Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1977 avis et 562 séries (Note moyenne: 3.06)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Andrax  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal, vraiment, car le postulat de départ a quand même un goût étrange de "déjà vu/lu" autrement.
Oui mais voilà : cette bonne série vient d'Allemagne ; et ce n'est pas tous les jours que l'on a à lire de l'heroïc fantasy réalisée par nos cousins Germains.

C'est en 1973 que Rush/Andrax fait son apparition en Allemagne, dans la revue "Primo".
Gros succès car nos "voisins" (du moins ceux de l'Ouest) sont alors plus habitués à de la BD bien pensante, politiquement correcte, à l'eau de rose même… bien qu'ils ont un grand attrait pour les comics US.
Avec Andrax, c'est un mélange de SF, de fantastique et d'une sorte de grande geste héroïque qui s'offre aux yeux du jeune lectorat.
Les scénarios sont soignés, bien qu'assez linéaires dans leurs développements, mais c'est surtout le travail graphique qui retient l'attention. Bernet a créé une sorte de nouveau monde où le danger guette à chaque coin de page et où cet espèce de "nouveau Robinson" ne devra compter que sur lui-même et ses capacités "d'avant" pour survivre.

Le dessin ?… pas mal !… un trait vif, sec, nerveux qui -parfois- me fait penser à du De La Fuente du meilleur cru.
Pas fort trouvable cette série -toujours considérée comme une des meilleures jamais éditées en Allemagne- car elle n'a fait l'objet que d'un seul album noir et blanc paru en langue française en 1990.
Bien bon. Une découverte.

Nom série  Anibal Cinq  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'air de rien, les aventures de notre cyborg datent de plus de 40 ans !..
Anibal 5 ?… une sorte de super-héros ; mélange d'Amérique latine et d'inspecteur gadget à l'américaine.
Ce "personnage" est littéralement truffé de gadgets : son sexe est un lance-flammes, ses yeux sont des caméras, ses bras des mitrailleuses, etc…
Et suivant l'inspiration de ses auteurs, le corps d'Anibal recèlera bien d'autres secrets… Il en faut, car Anibal est considéré comme l'arme absolue créée pour combattre les ennemis de l'humanité.

J'admets que c'est assez délirant. Je me suis bien marré à la lecture de ses combats contre des zombies, des momies, animaux et autres monstres…
Marrant aussi : après sa parution dans 7 comic books, Anibal 5 "s'endormira" pendant 24 ans avant d'être de nouveau "réveillé" par Jodorowsky et Bess.
Si c'est encore bien bon, il n'y a plus eu -pour moi- un plaisir de découverte ; ce même si Anibal a fait l'objet d'une nouvelle "mouture" graphique.
Anibal 5 ?… une bonne série qui ne se prend vraiment pas au sérieux. Et c'est tant mieux...

Nom série  Le Cycle de Cyann  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Cyann" ?.. C'est d'abord le résultat du travail d'une belle équipe : Lacroix et Bourgeon. Ce dernier a quitté ses "Compagnons du Crépuscule" pour entreprendre une histoire de science-fiction. Et dans cette matière, il n'y a pas de repères. Alors un monde a été créé ; un monde nouveau avec ses architectures, ses us et coutumes, son langage, ses lois…

J'ai ainsi découvert quelque chose de vraiment cohérent bien qu'inventé.
C'est vrai que l'ensemble peut paraître parfois un peu "fermé", mais la lecture se doit ainsi d'être un peu plus attentive ; permettant d'apprécier les idées, les développements.
Une bien belle saga au postulat simple : une planète, les "hommes" meurent, la recherche d'un antidote. Linéaire, non ?… Et pourtant, c'est vraiment attachant, "frais", fourmillant de détails.

Apprécié : le graphisme réaliste, clair, bien lisible ; lequel bénéficie également d'une jolie palette de couleurs. Une série qui, si elle ne révolutionnera pas la science-fiction, a le mérite de n'être inspirée de rien ; une série innovante, créative, attachante… et c'est tout ce que j'espérais d'elle.

Nom série  Daredevil - L'intégrale  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Daredevil ?…Beaucoup plus "vieux qu'on ne le pense…
C'est en 1940 que ce personnage est créé par Don Rico et John Binder. Et il paraît cette année là, pour la première fois, dans un comic-book : le n° 6 de "Silver Streak".
Son costume est alors rouge et bleu. Il ne possède pas de super pouvoirs et n'est armé que d'un boomerang. Il "vivra" jusqu'en 1950.

Mais c'est en 1964, sous l'égide de Stan Lee et de Wallace Wood qu'il va prendre son envol. Ce Daredevil ci va défendre la Loi et les laissés-pour-compte.
Sous le nom de Matt Murdock, il est avocat. Mais il se transforme en "diable" lorsqu'il assiste les plus démunis. Il va d'abord enfiler une tenue deux tons : jaune et noir ; qui se transformera ensuite en une combinaison écarlate.

C'est un solitaire, Daredevil, un gars qui doute de son destin. Et sur sa route il rencontrera bien sûr toute une panoplie de "mauvais"… de "mauvaises" aussi ; surtout "Elektra" créée par Frank Miller.

Daredevil ?.. Un héros à part des autres. Un aveugle dont les sens se sont très fortement développés suite à son accident. Il est doté d'un sixième sens qui lui permet de se déplacer, de distinguer des formes ainsi que des personnes ; et ce malgré sa cécité.
Un héros solitaire, un peu comme le "Surfer d'Argent". Un héros qui ne peut compter que sur lui-même pour mener à bien les missions dans lesquelles il s'est engagé.
Daredevil ?… un gars qu'on aime suivre car, au fur et à mesure du développement des histoires, on se demande souvent comment il va s'en sortir.
Ce qui ne le rend que plus humain…

Cote perso : 3,5/5

Nom série  Le Chat  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le chat ?… c'est comme une sorte de miroir. Il est toujours face au lecteur, bien habillé et cravaté.

Le chat ?… une sorte d'intellectuel qui nous parle d'interrogations profondes … ou débiles. Quand ce n'est pas de lui-même ; car il adore que l'on parle de lui, le chat…
Le chat ?… une vision vraiment caustique du non-sens, un véritable voyage en absurdie ; un voyage où il fait bon se laisser emmener…
Le chat ?… un esprit loufoquement cartésien, un graphisme simplissime qui, l'air de rien, n'en a que plus d'attrait. Pourquoi, d'ailleurs, faire compliqué alors que le "très simple" lui réussit si bien.
Le chat ?… comme le disait Greg (Achille Talon) : "Un vrai coup de canon dans le ciel de la plaisanterie !"…
Il est apparu le 22 Mars 1983 dans le quotidien belge "Le Soir". Et ça va faire 25 ans que ça dure. Et très bien même…

Nom série  Aldébaran  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Aldébaran ?… ça ne ressemble pas aux codes habituels des séries de space-opéra ; et c'est -en partie- cela qui fait sa force.

Léo a ici créé un univers vraiment personnel, avec ses codes et ses développements. Son imaginaire déborde vraiment dans son descriptif imaginé d'une flore et d'une faune réellement novatrices.
Et tout cela est mis au sujet d'un scénario solide bien qu'assez simple dans son postulat de départ : des phénomènes aquatiques très étranges se produisent sur la première planète à avoir été colonisée par la race humaine.
Deux ados d'abord, un groupe formé ensuite, vont partir à la recherche d'une créature marine à l'intelligence supérieure ; laquelle serait responsable de ces phénomènes qui secouent la planète.
Convenu que tout ça ?… un peu, quand même… mais la trame est si dense, les personnages très bien "étudiés" qu'on se laisse agréablement séduire par cette longue histoire vraiment soignée.
Du bien beau travail… et en solo s'il vous plaît !…surtout que l'ensemble permet aussi de se poser moult questions sur le devenir d'un monde… notre monde ?..

Nom série  Alain Landier  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une (petite) série, vraiment peu connue, qui a débuté dans l'hebdo "Tintin" n°7, 17ème année, du 13 Février 1962.

Une chouette série, vraiment, où Weinberg (Dan Cooper) met en scène les aventures d'un chercheur/journaliste passionné par une sorte d'archéologie des civilisations perdues.
Et je dois dire que Weinberg fait montre d'une imagination vraiment débordante.
Bien sûr, on n'y crois pas une seconde ; mais le tout est tellement bien "emballé" qu'on se laisse prendre au jeu et qu'on suit avec un réel plaisir cette sorte de quête de l'impossible.

Alan Landier "vivra" jusqu'au n° 3 de l'hebdo" Tintin", 25 ème année, du 20 Janvier 1970. Il aura vécu 8 longues histoires dont, curieusement, seules 2 seront éditées en 2001. Dommage parce que ce personnage est de la même mouture que celle de Luc Orient d'Eddy Paape. Et bien que ces personnages assez semblables vivent un peu les mêmes aventures, Alain Landier me paraissait plus charismatique.
Mais ainsi vont les choses… Ma cote perso : 3,5/5

Nom série  Blacksad  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Blacksad ?… c'est la transposition de grands classiques de films et romans dits "noirs" américains dans des polars où les intervenants sont des animaux humanisés.

C'est vrai que ce genre de BD "animalière" a déjà existé auparavant. Mais, et c'est surtout ce que j'ai apprécié dans cette série, c'est le découpage des planches -un véritable story-board de film-, les couleurs et -surtout- ces atmosphères où j'ai découvert des environnements vraiment réalistes d'un très bon rendu.

Blacksad ?… c'est aussi d'excellentes trames de style policier, des enquêtes qui peuvent paraître simples mais qui ne le sont pas ; surtout qu'on y parle de politique, de racisme aussi.
Très bon graphisme, pointilleux, précis, d'une virtuosité vraiment mature.
Une très bonne série, attachante, qui suit les codes du genre policier-thriller pour une lecture captivante ; une lecture à effectuer "à son aise" pour ne pas rater les détails qui emplissent souvent les cases.
Cote perso : 3,5/5

Nom série  Champakou  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une jolie fable que voici. On découvre une Amérique du Sud encore vierge de toute conquête espagnole.
Une jolie fable initiatique où un jeune "sauvage" va prendre conscience d'autres mondes, d'autres vies…
Une jolie fable superbement mise en scène par Jeronaton, un auteur trop peu prolixe malheureusement. Car c'est vrai que ce personnage a une véritable "patte".
J'ai vraiment apprécié sa description graphique des forêts, les décors, dans un style hyperréaliste où l'esthétisme côtoie une mise en page novatrice.

Une jolie fable, qui restera sans suite -hormis une réédition- débutée voici 30 ans dans "Métal Hurlant". Une belle saga mythique hélas trop courte.
Cote perso : 3,5/5

Nom série  Autonomes  posté le 02/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le postulat ?.. Fin des années 1900. L'Europe est sous l'emprise du fascisme. Un homme -Gérard Craan- et un groupe anarchiste vont attaquer l'autoritarisme qui vient de s'installer en Belgique…

L'air de rien, cette histoire est parue en 1981 et Bucquoy, un peu visionnaire quand même -il faut le reconnaître-, avait déjà "mis le doigt" sur cette réelle montée du fascisme en Belgique dans le milieu des années 90.
Son scénario ?… c'est quand même une sorte de playdoyer contre le militarisme, l'intransigeance, le totalitarisme avec -quand on connaît un peu le personnage- une réelle provocation. Pas de détours ou de "politiquement correct" : Bucquoy ose et attaque de front ces problèmes à venir (et certains survenus) avec un vrai réalisme.
Sans concessions, et via son dessinateur, il m'a permis de reconnaître ci et là quelques hommes politiques dans des rôles et situations pas à leur avantage.
Le dessin ?… un bon graphisme réaliste, bien lisible, détaillé, qui donne quelques fois, de par la mise en page, une sorte d'envolée lyrique à l'histoire.

Qu'en dire ?… personnellement, je ne suis ni fasciste, ni anarchiste, encore moins intégriste mais il faut reconnaître que, de temps en temps, ça fait du bien de donner un bon coup de pied dans la fourmillière. Et si ça peut éventuellement donner à réfléchir, tant mieux…
In fine : une série vraiment caustique, acide par moments, mais qui -pour beaucoup- ne saurait être comprise que dans le "plat pays" qui est le nôtre, le mien…

Nom série  Candy Candy  posté le 01/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Euh… tu te moques de moi, là ?…"
"Ben non… et en plus c'est vraiment bien fait !…"
(ceci est une partie de dialogue entre ma belle-fille et moi lorsqu'elle m'a amené, voici quelques semaines, la série de Candy…)

Candy?… je m'en souviens très bien ; une des grandes séries animées -tous publics- importées du Japon et qui a fait les nombreux beaux jours d'une chaîne de télé française. Et c'est vrai que j'en ai regardé des épisodes à l'époque…

Mais "Candy" en BD. Qu'allais-je découvrir ?…
Ben, l'air de rien, c'est vraiment pas mal réalisé. J'ai à nouveau suivi ce très long mélodrame de Candy White, une petite orpheline ; et ce jusqu'au début de sa vie d'adulte.
Candy ?…un long roman feuilleton que j'ai dégusté avec plaisir, tome après tome. C'est vrai, difficile d'en refermer un sans en avoir l'envie d'en ouvrir un nouveau. Un véritable soap-opera où, adoptée -et après avoir vécu moult aventures mélodramatiques- elle deviendra infirmière et tombera amoureuse d'Albert, un jeune écologiste convaincu.
Une fin heureuse pour une série qui attachante, avec ce qu'il faut de joies, de peines, d'espoirs, de déchirures…. Bref, ce qui fait souvent la vie de tout un chacun.
Bon graphisme à souligner ; plus précis, "pointu" que la série animée en elle-même.
Une vraiment bien bonne série manga…

Nom série  Chéri-Bibi  posté le 01/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette version (pas mal d'ailleurs) en est une NOUVELLE par rapport au "vieux" Chéri-Bibi.
Car ce personnage est vieux, beaucoup plus vieux que la présente mouture.

"Chéri-Bibi" ?… c'est d'abord un roman écrit par Gaston Leroux, et qui paraît dès 1913 dans le quotidien "Le Matin".
En 1953 débutent dans "France Soir" les aventures dessinées de ce bagnard.
Aux commandes : Alfred Gaston Leroux (fils) qui crée des scénarios inédits ; lesquels sont confiés au graphisme de Regino Bernad. Cette série durera jusqu'en 1967. Mais ça, c'est autre histoire…

Cette nouvelle version est bien réalisée. Le scénario se base sur le postulat originel. J'ai apprécié cette nouvelle "vision" des auteurs. Le textuel initial est ici respecté mais c'est surtout le graphisme de Boidin qui m'a attiré. Un beau style réaliste, une belle palette de couleurs, une mise en page calibrée, parfois éclatée m'ont fait sentir des ambiances plus que des cases. Un peu comme un vieux film en noir et blancs remasterisé en couleurs.
Un "vieux machin" remis bellement au goût du jour ; il n'en faut pas plus pour faire mon bonheur de lecteur.
Cote perso : 3,5/5

Nom série  Axa  posté le 01/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une série "comics" qui nous vient d'Angleterre.

Voici 30 ans, le fait de voir se balader une héroïne souvent (bien que sagement)
déshabillée pouvait émouvoir le lectorat masculin. Mais beaucoup d'eau a passé sous les ponts et Axa -à sa relecture- ne m'a procuré qu'un désintérêt.

Les scénarios ?… comme d'hab' -dirais-je- une projection de la Terre dans le futur, une "nouvelle" civilisation dans laquelle se promène une guerrière jeune et sensuelle (une cousine à Taar le rebelle?…). Rencontres habituelles avec des "mauvais" de toutes sortes dont son intelligence et sa combativité lui permettront à chaque fois de s'en sortir. J'ai déjà vu beaucoup mieux.
Le dessin ?.. Pas mauvais, vraiment, un beau trait réaliste qui me fait penser à ces bons comics US des années 30/50. Malheureusement, l'ensemble fait l'objet d'une mise en page d'une rare platitude, vraiment standart ; des strips de cases carrées ou rectangulaires s'alignant sans grand effet d'attirance de l'œil.

Qu'en reste-t-il ?… une bonne série SF, comme tant d'autres, qui ne vaut -un peu- de par la façon où l'héroïne -au fil des planches- se trouve (sagement) déshabillée.

Nom série  Abel Dopeulapeul  posté le 01/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série vraiment hilarante qui débute dans le mensuel "Pilote" n° 2 de Juillet 1974.
C'est le nonsense total accompagné d'un véritable délire visuel ; Loro y allant d'une magnifique et burlesque satire du roman et des films noirs américains.

Trench coat en cuir et feutre mou, Abel est l'image des "privés" tels qu'on les voit dans ces vieux films en noir et blanc des années 30/50. Mais ici, "il" en fait tellement qu'il en devient parfois pathétique de connerie.
Hilarant, vraiment, ce sous le trait vif et clair dont Loro savait faire montre.
Une série déconcertante pour les "non initiés" de cet humour loufoque ; mais qui reste encore dans la mémoire des "anciens" lecteur de cet hebdo.
Cote perso : 3,5/5

Nom série  Alef-Thau  posté le 26/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le concept de départ est quand même bon : un enfant-tronc qui, au travers d'une quête, va devoir passer des épreuves pour retrouver ses membres.
Qui plus est, tout se passe dans un monde d'heroïc-fantasy haut en couleurs (au propre comme au figuré) rempli d'action... et aussi de personnages.

J'ai ainsi suivi cet enfant dans cette geste où -au fur et à mesure des développements- il deviendra un homme, trouvera l'amour, mais devra aussi affronter ce qu'est une existence réelle.
J'ai bien aimé le graphisme d'Arno. Un trait vif, clair, expressif et vraiment efficace pour un imaginaire assez débridé dans la création des personnages, décors et arrière-plans.
"Alef-Thau" c'est une sorte d'hymne de l'exclusion d'un être qui -petit à petit- devra se réaliser pour -tous comptes faits- rejoindre une certaine réalité. Est-ce un bien ?... est-ce un mal ?... je n'ai pas trouvé réponse à cette question...
N'empêche. C'est joliment tourné ; une sorte de saga philosophique assez captivante mais qui se lit (un peu) trop vite.
Bien fait quand même...

Nom série  Perramus  posté le 26/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une histoire assez difficile d'accès.
Le postulat ?... Un homme qui a perdu la mémoire et ne sait même plus son nom. Un seul élément d'identification éventuel : une étiquette sur son blouson avec la mention "Perramus". L'homme se cherche mais essaie aussi de comprendre les éléments de la vie qui l'entoure.
C'est tout ?... c'est tout...

OUI MAIS !...
Cette histoire est peut-être la seule a avoir été créée et -surtout- publiée en Argentine, alors sous la coupe d'une junte militaire où il ne faisait vraiment pas très bon d'attaquer le régime en place.
Et pourtant, les auteurs l'ont fait. Le récit est rempli de références et de situations -c'est vrai difficiles de compréhension pour les "non initiés"-.
Les auteurs vont également faire intervenir des personnages très connus -et aussi médiatisés- de cette époque : Henry Kissinger (n° 2 des USA à l'époque), Juan Peron, l'écrivain Jorge Borges.
Plus qu'un descriptif de cette recherche de la mémoire, "Perramus" est aussi une ode à la quête de la liberté, de la vérité surtout. Heureusement, les dirigeants de cette junte n'ont pas compris ce cri lancé par les auteurs, cette sorte de soif de faire connaître l'Argentine martyrisée d'alors (il faut dire que leur histoire se passe dans un pays d'Amérique du Sud non cité).
Tant mieux pour Sasturain et Breccia. Ils ont osé lancer un énorme cri d'alarme au monde. Et même si ce cri d'alors n'a pas été -et de loin- entendu par tous, cette oeuvre se résume quand même en des termes qui parfois sont très difficiles à ne pas être censurés : "avoir osé"... Et c'est tout à leur honneur...

Nom série  Partie de chasse  posté le 26/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
"Partie de chasse", c'est d'abord un scénario dont la lecture peut se faire à plusieurs niveaux.
Il décrit, avec véracité, la fin des apparatchiks au tout début des années 80.
Les quoi ?... des membres du Politburo dont les ambitions d'idéologie égalitaire sont alors devenues dérisoires.
MAIS : il faut avoir vécu ces années et, encore plus, s'être intéressé à la politique post-stalienne de l'époque pour comprendre cette évocation par le scénariste ; ce qui -je pense- ne sera pas compris par le "jeune" lectorat actuel.
Même moi, qui ai vécu ces années alors à l'aube de la trentaine, j'ai eu quelques difficultés à comprendre tous les développements de l'histoire créée par Christin.

Au dessin ?... Enki Bilal. Egal à lui-même dirais-je. Avec talent, celui-ci met en scène cette histoire de vieux membres du dit Politburo, dans une datcha isolée, qui tentent encore d'intriguer en pensant à leurs idées sacrifiées. J'ai apprécié son utilisation des couleurs pour faire resortir, ressentir surtout, les éléments de tels ou tels faits.

In fine ?... un album témoignage d'une certaine Pologne de l'époque, mais qui risque d'être incompris -voire ignoré- du lectorat actuel.

MAIS : une sorte d'album "pivot" quand même car "Partie de chasse" a été le TOUT PREMIER album à faire l'objet d'un tirage de tête chez Dargaud. Un vrai "collector"... pour ceux qui aiment.

Nom série  Pastiches  posté le 25/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
DELIRANT !... POILANT !... A SE FENDRE LES MACHOIRES !... A HURLER DE RIRE !... à... oups... euh... j'étais en train de lire Les Dingodossiers !...
De quoi dois-je parler ?... des potiches ?... pardon ?... ah oui, des "pastiches"...

Voilà voilà....
Roger Brunel (un bon dessinateur quand même) a pris plaisir de faire vivre une importante partie des héros de la BD dans des histoires inédites. Ces péripéties d'ailleurs, font l'objet de scénarios (?) parfois osés.
Problème : si l'auteur a pris le parti de faire rire... ben il n'y a que lui, je pense, qui s'est marré !...
Les "pastiches" ?... c'est une sorte de vie privée de ces "stars de papiers" que Brunel a décidé d'exposer à un lectorat qui, je pense, ne doit être composé que de boutonneux en mal de vivre leur crise d'adolescence.

C'est vrai, voici bientôt 30 ans, cela pouvait paraître inédit, "osé" d'une certaine manière, mais le tout ne me tire qu'un long baîllement d'ennui. Ca aurait pu être drôle. Très drôle même. Mais ça ne l'est pas.
Si le dessin est bon, les "gags" mis en scène sont d'une profonde platitude. Seul vrai "gag" : la chute de chaque historiette en est une vraie. Boum !...

Un pastiche est, par définition, l'imitation du style d'un auteur. Ben comme imitateur, Brunel a vraiment beaucoup à apprendre.

Nom série  Neige  posté le 25/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas trop récent, Neige...
La série débute dans l'hebdo Tintin n° 3, 41ème année, du 14 Janvier 1986.

Scénario ?... Convard... j'aime...
Dessin ?... Gine... j'aime aussi...
Et tout ça pour ?... une bien chouette série qui mêle habilement l'actualité de la fin du dernier siècle et une sorte de quête du Graal.
Cette série, comme souvent chez Convard, essaie de transmettre au lecteurdes sortes de valeurs telles l'écologie, l'humanisme... un peu comme Simon du fleuve d'Auclair.

Une bonne série de science-fiction (?) traitée sur un mode graphique réaliste. Le trait de Gine se marie vraiment bien au postulat imaginé par Convard et à ses développements.
Un trait clair, net, bien lisible ; une belle palette de couleurs (un peu trop "basiques" parfois) parachèvent ces histoires où politique et fiction sont bien associées.
Une série agréable de lecture, souvent captivante, et qui permet au lecteur -dont je suis- de parfois se poser des questions. Et si c'est un des buts des auteurs, c'est réussi.
Ma cote perso : 3,5/5

Nom série  Fils de Chine  posté le 24/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ben, c'est pas récent récent...
"Fils de Chine" paraît en France dans l'hebdo "Vaillant" d'octobre 1950 à décembre 1953.
Une histoire parue en 3 ans ?... ben oui... et elle fera l'objet d'un gros album de quelque 150 pages édité en... 1978 seulement.

"Fils de Chine" ?... ce sont quand même deux "pointures" aux commandes.
Au scénario, basé sur cette histoire vraie, Lécureux en fait une sorte de "story board" vraiment dynamique. Il ne prend pas fait et cause pour ces révolutionnaires, mais "offre" sa vision sous celle du jeune Tao.
Au dessin : Paul Gillon. Très très bon !... dans un style très réaliste en noir et blanc, Gillon, qui s'est fort bien documenté (et cela n'a pas dû être facile à l'époque) fait preuve de beaucoup de rigueur graphique tant dans sa mise en page que dans le détail des cases.

On aime ou on n'aime pas. Mais si on fait abstraction du communisme révolutionnaire décrit (qui est quand même la base du postulat de cet album), il reste une grande histoire faite d'hommes pour qui un nouvel idéal s'annonçait...

A noter : une réédition de l'album début 2007.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 99 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque