Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 4949 avis et 967 séries (Note moyenne: 2.81)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Parfum  posté le 18/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Kanadé est ce qu'on appelle un "nez", un parfumeur de génie à l'odorat extrêmement développé. Capable de distinguer toutes les odeurs qui existent. Il peut également reconnaître de manière certaine n'importe quel parfum déjà senti auparavant. Ce don va le conduire, avec sa cousine Anaïs, à dénouer de mystérieuses affaires de meurtres d'impostures et de vengeance sanglante.

Dernièrement, dans un même genre, j'avais vu un film nommé également Le parfum. La comparaison s'arrête là car le meurtrier était le parfumeur. Bref, je n'avais jamais lu de bd qui traite sur le parfum. Il y a le café, le vin mais pas ce produit de luxe.

C'est dommage car l'idée concernant cet odorat exceptionnel était réellement bonne mais le traitement n'a pas suivi. Je me suis souvent ennuyé avec ces histoires un peu décousues. L'auteur aurait pu faire mieux.

Nom série  Bride Stories  posté le 17/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Décidément, les éditions Ki-oon ne cessent de m'étonner dans le sens positif du terme. Déjà, la série Cesare est l'une de mes préférées. C'est en parlant avec mon libraire que ce dernier a attiré mon attention sur Bride Stories. Il m'a parlé vaguement d'une histoire dans les steppes de l'Asie Centrale sur la route de la soie.

Il est vrai que l'Histoire n'a pas vraiment une grande place. On découvre plutôt une autre culture assez méconnue en Occident. Il y a toute la délicatesse du trait. C'est très et peut-être sans doute trop gentillet. Il y a un côté qui fait manifestement shojo. Pour autant, on est embarqué dans la vie d'Amir qui se révélera au fil des tomes assez tumultueuse. Point de pathos ou de mièvrerie à l'horizon.

J'ai aimé le style graphique assez poussé même si toutes les femmes se ressemblent et qu'on a du mal à distinguer notre héroïne. Il y a le charme d'une certaine simplicité ce qui rend l'oeuvre assez authentique. C'est un beau voyage que voilà.

Nom série  Sister  posté le 17/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J'ai déjà lu à mon actif plein de manga d'horreur donc je peux dire que je suis un habitué. Celui-ci se laisse bien lire mais le propos est plutôt assez stupide tout comme la mise en scène. D'ailleurs, l'auteur ne s'est pas faite une réputation du maître de l'horreur comme Ito Junji.

Le point commun est que dans les six nouvelles, ce sont des héroïnes qui occupent le devant de la scène. J'ai bien aimé la première histoire malgré une chute très classique. Les autres récits ne sont pas au niveau. Même le dessin est assez froid. Tout cela résonne un peu creux.

On retiendra surtout le manque de crédibilité de ce one-shot. On peut zapper cette sister.

Nom série  L'Échappée  posté le 17/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien cet auteur car il nous surprend toujours par des oeuvres totalement différentes. Là, Grégory Mardon s'essaie à la BD totalement muette et sur un mode bichrome. 223 pages tout de même pour un nouvel exercice de style.

Le thème est celui de l'herbe toujours verte ailleurs. Le récit pourrait être divisée en trois partie entre la vie new-yorkaise, l'expérience d'une petite communauté dans une île ou la vie totalement sauvage. Il est clair que le bonheur est quelque chose qui pourrait échapper à l'homme toujours insatisfait. Certes, on n'évitera pas la critique de la société consommatrice et pollueuse.

Cela se lit assez rapidement car les images sont souvent contemplatives. L'auteur joue avec les nuances de couleur. Pour moi, ce n'est pas assez car finalement le récit va être assez creux surtout si je compare cette oeuvre au fameux Pinocchio (Winshluss). Reste une fuite en avant comme pour tourner la page sur un ordre existentiel. Les questions sont posées mais on attend les réponses.

Nom série  Le Choix  posté le 17/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le choix est à la fois autobiographique sur l'enfance de l'auteure et également plus général sur le phénomène de société. Le sujet est celui de l'avortement dans un débat qui divise la société entre les conservateurs et les libéraux. Plus général, cela concerne surtout le droit des femmes dans la revendication légitime de l'égalité des sexes.

On nous rappelle ce que c'était avant la Loi Veil, puis le combat pour ce droit en faveur des femmes ainsi que le chemin qui reste à parcourir car les nostalgiques d'une société patriarcale semble revenir sur ce droit des femmes à disposer de leur propre corps et de choisir d'avoir un enfant ou pas.

Si mon choix est fait, il n'en demeure pas moins que la forme n'est pas vraiment l’apanage de cette BD qui n'a pas réussit une bonne introduction. Par la suite, on nous livre une quantité d'informations très intéressantes mais un peu en vrac. J'ai une grande impression de brouillon. Je n'ai pas senti l'ombre d'un trait poétique comme indiqué dans le synopsis !

Pour autant, je pense que le message est plus important que la forme ce qui explique ma notation généreuse. On a sans doute besoin d'une oeuvre qui rappelle simplement les faits même si elle est militante pour la bonne cause. Je ne savais pas que la société était menacée à ce point de digression et d'un retour vers le passé obscur. Il faut sans doute se battre pour conserver les acquis sociaux.

Nom série  Le Caravage  posté le 16/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
On va dire que je suis du courant des suivistes mais ce n'est pas vraiment le cas. Certes, 4 étoiles également pour cette série qui débute et qui est consacré au peintre italien le Caravage.

A mon crédit, j'ai toujours aimé le dessin de Milo Manara qui est à la fois sensuelle et sensationnelle. On dirait même qu'avec cette série, Manara tient son chef d'oeuvre tant il excèlle dans une perfection du trait et de l'utilisation des couleurs. Les femmes sont belles et les tableaux sont à croquer (ou plutôt le contraire). Il y a une véritable quête dans la recherche de la beauté.

Cela ressemble un peu au travail qu'il a effectué sur la série Borgia scénarisé par Jodorowsky qui avait déjà pour cadre la ville éternelle de Rome. Pour le reste, c'est un plaisir que de découvrir la vie de ce peintre de génie exalté qui n'hésitait pas à défendre la veuve et l'orphelin. Il mourra jeune à 38 ans. Je ne peux m'empêcher de faire un parallèle avec ce héros du Thalys Spencer Stone qui a bien failli terminer ses jours en défendant une jeune femme deux mois après son acte de bravoure. La comparaison s'arrête là.

Le Caravage est une oeuvre qui séduit incontestablement ce qui explique le flot de bonnes critiques.

Nom série  L'Enfant nu  posté le 15/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'éprouve de la peine pour ce couple qui a perdu un enfant et qui va sombrer dans leur appartement avec vue sur la mer déserté par le promoteur. L'ambiance est plutôt sombre et glaciale. L'émotion va laisser place à la désespérance et à la tristesse sans nom. La fin est d'ailleurs d'une noirceur sans pareille. Bref, il faut être émotionnellement blindé avant d'entamer cette lecture macabre.

La perte d'un enfant est quelque chose de terrible qui peut détruire des familles heureuses. C'est le thème principal de cette BD qui nous dit que le bonheur ne peut être qu'éphémère.

On ne lâchera pas cette BD jusqu'au dénouement. C'est bien écrit et bien construit : rien à redire ! Je ne conseille pas l'achat pour des raisons qui tiennent plus au fait que c'est sans doute trop dur et qu'il faut vraiment en avoir envie. Je sais bien que la BD n'est pas que divertissement. Mais là, ce drame psychologique me plombe la soirée !

Nom série  Secrets : Heureuse vie, heureux combats  posté le 15/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Qu’est-ce qu’on a pu critiquer Marianne Duvivier sur ce site à tort ou à raison ! J’ai toujours été indulgent avec des titres comme « L’écharde », « Pâques avant les rameux » ou encore « La corde » dans cette fabuleuse collection initiée par Frank Giroud. On découvre avec ce dernier titre de la collection Secrets sa propre histoire faite de de mensonges familiaux, de maladie et de suicides douloureux. On ne peut alors s’empêcher d’éprouver de la compassion, ce qui n’était manifestement pas voulu par l’auteur.

Au-delà de cet aspect personnel, on comprend mieux la construction de cette collection dont certains titres ont été des petits bijoux. Il est vrai qu’il n’y avait pas mieux pour clôturer une fin de série.

Certains passages demeurent un peu superficiels. Je me suis demandé comment on pouvait passer d’un homme à l’autre pour bâtir une famille tout au cours d’une vie. J’en ai compté 3 au moins : sic ! J’ai bien compris que ce n’était pas le propos ou l’axe focalisateur. En s’exposant ainsi pour témoigner d’une expérience de vie, l’auteur pourrait également prendre des retours de bâtons. C’est toujours dangereux de dévoiler son intimité, sa vie privée. Cependant, j’ai compris son désir de tout extirper comme pour chasser le démon ou faire la paix avec les fantômes du passé.

Le secret de famille ne fera pas dans le sensationnel. Cela pourrait presque apparaître comme banal mais il demeure authentique. Non, ce qui va nous marquer c’est l’émotion qui ressort de l’auteur. J’avoue avoir été un peu en phase surtout lorsqu’on traverse des moments difficiles. Chacun de nous n’a pas une existence de rêve. Il y a cette part qui demeure cachée de peur qu’elle nous absorbe totalement.

Heureuse vie, heureux combat constitue une émouvante renaissance. C'est en tout cas un témoignage très sincère.

Nom série  Patxi Babel  posté le 22/02/2015 (dernière MAJ le 14/10/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Patxi Babel est l'archétype de l'adolescent rebelle qui se cherche. Il a un don pour le surf. La coiffure à la Harry Styles, c'est un beau blond aux yeux bleus clair et au sourire ultra bright qui pourrait jouer dans une publicité pour le surf à moins de tomber dans le . On pourrait dénoncer tous les clichés qui sont réunis. Et pourtant, il y a quelque chose de frais et de vivant qui se dégage.

J'ai suivi ce premier tome avec beaucoup d'attention. Il y a certes le surf mais surtout une histoire de secret de famille comme j'en raffole. La construction du scénario est bien équilibré. La lecture se révèle assez agréable. les personnages sont assez crédibles. On entre dans l'histoire, dans leur psychologie au-delà du microcosme des adolescents. Comble du bonheur, le dessin est à la hauteur.

Des séries actuelles comme Hunger Games, Le labyrinthe, Divergente sont destinés à un public adolescent. J'avoue que je m'y suis laissé prendre. C'est un peu pareil pour cette bd. Suis-je alors un attardé pour autant ? Je ne le pense pas...

Le second tome ne fait que confirmer mon impression première. Je persiste et je signe pour dire que c'est une bd assez sympa qui mêle habilement le sport de glisse et l'intrigue policière. Le dessin est très agréable. L'auteur nous entrainera sur une fausse piste pour mieux revenir sur les fondamentaux. La fin révèlera tout avec une bonne surprise qu'on aurait pu deviner. Bref, une belle conclusion pour une intrigue rondement bien menée sur fond de plage et de vague.

Nom série  Dixie Road  posté le 04/03/2007 (dernière MAJ le 13/10/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai été attiré par la couverture car c'est joliment bien dessinée avec des décors très soignés et des personnages aux proportions justes. On embarque pour un road movie dans les USA des années 30 sur fond de crise économique.

Certes, cela manque singulièrement d'orginalité sur des thèmes qui ont déjà été maintes fois traités: racisme, intolérance... Dufaux a un peu trop étiré sa narration. Les textes semi-poétiques sont presque assomants. L'intrigue avait pourtant un bon potentiel qui n'a pas été totalement exploité. J'ai procédé à une relecture qui m'a fait revoir mon sévère jugement initial.

Cela ne sera pas le chef d'oeuvre qu'on attendait mais une série dans la moyenne. La série n'a d'ailleurs pas connu le succès. Le scénariste a depuis connu la gloire mais avec d'autres titres.

Nom série  Sex Criminals  posté le 13/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Sex criminals n’est pas à confondre avec des crimes de sexe. Non, là c’est plutôt l’acte sexuel qui suspend le temps ce qui permet par exemple de braquer une banque. On peut faire un tas d’autres choses mais non, on est bien dans l’esprit criminel de voler l’argent qui ne nous appartient pas afin de bâtir des projets. Les banques ont bon dos car elles profitent déjà allègrement des clients nous dit-on alors, on peut se servir. Je n’aime pas trop ce constat de base qui relève de la psychologie de comptoir mais passons puisque certains éditorialistes n’ont pas hésité à crier au chef d’œuvre. Prix Eisner 2014 de la meilleure nouvelle série tout de même !

Visiblement, il n’y aura qu’une seule idée originale autour duquel ce comics est bâti. Mon épouse a lu les premières pages avant moi et a stoppé net en m’indiquant que c’était spécial. J’ai pensé qu’elle exagérait un peu mais ce ne fut malheureusement pas le cas. J’aurais pu également suspendre ma lecture mais je me devais de lire jusqu’à la dernière case. Ma technique est de lire par petit bout chaque jour pour atténuer le calvaire. Voilà où mène la curiosité d'un titre et d'une couverture hautement racoleuse...

La morale sera tout de même sauve grâce à la police du sexe qui débarque de l’entre-temps pour mettre fin aux agissements de nos deux héros Suzie et Jon. Il n’en reste pas moins de nombreux mystères qui ne seront pas élucidés dans ce premier tome. J’avais envie d’y croire car le graphisme m’est apparu plutôt sympathique. La construction demeure beaucoup trop artificielle.

La suite se fera sans moi. Je suis réellement désolé. On est allé trop loin dans les supers pouvoirs en l'occurence la capacité de géler ce qui nous entoure lorsqu'on a un orgasme ou une éjaculation précoce. Jusqu'où iront-ils ?!

Nom série  Les Naufragés (Akata)  posté le 12/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Avec un titre pareil, on croit qu’on va s’embarquer sur un bateau qui va couler. Cependant, on peut être également naufragé de nos vies dissolues. C’est une œuvre à prendre à un second degré, voire un troisième. Il y a des scènes qui partent sur des choses improbables mais qui peuvent avoir un sens pour peu qu'on se creuse les neuronnes après une journée de travail bien chargée. Le lecteur est en plein délire entre rêve et réalité. La thématique est celle du suicide et du rejet social : tout un programme !

Par rapport à la mer, il y a un lien avec l’ouverture d’un magasin d’aquarium. On découvrira ainsi plusieurs espèces de poissons différents avec des caractéristiques peu communes. Ainsi, j’ai par exemple appris qu’un poisson peut se noyer. Ceci dit, la lecture de cette œuvre mi-intello a été assez pénible. Je n’ai pas éprouvé le moindre plaisir. Le divertissement ne sera pas assuré. On devine qu’il y a un terrible drame derrière cette jeune vendeuse de poisson qui peut s’endormir à tout moment dans son quartier chaud la nuit.

Désolé, mais je vais arrêter le naufrage après la fin de ce premier tome. Il ne se passe pas grand-chose. L’ennui est presque mortel. La déprime n'est pas loin.

Nom série  GT-R - Great Transporter Ryuji  posté le 11/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Si on a aimé GTO, on aimera également GTR. C'est un one-shot très sympa qui se focalise sur Ryuji, le meilleur pote du Great Teacher Onizuka qui tient un garage de moto. Cela rappelle un peu l'ambiance des premiers Fast and furius avec les courses automobiles. Mais là, il s'agit d'échapper aux forces de l'ordre, un peu comme dans Drive ou Taxi.

J'ai bien aimé l'avancée de ce récit qui laisse le temps de se mettre en place. L'humour est encore présent pour notre plus grand bonheur. Les fans de la série initiale seront ravis. C'est un spin-off plutôt réussi qui arrive à tenir la distance même si ce n'est guère très original. Le sens de l'humour et le talent graphique de l'auteur m'ont convaincu.

Nom série  GTO - Great Teacher Onizuka  posté le 11/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici une série très sympa sur un professeur de 22 ans au passé un peu douteux qui m'a fait un peu rire avec ses réactions anti-conformistes. L'humour est omniprésent dans le genre décalage.

Par ailleurs, c'est mêlé à de l'action. Certes, certaines situations peuvent apparaître comme outrancières mais c'est pour la bonne cause du divertissement qui sera alors assuré. Il est vrai que le héros est un personnage assez attachant ce qui est pratique pour suivre ses aventures.

Au fil des tomes, je n'ai pas constaté que la qualité était en baisse ce qui est assez rare pour être souligné. La psychologie devient au contraire un peu plus complexe. GTO commence un peu à dater mais sa philosophie n'a pas pris une ride.

Nom série  Love on the job  posté le 11/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ryo et Minori sortent ensemble depuis désormais un petit moment et s'aiment éperdument. Ayant fini en même temps leurs études, ils parviennent tous les deux à intégrer l'entreprise qu'ils voulaient, et emménagent ensemble. Pourtant, ils tombent de haut quand ils apprennent que suite à une affaire d'espionnage industriel, le règlement intérieur de chacune de leur entreprise interdit toute relation amoureuse avec un employé de la société concurrente !

Il est vrai qu'au Japon, on ne rigole pas avec les relations amoureuses au sein d'une même société ou encore d'une société concurrente. Il faut faire très attention. Nos deux héros qui s'aiment éperdument vont devoir vivre leurs relations amoureuses en cachette. Cela donne lieu à des situations assez cocasses qu'on suivra avec un certain plaisir.

Pour le reste, il y a certes du sexe mais les organes sont cachés. Cela reste tout de même très hot et à réserver à un public adulte et mâture. C'est un récit érotique qui est construit sur une bon récit ayant pour cadre le monde professionnel. Cela reste assez convaincant et même assez divertissant.

Nom série  Castle mango  posté le 11/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Castle mango est le nom d'un love hôtel qui appartient à la famille du jeune lycéen Yorozu. C'est dans ce cadre un peu spécial que va se dérouler un récit qui commence d'ailleurs assez fort pour nous intriguer. La situation sera un peu comique sur une idée assez originale.

C'est plutôt très soft comme yaoi et jamais vulgaire alors que cela pouvait être aisément racoleur au vu du contexte. On s'attarde plutôt sur la relation un peu improbable et qui va prendre une certaine épaisseur. C'est une romance émouvante pleine de faux- semblants avec des personnages au caractère assez charismatiques et avec en prime un graphisme assez soigné. La conclusion sera d'ailleurs un beau rebondissement.

Nom série  Wanted (Panini manga)  posté le 11/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Visiblement, la mangaka Hino Matsuri rencontre actuellement le succès avec une série "Vampire Knight" qui la classe dans le top 10 des meilleurs ventes de shojo. Elle a eu des débuts assez difficile avant de percer. Ce recueil surfe sur la vague de son succès en nous présentant ses débuts avec une histoire d'amour dans le milieu de la piraterie.

Cela se lit plutôt agréablement. C'est vrai que c'est assez léger mais divertissant. Trop mignon penseront certains lecteurs. C'est un shojo, il faut le savoir. Le graphisme montre des signes d'élégance avec son trait fin et raffiné. Singulièrement, je dirai que cela manque de profondeur. Mais comme dit, c'est distrayant.

En conclusion, l'univers de la piraterie traité de façon assez féminine.

Nom série  Sasanaki  posté le 11/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
C'est un shonen sans grand intérêt pour moi qui mélange l'art des ninjas avec la comédie de lycée le tout sur fond sportif au fil des tomes. Bref, un vrai inclassable. A noter les perpétuelles changement de décors: on passe ainsi du lycée à la forêt puis au stade de foot.

Par ailleurs, on évietra ce titre à cause de la stupidité des dialogues et des excès en tout genre. C'est une série assez catastrophique qui ne s'améliore pas avec les tomes. Que dire également de ce graphisme approximatif ? Il ne faudra pas être difficile ou regardant.

Certes, cela se peut se laisser lire comme un pur divertissement sucré. On peut être également gagné par la bonne humeur qui se dégage et l'humour omniprésent. les situations sont trop loufoques et cela ne m'attire guère. Médiocre serait le mot qui me vient à l'esprit pour qualifier cette série.

Nom série  Not equal ≠  posté le 11/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai été sérieusement choqué par ce yaoi. Non pas par la relation gay. Il m'en faut plus pour être choqué bien que je puisse comprendre que cela heurte encore beaucoup de susceptibilités. J'ai plutôt été interloqué par la relation gay père-fils. Voilà ce qui se passe quand on voyage dans le temps et qu'on fait un bon de 22 ans en arrière pour tomber amoureux d'un père absent qu'on voyait plus comme un grand frère.

Cela donne des remarques du genre: "si j'avais su que tu étais mon fils, je n'aurais pas couché avec toi". Certes, on imagine mal Dark Vador dire cela à son fils. Par ailleurs, il y aura du sexe en petite quantité avec des scènes assez crûes. On retiendra surtout de ce diptyque un développement psychologique des protagonistes assez approfondi ce qui explique ma notation généreuse. A noter que le graphisme est tout à fait élégant avec ce trait fin qui sublime encore les personnages.

Pour autant, ce manga soulève des questions aux frontières de la moralité, voir du tabou. C'est intéressant de les découvrir et de voir la vision de l'auteur qui ne juge pas si c'est bien ou si c'est mal. Bien entendu, ce n'est pas à mettre entre toutes les mains. La lecture sera fort déstabilisante, dérangeante et troublante et c'est le moins que je puisse dire...

Nom série  Frankenstein (Tonkam)  posté le 11/10/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Visiblement, ce titre sera le dernier d'une anthologie qui a été consacré aux 10 premières années de carrière de l'auteur. C'était une bonne manière de nous présenter l'oeuvre du maître de l'horreur japonais. Il est vrai qu'il y avait quelques raclages de fond de tiroir. On ne pourra pas dire cela avec ce titre qui est complètement différent de ce qu'il fait d'habitude bien que le thème soit la déformation physique !

En effet, il reprend en manga l'oeuvre de Mary Shelley en lui donnant un nouveau souffle façon manga et je dois dire que le résultat est réellement bluffant. J'en ai lu des versions différentes de Frankenstein en bd. Bref, ce n'est pas la première fois. Cependant, ce titre tiré du roman culte semble apporter quelque chose d'autres tout en reprenant les grandes lignes de l'histoire.

J'ai été heureux de constater que pour une fois , l'auteur ne tombe pas dans une espèce de surenchère gore qui était un peu sa marque de fabrique. Je peux même affirmer sans complexe que nous avons là l'une de ses meilleures oeuvres. On passe ainsi un bon moment de lecture avec un récit parfaitement maîtrisé jusque dans sa narration. Le plus vient de ses dessins qui sont magnifiques.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 248 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque