Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3694 avis et 551 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Campbell  posté le 06/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n’ai pas trop apprécié le début de cette lecture un peu pompeuse où nous découvrons une famille de pirates. Cela fait un peu bande dessinée sur un mode comique. Par la suite, cela va se corser un peu plus et l’intérêt ira en grandissant. Bref, la seconde partie est nettement meilleure car elle ouvre des perspectives et des enjeux autrement plus passionnants. En effet, sous cet aspect rigolo se cache un véritable drame familial.

On regrettera juste un personnage qui ressemble beaucoup trop à notre héros ce qui peut entrainer de lourdes confusions pour la compréhension du récit. Pour le reste, cela reste quand même par moment très léger. Je n’ai pas trop aimé l’approche mais c’est le résultat qui compte. On va assister à un match Campbell et Inferno plus complexe qu’il n’y paraît. Par contre, rien à redire sur le graphisme.

Nom série  Before Watchmen - Dr Manhattan  posté le 05/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dernier tome de la série, on va terminer véritablement en apothéose sur une note assez positive puisque ce volet est plutôt réussi de l’avis général.

Le personnage du Dr Manhattan est l’un des plus intéressants malgré sa froideur. Jon Osterman, fils d’horloger, est devenu un scientifique spécialisé dans le domaine du nucléaire. Mais un accident dans une chambre d’essai de canon à particules l’a métamorphosé à jamais. Devenu le Dr Manhattan, il est désormais l’égal d’un dieu ce qui le rend dangereux dans l’équilibre des forces entre les deux superbes-puissances USA et URSS.

J’ai bien aimé ce tome car il est basé sur une construction assez audacieuse avec des trouvailles plutôt extraordinaire. Cela étonne. Le personnage est très bien cerné. Certes, il y a les délires de physiques quantiques mais cela s’insère assez bien.

Au final, chacune des séries de Before Watchmen a été plaisante à lire car cela a apporté son lot de mystère et d’intrigue sans compter une lecture assez plaisante. Je pense qu’il ne faut pas faire l’impasse sur l’uin de ces titres et acquérir toute la collection. D’ailleurs, l’ensemble des dos de la bd forme une espèce de fresque intitulée Before Watchmen du plus bel effet dans une bibliothèque.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4,5/5 – Note Globale : 4.25/5

Nom série  Before Watchmen - Le Comédien  posté le 05/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
N° 7 de la série, c’est sans doute le Before Watchmen le plus contesté. Les fans ne reconnaissent plus Eddie Blake. Son passé ne correspond pas avec le personnage. Par ailleurs, cette histoire croisée avec celle des Kennedy a fait l’effet d’une bombe à mécontentement. Il est censé avoir tué indirectement ce président et non être son ami pleurant sa mort en compagnie de Morloch : on aura tout vu !

Il ne faut pas oublier que la série Before Watchmen a de nombreux détracteurs car Alan Moore n’a pas donné sa bénédiction pour ce projet. Or, avec ce titre, ils s’en sont donnés à cœur joie en relevant de nombreuses incohérences. On retrouve au scénario Brian Azzarello qui avait déjà déçu sur Rorschach. C’est un peu bis repetita. Une erreur de casting ? Il m’avait déjà tellement déçu avec « Hellblazer » ou « 100 Bullets ». On peut dire sans prendre de risque que je ne suis pas son fan.

Le dessin de cet opus est moins bon que dans les précédents tomes de la série. C’est un cran en dessous. Au niveau du scénario : idem. Comme quoi ! Ces histoires de guerre ou d’amitié avec les frères Kennedy sont assez mal reliées. On n’arrive pas à comprendre. Je dirai surtout qu’on ne comprend pas une relative humanité du comédien suivi plus tard d’actes de crimes contre l’humanité. Ce n’est pas cohérent. C’est décousu. Au final, c’est plutôt décevant à l’image du final qu’il faudra encore décortiquer.

Note Dessin : 2/5 – Note Scénario : 2.5/5 – Note Globale : 2.25/5

Nom série  Before Watchmen - Le Hibou  posté le 05/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
N° 6 de la série des Before, on sait que le Hibou est un super-héros les plus attachants car très gentil avec un bon fond. Son histoire d’amour avec Laurie avait ému le public autant que son engagement progressif en sortant de sa retraite. L’autre particularité est qu’ils sont deux personnes à avoir enfilé ce costume à savoir Hollis Mason (des Minutemen) et son successeur Daniel Dreinberg. En l’occurrence, on va surtout s’intéresser au second hibou.

Je peux dire que c’est l’un des titres les plus réussi de la saga Before Watchmen car on découvre un peu mieux ce personnage qui était apparu un peu fade et assez complexé dans l’œuvre originale. J’ai beaucoup aimé sa relation amicale avec Rorschach qui s’associe avec ce dernier ayant pour point commun une enfance malheureuse. Il y a également sa relation sentimentale avec une femme de la nuit surnommé la dame du crépuscule ou la reine du vice. Elle le mènera au doigt et à la braguette.

On retrouve pour la quatrième fois la même scène concernant la réunion provoquée par le capitaine Métropolis qui voulait former le groupe des vigilants. On sait que cela sera une tentative avortée du fait de la violente réaction du Comédien. Cela commence à faire réellement répétition.

Je regrette également le fait qu’il y a une absence totale de volatiles ou de quelque chose qui rappellerait l’ornithologie. Ce n’est qu’un petit détail mais cela aurait apporter de la crédibilité dans la cohérence de l’œuvre. A noter que Laurie Jupiter possède bien un oiseau en cage dans sa chambre. Je chipote bien sûr.

On a également assez reproché à ce titre de faire la part trop belle au personnage de Rorschach qui joue d’ailleurs un meilleur rôle que dans son propre one shot. C’est dire ! Il y a du vrai mais il faut le voir comme une imbrication dans la mesure où ces deux personnages vont souvent collaborer ensemble. Dans Watchmen, le Hibou n’hésitera pas à faire sortir de prison son compagnon. D’où il fallait bien expliquer les prémices de cette relation.

Outre ces défauts, ce tome a énormément de qualité à commencer par une excellente toile de fond qui rappelle le bouleversement politique et social des années 60 et 70. Puis, il y a surtout ce traumatisme lié à l’enfance et à la violence sexuelle du père envers la mère. On arrivera mieux à cerner ce personnage qui semble si enfermé. On verra également l’origine du désaccord entre le Hibou et Rorschach qui n’ont pas les mêmes méthodes pour venir à bout du crime.

J’ai également trouvé les dessins assez agréables avec une prestation assez correcte et une colorisation adaptée. Bref, nous avons là le plus humain de ces super-héros et pour notre plus grand plaisir.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4,5/5 – Note Globale : 4.25/5

Nom série  Before Watchmen - Ozymandias  posté le 05/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici le 5ème opus de la série : Ozymandias alias l’homme le plus intelligent du monde. Ce personnage est le pivot de Watchmen bien qu’il n’apparait que très peu au début avec une vraie fausse piste pour le dédouaner. On va le retrouver dans un volume assez dense qui partira de son enfance à la mise en place de son plan. La dernière case est un enchainement direct avec l’œuvre-mère. Pas de doute : c’est un vrai préquel.

La moralité de ce personnage pourra se situer dans l’adage comme quoi la fin justifie les moyens. Je n’ai pas aimé ce personnage qui se débarrasse de ses proches afin d’accomplir méticuleusement son plan machiavélique. Je pense qu’il aurait pu faire l’impasse sur certains meurtres non justifiées sinon par une certaine forme de paranoïa. A noter qu’il n’est jamais présenté comme un monstre mais comme un stratège à la manière de son idole à savoir Alexandre le Grand.

Un débat a eu lieu à propos de ce personnage : est-il réellement gay ? Il est vrai que la sexualité des super-héros est toujours un sujet fascinant à moins d’être un peu refoulé. Certes, Ozy (pour les intimes) vend des figurines à son image de même que des parfums. D’ailleurs, le comédien le traite comme tel. Par ailleurs, il y aura un passage pour le moins équivoque où il s’initie au haschich et à d’autres choses. Mais qu’importe ses goûts en la matière car il est beau, intelligent et fort. Plein de qualité mais également des défauts.

On ne s’ennuiera pas en suivant le parcours de ce super-héros pas comme les autres. C’est d’abord un enfant prodigue qui refusera la facilité pour être un véritable self made men. Il emploiera à utiliser son argent avec des motivations fort convaincantes. Bref, cet opus a réussi son pari que de rendre ce personnage assez passionnant. On est loin de l’éphèbe arrogant et antipathique du film de Zack Snyder. Certes, il finira seul avec un animal de compagnie Bubastis : un mélange génétique de lynx et de puma avec d’immenses oreilles.

De l’avis un peu général, c’est l’un des opus les mieux réussi de la saga Before Watchmen. Il y a une réelle maîtrise du récit . Personnellement, j’ai un petit faible pour Minutemen et le Spectre soyeux. Cependant, j’admets que c’est du bon travail aussi bien au niveau du dessin très fluide que du scénario très intéressant.

Note Dessin: 4/5 – Note Scénario: 4/5 – Note Globale: 4/5

Nom série  Before Watchmen - Le Spectre Soyeux  posté le 27/11/2014 (dernière MAJ le 05/02/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans ce 4ème tome de la série Before Watchmen, on découvre la vie de Laurie Jupiter, la fille du premier spectre soyeux. Pendant la période du flower power, elle affronte un trafiquant de drogue sur fond de révolte avec sa mère qui souhaite lui imposer une certaine conduite. Voilà pour le cadre qui traduit une belle mise en lumière.

J’ai bien aimé son personnage à ce moment précis de sa vie où elle était encore belle, fraîche et marrante. Il faut dire que son personnage a beaucoup évolué pour finir aigri et blasé au bras d’un surhomme bleuté qui n’éprouve aucune émotion. En l’espèce, elle va s’enfuir avec un certain Greg, beau jeune homme et ils sont pris en stop par un couple sympa de hippies. C’est l’aventure dans toute son insouciance !

Graphiquement, c’est très beau avec une mention spéciale pour l’utilisation des couleurs qui va bien avec l’ambiance hippies. Scénaristiquement, ce n’est pas totalement convaincant pour diverses raisons. Cependant, on va réellement s’attacher aux personnages et c’est surtout leur interconnexion qui sera intéressante notamment la mère possessive, le comédien détestable et le premier hibou insipide. Je regrette également ce qu’il advient de la relation entre Laurie et Greg. Je trouve que ce dernier aurait pu se battre et ne pas renoncer aussi facilement. Ce personnage pourtant intéressant n’est-il qu’un faire-valoir ?
Un des meilleurs passages sera celui où le comédien intervient furtivement dans l’ombre pour orienter la direction de la vie de Laurie. On sait depuis Watchmen le lien qui les unit. On saura également comme une espèce de clin d’œil d’où vient le smiley des Watchmen qui sera par la suite tâché de sang.

On sait qu’il y a de fortes disparités dans cette nouvelle série « Before » car les plus attendus ont déçus (le comédien, Rohrschach) et les moins attendus (Dr Manhattan, Ozymandias) ont donné lieu à de belles réussites. Celle-ci est dans la juste moyenne. La lecture a été assez agréable dans un genre assez teenager-movie sur fond de power girl. C’est également assez cohérent dans sa construction. Bref, c’est plaisant et frais. Loin de la noirceur et de la profondeur de l’œuvre originelle ? Pas tant que cela.

Pour ma part, j’ai bien aimé malgré les différentes critiques qu’on pourrait faire car cette atmosphère est originale. Le thème est celui du passage à l’âge adulte avec ce gout immodéré de recherche de la liberté absolue. On connaît le résultat!

Note Dessin: 4.25/5 – Note Scénario: 4.25/5 – Note Globale : 4.25/5

Nom série  Before Watchmen - Rorschach  posté le 05/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le concept de Before Watchmen commence véritablement avec ce troisième tome de la série. Il s’agit de se concentrer sur le passé d’un des personnages de l’histoire originale. Or, l’un des personnages les plus charismatiques est bien Rorschach qui emploie des méthodes violentes et radicales pour lutter contre le crime dans un genre nettoyage au karcher. Cet opus était très attendu par les fans. Or, globalement, il s’est révélé un peu décevant car il méritait mieux.
Il faut se souvenir que lorsqu’il meurt dans Watchmen, Rorschach balance cette phrase : pas de compromis ! C’est un personnage fascinant car il est lucide sur le monde (un peu comme le comédien mais dans un genre la vie est une farce). La narration use de la première personne comme dans son fameux journal de l’œuvre mère. Bref, le cahier des charges semble être respecté.

Pour autant, il est vrai qu’on en attendait plus de ce personnage stupéfiant. L’enquête dans le milieu du crime est certes intéressante et nous montre un personnage jouant au vrai justicier. On n’en saura pas plus sur son passé car tout avait été expliqué dans Watchmen. Bref, on le voit en loup solitaire de la grosse pomme dans une ambiance très seventies qui rappelle la fièvre du samedi soir.

Le dessin de Lee Bermajo est toujours un must pour les yeux. Rien de tel que de se soigner d’une belle conjonctivite. Le travail graphique est réellement excellent. C’est le gros point positif de cet opus.
Au final, c’est bien mais cela aurait pu être excellent. J’accorde tout de même les 4 étoiles en raison de la note globale (dessin + scénario).

Note Dessin : 4,5/5 – Note Scénario : 3/5 – Note globale : 3.75

Nom série  Before Watchmen - Compagnon  posté le 05/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Second volet de Before Watchmen, Compagnon regroupe en fait trois nouvelles bien distinctes et assez différentes.

La première est l’évocation de la vie du super-héros plutôt discret des Minutemen à savoir Bill Dollar. Ce dernier est un homme à la recherche de la gloire et qui va échouer pour se déguiser en mascotte d’une banque. Il devient un comédien car il tourne des clips vantant la protection de la banque contre les malfrats. C’est lui le défenseur des petits épargnants. C’est intéressant d’avoir un éclairage nouveau sur ce personnage qui ne joue aucun rôle dans Watchmen et que l’on aperçoit dans Minutemen sous un angle pas très favorable à savoir homophobe et intéressé comme une sorte de Nabila des temps moderne. Son portrait sera beaucoup plus nuancé. Sa fin tragique sera un peu différente de celle qui avait été montré dans Minutemen car il va tomber sous les coups de l’adversaire. Bref, en réalité, c’est l’histoire d’un gars sympa qui va accepter de se vendre et qui va payer le prix fort.

Le second récit va se concentrer sur un adversaire légendaire des Minutemen et par la suite des Watchmen à savoir le fameux Morloch tel un magicien du mal. Dans l’œuvre originale, on sait qu’il joue un rôle dans le fameux plan machiavélique de celui qui tire toutes les ficelles. On découvre là encore un gars qui n’était pas aussi méchant que cela mais dont les évènements l’ont poussé à le devenir pour finalement connaître une sorte de rédemption dans le repentir. On voit que les brimades et humiliations subies par ses camarades de classe à l’école ont eu une influence psychologique déterminante. Bref, cette évocation en deux chapitres permet de remplir un trou laissé dans l’œuvre originale. Aussi, il faut avoir impérativement l’avoir lu avant de s’attaquer à cette nouvelle afin d’en tenir les enjeux et les aboutissants.

La malédiction du corsaire sanglant fait écho à l’histoire de ce pirate raconté dans l’œuvre originale comme une espèce de mise en abyme. Cela traduisait une espèce d’allégorie sur le fait que le monde courrait à sa perte. On nous présente cela comme une métaphore de la série mais le lien ne sera pas chose aisée à réaliser. Du coup, ce récit fait tâche dans l’univers de Watchmen puisqu’il s’agit de découvrir l’univers des corsaires. Certes, la lecture sera fort plaisante mais cela n’apportera pas grand-chose. Je l’ai pris pour un interlude assez plaisant d’autant que le graphisme est magnifique.

Au final, j’ai bien aimé ce volet même s’il n’est pas le meilleur de la série.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 3.5/5 – Note Globale : 3.75/5

Nom série  Before Watchmen - Minutemen  posté le 06/06/2014 (dernière MAJ le 05/02/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Watchmen devait être l’oeuvre unique n’appelant à aucune suite. Cependant, près de 30 ans après, voici before Watchmen qui est par définition une préquelle. C’est un phénomène à la mode depuis Star War ou plus récemment le Seigneur des anneaux. Le but n’était certainement pas d’égaler le cultissimme Watchmen mais de nous proposer de découvrir les secrets des Gardiens à travers les débuts des Minutemen, puis de ceux du Comédien, du Hibou ou encore du Spectre Soyeux…

J’ai été très agréablement surpris de découvrir l’envers du décor de ces Minutemen qui faisait figure de justiciers masqués dans les années 40 précédant les fameux Watchmen. On retrouve des personnages secondaires de l’œuvre originale mais également des nouveaux qui sont habilement exploités. L’esprit général de la série-mère est respecté. Bon point par conséquent.

Ce groupe réunit 8 membres d'abord apparus de façon isolée:
- Captain Metropolis (Nelson Gardner, formé chez les Marines et qui est l’initiateur de ce projet)
- le Juge Masqué (historiquement le premier justicier en costume).
- la Silhouette (la sulfureuse Ursula Zandt)
- le Spectre Soyeux (Sally Juspeczyk, plus connue sous le nom de Sally Jupiter, une starlette devenue redresseuse de torts)
- le Comédien (Edward Morgan Blake, le cadet de la bande)
- le Hibou (Hollis Mason, qui publiera ensuite ses Mémoires, dont on retrouve des extraits dans le roman graphique)
- l’homme-insecte (Byron Lewis qui sombrera plus tard dans l’alcoolisme et la dépression)
- Dollar Bill (un athlète vedette de l'université du Kansas employé comme super-héros maison par une banque nationale).

C’est une bonne idée également que de partir du livre de Hollis Mason (alias le Hibou I) pour exploiter un récit qui se tient. Sous le masque décrit par conséquent les conflits au sein de ce groupe soi-disant uni. Nous allons avoir droit à de réelles révélations ! Il y aura quelques passages difficiles notamment concernant les enfants victimes d’atrocités sans nom de la part d’un super-héros pédophile. On découvre également les exploits fabriqués afin de construire la légende de ces super-héros. En fait, ce sont des personnes qui courent après la notoriété et l’argent hormis quelques exceptions comme la silhouette ou l’homme-insecte.

Before Watchmen n’apportera finalement pas grand-chose à l’œuvre originale et unique que constitue le monumental Watchmen. Cependant, c’est une lecture qui peut emmener les lecteurs à découvrir l’œuvre qui a révolutionné le regard sur les super héros. Bref, c’est un titre d’une rare maîtrise servi par un dessin de qualité.

Je reste cependant interrogatif sur le fait que le juge masqué s’en sort bien puisque cela ne serait finalement pas lui que le hibou aurait finalement tué selon sa dernière réflexion. Alors, où est-il ? Que devient-il en réalité ? Ais-je loupé un épisode ? Il y a une certaine incohérence par rapport à Watchmen. On sait que le personnage va disparaître dans la nature sans que son identité soit révélée. Ainsi, il demeure le personnage le plus mystérieux de la saga. Cette nouvelle lecture du personnage a quand même de quoi surprendre.

Il faut dire que Minutemen montre l a guerre des égo entre ces justiciers et que ce juge masqué avait une relation sadomasochiste avec le capitaine Métropolis. Sans compter que Bill Dollar était homophobe. On découvre véritablement la face cachée de ces personnages qui étaient assez secondaires dans l’œuvre phare. C’est intéressant que d’avoir cette approche sur les aspects sombres entre dépression, alcoolisme, sexualité et superficialité. Bref, un super-héros n’est pas forcément quelqu’un de bon.

J’ai été assez surpris du contraste entre un dessin assez cartoon et une œuvre plutôt sombre. Cependant, j’ai franchement bien aimé cette disposition qui est certes déstabilisante mais avec un charme fou.

Au final, Minutemen se révèle passionnant à souhait. C’est un premier titre qui augure que du meilleur pour la suite n’en déplaise à Alan Moore qui s’est désolidarisé de ce projet. En ce qui me concerne, il faut posséder la collection entière pour ceux qui ont réellement aimé Watchmen. Je retiens surtout un projet ambitieux allant plus loin que de combler les trous.

Note Dessin: 4.25/5 – Note Scénario: 4.25/5 – Note Globale: 4.25/5

Nom série  Watchmen  posté le 27/05/2007 (dernière MAJ le 05/02/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Lorsque j’ai découvert Watchmen, j’ai été littéralement submergé par une émotion nouvelle que j’avais rarement ressentie à la lecture d’un comics. Je découvrais une véritable merveille sur le sens de la vie dans le chaos du monde.

Il faut dire que dès sa sortie en 1986, cette œuvre avait bouleversé le monde de la bande dessinée en remportant successivement la plupart des prix et récompenses. Le succès a été tout de suite au rendez-vous. Les critiques ont été élogieuses. Il faut comprendre que ce n’est pas une œuvre comme les autres. Elle a un côté innovateur et sophistiqué qui la place loin devant les autres. C’est une œuvre qui fait référence. Le monde du comics a changé après Watchmen en devenant un peu plus mature.

Tout d’abord, on observe un style narratif incomparable avec une lecture sur plusieurs niveaux ! Que dire également de ces cases d'une sidérante beauté visuelle! Et pour couronner le tout, nous avons droit à un scénario intelligent et maîtrisé! Cette BD révèle une véritable personnalité artistique. C'est un style hors du commun qui pousse la qualité de cette histoire à un très haut niveau. A côté de cette BD, l'autre "monument" du comics Batman - Dark Knight fait vraiment pâle figure.

Chaque case est à étudier avec parcimonie car il y a des détails qui paraissent insignifiants à première vue et qui se révèlent importants pour la compréhension de l'histoire. Une œuvre d'art sensorielle où l'auteur capture le secret des êtres au coin d'un regard. On pénètre dans l'intimité de ces supers héros avec un certain parti pris mais qui peut varier selon la perspective d'un personnage à l'autre. Les rapports entre eux sont complexes et évolutifs.

Cela plaît à un public qui va au-delà du super héros caricatural. Sur fond d'une actualité inquiétante à l'époque de la guerre froide, cette intrigue a un final tout à fait étonnant. Les auteurs ont imaginé une uchronie où Nixon aurait encore gardé le pouvoir car la guerre du Viêt-Nam aurait été gagnée par les Etats-Unis.

Cette fine équipe qui compose les gardiens est constituée des personnages suivants :
- Rorschach (Walter Kovacs, le justicier psychotique au masque évoquant les tâches d’encre du fameux test)
- Le Spectre soyeux II (Laurel Jane Juspeczyk, dite Jupiter, fille du premier Spectre et seconde compagne du Dr Manhattan).
- Le Hibou II (Dan Dreiberg, successeur "adoubé" par le premier Hibou, Hollis Mason).
- Ozymandias (Adrian Veidt, alias "homme le plus intelligent du monde" et athlète émérite)
- Le Comédien (Edward Morgan Blake alias le psychopathe désabusé de la bande)
- Docteur Manhattan (Jon Osterman alias « Dieu existe et il est américain »)

Un film en 2009 réalisé par Zack Snyder est venu couronnée l’adaptation de ce roman graphique hors norme. Il a bénéficié en règle générale de très bonnes critiques en provenance de la Presse. Cependant, le public qui s’attendait à voir de gentils super-héros à la façon 4 fantastiques a été plutôt dérouté. Le comédien qui est assassiné au début est un véritable salopard. Le Dr Manhattan alias l’homme bleu est plutôt froid… Un mauvais bouche à oreille a alors commencé à fonctionner. On pensait que les néophytes allaient s’intéresser à cette bd. C’est vrai que les fans n’ont pas été déçus car la version cinématographique est assez fidèle au comics. Et dire que les gardiens ont été réputé inadaptable au cinéma !

Le thème principal est la fin du monde. Il faut dire que l’horloge de l’apocalypse avance de minutes en minutes. Minuit sur l'horloge représentait une catastrophe mondiale, la fin de la civilisation telle qu'on la connaît. J’ai adoré cette référence à ce qui existe réellement. A noter que depuis le 22 janvier 2015, l'horloge affiche minuit moins trois (23:57).

Il faut bien avouer que cette œuvre n’est pas à la portée de tout le monde de par son approche. Il faut le savoir et l’accepter. Les lecteurs de la bd à papa ou à grand-papa peuvent oublier car ce n’est pas leur code ou leur registre à moins de transcender. Il faut «parvenir» à aimer en décortiquant certains critères purement objectifs. Cela ne sera pas facile pour le lecteur qui doit disposer de beaucoup de patience. Le nirvana est tout au bout du chemin ! Un plaisir total garanti pour ce que je qualifie de culte tant son apport a été riche pour un renouvellement de la BD. Si seulement toutes les BD procuraient un tant soit peu cette perfection !

Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 5/5 - Note Globale: 4.5/5





Nom série  Finnele  posté le 01/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'auteur d'origine alsacienne Anne Teuf a voulu raconter la vie de sa grand-mère Finnele pendant la Première Guerre Mondiale. Elle mène une vie d'insouciance jusqu'à ce que le conflit éclate et divise la région soumise à un régime militaire autoritaire.

Il faut dire que l'Alsace est une région qui a beaucoup souffert. En 1871, elle devient allemande suite à la défaite française. En 1914, quand le conflit commence, cela fait 43 ans qu'elle est sous le giron de l'empire du Kaiser. L'usage du français était interdit à l'école. C'est toute une génération qui a perdu ses racines françaises. Les habitants sont partagés entre les deux camps. On sait que l'Alsace va redevenir française pour encore une fois passer sous le giron nazi en 1940. Bref, un habitant pouvait avoir changé cinq fois de nationalité. Difficile de s'y retrouver entre la langue de Goethe ou de Voltaire...

On va suivre la famille de Finnele (8 ans) obligée de quitter le village d'Aspach-le-Haut qui sera entièrement détruit par les bombardements. J'ai beaucoup aimé le trait du dessin assez précis et teinté de gris. Cependant, certains passages sont assez confus au niveau du scénario.

Au final, un témoignage à travers le regard d'une petite fille qui va changer au gré des événements. C'est un bon aperçu du quotidien d'une famille ordinaire pendant la guerre.

Nom série  Le Nao de Brown  posté le 01/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le Nao de Brown a fini par me révulser. J'arrive encore à admettre les divagations et autres pulsions meurtrières d'une fille en proie à une certaine forme de folie mentale. Je suis insatisfait de ne pas avoir compris la finalité de ce pavé. A priori, cette oeuvre obsessionnelle et déjantée ne représente pas mon univers. Etant large d'esprit, j'ai cru que je pourrais en venir à bout pour comprendre l'essence de cette dualité métaphysique. Il n'en n'est rien d'où une certaine déception.

Je comprends que cela puisse plaire à une bonne catégorie de lecteurs. D'ailleurs, cette bd sur le thème de la schizophrénie fut primée par le festival d'Angoulême du prix spécial en 2013. Il y a des réflexions qui sont intéressantes hors dehors de celle de se faire dessus. Au-delà de cet aspect scatologique, c'est l'ennui qui guette. Indéchiffrable ou plutôt difficile d'accès pourrait être ce qui résume ma pensée sur le Nao de Brown. Ma note: 4/10 comme dirait Nao.

Nom série  Un amour simple  posté le 01/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une bien triste histoire sur un sujet délicat que celui de la vie des handicapés mentaux dans les centres adaptés. On découvre que le métier d'éducateur n'est pas simple dans le quotidien d'une cinquantaine d'handicapés mentaux. On va s'attacher notamment à deux d'entre-eux à savoir Lucy et Nono. Lucy rêve d'aller voir la mer. Elle fera tout pour y parvenir. Nous allons suivre ces deux protagonistes dans une sorte de road-movie. L'amour simple est une passion partagée sans jouer sur la corde sensible.

J'aime bien généralement le dessin bichromie bleu-pâle qui fait ressortir de la douceur. Il y a aura également beaucoup d'image sans parole qui joue sur un effet mi-poétique. On remarquera également la justesse des personnages plus vrais que natures dans la France des années 70 avec ses magasins Mammouth.

Au final, une belle tranche de vie mais trop déprimant en ce qui me concerne. Une bd rare sur la trisomie.

Nom série  Campagne présidentielle : 200 jours dans les pas du candidat François Hollande  posté le 01/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mathieu Sapin (qui n'a rien à voir avec la famille du Ministre), dessinateur pour le journal Libération, a vécu la course à l'Elysée embarqué dans l'équipe de François Hollande. Il en tire une bande-dessinée riche en informations et anecdotes sur la dernière campagne présidentielle de 2012. Il y aura de nombreux déplacements sans compter les brèves rencontres avec le futur président entre deux meetings.

L'auteur nous indique d'emblée qu'il ne connaît pas la politique et que son regard sera neutre. J'avais peur d'un certain amateurisme pour ceux qui aiment la politique. Il est vrai que Quai d'Orsay avait mis la barre assez haute. Or, le résultat est là: c'est un reportage sur les coulisses d'une campagne présidentielle fait avec sincérité.

Les anecdotes sur cette aventure politique sont assez croustillantes. J'en connaissais la plupart en fin observateur de la vie politique mais pas toutes (comme la TV qui ne fonctionne pas à quelques minutes de l'annonce des résultats). La bd est sortie en mai 2012 dans la foulée de la victoire. On sait que depuis trois ans, beaucoup de choses ont changé. Cependant, certains détails préfigurant la suite étaient déjà visibles au niveau de ce qui s'est passé durant cette campagne. Bref, cela permet de comprendre car on va retrouver la même équipe au pouvoir. Un vrai régal !

Nom série  Le Chant des sabres  posté le 30/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce chant des sabres m'a un peu coupé la voix. On n'a pas franchement envie d'entendre cette mélodie des têtes qui sont tranchées par le sabre dans un tourbillon de folie. C'est assez barbare sur un fond semi-poétique et onirique.

En ce qui me concerne, je n'ai pas vraiment apprécié ce spectacle d'une violence inouïe. Par ailleurs, le dessin m'a semblé assez brouillon même si je reconnais qu'il y a une bonne exploitation de la couleur pour marquer des ambiances.

Bref, je n'ai pas été envoûté par ce chant. Point de fascination.

Nom série  Akira  posté le 06/03/2008 (dernière MAJ le 29/01/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Akira est l'un des premiers manga que j'ai lu. C'est une oeuvre de science-fiction dans un genre apocalyptique. Le traitement du graphisme m'a plutôt impressionné. Il y a toute une dynamique au niveau du scénario avec une certaine montée en puissance. Outre les personnages principaux, certains personnages secondaires sont intéressants.

Ce manga fait partie de ceux avec Taniguchi qui ont permis une certaine diffusion de cette culture en Occident. L'auteur Katsuhiro Otomo a été enfin reconnu par le festival d'Angoulême qui a couronné cette oeuvre en 2015 par le grand prix. Il était temps !

Akira est devenu également un dessin animée. Le succès ne s'est pas démenti à travers le monde depuis une vingtaine d'années. Cette histoire pousse à une réflexion sur le devenir de la société. Bref, c'est devenu un incontournable qui a révolutionné l'histoire du manga.

Nom série  Marie des Dragons  posté le 25/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est encore une série des plus classiques sur le mode d'une fille qui recherche à se venger pour le mal fait à sa famille. Bref, une grosse impression de déjà vu.

Toutefois, je dois admettre que le savoir-faire de l'auteur a permis de susciter assez d'intérêt pour suivre le parcours de Marie de son enfance tragique à sa vie d'adulte en guerrière aguerrie. On aura droit à une histoire bien ficelée et captivante malgré un essoufflement au 3ème tome.

L'uchronie est cette fois-ci médiévale. Après la science-fiction, c'est toujours aussi intéressant de voir ce procédé qui modifie l'histoire dans un certain sens. A noter un travail irréprochable sur le plan de vue graphisme par Thierry Démarez. Les décors sont plutôt maîtrisés avec un gros souci du détail.

J'avoue avoir été un peu déçu par la fin un peu bâclée à mon goût. Nous n'aurons pas toutes les réponses. Une série fantastico-médiévale dans la moyenne.

Nom série  Space Reich  posté le 25/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est vrai que la couverture est accrocheuse. On est tout de suite intrigué par cette uchronie qui voit l'Allemagne Nazie vainqueur de la Seconde Guerre Mondiale et qui va se lancer dans la course à l'espace. Face à eux, l'Amérique isolationniste. A noter que les russes seront les grands absents de ce duel.

On est dans la même veine que Wunderwaffen à ceci près que les nazis l'ont finalement emporté. Bref, c'est presque une réplique à cette série. Cela manque singulièrement de subtilités. Les nazis font vendre. On a droit à une histoire à sensation qui joue sur une certaine fascination un peu morbide et malsaine.

Il est vrai que Wunderwaffen a rencontré un certain succès (autour de 20000 exemplaires vendus pour le dernier tome) ce qui a incité l'éditeur a poursuivre l'aventure. Vers l'infini et au-delà !

Space Reich a été storyboardé par Maza et dessiné par un dessinateur serbe, Marko. Je dois avouer qu'il se débrouille plutôt bien. La colorisation est réalisée en Inde, par un atelier graphique spécialisé qui fait la démonstration de sa maîtrise de l’outil informatique.

Cependant, je dois admettre qu'il y a quelques idées intéressantes et que cela se lit assez agréablement. Un réel effort a été effectué par le scénariste pour rendre crédible cette histoire. On peut se poser la question: à quand les nazis sur Mars ?

Nom série  La Dynastie des Dragons  posté le 25/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'aime pas trop les oeuvres de Civiello mais je dois reconnaître que le dessin m'a été plutôt agréable. Aurait-il changé sa technique pour la rendre plus fluide et un peu moins photographié ? Par ailleurs, il n'est pas aux commandes pour le scénario confié à Hélène Herbeau. Le récit s'inspire des légendes de la Chine impériale. Là également, il change de registre pour passer de la culture celtique à une trilogie asiatique ce qui n'est pas plus mal.

Je n'ai pas aimé le découpage qui rend les scènes pas très fluides. Il faut du temps au lecteur pour s'adapter et surtout pour suivre le fil de l'histoire. La compréhension ne sera pas chose aisée en l'occurrence. Par ailleurs, toutes les deux pages, il faut se référer à un lexique car les noms chinois sont difficiles à comprendre pour le lecteur occidental. A la longue, cela devient plutôt pénible.

Pour le reste, c'est un conte qui nous plonge dans la culture chinoise ce qui est toujours aussi intéressant. A noter un superbe combat de dragons. Comme dit, il ne faut jamais réveiller un dragon qui dort ou sinon gare...

Nom série  Crusades  posté le 25/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Crusades est incontestablement une très bonne trilogie avec une intrigue qui s'écarte des codes du genre entre spiritualité et occultisme. On est élevé à un grade au-dessus. Il est vrai que le marché est réellement inondé par les templiers.

Il y a tout d'abord le graphisme de ce dessinateur chinois qui fait des merveilles avec un trait dynamique et expressif. Les couleurs ne sont pas en reste. Bref, la qualité est au rendez-vous.

Pour autant, ce titre n'est pas très connu. Il n'y a pas eu de grande publicité lors de sa sortie. Les auteurs ont sû construire un récit avec des personnages qui ont du charisme et qui s'inscrivent dans une réalité historique bien définie. Et puis, cette audace de se rapprocher d'un démon de style Alien ou Prédator a retenu toute mon attention.

On pourra sans doute regretter les nombreux flash-back qui rende ce récit très difficile à appréhender par moment. Il faut impérativement suivre le fil au risque de se perdre dans ces catacombes et ne plus se relever. C'est le gros point noir de cette série...

Au final, on a une oeuvre ésotérique tout à fait originale et d'une richesse plutôt rare.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 185 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque