Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3261 avis et 453 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Hell School  posté le 22/09/2013 (dernière MAJ le 02/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il n'y a rien à faire: je suis fan d'une certaine catégorie de bande dessinée résolument moderne et d'une certaine manière d'amener le scénario. Bref, ici l'efficacité sera de mise car on ne lâche plus la lecture et vers la fin, on n'a qu'une envie: découvrir la suite. Tout est parfaitement bien dosé.

Les personnages ont du caractère notamment nos trois rebelles qui forment un trio de choc. Il y a également une mise en scène savamment orchestrée. La lecture est fluide et très agréable. Le récit qui situe une institution scolaire dans une île non loin de la côte d'azur est franchement très original. Il y a une ambiance oppressante qui y règne et qui est palpable. Le second tome n'a fait que renforcer mon impression première...

En conclusion, il n'y a aucune raison de ne pas accorder le 4 étoiles. C'est amplement mérité et cela change de ces vieilles bd dont les jeunes s'extasient pour faire plaisir à leurs ainés tout en s'ennuyant réellement à la lecture. Rien de tel en l'occurrence. Hell school lance un vent rebelle de renouveau avec pour thématique la souffrance dans le groupe. Très intéressant !

Nom série  Yesterday  posté le 01/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien les histoires qui concernent les voyages dans le temps lorsqu'il y a de l'originalité. Yesterday est l'une de celles-ci qui mêle un peu de fantastique et un récit tournant autour des Beatles, le plus grand groupe de rock mondial. J'avoue que le mélange n'était pas évident mais qu'il a bien pris. Je me suis surpris à rire de certaines situations plutôt bien pensées. Je pense qu'on pourrait avoir les mêmes réactions dans pareille uchronie.

Maintenant, je me dis que c'est dommage d'avoir un début d'histoire fort intéressant et qui s'arrêtera subitement car l'éditeur a déposé son bilan. Alors, oui, je l'aurais conseillé à l'achat dans le cas contraire. Quant aux auteurs, j'espère qu'ils pourront continuer sous d'autres auspices car ils ont du talent. C'est franchement dommage...

Nom série  Prométhée  posté le 15/01/2009 (dernière MAJ le 29/01/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai beaucoup apprécié cette série qui nous entraîne dans une histoire fantastique aux consonances un peu apocalyptiques tout en renvoyant à la mythologie grecque. Prométhée a défié Zeus pour donner le feu aux hommes. Ce dernier lui a réservé un châtiment pour le moins cruel : avoir son foie dévoré par un aigle tout en étant enchainé sur un mont du Caucase. C’est une métaphore de l’apport de la connaissance aux hommes et de la folie de se mesurer aux Dieux pour s’élever de leur condition. Oui, il faut toujours payer le prix. Et il se comptera en millions de morts.

La scène d’introduction du premier tome avec les conquistadors dans la jungle est d’une formidable réussite. C’est vrai qu’il faut jongler sans cesse avec les nombreux retours en arrière. Il y a également une multiplication de personnages à l’image de films catastrophes où l’on suit les histoires personnelles de chacun tout en sentant qu’ils sont impliqués dans un tout. Parmi ces personnages, le héros prend les traits de Fred Ward, un acteur américain habitué aux seconds rôles dont l’évocation ne dit rien d’un premier abord mais qui a une gueule dont on se rappelle.

Au niveau du dessin, c’est très beau par moment. Je pense notamment à ces gros plans insérés sur deux pages qui donnent une dimension particulière. Cependant, quelquefois c’est moins bien dans le traitement graphique des visages des personnages. Cette irrégularité a d’ailleurs été soulevée par de nombreux lecteurs attentifs aux détails. Et puis, les planches aux couleurs informatisées restent tout de même assez froides. J’ai relevé que Bec a conçu tout seul ses premiers albums pour être rejoint par d’autres dessinateurs à partir du troisième volume dans le but d’augmenter le rythme de parution. Je ne suis pas contre.

Les deux premiers tomes restent purement introductifs. En effet, l’auteur pose à la fois le problème et met en scène les protagonistes. Néanmoins, il est dommage de se limiter aux 46 pages de rigueur. Cela aurait gagné en profondeur de dépasser ce quota absurde pour vraiment installer l’histoire. Maintenant, on va voir si cette série plutôt ambitieuse tiendra ses promesses. Si c’est le cas, cela sera sans nul doute un futur chef d’œuvre du genre.

Avec la lecture du second et du troisième tome, ma première bonne impression se poursuit fort agréablement. On voit que Bec maîtrise parfaitement son scénario. Les différents acteurs jouent leur rôle de composition comme dans un film hollywoodien. C'est d'ailleurs parfaitement assumé par l'auteur. Le suspense monte en créscendo. Pour autant, c'est également le temps des questions. En effet, on s’interroge sur le fait que l’action semble s’éterniser comme ses pendules qui s’arrêtent sur 13h13.

Il faut dire que le quatrième ainsi que le cinquième tome progressent beaucoup trop lentement. On a l’impression que ces chapitres ne servent finalement qu’à meubler l’espace en multipliant les mystères et choses insolites à travers le monde. J’apprends également que la série fera pas moins de 12 tomes et je me rends compte de la supercherie en tant qu’acheteur. Les scènes contemplatives sont légions et paraissent souvent inutiles. Les mini-intrigues morcelées rendent difficile la compréhension de l’ensemble. Cela gâche un peu la progression de l’histoire. Certes, on voit que la théorie des extra-terrestres ne tient pas la route pour expliquer les mystérieux phénomènes observés et que cela serait plutôt celle d’une expérience gouvernementale qui a mal tourné. Bref, la théorie du complot avec la fameuse zone 51 ou l’expérience Philadelphia: tous les clichés du genre réuni ! C’est dommage car le plaisir disparaît petit à petit. Le risque d’un énorme gâchis est réel à ce stade de l’aventure. On gagera que l’auteur puisse donner une nouvelle impulsion à une bonne idée de scénario.

Mon propos sera plus mesuré pour le 7ème tome qui avec la théorie du 100ème singe donne l’explication tant attendue ainsi que les enjeux. Cependant, cela ne veut pas dire pour autant que l’aventure est terminée. Il y a un compte à rebours qui se poursuit. L’avenir de l’humanité semble en jeu. On ne s’ennuie pas à la lecture. J’ai l’impression d’une véritable relance de l’histoire. Bec reste un très bon conteur d’histoire avec un mélange réussi entre science-fiction et fantastique. L’enjeu est de savoir comment va réagir l’homme face à une menace qui le dépasse.

Je me suis également aperçu que c’est une série qu’il faut lire d’un coup pour faire le lien. On ne comprend pas grand-chose si on lit les albums séparément à chaque fois qu’ils paraissent. Il faut tout reprendre depuis le début pour apprécier cette lecture. Au final, on se rend compte que c’est diablement efficace. Bec a beaucoup progressé, c’est incontestable.

Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4/5

Nom série  Un prince à croquer  posté le 26/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai franchement passé un agréable moment de lecture pour une bd qui ne m'est pas franchement destinée en tant que public. Je conçois qu'elle pourra aisément plaire aux plus jeunes. Le récit est dynamique tout comme le dessin est impeccable jusque dans les détails. On notera une mise en page très efficace. C'est captivant et marrant à la fois.

On ne s'ennuie pas une seconde avec des personnages certes caricaturaux mais drôles. C'est un shojo à la française sur le thème de la cuisine et des princes. C'est fleur bleue, c'est acidulé mais c'est très agréable. On s'amusera également à décortiquer des clins d'oeil à des mangas ou à des films célèbres. Les thèmes traités sont également très intéressants et sans tabous. Bien sûr, il faut être large d'esprit pour apprécier cette addiction. Bref, une série très sympathique.

Nom série  L'Etoile du soldat  posté le 26/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est vrai que le dessin fait un peu vieillot alors que la bande dessinée a été publié en 2007. Je suis toujours surpris de voir de telles différences dans le traitement d'une oeuvre récente à l'autre.

Par contre, le sujet reste intemporel à savoir la destinée d'une jeune homme entraîné malgré lui dans un conflit qui le dépasse. En réalité, il va comprendre que l'ennemi n'est pas un démon. Il s'agit d'aborder le conflit afghan sous l'angle d'un jeune soldat russe contraint d'effectuer son service militaire. Cette bd est également le témoignage d'un journaliste qui a bien connu la région.

C'est tiré d'une histoire vraie ce qui renforce le caractère émouvant. Malgré toutes les faiblesses et les maladresses de cette bd qui fait un peu poésie de guerre, cela mérite une lecture pour nous souvenir que les conflits entraînent bien des ambiguïtés.

Nom série  Marx  posté le 26/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais lu un manga sur le capital qui avait plus de consistance que cette biographie qui semble à peine effleurer le sujet malgré ses 60 pages. J'ai pourtant bien aimé l'introduction où le personnage se présente lui-même comme l'homme à abattre car il a dit qu'il fallait libérer l'humanité de la misère, des inégalités, de l'exploitation et du chômage. Il préconisait en effet une révolution contre le système capitaliste.

Karl Marx espérait la voir de son vivant mais ce ne fut pas le cas. Il espérait qu'elle commencerait aux Etats-Unis alors que ce pays allait être le chantre du capitalisme. Il ne croyait pas du tout en la Russie, un pays trop sous-développé. Bref, nombre de ses croyances allaient tomber à l'eau. Le pire étant peut-être les exactions commises par les régimes communistes...

Qu'on l'aime ou pas, qu'on y croit ou pas, qu'importe ! Karl Marx est l'un des théoriciens les plus influents depuis plus d'un siècle. La dernière crise nous rappelle que le capitalisme pas totalement gagné. En guise de conclusion, la lutte continue et qui luttera verra. Bref, une introduction et une conclusion réussies mais un corps qui n'est guère satisfaisant.

Le ton de la bd est résolument farfelu et les enchaînements ne sont pas très cohérents. Je respecte le parti pris qui est celui du divertissement. Pour le reste, on découvre une facette méconnue de la vie de Karl Marx à travers sa famille. Le travail réalisé par les auteurs reste tout à fait honorable.

Maintenant et pour finir, je me rappelle d'une citation prononcé par Warren Buffet, le troisième homme le plus riche au monde: "La guerre des classes existe et nous l'avons gagnée!". Il ne disait pas cela par provocation mais pour faire comprendre que les inégalités n'ont cessé de croître, qu'il y a de plus en plus de biens pour moins d'acheteurs et que la crise de 2008 est un avertissement. Plus que jamais les idées de Karl Marx restent d'actualité.

Nom série  Clandestino  posté le 26/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une nouvelle série de Richard Marazano qui traite de l'immigration et de la guerre en Amérique Latine. La scène d'ouverture donne tout de suite le ton. Nos deux héros sont dans de bien mauvaises postures. Puis, on repart 20 ans dans le passé pour découvrir l'histoire de ces deux hommes que tout semble séparer.

J'ai bien aimé mais progressivement car le récit prend un tour intéressant avec des personnages qui s'avèrent plus complexe qu'on ne le pensait au départ. Il est question de trafic d'armes, de guérilleros mais surtout de famille avec des scènes émouvantes. Ce récit fait penser à l'atmosphère du film "Lord of War" avec Nicolas Cage.

Les auteurs ont réussi le pari de nous captiver. Le dessin au trait réaliste de l'italien Bufi semble bien correspondre à ce genre de récit. Une lecture pas désagréable mais une histoire qui reste encore très classique. Ce n'est que le début, il faudra attendre pour voir comment cela évolue. C'est quand même bien parti.

Nom série  La Main Rouge  posté le 26/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La Main Rouge est le nom d’une organisation pro-Algérie française, que se sont réappropriés nos services secrets dans le but de couvrir leurs propres agissements. L’objectif était d’affaiblir le FLN et les indépendantistes partout dans le monde, en assassinant leurs chefs, leurs soutiens, leurs fournisseurs d’armes, en coulant jusque dans le port de Cuba des cargaisons de munitions, avec dommages collatéraux à la clef. Les moyens importaient peu. L'auteur souhaite dénoncer à sa manière ces faits meurtriers qui passent comme héroïques de nos jours. C'était un escadron de la mort agissant comme une organisation criminelle.

Cependant, cette histoire commence de manière peu singulière avec l'attentat du World Trade Center. Je n'ai pas aimé ce passage totalement surfait sur le mode d'un couple qui évoque quelques minutes avant ce qui se passerait s'ils devaient mourir d'un coup tous les deux. Puis, on va plonger dans un souvenir d'enfance lié à une explosion de l'un de nos protagonistes. On se dit qu'il est décidément malchanceux puisqu'il sera le seul rescapé de sa famille. La violence de l'attentat va brutalement faire revivre à Martin un épisode dramatique de son enfance, en Belgique. Il décide de rentrer en Europe et de retrouver les assassins de sa famille, plus de quarante ans après les faits (il était temps!). Ce qu'il va découvrir le poussera à agir en dehors des règles. Bref, cette "romance" ne colle pas vraiment au contexte voulu par les auteurs.

L'idée était sans doute intéressante mais mal exploitée. La fin est confuse avec une revenante. Cela manque un peu de cohérence malgré une bonne lisibilité d'ensemble. On retiendra surtout une enquête bien menée. On en apprendra un peu plus sur l'histoire secrète de la période de la décolonisation.

Nom série  In Vino Veritas (Toscane)  posté le 19/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Depuis que j'ai lu Les Gouttes de Dieu, mon regard sur le vin a totalement changé. Corbeyran a enchaîné en produisant une série "Château Bordeaux" qui joue sur la saga familiale façon Maître de l'orge. Il transpose la même idée en Toscane avec un frère et une soeur qui se déchirent après avoir développé un profond lien fraternel durant leur jeunesse heureuse. On est touché par le sujet d'autant que ce genre de situation se produit assez souvent, le temps jouant contre les individus.

Il est clair que l'auteur était attendu au tournant avec une série trop proche de sa précédente. Il devait innover pour donner un véritable coup de souffle. Or, le scénario utilise des ficelles parfois trop grosses comme l'arrivée d'un jeune vigneron bordelais petit ami de la soeur. J'ai apprécié malgré tout cette cuvée qui n'est pas aussi indigeste que cela. La Toscane est vraiment mise à l'honneur avec un dessin très beau. La ville de florence est resplendissante de beauté.

Ce premier tome pose les bases et se termine avec un cliffhanger qui appelle à connaître la suite. Le thème au delà de celui du monde vinicole sera celui de la qualité sacrifiée devant le profit. Bref, un début prometteur. On attend le second tome qui devra clore la série.

Nom série  Twilight  posté le 17/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je sais que je vais sans doute provoquer des sourires amusés mais j’ai franchement aimé cette histoire d’amour remplie d’émotion entre attente et parfois déboire. J’avais snobé la saga cinématographique jusqu’au 3ème volet où j’avais fini par succomber en étant certes entraîné de force par mon épouse. Du coup, on s’est bien rattrapé puisque nous avons Twilight sous tous les supports existants (CD des musiques de chaque film, DVD, livres et maintenant les mangas en guise de cadeau de Noël). En effet, c’était plutôt très mal vu d’apprécier cette saga plutôt réservée à un public adolescent romantique avec un côté très lisse et trop parfait. Cela plaît ou pas.

En tout cas, pour ma part, j’ai apprécié la profondeur des trois personnages principaux. Je vais au-delà du dénigrement systématique par ouverture d’esprit. L’auteur a su rester fidèle à l’œuvre de Stéphanie Meyer entre tendresse et fantastique. Edward Cullen est beau, très passionné et amoureux, mystérieux mais tellement dangereux. Bella est sensuelle et intelligente. Le mythe du vampire est complètement revisité. Cela m’a permis de passer un bon moment et d’échapper un peu à la morosité actuelle. Le récit est très prenant. C’est un univers particulier qui nous enivre. C’est surtout intemporel et intergénérationnel.

Par ailleurs, c’est l’un des mangas les mieux dessinés que j’ai pu lire jusqu’ici. L’édition est d’excellente qualité et le prix sera celui d’une bd européenne classique, ce qui est inhabituel et peut surprendre. Bref, un manga sublime de délicatesse et de beauté. A noter que le troisième titre ne s’intitule pas « Twilight » mais « New moon » comme pour mieux respecter le roman (chaque tome sera divisé en deux parties). Les passages en couleurs sont époustouflants. Un esthétisme réellement impeccable qui fera plaisir aux fans. C’est un peu différent du film mais c’est ce que j’ai apprécié. Il fallait donner une nouvelle touche et le pari est réussi. Je le conseille à ceux qui ont aimé la saga.

Note Dessin: 4.5/5 - Note Scénario: 3.5/5 - Note Globale: 4/5

Nom série  Amorostasia  posté le 12/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'aime beaucoup les one-shot de Cyril Bonin notamment La Belle Image et L'Homme qui n'existait pas toujours aux Editions Futuropolis. Je dirais "et de trois!" comme un parcours sans faute.

L'auteur utilise un brin de fantastique pour broder une histoire qui tient parfaitement debout et qui nous fait réfléchir sur notre condition humaine dans une approche à la fois intimiste et sociétale.

Le thème ici exploité sera celui de l'amour. Il est dommage qu'un virus fige à jamais les amoureux alors que la haine se propage dans le monde. Tomber amoureux nuit gravement à la santé comme la cigarette peut-on lire sur la couverture. Cela intrigue d'emblée. On ne sera pas déçu par cette lecture tant le rythme est maintenu.Il y a comme toujours d'excellentes trouvailles.

La conclusion de cette histoire m'a grandement séduit au risque de rester figer. Déjà une victime à déplorer...

Nom série  Chaman  posté le 12/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un recueil typiquement à l'ancienne qui regroupe 4 récits publié par Serpieri entre 1975 et 1985. Le thème est celui du choc des cultures entre les blancs et les indiens avec son lot de violence. Serpieri est un excellent dessinateur qui impressionne par sa virtuosité.

Au niveau du scénario, c'est un peu léger. Nénamoins, la simplicité ne fait pas de mal pour faire passer des idées plus facilement. La lecture sera suffisament plaisante pour se faire une idée de la vision du far-west par l'auteur.

On remarquera que les femmes sont totalement absentes de cette oeuvre ce qui est un peu dommage lorsqu'on sait comment il maîtrise leurs formes avec un sacré coup de crayon.

Trois des nouvelles utilisent subtilement le fantastique et la magie indienne (l'homme médecine, chaman et l'or maudit). J'ai bien aimé bâton de feu qui marque la découverte par les indiens des fusils, ces armes qui allaient causés leur extinction de masse.

Une oeuvre principalement dédiée aux fans de l'auteur.

Nom série  Lincoln  posté le 09/04/2007 (dernière MAJ le 12/01/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Lincoln" est une BD gorgée de récompenses et prix divers qui attire beaucoup de monde en ce moment. C'est un franc succès en librairie et c'est franchement mérité. Comment expliquer cet engouement du public ? Un regard à la fois féroce, lucide et satirique qui s'accorde à une mise en scène calme et naturaliste et paradoxalement très efficace car dégraissée des gros artifices inhérents au genre.

Cette jolie fable est parfois perçue comme un western philosophique. Au-delà d’une réflexion sur la nature humaine, les auteurs signent une histoire intrigante et atypique qui mêle religion et philosophie sur fond d’humour noir. On a enfin droit à quelque chose qui sort des sentiers battus de la bd d’humour commerciale. J'ai été étonné de la direction prise par le tome 8 en pleine Première Guerre Mondiale s'éloignant un peu plus du western. C'est là encore une prise de risque de la part des auteurs. On remarque néanmoins un essoufflement de la série à force de multiplier les albums.

Le dessin et les couleurs s'allient parfaitement pour permettre une grande lisibilité de l'album. Cet anti-héros crève littéralement l’écran ou devrais-je dire les cases. Le rendre sympathique est un véritable tour de force de la part des auteurs.

Nous avons droit à une bd intense, pudique et subtile dont le scénario n'empêche pas une vraie et discrète virtuosité. Les dialogues sont véritablement percutants même si on ne hurle pas de rire devant tant de cynisme. Une Bd qui constitue un véritable brûlot divin iconoclaste en diable ...

Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4/5

Nom série  Les Contes de l'ère du Cobra  posté le 10/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce conte commence de manière assez conventionnelle à la manière des 1001 nuits aux saveurs orientales. Les couleurs sont flamboyantes et le dessin assez fourni jusque dans les détails que l'on peut apprécier.

On entre dans le destin tourmenté de ce jeune homme qui tombe amoureux d’une femme qui va devenir inaccessible. Par la suite, la multiplication des personnages et des enjeux vont rendre difficile la compréhension, voir la fluidité du récit. Cela en devient presque trop et on ne comprend plus bien la moralité de ce conte à rallonge. Bref, une imbrication que je n’ai pas trop apprécié car cela a eu un impact sur le plaisir de la lecture.

Cependant, force est de reconnaître un travail d'une grande qualité graphique à défaut d’avoir un scénario un peu cohérent.

Nom série  Le Mort amoureux  posté le 09/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est la première fois que je vois une œuvre de Junji Ito, le maître du frisson, aussi abouti ce qui explique mon 4 étoiles. J’avais peur de me retrouver pour un recueil de différentes nouvelles dont la principale faisait la couverture. Le Mort amoureux échappe à cette règle. C’est une longue histoire en quatre chapitres qui s’acheminera vers une conclusion. On aura bien une réponse au mystère de ce mort amoureux qui sévit depuis le début. L’auteur a pris son temps pour développer son récit aussi terrifiant que captivant.

Tout part d’une croyance urbaine japonaise qui consiste à demander au premier passant venu par soirée de brouillard des prédictions de type amoureuse. Le jeu consiste à se prêter à cet oracle et d’alimenter ou pas les espoirs de jeunes gens en quête d’amour. Cependant, cela tourne mal depuis qu’un certain jeune homme en noir prédit que du négatif. Un lycéen qui revient dans sa ville d’enfance va essayer de combattre ce nouveau fléau ce qui fera resurgir des blessures psychologiques profondes.

On retrouve tous les aspects liés à l’univers de ce mangaka où le quotidien bascule soudainement. C’est une atmosphère inquiétante et oppressante où l’on croise des fantômes et autres corps en décomposition dans une ville où le brouillard tombe assez souvent. Il aime jouer sur la chair de ses personnages pour les transformer. L’histoire ne manque pas d’originalité même si la fin peut prêter à confusion quant à l’identité de ce mystérieux jeune homme. En tout cas, les différents personnages ont été bien travaillés et exploités à bon escient. L’édition est de bonne qualité. Rien à redire.

Nom série  Carlisle  posté le 08/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un vrai témoignage qui rappelle étrangement une série que je viens de lire il y a peu de temps à savoir Le Train des Orphelins. Il s'agit d'une école pour amadouer les jeunes indiens dont les parents ont été massacrés lors des dernières guerres tribales. Cette école leur apprend à désavouer leur culture et à renier leur identité. Et même s'ils le font de force, ils ne seront jamais considérés comme de vrais citoyens américains.

L'injustice est poussée jusqu'à son paroxysme avec des scènes surjouées et tellement peu originales. J'ai bien compris les intentions des auteurs mais c'est trop maladroit dans le traitement. Un exemple: on ne comprend pas que Jonas ait pu prendre pour épouse une femme qui semble être à l'opposé de ses valeurs.

Pour le reste, la lecture fut agréable malgré quelques confusions et j'ai apprécié le dossier historique à la fin de l'ouvrage.

Nom série  In Nomine  posté le 07/05/2012 (dernière MAJ le 29/12/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avoue avoir été agréablement surpris par la lecture de cette bd sur un scénario pourtant déjà maintes fois exploré. Il s'agit encore de partir à la recherche d'un mystérieux évangile qui serait le fruit d'un secret que le Christ révela à son épouse et qui peut détruire le fondement même de l'Eglise. Bref, c'est de l'archi vu et exploité.

Cependant, la cohérence de l'histoire, du déroulement de ce récit et même des deux personnages principaux qui s'associent et que pourtant tout sépare m'ont laissé une très bonne impression. C'est bien écrit et bien rythmé. Olivier Péru conseve tout son talent de scénariste. Il nous ballade de la fin de l'Empire Romain à la conquête de l'angleterre par Guillaume le Conquérant. C'est assez intéressant pour plaire aux lecteurs dans le genre version à donner à la résurrection du Christ.

Le dessinateur qui est à ses débuts ne se débrouille pas trop mal également avec d'ailleurs une couverture vraiment magnifique. Ce premier tome « demain est à Dieu » a décidément tout pour plaire. Le second tome sera beaucoup plus conventionnel malgré une certaine avancée dans la révélation. Fort heureusement, c'est un diptyque. On passe un bon moment de lecture et c'est bien là l'essentiel.

La conclusion sera bien triste surtout pour un chrétien ayant la foi. Il faut cependant accepter que diverses théories sont possibles pour expliquer les miracles accomplis par le fils de Dieu. Il faut accepter également le cartésianisme scientifique. Après, on n'est pas obligé d'adhérer. A chacun de croire ce qu'il veut.

Nom série  Yttrium  posté le 29/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'Yttrium est un élément chimique du genre minéral assez rare. Drôle de titre pour une bd de pure science-fiction. L'univers est presque celui des space-opéras avec des civilisations extra-terrestres évoluées qui se font la guerre pour acquérir ce métal précieux leur permettant de maintenir leurs avancées technologiques. Bref, on va entrer dans une guerre galactique plutôt commune mais dont les répercussions vont concerner notre petite planète bleue.

J'ai bien aimé l'idée que les ondes ou chants cosmiques pouvaient être liés à une force de l'esprit. Cette trouvaille pourra être exploitée de manière intelligente dans le second tome. On verra bien.

En tout cas, Makyo semble s'inspirer à la fois de Star Wars et de Dune. La narration ne sera pas du tout pesante. Bref, j'ai aimé la fluidité de ce récit. Il manque peut-être un aspect plus profond ou simplement plus original. C'est du déjà-vu mais bien exploité, ce qui rend la lecture très sympathique.

Nom série  Khalil Gibran - La Vie de l'auteur du Prophète  posté le 28/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne savais pas qui était Khalil Gibran qui est célébré dans son pays comme l'un des plus grands écrivains. Il est en effet l'auteur du "prophète" paru en 1923 et qui connut un succès planétaire. C'était un artiste libanais inclassable car aussi bien peintre que poète.

Makyo va respecter allègrement cette biographie qui sera intéressante pour découvrir un oriental très à l'aise en occident marquant ainsi un trait d'union entre les peuples et surtout porteur d'un message de paix et de fraternité. Cela fait du bien à une époque où certains artistes sont plutôt porteurs de message de haine.

Pour le dessin Makyo a fait appel à un jeune dessinateur mauricien dont le trait sera à travailler. On aura vu mieux mais bon.

La bd se complète également par un CD contenant le texte original numérisé du roman et sa version audio, des annexes culturelles sur l’auteur, l’œuvre, la période historique du roman, la vie économique et sociale de l’époque, ainsi qu'un lexique et le tout en 6 langues.

Nom série  Amours fragiles  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 24/12/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Amours fragiles retrace l’histoire sentimentale d’un jeune homme timide dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres avec la montée du nazisme et de ses insidieuses privations progressives des libertés.

J'ai beaucoup aimé le premier tome dont l'action se passe en 1933 au moment même de l'accession d'Hitler à la chancellerie. Le propos politique est d'ailleurs fort bien amené. Il y a des scènes traitées avec une grande finesse et objectivité bien que située dans une période parmi les plus sombres de l’histoire contemporaine. Cependant, j’ai eu un peu de mal à reconnaître certains personnages d’une case à l’autre car ils se ressemblent étrangement.

Le second tome nous emmène à Paris en 1939 peu avant l'entrée en guerre. On fait la connaissance de nouveaux personnages qui se sont exilés d'Allemagne. On se dit également que notre héros reste un éternel étudiant alors que 5 ans ont passé depuis. Il faut reconnaître que ce tome est un cran en-dessous du premier qui nous avait tant séduits.

Le troisième tome confirme tout le bien que je pense de cette série indispensable ! Le trait graphique va en s'améliorant. La puissance émotionnelle du récit également ! Il y a un véritable nouveau souffle sur cette série. Le parti pris des auteurs est celui de se concentrer non plus sur notre héros Martin et son amoureuse Katarina mais sur un personnage secondaire du second tome avec un retour en Allemagne alors que la guerre fait rage. Il s'agit surtout de montrer la résistance des allemands à l'intérieur face à ce régime dictatorial.

Le quatrième tome voit l'action se situer dans la France occupée qui va suivre la même politique d'oppression vis à vis des populations d'origine juive. J'aurais juste un gros bémol pour indiquer que je n'aime pas que dans une bulle de dialogue, il y ait des mots qui soit trancher à la ligne d'après comme coupé en deux (ex: vend-re). Ce n'est pas très beau esthétiquement. J'ai même été choqué par le procédé digne d'amateurisme car il y a franchement de quoi mieux faire. Par ailleurs, ce tome se situe chronologiquement avant les faits se produisant dans le volume précédent. On a de quoi se perdre un peu d'autant que dès le premier volume, il y avait des sauts en avant dans l'histoire.

Le cinquième tome traite entièrement de la résistance en France durant l'année 1943. On voit mal ce que Katarina, une allemande d'origine vient faire là d'autant qu'elle a été introduite par un homme qu'elle n'aimait pas. Ce n'est pas très crédible. L'action paraît confuse à de nombreux moments d'autant que certains personnages ont des noms de code. Bref, on s'y perd véritablement. La saga perd un peu de sa fraîcheur pour coller totalement à l'Histoire. On aurait aimé suivre les aventures plus personnelles de notre couple vedette.

Le sixième tome sera sans doute celui de la maturité pour notre héros Martin Mahner qui découvre les exactions commises par la Wehrmacht en Russie. L'armée rouge progresse dans sa reconquête des terres ukréniennes et les nazis reculent. On est en 1943 c'est à dire au tournant de la Seconde Guerre Mondiale. Bref, il y a une prise de conscience et l'on sent que le passage à l'acte c'est à dire dans la résistence n'est pas loin. Par contre, les amours sont oubliés car c'est la guerre. J'aime toujours autant cette saga dont chaque épisode est particulièrement soigné.

Maintenant, cette romance des amours un peu réfréné entre Martin et Katarina pourra faire fuir les lecteurs qui exigent un peu plus de passion. Le titre est pourtant évocateur : ces amours là sont fragiles ! On suit cette série plutôt pour la fresque historique et son côté chronique sociale.

L’authenticité du propos fait que le lecteur est totalement submergé dans cette période de l’histoire qu’il peut ainsi mieux comprendre sans l’avoir vécu. C’est quand même extraordinaire qu’une bd puisse arriver à ce résultat. Il faut dire que l’auteur mène un travail de longue haleine et qu’il se passe quelquefois 5 ans entre deux tomes.

La chronique historique se double d’un regard sociologique et psychologique d’une très belle maturité. Amours fragiles est d’un rare raffinement que certains amateurs d’histoire apprécieront autant que moi.

Note Dessin : 3.75/5 – Note Scénario : 4.25/5 – Note Globale : 4/5

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 164 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque