Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 666 avis et 170 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Samidare - Lucifer and the biscuit hammer  posté le 05/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Après avoir testé de l'Ototo Seinen et de l'Ototo Shojo, voici un petit Ototo Shonen et comme prévu, ce n'est pas vraiment un genre qui me passionne...

Ici il est question de sauver la Terre d'une menace extra-terrestre et ce sont des chevaliers (garçons ou filles) porteurs d'une bague magique et accompagnés d'animaux parlants qui sont chargés de cette mission.
La menace est double (voire triple) : des méchantes "marionnettes de boue" (qui ont des tronches de monstres japonais) guidées par des méchants incantateurs et un gigantesque et ridicule (tant par l'aspect que par le nom) marteau qui flotte dans l'espace et menace de s'abattre sur notre planète pour la réduire en poussière... Seuls les initiés peuvent voir son ombre menaçante dans le ciel... Son nom ? Le Biscuit Hammer... bon, à partir du moment où le nom de ce marteau est révélé au lecteur, il faut avouer que le ridicule prend clairement le dessus sur le reste...

Les 3 premiers tomes de la série permettent à tous les chevaliers (japonais exclusivement) de se réunir, parmi eux le chevalier lézard (un des deux personnages principaux de l'histoire) qui se trouve aussi être le serviteur et le protecteur (pour le moins inefficace) d'une jeune fille (Samidare) qui souhaite également empêcher la Terre d'être détruite par le marteau en biscuit... mais pour d'autres raisons, beaucoup moins louables.

Voilà pour l'histoire, sauf que globalement, on a 3 tomes alternant bastons contre les méchantes marionnettes de boue, bastons entre les chevaliers eux-mêmes et échecs de notre héros à protéger sa princesse... Il faut avouer que ça n'a pas grand intérêt !

Le dessin est plus que sommaire sans être laid non plus. Les deux premiers tomes avaient quelques planches en couleur, dommage de ne pas avoir continué avec le 3ème. Comme c'esyt du shônen, il y a le quota de contre-plongées et de petites culottes.

A réserver au public cible !

Nom série  Les Druides  posté le 03/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'avais jamais entendu parler de cette série jusqu'à ce que je rencontre Jacques Lamontagne dans un festival BD (où j'étais venue me faire dédicacer Aspic Détectives de l'étrange), intriguée par le sujet et admirative des couvertures, je me suis laissée tenter quand l'occasion m'a été donnée de les lire.

J'avoue que le démarrage fut laborieux...

Concernant le cycle 1 constitué des 3 premiers tomes, j'ai été à la fois déçue par le trait (notamment dans le premier tome, mais il y a eu de nets progrès ensuite) car je trouvais les personnages vraiment "coincés" et parfois bizarrement proportionnés... et noyée sous une montagne de termes nouveaux (noms de lieux, d'objets, noms de divinités ou de personnalités légendaires, etc) ; ce fut pour moi, il faut bien l'avouer, relativement indigeste, car souvent plus encyclopédique que simplement narratif.

De plus, j'ai assez peu apprécié le côté "fan service" des deux personnages féminins rencontrés par nos deux héros, notamment cette espèce de magicienne, vivant seule dans les bois comme une ermite mais habillée comme un gogo danseuse... faut pas pousser quand même...

Heureusement, le second cycle a complètement changé la donne.

Graphiquement déjà, les progrès et/ou les évolutions depuis le T1 sont remarquables. Les morphologies (statiques ou en mouvement) sont bien mieux maîtrisées, les angles de vue et la mise en page souvent bien plus audacieux et la colorisation est magnifique (dans le T6, on tombe à un moment donné sur une double page toute en verdure lorsque nos héros débarquent en "Amérique" après une interminable traversée marquée par le blanc et la neige : c'est à couper le souffle ! ).

Je ne sais pas si ce second cycle nous noie moins que le premier sous des termes celtes ou si j'ai fini par en imprimer suffisamment pour qu'ils me deviennent familiers, en tous les cas, je n'ai plus non plus ressenti cette lourdeur narrative et j'ai dévoré les 3 tomes sans difficulté. Ce second cycle nous éclaire sur la personnalité de certains, et cela est parfois surprenant.
Je pourrais juste pinailler sur la fin du T6, qui m'a fait penser à la fin d'Indiana Jones et la dernière croisade, quand certains tentent d'attraper le Graal et finissent pas chuter avec lui... bref, c'est pas bien grave

En résumé :
- cycle 1
- cycle 2
ce qui nous fait donc 3/5 pour la série.

Les couvertures sont superbes, et pourraient suffire à me convaincre d'acheter la série surtout avec l'entrain généré par le second cycle.

Vivement le T7...

Nom série  Welcome to hotel Williams Child Bird  posté le 31/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je pensais trouver dans cette nouvelle série de chez Ototo un autre mélange des genres intéressant comme cela avait été le cas pour Spice&Wolf ou Adekan et le premier tome pouvait laisser espérer quelque chose de mieux que le shojo "de base" auquel on peut s'attendre dans cette collection.

En effet, on démarre l'histoire en faisant la connaissance d'un groupe de jeunes filles qui rackettent des hommes à qui elles vendent leurs charmes, l'une d'entre elles décide de quitter le groupe et ça ne se passe pas bien pour elle, puis c'est le tour de notre personnage principal de décider d'en faire autant après sa rencontre avec un peintre taciturne habitant et exerçant son art dans son immeuble.

Sauf qu'à partir de là, le reste de l'histoire n'est plus qu'une succession de questions existentielles sur qui aime qui, et pourquoi machin n'aime pas machine et qui est cette fille qu'il aime encore et qui était sa muse et qui ressemble tant à notre héroïne et des suis-moi je te fuis / fuis moi je te suis à n'en plus finir... bref, c'est super chiant !
Sans compter le style "dialogues et narration éclatés" impossibles à lire, ce qui ne facilite pas les choses non plus...

J'avais donc décidé de ne pas poursuivre ma lecture au-delà des 3 tomes en ma possession, et bien ça tombe bien, la série est terminée en 3 tomes... faudra que je relise la fin car c'est loin d'être évident !

Le dessin est tout à fait correct mais sans surprise (bonne ou mauvaise), du genre passe partout mais clair et lisible.

Nom série  Courtney Crumrin  posté le 29/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
En voilà une héroïne de BD pas banale avec son cynisme chevillé au corps, sa curiosité maladive et son regard complètement désabusé sur sa famille et ses semblables.

Courtney Crumrin débarque un jour avec ses parents dans la maison d'un vieil oncle taciturne et découvre alors qu'elle est la descendante d'une famille de sorciers, évoluant dans un monde où l'on croise à chaque coin de forêt des créatures de la nuit plus ou moins sympathiques, des chats qui parlent, des vampires, des gobelins et des loups-garous pour ne citer qu'eux. Jeune fille quasi incapable de cohabiter avec ses semblables, attachée à mais parfois accablée par sa solitude, elle se découvre alors une affinité bienvenue pour ce nouvel univers, qu'elle va chercher à explorer et à comprendre en bravant tous les interdits et dangers pouvant se dresser sur sa route (au grand dam de son oncle, qui apprécie l'arrivée de cette nièce dans sa vie, mais beaucoup moins sa témérité…). Gare à qui se met en travers de son chemin (humain ou pas) !

Les histoires mettent en scène des monstres pour la plupart peu sympathiques (c'est le moins que l'on puisse dire) et parfois sanguinaires mais ne sont pas dénuées d'humour pour autant (noir ou pas). Le fort (et sale) caractère de Courtney rend le personnage très attachant et les personnages secondaires récurrents (comme le tonton ou Butterworm le gobelin) ne sont pas en reste non plus. L'arrivée en ville d'une jeune fille au caractère aussi bien trempé que le sien au T5 est une nouveauté presqu'aussi surprenante pour Courtney que de croiser un gobelin sanguinaire au fond d'une mare putride…

Trois petits bémols cependant : dans le T4, la lecture des dialogues avec l'accent teuton, amusante au début, finit par être lassante et lourdingue à la longue… Dans le T5, mis à part le personnage de la gamine nouvelle venue, l'histoire n'est pas très intéressante. Le spin-off sur l'oncle A est sans grand intérêt non plus.

Le dessin est un très joli noir et blanc sans nuance ou presque, assez anguleux, torturé ; au premier abord je n'aurais pas spécialement été attirée mais il faut reconnaître à Monsieur Naifeh un talent certain pour la mise en scène d'ambiances pour le moins lugubres. Certaines créatures de la nuit sont d'une beauté saisissante, tant par leur physique atypique que par leur sinistre expressivité.

Un coup de cœur pour le sale caractère de Courtney et pour le ténébreux et silencieux Skarrow.

Nom série  Mercenaires  posté le 21/02/2012 (dernière MAJ le 29/08/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce premier tome de la série est plutôt alléchant je trouve.

Graphiquement j'aime beaucoup le style : un trait précis et assuré, le souci du détail pour le premier comme les arrières plans, une très belle palette de couleurs jouant habilement avec le vif et le pâle et un dépaysement total tant au niveau des paysages que des personnages.

Le scénario de ce premier tome nous plante le décor (une force maléfique autrefois enfermée par un mur et des sortilèges est sur le point de se libérer et de faire de gros dégâts) et nous présente les personnages qui vont se charger de sauver le monde.
Au fil des pages on part à la recheche et on rassemble comme on peut les membres de la "meute du Griffon" éparpillés aux 4 coins du pays, meute qui devra mener le combat. Cette première étape permet au lecteur de faire connaissance avec les acteurs et le contexte, c'est bien mené et ça fait entrer dans l'histoire tranquillement et sans précipitation.

J'aime beaucoup la toute dernière image, qui reprend dans un autre style très "traditionnel japonais" l'image précédente représentant les membres réunis de la meute. Un petit plus qui donne un cachet supplémentaire à l'ouvrage et rappelle la toute première illustration.

Je lirai la suite avec un grand intérêt. Je donne un "franchement pas mal", note à ajuster par la suite.

Après lecture du T2, je reste sur ma bonne impression de départ, le dessin est toujours aussi réussi (trait, couleurs, mise en page), nos mercenaires doivent s'acquitter d'une mission pas forcément très recommandable afin de faire un pas vers l'obtention du sortilège convoité. On en apprend un peu plus sur certains membres du groupe.
Certaines transitions sont un peu abruptes mais l'ensemble se lit bien.
Je me demande en combien de tomes est prévue la série... en tous les cas, la fantasy à la sauce nippone, ça le fait.
A suivre !

Nom série  Le Droit Chemin  posté le 29/06/2011 (dernière MAJ le 26/08/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai acheté cet album sur le nom de son scénariste que je connais et apprécie par ailleurs avec notamment L'Assassin qu'elle mérite, Alim le tanneur, L'Honneur des Tzarom ou encore Célestin Gobe-la-lune. Je l'ai aussi acheté pour son dessin qui m'a paru sympathique au feuilletage. Bon, en fait c'est surtout l'insistance de mon libraire et une rencontre dédicace à venir sous peu qui m'ont décidée...

Et bien au bout du compte je suis plutôt satisfaite de ma lecture car l'histoire est fort sympathique et agréable à suivre. Autant je ne suis pas passionnée par les récits de première ou de deuxième guerre mondiale, autant l'entre-deux-guerres m'intéresse nettement plus. Et puis cette intrigue autour de ces jeunes étudiants en agriculture, rebelles à l'autorité, cette famille bourgeoise voisine de l'école et cet étrange intendant titille ma curiosité, tout en flattant mon regard avec un trait dynamique et sûr, une mise en couleur qui sied fort bien à l'ambiance et à l'époque et des "mi-ombre mi-lumière" de sous bois très esthétiques.

Je trouve les personnages principaux bien campés dès ce premier tome, avec des personnages féminins bien en avance sur leur époque, et le rebondissement de fin d'épisode donne furieusement envie de connaître la suite. L'humour est là aussi par petites touches, ce qui ne gâche rien, bien au contraire.

Cette BD a tous les ingrédients pour plaire. Un bon 3,5/5, qui pourrait grimper par la suite si les tomes suivants continuent sur la lancée du premier.

Après lecture du T2 je remonte ma note d'un point car la conclusion de ce diptyque est tout à fait à la hauteur du rythme et du ton donnés dans le T1. Le dessin et les couleurs sont toujours aussi réussis. Bref, un bon cru à acheter sans hésiter. J'espère une suite afin de partager d'autres aventures avec nos personnages, en espérant qu'ils trouvent le moyen de se croiser à nouveau.

Nom série  F.Compo  posté le 25/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Alors au classement des scénarios loufe-dingues, F.Compo est plutôt bien placé : un jeune homme (Masahiko) se retrouve orphelin et vient habiter dans la famille d'une tante qui lui était inconnue jusque là, sauf qu'il va très vite découvrir que dans cette famille la "mère" est un homme, le "père" est une femme et la fille (Shion) est peut-être un garçon, ou pas.

Les 12 tomes de la réédition deluxe sont donc une suite ininterrompue d'histoires amusantes et délirantes, tournant autour de cette confusion des genres, de la recherche de la vérité sur Shion, du travestissement en femme de Masahiko pour les besoin de son club de cinéma (ce qui ne plaira évidemment pas à sa fiancée) et d'autres histoires familiales mettant en scène oncles, tantes ou grands-parents, le métier et le groupe d'assistant(e)s du "père" qui est mangaka ou encore la fille (qui rêve de devenir un garçon) d'un terrible yakuza au grand coeur qui va tomber amoureux de la version travestie de Masahiko... Bref, un beau fourre-tout !

Graphiquement, c'est du Tsukasa Hojo au sommet de son art : c'est beau, précis, détaillé et truffé d'expression et de mises en scènes surjouées (avis aux allergiques), moi j'aime bien.

Une série que je relirai sans hésiter.

Nom série  Bonne nuit Punpun!  posté le 14/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Derrière ces couvertures pour le moins criardes, ce personnage principal stylisé à l'excès et ce titre qui évoquerait plutôt une lecture pour enfants se cache une série très spéciale, mettant en scène un petit garçon (qui deviendra grand) d'une petite dizaine d'année en proie à tous les tourments de l'enfance et de l'adolescence.

Graphiquement c'est pour le moins particulier : tout est hyper réaliste (les paysages, les personnages secondaires, l'expression des sentiments) sauf Punpun et sa famille (sa mère, son père, son oncle) qui sont représentés sous la forme d'espèces de volatiles très simplifiés. Et autant le côté simple est simplifié, autant le côté réaliste est détaillé. On a vraiment l'impression de voir évoluer un personnage de dessin animé dans la réalité.

L'hétérogénéité graphique frappe d'autant plus que notre petit héros vit une vie tout sauf idyllique : des parents qui se séparent parce que le père a blessé la mère lors d'une dispute, une mère peu aimante et alcoolique, un oncle parasite et aux pulsions plus ou moins malsaines, la découverte des sentiments amoureux et de la sexualité, une petite amie assez effrayante dans ses extrêmes, la jalousie, les excès de dépassement de soi pour impressionner les copains, les croyances religieuses : bref la vie, dans toute sa splendeur et sa parfois triste réalité.

L'humour fait parfois son apparition, par exemple avec ce professeur adepte du comique de répétition ou un peu psychopathe sur les bords (mais est-ce vraiment de l'humour ? ). Cependant, dans son ensemble (et sur les 3 premiers tomes sortis ce jour), le ton est globalement sérieux.

Bonne nuit Punpun! est une série qui a su me surprendre (c'est le moins que l'on puisse dire) car son contenu est loin de ce à quoi on peut s'attendre de prime abord. Un bon 3,5/5 en ce qui me concerne, arrondi à 4/5 pour l'originalité, et à confirmer par la suite, personnellement j'ai un peu peur que la série tire en longueur (10 tomes en cours au Japon).

Nom série  L'Etoffe des Légendes  posté le 09/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ca faisait longtemps que ce tome 1 attendait que je le lise, j'avais même commencé à sa sortie et je me demande aujourd'hui pour quelle raison j'avais pu abandonner en route tant cette histoire m'a ravie aujourd'hui.

L'étoffe des légendes, c'est l'histoire d'un petit garçon qui se fait enlever par le Croquemitaine et qui devra compter sur ses propres jouets pour être sauvé.

D'emblée j'ai été charmée par le dessin qui est hyper réaliste (mais tout en dégradé de marron, quelle idée franchement...) et le format atypique de la BD avec son papier qui imite visuellement le parchemin. Mais ce qui m'a définitivement captée, c'est cette entrée dans l'Obscur, le monde du Croquemitaine où les jouets prennent vie.
Le soldat de plomb, l'ours en peluche, le diable dans sa boîte, la tirelire-cochon, la princesse indienne, le canard en bois : tous se retrouvent en chair et en os de l'autre côté, comme un certain Pinocchio. Chacun se retrouve aussi avec une personnalité propre ce qui nous offre une palette de caractères variés et parfois bien opposés ce qui ne facilite pas toujours la concertation quand il s'agit de prendre une décision.
Ce sont donc eux qui vont élaborer des stratégies pour retrouver et sauver l'enfant (et pour ce qui est de ce premier tome, échapper aux pièges qui leur sont tendus), comme investis d'une mission sacrée eu égard aux années passées en sa sympathique compagnie (pour certains en tous les cas).

Dans l'Obscur, les jeux d'enfants sont la réalité, ainsi on trouve une ville-marelle dans laquelle un maire tyrannique (que l'on pourrait apparenter à la reine de cœur d'Alice au Pays des Merveilles) dicte ses règles pour obliger ses habitants à jouer, notamment à un vrai jeu de pendu qui sert à se débarrasser des condamnés. J'adore cet univers et la cruauté et la méchanceté du Croquemitaine et de ses sbires noircissent bien agréablement le tableau .

Et puis quelle bonne idée ce journal à la fin... et je ne parle pas du cahier graphique qui est lui aussi magnifique.

J'ai littéralement plongé dans cette histoire, me trouvant fort déconfite quand au bas d'une page je vis la mention "à suivre"... Quel suspense insoutenable !! Il va donc falloir attendre pour avoir le fin mot de l'histoire... (en plus il parait qu'il y a un 3ème tome de sorti aux US...)
snif...

Nom série  Héraklès  posté le 08/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah ah ah, j'ai bien rigolé en lisant ce premier tome

Mais sans l'ennui lié au calme professionnel d'une première quinzaine d'août, jamais je crois je n'aurais tourné une page de cette série tant la couverture et le style graphique sont rebutants à mes yeux. Et pourtant, au fil des pages, j'ai fini par trouver certains paysages très esthétiques (notamment quand on abandonne un peu le jaune/orangé pour mettre enfin du vert page 48 ou même du rose page 93), mais décidément je reste une adepte du dessin et des couleurs réalistes (ou du noir et blanc) même si je reconnais l'efficacité et la personnalité d'un dessin comme celui-ci.

Qu'importe, l'essentiel de ce tome n'est pas là ! Car non content de nous instruire sur un morceau de la mythologie grecque, "Héraklès" est truffé d'un humour décalé que j'adore personnellement. Les 160 pages se lisent assez vite car il y a énormément de cases muettes (ce qui me convient plutôt bien) par contre je m'attendais à avoir la conclusion dès ce premier tome (qui aurait alors été un one-shot, pour ceux qui suivent) alors qu'il faudra attendre le tome 2 pour cela bien qu'on ait déjà assisté à 8 épreuves. Y aura-t-il matière à remplir 160 autres pages ?

Je m'y pencherai donc lorsqu'il sortira pour le savoir et la série pourrait bien me servir d'idée cadeau, car j'en connais qui ne sont pas aussi obtus que moi sur le dessin

PS : le coup de cœur n'est évidemment pas pour le dessin mais pour l'humour !

Nom série  Mad World  posté le 08/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce premier tome de Mad World est franchement pas mal du tout (pour reprendre un terme de classification améliorée à la sauce BDTheque).

Je m'attendais à lire un n-ième premier tome d'une série à la longueur incertaine et probablement interminable et sans grand intérêt et j'ai découvert un one-shot pas mal ficelé du tout.

La série est classée en shônen sur Manga-news mais on est bien loin du manga de baston et de petites culottes que l'on peut voir habituellement dans ce genre, on est presque à la limite avec le seinen, mises à part certaines scènes un peu trop théâtrales à mon goût.

On a donc droit à un charmant récit fantastique, tournant autour de téléphones portables imaginaires et de communications à travers l'espace et le temps. Il est aussi question d'adolescents avec de gros problèmes de communication et de sociabilisation (pour diverses raisons) et des possibilités qu'offre le virtuel aux plus "handicapés socialement" d'entre nous pour réussir à s'exprimer quand même.

L'histoire est bouclée (et savamment bouclée, même si on sent le truc venir) en un tome. J'espère que les 2 suivants seront du même niveau.

Une série digne d'intérêt !

Nom série  Le dossier Kokombo  posté le 08/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est la première œuvre de Toppi que je lis mais j'avais déjà eu un aperçu de ses talents graphiques via ce site et effectivement, son style en noir et blanc est vraiment très réussi. Beaucoup de précision et de détails (les animaux et les sorciers africains sont majestueux), mais pas à outrance, il sait également faire dans la simplicité si nécessaire et sa mise en page avec ces personnages (humains ou animaux) qui s'échappent des cases est très réussie.

Le dossier Kokombo est en fait composé de deux histoires, celle du Kokombo lui-même et une seconde plus courte intitulée "Bwuma, mon fils", le lien entre les deux étant un antiquaire qui nous les raconte avec pour point de départ un objet : une statuette qu'il ne faut absolument pas posséder car elle est maléfique (première histoire) et un bouclier en peau d'hippopotame criblé de balles qu'il a lui même dans son grenier (histoire 2). La seconde pourrait être un vrai conte africain (et c'est peut-être le cas) et sa fin est bien trouvée.

Mis à part l'aspect graphique pour le moins époustouflant, "Le dossier Kokombo" est sympathique, agréable et amusant à lire, d'autant plus que la narration n'est pas avare d'humour et de phrases drôles et parfois décalées. De là à dire que je vais me plonger dans l’œuvre intégrale de l'auteur sur le champ, il y a un pas que je ne franchirai pas car la première m'a laissée relativement indifférente même si les mésaventures de notre héros sont assez amusantes au début..

Si à l'occasion je trouve une BD de Toppi dans les rayonnages de ma bibliothèque je me laisserai cependant tenter, pour tester un autre scénario.

A emprunter, au moins.

Nom série  Sword  posté le 08/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympathique, mais un peu confus en première lecture ce premier tome.

Il est question ici d'oppositions de clans (Vorpalers, Mercantis pour ne citer qu'eux), de luttes fratricides et de trahisons sans scrupule pour prendre possession d'armes aux pouvoirs démoniaques (les armes de Graventhal). Le premier tome commence par une demande de trêve passagère entre tous ces ennemis jurés qui constituent la population d'Elronde, une cité marchande, le temps de la visite du prince Consort, ce qui évidemment est voué à l'échec dans un tel contexte !

C'est assez classique comme trame, personnellement j'ai toujours un peu de mal à imprimer tous ces noms de peuples, maisons, clans et autres créatures magiques, il me faut bien deux lectures pour vraiment cerner l'intrigue et me familiariser avec l'univers.
Ici je n'ai pas rechigné à le faire, preuve que l'histoire donne envie d'être comprise et que l'univers mis en place invite au dépaysement et à s'y replonger.

Le dessin n'y est certainement pas pour rien non plus car il est très agréable à l'œil, tant au niveau du trait (précis, assuré et dynamiques dans les affrontements et pas avare de détails) que des couleurs (réalisées par mon coloriste fétiche jamais cité dans les fiches série du site, c'est une honte : Simon Champelovier déjà à l'œuvre dans Zombies (Soleil) ou encore Spynest) ou de la mise en page.

A suivre et note à ajuster le cas échéant.

Nom série  Loup (Les enfants rouges)  posté le 07/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette BD ne fait pas dans la dentelle, elle retrace le difficile parcours psychologique d'un homme (Louis) qui a été victime d'un attentat terroriste quelques temps plus tôt. Lui et sa sœur n'ont pas été blessés physiquement mais le traumatisme mental est bien là et le ronge petit à petit, faisant naître en lui des émotions tellement fortes qu'il ne se reconnaît plus. Au cours de cette période de doute, il va faire une rencontre qui va l'aider à y voir plus clair tout en l'entraînant sur une pente très dangereuse.

Cette histoire est un fiction, mais l'auteur l'a écrite après avoir lui-même été victime d'un attentat en 1991 et après avoir également traversé une période de doute. Il y a beaucoup de violence dans cet album, on peut dire que "ça sent le vécu".

Les chapitres successifs nous font vivre cette période par les yeux des différents personnages : Louis, sa sœur, son agent (Louis est un peintre en pleine ascension à ce moment-là) ou encore le SDF d'origine Serbe dont Louis va faire la connaissance et qui lui révélera beaucoup de choses sur la (sa) nature humaine, sur les loups et les agneaux qui constituent l'humanité. Les scènes se recoupent et s'entrecroisent, nous permettant ainsi de les voir avec à chaque fois des yeux différents. Le procédé est efficace.

Graphiquement c'est également très réussi : un trait réaliste dans un genre de bichromie teintée de rouge. C'est tout à fait en accord avec le thème, tout en étant très esthétique.

Dégotée par hasard à ma bibliothèque, cette BD est une vraie belle surprise.

Nom série  Adekan  posté le 07/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Marrante cette série !

Ototo est une nouvelle maison d'édition lancée en 2012 par la même société qui possède les éditions Taifu. Officiellement, Ototo Manga éditera les "classiques" seinens, shônens et shojos, tandis que Taifu gardera le yaoi, yuri et hentai (source Manga News).

C'est la deuxième série que je lis chez cet éditeur après Spice&Wolf (qui est également dans la collection Ototo Seinen) et pour la seconde fois je trouve une série soignée, plaisante et amusante, et surtout à la lisière de plusieurs genres. Spice&Wolf était à la marge du seinen et du shônen, "Adekan" flirte incontestablement avec le yaoi bien qu'étant estampillé seinen.

En effet, l'un des deux personnages principaux est un jeune homme excessivement efféminé, fabriquant et vendeur de parapluies aux formes improbables (mais surement pas du tout efficaces pour protéger de la pluie...), souvent peu habillé (le pauvre, il ne supporte pas de porter de sous-vêtements), constamment à mettre mal à l'aise son acolyte avec ses attitudes équivoques. Ce qui ne l'empêche pas d'être également un combattant hors pairs, toujours bardé d'armes improbables lui permettant de venir à bout de ses ennemis, à leur grande surprise d'ailleurs.

Le récit est également ponctué de scènes à connotation homosexuelle et les personnages (masculins et féminins) sont démesurément minces et étirés en longueur sans que cela soit non plus désagréable à regarder. La dessinatrice n'est pas avare de détails, son trait est d'une grande précision et très réaliste malgré les particularités morphologiques citées précédemment.

Côté scénario on a donc affaire à des enquêtes policières plus ou moins énigmatiques, menées à la fois par le lieutenant de police Kôjirô et le vendeur de parapluies Shirô, enquêtes ponctuées de scènes amusantes, d'humour plus ou moins fin et de pseudo-anachronismes rigolos (il y a quelques allusions à Dragon Ball ou à Nausicaa par exemple, alors qu'on est supposé être au début du XXème siècle). Sur les deux tomes déjà parus, toutes se terminent en 1 chapitre. Un autre personnage récurrent sert de fil conducteur à cette série, un mystérieux méchant qui semble bien connaître Shirô et vouloir le tuer.

J'aime beaucoup ce mélange des genres et graphiquement Tsukiji Nao fait du très bon boulot. Une bonne bonne petite série en perspective, pour autant que l'auteure arrive à se renouveler côté scénario.

A suivre.

Nom série  La Moselle  posté le 31/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
C'est quoi ce truc ?

Au départ, j'avais signalé cette BD à une connaissance mosellane (ne me basant que sur son titre pour cela) pensant que, si la BD parlait de l'histoire du département (par exemple), il aurait pu être intéressé. Il en a fait l'acquisition par correspondance, sans vraiment savoir de quoi il en retournait et s'est retrouvé en possession de cette espèce d'(auto)thérapie de 112 pages, aux styles graphique et narratif pour le moins approximatifs...

On se moque parfois de ces BDs blogs plus ou moins auto-biographiques et qui manifestement ne peuvent pas intéresser au-delà du cercle très fermé des meilleurs amis de leurs auteurs... ici c'est un peu la même chose. Soit c'est de la biographie (auto ou pas) et ce n'est pas passionnant pour un sou, soit c'est de la fiction et... ce n'est pas passionnant non plus !
On suit notre "héros" au gré de ses rencontres avec des personnages de son passé (serveuse de bar, ancien prof), comme une sorte de voyage initiatique après le suicide de son ami en début d'album... pourquoi pas, mais j'avoue que je reste hermétique à la signification profonde de tout ça... c'est trop marginal et déjanté pour moi (autant au niveau du personnage principal, que de son ami du début ou des gens qu'il rencontre).

Graphiquement c'est malheureusement très moyen, en général j'aime assez le style crayonné pas fini, mais il y a de gros défauts de proportions au niveau des personnages et c'est très gênant.
En revanche, les quelques rares décors urbains sont bien reproduits (un habitant de Metz reconnaîtra sans peine la gare, la cathédrale, et un petit passage souterrain reliant les berges du plan d'eau aux vieilles rues proches du centre ville et de la rue des Roches) mais cela reste assez maigre comme attrait, et il devient inexistant pour qui ne connaît pas la ville!

La fin de l'histoire, dans le train qui ramène notre personnage chez lui, à Thionville (pour les régionaux qui passent par là) alors qu'il a failli prendre le train pour Forbach (la ruine ultime semble-t-il... désolée pour le spoil...), ne relève pas le niveau, avec cette histoire de mouchoir déjà utilisé...

Je me demande s'il existe réellement un lectorat pour ce genre d'ouvrage.

Nom série  Pandemonium  posté le 27/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Franchement pas mal du tout cette petite série en 3 tomes.

La lecture est prenante, le scénario bien ficelé et avec une fin qui ne choisit pas la facilité et le dessin est plutôt bien réussi. Ca se lit assez vite en revanche car c'est assez peu dense avec un rythme soutenu qui fait qu'on enchaîne facilement la lecture des 3 tomes. C'est le revers de la médaille d'une histoire comme ça, on arrive vite à la fin...

L'histoire est basée sur des faits réels, et de fait, les auteurs ont repris scrupuleusement la presque totalité de l'histoire du site pour construire leur scénario dessus : le projet de statue géante du Christ pour remplacer les ruines du bâtiment, le tunnel de la mort pour évacuer discrètement les victimes de la maladie, la concurrence des antibiotiques qui finira par mettre un terme à l'activité du site, la pratique de la thoracoplastie, même l'épisode sur le suicide de la chambre 502 fait partie des légendes du sanatorium de Waverly si l'on en croit la fiche Wikipedia le concernant.
Graphiquement aussi les auteurs ont fidèlement reproduit le bâtiment, avec ses enfilades de lits de malades.
Historiquement, cette histoire nous apprend donc aussi pas mal de choses sur cette époque, ses épidémies et ses pratiques médicales pour le moins barbares...

Pas mal pour la fiction elle-même, franchement bien si l'on considère la réalité du contexte et ce qu'il nous enseigne sur ces années de lutte contre la tuberculose. Un divertissement instructif !

Nom série  Ares  posté le 26/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pas de miracle en ce qui me concerne, je ne suis pas fan du Shonen-Manga, il en est de même pour le Sonyun-Manhwa, son équivalent coréen ! Sauf qu'ici en plus je n'ai pas aimé le dessin (beaucoup trop approximatif et "amateur" à mon goût).
Je me suis ennuyée à la lecture du premier tome de cette série (je n'irai d'ailleurs pas plus loin), l'histoire est d'une platitude déprimante, et assez confuse car on a parfois du mal à différencier les 3 acteurs principaux...
La seule chose que j'ai trouvée sympa, c'est ce mélange d'ambiance médiévale, avec des références aux dieux grecs et un code vestimentaire plutôt moderne.
C'est malheureusement beaucoup trop peu pour rendre la lecture intéressante et donner envie de connaître la suite !

Nom série  Spice & Wolf  posté le 23/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plutôt sympathique ce tome 1.

Déjà graphiquement c'est très plaisant : le dessin est fin et soigné, assez peu typé manga, plutôt clair et détaillé quand il faut : bref, du bon dessin de seinen.

L'histoire est facile à suivre grâce à une narration fluide et un bon travail de traduction.

Le scénario est assez original : à une époque moyenâgeuse, un marchand ambulant et solitaire (Lawrence) trouve dans sa charrette une jeune fille mi-humaine, mi-louve qui se trouve être le dieu des moissons que vénère le village voisin (Holo).
Sauf que cette dernière a décidé que les paysans du coin sont maintenant assez grands pour se passer de ses services pour avoir de bonnes moissons et qu'il est temps pour elle de rentrer chez elle, en voyageant un peu avant quand même.
Elle promet au marchand, en échange d'une place dans son convoi, de l'aider dans ses démarches commerciales.

A noter également que notre héroïne mi-femme, mi-louve est un très bon prétexte à fan service ! Mais on a aussi l'occasion de voir le postérieur du marchand

L'air de rien, ce manga évoque l'économie de marché, le cours de monnaies, le troc : ce n'est pas inintéressant du tout !

L'opposition entre le caractère sérieux et posé de Lawrence et le côté nature,instinctif et espiègle d'Holo rend ce duo attachant et donne envie de connaître la suite de leurs péripéties.

Je lirai la suite avec intérêt.

Il semble que la série existe déjà en romans, en animé et en OAV et qu'elle est déjà un succès sous ces formes au Japon.

Nom série  Le Labyrinthe des rasoirs  posté le 08/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je voulais lire du manga qui sorte de l'ordinaire, j'ai été servie ! Ce Labyrinthe des rasoirs est vraiment une œuvre très très (très) spéciale.

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre à part que ce serait gore et dérangé. En revanche je pensais avoir affaire à un récit complet en un volume, or il s'agit de 10 petites histoires de moins de 20 pages chacune en moyenne. Et qui dit histoire courte dit manque de place pour présenter et approfondir son sujet, fins abruptes et développements parfois peu compréhensibles. C'est malheureusement parfois le cas ici, certaines histoires restent très (trop) énigmatiques (je pense notamment à l'histoire intitulée "Le monde de Yuka"), la seule chose que l'on comprend, c'est que l'auteur a voulu mettre en image une large palette de perversions (sadisme moral et physique, scatophilie, pédophilie, et j'en passe) et de psychopathes "ordinaires" (un petit ami, un professeur, un parent) : bref, c'est de l'éro-guro comme on dit.

La présentation du manga parle de "philosophie"… je la cherche encore... Personnellement, j'aurais dit "psychopathologie".

Le style graphique est d'une simplicité très efficace pour mettre l'accent sur le détail "qui tue", ce qui ne l'empêche pas parfois d'aller beaucoup plus dans le détail, cependant il me plairait mieux dans un genre un peu plus horrifique et un peu moins érotico-sado-scatologique (chaque chose à sa place quoi...).
Et puis point de carré blanc ici comme dans d'autres œuvres japonaises pour adultes, c'est cash et donc à ne surtout pas mettre en toutes les mains, autant pour la psychologie du bouquin que pour ses dessins...

Ce mélange des genres n'est pas vraiment ma came … et je m'interroge vraiment sur la santé mentale de l'auteur Dans le genre et bien qu'autant déjanté, Fraction me convient mieux.

Une œuvre difficile à noter au final.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 34 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque