Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 4166 avis et 1944 séries (Note moyenne: 2.89)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Enquêtes de Violette  posté le 19/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah voilà une petite série bien sympathique, à réserver toutefois aux préadolescentes. Elle raconte les aventures de Violette et de son ami Jérémie, deux collégiens qui se trouvent régulièrement confrontés à des énigmes, qu'ils arrivent (enfin, surtout Violette) à résoudre par le biais de l'observation.

J'avoue, j'ai demandé ma langue au chat à plusieurs reprises à la lecture de l'album, n'ayant plus fait ce genre d'exercice depuis très longtemps. Mais ce n'est pas toujours simple, les personnages sont loin d'être tartes, et la narration est suffisamment fluide pour que la lecture -assez rapide- de ce premier recueil reste agréable.

Côté dessin c'est Laurel et son style tout en rondeurs qui s'y colle, avec un beau travail sur les couleurs.

Une chouette série, je vous dis !

Nom série  Tombé dans l'oreille d'un sourd  posté le 19/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est l'histoire pas banale d'une famille qui se bat. Ou plutôt si, c'est l'histoire effrayante d'une famille dont les deux enfants ont des problèmes à la naissance ou dans leurs premières années. Mais c'est surtout pour Tristan que l'histoire est cruelle. Le diagnostic tombe : il est sourd profond.

Commence alors un marathon, un chemin de croix, un calvaire pour les enfants : faire reconnaître son handicap, obtenir des aides, financières, matérielles et humaines, pour aider leur fils à s'intégrer à la société. Car les embûches sont multiples : textes de loi aberrants, interlocuteurs butés, médecins hautains... Tout cela est très clairement raconté, d'autant plus que cette histoire est celle des enfants du dessinateur.

Et quand on comprend que Nadège et Grégory n'ont jamais, ou presque, baissé les bras, au contraire de nombre de familles dans la même situation, on ne peut qu'être atterré par un système qui laisse l'altérité en marge. Certains passages sont émouvants, très émouvants. L'empathie envers cette famille est énorme.

A lire, vraiment.

Nom série  Chronique du 115 - Une histoire du SAMU social  posté le 19/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un album qui m'intéresse à double titre : les Editions Steinkis essayent, depuis plusieurs années, de construire un catalogue qui s'attache aux questions sociétales, et cette exigence se double d'une envie de qualité des ouvrages publiés. Je suis attentif à cette progression, et le sujet de l'exclusion sociale m'intéresse à titre professionnel.


Aude Massot s'est donc attachée, courant 2015, à réaliser une BD documentaire sur le 115, une initiative du médecin Xavier Emmanuelli dans les années 1990. Celui-ci signe d'ailleurs une préface intéressante au dit album, et ouvre le récit, puisque l'auteure a commencé par un entretien avec lui. Une bonne introduction, qui permet de comprendre les raison de la création du Samu social. Aude Massot part ensuite en immersion, d'abord auprès d'une personne répondant au téléphone du 115, puis au sein d'une cellule de maraude. Cela permet de comprendre comment celle-ci peut fonctionner, et les différents cas de personnes en détresse rencontrés lors de leurs rondes.

Tout cela est très intéressant, mais... trop court. Bien sûr, et elle le dit, Aude Massot a dû "arranger" les situations pour améliorer la narration, et elle a changé certains noms, pour des raisons évidentes. Mais on a un peu l'impression qu'elle n'a fait qu'une maraude, et passé une seule nuit auprès des téléphonistes du 115. C'est un peu court pour se faire une idée un peu plus précise de cette aide sociale qui a prouvé son utilité depuis des années...

Nom série  Blood Blockade Battlefront  posté le 03/11/2016 (dernière MAJ le 07/01/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série intéressante, qui part d'un postulat assez classique, un portail dimensionnel qui transforme la ville de New York en un lieu où se croisent des créatures très différentes, dont certaines malveillantes.

Nous nous retrouvons dans les pas d'un jeune homme un peu naïf, mais qui a quelques aptitudes spéciales, qui l'amènent à intégrer un peu malgré lui une organisation qui lutte contre ces créatures malveillantes.

Le canevas narratif n'est pas toujours clair, on se perd un peu dans les enjeux, mais la série est sauvée par l'humour et les personnages un peu particuliers, voire caricaturaux, qui servent de moteur à l'intrigue. Nightow les développe pas mal par la suite, d'ailleurs, ce qui me permet d'avoir envie de la lire...


... Jusqu'au tome 5, au milieu duquel je me suis senti perdu. Il n'y a toujours pas de schéma narratif clair, on assiste à une sorte de puzzle sans direction, malgré un épisode plus ou moins indépendant -et pour le coup, assez sympa- au début du tome. J'arrête là ma lecture de la série.

Côté dessin c'est assez inhabituel, avec des personnages sans membres, du moins en apparence, et des monstres à l'aspect "tordu" qui donnent un cachet un peu spécial.

Une série qui démarrait pas trop mal, plutôt bien dessinée, mais qui s'est pris les pieds dans le tapis, formé de motifs flous.

Nom série  40 bonnes résolutions de mecs  posté le 04/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Buche semble, avec cet album, prendre la relève de Jim dans les années 1990 et 2000 chez Vents d'Ouest, en nous proposant une suite de gags sur un type de personnage.

Bien sûr, il s'agit d'une boutade de ma part, car Buche a actualisé ses vannes et son imagination par rapport à Jim, et les nouvelles technologies, entre autres, sont passées par là. De plus il se met lui-même en scène, ou son alter ego de papier. La plupart des gags sont plutôt plaisants, j'avoue avoir souri, et m'être reconnu ou avoir reconnu certains amis dans les situations, pas si rocambolesques que ça. Certains sont plus faiblards, mais c'est le risque dans ce genre d'exercice qu'est le gag.

Le dessin est plaisant, très lisible, visant à l'efficacité du gag. Sympa.

Nom série  Supers  posté le 31/08/2015 (dernière MAJ le 12/12/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Supers, c'est d'abord une couverture, superbe, qui nous montre trois enfants à la chevelure flamboyante qui semble isolés, perdus au milieu d'une foule aussi compacte qu'uniforme. Grâce au vernis sélectif on comprend d'un coup d'oeil que la vie de ces trois gamins n'est pas simple mais que leur destin peut être grand.

C'est le jour de la rentrée, le plus grand se fait balader dans le collège qu'il vient d'intégrer et si ses premiers pas sont compliqués, il arrive tout de même à lier quelques connaissances. A la fin de la journée il retrouve son frère et sa soeur, plus petits, qui eux aussi ont dû s'intégrer à un nouvel établissement. Mais au-delà de ce côté "original", il y a un côté "réaliste", avec les questions que se posent les ados sur le sens de la vie, leur positionement familial, leur vie sentimentale... Très fin.

En quelques séquences aussi simples que finement écrites, Frédéric Maupomé (auteur du sympathique Anuki) brosse donc une ambiance de collège comme on en a tous connu, entre professeurs qui oscillent entre indifférence et agressivité, camarades parfois sympathiques, parfois gratuitement méchants, et débuts d'amourettes.

Les trois gamins essaient de cacher leur étrangeté, mais les événements vont les obliger à sortir de leur réserve, pas forcément pour un lendemain meilleur. Les dialogues sont finement ciselés, entre les gamins extra-terrestres dont l'intelligence est trop importante et leurs camarades aux développements divers. Il y a aussi des flashes-backs, qui permettent de savoir le minimum pour comprendre que l'histoire de ces enfants est entachée de drame. Plusieurs pistes sont lancées sur les relations entre les uns et les autres, et c'est une fois encore chez cet auteur un régal, d'autant plus que c'est Dawid (Passe-passe) qui est aux crayons.

Là encore, c'est un régal pour les yeux, bien que je trouve certaines cases un peu chargées. A suivre.

Nom série  Awaken  posté le 09/08/2016 (dernière MAJ le 27/11/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Hitori Renda, dessinateur de la première saison de King's Game, livre une histoire dont il est l'auteur complet, fort intrigante, avec des parasites et des enfants doués de double vue...

Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est excitant, l'auteur se montrant à l'aise pour nous livrer une intrigue prenante, servie par un dessin plutôt fin et racé.

Au bout de trois tomes, je préfère jeter l'éponge, ne voyant pas trop de fil conducteur, ou plutôt d'intention dans le récit, entre organisation secrète dont les membres se tirent dans les pattes, lycéen qui ne comprend rien à ce qui lui arrive et monstres à tous coins de rue...

Nom série  Puzzle (Thilliez)  posté le 25/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après Maxime Chattam et sa série de thrillers, c'est au tour de Franck Thilliez, autre auteur français de genre de passer à la BD. Différence notable, c'est l'écrivain qui adapte lui-même son texte, pas de perte de sens, a priori, dans ce cas.

Car Puzzle est une oeuvre qui semble dense, avec des personnages très actuels qui se retrouvent dans une machination qui les dépasse. J'aime bien ce genre d'histoire, avec des manipulations à plusieurs niveaux, des personnages approfondis et un twist final. Ce twist final m'a d'ailleurs fait penser à [NON JE NE LE DIRAI PAS], mais j'avoue ne pas vraiment l'avoir senti venir, ce qui est un bon point. Le lecteur est donc baladé, malaxé, trituré, voire perdu dans les méandres de Paranoïa. J'aime ça.

J'aime aussi le trait de Mig, à la fois épuré et très expressif, qui sait donner de la consistance et de la présence à ses personnages. Il joue également sur la bichromie, avec ce bleu qui vient réhausser le traditionnel noir et blanc du polar. L'ambiance est angoissante.

Un bon thriller, mené de main de maître par son auteur originel.

Nom série  Les Enquêtes d'Enola Holmes  posté le 13/09/2015 (dernière MAJ le 18/11/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Et si on avait des enquêtes à la sauce Sherlock Holmes, pour pré-adolescentes ?

C'est l'idée de départ de Nancy Springer, auteure américaine, qui a fait d'Enola, petite soeur -tardive- de Mycroft et Sherlock, son héroïne. Débrouillarde, rusée, sa première enquête va en fait être la disparition inopinée de sa mère, laquelle laisse ses frères quasi indifférents. Elle va utiliser les indices laissés par sa génitrice afin de suivre sa trace...

Dans le deuxième tome une nouvelle enquête s'offre à elle, qu'elle va résoudre un peu trop facilement à mon goût, même si les personnages s'épaississent un peu, et qu'elle s'aguerrit. Dans le troisième elle va devoir enquêter sur une disparition vraiment inattendue, et qui va l'amener plus près de ses frères qu'elle ne le pensait au départ. Encore une fois le langage des fleurs est au centre de l'intrigue, et l'adaptatrice va s'en tirer haut la main.

Bien sûr, Enola va avoir de la chance, faire les bonnes rencontres, mais elle va côtoyer de près le Londres d'en bas. Une dose de réalisme ne peut pas faire de mal et proposer une histoire vraiment agréable à suivre.

Serena Blasco fait partie du Gottferdom Studio (avec Arleston, Bianco, etc.) et nous livre là sa première série. Son découpage est de bonne facture, sa narration me semble-t-il bien réalisée. Son dessin, proche de celui de Johanna, manque quant à lui encore de maîtrise. Le tome 2, sorti 8 mois après le premier, ne lui permet pas de faire de grands progrès, sauf sur les personnages.

Malgré un graphisme encore hésitant, cette adaptation des romans de Nancy Springer me semble démarrer sous de bons auspices, et ravira les admiratrices en herbe du détective de Baker Street.

Nom série  Les Fondus de la bière  posté le 12/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un nouvel opus, le 25ème, dans l'univers des "Fondus...", cette fois-ci consacré à la bière.

Vu comme une boisson qui désaltère, comme un apéritif, on peut s'en délecter comme s'en remplir. Comme d'habitude Cazenove et Richez, les scénaristes maison de chez Bamboo mettent en scène leur quatuor de fondus, le connaisseur, le profane, l'imbécile et le vieux attaché à ses valeurs.

L'objectif est double : faire sourire tout en étant pédagogique. On en apprend en effet beaucoup sur la fabrication de la bière (il y a d'ailleurs en bonus un dossier de 10 pages pour la faire soi-même), les différentes qualités et appellations, ainsi que la façon de les déguster.

Au dessin Stedo est toujours aussi efficace dans son style "gros nez", c'est vraiment sympa.

Nom série  Oldman  posté le 13/02/2016 (dernière MAJ le 12/11/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est sur la foi de la couverture et le feuilletage de son contenu que j'ai acheté ce manhua.

A la lecture je n'ai pas été déçu, puisque ce récit d'aventures propose de suivre les pas d'un trio surprenant, en la personne d'une ancienne guerrière privée de ses quatre membres, d'un magicien-illusionniste à l'aspect de vieil homme et d'un médecin-anatomiste. Lesquels, après s'être échappés d'une prison (où ils étaient retenus pour on ne sait quelle(s) raison(s)), essaient de gagner leur croûte en montant des spectacles un peu pourris. Un trio qui va bientôt se voir adjoindre un quatrième membre, qui semble détenir un secret qui gêne les plus hautes sphères de l'Etat...

Le troisième tome est une course-poursuite qui se termine par un duel qui trouve son écho dans une bataille lointaine, et tourne peut-être une page dans le récit. Rebecca est le moteur principal de ce segment, on en apprend un peu plus sur son passé, sans que l'on comprenne encore bien tous les enjeux.

Le mystère est le maître mot de cette nouvelle série, et l'auteur réussit à le garder presque entier à l'issue des trois premiers tomes, qui se lisent sans déplaisir, dans une atmosphère sombre qui convient bien à l'époque décrite, même si on n'a pas plus de repères spatio-temporels que cela.

Le style graphique de Shang Cheng est nerveux, habile, sensuel par moments. ses personnages manquent parfois un peu d'expressivité, mais ce choix est peut-être dicté par leur nature un peu particulière...

A suivre donc.

Nom série  Les Entreprises libérées  posté le 11/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sous le haut patronage d'Isaac Getz, conférencier, docteur en psychologie et en management, voici donc une BD-reportage sur une forme nouvelle de management et de gestion des ressources humaines au sein de l'entreprise.

Désignée tout simplement sous le nom de libération, cette nouvelle forme consiste, grosso modo, à mieux responsabiliser les salariés "de base", à supprimer le management intermédiaire, à abattre les contraintes physiques et techniques qui engoncent les entreprises d'aujourd'hui. Il ne s'agit pas d'un mouvement obscur porté par un quelconque gourou aux motivations obscures, mais bien d'un mouvement éclectique, souvent initié par les dirigeants eux-mêmes, sans théorisation bien précise, au service du bien-être des salariés, visant à une meilleure productivité.

Ce mouvement existe de façon assez significative depuis plusieurs années, même si certaines entreprises l'ont mis en oeuvre dès les années 80. L'album retrace donc certains de ces parcours, regroupant de nombreux témoignages de dirigeants -et de salariés- d'entreprises française, et même d'une administration belge. Les résultats semblent probants, les salariés sont heureux, la productivité est meilleure, et certaines boîtes au bord de la crise ont su se relever. Mais cela n'est bien sûr possible qu'avec l'adhésion de tous, au sein d'une même structure.

C'est intéressant pour celles et ceux qui sont concernés par la vie en entreprise et en particulier la gestion des ressources humaines. Intéressant, mais un peu verbeux par moments, les apparitions d'Isaac Getz étant un peu répétitives. A côté de cela, l'énergie graphique de Bercovici sert à merveille le sujet.

Nom série  Rôles de composition  posté le 10/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympa cette petite histoire d'amour entre filles... Noémie était pourtant bien installée avec sa copine, mais l'arrivée dans son radar d'une blonde allemande va tout changer...

Jimmy Beaulieu, encore peu connu sous nos cieux hexagonaux, nous propose donc une chronique sentimentale toute en douceur, mais sans naïveté, avec un triangle amoureux plutôt sympathique. J'ai bien aimé la conclusion, après que Noémie ait connu un autre tournant dans sa vie, qui ne lui a pas donné envie de revenir à sa situation précédente.

Son dessin est très expressif, malgré un côté ligne claire assez prononcé, et s'exprime totalement dans une bichromie à tonalité changeante : rouge, violet, vert... Les décors sont parfois spartiates ou carrément effacés, pour laisser toute la place aux dialogues et aux émotions.

Belle découverte.

Nom série  Le Porteur d'histoire  posté le 10/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Difficile de cerner cet album, tant il est complexe. Adapté d'une pièce du comédien et dramaturge Alexis Michalik, il nous propose de suivre un certain Martin Martin, héritier d'une histoire méconnue et prestigieuse à la fois, sur les traces de cette histoire.

Le récit est dense, il saute d'une époque à une autre, entre le 3ème siècle après JC, les années 1820 et le XXIème siècle, entre Algérie, Terre Sainte et Meuse. Malgré cette instabilité on ne s'y perd pas, grâce à un fil conducteur, Martin qui raconte son histoire à une Algérienne et sa fille. C'est virevoltant, parfois brillant, souvent passionnant, avec ses petites anecdotes historiques et culturelles qui parsèment le récit. A se demander, d'ailleurs, si tout cela n'est pas vrai...

C'est Christophe Gaultier qui s'est chargé de l'adaptation narrative et graphique, et on sent qu'il s'est beaucoup investi dans cet album : il s'attache à rendre les transitions compréhensibles, à servir le scénario par un dessin plutôt clair, dans son style assez caractéristique. C'est vraiment fort agréable à lire, je recommande.

Nom série  S  posté le 08/11/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On m'avait dit "tiens, voilà un manga sur le badminton, ça pourrait t'intéresser..." Il est vrai que c'est le sport que je pratique actuellement, et que ça m'intéresse de plus en plus. j'ai donc attaqué la lecture de cette série courte.

Mais au fil des pages, je me suis rendu compte que le badminton n'était qu'un prétexte. Un prétexte pour décrire une amitié entre garçons, par conséquent dans le cadre d'un sport (non non, ce n'est pas du tout cliché, voyons...). Laquelle amitié va donc voler en éclats lorsque Sakuragi cède aux avances (j'utilise ce mot à dessein) du champion du lycée voisin, vieux rival du sien.

Setona Mizushiro est connue pour ses séries relevant du yaoi, c'est à dire contant des amours entre garçons. Cette série n'en relève pas, du moins pas officiellement, mais chassez le naturel, il revient au galop. Oh bien sûr, pas de situations explicites, pas de mots francs, mais lorsqu'un garçon explique à un autre "je voudrais que tu me prêtes ton corps", "je vais t'apprendre à faire entrer mon moi en toi", etc., cela peut prêter à confusion. On se retrouve alors dans un triangle relationnel, presque amoureux (ce que laisse entendre également la postface du premier tome) où les tensions sont légion. Je n'ai absolument rien contre le yaoi, mais je ne m'attendais pas vraiment à un soap où les personnages s'interrogent pendant des heures sur leurs sentiments...

Cette déception est renforcée par la quasi absence du badminton. Certes, on a droit à quelques scènes de matches, mais cela doit ressembler à une trentaine de pages ; sur les quelques 550 que compte la série, c'est peu. Le côté tactique ou technique est représenté par la façon toute particulière qu'a Niresaki de coacher son nouveau poulain. Et tout cela sous l'oeil quasiment absent des parents ou des éducateurs. Et que dire des personnages, un peu caricaturaux ?

Graphiquement, Mizushiro ne sort pas franchement du lot du yaoi et du shojô, et des tics morphologiques peuvent freiner la fluidité de lecture.

Bref, une belle déception.

Nom série  The Woods  posté le 11/03/2016 (dernière MAJ le 08/11/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une école téléportée, des élèves qui tentent de survivre, des adultes à la ramasse... Le pitch rappelle un peu celui de L'Ecole emportée, que je n'ai pas lue. On pourrait craindre cependant que ce genre d'histoire vire rapidement au mauvais récit de cinéma bis.

Mais il n'en est rien. Je me suis laissé porter par le récit, qui comporte de nombreuses surprises, et même s'il y a des incohérences, je l'ai trouvé plutôt bien porté par son scénariste, protégé de Scott Snyder (oui, celui qui préside aux destinées des super-héros DC sur grand écran actuellement). Pour revenir à nos moutons, il y a beaucoup de personnages, dont certains assez surprenants, et seule une gestion un peu chancelante de certaines transitions m'empêche d'être totalement enthousiaste.

Dans le tome 2 la population de l'école tente de s'organiser, en collaboration avec les habitants de New London. Mais les implications sont plus fortes qu'attendu, et l'amalgame ne se fait pas sans mal. Parallèlement nous plongeons dans le passé des habitants locaux, puis un bond dans le futur proche a lieu. C'est intrigant, je suis curieux de voir où tout cela va nous mener...

Le dessin est assuré par Michael Dialynas, d'origine grecque, lequel a un style demi-réaliste assez décomplexé. C'est plutôt agréable, même si la gestion des couleurs, très tranchées et très flashy, fait parfois un peu mal aux yeux.

Curieux de lire la suite.

Nom série  Terminus 1  posté le 19/05/2016 (dernière MAJ le 07/11/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cela me semblait tellement évident, la présence de Jean-Michel Ponzio dans cette collection... Il aura donc fallu l'apport de Serge Le Tendre pour que cela se fasse.

Le récit est donc solide, empreint d'aventure et de mystère, avec des personnages plutôt forts, comme le héros au parcours malin. Dans le tome 2 le récit se développe et se referme sur lui-même, pour arriver à une conclusion assez poétique, un style où Wul a déjà fait ses preuves. Bravo donc à Serge Le Tendre d'avoir respecté cette ligne.

Côté dessin c'est donc Ponzio qui officie, avec toujours cette habitude de s'inspirer de photos de personnes réelles pour construire ses personnages. Si cela marche bien dans certaines scènes, dans d'autres elles ont toujours cet air un peu figé qui peut gêner à la lecture si on feuillette l'album au hasard. Pour le reste, ses appétences à la mise en scène et aux cadrages dynamiques fonctionnent à plein. J'ai bien aimé le clin d'oeil discret à Retour vers le futur.

Je suis curieux de lire la suite et fin, comme souvent avec ces adaptations de Wul.

Nom série  L'Étrange Vie de Nobody Owens  posté le 22/10/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quel diptyque fantastique !

Le héros est donc un enfant, sauvé in extremis des griffes d'un tueur, recueilli par la peuplade évanescente d'un cimetière voisin, sous l'égide d'un personnage étrange qui s'avère être un vampire, ou qui en a tous les attributs.

Dès lors la vie du jeune homme va en effet être traversé par l'étrangeté, entre légendes antédiluviennes, personnages hauts en couleurs, et situations surprenantes. J'avais un peu peur de me retrouver face à un récit du genre "l'histoire bizarre avec un fantôme de la semaine", mais de fait Gaiman ne perd jamais de vue le destin de son personnage principal, et boucle la boucle d'une belle manière, relayé par P. Craig Russell. Celui-ci, également dessinateur, n'est pas seul à manier les pinceaux, ils sont 4 autres, avec des fortunes graphiques diverses. je pense que je préfère le travail de Russell et celui de Kevin Nowlan aux autres.

Lu dans des conditions pas faciles, ce diptyque est vraiment très prenant. Je n'ai pas trop lu ce qu'a fait Neil Gaiman, mais la lecture de cette adaptation me donne furieusement envie de m'y remettre.

Nom série  Un tout petit bout d'elles  posté le 17/10/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le sujet de l'excision est fort, sensible, c'est un véritable fléau qui ravage l'Afrique, mais pas seulement. Zidrou s'en est emparé, avec des personnages assez touchants, des situations fortes et une trame de fond plutôt bien menée.

Mais c'est un peu dommage que l'image donnée soit aussi tranchée, que les personnages secondaires ou tertiaires soient aussi caricaturaux. Vraiment dommage.

Raphael Beuchot semble étendre sa gamme stylistique sur cet album, d'un style semi-réaliste un peu maladroit à d'autre séquences franchement élégantes. c'est un peu déstabilisant, on a l'impression que deux auteurs se sont relayés sur le dessin.

Pour le reste, c'est un album franchement pas inintéressant, qui permet d'approcher ce thème difficile qu'est l'excision.

Nom série  Beyond Evil  posté le 12/08/2016 (dernière MAJ le 16/10/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Petit coup de coeur avec cette série courte publiée chez Kazé.

Nous sommes avec un lycéen qui est déjà un dur, et qui va se retrouver lié à un homme, ou plutôt une créature ressemblant à un homme, qui va lui ouvrir les portes de la perception, et utiliser son potentiel de façon explosive. Mais rien ne va se faire facilement, et le scénariste place sur la route des deux partenaires différents adversaires. On est dans une ambiance étrange, où rien n'est vraiment clair, ni sur la nature de ces créatures, ni sur ce qu'attend Viktor du lycéen... C'est intriguant, et la fin prochaine du manga risque de laisser une certaine frustration quant aux explications au compte-gouttes, d'autant plus que le tome 3 introduit une nouvelle dimension au personnage principal...

Le tome 4, conclusif, ne ferme pas tout à fait la porte à une suite. Il reste en effet plusieurs personnages principaux, et tous les enjeux ne me semblent pas résolus. Les démons n'ont qu'à bien se tenir...

Le dessin d'Ogino est quant à lui assez dynamique, on le sent motivé par cette histoire pas comme les autres...

Plutôt prenant, donc.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 209 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque