Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3362 avis et 475 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ikigami - Préavis de mort  posté le 23/08/2009 (dernière MAJ le 12/08/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quand j'ai commencé à lire ce manga, je me suis demandé si ce n'était pas un énième foutage de gueule. Une société accepte que des personnes meurent au hasard pour une loi qui entend assurer la prospérité de la nation. Les enfants sont vaccinés dès le plus jeune âge et à un moment donné de leur vie entre 18 et 24 ans, ils meurent victimes de nano-capsules spéciales introduites dans 0.1% des seringues. On aura tout vu!

Bon, il faut accepter l'idée de départ qui est intéressante : on doit l'admettre. Ce qui est effrayant, c'est que l'auteur décortique une machine administrative huilée qui prend en charge la condamnation à mort arbitraire. Un fonctionnaire doit livrer deux à trois fois par mois le préavis de mort à savoir l'Ikigami. C'est choquant de cruauté car traité comme une simple formalité administrative.

Il va s'en passer des choses car les personnes qui savent qu'ils n'ont plus que 24 heures à vivre réagissent de manières totalement différentes. Certains s'adonnent à la vengeance, d'autres essayent de retrouver les vraies valeurs. Oui, ce concept parait très intéressant. Depuis Death Note, je n'avais pas lu un manga aussi puissant dans le même genre.

Chaque volume va être l’occasion de découvrir le destin de deux personnages à qui ont délivre ce préavis de mort. Ils n’ont plus que quelques heures à vivre. Leurs vies vont basculer et ils vont devoir faire des choix cruciaux qui impliquent bien entendu leur proche. C’est souvent triste car cette loi est arbitraire et injuste. Une jeune mère de famille de 24 ans qui est heureuse d’élever sa petite fille asthmatique peut ainsi mourir pour le bien de son pays soi-disant au nom de cette loi de prospérité nationale. Cela peut être également un frère qui devait s’occuper de sa sœur aveugle suite à un accident de voiture où ils ont déjà perdu leurs parents. Chaque récit est intéressant et nous fait réfléchir sur bien des aspects en apportant une petite pierre à un édifice géant qui menace de s'écouler tôt ou tard. Il faudra combien de victimes innocentes pour une prise de conscience ?

Je suis étonné de voir à quel point cette série est mésestimée ou sous-estimée car nous avons là l’un des meilleurs mangas qu’il m’est été donné de lire. Bien sûr, on pourrait facilement la taxer de guimauverie en raison des situations tristes que cette stupide loi entraîne. Mais au-delà de cet aspect, il y a bien plus encore!

On pousse en effet les extrémités très loin pour révéler à l’âme humaine ce qu’elle peut donné de meilleur ou de pire. Et surtout, on démontre qu’il ne suffit pas de vivre dans une dictature sanglante pour se sentir vraiment mal. Il existe des lois qui peuvent avoir des effets bien pires. Or, cela est vraisemblable dans nos sociétés car cela peut bafouer les fondements mêmes de nos idéaux. En gros, on ne risque certainement pas de basculer dans une dictature mais on peut connaître et accepter des lois qui régissent notre mode de vie qui sont issues de véritables idéologies nauséabondes.

Il est clair que cette uchronie parait de la science-fiction irréalisable. Cependant, combien de société se sont laissé faire portés par les médias ou une propagande d’état ? Je songe actuellement au peuple nord-coréen qui me semble être l’exemple le plus manifeste. En France, les gens dans leur désir de plus de répression face à la délinquance sont enclins à accepter des idées extrémistes. Que se passera- t’il dans une centaine d’années si la situation s’empire ? Bref, à bien y réfléchir, cela serait du domaine du possible dans un certain contexte.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4.5/5 – Note Globale : 4.25/5

Nom série  Carmen+Travis - les Récits  posté le 10/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis un grand fan de Carmen et de Travis : deux héros qui m'ont fait rêver. Je possède intégralement toute la collection à l'exception de cette série si décriée.

Je trouvais que c'était une mauvaise idée d'associer ces deux héros dans des récits indépendants beaucoup trop courts. Il faut dire que cela s'est confirmé par un ratage total. Il y a quelques fois des mauvaises idées et surtout une ligne à ne pas franchir pour ne pas que le lecteur ait l'impression qu'on tire sur la corde.

Confié à un productif collectif, le dessin est à mille lieues de l'univers futuriste des deux séries mères. Les histoires ne sont absolument pas passionnantes surtout dans le premier tome franchement décevant même si le second commence à se rattraper. Bref, cela n'apporte absolument rien. Le superflu ne paye pas !

Cela me rappelle un peu une démarche similaire sur une autre série culte à savoir Sillage et ses fameuses chroniques. Là encore, c'était ennuyeux et inutile. J'espère que cela servira de leçon à des éditeurs bien trop gourmands !

Nom série  L'empreinte de Satan  posté le 10/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
L’une des causes de la création de ce site a été entre autres de prévenir le lecteur lambda qu’il pouvait faire de mauvaises rencontres dans le choix de ses bandes dessinées car comme partout ailleurs il y a du bon et du moins bon. Dans le cas présent, je souhaite prévenir le lecteur que c’est l’une des pires bandes dessinées qu’il m’ait été donné de lire. Si vous commencez par celle-ci, à la condition bien entendu d’être doté de plus de deux neurones, vous pouvez être à tout jamais dégouté de la bd. Or, en tant que passionné, on souhaite toujours faire découvrir la bd sous son meilleur angle.

Là, nous côtoyons ce qui peut se faire de pire non seulement sur le plan scénaristique mais également graphiquement parlant. C’est si mauvais que l’éditeur devrait présenter publiquement ses excuses ainsi que rembourser deux fois les malheureux acheteurs. Mais comment peut-on en toute bonne conscience laisser publier ça ? C’est une insulte suprême ! Il y a tant d’artistes de talent à la recherche d’une maison d’édition pour publier leur œuvre. C’est injuste d’avoir misé sur ce mauvais paquet.

J’aurais pu excuser si seulement cette bd ne se prenait pas au sérieux mais ce n’est pas le cas. Au début, on se dit qu’on va laisser passer telle scène qui nous semble tellement stéréotypée. Mais bon, ce n’est qu’accumulation. Un Monsieur je-sais-tout est convoqué par un Ministre pour se pencher sur des évènements digne de la fin du monde mais bon, il ne sait pas s’il peut se déplacer en fonction de ses rendez-vous. Il serait à baffer instantanément. Cependant, cela se donne des airs sérieux et la suite ne sera qu’un amalgame d’incohérences, d’invraisemblances et pourquoi pas le dire de conneries diverses. Mes mots ne sont pas assez durs pour dire ce que j’exprime.

Le graphique ? Il change toutes les deux-trois pages dans le second tome pour des raisons totalement obscures. On se demande même si ce n’est pas fait exprès : or, ce n’est malheureusement pas le cas ! Le trait est tellement grossier et bâclé. On touche véritablement le fond de ce qui se fait de plus mauvais. La fin est d’ailleurs digne d’une mauvaise série Z.

Je demande pardon d’avoir exprimé en toute sincérité mon avis mais bon, c’est quelque fois salutaire. Je mets au défit un lecteur expérimenté de trouver pire ! Tiens, je viens de lire après coup, un avis plus bas d'un habitué du site et il ressent la même colère légitime : pourtant, on ne s'est pas passé le mot. Comme quoi ...



Nom série  Le Dessin  posté le 10/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le dessin est une œuvre magnifique dans tous les sens du terme : c’est un véritable enthousiasme littéraire qui m’a parcouru ! Il est tout d’abord intéressant de se pencher sur la construction du scénario et de voir comment le récit a été pensé. On ne peut qu’être admiratif de ce travail effectué avec brio. C’est comme si un mécanisme avait été parfaitement huilé pour donner la solution miracle à une énigme mystérieuse par essence à travers un dessin.

L’histoire est d’abord celle d’une amitié, puis d’un drame et de l’enfermement dans une bulle protectrice. Ce noir et blanc d’une belle élégance va donner le ton et apporter une cohérence à l’ensemble. Rarement une bd parvient à un tel mariage harmonieux pourtant essentiel. On ne peut que penser aux multiples implications et aux sens de chacune des choses dans une décortication avec une acuité exceptionnelle. Une simplicité des choses qui en fait cache une grande complexité. On est loin de toute scène purement contemplative.

De cette lecture, je retiendrais une véritable ode à l’amitié qui touche d’abord l’âme du lecteur. Je comprends pourquoi l’auteur est un véritable Mozart de la bd : il nous a livré une partition sans fausse note ! Les mots me manquent pour exprimer le fond de ma pensée. Je dirai tout simplement en conclusion que c’est étonnant, riche et poignant à la fois ! Une vraie réussite qui comblera les amateurs de bande dessinée !

Nom série  Les Allumeuses  posté le 10/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Charlène et Olivia sont deux nénettes un peu grunge et délurées qui vont allumer les stades. On commence par un petit coup de provocation en brûlant une culotte en public à la manière d’un Serge Gainsbourg mais tout en dédicaçant ce geste à un Président de la République à la manière d’une Madonna. Puis, on terminera en véritable apothéose après un parcours semé d’embûches.

Il va comme y avoir une espèce de dosage entre les anecdotes d’une autre époque et d’une plus actuelle à l’image de la Pop Acadamy qui est devenue la seule échappatoire pour des gosses en quête de gloire et de célébrité. Travailler moins pour glander plus est leur devise qu’ils revendiquent ! Bref, une réaction excessive de deux héroïnes vis-à-vis de la société actuelle afin de provoquer le feu : de vraies allumeuses !

J’ai adoré cette histoire qui ne payait pas de mine car la fin a su véritablement me surprendre en changeant brutalement de registre comme si on retombait les pieds sur terre. C’est vrai que cela déménage avec ces deux là qui n’hésitent pas à braver les interdits de cette société de consommation, on ne s’ennuie nullement ! Il y a plein de vérités qui dérangent. Le tout est traité avec beaucoup d’humour, ce qui ne gâche rien.

Quand j’ai commencé ma lecture, j’avais pourtant un mauvais a priori car le graphisme tout en rondeur avec ces gros yeux sans nez m’avait surprit. Puis, petit à petit, je me suis dit qu’il collait parfaitement à ce genre d’histoire très colorée. Il y a quelque chose qui véritablement transcende l’ensemble. Rarement, une bd n’a produit sur moi cet effet entre humour et réflexions plus profondes. C’est la marque d’une grande qualité. Débridé certes mais tellement amusant !

Nom série  Aleph-Alif  posté le 09/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On suit le parcours assez chaotique de cette jeune femme libre qui va en Israel à la veille de la guerre de 1967 afin d'enquêter sur un nazi et pour mieux connaître son passé par rapport à un père mort dans un camp de concentration. On commence d'ailleurs par une scène d'amour dans un kibboutz puis on tâte l'atmosphère de ce pays occidentalisé au gré des rencontres dans une ambiance très sixties. C'est assez intéressant de découvrir la vie des habitants des deux côtés avant cette guerre qui va changer par la suite la donne dans la région.

J'ai bien aimé la philosophie de cette oeuvre à travers une phrase que prononce l'héroïne : "je suis contre toutes les guerres qu'elles soient justes ou injustes". C'est joliment dit. Cependant, n'est-ce pas le pacifisme qui a permis notamment l'éclosion d'Hitler et de son idéologie nauséabonde qui fait encore malheureusement des émules de nos jours ? N'est-elle pas elle-même à la recherche d'un criminel nazi en la mémoire de son père victime ? Bref, on a du mal à comprendre la psychologie de cette femme. De belles paroles ne suffisent pas à convaincre totalement compte tenu du contexte.

Ce qui est réellement déroutant dans cette bd, c'est la place laissée par l'auteur a des images représentant l'extérieur comme des pancartes publicitaires pour Coca-Cola. Bref, côté ambiance, c'est réussi mais cela se fait au détriment d'une histoire plus intimiste qu'on aurait aimé ne pas voir se terminer en queue de poisson. L'auteur a du potentiel qu'il s'agira d'exploiter à condition que le dosage soit pris en compte.

Nom série  Les Survivants du Silence  posté le 08/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le problème que pose cette bd est incontestablement un scénario qui ne donne guère d'indices sur ce qui se passe. Sommes-nous dans un monde purement virtuel ou bien un univers apocalyptique où l'homme aurait totalement disparu ? Quel serait la mission de ce couple qui se réveille dans un cocon et qui embarque dans un train vidé de tout occupant ? Quel est ce fameux traqueur qui les pourchasse et pourquoi ? Trop de questions qui restent sans réponse. On poursuit une quête étrange sans avoir le minimum d'éléments nécessaire.

Pour autant, j'ai trouvé que cette histoire était suffisament accrocheuse pour qu'on ait envie de lire la suite. Il doit bien y avoir une explication qui pourra nous paraître rationnelle. Bref, le second tome doit absolument convaincre.

Par ailleurs, je souligne également une bonne qualité du dessin qui nous fait contempler de magnifiques planches. L'ambiance qui est rendue est oppressante. C'est réellement dommage d'avoir une histoire dont le scénario est aussi flou.

Nom série  L'Encyclopédie du Mal  posté le 08/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'encyclopédie du mal offrait une variante jusque là inconnue de l'héroïc fantasy qu'il aurait été bon de poursuivre dans un nouveau sous-genre fantastico-médiéval inquiétant.
Cependant, ce premier tome n'était sans doute pas assez convaincant pour accrocher le public même dans une démarche purement commerciale. Avec un titre pareil, on ne s'étonnera pas.

Pourtant, on sentait en germe beaucoup de potentiel dans cette lutte entre les hommes et les démons dans un cadre rappelant l'Allemagne impériale et même le Danube mais transposé dans une terre s'apparentant à la terre du Milieu d'une autre grande saga ...

Au niveau du dessin, je ne trouve pas que les démons soient aussi réussis que cela. Il y a comme un trait nébuleux comme pour souligner une différence de dimension ce qui était sans doute voulu par l'auteur. Les couleurs manquent véritablement d'éclat. Bref, cet album possède de nombreux défauts.

Le découpage par contre me semble tout à fait correct. On va vite également s'attacher aux deux personnages principaux dont on a envie de suivre les aventures ainsi que de connaître le passé. La narration me paraît assez fluide ce qui rend la lecture plutôt agréable. Bref, des qualités également !

Néanmoins, le gros point noir sera que le scénario manque cependant de densité. Ce qui a été fatal.
En effet, cette série a été lâchement abandonnée par son éditeur Soleil qui est très coutumier du fait. L'originalité n'a pas payé. C'est dommage : c'est tout ce qu'on peut ajouter.

Nom série  Albatros  posté le 08/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tout les lecteurs l'ont souligné : cela ressemble à du Loisel mais cela n'en est pas. Il est clair que cet auteur de talent a fait des émules qui tentent de suivre une certaine direction artistique. Pourquoi pas ?

Cela se laisse lire agréablement mais le scénario manque singulièrement de profondeur même si on sent bien que cela s'améliore par la suite. On devine quand même assez vite les aboutissants, en tout cas pour les lecteurs les plus aguéris. Il y a certains passages qui se lisent assez rapidement. J'ai bien aimé cette scène qui rappelle le film d'épouvante d'Alfred Hitchcock, à savoir "Les oiseaux".

Maintenant, il s'agit de rétablir les choses. Le dessin est superbe. Cependant, l'histoire reste trop légère pour convaincre totalement. Il y a manifestement de la vitalité et de la sensibilité.

A découvrir mais uniquement dans le cadre d'un emprunt !

Nom série  Un conte de l'Estaque  posté le 08/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On a droit à une bd qui nous fait vivre au coeur d'un quartier populaire de Marseille situé dans le port de l'Estaque. Comme la plupart des cités, il y a des problèmes de drogue, de vol et de violence. L'auteur les aborde sans tabou en apportant sa vision des choses. Le graphisme particulier de Sylvain Dorange convient aux ambiances de quartier dégagées par l'oeuvre tiré d'une adaptation cinématographique.

Bien que le 3 ème tome reprenne l'intrigue de Maruis et Jeannette qui avait fait tout de même 3 millions d'entrées dans les salles obscures, c'est le second qui a retenu toute mon attention. Elle porte un titre qui fait un contre-pied au célèbre proverbe "L'argent ne fait pas le bonheur".

Il est vrai qu'il est souvent prononcé par des gens qui jouissent de tout le confort et la richesse nécéssaire. Bien qu'on puisse vivre pauvre et heureux, j'ai toujours considéré qu'un peu d'argent ne faisait pas de mal. On vit dans un monde où de fort laids princes parviennent à épouser les plus belles femmes de la planète, ce n'est pas pour rien ou par leur grâce divine.

Bref, il faut vivre dans ces cités pour se rendre compte que le manque d'argent est bien le problème qui déclenche tous les maux. La haine va s'estomper à la fin quand l'argent coulera à flot. Tout est un problème de redistribution des richesses. Les beaux discours ont du mal à tenir quand le contexte est si difficile. Pourtant, l'auteur va arriver à cette fin optimiste tout en empruntant d'autres chemins moins conventionnels.

Le point fort est cette restitution des états d'âme de chaque personnage qui va s'intégrer dans un tout. Pour autant, la multitude confère presque à l'indigestion. Il y a des situations vraiment trop anecdotiques.

Cependant, ne nous y trompons pas : c'est d'abord une bd d'ambiance avec ces dialogues à l'accent marseillais. Il faut aimer le Sud également. Ce n'est pas donner à tout le monde surtout pour ceux qui l'ont pratiqué.

Nom série  Lisbonne, dernier tour  posté le 07/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un album subtil qui traite d'un destin tragique : celui d'un grand mage qui va sombrer dans l'oubli après avoir connu la gloire, la célébrité et la richesse. On lui prêtait même une relation avec Marilyn Monroe au firmament de sa gloire.

La construction du récit est très bien amenée puisqu'il s'agit de la plume de l'argentin Jorge Zentner qui est d'ailleurs aujourd'hui installé en Espagne (on se souviendra de son oeuvre Le Silence de Malka). Il nous raconte avec émotion le déclin d’un mage mystérieux aux pouvoirs spirituels exceptionnels mais qui est dépassé par la modernité. Il se contente désormais de salles des fêtes parsemées et d’hôtels miteux, alors qu’il a connu les quatre étoiles et la célébrité. C'est une belle et profonde réflexion sur la vieillesse et sur le déclin progressif de l’homme quand il se sent dépassé dans un domaine qu’il a pourtant toujours maîtrisé, et qu’il se sent alors complètement inutile !

On retrouvera également avec plaisir le graphisme et la force évocatrice des couleurs d'Aude Samara (après Amato). Elle utilise une technique avec de l'huile. C'est presque une oeuvre d'art.

Il se dégage beaucoup de nostalgie et de mélancolie de cette oeuvre d'ambiance. Sans doute trop à mon goût. J'aime quand un homme renaît de ses cendres. J'aime le côté rédempteur. Ici, il y a de cela mais à trop faible dose. On axe sur trop de choses pesantes. En vérité, je n'ai pas pu apprécier la soi-disant grandeur de cet homme. Certes, il n'était pas présenté sous son meilleur jour mais j'aurais aimé connaître l'avant et l'après. Pour construire une légende, il faut d'abord comprendre la légende et voir ce qu'il avait dans le ventre autrement l'exercice de style sera bien inutile.

Nom série  Ma voisine en maillot  posté le 07/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais déjà frissonné sur la bd du même auteur canadien à savoir -22°C. Bon, il y avait de quoi ! Ici, le clou du spectale est plutôt de voir la voisine en maillot de bain : cela réchauffe, forcément ! Cela méritait quand même une bd ! Bon, cela dépend également du poids de la voisine.

Plus sérieusement, l'auteur nous fait partager une tranche de vie plutôt intéressante qui est celui de la drague ou plutôt de la recherche de l'amour. On est touché par le caractère tellement maladroit du héros dans la vingtaine pour aborder sa voisine. On découvre petit à petit l'amour naissant. Il s'en passe des choses pendant une panne d'électricité géante en plein coeur de l'été. Certes, on rencontrera un couple de lesbienne mais il y aura même du sexe ! C'est plutôt dans l'ensemble une oeuvre touchante avec une ambiance qui se veut le reflet d'un art de vivre !

Voilà pourquoi je mets trois étoiles. On ne pourra pas dire avec cela que je déteste les auteurs canadiens. Décidément, Montréal est une ville passionnante où au détour d'une rue, on peut rencontrer le grand amour. Humour et tendresse seront au rendez-vous !

Nom série  Pandas dans la brume  posté le 07/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pandas dans la brume est un recueil de gags plutôt réussis ayant pour thème la sauvegarde de cette espèce menacée. La couverture est un véritable clin d'oeil à l'image que nous avons tous en mémoire de cet étudiant qui s'est interposé en 1989 sur la place Tien'anmen devant trois chars d'assault comme pour marquer la résistance à l'oppression. Il sera également question bien évidemment de la Chine puisque c'est la dernière demeure du panda. Ce pays dont tout le monde parle actuellement va en prendre également pour son grade. On va apprendre qu'il ne reste plus que 1600 représentants vivant à l'état sauvage.
Le titre lui-même est parodique puisqu'il renvoie au magnifique film contant les aventures de Dian Fossey pour sauver les gorilles dans la jungle africaine.

J'ai franchement ri sur certaines planches où les chutes étaient bien pensées. Pourtant la situation n'est pas marrante pour cette espèce. Tout l'exploit était de faire une bd d'humour pour faire prendre conscience aux gens de la dramatique situation du panda victime à la fois du capitalisme sauvage et du naufrage écologique. L'ensemble demeure d'ailleurs assez positif avec une note d'espoir pour le futur.
A titre personnel, j'aime beaucoup cet animal qui est franchement adorable. Je me souviens l'avoir vu dans le plus grand zoo du monde à savoir celui de San Diego où il est mis en vedette.

Certes, on pourra crier qu'il s'agit d'une vulgaire commande à la demande de l'association WWW dont le panda est d'ailleurs l'emblême. Pour la bonne cause, j'excuse tout cela. On voit que l'auteur y a mis tout son coeur et qu'il se dégage une grande humanité. La lecture fut un véritable plaisir que je recommande chaudement puisque le sujet est d'ailleurs universel.

Nom série  Iron Devil  posté le 07/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Tout le monde connaît Iron Man. Mais qui connaît Iron Devil ? Ce comics plutôt cochon nous entraîne dans les aventures de deux prostitueés délurées atteintes d'une malédiction qui les poursuit à travers les siècles de l'Egypte antique jusqu'au New-York du troisième millénaire.

Certains ont parlé de chef d'oeuvre du comic book américain. Je dirai juste que c'est plutôt à mon humble avis une grosse daube infecte où tout est prétexte au fornicage même chez les anges ! On se met à avoir la nausée à chaque page tournée. Pourtant, je ne verse point dans le puritanisme.

Je ne suis pas arrivé à comprendre le message transmis par l'auteur dans tout ce marivaudage. Mais où est donc passé la grâce, l'émerveillement, la passion toride des chaudes nuits d'été ? Iron Devil ne me laissera qu'un goût amer. A ce compte là, je préfère Iron Man.

Nom série  L'Assassin qui parle aux oiseaux  posté le 08/07/2007 (dernière MAJ le 06/08/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne suis pas un passionné de l'ornithologie mais je dois bien avouer que cette histoire n'est pas des plus déplaisantes même s'il y a des planches d'étude parfaitement documentées sur les oiseaux. C'est beau et dynamique à la fois avec des commentaires à mi-chemin entre le documentaire animalier et la poésie.

Je dois également reconnaître un très beau coup de crayon. C'est quasi-magnifique avec cette multitude de détails ! On a l'impression que le héros est en véritable harmonie avec la nature. Les scènes du passé sont teintés de jaunes ce qui permet une bonne compréhension de l'histoire. On sent que l'auteur a pu trouver une parfaite harmonie avec la nature qu'il apprécie tant.

Le scénario ne brille certes pas par son originalité avec un dénouement qui ne tiendra pas toutes ses promesses. Cependant, on appréciera d'autres qualités dans ce diptyque.
De toute façon, j'aime bien lorsqu'on dénonce l'esprit de clocher qui règne dans les villages. Les gens sont très souvent catalogués lorsqu’il présente une différence ou une sensibilité (ici à la nature à travers les oiseaux). On les rejette à tort. J’ai éprouvé beaucoup de peine pour ce héros ordinaire injustement accusé. Le poids des injustices pèse bien lourd.

Servais introduit des associations d'idées souvent trompeuses pour nous montrer toute l'obscurité de l'âme humaine. Une oeuvre sans doute sous-estimée dans l'impressionnant catalogue de l'auteur.

Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 3/5 - Note Globale: 3.5/5

Nom série  The Damned  posté le 05/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
The Damned est un peu dans la lignée de Hellboy tout en restant cantonné dans les milieux mafieux. Il y a aussi ce côté humour décalé qui fait mouche.

Le dessin en noir et blanc est une pure merveille. Les créatures démoniaques auxquelles doivent faire face les deux frères doués de talents occultes sont magnifiquement représentées. Cela intrigue et surtout cela confère un caractère réellement original à ce comics. Le trafic des âmes remplace le trafic de drogue...

La lecture s'avère passionnante à souhait dans ce mélange efficace de thriller et de fantastique.

Nom série  Valérian  posté le 20/10/2008 (dernière MAJ le 05/08/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai toujours du mal à donner une note à peine moyenne sur une œuvre qualifiée d’immanquable. C’est d’ailleurs peut-être l’une des premières fois. Je vais expliquer les raisons en toute sincérité…

Je viens de découvrir cette série que je ne connaissais pas étant plus jeune. Pourtant, la science-fiction est mon genre de prédilection. Sur les 1100 bd environ que je possède dans ma modeste collection, la plus grosse partie sont des bandes dessinées de science fiction, le fantastique étant en seconde position.

Quand on a lu Acriboréa, Universal War One, Kookaburra et qu’on enchaîne sur Valérian ; cela fait réellement très mal tant le décalage paraît immense. Tout semble dépassé et même dans les tomes plus récents de cette vieille série qui fut précurseur du genre et qui mérite certainement le plus grand respect. Me forcer à aimer par nostalgie afin de suivre la majorité n’est absolument pas dans mon caractère.

Je suis quelquefois consterné par le fait qu’on peut descendre des séries plus actuelles en reprochant un manque de cohérence et magnifier des séries d’antan pourtant bourrés d’invraisemblances. Alors, je pourrais me replacer dans le contexte de l’époque et me dire, ah oui, cette série est d’anticipation. Ne juge t’on pas une série à un moment donné ? Si celle-ci a mal vieillie, faut-il alors la considérer comme un immanquable ? Je ne le pense pas et je le dis tout haut.

Pour autant, il ne faut quand même pas exagérer. La lecture n'a pas été aussi pénible que cela. Et puis, il semblerait qu'il y ait beaucoup de troublantes similitudes entre Valérian et la saga des Star War de Georges Lucas. Il est indéniable que dans le meilleur des cas cette série a été une grande source d'inspiration à de nombreux réalisateurs comme Luc Besson pour Le cinquième élément ou encore Alex Proyas pour son Dark City.
Bref, il ne faut pas oublier que Valérian a 40 ans d'existence et qu'il faut par conséquent en tenir compte. Tout ceci me pousse vers l'indulgence dans ma notation. Cela restera un immanquable pour la plupart des lecteurs même si cela ne l'est pas pour moi.

Nom série  Tamara Drewe  posté le 05/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je partage en tout point l'avis d'Alix. Ce roman graphique très british champêtre ne laisse pas transparaître véritablement d'émotion. Il y a également une très grande production dans le même genre et ce dernier ne se démarque pas vraiment ce qui nous laisse pantois face aux récompenses obtenues.

On a en effet déjà eu droit au thème "derrière le calme apparent des campagnes se cache une véritable poudrière prête à exploser". L'arrivée de cette femme sulfureuse va entraîner un déchainement de passion aux abords de la demeure d'un écrivain et notamment dans un lieu où vient se reposer le monde littéraire et artistique. Le scénario semble dépourvu de la moindre originalité. Son incrédulité nous terrasse parfois...

C'était sensé nous livrer une critique acerbe de l'élite british : soit mais encore ? Cette chronique n'en demeure pas moins agréable à la lecture mais cela sera sans plus.

Nom série  Un drôle de père  posté le 04/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aurais sans doute plus apprécié si on ne tombait pas dans le sensationalisme de façade. Fallait-il absolument que ce célibataire de 30 ans soit amené à prendre soin d'une petite fille de 6 ans qui se trouve être sa propre tante (c'est à dire la fille d'un grand-père récemment disparu) ? Cela fait un peu bizarre comme une sorte de relation presque incestueuse dans un Japon équivoque.

Pour autant, le desin semble très appliqué ce qui concourt à rendre la lecture plutôt agréable. Au-delà de cet aspect purement graphique, on suit pas à pas les étapes d'une paternité peu évidente. Qu'il semble plutôt difficile d'élever seul un enfant ! Si seulement, la société pourrait en prendre conscience en aidant toutes les personnes en situation de famillle monoparentale. La pauvreté disparaîtrait sans doute. Car, c'est la véritable paupérisation de la société de demain.

Ce roman graphique qui ne brade ni les décors, ni la densité de ses personnages est sans doute à découvrir. Le thème aurait sans doute mérité mieux mais il a déjà le mérite d'exister.
A lire en bibliothèque où c'est gratuit : pas la peine d'acheter !

Nom série  Alix  posté le 24/12/2007 (dernière MAJ le 04/08/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Malheureusement, Alix représente pour moi ce que je déteste le plus dans la bd avec Blake et Mortimer: l'académisme du trait et de la manière de raconter une histoire. C'est soporifique au possible !

Le dessin est totalement figé et pas du tout séduisant. Une mise en couleur déplorable achève l'ensemble. Je ne comprends pas comment il peut y avoir autant de tomes. Qu'est ce que cela apporte? Pas grand chose !
Et puis, l'avancée du récit est tellement statique... Ce ne sont pas les polémiques stériles du style "Alix est 'il gay ?" qui me feront changer d'avis (on s'en fout d'ailleurs). Non, il n'y a aucun attrait particulier à cette bande dessinée. Même le héros semble antipathique à souhait !

Nous avons là l'anti Murena par excellence ! Même Les Aigles de Rome sont bien au-dessus. L'auteur J. Martin doit certainement être un historien talentueux mais sur ce support qu'est la bd, cela passe mal.

Je n'ai vraiment rien retiré de positif de ma lecture d'où cet avis sans appel. Je dirai pour terminer qu'il s'agit d'une bande dessinée d'outre tombe qui n'est plus destinée à ma génération. On la trouvera dans les rayons de supermarché en bonne position pour que la ménagère de plus de 50 ans puisse la mettre dans son caddy.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 169 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque