Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1977 avis et 562 séries (Note moyenne: 3.06)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Judge Dredd  posté le 08/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La série débute en Angleterre, dans l'hebdo "2000 A.D." n° 2 du 5 Mars 1977.
En France, on la découvre dès le n° 80 de "Métal Hurlant" d'Octobre 1982. Mais c'est surtout le film, réalisé en 1995 avec Sylvester Stallone, qui fera connaître Dredd du public.

Qu'en dire ?... Une série violente. Très violente même ! Qui me rappelle de sacrés flingueurs de bons vieux westerns : "je tire d'abord, on discute ensuite !..."
Les aventures de Dredd sont basées sur des scénarios solides, bien élaborés, structurés, mais qui mettent surtout l'action et les rebondissements multiples en évidence.
Pas de bla-bla où d'éventuelles histoires à l'eau-de-rose. C'est du pur, du dur, du vrai !
Quand même, la lecture doit en être un tantinet attentive car si on se laisse emporter par le postulat des auteurs, l'idée du mot "fascisme" n'est quand même pas loin.
J'ai donc apprécié cette série pour ce qu'elle est : de l'action haute en couleurs (au propre comme au figuré), plus que souvent pétaradante, et dont le héros -"jouet" de la caste dirigeante, et qui se se croit protégé par celle-ci- n'a en réalité que son flingue et le code judiciaire pour toutes armes.

Le dessin : mieux vaut parler DES dessins. Divers auteurs, au gré des parutions, vont se succéder. Mais tous y vont d'un trait réaliste, net, bien lisible. Et le tout se passe dans des décors futuristes qui renouvellent un peu le genre.

Une bonne série, avec de bons "acteurs de papier", des décors et machineries complexes d'une belle inventivité, aux scénarios bien construits. Une série accrocheuse de par sa créativité, un peu moins -parfois- dans le contexte textuel imaginé par les scénaristes.

Les albums :
Ed. Humanoïdes Associés : 2 opus brochés en 1982 et 83.
Ed. Glénat : 1 cartonné en 1992.
Ed. Aredit : 16 tomes brochés, de 1984 à 1986 (mes préférés ; vraiment le style "comics")
Ed. La Sirène : 1 cartonné de 1995. Tome spécial -et rare- car les dessins sont de l'Espagnol Carlos Ezquerra, le dessinateur "premier" de Dredd, qui avait rapidement abandonné ce personnage..

A noter : les albums parus aux HUmanoïdes Associés le sont sous le nom francisé du héros.

Nom série  Le Pouvoir des innocents  posté le 07/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Argh...! Parfois crispante, cette série. Et je dirais même plus !...
C'est vrai que Brunschwig a ici l'art de jouer avec les nerfs du gentil lecteur que je suis. A petites doses, il m'a distillé l'incertitude dans la construction dramatique, ainsi qu'une certaine "angoisse" dans ce qui un thriller plus que passionnant.

Il faut dire que le postulat de départ -simple pourtant à première vue- est en béton : New York. Une campagne électorale. Et une soudaine flambée de violence entre les mafieux et les humanistes. Mais le tout va être agrémenté par l'arrivée d'un ancien soldat d'élite, revenu traumatisé du Vietnam.

Cette série est également très bien mise en valeur par le graphisme de Him : un dessin réaliste, au trait dur, haché parfois, qui fait bien ressortir -et ressentir- les états d'âme des personnages et les actions diverses qui émargent des tomes.
Du bon travail : costaud dans la construction, l'élaboration des histoires, et au graphisme relevé.

Nom série  Angel Sanctuary  posté le 07/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Allez, je me suis fait une longue série manga.
J'avoue que j'ai encaissé à grosses doses pas mal d'idées -dont de nombreuses novatrices-, des choses que je n'ai pas très bien comprises, des postulats divers. Et tout cela m'a mené à Assiah, le monde dans lequel vivent les humains ; et celui d'Hadès où errent les âmes des morts.

Et puis... et puis... quel scénario de départ tortueux -mais quand même imaginatif- : un ange déchu qui se réincarne dans un étudiant amoureux de sa propre soeur. Mais s'il n'y avait que ça !... Cette bien curieuse histoire va se compliquer avec l'arrivée de magnifiques androgynes à l'âme tourmentée et autres sortes de démons martyrs.

C'est complexe, c'est vrai, mais l'auteur a su mettre en place des univers cohérents, nantis d'une certaine hiérarchie, auxquels je me suis attaché ; appréciant ainsi -mais à mon aise- cette longue fresque compliquée.
Mais, tout compte fait, ça fait du bien de temps en temps d'être très attentif à la compréhension d'une histoire pensée et dessinée par quelqu'un dont les style graphique et textuel sont à l'opposé de "notre" BD franco-belge.

Nom série  Louison Cresson  posté le 07/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet astucieux gamin débarque dans l'hebdo Spirou n° 2634 du 5 Octobre 1988. Il y termine sa carrière dans le n° 2947 du 5 Octobre 1994.

Pas une "grande" série, c'est vrai, mais néanmoins fort divertissante.
Le postulat ?... sur un fond de rock n' roll, et en compagnie de son cousin Gaspard, Louison va résoudre diverses intrigues pseudo-policières. C'est tout ?... ben, à peu près...
Qui plus est, le thème général, les personnages même, ne se démarquent pas d'autres séries de ce genre auxquelles celle-ci ressemble par bien des points.

Heureusement, et c'est ce que j'aime, il y a le graphisme !
Ce dernier, très précis dans le trait, pointilleux, est l'oeuvre de Beker (qui, au fait, est originaire de l'Uruguay). Et son style est fort original. C'est peut-être ça qui -à l'époque- n'a pas plu aux lecteurs de Spirou. Erreur de parution ?... possible, car cette série qui me parle bellement d'une sorte de France des années 50 est parue dans un magazine belge.
Dommage, le style de Louison était peut-être un peu "en avance" sur son temps.
Assez courte série donc, mais qui, heureusement, aura fait l'objet de 5 albums.

Reverrai-je un jour Louison, Garpard, la chèvre Biquette et consorts ?... pas certain du tout ! Et je pense que, de toute façon, tout le monde s'en fout. Pourtant, c'est bien dommage ! Je parie qu'une nouvelle publication dans un hebdo français à grand tirage lui attirerait un grand lectorat.
Une série qu'il faudrait réhabiliter. Vite.
Un 3,5/5 bien tassé.

Nom série  Hurlevent  posté le 07/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un album curieux... mais très positivement.
Le postulat ?... Une jeune femme aveugle sert de modèle à son frère. Des liens étranges les unissent. Mais l'arrivée d'une "dame de compagnie" va mettre ces liens en lumière.

Un album attirant. Très.
Le scénario, déjà, est l'oeuvre d'un "jeune" de 23 ans. Et "il en a dans la tête", ce jeune scénariste. Il m'a ici emmené dans une sorte de passé -finalement pas si lointain- où tout un chacun peut découvrir des endroits qui pourraient lui être familiers. C'est bon, parfois, de sentir des sortes de "racines" à la lecture d'une histoire.

Mais ce qui m'a subjugué, c'est le dessin. Alors là, le graphisme, c'est superbe. Deleers a plus qu'une sacrée "patte". Il faut vraiment voir ses planches au dessin hyperréalistes. J'ai au départ cru à des photos redessinées ; mais non... c'est du dessin, du vrai. Un trait magnifique, puissant, d'une très grande force.
La mise en page également, bien que classique, fait oeuvre de recherche. Le découpage des planches est tel que chaque "case" mérite d'être quasi étudiée, tant elles représentent chacune un véritable petit tableau.

Je pensais mettre "3" pour l'ensemble mais je n'ai pas pu. Un graphisme comme ça, "on" ne peut pas passer à côté. Alors, un franc "4". Sans regret.
Vraiment à découvrir.

Nom série  Arnaud de Casteloup  posté le 06/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un bien bon album composé de six belles histoires.
Jadoul a ici concocté six thèmes différents se passant dans un Moyen-Age ou chevaliers, preux, seigneurs, valetaille, truands, routiers et gueux vivent leur vie de tous les jours.

L'action est plus centrée sur les personnages que sur les décors, lesquels, pourtant, ne déméritent pas. J'ai pris un vrai plaisir à suivre Arnaud, un chevalier "bien comme il faut", flanqué de Thiburge, un colosse rieur ; une espèce de "Capitaine Haddock" du temps passé.
Le développement de chaque histoire est bien mené, structuré, développé jusqu'à la conclusion finale.
Le dessin de Derib est classique, de structure claire et lisible, et fait preuve d'un beau trait réaliste ; un trait que j'ai retrouvé -d'une certaine façon- dans le Buddy Longway des dernières années.
Plus tard, il déstructurera ses planches et optera pour des espaces plus spectaculaires.
N'empêche : cette "ballade" d'Arnaud est rondement menée, attachante, et très agréable de lecture.

Cette intégrale reprend les histoires de deux albums précédemment édités (et rares à trouver).
Ma cote : un 3,5/5 bien tassé.

Nom série  Trent  posté le 06/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Chic !... une chouette série qui met en scène une "Tunique Rouge" canadienne, et ce au début des années 1900. Postulat attirant car depuis "King, le roi de la Police Montée" (de Zane Grey, dès 1935), ce type de personnage n'avait plus trop été exploité.

Une très bonne série, c'est vrai, où les auteurs jouent sur les espaces encore vierges et où une psychologie assez profonde des personnages est bien intégrée dans le textuel.
Qui plus est, Trent n'est pas ce qu'on peut appeler un "décideur" ; il se retrouve plus souvent qu'à son tour ballotté au milieu de faits qu'il ne parvient pas trop à contrôler.
Et ils lui en font faire, ses auteurs : côtoyer une anarchiste braqueuse de banque, jouer les nounous, faire le coup de feu avec d'anciennes gloires de ce mythique Ouest...

Cette série durera le temps de huit solides albums à l'intensité dramatique prenante, aux rebondissements inattendus... et au beau graphisme aussi.
Car au dessin, j'ai vraiment apprécié le style de Léo : un graphisme réaliste au trait limpide qui donne un vrai "plus" à la valeur de chaque case dessinée.
Et pourtant... ça va faire quand même quelques années que Trent a disparu. A t’il pris une sorte de retraite tranquille à pêcher le saumon de rivière ?... reviendra t’il un jour ?... Je n'y compte pas trop ; et seuls ses auteurs le savent...

En résumé : c'est vraiment tout bon !

Nom série  Léo Loden  posté le 06/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bonne série, mise en images classiquement, mais néanmoins bien efficace.
Les scénarios ?... Arleston me semble parfois avoir été inspiré par certains classiques de la BD franco-belge "d'avant" (Gil Jourdan, de Tillieux) ; mais avec Carrère au dessin, ce duo renouvelle d'une façon habile le genre "humoristique-policier".

Le postulat ?.. les histoires se passent en majorité à Marseille. J'ai ainsi pris plaisir à suivre le parcours de Léo, accusé à tort d'une bavure et qui, de policier, passera "privé". Il va se trouver plongé dans de sombres affaires ayant des ramifications avec le grand banditisme. Mais il pourra -heureusement- compter sur l'aide d'un tonton porté sur la dive bouteille, et Soral -une policière- qui va devenir son "éternelle" fiancée.

Une bonne série, que Léo Loden. Chaque album m'a directement fait entrer dans le vif du sujet, sans chichis, et les développements sont menés tambour battant. J'ai également remarqué la présence de faits d'actualité (au moment des parutions) habilement abordés de manière assez caricaturale.
Le graphisme ?... joli. J'ai senti comme une sorte de mélange qui m'a fait penser aux styles de certains "anciens" (Tillieux, Will, Franquin même). Mais Carrère possède une "patte" personnelle fort dynamique qui privilégie une grande visibilité.

In fine : une bonne série dynamique, aux scénarios solides, et dotée d'un graphisme net et bien lisible. Pas mal, vraiment.

Nom série  Pompon rouge  posté le 06/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bonne série "jeunesse" qui débute -sous le nom de "Jordi"- dans l'hebdo "Coeurs Vaillants n° 15 du 8 Avril 1956 pour se terminer dans l'hebdo "Fripounet et Marisette" n° 10 du 5 Mars 1964.

Comme dans d'autres séries, c'est ici le "faire-valoir" du héros qui a été plébiscité par le lectorat. C'est ce qui s'est passé avec Jordi/Pompon Rouge. Ce petit mousse est rapidement devenu le centre d'histoires humoristiques et "exotiques" tout public.
Oh, ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais Bel fait quand même preuve d'imagination dans la rédaction et la construction des scénarios.

Là où j'ai été surpris, c'est du côté graphique. Bel fait usage d'une ligne claire qui se rapproche plus que fort du graphisme d'Hergé. Je ne dirai pas que c'est du copiage ou du plagiat éhonté, mais quand même ! Certains personnages semblent être sortis des aventures de Tintin, les costumes ou tenues ayant simplement été changées. Qui plus est, même les couvertures des albums font penser à celles de certaines histoires de "notre" reporter.
Alors : plagiat ? copiage ?.. à ma connaissance, Hergé n'a jamais intenté une quelconque action contre Bel. Mais c'est quand même fort curieux, cette "inspiration" de l'auteur.

Qu'en penser?... Une série quand même plaisante dont, à vrai dire, peu de gens se souviennent encore. J'ai eu envie de mettre "1" car sa "sent le Hergé" à plein nez et "5" pour "avoir osé". Je n'ai pas osé prendre parti réel ; d'où "3".

Les albums :
Ed. Fleurus : 4 tomes édités de 1961 à 1962.
Ed. PBDI : je ne les reprends pas ; 5 opus ont été édités -en noir et blanc- de 1981 à 1991. Le tirage en a été extrêmement confidentiel : de 100 à 250 exemplaires chacun. Hormis quelques collectionneurs fous (je n'en suis pas !) cette seconde série n'a pas fait l'objet d'une réelle attention à sa sortie.

Nom série  Capricorne  posté le 05/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une série qui est un très habile mélange de thriller et de fantastique.
J'aime bien ce postulat : à New York, dans les années 30, un astrologue va se trouver confronté à de curieuses innovations techniques et scientifiques ; innovations qui sont maintenant habituelles dans notre quotidien actuel.

Curieuse série aussi de par son héros : il apparaît en effet dans Rork, du même auteur. Dans le cinquième tome de cette série (paru chez Le Lombard en 1990), Rork lit un fascicule qui conte -entre autres- les exploits du chiromancien, et qu'il contactera.
Cette rencontre donnera alors la naissance de cette série autonome.

Pas grand chose -éventuellement- à jeter. Le postulat, le contexte sortent un peu du thème de séries "banalisées". Andréas n'a pas ici l'intention de me balancer tel ou tel message à la tête, de lancer des cris d'alarme. Mais par le biais de cette oeuvre de fiction, forte quand même, il tient à dénoncer -et à nous montrer- quelques errements et excès de notre société actuelle.

Le graphisme ?... c'est peut-être sa nationalité allemande qui "joue" ici. Andréas (bien qu'installé en Bretagne) y va d'un dessin un peu "gothique" de par son sens du traitement du trait.
J'ai la nette impression que cet auteur -qui peut tout faire- montrera bientôt qu'il est un des très grands de la BD contemporaine...
Vous ne me croyez pas ?.. Vous verrez...

Nom série  Chroniques de la lune noire  posté le 05/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bien belle série héroïco... fantaisiste.
Les auteurs m'ont ici emmené dans une geste où j'ai rencontré l'Oracle de l'empire de Lhynn, Wismerhill et Hagendorf -qui forment une sorte de tandem assoiffé de puissance, mais aussi de haine...
J'ai découvert la fin d'un monde heureux, la faim, la guerre, l'horreur et la mort. J'ai aussi participé à de fantastiques combats... mais teintés d'humour.

Une série qui m'a surpris par son postulat -au départ des plus sombres- mais où la part de fantaisie y apporte en fait quelque chose d'original.
J'ai apprécié le travail graphique de Ledroit (pour les 5 premiers volumes) ; un auteur qui travaille ses planches en couleurs directes ; jouant ainsi avec des volumes qui exaltent cet univers baroque avec grande énergie. Rien à redire quand même à l'encontre de Pontet, lequel a repris le dessin dès 1995. Mais je n'y ai plus retrouvé cette sorte de "magie" qui m'avait plu antérieurement.

Une belle et longue chronique quand même, où l'humour trouve sa place, et dont le textuel est l'oeuvre d'un spécialiste du genre.
J'aurais pu mettre 4/5, mais je m'en tiens à "3" car parfois des personnages me semblent porter des costumes directement inspirés de certains Valérian, d'Ergün l'errant ; et j'ai occasionnellement ressenti l'impression de passages fugaces de L'Empire de Trigan.

Nom série  L'Elève Ducobu  posté le 05/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ducobu = le roi des cancres ?...
Fort vraisemblable car, dans son genre, je n'ai pas encore vu pire que lui...

Il fait son apparition dans "Tremplin" n° 1 du 4 Septembre 1992 ; un périodique belge à tendance catholique distribué dans les écoles belges.
Ducobu ?... c'est tout simple... et ça marche... très fort même !..
Le postulat, pourtant, est d'une simplicité désarmante : la vie de tous les jours d'un cancre au milieu de sa classe.
Ducobu ?... c'est aussi une sorte de quatuor de base formé par cet incorrigible cancre, sa copine -Léonie Gratin- première de classe et copiée sans vergogne, Monsieur Latouche -l'instituteur- plus que souvent dépassé par les événements, et -surtout- Nénesse, un squelette qui parle (et confident de Ducobu).

Et cet adepte du zéro pointé va en avoir, des adeptes. Rapidement en effet, Ducobu va faire l'unanimité auprès du jeune lectorat. Il faut dire que ses (més)aventures sont de celles qui arrivent chaque jour dans n'importe quelle classe de cet âge. Et des Ducobu, il y en a TOUJOURS un dans chaque classe !
La notoriété de ce personnage va même s'amplifier en France par son apparition dans "Le Journal de Mickey" dès 1997.
Et tout comme Titeuf, Cédric, Kid Paddle... "Ducobu & Cie." va vite s'installer en tête des ventes d'albums.

Le graphisme ?... un trait sec, nerveux, qui m'a un peu dérangé de par son style "simple" dans les débuts de la série. Mais ce trait s'accorde bien aux histoires de Zidrou qui -oui- "fait" de l'humour juvénile, mais avec une grande sincérité.
Hommage aux Dalton ?... Ducobu est toujours vêtu d'un pull "bagnard" rayé jaune et noir ; comme un "forçat des études"...
Série plaisante. Vraiment.

Nom série  Les Feux d'Askell  posté le 05/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une chouette série d'héroïco-fantaisie où se mêlent avec bonheur humour et aventure épique.
Bien que les auteurs me semblent s'être bien amusés sur ces histoires, ils abandonneront la série après trois albums ; accaparés qu'ils sont alors avec "leur" fameux Trolls De Troy.

Dommage ; j'ai bien aimé avoir fait la connaissance de Cibyl -cette jeune beauté pas trop farouche-, de Dao X'Lan, du barde Keresquin et de Brumaire (un véritable faux-jeton intégral, qui ferait admirablement équipe avec "Proctor" de la série de films "Police Academy").
Dommage aussi car j'aimais le graphisme, avec le traitement des planches en couleurs directes ; et ce dans le style réaliste que l'on connaît à Mounier.

Adieu la série ?... C'est fort vraisemblable. Cela va faire une douzaine d'années que ces héros errent sur les mers d'Askell. Et je ne pense pas qu'on les reverra de sitôt...

Nom série  Agrippine  posté le 05/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Agrippine ?... une mégère pas apprivoisée du tout !...
Elle fait ses débuts dans le "Nouvel Observateur" n° 1256 du 1er Décembre 1988.

Et j'ai là découvert -avec un réel plaisir- cette "anti-sociale" créée par Bretécher.
J'ai découvert une jeune fille bon teint, mais horriblement insupportable, capricieuse, chiante, en proie à des crises existentielles qu'elle n'arrête pas d'en faire voir de toutes les couleurs aux gens qui l'entourent.
Pourtant ses parents sont plus que compréhensifs et la laissent bien volontiers utiliser leur carte de crédit.

Mais voilà, Agrippine adore "se faire plaindre", et Bretécher en profite ainsi pour balancer moult vérités (humoristiques) au lectorat qui, l'air de rien, en redemande.
Je l'aime bien, moi, cette ado insupportable ; et qui a le parler des gens de son âge, leur causticité.

Le graphisme ?... c'est "du Bretécher" pur jus, facilement reconnaissable : un trait nerveux -qui paraît simple pourtant-, efficace, et qui soutient bien -par les mimiques et gestuelles des personnages- cette fifille qui, l'air de rien, a peur de se sentir grandir.

Nom série  Pourquoi j'ai tué Pierre  posté le 04/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai pensé lire une histoire qui traite de pédophilie... mais non : c'est plutôt la difficulté de la construction d'un secret ; secret qui va poursuivre quelqu'un jusqu'à l'âge adulte.
Et c'est à cette période, à un moment de sa vie -décidé en un instant peut-être- qu'Olivier a décidé de parler de Pierre.

Et j'ai lu l'histoire d'Olivier Ka, le scénariste, maintenant âgé de 40 ans. Olivier qui aura traîné un long boulet pendant quelque 25 années. Un boulet qui a la forme d'un curé qui lui a demandé de lui masser le ventre lors de colonies de vacances.
Olivier a vécu 25 années de malaises, de souffrances que personne n'a comprises. Je l'ai accompagné dans cette sorte de quête mentale et morale, qu'il a menée en se disant "un jour, il faudra que j'en parle". C'est maintenant fait.
Et c'est sous le graphisme imaginatif -mais juste- de son copain Alfred que cette sorte "d'expulsion" est arrivée à se produire.

Une histoire, un album "règlement de comptes" ?... Pas vraiment. Dans son textuel, Olivier n'émet aucun jugement, ne stigmatise personne. Il a juste voulu dire "qu'un jour, ça c'est produit"... Son histoire d'ailleurs, fait aussi preuve d'humour, d'une sorte de "cocasserie" ; mais elle est terrible.

Olivier a traîné ce boulet pendant 25 ans, boulet relié par une chaîne. Est-elle brisée pour autant ? Je ne le pense pas... du tout.
Une "petite histoire", car en réalité elle n'aura(it) duré que quelques minutes réelles ; mais une histoire qui en fait un "grand livre".
Je suis quand même vraiment content d'une chose : les moeurs ont changé. Avant, "on ne parlait pas de ça...". Maintenant, on le fait... enfin, je crois...

Nom série  L'étrangleur  posté le 04/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai suivi les traces de Valentin Esbirol. Valentin ?... Il vit à Paris. Mais surtout, il profite du brouillard et d'une grève de la police pour étrangler des gens. Mais comment fait-il ?... Ben, il les hypnotise et les invite ainsi à accepter leur mort...
Chouette postulat que voilà !...

L'histoire se passe dans le Paris de l'après-guerre ; un Paris pas encore reconstruit, avec ses vieilles rues, ses pavés, ses atmosphères, ses "gueules" qui y marchent, s'y promènent, s'y dévoilent...
L'album est l'adaptation d'un roman de Pierre Siniac. Tardi en suit la ligne directive et -comme pour l'original- offre également plusieurs fins différentes.

Curieux et marrant aussi : cette histoire a été publiée dans "l'Etrangleur", un faux journal distribué en librairie et destiné à faire connaître le récit au lectorat potentiel ; ce par une sorte de feuilleton populaire (comme on le faisait il y a plusieurs décennies).

Qu'ai-je lu ?... une bonne histoire, assez bavarde quand même, avec des "fins" parfois bien farfelues. Un album dont les enjeux -à sa lecture- sont difficile à apprécier avant les dernières pages.
Le dessin ?... C'est "du Tardi" ; un style graphique que je n'apprécie pas trop et -comme indiqué dans plusieurs autres avis référenciés à cet auteur- dont je ne saurais vraiment pas en dire le pourquoi ...

Nom série  Le Codex angélique  posté le 02/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un album qui m'a fait entrer dans la vie quotidienne d'un homme et de son neveu. Jusque-là, rien de spécial, sauf que : ce qui les unit, c'est la personnalité de Freeda, la maman du garçon. Et c'est là que la suite m'étonne : Freeda est maintenue artificiellement en vie par une machine créée par son frère ; lequel refuse de voir pourrir cette belle personne...

Curieux... très curieux !...
Cette histoire m'a plongé dans un univers fantastique assez pesant.
Le postulat m'a ici fait entrer dans la "bonne bourgeoisie" où les gens ne sont pas sans reproches.
Je me suis promené dans une ambiance assez lourde, accompagnant des hommes porteurs de failles béantes.
J'ai apprécié cette sorte de graphisme "toilé", inscrit dans une belle mise en scène qui -occasionnellement- m'a épaté.
Un bel album pour une curieuse histoire dont j'attends la suite. A découvrir...

Nom série  Welcome to Hope  posté le 02/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le Widwest américain. Le début des années 80. Une petite ville qui vit de sa production de maïs. Et deux hommes. Chacun a sa propre histoire, son propre destin. Mais ces derniers vont s'entrechoquer. La raison ?.. une femme dont le regard s'est porté sur chacun d'eux..
Postulat de départ "bête et simpliste" ?... ça aurait pu, mais ça ne l'est pas...

J'ai eu ici affaire à un album très bien construit, un album aux histoires "à tiroirs" qui se mêlent avec un grand sens de la construction. J'ai lu un album où la tension dramatique croît de page en page, une véritable tension s'installant entre le textuel, le graphisme et mes yeux. Connivence aussi, qui m'a permis de partager ces destins croisés à la seule suite d'un regard.

J'ai eu affaire à un graphisme "allègre", pur, efficace, où les intervenants "vivent" réellement dans des décors et arrière-plans parfois saisissants de vérité.
J'ai lu une histoire d'histoires à la tension grandissante, comme les deux rails parallèles d'une voie ferrée qui -un jour- vont s'entrechoquer... chose normalement impossible. Mais tout, un jour, peut être possible...
Drôlement (si je peux dire) bien foutu !...
Un bon 3,5/5

Nom série  Les blagues belges  posté le 02/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ca est un Belge qui va metter son avis de lire de quoi tu peux ici-dedans que moi je dis !...

Nos zamis Français sont friands de blagues sur les Belges. Tant mieux !... Mais s'ils savaient celles que l'on se raconte sur eux, ils en seraient étonnés !..
L'auteur des gags en série qui émaillent ce premier tome est quand même un connaisseur de nos expressions verbales. C'est très caricatural mais ça montre ainsi -d'une certaine manière- les bizarreries linguistiques propres à mon pays.
L'album ?... la mise en scène (?) -sous forme de gags en une planche- de blagues connues-ou pas trop- dont nous sommes les "victimes".

Sincèrement, je m'attendais à un chouette coup de canon de ce que l'on appelle "l'esprit français". Mais ce n'est pas ici que j'ai trouvé la finesse d'esprit qui caractérise mes "voisins". C'est assez gras, lourd ; une sorte d'humour potache qui -occasionnellement- m'a fait sourire.
Le dessin ?... bon graphisme en général mais dont l'auteur abuse "en veux-tu en voilà" de "gimmicks" d'un temps passé : les gouttelettes qui marquent la stupéfaction ou la surprise, les bonds en l'air soulignés par des traits, les mouvements des bras accompagnés de traits "courbés". Qu'est-ce que ça fait "vieux jeu" !...
Nonobstant ce GROS bémol, l'humour est quand même au rendez-vous ; mais un humour bien "pâle " quand même...
Allez, pas mal une fois...

Nom série  Nefesis  posté le 02/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon attention a été attirée par le grand format de cet opus et, surtout, par la très belle couverture aux couleurs chaudes...

Et puis... et puis... bien belle histoire que voilà !...
Visuellement, Nefesis, est quelque chose qui allie vraiment bien le style classique et les inspirations modernes qui découlent des "comics" américains.
Filippi a ici imaginé un "chouette" monde (visuellement) magnifiquement mis en images par Camboni que j'avais découvert avec ses Gargouilles.
Un graphisme au trait pur, enveloppant, caressant même, d'une certaine somptuosité ; auquel s'ajoute une très belle palette de couleurs.
Beau postulat aussi : des esprits antiques qui cohabitent avec les humains.
Le début -plus que prometteur- d'une série qui -je pense- est appelée à un avenir assuré.
Je cote 3,5/5... car j'attends la suite ; en l'espérant aussi "solide" textuellement et graphiquement.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 99 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque