Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4346 avis et 773 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Virtus  posté le 19/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Commode, c'est le fameux empereur romain que l'on voit dans le film de Ridley Scott à savoir Gladiator. Il est le symbole même de la décadence de la Rome antique. Il n'hésitait pas à abrutir les masses par des spectacles en grandeur nature dans l'arène du Colisée. (Bon, c'est encore un procédé comme moyen de diversion qu'on utilise de nos jours au travers sans doute de la TV réalité). Une de ses concubines va s'opposer à lui en recourant à la magie et en allant chercher des japonais dans une prison de nos jours pour le mettre face à lui.

C'est clair qu'un tel scénario est franchement tiré par les cheveux. Le but est de montrer des techniques de combat. Fallait-il vraiment en passer par là ? Il n'y avait aucun autre moyen que de recourir au fantastique ? C'est dommage car je m'attendais à une bd sur les gladiateurs de façon sérieuse et documenté.

Pourtant, ce manga est assez bien construit. On ne loupe pas une miette d'image. L'action est rythmé. Les dessins sont corrects avec des décors assez détaillés. Le divertissement est assuré pour peu qu'on ne craint pas l'extrême violence des combats. C'est d'ailleurs parfois à la limite du soutenable. C''est sombre et musclé à la fois.

Par ailleurs, la série ne compte que 5 volumes ce qui évite la série à rallonge. Pour autant, la conclusion ne m'a pas du tout semblé satisfaisante: est-ce seulement la fin d'un cycle ? Bref, Virtus cumule les hauts et les bas. Cependant, je retiens surtout le fait que le suspense est savamment dosé et qu'on passe un bon moment de lecture.

Nom série  Reset  posté le 19/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Reset semble être une critique à peine voilée de l'utilisation des jeux vidéos. On peut imaginer son évolution dans le futur où les jeux sont de plus en plus réalistes jusqu'à se confondre dans la réalité. Les jeunes ne sortent plus de chez eux car ils jouent sans arrêt émerveillés par des effets spéciaux et autres mises en scène époustouflantes. Vont-ils faire la différence avec la réalité ? Les jeux sont violents et peuvent conduire à des atrocités. Bien entendu, on appelle à la retenue de chacun. Cependant, Reset va plus loin pour nos montrer un devenir.

Il est clair que le jeu vidéo est un moyen de s'évader vers un autre monde. Certes mais à quel prix ? Pour des jeunes, le nombre d'heures, scotchés à l'écran, peut tourner entre 25 et 40 h, ce qui est néfaste. Outre les conséquences pour la santé, on trouve des troubles psychologiques : addiction, et surtout, incitation à la violence venant des jeux vidéos. Reset va surtout conduire à une violence qui se retourne contre soi dans le style: "votre vie est un échec, appuyez sur reset."

Bref, c'est un manga qui pose de bonnes questions sur le monde du virtuel mais qui n'apporte pas forcément de bonnes solutions. L'introduction d'un personnage, sorte d'agent secret hacker, va décrédibiliser l'ensemble. Du pain béni pour les geeks ! Bref, un thème intéressant mais mal exploité.

Nom série  Le Chevalier Mécanique  posté le 18/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le chevalier mécanique se veut original de par son idée mi-homme, mi-automate au service du roi Louis XIV qui lui a fait couper la tête. On n'arrive pas à accepter facilement l'idée. Pour le reste, le thème de la conjuration contre le royaume a déjà été maintes fois bien exploité. On nous ressort en guise d'introduction le combat des dieux égyptiens à la manière d'un Yo Gi Oh.

L'aventure demeure néanmoins assez plaisante d'autant que le trait du dessinateur convient bien pour décrire cette belle époque costumée. Il y a certes l'anachronisme à digérer mais on fera avec dans ce récit de cape et d'épée.

Le concept de l'édition est celle du financement par les internautes à savoir les lecteurs du site sandawe.com.

Nom série  Lé Zitata  posté le 18/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Lé Zitata nous entraîne de la Guadeloupe à la Martinique où un jeune homme essaye de vivre son rêve: celui de devenir acteur de théâtre. Cependant, il ne sera guère soutenu par ses parents. Qu'importe, il s'enfuit loin de chez lui pour vivre une aventure hors du commun.

Il sera tout d'abord un sans-papier sur une île des Caraïbes qu'il connait à peine. J'ai beaucoup aimé ce personnage très attachant par son côté fantasque. Il se fait tout le temps avoir. Il est d'une naïveté parfois déconcertante. Mais on l'aime bien !

Cette lecture aux couleurs créoles a été une vraie bouffée d'oxygène pour nous montrer les DOM comme on ne l'avait jamais ressenti. Le rythme est soutenu et la lecture a été très divertissante. En conclusion, il y a quelque chose qui sort de l'ordinaire et cela demeure assez plaisant.

A noter qu'il ne s'agit pas d'un one-shot comme indiqué sur la fiche mais bien d'une série en cours.

Nom série  Aux îles, point de salut  posté le 18/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne savais pas à quel point l'histoire des bagnes avait forgé la culture de la Guyane française, un département d'outre mer situé en Amérique du Sud avec pour frontière le Brésil. Les derniers bagnards, ainsi que le personnel pénitentiaire et leurs familles, ne seront rapatriés qu’en 1953…

Le scénario est inspiré de l'histoire vraie d'une femme qui fut fille et femme de surveillant de bagne en Guyane. La vie d’une famille de surveillants est ainsi racontée avec des allers-retours entre le passé et le présent. Il est vrai que l'intrigue est un peu mince mais cette histoire a le mérite de nous raconter une histoire un peu méconnue sur l'univers du bagne en Guyane, un véritable lieu de souffrance dans un climat et une nature réellement hostiles. On se souvient tous du fameux film Papillon avec Steve Mac Queen.

Cependant, en l'occurrence, on vit le bagne d'une petite fille qui va y passer 35 années de son existence. Le rêve de colonisation s'est transformé en cauchemar et il est bon de rappeler qu'aux îles, il n'y a point de salut.

Nom série  Le Retour de Dorian Gray  posté le 18/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais beaucoup aimé l'oeuvre originale. Du coup, imaginer une suite ne m'est pas indifférent. L'originalité provient du fait de croiser la route de l'homme invisible qui s'attaque directement à la couronne britannique alors que la reine Victoria vient de succomber. On remarquera d'ailleurs que les dates historiques ne sont pas vraiment respectées (février 1902 au lieu de janvier 1901).

On arrive à ressentir une certaine compassion pour Dorian Gray malgré toutes les horreurs qu'il a pu commettre. Il tombe sous le charme de la belle Philis, une jeune suffragette au coeur d'or. On espère qu'il pourra trouver la rédemption qu'il appelle de ses voeux.

Il y a une belle représentation de l'époque victorienne : tout y est jusqu'au contexte social. La réussite provient d'avoir mêlé les univers de H.G Wells avec celui d'Oscar Wilde dans un certain contexte social-politique. L'intrigue de ce diptyque est assez prenante. Bref, un bon crû de cette collection 1800.

Nom série  Bad Ass  posté le 17/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bad Ass a la particularité d'être un comics à la française tout en respectant les lois du genre américain avec la panoplie des super héros costumés. Un adolescent mal dans sa peau se retrouve avec de supers pouvoirs. Le doute demeure sur l'acquisition de son pouvoir qui semble être lié à la chance. Les clins d'oeil sont légions avec Batman à commencer par Black Snake le justicier de la nuit qu'il faut appeler par un signal. Bref, c'est par moment assez jubilatoire.

Notre héros est un super vilain. Cela change la donne. L'humour est prédominant avec un regard complètement décalé sur les comics. Il y a un côté Kick Ass que j'ai franchement apprécié. C'est une parodie politiquement incorrecte mais c'est jouissif à souhait. Le ton est décalé et les dialogues sont savoureux. Il y a véritablement de l'audace. En conclusion, on passe un agréable moment de lecture.

Nom série  Un été calme  posté le 17/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une bd par un auteur allemand que vous avez certainement peu de chance de lire. Je l'avise au cas où (comme d'ailleurs la plupart de mes séries). On se situe à mille lieux des chemins commerciaux que je parcours assez souvent comme la plupart. Pourtant, cela fait parfois du bien de découvrir une autre forme de bande dessinée moins standardisée.

En l'occurrence, on va suivre le parcours estival de Christophe, jeune homme introverti qui redouble sa classe, qui vit seul avec sa maman et qui ne partira pas en vacances. Sa vie semble terriblement ennuyeuse jusqu'au jour où il fait une rencontre. Cependant, comme chacun le sait, les amours d'été ne durent jamais. On se demande s'il n'y est pas pour quelque chose avec un caractère si peu accommodant (ne serait-ce qu'avec sa mère). Bref, c'est un été calme avec l'ennui qui transparaît du personnage central.

Cependant, la lecture me fut assez agréable. Une fois refermé, on oubliera vite cet ouvrage qui a été primé à la foire aux livres de Francfort en 2005. On regrettera que la traduction laisse transparaître quelques fautes d'orthographe. J'ai bien aimé la finesse du trait ainsi que l'utilisation de la couleur grise. Les silences sont assez éloquents du manque de communication.

Au final, un portrait d'un adolescent qui sonne juste dans le monde d'aujourd'hui.

Nom série  Locke & Key  posté le 17/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série est une formidable réussite. J'ai rarement lu un comics aussi abouti. Il est réalisé à la perfection. Il y a un excellent dosage entre les divers personnages qui le composent. L'action est savamment orchestrée. Je ne m'attendais pas à cela. Pourtant, les premières pages arrivent déjà à retenir toute notre attention avec la mort brutale du père. On voit tout de suite la différence avec le reste des publications.

Bref, Locke and Key joue véritablement dans la cour des grands avec des auteurs pourtant inconnus. En recherchant bien, on découvre que le scénariste Joe Hill n'est autre que le fils de Stephen King, le maître de l'épouvante. Le talent peut alors se transmettre d'une génération à l'autre.

La maison de Keyhouse va nous faire vivre de palpitantes aventures où il faudra s'accrocher. Ce comics a tout pour devenir culte: un univers riche et horrifique, des personnages attachants, du rythme et un vrai scénario.

Nom série  Les Assassins d'Oz  posté le 16/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai récemment vu au cinéma une version modernisée du Magicien d'Oz avec James Franco. J'avais vu étant enfant le célèbre film musical de 1939 qui est devenu culte avec les années. En l'occurrence, nous avons droit à une version totalement horrifique qui n'a plus rien à voir avec l'original.

Bien entendu, il sera également question d'une tornade qui amène un élément fantastique. Il faut bien reprendre certains éléments du conte. Pour le reste, il s'agit d'une créature démoniaque à la tête de singe qui terrorise une petite bourgade du Kansas.

C'est très gore par moment avec une action qui va en crescendo. Les scènes sont plutôt bien dessinées. Pour le reste, ce n'est pas trop un genre que j'aime. Bref, vous verrez Oz comme vous ne l'avez jamais vu. On passe du conte au cauchemar. A réserver plutôt à un public adolescent.

Nom série  Segments  posté le 15/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Segments ne révolutionnera pas le genre science-fiction. C'est du déjà vu en reprenant de bonnes vieilles recettes qui peuvent avoir de l'effet sur un certain lectorat. Il est vrai que cela fleure bon les bds d'antan. Et pourtant, elle a été conçue en 2011.

Richard Malka est un juriste dans l'âme et il aime imaginer ce que pourra être le système judiciaire de demain. Il y a d'ailleurs une sacrée dose d'humour et d'exagération comme la sentence prononcée pour notre belle héroïne aux contours généreux : deux ans de prostitution sur Sodoma !

Pour autant, l'univers imaginé s'appuie sur une philosophie déterministe avec 7 systèmes planétaires organisés selon le caractère de chaque être humain: le secteur du travail, de l'ordre, de la créativité, de la spiritualité, de la guerre, de l'échange et de la jouissance. Bref, tout un programme !

Il y a un contexte d'anticipation assez intéressant ce qui rend la lecture agréable malgré le côté vieux jeux et un début un peu longuet. Les auteurs lorgnent vers du Jodorowski (genre caste des méta-barons) mais sans l'assumer totalement. En conclusion, à lire pour le plaisir mais pas à posséder.

Nom série  L'Affaire Sugaya  posté le 14/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce one shot est un beau témoignage sur le journalisme d'investigation. Il est vrai qu'à l'heure actuelle, le journalisme perd un peu ses lettres de noblesse en ne remplissant plus sa mission de façon objective et professionnelle. Je n'entrerais pas dans ce débat afin de citer toutes les lacunes.

Il est bon de voir qu'au Japon, une équipe de journalistes a réussi à faire bouger la société pour innocenter un accusé de meurtres de fillettes. L'affaire Sugaya n'est autre que l'une des pires erreurs judiciaires commises au pays du soleil levant en se basant sur la véracité des preuves de type ADN.

En effet, un journaliste obstiné entend prouver que son métier n'a de valeur que si les journalistes n'hésitent pas à se confronter aux institutions pour défendre l'intérêt des citoyens ! Il donnera une belle leçon de morale qui sera mise en oeuvre malheureusement de façon trop caricaturale. Les Japonais ne savent décidément pas faire dans la modestie et dans la finesse pour certaines choses.

Il est dommage également de ne pas savoir le fin mot de ces histoires de crimes en série. On a l'impression de n'avoir parcouru que la moitié du chemin. Reste que la lecture a été agréable et le thème assez accrocheur. Côté graphique, le trait est réaliste. Par ailleurs, l'interview avec l'innocenté à la fin de l'ouvrage est particulièrement intéressante. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'une histoire vraie.

L'avantage est qu'il s'agit d'un one-shot et non d'une de ces sagas interminables. L'achat pourra alors être conseillé.

Nom série  La Loge écarlate  posté le 11/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce récit mêle faits historiques, thriller et fantastique avec brio. Cette bande dessinée présente la franc-maçonnerie dans une Italie encore divisée en micro états.

Un père va perdre sa fille unique à Palerme en 1770. C'est le siècle des Lumières où se forment des loges franc-maçonniques. Cet aristocrate a financé 20 ans plus tôt un projet scientifique pour le moins douteux où il s'agit de faire des expériences sur des cadavres avant de passer par une phase plus meurtrière. Il pense que Dieu l'a puni car il a voulu percer le mystère de la création.

La thématique est assez intéressante bien qu'elle a souvent été reprise entre le Golem et Frankenstein. En effet, insuffler la vie à une créature d'argile fut le rêve du rabbin Loew. Il parvient à créer le Golem qui causa sa perte. Le docteur Frankenstein l'imita en usant de cadavres avec le résultat que l'on connait. Mais qui savait qu'à la fin du XVIIIème siècle, au royaume de Naples, le Prince de San Severo, alchimiste et franc-maçon, tenta une expérience tout aussi terrifiante avec la complicité de l'énigmatique docteur Salerno ?

Le style de cette bd ainsi que l'époque se distinguent des autres. Cependant, malgré un rythme assez soutenu, la fin ne sera pas une réelle surprise. J'aurais aimé là encore un peu plus d'audace et d'ingéniosité. Les auteurs sont pourtant partis de faits réels pour imaginer cette histoire. Le dessin est tout en aquarelle où la couleur rouge domine. Au final, c'est quand même une réussite.

Nom série  La Fin du Monde, avant le lever du jour  posté le 11/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce manga ne m'a pas séduit. Je me suis ennuyé à cette lecture de nouvelles qui s'enchaînent les unes après les autres. Ces bouts de récits sont censés être un apprentissage de la vie. J'ai déjà lu dans un genre similaire avec ces tranches de vie où l'action est quasi inexistante. Encore faut'il que le lecteur y trouve un intérêt.

Le thème sera celui de l'univers instable qui existe lorsqu'on passe de l'adolescence à l'âge adulte avec le questionnement de soi et du sens de la vie. Certes. Cependant, c'est souvent décousu. Bref, je n'ai pas du tout été captivé par cet univers.

En ce qui concerne le dessin, il est semblable à tout ce qu'on retrouve dans un manga japonais. Je n'arrive pas à y percevoir la moindre singularité. Le titre avait attiré mon attention mais le contenu m'a déçu car il n'est pas vraiment en rapport (à moins d'une certaine vision philosophique et intellectuelle des choses).

Nom série  Nicodémus Red  posté le 11/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nicodémus Red nous plonge directement dans l'action avec un héros qui n'a peur de rien. On lui propose un nouveau défi d'envergure et il n'hésite pas à s'embarquer pour l'aventure.

Ce premier tome introductif est plutôt réussi. Je regrette juste un manque d'audace qui aurait permis de sortir des sentiers battus. Tout y est hormis l'originalité. J'aurais bien conseillé l'achat mais pléthore de séries de même acabit existe déjà.

Il est question de dragon dont on n'a plus entendu parler depuis des siècles et qu'il ne faudrait surtout pas réveiller. Crisse n'a pas perdu son talent de conteur d'histoires. Il s'éloigne de la mythologie pour entrer dans le steampunk. Les décors sont parfaitement soignés dans un style assez colorié et cartoonesque. Le dessinateur qui m'est inconnu s'en tire pas trop mal.

En conclusion, une agréable histoire d'aventure qui respecte un certain classicisme du genre en mêlant steampunk et fantasy. Une bd qui pourra plaire aux ados.

Nom série  Luno  posté le 10/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est un manga dans un style mélancolique qui se lit très bien et jusqu'à la fin. Bref, rien à redire sur la mise en scène. C'est un conte un peu ésotérique qui met en scène deux enfants.

Il y a toujours un cliché Cosette du roman les Misérables qui vole du pain qui est difficile à avaler mais bon, on passera l'éponge. On comprendra également difficilement les motivations profondes du méchant de l'histoire.

Le lieu de l'action est une petite ville d'Occident. Cependant, l'endroit et l'époque sont volontairement laissés flous : on sait juste que le père est mort à la guerre. Le graphisme m'a bien plu car oscillant avec le réalisme malgré une atmosphère un peu atemporelle.

On va côtoyer les sectes, la mort et la résurrection : bref des thèmes à la mode pour une sympathique fable onirique. Je n'ai pas été inspiré plus que cela.

Nom série  Bienvenue au palais de l'amour !  posté le 10/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Sur la préface, l'auteur nous avoue qu'il s'agit de sa première bande dessinée pour un magazine shonen (pour garçon) et c'est pour lui un rêve qui se réalise. Il a dû suer sang et eau pour se montrer à la hauteur de cet honneur selon ses dires. Bigre, je m'attends au chef-d’œuvre avec une telle déclaration ! Bon, je ne vais pas être déçu !

Eh bien, la déception ne s'est pas fait attendre. C’est niais à souhait, c'est franchement pathétique par moment dans les attitudes des personnages volontairement exagérées. Je ne crois pas que les garçons vont aimer ce genre de récit à l'eau de rose. J’ai dû me forcer pour en venir à bout. Je ne sais pas si vous aurez cette patience. Vous comprendrez déjà au bout de la 5ème page avec ces éphèbes irréels...

Le pire, c'est que sur la postface, l'auteur réitère avec des déclarations du style "je veux bien continuer cette oeuvre car j'ai deux enfants à nourrir" etc... Attention, c'est sur un ton sérieux. Bref, il se croit vraiment ! "C'est un manga dont je suis assez fier et qui semble plaire particulièrement aux jeunes lecteurs masculins ce dont je me réjouis". Comme je l'ai dit, c'est franchement présomptueux.

L'oeuvre est certes bien dessinée mais le récit frise le ridicule dans le comportement des protagonistes sans compter toutes les ficelles grossières qui sont tirées. Ce n'est même pas divertissant. Ce que je peux dire, c'est que je comprends les lecteurs qui fuient le manga. Ce titre ne fait pas du tout honneur.

En conclusion, le monde "merveilleux" des hosts boys n'aura plus aucun secret pour vous. Bienvenue dans le palais de l'amour !

Nom série  Scotland Yard  posté le 08/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Honnêtement, Scotland Yard ne sera pas la bd de l’année. Loin s’en faut. Le scénario est assez incompréhensible avec une mise en scène et en image assez chaotique pour ne pas dire catastrophique. On se demande parfois si on n’a pas loupé une case si bien qu’on revient en arrière parfois à tort. Bref, question fluidité, il faudra repasser. La compréhension ne sera pas à son maximum.

Et puis, et surtout, c’est d’un ennui presque mortel. Il ne se passe pas grand-chose dans cette enquête qui s’étire. On ne vit pas à l’heure des personnages. Bref, l’intérêt pour cette bd qui s’inscrit dans la galaxie des fameux Sherlock Holmes dans la même collection 1800 de Jean-Luc Istin est moindre. Il y a un mélange de genre de tout ce qui pouvait compter sur l’Angleterre victorienne. On peut certes y voir un coup de génie ; cependant cela ne sera pas mon cas. Il me faut plus que des noms pour m’impressionner !

Cela ne me donne pas du tout envie de lire la suite car aucune originalité, ni inventivité. Est-ce qu’avec cela, je suis dans les clous ? Je ne le pense pas. Allez, 2 étoiles pour ne pas me retrouver au pilori.

Nom série  O.D.E.SS.A  posté le 07/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
O.D.E.SS.A part d’un constat assez séduisant que celui de retracer les parcours différents de 3 frères pendant la Seconde Guerre Mondiale. L’un sera un rescapé de guerre, l’autre entrera dans la résistance, quant au troisième il aura collaboré avec l’ennemi nazi. Cependant, les auteurs vont s’intéresser surtout au dernier tout en l’opposant au résistant d’obédience communiste.

On va découvrir alors que la réalité est parfois un peu différente de ce que l’on pense surtout dans un tel contexte. Il est dommage de suivre un jeune blanc-bec détestable jusque dans ses attitudes stéréotypées. Il semblerait que cela ait été voulu par l’auteur pour décrire la vraie tête à claque qui croit tout savoir.

Par ailleurs, le scénario introduit des scènes de flash-back qui ne semblent pas suivre une certaine linéarité ce qui rend la compréhension plus délicate. Bref, la construction et la mise en scène comportent de sérieuses lacunes. Le style est un peu rugueux mais pas désagréable.

Pour autant, c’est un récit qui se lit bien et qui donne envie de poursuivre d'autant que le second tome de ce diptyque a été immédiatement disponible. Par conséquent, je serai indulgent dans ma notation. A noter que l’action se déroule dans les Ardennes, puis en Belgique avant de découvrir la fameuse filière d’évasion des nazis dans le second tome qui sera à peine évoqué (à mettre en parallèle avec le titre de l’album !).

Nom série  Intrusion  posté le 06/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce Graphic Novels est le lauréat du Prix International de la Bande Dessinée de la Costa Brava de 2012, soutenu par Panini España. Il raconte le choix d'une femme qui, pour sauver la vie de son petit ami, accepte de vendre son âme au diable. Rien ne se passe comme prévu, et l'histoire d'amour bascule dans une aventure terrifiante où les morts-vivants sèment la panique.

D'emblée, je n'ai pas apprécié le manque manifeste de modestie de cette bd avec une préface qui souligne le fait d'avoir gagné un prix parmi toutes les bd du monde entier comme si on tenait un bijou entre nos mains. Cela place la barre très haute. A la lecture, on va vite déchanter en se disant que c'est un prix de circonstance pour ne pas dire de complaisance.

Le scénario est en effet d'un clacissisme à faire frémir les morts. On a déjà tous vu ce genre de film d'horreur où l'esprit passe d'un corps à l'autre. Bref, il n'y a rien de nouveau. Même la bd Mille Visages a exploité ce concept. Par ailleurs, le dessin ne m'a absolument pas marqué pour sa grâce. Le trait est lourd et anguleux au point d'agresser les yeux.

En conclusion, un thriller dont on pourra aisément se passer sauf pour les fans de possession démoniaque.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 218 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque