Encheres BD 728x90
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4432 avis et 805 séries (Note moyenne: 2.83)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Kanerva  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je tiens tout d'abord à préciser que je n'ai rien contre la BD finlandaise. Chaque pays a sa propre culture qui peut être intéressante.

Nous avons des dessins enfantins et une intrigue qui restera au raz de l'eau et d'une extrême naïveté. Cela tombe bien car la bichromie sera bleu et blanc. Il ne manque que le rouge.

Que dire d'autre ? Les aventures de Kanerva ne m'ont pas paru passionnantes avec un rythme beaucoup trop lent pour une oeuvre très courte.



Nom série  Ubu  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ce « Ubu-comic » n’a été publié jusqu’ici qu’aux Pays-Bas et au Japon. Themerson Franciszka est une auteure polonaise peu connue en France qui a adapté en BD l'oeuvre d'Alfred Jarry à savoir Ubu Roi. Elle est malheureusement décédée en 1988. Elle était connue dans son pays pour être réalisatrice de films expérimentaux.

L'édition est au format à l'italienne. Le dessin en noir et blanc est plutôt difforme. Ce n'est pas très joli d'un point de vue esthétique. L'auteure n'était pas faite pour le dessin.

Que dire sur le fond ? Les dialogues sont insupportables. C'est sans doute ceux de la pièce de théâtre. Bref, je n'ai pas accroché sur le fond et sur la forme.

Nom série  Fleep  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Cette oeuvre au format à l'italienne et à sa bichromie noir grisâtre ne m'a pas particulièrement marquée. Ce n'est pas l'absence de dialogue mais plutôt un début très lent qui nous confère par la suite dans une certaine claustrophobie ambiante.

On va s'ennuyer ferme avec un charabia monstrueux qui aura fini par épuiser notre délicate patience. On ne verra qu'une cabine téléphonique avec un homme visiblement coincé. Un huis-clos solitaire désopilant.



Nom série  Doctors  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pouvoir faire revenir quelqu'un de l'au-delà, cela n'a pas de prix ! Certes, mais c'est impossible à moins de croire à la résurrection. Au-delà d'un drame familial, on va flirter avec de la science-fiction.

Le dessin ne m'a absolument pas convaincu ce qui est une autre manière de dire qu'il est hideux. Au début, j'ai confondu un femme qui ressemblait à un homme. C'est dire ! On notera également que les pages sont tantôt jaunes, rouges, violettes, vertes. Bref, on aura droit à toutes les couleurs ce qui ne manquera pas de déstabiliser le lecteur.

Le livre n'a pas eu l'effet hypnotique sur moi ce qui était d'ailleurs attendu. Divers médias l'ont couvert d'éloges notamment l'Express qui parle d’une fable lysergique graphiquement époustouflante sur la mort.

Nom série  Marshmalone  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il faut savoir que l'auteure est la fille du chanteur Renaud et également l'ex-épouse du chanteur Renan Luce (qui a d'ailleurs produit deux bons albums que je possède).

Elle nous livre ses réactions à chaud lorsqu'elle était enfant et qu'elle attendait la naissance d'un petit frère. Cet événement imprévu va bouleverser sa vie de petite fille un peu gâtée jusqu'à provoquer une crise existentielle avant l'âge requis.

Le dessin est très épuré avec des feuilles quasi-blanches. Cela fait toujours bizarre !

Le scénario est malheureusement assez plat malgré une certaine tendresse et douce drôlerie. On s'ennuiera assez vite car on ne trouvera pas d'intérêt. Cela manque un peu de matière.

Nom série  Au revoir là-haut  posté le 02/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Encore un aspect méconnu de la guerre de 14-18 qui est traité cette fois-ci par Christian de Metter dans l'adaptation d'un roman de Pierre Lemaitre (détenteur d'un prix Goncourt). On sait que cet auteur de BD est passé maître en la matière (Shutter Island, Piège nuptial, Rouge comme la neige...)

On va s'intéresser au commerce assez juteux des dépouilles et autres monuments funéraires. La guerre est un commerce qui peut rendre très riche. Le commerce de la mort est fort juteux. Bref, on va plutôt se pencher sur les rescapés de cette guerre encore que l'Etat préfère ériger des monuments que de prendre en charge les vivants.

Le style graphique sera un crayonné assez vif dans le trait. Les couleurs sont également bien choisies. Cependant, la réussite tient plutôt à des personnages parfaitement restitués à commencer par le duo Maillard et Péricourt malheureusement défiguré par cette horrible guerre.

C'est une oeuvre plutôt triste et d'une cruauté retenue dans un cynisme profond.

Nom série  Lacrima Christi  posté le 01/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Avec les années, on se rend sans doute mieux compte de ce qui est bien et ce qui est mal. A l’époque, quand Le Triangle Secret est sorti, c’était l’embrasement avec ce thriller ésotérique d’un nouveau genre. Avec du recul, on se rend compte que c’est plutôt moyen. Il faut dire que les séries dérivées n’ont pas été franchement à la hauteur. Or, en l’occurrence, nous avons encore droit à une série parallèle, la quatrième si je m’abuse après I.N.R.I, Les Gardiens du sang et Hertz. C’est beaucoup trop.

On se rend compte que l’esprit n’y est plus. Le Vatican va s’allier à ses anciens ennemis pour combattre un ennemi encore plus puissant qui menace toute la planète (rien que cela). Cela me rappelle le film que je viens de voir à savoir Batman versus Superman. Parmi les ennemis, il y a le dirigeant fou de la Corée du Nord allié avec la Syrie : l’Axe du Mal. C’est tellement gros et abusif qu’on en a marre. Il faut savoir également que les larmes du Christ sont devenues une arme de destruction massive. On en pleurerait de stupeur !

Pour le reste, les grosses ficelles ne prennent plus. Au sortir de la lecture, je me rends compte que celle-ci ne m’a rien apporté. J’ai été attiré sans doute par la nostalgie de ma première lecture du Triangle Secret qui surfait sur la vague du Da Vinci Code. Je me suis un peu lassé de ces intrigues ésotériques qui traînent en longueur, voilà tout.

Nom série  Pieds nus dans les ronces  posté le 31/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un premier roman graphique pour l'auteure qui ne s'en tire pas si mal que cela. J'ai apprécié le graphisme peinturé ainsi qu'une certaine atmosphère mélancolique. Il ne faut pas lire cette oeuvre un soir de cafard, c'est certain. C'est très glauque !

Un homme doit retourner dans son village natal pour assister aux funérailles de sa mère qu'il ne voyait plus depuis des années. il faut dire que le père les avaient laissé tomber durant son enfance ce qui a fini par le séparer de sa maman. On va découvrir son secret et cela ne sera pas bien beau à voir. L'épisode de l'abattoir est plutôt cauchemardesque.

Derrière les tourments d'un adolescent se cache une atroce vérité. Les adultes peuvent faire beaucoup de mal aux enfants qui grandissent et qui peuvent se détraquer.

On regrettera juste une narration peu inventive et un tantinet laborieuse.

Nom série  L'Enigme de la disparition du Dr Grahms  posté le 31/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Tout finit par arriver. Une série policière teinté de fantastique débutée en 2000 puis arrêtée au second tome en 2002. En 2015, nouvelle édition et la promesse de terminer la série prévue en 3 tomes. Pourtant, personne n'a réclamé son retour, même pas une pétition en faveur. Il faut dire que les avis étaient même plutôt assez négatifs dans l'ensemble.

J'ai lu la nouvelle édition et mon ressenti au sortir de cette lecture est la suivant: il y a des séries qui ont été abandonnée et qui auraient dû le rester. L'auteur n'est pas très connu dans le monde de la bd puisqu'il s'agit de sa seule série. Visiblement, il tenait à y ajouter le chapitre final en mûrissant son projet.

Le graphisme est plutôt coloré et les dialogues font vielle école. Bref, l'énigme de la disparition du Dr Grahms ne casse pas des briques. Il s'agit simplement de reprendre des clichés de l'univers du roman policier façon Agatha Christie. Certes, il y a des références cachés ici et là mais la compilation ne fait plus recette. J'ai envie d'une histoire qui tienne debout et non décousue et alambiqué.

Le tome 3 se fait toujours attendre même dans la nouvelle édition.

Nom série  Un certain Cervantès  posté le 30/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L'histoire de Don Quichotte a toujours fasciné les auteurs que cela soit au cinéma, dans la littérature ou dans la bande dessinée. Voici une version pour le moins réussi façon road-movie à l'américaine. Il y a certaines valeurs qui semblent avoir disparu dans un monde de plus en plus injuste. Je ne suis pas contre certains défenseurs qui vont jusqu'au bout.

Notre héros Mike Cervantès va ainsi relever tous les défis. On ne tombera pas pour autant dans une excessivité que l'on pouvait craindre. Cela reste dans le domaine du raisonnable en évitant le loufoque. Certes, les situations sont un peu originales mais c'était l'objectif. J'ai également bien aimé cette fin qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe à savoir ce côté inattendu. Le dessin est également très convenable.

C'est parfois un peu longuet mais cela peut faire passer le temps si on se trouve dans un TGV pour un interminable trajet.

Nom série  Il était une fois dans l'Est  posté le 29/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il était une fois dans l’Est est un titre qui fait un clin d’œil à un western désormais très célèbre. Pour autant, il n’y a pas de quoi rire à l’évocation de la vie plutôt tragique d’Isadora Duncan. C’est une célèbre danseuse américaine qui a révolutionné la danse grâce à un retour sur le culte du corps. Cela tombe bien car elle a épousé également le communisme. Elle a ouvert une école à Moscou sous l’égide de Lénine en soutenant ouvertement sa politique. Il faudra avoir une grande ouverture d’esprit…

Sa mort est très célèbre par le fait que son foulard de soie s’est coincé dans la roue arrière de son cabriolet en 1927 sur la promenade des anglais à Nice. Elle est morte étranglée et éjectée de son véhicule de la pire des manières. C’était une très belle femme qui n’hésitait pas à danser toute nue avec un léger voile. C’était une star hollywoodienne avec tous ses excès (excentrique, adepte de l’amour libre, bisexuelle et communiste). Bref, une mort stupide pour celle qui incarnait la grâce et la beauté. Attention également aux escalators mécaniques lorsqu’on porte un long foulard ou de longs cheveux : ce n’est pas une blague !

Cette première partie va se concentrer sur sa relation avec un jeune poète russe Sergueï Essenine. Elle va l’épouser alors qu’il a 18 ans de moins et surtout un sérieux penchant pour la boisson et la déprime. Ainsi, ses accès de violence dans les hôtels privés sont connus de tous et notamment des médias. C’est le premier couple un peu trash de l’histoire moderne. Dans la bd, c’est presque édulcorer. Une part belle lui est consacrée bien qu’il sera comme une étoile filante dans la vie de cette danseuse.

Cette œuvre est plutôt mal construite du fait de sa narration non linéaire. Certains passages sont difficiles à comprendre. On entre assez difficilement dans le récit. Au début, c’est plutôt ennuyeux mais on sera conquis au fil des pages par la personnalité hors norme de cette artiste féminine. Elle a eu une vie passionnante mais un destin tragique.

A noter que rien n’est dit sur ses deux enfants dans cette première partie ce qui est assez étonnant lorsqu’on connait ce qui s’est passé. Comme dit, il y a des personnes qui n’ont vraiment pas de chance dans la vie. C’est ainsi.

Bon, au moins, elle va revenir assez meurtrie de la Russie qu’elle idéalisait sans doute un peu trop. Les communistes ont remplacé le tsar par un autre qui voulait également le pouvoir et la célébrité au prix de millions de morts. Le peuple souffre toujours. J’aime bien l’idéal que portait cette femme à savoir la création de la beauté et l’éducation des jeunes. Elle s’est affranchie de nombreux codes par sa liberté d’expression pour offrir au monde entier autre chose.

Je terminerais par ces quelques vers de ce poète lyrique soviétique qui fut le chantre de la révolution d'Octobre et l'époux de la danseuse américaine Isadora Duncan:
« Mon ami, mon ami,
Je suis malade à en crever.
Mais cette douleur d'où me vient-elle ?
Est-ce le vent qui siffle
Sur les champs déserts, désolés,
Ou bien, comme les bois en septembre,
C'est l'alcool qui effeuille ma cervelle… »

Nom série  Björk, une femme islandaise  posté le 28/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est la première fois qu'une BD est consacrée à cette étrange chanteuse venue d'Islande. Sa voix tellurique a transporté des millions d'auditeurs à travers le monde. Cette BD suit son parcours depuis sa naissance en 1967. Björk Gudmundsdôttir a réenchanter le monde de la musique en lui donnant un sens tout à fait original.

On apprendra ainsi beaucoup de chose sur l'Islande qui ne font pas forcément clichés de carte postale. Outre les volcans en éruption, la vie sur cette île est plutôt rude pour ses habitants mais qui se relèvent toujours. Les filles commencent à avoir des relations très jeunes ainsi que leur premier enfant. Il est également question d'une haine ancestrale avec le Danemark dont le royaume a jadis occupé ces terres pendant 8 siècles (jusqu'en 1944). Pour tout ce côté documentaire, je donne trois étoiles.

Par contre, on n'appréciera pas forcément les dialogues dont la spontanéité est sujette à caution. La qualité du dessin est également assez médiocre. La chanteuse sera montré comme le porte-étendard de la nation islandaise avec un côté très rebelle et féministe qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Il y a également beaucoup d'égocentrisme un peu propre à ces stars qui se croient investis une mission supérieure.

Bref, on ne pourra sans doute pas comprendre la vie d'artiste de cette chanteuse sans comprendre l'Islande. Cela se termine par sa nomination en qualité de meilleur actrice pour le film du danois Lars von Trier à savoir Dancer in the dark. Il est vrai que depuis, l'actualité de cette chanteuse est plutôt pauvre. J'admire sa créativité mais je ne suis pas spécialement fan de la chanteuse: cette précision sera sans doute utile.

Nom série  Bestiarius  posté le 24/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bestiarius est une série assez originale qui mélange âge d'or de l'Empire romain et bêtes fabuleuses comme les dragons. J’ai trouvé ce mélange particulièrement intéressant. Il y a une logique que celle du combat dans les arènes devant un peuple et un empereur assez avide. Ce mélange n’avait jamais été osé. On penche plutôt sur le début du Moyen-Age (mythologie du roi Arthur) mais rarement sur cette période de l’Antiquité (à l'exception de la Grèce). Par la suite, la série fonctionne assez bien grâce à son dynamisme. Seulement 3 volumes.

J’ai bien aimé également le dessin. Les monstres sont saisissants de réalisme dans la mouvance. Le trait est bien fouillé. C’est riche et bien détaillé. Bref, c’est beau graphiquement parlant. On notera également une édition de qualité ce qui ne gâche rien à l’affaire. Cela aurait sans doute mérité un format plus grand.

Bestiarius est surtout une saga fait de légendes et de mythes qui fonctionne de manière assez indépendante. C’est tout un univers qui est exploré. Je regrette juste l’absence de liens entre toutes ces histoires sachant que même la chronologie n’est pas respectée.

Cela demeure assez classique si on regarde bien avec des thèmes tels que la liberté et l’honneur. On n’est pas dans le chef d’œuvre mais dans une série tout à fait honnête.

Nom série  Trou de mémoire  posté le 23/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai bien aimé ce polar par son ambiance graphique assez particulière dans l’Amérique des années 60 en passant de San Francisco à New-York. On commence par suivre un homme amnésique couvert de sang avec le cadavre d’une femme à proximité. Il va y avoir une course contre la montre pour échapper aux forces de police qui vont enquêter très activement. Cela va se corser un peu par la suite par le meurtre d’un sénateur et de sa maîtresse.

Bref, le lecteur arrive tout de même à comprendre les enjeux de ce récit grâce à une parfaite fluidité des scènes et des dialogues. Depuis quelque temps, c’est un argument que j’utilise pour savoir si j’ai aimé un polar ou pas. Très souvent, les histoires sont beaucoup trop alambiquées et on se perd véritablement. Là, il y a eu un réel effort du scénariste même si la trame est plutôt assez classique. Oui, ce n’était pas le moment d’avoir un trou de mémoire.

Nom série  L'Homme Montagne  posté le 22/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Peut-on déplacer des montagnes pour une personne que l'on aime ? Sans doute est-ce possible dans les contes pour enfants. C'est d'ailleurs la première fois qu'un pareil titre destiné à la jeunesse fait partie de ma sélection officielle du prix de la meilleure bande dessinée organisée par le comité d'entreprise.

Comme dit, cette oeuvre possède un côté assez enfantin avec de belles couleurs. Cependant, derrière la simplicité des images et des mots se cache une merveille composée de toute une symbolique sur nos racines par exemple.

J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le message final ce qui fait qu'on garde une bonne impression de lecture. C'est un merveilleux voyage qui nous est proposé. Bref, la vie avec ses peines mais également ses racines.

Nom série  Juger Pétain  posté le 22/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il y a des lectures qui peuvent vous permettre de changer d’avis sur le jugement d’un fait historique. Le régime de Vichy est décrit encore aujourd’hui à juste titre comme le pire que la France ait pu rencontrer dans son histoire si l’on excepte la Terreur. Ce régime était commandé par un homme au passé assez illustre et qui était vénéré à savoir Philippe Pétain. Ce dernier était le héros de la bataille de Verdun lors de la première Guerre Mondiale. Il est également devenu celui qui a trahi la France et a fait preuve de crime d’intelligence avec l’ennemi.

Quand le président Mitterrand fleurissait sa tombe, il voulait surtout le faire au titre de la mémoire du héros sauveur à Verdun. Le Général de Gaulle s’est également empressé de commuer sa peine de mort en réclusion à perpétuité après l’avoir jeté en pâture auprès de ses jurés comme pour tourner une page de l’Histoire de France. Ce sont toujours les vainqueurs qui écrivent les pages de l'Histoire officielle. Jamais les perdants.

De nos jours, lorsque des responsables politiques font référence au régime de Vichy pour contrer une loi que le premier ministre de gauche souhaite imposer au nom de la sécurité nationale, cela provoque un tollé. Bref, il ne fait pas bon être taxé de sympathisant à ce régime à tout jamais marqué par le sceau de l’infamie. Encore une fois, sans doute à juste titre quand on se remémore par exemple la rafle du Vel d’Hiv dans le cadre de la collaboration.

On peut avoir une lecture orientée de l’Histoire également. J’avoue que j’ai toujours pensé que le Général de Gaulle était le sauveur et que Pétain était l’infâme traite à la Nation. Est-ce réellement la réalité ? La lecture de ce procès fait douter de ces réalités ou du moins jette un peu de complexité en étalant les faits de manière assez rigoureuses. Lorsqu’on sait que la plupart des fonctionnaires sous Vichy sont restés après la Libération tout en tournant leur veste, il y a de quoi se poser des questions légitimes.

Cependant, le simple fait de remettre en cause ce dogme est une offense à la mémoire de tous ceux qui sont tombés pour la France durant cette période. La défense de Pétain était axée sur le fait qu’il était le seul capitaine au milieu de la tempête. En effet, il est facile de commander depuis Londres et de ne jamais se salir les mains. Et puis, tant qu’on y est, on n’a jamais posé plus de questions mis à part le procès de Riom quant à ceux qui ont permis qu’une telle débâcle militaire soit possible pour la 4ème puissance mondiale.

J’ai un grand-père qui avait 14 ans lorsqu’un soldat au service du nazisme lui a tiré sur la jambe alors qu’il tentait de voler du pain pour se nourrir. J’ai exposé ce fait lors d’un repas avec des collègues un peu conservateurs dans une région également conservatrice pour ne pas dire sympathisante des théories de l’extrême droite. Réponse : il n’avait qu’à pas voler ! Sic ! Je livre cette anecdote personnelle juste pour situer les choses car je ne suis pas du tout un adepte ou un nostalgique de ce régime et pour tout vous dire, je ne les aime pas. Cependant, je m’interroge sur les manipulations politiques de l’Histoire. Tout n’est jamais noir ou blanc. Cela me fait d’ailleurs penser à la fin de la saga Hunger Games sur la même problématique entre un pouvoir autoritaire et la Résistance. Pardon pour la référence mais les plus jeunes comprendront aisément où je veux en venir…

En effet, il y avait les communistes qui avaient un grand poids dans le gouvernement provisoire du Général de Gaulle. Il y avait également le rôle incontestable de Pierre Laval face à un vieillard de 80 ans qui aurait mieux fait de prendre sa retraite. Bref, la défense de Pétain a livré des arguments dont je ne suis pas ressorti insensible. Je pense que cet homme aimait véritablement son pays plus que son ambition personnelle et qu’il a voulu le protéger mais qu’il l’a mal fait car mal entouré. L’enfer est souvent pavé de bonnes intentions.

Bref, une excellente bd pour mieux comprendre un pan peu glorieux de notre Histoire. Si les rôles avaient été inversés, aurait-il fait mieux ? Je me pose désormais cette question. Néanmoins, je garde à l'esprit que ce sont nos choix qui déterminent qui nous sommes...

Nom série  L'Avocat  posté le 20/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est typiquement le genre de série que j'aime bien avec un avocat médiatique et idéaliste comme héros. Par ailleurs, le sujet est fort passionnant en surfant sur la vague actuelle de crimes contre l'humanité ou d'intégrisme musulman. On se rendra compte que notre avocat est un homme bien plus complexe que cela avec un lourd passé familial en Afrique.

Il est vrai que la couverture n'était pas très alléchante. Le titre est plutôt simpliste. Le dessin est un peu à l'image de la troisième vague chez Lombard avec un trait parfois maladroit. Bref, rien de très exceptionnel. Pourtant, la lecture de ce thriller a été assez agréable. On termine d'ailleurs sur un cliffhanger qui appelle à découvrir la suite.

L'avocat est un titre qui se défend bien. Le contraire aurait été d'ailleurs un comble. Le public pourra s'intéresser aux dessous de la profession d'avocat et du monde tortueux de la Justice.

Nom série  C’est pas toi le monde  posté le 20/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Le sujet avait pourtant l'air assez intéressant mais c'est le traitement de ce récit qui a tout gâché. Cette oeuvre ressemble à un gigantesque brouillon qui s'étale sur près de 200 pages.

En effet, on va vite perdre le fil du propos. Les bulles de dialogue ne sont pas vraiment très sympa à la lecture. Le graphisme aura fini pour nous achever avec ces traits qui partent dans tous les sens façon gribouillis. C'est un peu sauvage et agressif comme le reflet de ce petit garçon.

Reste un vibrant hommage au travail des enseignants ou du moins de certains d'entre-eux qui s'investissent ce qui constitue l'exception.

Nom série  Rase campagne  posté le 20/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une horrible réalité que nous livrent les auteurs sur ce qui peut se passer à l'occasion d'élections municipales. On se rend compte que les magouilles politiciennes ne sont pas une utopie dans cette pseudo-démocratie. Cela va plus loin qu'un discours de type tous pourris. Les idéaux en prendront un coup. On n'aura plus forcément envie de voter après cette lecture.

La chronique se veut grinçante avec son humour. On reconnaîtra des phrases prononcées ici et là de type que les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent. Mais bon, on n'aura pas droit à Moi Président. Quelques soient les partis, c'est le pouvoir qui est l'enjeu suprême.

Les complots et les alliances seront au rendez-vous pour ce candidat centriste qui fait face aux candidats des républicains autrefois son mentor. Certes, il s'agit d'une caricature mais ce n'est pas très loin de la réalité et c'est ce qui fait peur.

Nom série  Route 78  posté le 20/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La route 78 n'existe pas. Cela fait référence à la fameuse route 66 qui traverse les Etats-Unis. En réalité, le périple de l'auteur et de sa compagne a eu lieu en 1978. Il nous raconte ses souvenirs de vacances.

On se rend compte que les States ne sont pas aussi accueillants que cela. On peut mourir au bord d'une route ou dans la rue sans que personne ne vienne à votre secours. C'est le règne du roi dollar et de l'individualisme. Dans les Etats du Sud et notamment le Texas, notre couple va plutôt découvrir l'hostilité des gens du coin. On dégaine les armes assez facilement. Il ne vaut mieux pas parler de politique et de socialisme.

L'idéal hippie n'est pas dans ma culture. Je suis assez choqué d'ailleurs par cette jeunesse qui se laisse aller dans la drogue et l'alcool. Bien entendu, je ne juge pas et je respecte le mode de vie et de culture des gens. Cependant, je ne peux pas dire que je m'y suis retrouvé pour avoir également parcouru ce beau pays.

Par contre, le gros point noir de cette bd est que la moitié de l'album aura des expressions typiquement américaines pour faire version originale. Certes, il y aura un lexique qui expliquera de façon sommaire certaines de ces expressions qui ne volent pas haut (fucking bitch, dickhead ou encore piss off pour ne citer que quelques exemples parmi le florilège).

Voilà, un road movie à couper le souffle pour certains mais rien de transcendant en ce qui me concerne. Trois étoiles tout de même pour nous avoir livré une expérience sans concession. L'idéal n'est jamais au loin.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 222 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque