Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 661 avis et 167 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Walkyrie  posté le 16/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Soleil sait y faire en couvertures attirantes, et cette Walkyrie en est encore un bon exemple.

Quel lecteur mâle résistera à l'envie d'en savoir un peu plus sur cette belle blonde en couverture ? Ajoutons à cela le thème des légendes nordiques (Odin, Asgard, Walkyries et autres Ragnarök) et tous les ingrédients sont là pour donner une bonne première impression et l'envie d'en savoir plus.

A la lecture, le dessin est un peu (mais alors vraiment très peu) décevant car un ton en dessous de la couverture comme souvent, du moins pour ce qui est des détails au niveau des personnages. Et puis la mise en page manque un peu d'audace à mon goût. Je trouve que cela manque aussi de traits et que trop d'effets sont donnés uniquement par la couleur (très réussie par ailleurs, comme de coutume avec Simon Champelovier pour ne pas le citer). Mais dans l'ensemble, c'est du très bon boulot et j'adore les scènes hivernales.

Quant à l'histoire, n'étant pas spécialiste du genre, je ne sais quelles libertés les auteurs ont pu prendre avec la version officielle et si cela risque, ou pas, de fâcher les puristes. En tout état de cause, elle se lit bien et le fait d'entrer dans Asgard pas au mieux de sa forme est assez inhabituel et de toutes façons, le contexte me plaît à la base. Pour résumer : une Walkyrie exilée et son compagnon d'infortune (un fils d'Odin) décident d'aider le fils d'un roi viking à rencontrer Odin himself pour plaider la cause de son peuple qui se les gèle. Sauf que quand ils arrivent sur place, c'est le chaos le plus total...

J'hésite à conseiller l'achat ou pas, personnellement, je survivrai même si je ne lis pas la suite, mais je la lirai sans hésiter si l'occasion m'en est donnée.

Nom série  Bonne nuit Punpun!  posté le 14/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Derrière ces couvertures pour le moins criardes, ce personnage principal stylisé à l'excès et ce titre qui évoquerait plutôt une lecture pour enfants se cache une série très spéciale, mettant en scène un petit garçon (qui deviendra grand) d'une petite dizaine d'année en proie à tous les tourments de l'enfance et de l'adolescence.

Graphiquement c'est pour le moins particulier : tout est hyper réaliste (les paysages, les personnages secondaires, l'expression des sentiments) sauf Punpun et sa famille (sa mère, son père, son oncle) qui sont représentés sous la forme d'espèces de volatiles très simplifiés. Et autant le côté simple est simplifié, autant le côté réaliste est détaillé. On a vraiment l'impression de voir évoluer un personnage de dessin animé dans la réalité.

L'hétérogénéité graphique frappe d'autant plus que notre petit héros vit une vie tout sauf idyllique : des parents qui se séparent parce que le père a blessé la mère lors d'une dispute, une mère peu aimante et alcoolique, un oncle parasite et aux pulsions plus ou moins malsaines, la découverte des sentiments amoureux et de la sexualité, une petite amie assez effrayante dans ses extrêmes, la jalousie, les excès de dépassement de soi pour impressionner les copains, les croyances religieuses : bref la vie, dans toute sa splendeur et sa parfois triste réalité.

L'humour fait parfois son apparition, par exemple avec ce professeur adepte du comique de répétition ou un peu psychopathe sur les bords (mais est-ce vraiment de l'humour ? ). Cependant, dans son ensemble (et sur les 3 premiers tomes sortis ce jour), le ton est globalement sérieux.

Bonne nuit Punpun! est une série qui a su me surprendre (c'est le moins que l'on puisse dire) car son contenu est loin de ce à quoi on peut s'attendre de prime abord. Un bon 3,5/5 en ce qui me concerne, arrondi à 4/5 pour l'originalité, et à confirmer par la suite, personnellement j'ai un peu peur que la série tire en longueur (10 tomes en cours au Japon).

Nom série  L'Etoffe des Légendes  posté le 09/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ca faisait longtemps que ce tome 1 attendait que je le lise, j'avais même commencé à sa sortie et je me demande aujourd'hui pour quelle raison j'avais pu abandonner en route tant cette histoire m'a ravie aujourd'hui.

L'étoffe des légendes, c'est l'histoire d'un petit garçon qui se fait enlever par le Croquemitaine et qui devra compter sur ses propres jouets pour être sauvé.

D'emblée j'ai été charmée par le dessin qui est hyper réaliste (mais tout en dégradé de marron, quelle idée franchement...) et le format atypique de la BD avec son papier qui imite visuellement le parchemin. Mais ce qui m'a définitivement captée, c'est cette entrée dans l'Obscur, le monde du Croquemitaine où les jouets prennent vie.
Le soldat de plomb, l'ours en peluche, le diable dans sa boîte, la tirelire-cochon, la princesse indienne, le canard en bois : tous se retrouvent en chair et en os de l'autre côté, comme un certain Pinocchio. Chacun se retrouve aussi avec une personnalité propre ce qui nous offre une palette de caractères variés et parfois bien opposés ce qui ne facilite pas toujours la concertation quand il s'agit de prendre une décision.
Ce sont donc eux qui vont élaborer des stratégies pour retrouver et sauver l'enfant (et pour ce qui est de ce premier tome, échapper aux pièges qui leur sont tendus), comme investis d'une mission sacrée eu égard aux années passées en sa sympathique compagnie (pour certains en tous les cas).

Dans l'Obscur, les jeux d'enfants sont la réalité, ainsi on trouve une ville-marelle dans laquelle un maire tyrannique (que l'on pourrait apparenter à la reine de cœur d'Alice au Pays des Merveilles) dicte ses règles pour obliger ses habitants à jouer, notamment à un vrai jeu de pendu qui sert à se débarrasser des condamnés. J'adore cet univers et la cruauté et la méchanceté du Croquemitaine et de ses sbires noircissent bien agréablement le tableau .

Et puis quelle bonne idée ce journal à la fin... et je ne parle pas du cahier graphique qui est lui aussi magnifique.

J'ai littéralement plongé dans cette histoire, me trouvant fort déconfite quand au bas d'une page je vis la mention "à suivre"... Quel suspense insoutenable !! Il va donc falloir attendre pour avoir le fin mot de l'histoire... (en plus il parait qu'il y a un 3ème tome de sorti aux US...)
snif...

Nom série  Héraklès  posté le 08/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah ah ah, j'ai bien rigolé en lisant ce premier tome

Mais sans l'ennui lié au calme professionnel d'une première quinzaine d'août, jamais je crois je n'aurais tourné une page de cette série tant la couverture et le style graphique sont rebutants à mes yeux. Et pourtant, au fil des pages, j'ai fini par trouver certains paysages très esthétiques (notamment quand on abandonne un peu le jaune/orangé pour mettre enfin du vert page 48 ou même du rose page 93), mais décidément je reste une adepte du dessin et des couleurs réalistes (ou du noir et blanc) même si je reconnais l'efficacité et la personnalité d'un dessin comme celui-ci.

Qu'importe, l'essentiel de ce tome n'est pas là ! Car non content de nous instruire sur un morceau de la mythologie grecque, "Héraklès" est truffé d'un humour décalé que j'adore personnellement. Les 160 pages se lisent assez vite car il y a énormément de cases muettes (ce qui me convient plutôt bien) par contre je m'attendais à avoir la conclusion dès ce premier tome (qui aurait alors été un one-shot, pour ceux qui suivent) alors qu'il faudra attendre le tome 2 pour cela bien qu'on ait déjà assisté à 8 épreuves. Y aura-t-il matière à remplir 160 autres pages ?

Je m'y pencherai donc lorsqu'il sortira pour le savoir et la série pourrait bien me servir d'idée cadeau, car j'en connais qui ne sont pas aussi obtus que moi sur le dessin

PS : le coup de cœur n'est évidemment pas pour le dessin mais pour l'humour !

Nom série  Mad World  posté le 08/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce premier tome de Mad World est franchement pas mal du tout (pour reprendre un terme de classification améliorée à la sauce BDTheque).

Je m'attendais à lire un n-ième premier tome d'une série à la longueur incertaine et probablement interminable et sans grand intérêt et j'ai découvert un one-shot pas mal ficelé du tout.

La série est classée en shônen sur Manga-news mais on est bien loin du manga de baston et de petites culottes que l'on peut voir habituellement dans ce genre, on est presque à la limite avec le seinen, mises à part certaines scènes un peu trop théâtrales à mon goût.

On a donc droit à un charmant récit fantastique, tournant autour de téléphones portables imaginaires et de communications à travers l'espace et le temps. Il est aussi question d'adolescents avec de gros problèmes de communication et de sociabilisation (pour diverses raisons) et des possibilités qu'offre le virtuel aux plus "handicapés socialement" d'entre nous pour réussir à s'exprimer quand même.

L'histoire est bouclée (et savamment bouclée, même si on sent le truc venir) en un tome. J'espère que les 2 suivants seront du même niveau.

Une série digne d'intérêt !

Nom série  Le dossier Kokombo  posté le 08/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est la première œuvre de Toppi que je lis mais j'avais déjà eu un aperçu de ses talents graphiques via ce site et effectivement, son style en noir et blanc est vraiment très réussi. Beaucoup de précision et de détails (les animaux et les sorciers africains sont majestueux), mais pas à outrance, il sait également faire dans la simplicité si nécessaire et sa mise en page avec ces personnages (humains ou animaux) qui s'échappent des cases est très réussie.

Le dossier Kokombo est en fait composé de deux histoires, celle du Kokombo lui-même et une seconde plus courte intitulée "Bwuma, mon fils", le lien entre les deux étant un antiquaire qui nous les raconte avec pour point de départ un objet : une statuette qu'il ne faut absolument pas posséder car elle est maléfique (première histoire) et un bouclier en peau d'hippopotame criblé de balles qu'il a lui même dans son grenier (histoire 2). La seconde pourrait être un vrai conte africain (et c'est peut-être le cas) et sa fin est bien trouvée.

Mis à part l'aspect graphique pour le moins époustouflant, "Le dossier Kokombo" est sympathique, agréable et amusant à lire, d'autant plus que la narration n'est pas avare d'humour et de phrases drôles et parfois décalées. De là à dire que je vais me plonger dans l’œuvre intégrale de l'auteur sur le champ, il y a un pas que je ne franchirai pas car la première m'a laissée relativement indifférente même si les mésaventures de notre héros sont assez amusantes au début..

Si à l'occasion je trouve une BD de Toppi dans les rayonnages de ma bibliothèque je me laisserai cependant tenter, pour tester un autre scénario.

A emprunter, au moins.

Nom série  Sword  posté le 08/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympathique, mais un peu confus en première lecture ce premier tome.

Il est question ici d'oppositions de clans (Vorpalers, Mercantis pour ne citer qu'eux), de luttes fratricides et de trahisons sans scrupule pour prendre possession d'armes aux pouvoirs démoniaques (les armes de Graventhal). Le premier tome commence par une demande de trêve passagère entre tous ces ennemis jurés qui constituent la population d'Elronde, une cité marchande, le temps de la visite du prince Consort, ce qui évidemment est voué à l'échec dans un tel contexte !

C'est assez classique comme trame, personnellement j'ai toujours un peu de mal à imprimer tous ces noms de peuples, maisons, clans et autres créatures magiques, il me faut bien deux lectures pour vraiment cerner l'intrigue et me familiariser avec l'univers.
Ici je n'ai pas rechigné à le faire, preuve que l'histoire donne envie d'être comprise et que l'univers mis en place invite au dépaysement et à s'y replonger.

Le dessin n'y est certainement pas pour rien non plus car il est très agréable à l'œil, tant au niveau du trait (précis, assuré et dynamiques dans les affrontements et pas avare de détails) que des couleurs (réalisées par mon coloriste fétiche jamais cité dans les fiches série du site, c'est une honte : Simon Champelovier déjà à l'œuvre dans Zombies (Soleil) ou encore Spynest) ou de la mise en page.

A suivre et note à ajuster le cas échéant.

Nom série  Loup (Les enfants rouges)  posté le 07/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette BD ne fait pas dans la dentelle, elle retrace le difficile parcours psychologique d'un homme (Louis) qui a été victime d'un attentat terroriste quelques temps plus tôt. Lui et sa sœur n'ont pas été blessés physiquement mais le traumatisme mental est bien là et le ronge petit à petit, faisant naître en lui des émotions tellement fortes qu'il ne se reconnaît plus. Au cours de cette période de doute, il va faire une rencontre qui va l'aider à y voir plus clair tout en l'entraînant sur une pente très dangereuse.

Cette histoire est un fiction, mais l'auteur l'a écrite après avoir lui-même été victime d'un attentat en 1991 et après avoir également traversé une période de doute. Il y a beaucoup de violence dans cet album, on peut dire que "ça sent le vécu".

Les chapitres successifs nous font vivre cette période par les yeux des différents personnages : Louis, sa sœur, son agent (Louis est un peintre en pleine ascension à ce moment-là) ou encore le SDF d'origine Serbe dont Louis va faire la connaissance et qui lui révélera beaucoup de choses sur la (sa) nature humaine, sur les loups et les agneaux qui constituent l'humanité. Les scènes se recoupent et s'entrecroisent, nous permettant ainsi de les voir avec à chaque fois des yeux différents. Le procédé est efficace.

Graphiquement c'est également très réussi : un trait réaliste dans un genre de bichromie teintée de rouge. C'est tout à fait en accord avec le thème, tout en étant très esthétique.

Dégotée par hasard à ma bibliothèque, cette BD est une vraie belle surprise.

Nom série  Adekan  posté le 07/08/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Marrante cette série !

Ototo est une nouvelle maison d'édition lancée en 2012 par la même société qui possède les éditions Taifu. Officiellement, Ototo Manga éditera les "classiques" seinens, shônens et shojos, tandis que Taifu gardera le yaoi, yuri et hentai (source Manga News).

C'est la deuxième série que je lis chez cet éditeur après Spice&Wolf (qui est également dans la collection Ototo Seinen) et pour la seconde fois je trouve une série soignée, plaisante et amusante, et surtout à la lisière de plusieurs genres. Spice&Wolf était à la marge du seinen et du shônen, "Adekan" flirte incontestablement avec le yaoi bien qu'étant estampillé seinen.

En effet, l'un des deux personnages principaux est un jeune homme excessivement efféminé, fabriquant et vendeur de parapluies aux formes improbables (mais surement pas du tout efficaces pour protéger de la pluie...), souvent peu habillé (le pauvre, il ne supporte pas de porter de sous-vêtements), constamment à mettre mal à l'aise son acolyte avec ses attitudes équivoques. Ce qui ne l'empêche pas d'être également un combattant hors pairs, toujours bardé d'armes improbables lui permettant de venir à bout de ses ennemis, à leur grande surprise d'ailleurs.

Le récit est également ponctué de scènes à connotation homosexuelle et les personnages (masculins et féminins) sont démesurément minces et étirés en longueur sans que cela soit non plus désagréable à regarder. La dessinatrice n'est pas avare de détails, son trait est d'une grande précision et très réaliste malgré les particularités morphologiques citées précédemment.

Côté scénario on a donc affaire à des enquêtes policières plus ou moins énigmatiques, menées à la fois par le lieutenant de police Kôjirô et le vendeur de parapluies Shirô, enquêtes ponctuées de scènes amusantes, d'humour plus ou moins fin et de pseudo-anachronismes rigolos (il y a quelques allusions à Dragon Ball ou à Nausicaa par exemple, alors qu'on est supposé être au début du XXème siècle). Sur les deux tomes déjà parus, toutes se terminent en 1 chapitre. Un autre personnage récurrent sert de fil conducteur à cette série, un mystérieux méchant qui semble bien connaître Shirô et vouloir le tuer.

J'aime beaucoup ce mélange des genres et graphiquement Tsukiji Nao fait du très bon boulot. Une bonne bonne petite série en perspective, pour autant que l'auteure arrive à se renouveler côté scénario.

A suivre.

Nom série  La Moselle  posté le 31/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
C'est quoi ce truc ?

Au départ, j'avais signalé cette BD à une connaissance mosellane (ne me basant que sur son titre pour cela) pensant que, si la BD parlait de l'histoire du département (par exemple), il aurait pu être intéressé. Il en a fait l'acquisition par correspondance, sans vraiment savoir de quoi il en retournait et s'est retrouvé en possession de cette espèce d'(auto)thérapie de 112 pages, aux styles graphique et narratif pour le moins approximatifs...

On se moque parfois de ces BDs blogs plus ou moins auto-biographiques et qui manifestement ne peuvent pas intéresser au-delà du cercle très fermé des meilleurs amis de leurs auteurs... ici c'est un peu la même chose. Soit c'est de la biographie (auto ou pas) et ce n'est pas passionnant pour un sou, soit c'est de la fiction et... ce n'est pas passionnant non plus !
On suit notre "héros" au gré de ses rencontres avec des personnages de son passé (serveuse de bar, ancien prof), comme une sorte de voyage initiatique après le suicide de son ami en début d'album... pourquoi pas, mais j'avoue que je reste hermétique à la signification profonde de tout ça... c'est trop marginal et déjanté pour moi (autant au niveau du personnage principal, que de son ami du début ou des gens qu'il rencontre).

Graphiquement c'est malheureusement très moyen, en général j'aime assez le style crayonné pas fini, mais il y a de gros défauts de proportions au niveau des personnages et c'est très gênant.
En revanche, les quelques rares décors urbains sont bien reproduits (un habitant de Metz reconnaîtra sans peine la gare, la cathédrale, et un petit passage souterrain reliant les berges du plan d'eau aux vieilles rues proches du centre ville et de la rue des Roches) mais cela reste assez maigre comme attrait, et il devient inexistant pour qui ne connaît pas la ville!

La fin de l'histoire, dans le train qui ramène notre personnage chez lui, à Thionville (pour les régionaux qui passent par là) alors qu'il a failli prendre le train pour Forbach (la ruine ultime semble-t-il... désolée pour le spoil...), ne relève pas le niveau, avec cette histoire de mouchoir déjà utilisé...

Je me demande s'il existe réellement un lectorat pour ce genre d'ouvrage.

Nom série  Pandemonium  posté le 27/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Franchement pas mal du tout cette petite série en 3 tomes.

La lecture est prenante, le scénario bien ficelé et avec une fin qui ne choisit pas la facilité et le dessin est plutôt bien réussi. Ca se lit assez vite en revanche car c'est assez peu dense avec un rythme soutenu qui fait qu'on enchaîne facilement la lecture des 3 tomes. C'est le revers de la médaille d'une histoire comme ça, on arrive vite à la fin...

L'histoire est basée sur des faits réels, et de fait, les auteurs ont repris scrupuleusement la presque totalité de l'histoire du site pour construire leur scénario dessus : le projet de statue géante du Christ pour remplacer les ruines du bâtiment, le tunnel de la mort pour évacuer discrètement les victimes de la maladie, la concurrence des antibiotiques qui finira par mettre un terme à l'activité du site, la pratique de la thoracoplastie, même l'épisode sur le suicide de la chambre 502 fait partie des légendes du sanatorium de Waverly si l'on en croit la fiche Wikipedia le concernant.
Graphiquement aussi les auteurs ont fidèlement reproduit le bâtiment, avec ses enfilades de lits de malades.
Historiquement, cette histoire nous apprend donc aussi pas mal de choses sur cette époque, ses épidémies et ses pratiques médicales pour le moins barbares...

Pas mal pour la fiction elle-même, franchement bien si l'on considère la réalité du contexte et ce qu'il nous enseigne sur ces années de lutte contre la tuberculose. Un divertissement instructif !

Nom série  Ares  posté le 26/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pas de miracle en ce qui me concerne, je ne suis pas fan du Shonen-Manga, il en est de même pour le Sonyun-Manhwa, son équivalent coréen ! Sauf qu'ici en plus je n'ai pas aimé le dessin (beaucoup trop approximatif et "amateur" à mon goût).
Je me suis ennuyée à la lecture du premier tome de cette série (je n'irai d'ailleurs pas plus loin), l'histoire est d'une platitude déprimante, et assez confuse car on a parfois du mal à différencier les 3 acteurs principaux...
La seule chose que j'ai trouvée sympa, c'est ce mélange d'ambiance médiévale, avec des références aux dieux grecs et un code vestimentaire plutôt moderne.
C'est malheureusement beaucoup trop peu pour rendre la lecture intéressante et donner envie de connaître la suite !

Nom série  Spice & Wolf  posté le 23/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plutôt sympathique ce tome 1.

Déjà graphiquement c'est très plaisant : le dessin est fin et soigné, assez peu typé manga, plutôt clair et détaillé quand il faut : bref, du bon dessin de seinen.

L'histoire est facile à suivre grâce à une narration fluide et un bon travail de traduction.

Le scénario est assez original : à une époque moyenâgeuse, un marchand ambulant et solitaire (Lawrence) trouve dans sa charrette une jeune fille mi-humaine, mi-louve qui se trouve être le dieu des moissons que vénère le village voisin (Holo).
Sauf que cette dernière a décidé que les paysans du coin sont maintenant assez grands pour se passer de ses services pour avoir de bonnes moissons et qu'il est temps pour elle de rentrer chez elle, en voyageant un peu avant quand même.
Elle promet au marchand, en échange d'une place dans son convoi, de l'aider dans ses démarches commerciales.

A noter également que notre héroïne mi-femme, mi-louve est un très bon prétexte à fan service ! Mais on a aussi l'occasion de voir le postérieur du marchand

L'air de rien, ce manga évoque l'économie de marché, le cours de monnaies, le troc : ce n'est pas inintéressant du tout !

L'opposition entre le caractère sérieux et posé de Lawrence et le côté nature,instinctif et espiègle d'Holo rend ce duo attachant et donne envie de connaître la suite de leurs péripéties.

Je lirai la suite avec intérêt.

Il semble que la série existe déjà en romans, en animé et en OAV et qu'elle est déjà un succès sous ces formes au Japon.

Nom série  Le Labyrinthe des rasoirs  posté le 08/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je voulais lire du manga qui sorte de l'ordinaire, j'ai été servie ! Ce Labyrinthe des rasoirs est vraiment une œuvre très très (très) spéciale.

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre à part que ce serait gore et dérangé. En revanche je pensais avoir affaire à un récit complet en un volume, or il s'agit de 10 petites histoires de moins de 20 pages chacune en moyenne. Et qui dit histoire courte dit manque de place pour présenter et approfondir son sujet, fins abruptes et développements parfois peu compréhensibles. C'est malheureusement parfois le cas ici, certaines histoires restent très (trop) énigmatiques (je pense notamment à l'histoire intitulée "Le monde de Yuka"), la seule chose que l'on comprend, c'est que l'auteur a voulu mettre en image une large palette de perversions (sadisme moral et physique, scatophilie, pédophilie, et j'en passe) et de psychopathes "ordinaires" (un petit ami, un professeur, un parent) : bref, c'est de l'éro-guro comme on dit.

La présentation du manga parle de "philosophie"… je la cherche encore... Personnellement, j'aurais dit "psychopathologie".

Le style graphique est d'une simplicité très efficace pour mettre l'accent sur le détail "qui tue", ce qui ne l'empêche pas parfois d'aller beaucoup plus dans le détail, cependant il me plairait mieux dans un genre un peu plus horrifique et un peu moins érotico-sado-scatologique (chaque chose à sa place quoi...).
Et puis point de carré blanc ici comme dans d'autres œuvres japonaises pour adultes, c'est cash et donc à ne surtout pas mettre en toutes les mains, autant pour la psychologie du bouquin que pour ses dessins...

Ce mélange des genres n'est pas vraiment ma came … et je m'interroge vraiment sur la santé mentale de l'auteur Dans le genre et bien qu'autant déjanté, Fraction me convient mieux.

Une œuvre difficile à noter au final.

Nom série  Scotland Yard  posté le 08/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Décidément, 1800 est une collection productive chez Soleil !! Voici encore une nouvelle petite série en 2 tomes qui sort avec pour cadre la ville de Londres à la fin des années 1800, époque de Jack L'éventreur, Sherlock Holmes et Scotland Yard pour ne citer qu'eux.

Ici il est question de l'évasion de deux psychopathes qu'un inspecteur, mis au placard parce qu'il était responsable de leur convoi de transfert vers un asile psychiatrique, tente de retrouver avec le peu de moyens qui lui sont donnés.

Je pense que jusqu'à la page 46 sur 48 j'aurais pu mettre un 4/5 : ce tueur fou, sans pitié, amateur de mécaniques complexes et d'instruments de torture diaboliques, qui s'échappe lors du transfert des prisonniers et sème la terreur, cet inspecteur mis de côté parce qu'il était responsable dudit transfert et qui tente de s'allier avec les malfrats du quartier pour mener son enquête (vu que ces derniers sont un peu mêlés à l'affaire), ce trio qu'il forme avec le jeune gamin des rues et la femme qui lui sert d'infirmière au début de l'histoire, le tout servi par un dessin très réussi (tant du point de vue du trait que de la mise en page ou des couleurs) tout ça aurait pu donner quelque chose de beaucoup mieux sans cette fin précipitée, confuse et irréaliste qui laisse penser que le scénario a été compressé pour tenir dans les 48 planches réglementaires. En effet, cette course poursuite à Hyde Park qui tient sur une planche ½ ne rend pas du tout compte du temps réellement passé à traquer le psychopathe et c'est fort dommage car cela laisse une impression mitigée sur la fin de la lecture.

Je lirai néanmoins le T2 lorsqu'il sortira car deux psychopathes s'étaient échappés et il nous faut maintenant retrouver le second. Vraiment dommage cette petite faute en fin de parcours…

Nom série  Les Nuits Assassines  posté le 03/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est pas mal du tout ce petit one-shot !

Au départ il y a la mort mystérieuse d'un homme. Sauf que cette mort intervient au même âge que celui qu'avait son père lorsqu'il fut renversé par une voiture 27 ans plus tôt, ce qui crée un contexte familial compliqué et tendu, surtout lorsqu'on apprend que le fils du tué décida de se marier avec la fille du tueur présumé (mais innocenté) à l'époque. Vous me suivez ?

Très vite d'autres morts surviennent dans la même famille : la nièce, la soeur, le beau-frère et j'en passe... Coïncidences ? Malveillance ? Malédiction ? Toutes les pistes sont exploitées par la police, la presse, la famille.

La lecture est plutôt agréable et prenante, avec une voie off qu'on n'identifie que tard dans la lecture. J'ai eu du mal, jusqu'à la fin, à choisir entre une hypothèse ou l'autre. Le dessin est assez bon, même si je trouve que certaines cases abusent de la retouche (ou de l'incrustation) photo. Le format est lui aussi original : plus petit qu'une BD classique mais avec un nombre de pages conséquent pour développer l'intrigue.

Au final, j'ai passé un bon moment de lecture, mais je ne crois pas qu'on nous dit comment est mort le premier mort du récit finalement... Faudra que je vérifie ça.

Nom série  Odin  posté le 22/09/2010 (dernière MAJ le 02/07/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD moyen format de chez Soleil m’a immédiatement tapé dans l’œil quand je l’ai vue chez mon libraire, la couverture très sombre mais qui joue avec la lumière grâce à un vernis sélectif est tout simplement superbe. La couverture est tape à l’œil mais l'intérieur est largement à la hauteur !
De plus, j’apprécie grandement cette nouvelle tendance chez Soleil à nous donner d’avance le nombre de tomes prévus, ça sent le projet sérieux et, a priori, suivi.

Ici il est question de nous conter, en deux tomes donc, le destin d’Odin. Deux tomes c’est peut-être un peu court… mais je trouve que pour l’instant ça tient vraiment bien la route (bon, c’est un tome de plus de 60 pages aussi). La majorité du récit est une narration à la première personne d’Odin lui même, qui nous raconte son histoire et comment, selon lui, il a pu arriver à ce jour fatal de Ragnarök, certaines planches avec un dessin pleine page sont vraiment superbes, les têtes de chapitre façon livre ancien aussi, les illustrations à la manière de fresques antiques également, bref, un très beau travail du dessinateur Erwan Seure-Le Bihan qui alterne les styles avec une grande efficacité.

Je ne suis pas assez calée pour dire tout est fidèle à la (aux) légende(s), j’ai juste relevé une ou deux petites choses sans doute sans importance (et peut-être que c’est moi qui n’y connais rien, ce qui est fort possible), mais c’est vraiment du détail qui ne devrait déranger que les puristes intégristes.

Un beau petit diptyque en perspective.

Après lecture du T2

Je regrette le manque d'homogénéité au niveau de la taille de la police de caractère entre les deux tomes, à un moment donné je me suis même demandée si du coup les cases n'étaient pas plus grandes dans le T2 que dans le T1, histoire de remplir plus vites les pages, mais non...
En dehors de ce détail, je garde une impression globalement positive de cette série, même si je pense qu'elle manquera probablement de clarté pour qui ne connaît pas la légende dont il est question. Il aurait peut-être fallu ajouter quelques clés de compréhension en bonus en fin d'ouvrage, pour les novices.
Mention spéciale aux planches sur Surt(ur), avec leurs couleurs de feu.

Nom série  Mahârâja  posté le 01/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Personnellement, je ne suis pas spécialement férue de BD érotique, mais concernant Mahârâja, il se trouve que son dessinateur Artoupan est venu en dédicace dans ma librairie préférée, alors bon, je me suis laissée tenter, surtout après avoir lu l'avis plus qu'enthousiaste de Jetjet.

Je veux bien croire que cette BD sorte des sentiers battus dans le domaine de la BD "strictement pour adulte", il y a une vraie histoire dans un contexte historique et géographique réaliste, et l'humour est également bien présent (pauvre agent secret anglais... quel flegme ! Et que d'émotions, le pauvre...).

Bon, j'avoue que je ne fantasme pas spécialement sur les hommes à barbe, l'agent secret anglais n'est pas forcément à son avantage non plus, habillé ou lorsqu'il se met à nu (bien malgré lui ) et le maître d'hôtel est plus à baffer qu'autre chose (bien fait tiens, quand il se la fait mordre)... mais les amateurs de plastique féminine seront servis, il y en a pour tous les goûts, de la femme de chambre prude et ingénue à la directrice de l'hôtel faussement outrée par les actes de son hôte de marque, en passant par la patronne d'auberge génétiquement croisée avec une vache laitière, les belles orientales du harem du maharaja et l'espionne allemande nymphomane et bien charpentée !

J'ai trouvé la fin un peu expédiée et la chute m'interpelle un peu, je crois que je n'ai pas tout compris à cette dernière pirouette (et non pas galipette), à moins qu'elle n'explique un raté intervenu quelques pages avant... étrange tout de même...

Graphiquement, le sieur Artoupan maîtrise la plastique féminine dans toutes les positions et sous tous les angles, c'est assez impressionnant d'ailleurs de voir ce qu'il est capable de faire en dédicace sans faire d'esquisse au préalable... Les scènes d'action (non sexuelles...) sont en revanche un peu trop statiques. Les couleurs sont quant à elles très jolies et vont très bien avec ce contexte de début de XXème siècle !

A conseiller aux amateurs de BD érotique avec scénario !

Nom série  Ikigami - Préavis de mort  posté le 15/04/2010 (dernière MAJ le 01/07/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Franchement pas mal cette petite série.

J'aime bien ce principe de rester sur le même schéma pour chaque histoire, même s'il y a un risque à force de se répéter ou de tourner en rond. Ca fait un peu penser aux séries policières américaines dont on nous abreuve à la télévision, sauf qu'ici, je ne m'en suis pas encore lassée .

Chaque tome nous conte deux histoires autour de la réception de l'Ikigami et de ses conséquences : présentation de la personne dans son environnement, distribution de l'Ikigami par le fonctionnaire de la mairie, les dernières 24 heures du condamné et quelques pages de réflexions de la famille et/ou de Fujimoto (le fonctionnaire chargé de la distribution) avec ses collègues ou son ego. On a donc à chaque épisode du tout neuf avec l'histoire du condamné lui-même et une sorte de fil rouge autour de Fujimoto (qui n'est pas complètement à l'aise dans son rôle), de son chef (qui a depuis longtemps oublié d'interroger sa conscience) et de son amie la psy (qui semble se satisfaire pleinement de cette loi, à moins que...).

Deux choses me gênent un peu tout de même :
- la crédibilité de cette mesure de sacrifice d'un jeune sur 1000 comme moyen d'assurer la prospérité nationale en donnant aux 999 autres une conscience accrue de la valeur de la vie (finalement, seul le condamné s'en rend vraiment compte et revient sur son passé, ceux qui y échappent semblent ne pas trop s'en préoccuper),
- la trop faible proportion de personnages qui pètent vraiment les plombs (je n'ai vu que le prof d'anglais ou le fils de la femme politique dans ce cas : 2 sur 10, le ratio est faible) ou de vrais méchants qui feraient des trucs vraiment répréhensibles : on a finalement affaire essentiellement à des gens bien (voire même très bien comme ce jeune garçon qui travaille dans une maison de retraite : pour lui, j'ai même fait une pause avant le dernier acte pour lui laisser la vie sauve plus longtemps…), ou qui tentent de rattraper tant bien que mal quelques erreurs passées au cours de leurs dernières 24H. Le T6 rééquilibre un peu les choses...

Le dessin est plus que correct, avec quelques fonds à base de retouche photo que j'apprécie moins, mais c'est vraiment pour pinailler. La lecture est agréable et fluide. C'est un bon divertissement.

En résumé : une bonne série, originale dans son idée de base, mais qui prend le risque de tourner en rond et/ou de s'enliser dans un truc un peu trop guimauve à trop vouloir ne raconter que la vie de gens bien.

Après lecture des 10 tomes de la série.

Alors là, s'il y a un truc auquel je ne m'attendais pas, c'est que la série s'arrête à ce 10ème tome... Peut-être est-ce une fin avortée à cause de la catastrophe écologique et nucléaire de 2011. Et à la lecture de ce dernier opus je fus surprise de lire que ce n'était pas au Japon que se déroulait l'action mais dans un pays "allié" de ce dernier, mais avec des habitants parlant la même langue... Pourtant, je lis bien dans le résumé de la fiche série la phrase suivante "Le Japon, dans une réalité alternative"... Bref, j'ai légèrement été désarçonnée et il faut que je me replonge dans les premiers tome pour vérifier tout ça.

Vérification faite, je ne dois pas être la seule à avoir cru dur comme fer qu'Ikigami se passait dans un Japon uchronique, les notes de fin de volume 4 qui font le rapprochement avec l'histoire réelle du Japon le prouvent car on nous y explique que la fameuse loi de Sauvegarde de la Prospérité Nationale a été imposée par un pays "vainqueur" (que l'on suppose être les Etats-Unis) au pays perdant (le Japon) après une guerre (la deuxième guerre mondiale). L'auteur des notes s'étonne quand même qu'une loi de la sorte, à l'esprit tout japonais, ait pu être imposée par un pays comme les Etats-Unis.
Il est difficile de dire si nous nous sommes tous fourvoyés ou si l'auteur a changé son fusil d'épaule au moment de conclure la série. Personnellement, je trouve ça assez peu convainquant comme surprise de dernière minute.

Malgré cela, Ikigami reste pour moi une série sympathique et divertissante que je relirai certainement à l'occasion, son format 1 tome / 2 histoires permettant de le faire sans forcément reprendre la série dans son intégralité.

Nom série  Conductor  posté le 23/11/2011 (dernière MAJ le 27/06/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'histoire de Conductor tourne autour d'une poignée de personnages qui gravitent dans le milieu artistique (musiciens, chef d'orchestre, metteur en scène et cie) et il semble que quelque chose de pas bien glorieux se soit passé 3 ans auparavant dans la vie de tout ce petit monde.

On plonge d'entrée dans le cauchemar de la flutiste du groupe, vraisemblablement lié à cet épisode mystérieux, on fait la connaissance des autres personnages principaux et de leurs petites magouilles, on découvre un crime vieux de ... 3 ans et on se méfie aussi très vite du psy...
J'ai du mal à croire que ce soit aussi simple que ça en a l'air et j'espère que l'auteur s'amuse à nous lancer sur une fausse piste sinon je crains la déception au bout des 4 tomes !

Côté dessin, c'est correct, sauf peut-être pour le rendu du mouvement qui est ici tout à fait ridicule, mettre des hachures ne suffit pas à faire illusion ! Il y a des progrès à faire, dans l'ensemble il est perfectible sur bien des points mais se laisse regarder malgré tout. C'est assez bien mis en page, je n'ai pas eu de mal à suivre, aucune confusion dans la progression de la lecture, comme c'est le cas parfois.

Il y a dans ce début de série un petit mystère qui donne envie de lire la suite pour avoir le fin mot de l'histoire, en espérant quand même être prise au dépourvu et avoir quelques surprises à me mettre sous la dent. Un pas mal à confirmer.

Après lecture du T2 : je reste sur mon impression plutôt positive après ce tome 2, l'intrigue est assez prenante, certains personnages réservent quelques surprises (pour moi qui souhaitais être un peu prise au dépourvu, c'est un bon point) et quelques fils commencent à se démêler sans pour autant donner de piste claire. A suivre au T3.

Après lecture des 4 tomes : je suis un poil déçue par le dernier tome qui conclut la série, il est plutôt confus. La ressemblance physique de certains personnages ajoutée à la confusion des noms (j'ai du mal à imprimer les patronymes japonais, c'est comme ça...) n'aident pas à comprendre ce qu'il se passe au milieu de ce tome. La conclusion en revanche est assez claire et confirme certains soupçons.

Au final, un pas mal sans plus, j'espérais mieux et surtout plus de clarté pour la conclusion.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 34 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque