Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 4949 avis et 967 séries (Note moyenne: 2.81)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  No Guns Life  posté le 09/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Il fallait le faire et ils l’ont fait. Un homme avec une vraie tête de révolver. Bref, vous remplacer sa tête d’humain par un pistolet semi-automatique. Oui, cela peut procurer l’avantage de tirer rapidement son coup mais quand même ! Mieux vaut ne pas jouer à la roulette russe avec lui !

C’est un manga qui se prend très au sérieux en partant sur un constat de base assez loufoque que je n’ai pas accepté. Du coup, le reste n’a pas suivi d’autant que l’impression n’est pas de la meilleure qualité.

Certes, il y a tout ce côté cybernétique avec un côté sombre et pessimiste qui pourrait crédibiliser l’ensemble mais je reste sur le blocage. Je pense néanmoins que cela peut devenir le manga de chevet de membres de la NRA (National Rifle Association).

Bon, en même temps, les femmes sont très attirées par ce gun dans un monde possédant ses propres codes. Moi, je dis qu’il vaut mieux éviter de se faire trouer la peau.

Nom série  La bataille de Sekiheki  posté le 07/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C’est quelque fois assez difficile pour un européen de se plonger au cœur d’une célèbre bataille chinoise d’antan. Il faut connaître parfaitement l’histoire de ce pays pour en saisir toutes les nuances. On entre directement dans le sujet mais avec si peu de connaissance qu’on peut très vite décrocher. Pourtant, l’auteur fait des concessions en prenant le soin de nous expliquer d’emblée les grandes lignes. Cela ne sera pas une lecture très simple car on ne possède pas les codes de compréhension de l’armée impériale chinoise.

Pourtant, il faut s’accrocher car au bout, il y aura toute une histoire assez passionnante d’une bataille décisive pour l’avenir de l’Empire et l’installation d’une nouvelle dynastie. Le dessin est de toute beauté mais l’édition ne le met pas forcément en valeur. On verra de très beaux décors et de beaux costumes historiques. C’est un one-shot qui pourrait presque passer inaperçu. Les amateurs d’Histoire apprécieront sans doute. Les autres, pas forcément.

J’aurais pu noter, dans un moment de bonté et de mansuétude, un 3 étoiles à ce seinen mais le récit est si mal découpé qu’on en perd le fil. Bref, les fondamentaux ne sont pas présents.

Nom série  Les Aventures de Betsy  posté le 07/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Betsy, comme chacun le sait, est une alsacienne pure souche qui vit dans un beau petit village. C’est clair que c’est mieux que Gertrude ou Gretel voire Hilda qui sont fort répandus en Alsace. Cela sonne plus glamour mais moins crédible.

Puis, il faut dire que notre Betsy, une très belle blonde aux yeux bleu ciel, est fille de garagiste. Elle est mécanicienne de métier. Pour autant, c’est toujours avec des ongles impeccables et un super brushing qu’elle apparaît au détour de chaque case. Oui, on dirait que la crédibilité n’est pas son fort. On dirait comme dirait Amir.

A noter également pour les connaisseurs que Betsy est la cousine de Margot qui a également ses propres aventures du même auteur et dans le même univers que celui des vieilles voitures. Voir Les Enquêtes Auto de Margot avec également ma critique.

Le thème tourne autour de Bugatti qui a construit son siège en Alsace dans la vallée de Molsheim. Ce constructeur français affilié au groupe allemand Volkswagen a construit des modèles de légende. En l’occurrence, le récit tournera autour d’une atalante qui serait maudite. Il faut dire que son propriétaire a été victime de la malédiction du pharaon Toutankhamon suite à la découverte de son tombeau. Oui, il va falloir avoir beaucoup d’imagination. Cette bd s'adresse surtout aux collectionneurs de vieilles voitures.

J’ai l’impression que cette bd s’adresse à un lectorat proche de Tintin ou des 4 as. C’est d’ailleurs le même graphisme à savoir la ligne claire ainsi que le même format de bd. Je suis surpris qu’on arrive à fabriquer des bds qui suivent la même philosophie ainsi que la même forme comme si nous n’avions pas changé d’époque. La fin de ce récit est d’ailleurs assez pathétique avec la police qui arrive au bon moment et les méchants qui crachent le morceau pour nous expliquer tout leur plan machiavélique.

Alors, oui cela se laisse bien lire mais c’est d’une naïveté sans pareille. J’aurais sans doute aimé un peu plus de modernisme et de crédibilité. C'est très moyen comme scénario. Reste néanmoins cette chère Betsy ainsi que son papa qui apprécie beaucoup le baeckeoffe. Avec un bon de verre blanc alsacien comme du Riesling, s’il vous plait !

Nom série  Chemins d'exil  posté le 07/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Chemins d’exil fait un peu partie de ces bd auxquelles il n’est absolument pas politiquement correct de mettre 2 étoiles, voire une seule ce qui constituerait un crime de lèse-majesté. C’est quand même la Croix Rouge qui fait la promotion de cette œuvre. C’est un peu comme si on donnait une mauvaise note à une bd d’utilité publique.

En l’occurrence, cette bd réalisée en 2004 mais qui faisait partie des nouveautés de ma médiathèque traite des réfugiés politiques qu’on se doit d’accueillir dans un esprit d’humanité et de solidarité entre les peuples. Ces gens quittent leur pays car ils sont menacés par la famine ou surtout des dictatures locales. Nous les européens, nous devons tous les accueillir sans exception. Sans doute, ce discours passait encore en 2004 mais je ne réponds de rien de nos jours.

Sur le fond, l’intrigue de cette bd n’est pas bien réalisée. Cela part dans tous les sens en y mêlant plusieurs familles avec des histoires différentes. Cependant, l’émotion a du mal à passer. Effectivement, il s’agit d’émouvoir le lecteur pour qu’on puisse réaliser une bonne action. On ne se demande pas si ces gens ne sont pas responsables de laisser la situation pourrir dans leur pays. Toujours cette notion d’irresponsabilité et d’aides financières à apporter comme si cela tombait du ciel.

Le risible est réellement atteint avec ce projet d’élimination loin du pays par des politiciens noirs corrompus. C’est certain qu’ils attendent les réfugiés au coin de nos rues et qu’ils sont prêts à foncer avec leur grosse voiture noire. C’est réellement pathétique. J’avoue aisément avoir lu de bien meilleures bd sur le thème de l’immigration ou en tout cas plus crédibles.

Sur la forme, c’est presque une honte. Mais bon, c’est pour la bonne cause et il faut fermer les yeux. Personnellement, je ne les ferme plus et je regarde la réalité en face pour ne pas me bercer d’illusions.

Nom série  Sans aller à l'école, je suis devenu mangaka  posté le 07/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le titre est en soi une provocation pour dire que sans aller à l’école, on peut devenir quelqu’un, on peut réussir sa vie et accomplir ses rêves et ses passions. Bref, on n’a pas forcément besoin de l’école. Ce manga retrace le parcours d’un enfant qui va décrocher peu à peu du système scolaire. A l’origine, il y aura une gifle non justifiée de la part d’un enseignant. C’est clair que les professeurs n’ont pas tous la vocation pour ce beau métier et il en existe beaucoup qui peuvent vous dégoûter de l’école.

Personnellement, même si j’étais un bon élève, je n’ai pas gardé un très bon souvenir de certains enseignants. Il y a des Miss Tingle dans chaque collège. A noter que ce film avait reçu une salve de critiques du corps enseignant qui voulait le faire interdire dans notre pays. C’est clair qu’ils préfèrent défendre leur corps que les élèves maltraités physiquement et psychologiquement. Qui n’a pas eu une rouste ou une déculottée monstrueuse et humiliante lors de son passage à l’école primaire ? Sic.

Certains élèves ont une véritable phobie pour l’école ce qui est le cas de notre petit héros qui se réfugie alors dans le dessin. On pourra dire que tout ce cinéma pour une gifle, cela apparaît comme disproportionné. Cependant, cette souffrance est bien réelle. J’ai également connu un petit garçon qui a été acculé au suicide à cause de l’école. Ce n’est pas forcément à cause des différents professeurs mais surtout des élèves qui n’hésitent pas à se moquer entre eux et à rejeter l’élément le plus faible. Notre héros va connaitre cela et on va souffrir avec lui. Cela peut rappeler de mauvais souvenirs à certains. En même temps, cela entraîne également un handicap social dont les conséquences sont difficiles à mesurer. Il est très difficile de s’en sortir par la suite. L’école n’a pas que du mauvais.

Bref, c’est un titre assez intéressant sur une thématique à savoir la déscolarisation qui n’est pas forcément traité de cette manière. Bien entendu, il y aura des petites choses assez énervantes sur les réactions pas toujours cohérentes de Masatomo. C’est également un one-shot de 290 pages qui est fort bien réalisé et dans une édition impeccable. L’achat à un prix aussi bas se justifie bien entendu. C’est un témoignage mi-biographique assez passionnant.

Nom série  Rebels  posté le 05/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il est vrai que je m'étais un peu réjoui de lire ces épisodes sur la fameuse guerre d'indépendance dont je ne sais finalement pas grand chose. C'est un sujet assez peu évoqué dans la bd et même au cinéma. Je sais simplement que les colonies se sont rebellées contre l'Angleterre pour gagner la guerre d'Indépendance et devenir plus tard les Etats-Unis d'Amérique à savoir la première puissance économique mondiale.

Il est intéressant de voir comment les familles vivaient à cette époque entre une nature hostile où il fallait bien survivre et l'occupant anglais qui les dépossédait de leurs richesses et de leurs terres. Il est vrai que ces colonisateurs n'avaient pas l'air de commettre un crime contre l'humanité. Il n'est guère question des indiens mais plutôt de la lutte fratricide avec les anglais.

Je n'ai pas été séduit au fil de ma lecture car les récits ne sont pas linéaires. C'est comme des petits bouts de puzzle au milieu d'une histoire générale à savoir le conflit. Cela aurait pu être autre chose de plus palpitant. Oui, c'est assez aride comme lecture.

Nom série  No body  posté le 05/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nobody est la dernière production de Christian De Metter (Shutter Island) et cela promet déjà. Il va décliner cette série en 4 épisodes pour nous retracer le parcours d'un homme de 57 ans, un solide barbu aux cheveux longs et aux tatouages sur tout le corps qui a été arrêté pour un crime qu'il s'accuse d'avoir commis.

On est tout de suite happé par ce personnage charismatique qui va en mettre plein la vue à une expert en psychologie. On pense tout de suite à la fameuse relation qu'il y avait dans le film oscarisé Le silence des agneaux. Cela intrigue fortement et notre auteur semble bien connaître tout ces classiques pour nous faire plonger. Que dire également de son graphisme toujours aussi séduisant car unique en son genre ?

Par la suite, cela prend une tout autre tournure plus proche de l'espionnage géopolitique que du thriller criminel. On sent que l'auteur a gardé ses cartouches pour les tomes suivants. Cependant, on ne peut pas dire qu'il n'a rien produit. C'est un véritable démarrage en trombe.

Nom série  L'anniversaire de Kim Jong-Il  posté le 05/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A chaque fois que je lis une bd sur la Corée du Nord, je sens la colère qui monte en moi. Une colère légitime contre un régime ultra-totalitaire qui soutient un petit dictateur grassouillet n'ayant aucune considération pour son peuple que de le laisser dans l'ignorance ou pire encore le laisser mourir de faim. Vu la bonhomie de ce sinistre personnage, on peut dire qu'il ne manque de rien. Il est véritable une honte pour la face du monde et pour l'humanité.

Si j'étais obligé de chanter à sa gloire le jour de son anniversaire sous la menace d'une arme, que ferais-je ? On dit qu'il a le sens de la famille. Après avoir pulvériser son oncle, il vient de faire assassiner son grand frère dans un pays étranger. Comment peut-on encore tolérer cela ? Certes, il ne faut pas se tromper de camp.

Cette bd nous donne des détails qui frôlent l'insupportable sur ce que son peuple subit à travers les yeux d'un petit garçon et de sa famille. Sa vision des choses est effrayante notamment au début puisqu'il est dans l'ignorance la plus totale en acceptant l'horreur. C'est d'ailleurs l'une des premières fois qu'on a une bd qui permet de mieux comprendre le quotidien de ce peuple meurtri.

Le dessin est réaliste mais avec un côté assez expressif. J'ai bien aimé également le choix des couleurs qui sont souvent dans les tons tristes reflétant ce pays coupé du monde extérieur.

J'ai trouvé la fin un peu abrupte alors que le récit s'étale sur près de 140 pages. On termine certes avec une petite note d'espoir. En tout cas, je suis tout de même heureux de vivre dans une démocratie et ne pas être obligé de souhaiter un joyeux anniversaire à Kim Jong Il, l'étoile brillante du mont Paektu ou le commandant invaincu à la volonté de fer ou le dirigeant mondial du XXIème siècle. Il ne faut jamais oublier que notre système de politiciens tous pourris est encore le moins pire de la planète.

Nom série  Le Chanteur sans nom  posté le 05/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne connaissais pas du tout le chanteur sans nom qui fut une gloire durant les années 30. Je vois que les concepts marketing étaient déjà développés au cours de ces années là pour vendre un produit à savoir un chanteur de charme. En effet, ce chanteur qui reprenait à la radio des succès de l'époque portait un masque noir à la Zorro sur le visage afin de perpétuer le mystère. Daft Punk reprendra cette même idée une cinquantaine d'année plus tard.

On va également côtoyer Charles Aznavour la grande Môme Edith Piaf qui furent ses amis. C'est également une biographie sans concession qui ne fera pas dans la complaisance s'agissant de ce personnage parfois lâche et malhonnête.

Il manque parfois un peu de dynamisme sur cette oeuvre mais elle demeure suffisamment intéressante pour que l'on s'accroche jusqu'à la fin. On ne retiendra que le positif à l'image de ce chanteur populaire qui a sombré dans l'oubli.

Nom série  Dieu n'aime pas papa  posté le 05/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je dirai encore une bd qui critique la religion catholique mais qui le fait de manière assez subtile à travers les questionnements tout à fait légitime d'un garçon. La maman de ce garçonnet pourrait être une digne représentante de la manif pour tous qui est opposée aux unions homosexuelles. En effet, nous avons Tao 9 ans qui est privé de son père. Il y aura une surprise lorsqu'on découvrira la raison de cette séparation et ce qu'il est advenu du fameux papa.

Pour le reste, j'ai trouvé que la démonstration faite par l'innocent Tao sur la religion est fort pertinente. Il est dommage que les personnes adultes n'ont pas ce type de raisonnement rationnel. Visiblement, il faut croire à un Dieu comme on peut croire au Père Noel, aux extraterrestres, au Yéti ou à Fillon ou Hamon président. Comme dit, je ne crois plus vraiment aux gens pieux qui tentent d'inculquer certaines valeurs morales.

J'ai franchement bien aimé cette bd car elle est touchante. Elle véhicule de bonnes valeurs sur un sujet grave qui est bien traité.

Nom série  La Guerre des Mondes (Glénat)  posté le 04/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je poursuis ma découverte de cette nouvelle collection consacré à H.G. Wells qu'on ne présente plus sauf sans doute pour ceux qui ne connaissent pas. Dobbs est toujours aux commandes du scénario pour une fidèle adaptation. Cette fois-ci, changement de dessinateur mais on reste dans le même style graphique.

Cette oeuvre sera également déclinée en deux tomes. Je pense que c'est bien de la faire car cela évite l'erreur commise sur La machine à explorer le temps (Glénat) qui avait été trop bref malgré ses 56 pages. Le lecteur pourra alors mieux apprécier ce scénario très riche et inventif.

La nouveauté de l'adaptation réside toujours dans cette modernité du trait et du récit qui va à l'essentiel. Je trouve que les auteurs ne s'en tirent pas trop mal. A noter que dernièrement, j'ai lu La Grande Guerre des Mondes qui est une version encore plus novatrice dans un genre steampunk. A croire que ce roman est actuellement à la mode au vu des dates de parution très rapprochées.

Nom série  La Machine à explorer le Temps (Glénat)  posté le 04/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est l'un de mes romans préférés de H.G Wells qui est adapté sur le support de la bd. Ce n'est certes pas la première fois mais cette oeuvre est résolument plus moderne quant à la forme.

Il faut savoir que H.G. Well était le premier romancier à s'intéresser au voyage temporel. Il a été le précurseur de la littérature sur la science-fiction. D'ailleurs, cette oeuvre s'inscrit dans une collection qui lui rend directement hommage et que je n'ai pas tardé à dévorer.

Du côté du scénario, on va malheureusement sauter de grands passages du roman voir des films et cela m'a un peu déçu. La trame va directement à l'essentiel à savoir en l'an de grâce 802701 sans expliquer pourquoi il va choisir une date aussi lointaine. On ne ressent pas la même chose qu'en lisant le roman ou en regardant les versions cinéma.

Il faut dire que je n'ai rien à reprocher à ce graphisme résolument moderne. Il retranscrit bien les différentes étapes et les époques de notre planète. Certaines planches sont réellement magnifiques visuellement parlant. Cela constitue également un plaisir non négligeable à la lecture.

Il manque simplement un peu de piquant au niveau de la trame générale. Je laisse le conseil d'achat pour faire découvrir cette oeuvre aux jeunes générations qui auront sans doute envie d'en savoir un peu plus. Pour les autres, c'est toujours un plaisir que de redécouvrir cette oeuvre.

Nom série  La Dame à la Licorne revisitée par 16 étudiants de l'École Estienne  posté le 03/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas été convaincu par ce travail réalisé par les 16 étudiants de l'Ecole Estienne. C'est beaucoup trop inégal dans l'ensemble. Le concept était intéressant mais le résultat ne suit pas.

La tapisserie du musée de Cluny donne lieu à des récits imaginatifs et totalement décalés. Sans doute un peu trop fun à mon goût.

Pour ce qui est du dessin, ce n'est pas gagné. Il y a encore beaucoup trop de maladresses pour une publication en grande pompe. C'est vrai que certains s'en tirent mieux que d'autres d'où cette profonde inégalité dont je parlais en préambule. Il faut également encourager les jeunes auteurs qui font des coup d'essai. Mais comme chacun le sait, je suis d'une dureté sans pareille dans l'appréciation.

Nom série  The Long and Winding Road  posté le 03/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
The Long and Winding Road est encore une évocation un peu hippie. Visiblement, cette époque semble être une sorte de paradis perdu pour bien des auteurs. La camionnette Volkswagen du type Flower power figure en bonne position pour un pèlerinage du souvenir. Le rock et la liberté seront les valeurs phares.

Nous avons un héros qui est un homme ordinaire, pas forcément beau et intelligent. Il va suivre des représentants de la génération soixante-huitards un peu à la manière de la bd Les Vieux Fourneaux. C’est drôle et parfois touchant par moments.

A noter également que le titre de l’œuvre fait référence à une chanson des Beatles. Cela ne parlera pas forcément aux nouvelles générations. Chaque chapitre a d’ailleurs le titre d’une chanson pour nous mettre dans l’ambiance.

J’ai toujours aimé le trait de Pellejero donc je ne vais pas commencer à le critiquer. Cette manière de dessiner et ces couleurs me conviennent parfaitement. C’est très engageant pour une lecture. Maintenant, c’est vrai que ce n’est pas mon dessinateur préféré. J’aime un style plus réaliste. Cependant, il ne m’a jamais déçu. Il y a de l’élégance et du style.

C’est un peu long comme road-movie mais l’auteur prend la peine de décortiquer les relations humaines et les interactions entre les personnages. Mention spéciale pour la tante.

A lire en mettant une musique d’ambiance dans le style hippie et en fumant sans doute un pétard. Pas vraiment pour moi mais bon. Il faut aimer la musique des années 60 et 70. Pas la techno ou David Guetta. De toute façon, pour vous guider, une playlist est prévue à la fin de l’album. On est sauvé.

Nom série  La Drôle de vie de Bibow Bradley  posté le 03/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n’est pas forcément une drôle de vie qu’a vécu Bibow Bradley. Il est vrai que je ne me suis pas du tout identifié à notre héros, mauvais élève mais bon soldat. Il passera par la guerre du Viêt-Nam ce qui le rendra un peu fou puisqu’il ne tirera pas forcément du bon côté. La CIA prend quand même un risque en l’engageant pour des missions d’infiltration très spéciales. Il faut dire qu’il ne connait pas la peur ce qui peut présenter de sérieux atouts.

Sur la forme, le graphisme ne m’a pas du tout rebuté. J’ai bien aimé également toutes ces couleurs presque hallucinogènes et ce trait semi-réaliste. Ce n’est pas exceptionnel mais cela rend la lecture plutôt agréable.

Au final, nous avons le vie d’un homme bizarre mais traité de manière sympathique et très détaché. Cela pourrait se rapprocher d’une certaine manière du fameux Forrest Gump bien que la voie empruntée soit différente. Il est bon de voir qu’une humanisation peut se profiler au fil du temps chez un individu qui en semblait un peu dépourvu.

Nom série  Mon père était boxeur  posté le 01/03/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Lorsque j’ai commencé cette lecture, je n’étais pas trop convaincu. Le graphisme n’est pas celui que je préfère avec cette imprécision du trait étant plutôt un adepte du réalisme. Pour autant et c’est bien la première fois que je l’avoue, ce dessin m’a séduit car il arrive à faire passer les émotions des personnages entre une jeune fille Barbara et son père, un ancien boxeur professionnel ayant pris beaucoup de coup pour ne pas dire une sacré raclé. Il y a quelque chose de beau jusque dans les décors ou même la couleur qui semble varier selon les atmosphères ou les époques.

J’ai également été touché par le récit de cette fille qui n’avait pas forcément une bonne image de son père et qui a fait l’effort de vouloir le découvrir, ce qu’il était réellement. J’ai adoré la teneur psychologique dans cette relation complexe fille-père. Cela sonne vrai et c’est presque naturel. Bref, le réalisme que je recherche est bien présent.

A la fin, j’ai eu une surprise quand j’ai vu qui était l’un des auteurs de cette œuvre. Je n’avais pas fait attention avant de commencer. Bref, quand j’ai découvert que c’est Kris qui est derrière cette œuvre, je me suis dit forcément. Il est pour moi l’un des rares auteurs à faire ressentir une telle émotion dans ses personnages. Oui, c’est du grand art.

Au final, nous avons là une bd humaine, poignante et réalisée tout en délicatesse.

Nom série  La Fille au carnet pourpre  posté le 28/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette fille au carnet pourpre, c'est Anne Corre qui n'avait que 15 ans lorsque les troupes allemandes ont envahi la France ainsi que sa Bretagne natale. C'est une fille intrépide qui n'accepte pas cet état de fait et qui va s'engager afin de libérer notre pays de cet envahisseur. Elle le paiera de sa vie à la toute fin de la guerre. Cette BD est un hommage qui lui est rendu et à travers cette héroïne inconnue à tout les résistants qui ont combattu cette idéologie fasciste.

Le début n'est pas très captivant mais au fur et à mesure de ce récit, cela commence à le devenir. On voit que l'auteur s'est solidement documenté pour partir de vrais écrits et des témoignages. Il y a tout un carnet assez intéressant en fin d'ouvrage. Un mot sur le dessin que je trouve un peu faiblard mais bon.

J'ai trouvé que c'était courageux de la part d'adolescents que d'entrer en résistance pour combattre le nazisme. Comme quoi, on peut avoir une bonne conscience politique à cet âge-là. Je pense que l'époque se prêtait à une plus grande maturité d'esprit que de nos jours.

Nom série  Loveless  posté le 28/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Brian Azzarello, c'est l'auteur emblématique du fameux Joker. Pour ma part, j'ai également retenu Before Watchmen - Le Comédien ou encore Before Watchmen - Rorschach que j'avais bien aimé.

Pour autant, malgré cette a priori positif qui m'avait conduit jusqu'à cette œuvre, je n'ai pas trop apprécié son scénario que je trouve assez confus (par l'utilisation de flash-back incompréhensibles) et même un peu bourrin (dans l'excès de violence). C'est comme s'il ne maitrisait pas totalement les codes du western tout en voulant donner sa vision. D'ailleurs, la série a été abandonné par la suite et pour cause.

Quant au graphisme, il ne m'a pas entièrement convaincu même si les décors sont parfaitement retranscrit même s'ils paraissent un peu dépouillés. Les traits sont assez minimalistes si on y regarde bien. La colorisation me semble inégale de page en page: Bref cela dépend.

C'est un western musclé qui ne fera pas dans la dentelle. On est loin du héros à la John Wayne. Il y aura des accès de violence pour servir la bonne cause et le sens de l'honneur. Moi, j'avoue avoir décroché.

Nom série  1881  posté le 28/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
1881 est le nom d'un parfum pour homme d'une marque que je ne citerai pas. C'est également le nom de cette œuvre qui s'inscrit dans le genre western avec la ruée vers l'Ouest. Nous avons une bd d'ambiance où les récits sans grand intérêt se succèdent. C'est comme le parfum: ce n'est pas destiné à laisser une trace indélébile. C'est fugace et finalement assez superficiel à l'image de ces stéréotypes repris dans la bd avec quelques clins d'œil au cinéma.

Que dire de ce graphisme ? C'est de simple traits en noir et blanc avec une quasi-absence de décors. Cela ne m'a pas marqué. Le visuel est loin d'être fascinant.

Au final, si je fais l'addition, c'est mort ou vif. 2 étoiles et pas plus. Pour être shérif, je sais qu'une seule suffit.

Nom série  Tiago Solan  posté le 28/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je voulais renouer avec la bd franco-belge et le format traditionnel dans le genre Tintin ou Largo Winch. Cela faisait longtemps en ce qui me concerne que je n’avais pas touché une nouvelle série. Il faut dire qu’on observe actuellement une espèce de pénurie quant aux nouvelles séries préférant se rabattre sur l’existant ou sur des one-short devenu un peu la norme.

Je n’ai rien contre de vénérables soldats qui défendent les couleurs de notre pays à l’étranger en faisant certes de l’ingérence mais pour le bien de l’humanité et chasser la vermine avant qu'elle nous pulvérise. En l’occurrence, le terrain sera celui de l’Afghanistan et de la Libye. Le sujet est le conflit dans le monde arabe actuel avec le fondamentalisme religieux. L'angle de vue sera militaire.

Pour commencer, j’ai trouvé le langage des soldats assez châtié qui fait dans mon cher Tiago. C’est un peu comme si on mettait un marquis du XVIIème siècle à la place d’un soldat sur un terrain miné. Bref, cela ne le fait pas. Certes, je me plains quand il y a des gros mots mais l’excès inverse quand il n’est pas rattaché au contexte produit le même résultat. Il y a un sérieux manque de crédibilité alors que cela se veut actuel avec des histoires d’otages et de rançons cachées ainsi que d’hommes de l’ombre de L’Elysée chargé de faire le ménage.

A vrai dire, je me suis ennuyé car il ne se passe rien. N’est pas Van Hamme qui veut. Il faut une direction ou au moins une intrigue, entretenir un suspense, décrire un héros charismatique. Tout manque un peu dans cette bd qui n’est guère passionnante mais qui aurait sans doute pu l’être au vu du sujet.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 248 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque