus grave encore menace ce pays replié sur lui-même.

Il faut alors regrouper toutes les forces pour ciombattre le mal. Il y a d'incessants flash-back qui nous entraînent dix ans en arrière. Il aurait été bon de traiter tout cela dans une première partie puis d'enchaîner chronologiquement. La lecture aurait été plus simple. Bref, la fluidité semble faire défaut. En effet, ce procédé déjà maintes fois utilisés ne fait pas bon effet dans ce récit où l'on doit se raccrocher aux détails pour connaître toutes les intrigues de palais qui constituent les enjeux.

Par ailleurs, les idées ne sont pas nouvelles car il s'agi d'un foisonnement de plusieurs éléments tirés de diverses mythologies pour alimenter cette nouvelle épopée. Un mot également pour dire que la qualité du dessin varie. Nous avons quand même droit à de magnifiques décors. Il est dommage que l'histoire qui commence plutôt bien n'arrive pas à trouver très vite un vrai départ.

En effet, il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome qui ne sera qu'une introduction. Cela reste un album honnête pour tout fan d'héroïc fantasy dans un genre Conan le Barbare.

Nom série  X-Men - Jeunes filles en fuite  posté le 12/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C’est une bd qui commence par une préface du genre "Quand les deux maîtres se rencontrent…" Au demeurant, l’un des deux m’est un parfait inconnu. Et pourtant, on ne pourra pas dire que je suis un ignare du monde de la bande dessinée et même si cela concerne le domaine du comics. Non, tout est franchement exagéré. Du coup, on s’attend à lire l’œuvre du siècle.

Il est vrai que Milo Manara est un excellent dessinateur qui donne des lettres de noblesse aux femmes tant les formes paraissent parfaites. Pour autant, ces X Womens ne sont finalement qu’un flop. Le scénario est navrant. Les scènes d’action sont pathétiques. Les dialogues sont insipides à souhait. Il manque le côté charme exotique des œuvres du maestro.

Bref, le mariage s’avère un fiasco. La lune de miel ne durera pas…

Nom série  Le Sourire de la babysitter  posté le 12/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Faut-il se méfier des baby-sitters ? Personnellement, je n’accorderai pas confiance dans la garde de ce que j’ai de plus précieux au monde à de petites écervelées qui veulent s’envoyer en l’air ainsi que jouir de tout sans avoir à fournir l’effort de travailler. C’est bien le portrait peu flatteur qui nous est fourni par cette bd. C’est clair que cela ne va pas favoriser ce mode de garde. Et pourtant, devant c’est adorable et joli. Une fois que vous avez le dos tourné, ce n’est plus la même chose…

Au début, certains dialogues me sont apparus comme un peu inutiles comme pour combler des cases d’une histoire qui avait du mal à décoller. Puis, vers le milieu, cela commence enfin à avoir un peu d’intérêt. On se demande comment tout cela va finir. C’est tout de même intéressant car on se place du côté des méchants. Il est dommage de ne pas entrer dans l’intimité du couple des parents victime d’une sombre machination. Cela aurait donné plus de poids à la tragédie qui se prépare.

Maintenant, je ne vais pas descendre une bd qui ma foi n’est pas aussi mauvaise que cela comparée à bien d’autres. J’ai même aimé le dessin tout en rondeur qui souligne la beauté venimeuse de la baby-sitter et de sa comparse. Il est clair que la lecture ne sera pas inoubliable non plus…

Nom série  KZ Dora  posté le 12/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le choix du noir et blanc ne s’imposait pas forcément pour cette histoire même si un certain Steven Spielberg l’avait fait en son temps pour un film resté célèbre. Oscarisé le fut également la bd « Maus » qui s’est également enorgueilli de l’absence de couleurs. Quand on traite d’un sujet aussi sensible que les camps de concentration, on se rend compte que l’émotion gagne en profondeur et qu’on est alors moins soucieux sur l’aspect général quant à la forme et le fond. Or, on n’accuse pas aussi facilement de telle œuvre de sensiblerie.

Pour autant, je ne me gênerai pas de dire que la présente bd me semble imparfaite. On suit le destin de plusieurs personnages qui vivent dans des endroits différents et on sait qu’à un moment donné, ils vont se rencontrer dans un camp de travail. On a du mal à les distinguer tant parfois, ils se ressemblent. Leur histoire individuelle n’a pas la même force. Ainsi, on suivra plus volontiers le résistant qui tente de fuir vers l’Espagne que le scientifique qui conçoit les fusées V1 et V2. Bref, il y aura confusion et certains dialogues sonnent faux.

Au final, on a l’impression que c’est un peu mièvre. Il y a quelque passage assez marquant mais on dirait qu’ils ont été placés là pour nous faire susciter de l’émotion. C’est pourtant inspiré de faits qui ont eu lieu dans la famille de l’auteur à savoir le grand-père. Les écrits sous forme de mémoire de celui-ci ont été placés à la fin de l’ouvrage en guise de témoignage sur les horreurs d’une époque trouble. Je crois que c’est la construction même de cette histoire qui semble pâtir d’un défaut majeur. Il reste néanmoins le devoir de mémoire qui ne semble pas faire que des émules. Et pourtant…

Nom série  Scarface  posté le 11/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Scarface est une bonne bd qui nous raconte l’ascension et la fin tragique d’un gangster qui allait devenir célèbre à Chicago pendant la période de la prohibition. Tony Camonte, un petit malfrat d’origine italienne, fait tout ce qu'il peut pour accéder au pouvoir. Il devient le garde du corps d'un chef de clan à savoir Lovo. Avec son complice Guido Rinaldo, il va petit à petit éliminer les concurrents de Lovo. Il va ainsi accéder au pouvoir au sein du gang.

Christian de Metter s’est basé sur le roman policier écrit par Armitage Trail. Ce dernier est décédé à l’âge de 28 ans d’une crise cardiaque. C’est quand même dommage de mourir aussi jeune car il était déjà un écrivain très prometteur. Son roman qui a été adapté deux fois au cinéma a marqué de son empreinte le genre du polar.

J’aime assez bien le dessin de cette bd qui est toujours aussi beau. Par ailleurs, je trouve que l’histoire est réellement bien adaptée. Il y a la lisibilité et une narration assez efficace bien que consensuelle. L’intrigue demeure passionnante car on suit véritablement l’évolution de ce personnage crapuleux. On ne perd pas le fil. Généralement, ce type d’histoire s’enfonce dans des effets de style assez ennuyeux. Bref, l’auteur évite tous les écueils du polar noir.

Le début nous dévoile la fin de cette histoire. Il n’y aura plus réellement de surprise. On sait comment tout cela va finir. Il aurait été bon de connaître une espèce de graduation dans l’émotion que devrait procurer cette dernière scène. Il y a un loupé dans les relations entre Scarface et son frère. Cela méritait certainement des développements qui n’ont pas eu lieu. Cependant, le travail reste honnête et le plaisir de la lecture est au rendez-vous. Ce n'est pas mal !

Nom série  En cuisine avec Alain Passard  posté le 09/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nous avons une bd plutôt originale qui est une sorte de documentaire sur un grand chef cuisinier à savoir Alain Passard. Pour dire la vérité, je ne le connaissais absolument pas, même de nom ou de réputation. Il est vrai que je n’ai jamais pu me payer des restaurants de grande gastronomie. La cuisine est tout un art qui nous est décortiqué par Christophe Blain qui a suivi le chef 3 étoiles durant deux ans. Une bonne idée également pour déguster gratos tout en nous livrant un reportage intéressant. Et puis, c’est dans l’air du temps avec toutes ces émissions culinaires qui fleurissent sur le petit écran. La bd n’est pas en reste actuellement.

C’est un portrait tout à fait intéressant qui nous est livré. C’est un chef qui aime bien commander ses troupes et également innover. Il faut dire qu’à 26 ans, c’était le plus jeune chef récompensé par deux étoiles. Plus tard, il a racheté son restaurant « L’Arpège » à son ancien maître et obtenu sa troisième étoile. Son dada, ce sont les légumes qui proviennent de ses 3 potagers au point d’abandonner la viande rouge dans ses menus. Il nous livre également 14 recettes inédites. C’est une véritable chronique gastronomique qui nous met l’eau à la bouche. Une telle démarche avait déjà été initiée par Taniguchi dans certains de ses mangas.

Il y a véritablement de la passion chez ce grand cuisinier atypique. On est emporté quelques fois dans des tirades lyriques pour gourmets. C’est une véritable mise en image d’émotions gustatives. Il en fait trop par moment pour vanter les qualités de tel ou tel produit. C’est amusant par moment. On recueille également les confidences des proches. Bref, c’est plutôt bien réalisé.

Le pire, c’est qu’après une telle lecture, cela donne faim !

Nom série  L'Accablante apathie des dimanches à rosbif  posté le 07/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il fallait sans doute le faire et c'était un pari sans doute difficile : comment mettre en scène les derniers moments d'un célèbre humoriste atteint d'un cancer incurable ? Devant l'inéluctable, chacun réagit différemment et les rapports avec les autres s'en trouvent totalement modifiés. On se rend compte des choses qu'on n'a pas faites, des choses qu'on aurait aimé encore faire et qu'on repousse toujours au lendemain. Puis un jour, arrive la terrible nouvelle et cela ne nous laisse que peu de temps.

Le personnage de Brice est réellement touchant car plus vrai que nature. Il est certes narcissique mais c'est également un séducteur qui trouve toujours le bon mot pour épater son entourage. Cette oeuvre est une sorte de one man show d'un genre particulier qui nous laissera un goût de mélancolie. En même temps, c'est également une leçon de vie. Les auteurs ont sû allier un sujet difficile et douloureux à un ton humoristique d'une grande finesse. Oui, il fallait le faire !

Nom série  Le Capital  posté le 07/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais un professeur d'économie qui était un marxiste totalement convaincu. Il ne jurait que par Das Kapital, c'est à dire l'oeuvre phare de Karl Marx. Je n'avais pas lu celui-ci tant j'étais dégouté par cet enseignement un peu propagande en direction de jeunes élèves fortement influençables. Et puis, cela a la réputation d'être plutôt aride et long.

Cependant, à force, je comprenais parfaitement les théories économiques qui s'opposaient. Il y avait d'un côté les oppresseurs à savoir les patrons qui voulaient toujours gagner plus pour accroître leur capital et de l'autre les pauvres ouvriers qui se faisaient littéralement exploiter. Est-ce totalement manichéen ? Est-ce que cela ne s'est pas passé comme cela au début de la révolution industrielle ? Est-ce que cela ne se passe pas comme cela encore aujourd'hui mais à un degré moindre sous couvert d'humanisme ? Sans aucun doute possible...

La véritable question à se poser est de savoir s'il faut rejeter le capitalisme à un moment où le monde connaît une crise sans précédent ? J'ai toujours été un partisan d'un capitalisme où il fallait corriger les excès. Comme la plupart, j'aime posséder des biens (par exemple des bds) et j'aimerais qu'un grand nombre puisse également connaître les bienfaits de la consommation. Karl Marx a été à l'origine involontaire du communisme qui a plongé une partie du monde dans l'abîme avec des millions de morts sous Staline pour ne citer qu'un exemple.

Aujourd'hui, je m'aperçois que la Chine qui reste le seul pays partisan de cette idéologie sur le plan politique l'a abandonné sur le plan économique. Ce pays va devenir dans quelques années la plus grande puissance économique mondiale grâce au capitalisme.

Bref, on vit dans le capitalisme tous les jours et ceci depuis 4 siècles. On ne peut pas changer de système en le jetant par la fenêtre. C'est comme si on demandait à tous les habitants de la terre de ne plus habiter dans les maisons du jour au lendemain. C'est impossible car cela fait partie de nos vies et de notre confort quotidien. Or, on nous demande de remettre en cause ce système d'échange ... Doit-on revenir au troc ? Une baguette contre une tomate ?

Ce manga est une excellente idée car il permet de nous faire comprendre les mécanismes assez complexes qu'exposaient Karl Marx et, par la suite, son disciple Friedrich Engels. Cela a d'ailleurs été un véritable succès au Japon d'autant qu'il n'y a que deux tomes. L'auteur a choisi le parti de prendre une situation donnée à savoir la fabrication artisanale de fromage de chèvre dans une ferme, puis la rencontre avec un financier pour transformer cela en véritable usine pour un seul but : devenir riche. Il y aura ensuite un véritable cours d'économie assez descriptif pour nous démonter tout le mécanisme de manière assez ludique.

La préface est signée Olivier Besancenot, le gentil facteur qui a créé le Nouveau Parti Anticapitaliste. Le ton est donné d'emblée : il s'agit de montrer toutes les dérives et les failles du capitalisme. Les crises sont là pour rappeler quand le système va mal. Malheureusement, ce sont toujours les petites gens qui payent l'addition. On peut se voiler la face surtout quand on se situe de l'autre côté. la réalité est que les inégalités sociales se creusent de plus en plus. Et si je suis un farouche partisan de la liberté, l'égalité est également une valeur qui compte beaucoup pour moi.

Ce manga va inviter à la réflexion de ce qui se passe dans le monde au travers des crises et des inégalités. Son achat me semble indispensable pour comprendre même si l'on n'est pas d'accord avec la théorie exposée. La simplicité de certaines explications fera sourire car les choses sont généralement bien plus complexes que cela. Bref, cela pourra paraître un peu infantile par moments. Cela reste néanmoins une lecture très agréable car didactique et distrayant.

C'est d'ailleurs étonnant que c'est l'éditeur Soleil qui publie cela : c'est un pari tout de même osé. Je vais être méchant mais je pense que Soleil vend pour faire du fric. Combien de séries bd ont été abandonnées car elles n'étaient pas commercialement rentables ? Bref, on peut avoir l'impression de lire "le capital pour les nuls" invitant à remettre en cause le capitalisme mais produit par des capitalistes. Cela fait un peu trotskyste habitant à Neuilly qui va manifester à Nanterre. Quelle hypocrisie quand même !

En conclusion, vous aurez compris que je ne suis pas un adepte de la révolution. J'invite tout de même à lire ce manga qui peut nous permettre de comprendre les enjeux actuels.

Nom série  Metropolitan  posté le 07/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est dommage car cela avait pourtant bien commencé. On arrivait à s'accrocher à une trame et à son personnage principal dès le début. Puis, l'histoire a malheureusement pris une autre direction, laissant le lecteur en route. Le second tome est un gâchis monumental car l'intrigue reste totalement obscure. Il n'y a pas une véritable lisibilité.

Il est bizarre que, dans presque tous les polars que je lis, le héros qui est généralement un inspecteur de police, soit totalement désabusé. Visiblement dans le cas présent, il a perdu un être cher et il porte tout le poids de cette peine. Il avait pourtant sauvé la vie d'un jeune homme dans le métro il y a 8 ans. L'auteur nous propose alors de suivre la trajectoire de 3 personnages dont les destins semblent liés. C'est cela qui va marquer la confusion. Bref, une lecture dispensable.

Nom série  Arthur et Janet  posté le 06/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a une vraie complicité dans ce couple amoureux. Ils sont modernes, libres et détachés au point de se livrer à diverses expériences sexuelles. Les fantasmes les plus divers seront bien vite assouvis sans aucun complexe.

Pour autant, le début m'avait littéralement fait peur car c'était franchement un peu trash. Les auteurs ne font pas forcément dans la bd pornographique bien qu'ils aient déjà réalisé le très chaud Câlinée sous X. Il faut dire que la bd érotique semble avoir le vent en poupe ces derniers temps. Là, c'est clairement une bd de couple.

Il y a de l'humour ce qui rend les petits récits assez amusants. C'est léger et sans prétention. Il y a juste ce qu'il faut dans ces histoires très coquines. Pour public averti, cela va s'en dire !

Nom série  Asphodèle  posté le 06/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un premier dyptique assez agréable dans sa lecture mais un second qui est en dessous. J'ai toutefois beaucoup apprécié le dessin réaliste de Defali que j'avais déjà pu admirer dans sa série Garous. Les effets que cela procure sont visuellement très convaincants.

Corbeyran est toujours aussi fidèle à son talent de raconteur d'histoire. On voit qu'il y a des liens avec l'univers des Stryges mais sans pour autant tomber totalement dedans à l'exception du dernier tome qui multiplie les références. La trame reste malheureusement trop classique. Curieusement, le charme n'agit pas vraiment avec une héroïne bien trop fade.

Il manque manifestement quelque chose pour relever cette série qui s'est arrêtée au 4ème tome.

Nom série  Reality Show (Mediacop)  posté le 06/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai profité de la récente intégrale pour dévorer d'un coup les 5 tomes composant deux saisons distinctes. Je dois dire que j'ai plutôt bien aimé cette lecture. On arrive tout de suite à sympathiser avec Oshii Feal qui doit faire équipe avec un flic dans une émission de téléréality.

J'ai trouvé que le dessin varie beaucoup d'un tome à l'autre au point de se demander s'il s'agit du même dessinateur. Ainsi , le personnage du propriétaire de Médiacop voit son visage complètement transformé à chaque fois. J'avoue que j'aurais aimé qu'on reste dans la même ligne graphique que le premier tome. C'est le seul gros reproche que j'ai à formuler à propos de cette bd.

Autrement, ce n'est que du bonheur pour reprendre la formule de l'émission qui a marqué à tout jamais l'ère de la TV réalité. Il y a à la fois une réflexion sur la robotique dans le genre des nouvelles de Asimov ainsi que sur le concept même des émissions faites pour divertir le grand public.

Le dernier tome est d'ailleurs un chef d'oeuvre du genre avec un pari tout à fait osé. On se rend compte que l'on sort véritablement de la bd de divertissement pur pour une critique sans appel d'une société manipulée. Bref, une réussite et certainement le meilleur scénario de Morvan.

Nom série  Dernière station avant l'autoroute  posté le 05/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je n'ai pas accroché à cette histoire glauque et sordide et ni au flic blasé et déprimé qui la porte tant bien que mal. C'est dans la lignée des polar purs et durs avec tous les codes du genre. On s'ennuie ferme devant toutes ces scènes de crimes qui ressemblent à du travail de police d'investigation.

On n'entre pas dans le récit car il n'y a guère d'action. Cela n'avance pas comme il faudrait. Le final ne vaut pas l'attente interminable. La narration est un peu bizarre. On nous annonce au début qu'on est à Alger alors que l'action se situe dans les bas fonds de Paris. Le dessin réaliste quant à lui est tout à fait correct.

En conclusion, cela me paraît bien vide.

Nom série  Happy marriage ?!  posté le 05/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est le genre d'histoire pour jeunes filles rêvant au prince charmant. En l’occurrence, on ne tombera pas tout de suite sous le charme du fameux prince tant il se montre détestable et hautain. Cependant, petit à petit, il se passe quelque chose et on aura du plaisir à suivre cette relation quelque peu tumultueuse.

La thématique est celui du mariage forcé mais tout en restant dans notre époque contemporaine. Il y a un côté manifestement trop bons sentiments qui peut exaspérer ou encore le genre de situation invraisemblable. Cependant, ce genre de lecture peut également aérer un peu l'esprit loin de tout ces thrillers glauques d'autant que l'humour est présent. Pourquoi pas de temps en temps un vrai shôjo ?

Nom série  Le Fils de l'ours père  posté le 05/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une bd muette pour le moins originale. On va suivre une longue histoire où il est question d’un ours qui est adopté par un chasseur puis de son fils mi-ours, mi-humain. On rentre dans le domaine purement du fantastique bien que cela s’inscrit dans la réalité. Les personnages sont représentés à la manière que le célèbre peintre Picasso n’aurait pas reniée. Cela donne un côté artistique à l’ensemble.

Les thèmes sont invariablement les mêmes : le rejet de la différence, la cruauté humaine etc… Cela n’apporte rien de nouveau. Tout est axé dans la forme et la mise en image qui est remarquable.

J’ai trouvé que la fin du récit laisse planer encore le doute. On n’arrive pas à percevoir véritablement les intentions même si on les devine aisément. Il y aurait comme de l’évolution des sentiments dans l’air.

Nom série  Le Système  posté le 05/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’ai généralement pas de problème avec les albums où les images se succèdent sans la moindre bulle de dialogue ou de narration explicative. Cependant, il y en a certain où j’éprouve des difficultés de compréhension notamment lorsque l’histoire est complexe.

En l’espèce, il y a un assassinat dans le milieu du streap-tease suivi d’un complot politique sur fond d’élection présidentielle. On n’arrive pas vraiment à faire le lien entre les deux affaires d’autant que la suite va virer au crime racial et au projet d’attentat terroriste sauf erreur de ma part.

Bref, la clarté ne sera pas la qualité de cette œuvre. Dès lors, l’intérêt s’amenuise littéralement.

Nom série  Seules contre tous  posté le 05/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Seules contre tous n’est pas un titre réellement approprié. Autant le dire tout de suite, j’ai beaucoup apprécié ce témoignage réel de l’une des survivantes juives de la répression nazie qui sévissait partout en Europe. L’action se situe en Hongrie en 1944 où l’auteure qui avait trois ans au moment des faits se souvient du combat de sa mère pour sauvegarder sa vie. C’est vrai qu’il y avait la lâcheté des habitants qui soutenaient l’envahisseur en spoliant impunément les biens de cette communauté martyrisée.

Cependant, il y avait aussi ceux qui faisaient preuve d’humanité en les recueillant chez eux au péril de leur vie. Donc, on ne peut pas dire qu’elles étaient seules contre tous. Il y avait des hommes bons et des hommes mauvais dans chaque camp sans tomber dans de la démagogie à deux balles. Ainsi le soldat soviétique ne s’est pas comporté de façon admirable avec sa mère dans un épisode pour le moins glauque. Bref, le titre souligne un effet victimisation du plus mauvais effet. Pourtant, l’auteure a su faire la part des choses dans son œuvre. C’est quand même bizarre ! L’éditeur lui a-t-il imposé cela ?

Ce témoignage est marquant car c’est du vécu. On ne verra pas les camps de concentration mais on sait qu’ils ne sont pas loin. On assiste à une véritable fuite qui aura des implications d’un point de vue familial. Fort heureusement, on en tirera quelque chose de très positif au final.

Nom série  Visions d'Afrique  posté le 05/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette bd, comme son titre l’indique, nous offre trois visions de l’Afrique par des auteurs différents.

La première dénommée "Les yeux des autres" met en scène une jeune femme africaine qui attend un heureux évènement. Le pays ne nous est pas indiqué mais à la fin, on va facilement deviner lequel. Cela reste l’histoire de cette femme et de son destin tragique. A travers cet épisode qui reste individuel, on devine l’état de basculement de ce pays dans l’horreur du génocide. Cette approche reste intéressante. Cependant, ce récit nous met tout de suite dans l’ambiance d’une Afrique qui souffre, d’une Afrique inhumaine, d’une Afrique en proie au désespoir.

La seconde nouvelle (Terre d'ébène) insiste sur les méfaits de la colonisation avec un épisode se situant à la fin du XIXème siècle avec la construction d’une ligne de chemin de fer à travers la jungle au Congo. Il y a eu énormément d’esclaves noirs qui sont morts de maladie et d’épuisement dans l’indifférence générale.

La troisième nouvelle (Un avant-poste du progrès) est tirée d’un vieux roman qui dénonce également l’esclavage mais aussi le trafic d’ivoire. Il y a une police de caractère dans des bulles qui ne donne franchement pas envie de poursuivre la lecture. Quelques fois, cela tient à ce genre de détail.

Au final, cette bd est plutôt inégale. Cela va du meilleur pour partir vers ce qu’il y a de moins bon. On retiendra surtout la première nouvelle qui mérite attention.

Nom série  Vamps  posté le 04/08/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Les femmes fatales attirent incontestablement les lecteurs. Nous avons droit à une sorte de clan dans le genre Hell's angels composé de 5 femmes mi-humaines, mi-vampires. Elles ont très faim et s’en prennent à des hommes innocents qui tombent littéralement sous leur coup de dents.

Fort heureusement, il y a un inspecteur qui mène l’enquête suite aux cadavres qu’on retrouve ici et là. Les scènes de dévoration sont assez difficiles à soutenir pour des regards jeunes. Curieusement, les auteurs ne montreront pas tout notamment lors des scènes de séduction. Bref, c’est assez étrange comme démarche.

C’est comme une espèce de feuilleton américain en plusieurs épisodes avec une trame. Cela se suit bien mais c’est un peu répétitif dans l’action avec toujours les mêmes scènes. Il n’y a pas de véritables profondeurs psychologiques qui auraient permis de relever un peu cette BD.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 164 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque